Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 20:11

 

https://www.theguardian.com/us-news/2016/dec/15/trump-israel-ambassador-david-friedman

 

L'ambassadeur israélien de Donald Trump est un défenseur radical des colonies

 

David Friedman s'oppose à la solution à deux états, il défend Jérusalem comme capitale d’Israël et il est intervenu dans la faillite des hôtels de Donald Trump

 

Vendredi 16 Décembre 2016

 

Donald Trump a nommé son ambassadeur en Israël, un avocat défenseur des colonies qui a décrit certains juifs américains comme pires que les gardiens des camps de concentration.

David Friedman, un avocat des banques en faillite qui représentait le président élu dans la faillite de ses hôtels à Atlantic City, a servi dans l'équipe consultative de Donald Trump sur le Moyen-Orient. Il a mis en place un certain nombre de positions radicales sur les relations israélo-palestiniennes, y compris l'opposition radicale à la solution des deux états et la défense de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Il a déclaré que le président Barack Obama était un antisémite et il a suggéré que les juifs américains qui s'opposent à l'occupation israélienne de la Cisjordanie sont pires que les prisonniers de l'époque nazie qui ont servi comme gardiens des camps de concentration.

Les groupes juifs libéraux aux États-Unis ont dénoncé sa nomination comme « imprudente » et ont décrit David Friedman, un homme sans expérience diplomatique, comme le « moins expérimenté » pour un ambassadeur américain en Israël.

Yossi Dagan, un important colon israélien et ami de David Friedman, a salué la nouvelle en le qualifiant de « véritable ami et partenaire de l’état d'Israël et des colonies ». Morton Klein, le président de l'Organisation Sioniste d’Amérique, a déclaré que David Friedman avait « le potentiel d'être le plus grand ambassadeur des États-Unis en Israël ».

Une indication de la façon dont David Friedman voit Israël est contenue dans un plan d'action en seize points qu’il a publié avec un autre conseiller de Donald Trump au mois de novembre 2016. Il assurait « qu’Israël reçoit la plus grande coopération militaire, stratégique et tactique des États-Unis » et il comportait une déclaration de guerre contre le mouvement de Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions (BDS) et contre l’activisme pour les palestiniens dans les universités.

David Friedman, cinquante sept ans, a travaillé avec Donald Trump pendant plus de quinze ans et il a conseillé le président élu sur le Moyen-Orient pendant sa campagne électorale. Il a représenté Donald Trump après que la compagnie de holding de ses trois casinos d'Atlantic City, Trump Entertainment Resorts, ait fait faillite en 2009.

Il a dit qu'il était impatient de prendre son poste dans « l'ambassade des États-Unis dans la capitale éternelle d'Israël, Jérusalem », indiquant la détermination de Donald Trump de renverser des années de politique américaine et de déplacer l'ambassade des Etats Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. Le changement serait un geste potentiellement explosif au Moyen-Orient, car le statut de Jérusalem est l'un des enjeux des longues négociations israélo-palestiniennes.

Un autre problème est que David Friedman est le président des American Friends of Bet El Institutions, une organisation qui soutient une importante colonie illégale de Cisjordanie juste à côté de Ramallah.

Ses liens avec Bet El, ainsi que les récentes révélations selon lesquelles une association caritative de Jared Kushner, le gendre de Donald Trump, a donné de l'argent à l'une des colonies idéologiques les plus dures de Cisjordanie, suggère que le mouvement des colons aura un nombre sans précédent d’avocats au cœur de Washington.

En annonçant la nomination de David Friedman dans une déclaration, Donald Trump a déclaré que « David Friedman est un ami de longue date et de confiance pour moi. Ses relations solides en Israël formeront le fondement de sa mission diplomatique et constitueront un formidable atout pour notre pays, car nous renforcerons les liens avec nos alliés et notre actions pour la paix au Moyen-Orient ».

L'annonce semble avoir surpris les analystes israéliens. Chemi Shalev, chroniqueur d’Haaretz, a déclaré que David Friedman avait fait du premier ministre israélien de droite, Benjamin Netanyahu, un défaitiste de gauche.

« Du point de vue de David Friedman », dit-il, « la majorité des israéliens et des juifs américains sont plus ou moins des traîtres ».

David Friedman est en désaccord avec le consensus international général selon lequel les colonies sont illégales et il s'oppose à l'interdiction de la construction de colonies de peuplement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Il a écrit dans le Jerusalem Post pendant la campagne électorale américaine que l’administration de Donald Trump n’exercerait aucune pression contre Israël.

« L’Amérique et Israël bénéficieront d'une coopération militaire et stratégique sans précédent et il n'y aura aucune divergence entre les deux pays », a-t-il déclaré.

Dans un message du site internet Israel National News, il a comparé le groupe juif américain J Street aux gardiens des prisonniers des camps de concentration et il a décrit ses partisans comme des « braves défenseurs de la destruction d'Israël depuis le confort de leurs canapés américains sécurisés. Il est difficile d’imaginer n'importe qui de pire ».

Il est allé plus loin au forum Saban du mois de décembre 2016 en disant que les partisans de J Street n’étaient pas juifs et qu’ils ne soutenaient pas Israël.

Le président de J Street, Jeremy Ben Ami, a déclaré dans un communiqué, Jeudi 15 Décembre 2016, que « J Street est violemment opposé à la nomination de David Friedman. Cette nomination est imprudente, c’est un danger contre la réputation des Etats Unis dans la région et leur crédibilité dans le monde ».

Le National Jewish Democratic Council a dit que « Donald Trump défend une forte relation entre les États-Unis et Israël et il faut le prendre au sérieux. Il n’y a jamais eu de choix moins expérimenté pour l'ambassadeur des États-Unis en Israël ».

Lara Friedman, d’Americans for Peace Now, a dit que « je ne sais pas pour les palestiniens, mais je sais que les juifs qui se soucient vraiment de la sécurité d'Israël, de la démocratie et de leur place dans le monde sont outragés ».

Comme Donald Trump, David Friedman est un admirateur de Vladimir Poutine et il a dépeint le président russe comme un combattant contre l'Etat Islamique en Syrie malgré la faiblesse de l'effort de guerre russe contre l’Etat Islamique.

« Vladimir Poutine est efficace », a écrit David Friedman au mois de novembre 2015. « C’est peut être un voyou, comme l'a récemment décrit le sénateur Marco Rubio, mais il sait identifier un objectif national, exécuter un plan militaire et finalement gagner ».

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens