Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 20:20

 

https://socialistworker.co.uk/art/43970/100,000+join+Womens+March+in+London

 

Cent mille personnes participent à la marche des femmes à Londres

 

Des dizaines de milliers de personnes se sont jointes à la marche des femmes depuis l'ambassade américaine à Grosvenor Square jusqu'à Trafalgar Square à Londres, Samedi 21 Janvier 2017. Ils ont rejeté Donald Trump et le fanatisme qu'il représente et qui prospère.

Selon les premières estimations des organisateurs, cent mille personnes ont participé à la manifestation.

C'était l'une des centaines de marches à travers les États-Unis et le monde inspirées par la marche des femmes à Washington. Des millions de personnes ont participé pour l'égalité et la diversité contre la peur et la haine de Donald Trump.

C’est le plus grand jour de manifestation mondiale depuis 2003.

Les organisateurs de Londres ont déclaré que la marche était pour « la protection de nos droits fondamentaux et pour la sauvegarde des libertés menacées par les événements politiques récents. Nous nous unissons pour la dignité et l'égalité de tous les peuples, pour la sécurité et la santé de notre planète et pour la force de nos communautés dynamiques et diverses ».

Des manifestants ont parlé à Socialist Worker de la nécessité de prendre la rue, refusant l’intimidation et le silence.

« Attendre en silence la victoire des démocrates dans quatre ans, c'est une façon de céder en silence », a déclaré Khadiee Afflick. « Si Donald Trump est président, j’ai peur de ce que cela signifie pour la Grande-Bretagne ».

Amy Wright est d’accord, « si nous attendons pendant quatre ans, ce sera trop tard ».

« Les choses ne changent pas si vous rester poliment à la maison », a déclaré Marina. Elle a continué en critiquant le slogan de Donald Trump, Make America Great Again.

« Quand l’Amérique a-t-elle été grande ? Quand les noirs étaient des esclaves et quand les femmes n'avaient pas le droit de vote, l’Amérique n’était pas grande. Je suis en colère et je refuse de me taire. Il peut y avoir des changements, mais nous devons nous battre pour cela ».

Pour beaucoup de manifestants, c'était leur première manifestation.

Les étudiantes Grace et Freja étaient en colère de voir Donald Trump promouvoir le sexisme.

Grace a dit que « nous sommes ici pour soutenir les droits des femmes parce que Donald Trump les met à terre ».

Freja a dit que « vous entendez ce qu'il dit et nous savons comment sont les jeunes hommes de notre âge. Donald Trump donne le mauvais exemple ».

Chiara, une autre étudiante de l'école, a convenu que « si Donald Trump peut dire ces choses au sujet des femmes, n'importe qui pourrait le dire ».

Il y avait une mer de pancartes faites à la maison prenant tous les aspects de la bigoterie de Donald Trump. Gabriel a dit que « je suis des États-Unis, mais je suis aussi moitié mexicain. Ce que nous voyons avec Donald Trump ne se passe pas seulement là-bas. Je suis en Grande-Bretagne depuis trois ans et j'ai vu la montée de la discrimination et les boucs émissaires. Nous devons rester ensemble ».

Il a ajouté que « beaucoup de gens sont en colère pour de bonnes raisons, mais la gauche mainstream n'a pas offert une alternative. Les promesses de Donald Trump sont vides, mais sans alternative les gens peuvent céder à la peur de l'autre ».

Trois cent membres d'équipage de cabine de British Airways en grève ont rejoint la manifestation devant le quartier général des Trades Union Congress (TUC) en criant des slogans contre les bas salaires.

L'un d'entre eux a déclaré à Socialist Worker que « c’est ainsi que nous pouvons sensibiliser à notre conflit parce qu'il semble y avoir un black-out médiatique ».

Un autre a comparé Donald Trump à ses propres patrons, disant « qu’ils peuvent aller loin avec n'importe quoi. C'est horrible et nous en avons assez ».

Connor était venu dans le cadre de la campagne irlandaise pour les droits à l'avortement. Il a dit que « nous nous battons pour abroger le huitième amendement en Irlande. Avec Donald Trump, nous allons faire face à de nombreuses questions de droits de la personne concernant les droits des femmes et des LGBT. J'ai des parents qui sont des migrants aux États-Unis et qui ne sont peut-être plus les bienvenus ».

Sophia, une étudiante, a dit que « je suis une femme métisse. Donald Trump est l'incarnation de l'oppression, il veut renverser tout ce pour quoi nous nous sommes battues depuis si longtemps. Nous avons parcouru un long chemin et Donald Trump veut retourner en arrière, donc nous devons nous battre pour aller de l'avant ».

Des personnes de nombreuses opinions politiques marchaient les unes à côté des autres. Les discussions sur la façon de vaincre le sexisme et le racisme de Donald Trump se sont poursuivies tout au long de la manifestation.

Certaines personnes ont assimilé l'élection de Donald Trump au vote en Grande Bretagne pour quitter l'Union Européenne.

Georgia a déclaré à Socialist Worker que « je pense que les personnes ont voté pour le Brexit sans savoir de quoi il s'agissait ». Mais, en discutant avec une autre personne sur le manque de démocratie dans l'Union Européenne, elle a concédé que « la sortie de l’Union Européenne ne me pose pas de problème, c’est le racisme que la campagne a déclenché qui est dangereux ».

D'autres personnes ont souligné la nécessité de créer des liens entre les différents groupes opprimés de la société.

« Il y a tellement de choses pour lesquelles nous devons nous battre », a déclaré Tamsin, une militante du parti travailliste.

« Il y a Black Lives Matter, le mouvement de solidarité pour les réfugiés et le mouvement des femmes ».

Elle a soutenu qu'une marche ne suffit pas, cependant, « nous devons partir de l’état d’esprit des secteurs locaux et les pousser à s'impliquer dans la politique. Si nous le faisions tous, cela ferait une énorme différence. Nous devons parler aux gens et les gagner ».

Pooja de Californie a rejoint la marche. « Je déteste les foules, mais je déteste encore plus Donald Trump », a-t-elle déclaré à Socialist Worker. « Beaucoup de gens qui sont normalement silencieux sont sortis aujourd'hui ».

Des marches ont eu lieu dans toute la Grande-Bretagne. Deux mille personnes ont rejoint des manifestations et des assemblées à Manchester et à Édimbourg, mille quatre cent personnes ont défilé à Shipley, dans le West Yorkshire, mille cinq cent personnes à Bristol et deux cent personnes à Cambridge.

Beaucoup plus de marches et d'assemblées ont eu lieu, y compris à Cardiff, Liverpool et Leeds.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens