Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 21:12

 

L'armée syrienne enregistre une progression majeure à Alep-Est (Reuters)

 

L'armée régulière syrienne et ses alliés ont annoncé Lundi 28 Novembre 2016 avoir repris le contrôle du quartier d’al Sakhour, accentuant le morcellement de la partie orientale de la ville d'Alep sous contrôle des rebelles et déclenchant la fuite de milliers de civils.

La chute d’al Sakhour, confirmée par l'Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH) et des sources au sein de la rébellion, risque de scinder en deux les zones tenues depuis le mois de juillet 2012 par l'insurrection à Alep-Est.

Du côté des insurgés, deux responsables ont précisé que les combattants, soumis à d'intenses bombardements et attaques au sol, s'étaient retirés de la partie nord d'Alep-Est pour gagner d'autres positions plus faciles à défendre.

« C'est un retrait par souci de pouvoir défendre et renforcer les lignes de front », a expliqué à Reuters un responsable du groupe rebelle Jabha Chamiya. « Les secteurs qui ont été perdus étaient bien sûr importants, parce qu'ils sont sur des positions élevées, mais les secteurs que nous conservons sont plein d'immeubles et on peut mieux s'y battre ».

La bataille d'Alep, relancée cet été puis, avec une force inédite au mois de septembre 2016 avec l'appui de l'aviation russe, s'est nettement accélérée ces derniers jours. Soutenue par des miliciens, l'armée de Bachar al Assad y progresse depuis la semaine dernière en provenance du nord-est et a enregistré d'importants gains territoriaux au cours du week-end, reprenant les quartiers d'Hanano, de Djabal Badro et de Holok.

« Il s'agit de la plus lourde défaite enregistrée par l'opposition à Alep depuis 2012 », a déclaré à Reuters Rami Abdoulrahman, directeur de l'OSDH.

« L'opposition a perdu plus du tiers de la partie d'Alep qui était sous son contrôle ».

Le ministère russe de la défense a de son côté évalué à quarante pour cent la zone libérée par les forces gouvernementales.

Selon le service d'informations militaires du Hezbollah, la milice chiite libanaise alliée aux forces de Bachar al Assad, toute la partie nord d'Alep-Est est désormais sous contrôle des forces gouvernementales.

Le départ de milliers d'habitants a été signalé tandis qu'un combattant rebelle joint par Reuters faisait état d'une pression extrême exercée sur les positions des insurgés. « Les bombardements sont féroces et nous manquons lourdement de combattants et de munitions », a-t-il ajouté, accusant les soutiens de la rébellion de l'avoir abandonnée.

Le rôle des miliciens kurdes

Reprendre la totalité d'Alep-Est représenterait la plus grande victoire militaire du président Bachar al Assad depuis le début du soulèvement contre son régime au mois de mars 2011, dans la mesure où Alep est le plus important bastion urbain des insurgés.

Mais selon l'OSDH, une partie du nord d'Alep-Est a été conquise par les miliciens kurdes des unités de protection du peuple (YPG), présents dans le quartier de Cheikh Maksoud et hostiles aux groupes rebelles.

De leur côté, certains rebelles ont accusé les kurdes de faire le jeu des forces gouvernementales syriennes. Ils participent à « la partition d'Alep libre », a dénoncé Yasser al Youssef, du bureau politique du groupe insurgé Nour al Dine al Zinki.

D'autres assurent en revanche que les YPG ont avancé Dimanche 27 Novembre 2016 en vertu d'un accord conclu avec les insurgés.

L'ampleur de l'exode de civils est également difficile à évaluer.

Selon Salih Muslim, chef adjoint du parti de l'union démocratique (PYD), dont les YPG sont la branche militaire, six mille à dix mille habitants des zones prises récemment par l'armée ont trouvé refuge à Cheikh Maksoud. « Les civils affluent dans ces secteurs qui sont plus sûrs que les autres. Jusqu'ici, six mille à dix mille personnes ont fui dans cette zone où les YPG et d'autres les reçoivent », a-t-il déclaré à Reuters lors d'un entretien téléphonique.

L'OSDH fait état de plusieurs milliers d'habitants ayant franchi les lignes de front avant d'être conduits dans des zones sous contrôle gouvernemental à Alep-Ouest.

Enfin, Mohamed Sandeh, membre du conseil municipal mis en place par l'opposition, a dit à Reuters que de nombreux autres habitants s'étaient déplacés à l'intérieur des secteurs sous contrôle insurgé, cherchant à s'éloigner des lignes de front.

A Genève, un porte-parole du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a estimé qu'il était difficile d'évaluer le nombre de personnes déplacées.

Avant le déclenchement de l'offensive en cours, l’ONU estimait entre deux cent cinquante mille et deux cent soixante quinze mille le nombre d'habitants à Alep-Est.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens