Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 19:34

 

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2017/01/jean-luc-melenchon-presente-un-candidat-france-insoumise-contre-le-chef-de-file-des-deputes-front-de-gauche-andre-chassaigne-et-cont

 

Jean-Luc Mélenchon présente des candidats du mouvement de la France Insoumise contre le chef de file des députés du Front De Gauche (FDG), André Chassaigne, et contre Nicolas Sansu

 

Par Ismaël Dupont

 

Mercredi 11 Janvier 2017

 

Nous le savons, le mouvement de la France Insoumise communique sur son intention de présenter cinq cent soixante dix sept candidats dans cinq cent soixante dix sept circonscriptions qui, le doigt sur la couture du pantalon, auront signé la charte du mouvement de la France Insoumise s'engageant à une discipline de vote à l'assemblée nationale, à ne reconnaître que le programme du mouvement de la France Insoumise, programme intouchable écrit par le clan rapproché autour de Jean Luc Mélenchon en prenant en compte des contributions sur internet des individus soutenant Jean-Luc Mélenchon et sur lequel n'ont pas eu un mot à dire les anciens partenaires du FDG et les soutiens actuels de la candidature de Jean Luc Mélenchon au Parti Communiste Français (PCF) et à Ensemble, et à financer le nouveau mouvement politique de la France Insoumise avec les voix qu'ils auront gagnées dans les circonscriptions.

Cette intention affichée est pour une part une rodomontade et une provocation. Comment à l'approche des élections présidentielles prétendre obtenir le maximum de voix des électeurs du FDG et du PCF si nous faisons le jeu de la division de la gauche de transformation dans les circonscriptions législatives, si nous nous apprêtons à faire perdre les députés sortants du FDG qui refuseraient de se soumettre à Jean Luc Mélenchon et au mouvement de la France Insoumise parce qu'ils ne reconnaissent plus le centralisme démocratique depuis longtemps et refusent l'hégémonie d'un chef ?

C'est aussi un élément de communication et de chantage pour placer des candidats de la France Insoumise sur des circonscriptions gagnables, comme le professionnel de la politique Alexis Corbière, ancien lambertiste et du courant de la Gauche Socialiste comme Jean Luc Mélenchon, dont il est le porte-parole aux élections présidentielles de 2017, qui se présente dans la circonscription de Bagnolet et de Montreuil que le PCF, qui pilote deux mairies sur le territoire, pourrait regagner.

Une chose est probable, si Jean Luc Mélenchon obtient un bon score au premier tour des élections présidentielles, lui et son mouvement de la France Insoumise chercheront à capitaliser aux élections législatives pour engranger du financement public et de la visibilité, car il y a, derrière la sortie du FDG de Jean Luc Mélenchon et la création du mouvement de la France Insoumise sur la base d'une plateforme numérique rappelant la démarche d'Emmanuel Macron, de Podemos ou du Mouvement Cinq Etoiles (MCE) en Italie, un projet de recomposition politique qui s'appuie aussi sur l'objectif d'un affaiblissement du PCF et de toutes les organisations qui ont une consistance militante et organisationnelle à gauche.

Que le refus du rassemblement déroule le tapis rouge à la droite et à l'extrême-droite et fasse perdre des députés du FDG sortants qui ont un bilan irréprochable dans l'opposition à la politique de François Hollande et de Manuel Valls, devrait interroger les sympathisants du mouvement de la France Insoumise.

En tout cas, parmi la centaine de candidats sur les cinq cent soixante dix sept circonscriptions, dans lesquelles des militants, parfois et souvent inconnus au bataillon, se sont présentés à la candidature auprès des groupes d'appui à Jean Luc Mélenchon, qui a été validée nationalement par le comité de candidature du mouvement de la France Insoumise, figurent deux candidats présentés comme André Chassaigne et Nicolas Sansu, comme par hasard deux députés du PCF et du FDG qui ont fait part publiquement par le passé de leurs désaccords avec Jean-Luc Mélenchon sur certaines questions et certaines démarches. Comme le mouvement de la France Insoumise, malgré des apparences de démocratie participative et directe, fonctionne de manière très pyramidale, hiérarchisée et centralisée pour les décisions importantes, ces candidatures contre André Chassaigne et Nicolas Sansu sont directement imputables à Jean-Luc Mélenchon qui pour l'instant, se refuse à discuter tout accord national sur les élections législatives avec Pierre Laurent et ses anciens partenaires du FDG, attendant probablement le premier tour des élections présidentielles pour voir comment il aborde le problème, quand les équipes de campagne concurrentes se seront déjà bien écorné sur le terrain.

Avec Jean-Luc Mélenchon et les militants du mouvement de la France Insoumise, nous partageons un certain nombre d'objectifs, de diagnostics et d'éléments de programme essentiels, mais nous refusons la logique présidentialiste, le culte de l'homme providentiel et la dimension souvent jacobine, populiste et nationaliste, hostile à l'Europe du discours de Jean Luc Mélenchon. Pour un certain nombre d'entre nous, nous ne nous reconnaissons pas dans un certain nombre de ses propos sur la politique internationale qui nous semblent même scandaleux, son tropisme anti-impérialiste de soutien à Vladimir Poutine, son indulgence pour Bachar al Assad, soi-disant protecteur de la laïcité et de l'état contre le terrorisme islamiste, ses discours de revalorisation de l'Algérie Française ou de rattachement au nom de la grandeur de la France des Territoires d'Outre-Mer (TOM) à nos projets d'expansion diplomatique et économique, contre les batailles des anti-colonialistes locaux. Nous goûtons peu surtout le narcissisme et les velléités à tout diriger de Jean-Luc Mélenchon parce qu'il a de la gueule, un charisme indéniable et une pensée politique et stratégique cohérente et intelligente, quoique discutable, sans respecter la diversité dans le monde politique et ses alliés qui lui ont permis d'exister en 2012, sa propension à caricaturer les gens qui ne pensent pas exactement comme lui ou lui résistent.

Nous considérons que sa volonté affichée de sortir du clivage entre la droite et la gauche jugé insignifiant pour les citoyens désormais en positionnant un clivage entre, d'une part, le peuple réputé homogène et, d'autre part, les élites et le système réputés homogènes et en jouant le recours au populisme contre la caste, plutôt qu'à l'explication et à la critique de classe et anticapitaliste, est dangereuse et qu'elle crée des ponts étranges parfois avec le discours traditionnel de l'extrême-droite, celui du tous pourris.

Nous considérons que le discours contre les partis que l'on entend beaucoup dans le mouvement de la France Insoumise est largement déplacé et hypocrite sachant que leur but et leur méthode est bien de constituer un nouveau parti d'un nouveau type avec des élus dans les institutions.

Nous considérons que le programme présidentiel du mouvement de la France Insoumise est un programme socialiste de gauche et écologiste qui est de loin meilleur et plus prometteur que celui qu'a appliqué François Hollande mais qui ne prend pas en compte non plus toutes les conditions d'un dépassement de la tyrannie du capitalisme sur notre société, la question du crédit, de la nationalisation des banques et des services devant être soustraits à l'empire des logiques marchandes, le financement de la sécurité sociale et son extension, nous refusons le financement de la sécurité sociale par l'impôt qui reviendrait à la nationaliser et à la soustraire à la gestion des organisations de travailleurs, et la question des nouveaux droits à conquérir pour les travailleurs dans leurs entreprises ne sont pas abordés.

Cela ne nous empêche pas de soutenir la candidature de Jean Luc Mélenchon comme la plus utile et la plus capable virtuellement de mobiliser la population française contre l'austérité, le libéralisme et les institutions de plus en plus antidémocratiques de la cinquième république et, dans les conditions actuelles, de qualifier la gauche au second tour des élections présidentielles et d'éviter un second tour effroyable entre Marine Le Pen et François Fillon, voire de gagner à gauche véritablement les élections présidentielles.

Ce n'est pas le scénario le plus probable mais nous ne pensons pas non plus que des anciens ministres des gouvernements de François Hollande, représentants du social-libéralisme autoritaire comme Emmanuel Macron ou Manuel Valls ou de la sociale démocratie classique comme Benoît Hamon ou Arnaud Montebourg, aient beaucoup plus de chance.

Seulement, si nous voulons créer cette dynamique aux élections présidentielles et aux élections législatives car, en cas de victoire à gauche, nous aurons encore besoin d'avoir une majorité parlementaire pour gouverner, il faut arrêter de se tirer des balles dans le pied en déclarant la guerre aux anciens partenaires du FDG et à ses députés qui ont défendu, comme André Chassaigne, le projet de l'humain d'abord et les propositions du FDG avec brio, combativité et courage pendant cinq ans à l'assemblée nationale.

André Chassaigne était salarié de l'éducation nationale jusqu'en 2001. C'est un fils d'ouvriers et un député de terrain brillamment réélu depuis 2002 parce qu'il est modeste, démocrate exemplaire, efficace et proche des citoyens de la circonscription de Thiers. Avec sa liste qui avait préfiguré l'ouverture et les succès du FDG aux élections régionales de 2010, il avait réuni quinze pour cent des suffrages, se qualifiant au second tour. C'était le meilleur score de la gauche de gauche en France.

Rien n'est facile pour les communistes quand ils veulent conquérir ou sauvegarder un poste de député, particulièrement en zone rurale comme André Chassaigne. Cela demande de vraies qualités humaines et politiques pour y parvenir.

C'est plus facile pour Jean Luc Mélenchon de faire le bateleur sur les plateaux de télévision et sur quelques tribunes pendant quelques semaines en se présentant face à Marine Le Pen à Hénin-Beaumont et en désertant ensuite complètement la circonscription et les combats du FDG et du PCF du Pas-de-Calais.

Ce dont les citoyens ont besoin dans cette période où la politique suscite souvent la défiance, c'est d'une démarche politique authentique, rassembleuse et conséquente, ce n'est pas de sectarisme, d'arrogance, de volonté hégémonique et de règlement de compte.

Actuellement, partout dans le Finistère et en France, le mouvement de la France Insoumise refuse les propositions de rassemblement sur des bases pluralistes aux élections législatives du PCF et de ses anciens partenaires du FDG.

Avec un Front National situé par les sondages entre vingt cinq et trente pour cent des suffrages, une droite radicalisée prête à remettre en cause un certain nombre d'acquis sociaux et démocratiques fondamentaux, un Emmanuel Macron et un Manuel Valls qui cherchent à faire une Offre Publique d'Achat (OPA) droitière sur la gauche, c'est tout simplement irresponsable.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens