Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 15:29

 

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/espagne-les-deputes-relevent-le-salaire-minimum-malgre-l-opposition-du-gouvernement-619165.html

 

Les députés relèvent le salaire minimum malgré l'opposition du gouvernement espagnol

 

 Par Romaric Godin

 

La gauche s'est unie pour voter en faveur d'un relèvement de quarante pour cent du salaire minimum sur trois ans, suivant ainsi le chemin du Portugal, une défaite politique pour Mariano Rajoy.

Mariano Rajoy a beau avoir été réélu président du gouvernement espagnol le 31 octobre 2016, sa majorité n'est que relative et dépend du bon vouloir du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE). Cette nouvelle donne risque de lui compliquer la vie pendant les prochaines années. Il l'a appris à ses dépens le Mardi 22 Novembre 2016. La chambre basse des Cortes, le congrès des députés, a en effet approuvé une proposition de loi qui prévoit un relèvement du Salaire Minimum Interprofessionnel (SMI) de six cent cinquante cinq euros mensuels aujourd'hui à huit cent euros en 2018 et à neuf cent cinquante euros en 2020. Une hausse de quarante quatre pour cent en trois ans à laquelle le Parti Populaire de Mariano Rajoy était fortement opposé.

Défaite politique pour Mariano Rajoy

Sur le plan politique, c'est une vraie défaite pour le président du gouvernement. Le Parti Populaire et ses cent trente sept députés sur trois cent cinquante ont été les seuls à voter contre la proposition qui avait été déposée par Unidos Podemos. Son allié de l'extérieur du gouvernement, le parti centriste Ciudadanos et ses trente députés, s'est abstenu. Quant aux cent soixante quatorze députés qui ont adopté le texte, ils regroupent les députés d'Unidos Podemos, du PSOE, du PNV, du PDC, de BILDU et de l'ERC. Ce vote prouve à Mariano Rajoy que rien ne sera plus difficile que de gouverner, alors qu'il négocie le détail du prochain budget avec Ciudadanos.

L'abstention nécessaire du PSOE ne lui est donc pas acquise.

Le PSOE en quête de légitimité

Il est vrai que le PSOE, en forte baisse dans les enquêtes d'opinion depuis leur décision de laisser gouverner Mariano Rajoy, sont en quête de légitimité. Cette légitimité ne peut se constituer qu'en montrant une capacité de résistance au président du gouvernement et en soutenant quelques grandes mesures de gauche. D'où le soutien à la proposition d'Unidos Podemos qui n'était pourtant guère dans le programme du PSOE lors des deux dernières campagnes électorales. Le PSOE va devoir cependant se méfier d'une telle stratégie qu'il ne peut utiliser qu'avec parcimonie. En cas de rejet du budget ou d'une obstruction systématique, Mariano Rajoy serait tenté d'appeler à un nouveau scrutin que le PSOE, encore convalescent et sans vraie direction, aura bien du mal à réussir.

Un changement de logique

Sur le plan économique, la loi approuvée par le congrès, Mardi 22 Novembre 2016, n'est cependant pas secondaire. Outre l'augmentation nominale du salaire minimum, elle prévoit des modifications du calcul du SMI en assurant un maintien réel de la valeur, corrigée de l'inflation. Elle prévoit également une révision annuelle par le gouvernement du SMI après prise en compte de la consultation des syndicats et du patronat, mais aussi de l'évolution de la productivité, de la hausse de la participation au marché du travail et de la conjoncture.

Modération et comparaison européenne

Globalement, Unidos Podemos a justifié la forte hausse du salaire minimum en Espagne par le niveau extrêmement faible de ce dernier en termes de comparaison européenne. Le SMI est payé sur quatorze mois en Espagne. En moyenne mensuelle, il se situe aujourd'hui à sept cent soixante quatre euros. Il n'a été valorisé que de seize euros depuis le mois de janvier 2012, soit de deux pour cent au total. Cette modération est dénoncée par la gauche espagnole qui y voit une source de la précarité sociale d'une grande partie de la population. La part des espagnols en risque de pauvreté est ainsi la deuxième plus élevée en Union Européenne après la Roumanie.

Unidos Podemos revendique le relèvement important du SMI par le fait qu'il ne représente aujourd'hui que quarante et un pour cent du salaire moyen espagnol de mille huit cent quatre vingt un euros mensuels, alors que la charte sociale européenne recommande un salaire minimum représentant soixante pour cent du salaire moyen. En 2020, le SMI sera cependant à mille cent huit euros mensuels, encore inférieur à ce niveau par rapport au salaire moyen actuel qui aura sans doute connu également une revalorisation. Le SMI espagnol est le huitième plus élevé de l'Union Européenne en terme nominal et le onzième en terme de parité de pouvoir d'achat. Il est, selon ce dernier critère, inférieur au salaire minimum slovène ou turc.

Mouvement européen et logique de complément avec la Banque Centrale Européenne (BCE)

Si le Parti Populaire a poussé des cris d'orfraies concernant le risque sur la compétitivité de l'Espagne, il convient de rappeler que l'Espagne a, sous le régime de la troïka, été un des pays qui a le plus amélioré sa compétitivité avec une baisse sur dix ans de six pour cent du coût du travail par rapport à la zone euro et une hausse de douze pour cent de la productivité. Il existe donc de la marge de manœuvre, d'autant que le salaire minimum ne concerne que peu de salariés et, après la réforme du marché du travail, est moins qu'auparavant une référence pour l'ensemble de l'économie. Du reste, en l'absence d'une politique de relance européenne, les états membres en sont réduits à tenter de compléter eux-mêmes la politique de relance monétaire de la BCE. La hausse du salaire minimum y contribue sans provoquer une flambée salariale générale.

D'autres pays ont déjà engagé le relèvement du salaire minimum. C'est notamment le cas du Portugal où le gouvernement socialiste soutenu par la gauche, a relevé de cinq cent quatre vingt neuf euros à six cent dix huit euros le salaire minimum et envisage de poursuivre cette revalorisation. Le gouvernement grec a, lui, dû renoncer à toute revalorisation sous la pression des créanciers. En 2012, le salaire minimum grec avait été abaissé de vingt huit pour cent à six cent quatre vingt trois euros mensuels en moyenne. Il est encore à ce niveau.

Encore du chemin

Le projet de loi espagnol n'est cependant pas encore adopté. Il a été renvoyé en commission où il devra s'accorder avec une autre proposition de loi adopté en commission et proposé par la droite nationaliste catalane qui proposait un relèvement, mais aussi une régionalisation, du salaire minimum. Le sénat, dominé par le Parti Populaire, devra aussi donner son avis. S'il était finalement adopté, le texte serait cependant clairement une défaite pour Mariano Rajoy.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

secte 26/11/2016 17:43

pacte avec le diable

FISCHER 26/11/2016 17:48

C'est qui le diable ?

Bernard Fischer

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens