Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 16:48

 

http://uk.reuters.com/article/uk-usa-trump-immigration-lawsuit-idUKKBN15C0JL?il=0

 

Deux irakiens portent plainte contre le décret de Donald Trump contre les migrants

 

Un juge fédéral a bloqué Samedi 28 Janvier 2017 la déportation de dizaines de voyageurs et de réfugiés de sept nations à majorité musulmane, bloqués dans les aéroports des États-Unis par ordre du président Donald Trump, après un procès intenté au nom de deux irakiens liés aux forces de sécurité américaines.

Dans la plainte intentée devant une cour fédérale de Brooklyn, dans l’état de New York, les deux hommes ont contesté la directive de Donald Trump pour des raisons constitutionnelles. Le procès a indiqué qu’ils étaient devenus des cibles dans leur pays d'origine en raison de leurs liens avec les forces américaines et qu’ils avaient des visas valides pour entrer aux États-Unis.

Le procès met en évidence certains des obstacles juridiques auxquels fait face la nouvelle administration de Donald Trump lorsqu'elle tente de mettre en œuvre la directive que le président a signée Vendredi 27 Janvier 2017 pour imposer une interdiction de quatre mois aux réfugiés entrant aux États-Unis en provenance de la Syrie, de l'Iran et de cinq autres pays à majorité musulmane.

Dans une décision d'urgence rendue Samedi 28 Janvier 2017, la juge de district Ann Donnelly a ordonné aux autorités américaines de s'abstenir d'expulser des réfugiés précédemment acceptés, ainsi que « les détenteurs autorisés de visas d'immigrants et de non-immigrants valides et d'autres personnes légalement autorisées à entrer aux États-Unis » en provenance des pays ciblés par le décret de Donald Trump.

L’union américaine des libertés civiles (UCLA), qui a demandé le séjour temporaire, a déclaré qu'elle aiderait environ cent à deux cent personnes qui se sont retrouvées détenues en transit ou dans les aéroports des États-Unis après la signature du décret de Donald Trump.

« Je demande au gouvernement d'arrêter l’expulsion s'il y a quelqu'un en ce moment en danger d'être expulsé », a déclaré Ann Donnelly à l'audience. « Personne ne doit être expulsé dans cette situation ».

L'avocat du ministère américain de la justice, Susan Riley, a déclaré que « cela s'est déroulé avec une telle rapidité que nous n'avons pas eu l'occasion d'aborder toutes les questions juridiques ».

Beaucoup de personnes d’une foule immense qui s'était rassemblée devant le palais de justice de Brooklyn ont applaudi l’annonce de la décision du juge.

Le département américain de la sécurité intérieure a déclaré dans un communiqué des heures plus tard que seule une petite fraction des passagers aériens arrivant aux États-Unis Samedi 28 Janvier 2017 étaient « gênés alors que des mesures de sécurité renforcées étaient mises en place. Ces personnes ont subi des examens de sécurité améliorés et sont traitées pour entrer aux États-Unis, conformément à nos lois sur l'immigration et aux ordonnances judiciaires », a déclaré le communiqué.

Le ministère a déclaré que l'ordonnance de Donald Trump était toujours en vigueur et que ses agents l'appliqueraient.

Par ailleurs, un groupe de procureurs généraux de l’état discutait de l'opportunité de déposer leur propre contestation judiciaire contre l'ordonnance de Donald Trump, ont déclaré à Reuters des responsables de trois états.

Le sort de l'un des hommes qui ont porté plainte, un ancien interprète de l'armée américaine qui a été détenu à l'aéroport international de John Fitzgerald Kennedy, est particulièrement convaincant, a déclaré David Leopold, un ancien président de l'American Immigration Lawyers Association.

« Voici une personne qui a été un traducteur qui a travaillé pour les militaires américains pendant des années et qui a lui-même été visé par des terroristes », at-il dit. « Il est clair que, s'il est expulsé, il sera confronté à une menace directe à sa vie ».

Cet homme, Hameed Khalid Darweesh, a été libéré plus tard Samedi 28 Janvier 2017 et il a dit à une foule de journalistes à l'aéroport de John Fitzgerald Kennedy qu'il n'avait pas de mauvais sentiments au sujet de sa détention.

« Les Etats Unis sont la plus grande nation et le plus grand peuple du monde », a-t-il dit.

Hameed Khalid Darweesh, âgé de cinquante trois ans, a travaillé pour l'armée américaine et pour un entrepreneur américain en Irak de 2003 à 2013 en tant qu'interprète et ingénieur, selon le procès.

Le deuxième demandeur, Haider Sameer Abdulkhaleq Alshawi, trente trois ans, a également été détenu à l'aéroport de John Fitzgerald Kennedy, mais il a été libéré depuis. Il est le mari d'une femme irakienne qui a travaillé pour un entrepreneur américain en Irak. Elle vit déjà à Houston, selon le procès.

Donald Trump, un républicain, a déclaré que son ordonnance aiderait à protéger les américains contre les attaques terroristes.

Le procès pour le compte des irakiens conteste l'ordre de Donald Trump sur plusieurs points. Il dit que l'ordre viole la garantie de la constitution des États-Unis de la procédure régulière en supprimant leur capacité de demander l'asile et qu’il viole la garantie d'une protection égale en les discriminant sur la base de leur pays d'origine sans justification suffisante.

Il dit également que l'ordre viole les exigences procédurales de la réglementation fédérale.

La prochaine audience dans l'affaire a été fixée au 10 février 2017.

Les défenseurs du décret de Donald Trump disent que le président a une large autorité pour limiter l'entrée des ressortissants étrangers de pays spécifiques quand c’est dans l'intérêt national.

« Même s'ils le font et s’ils gagnent, cela ne change rien », a déclaré Mark Krikorian, le directeur du conservateur Center for Immigration Studies.

« Nous parlons de quelques dizaines de personnes, ce n'est qu'un effort de dernière minute pour faire entrer les dernières personnes, cela ne change pas vraiment la politique », a-t-il dit.

L'ordre de Donald Trump ne mentionne pas de religion spécifique, mais Donald Trump a déclaré dans une interview au Christian Broadcasting Network, Vendredi 27 Janvier 2017, qu'il agissait pour aider les chrétiens en Syrie qui ont été horriblement traités.

Des commentaires comme celui-là pourraient provoquer un problème supplémentaire au sujet de son ordre, a déclaré Hiroshi Motomura, un expert en immigration à l’école juridique de l'UCLA.

« Il y a eu des commentaires pendant la campagne qui ont mis l'accent sur la religion en tant que cible », a déclaré Hiroshi Motomura. « Si le dossier montre que les origines d'une mesure particulière sont fondées sur le ciblage d'un groupe particulier, cela pourrait être contesté devant les tribunaux ».

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens