Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 16:40

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/10/29/apres-les-polemiques-l-hebergement-sans-heurts-des-migrants-de-calais-dans-toute-la-france_5022299_3224.html

 

De Cancale à Arès, l'accueil sans heurts des migrants de Calais dans toute la France

Par Aline Leclerc, Anne Guillard et Fériel Alouti

Ils ont dû choisir en quelques minutes, souvent au hasard, sur une carte de France plastifiée, la région où ils passeraient les prochains mois de leur vie. Après de longues heures de car, parfois dans la nuit noire, ils ont enfin découvert ce que cachaient les mots Bretagne, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie.

Finalement, c’est bien dans toute la France que les quelque six mille migrants volontaires pour quitter Calais ont été répartis, par petites grappes, entre Lundi 24 Octobre et Vendredi 28 Octobre 2016, les mineurs devaient tous être hébergés sur place, mais plus de mille cinq cent se sont présentés, obligeant à l’ouverture de Centres d'Accueil et d'Orientation (CAO) dédiés. Certains ont rejoint des grandes villes, soixante six hommes sont arrivés en milieu de semaine dans deux CAO à Toulouse, trente à Marseille et quarante sept à Rennes. Plus souvent dans des villes moyennes, onze sont ainsi descendus Mardi 25 Octobre 2016 à Agen, vingt sept à Evreux et trente trois à Châtellerault.

La surprise vient peut-être du nombre de petites communes mobilisées. Nous découvrons leur nom à la lecture de la presse locale, en attendant que le ministère de l’intérieur communique la répartition exacte des migrants de Calais sur le territoire national. Certaines comptent moins d’habitants que feu le bidonville. Ainsi ces quarante sept hommes qui ont fui l’Erythrée ou l’Afghanistan et n’auraient jamais pensé vivre un jour en Charente, dans la bourgade de Ruffec, trois mille cinq cent habitants. Sept ont découvert Espéraza, deux mille habitants, dans la haute vallée de l’Aude. Et il y a fort à parier que les six soudanais qui s’y sont installés n’avaient jamais entendu parler de Fourneaux, sept cent habitants, dans la vallée de la Maurienne.

Apprendre le français

Le même geste s’est donc répété à leur arrivée dans tous les CAO, leur montrer leur nouvelle adresse sur une carte. A Cancale, en Ille-et-Vilaine, où quarante sept soudanais, deux érythréens et un afghan sont arrivés Lundi 24 Octobre 2016 dans la soirée, certains s’inquiétaient que la ville soit « la dernière avant la mer », au bout du monde. Le maire lui-même a pris le temps de la localiser, pour dissiper le flou.

« Tranquillement, nous allons établir un lien de confiance », expliquait Mardi 25 Octobre 2016 Armelle Musellec, de l’association Coallia, gestionnaire de leur séjour. Elle a expliqué aux nouveaux résidents la façon dont les prochaines semaines allaient s’organiser, « vous allez pouvoir vous reposer, être en sécurité et vous occuper de votre santé. La santé est la base de tout pour attaquer les formalités ».

Deux médecins bénévoles assureront une permanence deux fois par semaine. « Une fois reposés, vous pourrez contrôler votre situation administrative et nous vous y aiderons », ajoutait-elle. Ils pourront notamment déposer une demande d’asile ou accepter une aide financière pour retourner dans leur pays. Pour le moment, ils ne manifestent qu’une hâte, apprendre le français.

Ceux-là sont accueillis dans un hôpital gériatrique désaffecté, l'un des deux cent quatre vingt nouveaux CAO ouverts en France en vue du démantèlement de Calais. A Monthureux-sur-Saône, cinquante et un migrants habitent désormais l’ancienne gendarmerie. A Aire-sur-l’Adour comme à Nogent-le-Rotrou, d’autres sont logés dans des appartements vacants de cités d'Habitation à Loyer Modéré (HLM). Centres de vacances ou centres de l’Association pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) ont également été réquisitionnés. Mais plusieurs n’ont finalement reçu aucun pensionnaire, en particulier en Occitanie, moins plébiscitée par les candidats au départ.

Les maires rassurés

Plusieurs maires qui avaient manifesté une vive inquiétude à l’annonce de l’arrivée imminente de ces étrangers se sont dits rassurés. Au mois de septembre 2016, le conseil municipal d’Arès a voté contre l’accueil d’une cinquantaine d’hommes seuls et le centre de vacances d'Electricité Distribution de France (EDF) qui devait les héberger a connu deux départs d’incendie. Le maire s’est finalement réjoui Lundi 24 Octobre 2016 en apprenant que seules huit personnes, dont des familles, étaient arrivées. Aujourd’hui affluent plutôt les propositions d’aide.

A Saint-Bauzille-de-Putois, mille huit cent habitants, le maire a démissionné pour protester contre l’accueil de quatre vingt sept personnes, « sans concertation, c’était trop pour la commune ». Les discussions avec la préfecture ont permis la venue de quarante trois migrants, accueillis Jeudi 27 Octobre 2016 par le préfet et par le maire démissionnaire qui leur a remis une lettre, « vous avez des droits et des devoirs. Je dois veiller sur vous comme sur l’ensemble des habitants ».

La trentaine d’hommes parvenus Mardi 25 Octobre 2016 à Forges-les-Bains ont été avertis à leur arrivée que l’ouverture du CAO avait créé des tensions. Le directeur d’Emmaüs Solidarité, qui gère le centre, a pris soin d’éviter d’entrer dans les détails et d’évoquer le récent incendie criminel pour ne pas les inquiéter davantage, leur demandant « d’être vigilants dans leur comportement ».

L’ouverture d’un CAO avait également divisé le village d’Allex. Mercredi 26 Octobre 2016, une famille de cinq congolais, une famille de six érythréens, un couple de laotiens et deux afghans sont arrivés sans que cela ne provoque de remous. A l’ordre du jour du prochain conseil municipal, il y aura la création d’une commission de suivi du CAO, rassemblant en son sein pro migrants et anti migrants.

A ce jour, l’arrivée des migrants de Calais n’a provoqué que de rares manifestations, quelques dizaines de personnes hostiles se sont notamment signalées à Croisilles où les trente et un soudanais sont descendus du car sous les applaudissements des bénévoles. L’une d’entre eux confiait à la presse son espoir de voir « les mauvaises volontés s’épuiser d’elles-mêmes ». Mais d’autres mobilisations d’anti migrants et de pro migrants étaient annoncées pour ce week-end.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens