Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 20:36

 

http://rue89.nouvelobs.com/2017/01/15/pourquoi-elles-organisent-marche-femmes-21-janvier-266093

 

Pourquoi elles organisent une marche des femmes, Samedi 21 Janvier 2017

 

Le rassemblement pour défendre les droits des femmes, prévu au lendemain de l’investiture de Donald Trump à Washington et dans des dizaines d’autres villes, est né sur Facebook.

 

Par Emilie Brouze

 

Dimanche 15 Janvier 2017

 

Le Mardi 8 Novembre 2016, les résultats tombent. Donald Trump va bel et bien remporter l’élection présidentielle américaine. Sur l’île de Maui, dans l’archipel d’Hawaï, une avocate à la retraite est abasourdie.

La campagne électorale a été marquée par les déclarations vulgaires et sexistes du candidat républicain et son élection est une menace pour les droits des femmes.

Teresa Shook a une idée. Et si les femmes marchaient à Washington contre l’investiture ? Elle la partage sur un groupe Facebook privé de soutien à Hillary Clinton, Pantsuit Nation. Puis elle finit par créer un événement Facebook. Avant de se coucher, elle invite une douzaine de ses amies à la rejoindre.

« Quand je me suis réveillée, c’était dingue », témoigne-t-elle à Reuters. Des milliers de personnes sont intéressées pour participer à la marche et Teresa Shook commence à recevoir des messages de femmes de tout le pays. L’activiste Bob Land, qui avait en tête une idée similaire, la contacte pour l’aider à organiser l’événement. D’autres proposent bénévolement leur aide.

Dimanche 15 Janvier 2017, près de deux cent mille personnes ont indiqué sur la page Facebook qu’elles allaient participer à la marche à Washington, Samedi 21 Janvier 2017. Pour le Washington Post, la marche des femmes pourrait être le plus grand rassemblement en réaction à l’investiture d’un président américain.

Peu après le lancement de l’événement, il a été reproché aux organisatrices, toutes des femmes blanches, l’absence de diversité.

Le problème est réglé. Trois autres activistes expérimentées ont finalement rallié l’équipe organisatrice, Tamika Mallory, Carmen Perez et Linda Sarsour. Trois femmes qui ont toutes les trois organisé en 2015 une marche pour la justice de New York à Washington.

Il a fallu enfin ajuster le nom. La manifestation, initialement baptisée Million Woman March, un nom déjà utilisé en 1997, a été changée pour la marche des femmes, clin d’œil aux manifestations pour les droits civiques du mois d'août 1963.

Pas que pour les femmes

Aujourd’hui, des dizaines d’associations soutiennent l’initiative, dont Amnesty International et Planned Parenthood, réseau de planning familial. Quelques célébrités se sont aussi ralliés à la marche, Katy Perry, Julian Moore, Cher ou encore Scarlett Johansson. Teresa Shook, la retraitée hawaïenne, a évidemment prévu de s’envoler vers la capitale pour marcher à Washington.

Des dizaines d’événements sont prévus dans les autres états américains ce même jour, mais aussi ailleurs dans le monde, au Canada, en Australie, en Grande-Bretagne ou encore en France, à Paris ou à Montpellier. A Paris, c’est la Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes (CLEF) qui a organisé en solidarité le rassemblement.

Si la marche de Washington est organisée par des femmes, il ne s’adresse pas qu’aux femmes. « Tout ceux qui soutiennent les droits des femmes sont les bienvenus », affiche l’événement.

« Nous faisons front commun en solidarité avec nos compagnons et enfants pour la protection de nos droits, de notre sécurité, de notre santé et de nos familles. Nos différentes communautés font la force de notre pays.

La rhétorique utilisée pendant la compagne a insulté, diabolisé et menacé bon nombre d’entre nous, femmes, immigrés de tous statuts, croyants en diverses religions et en particulier les musulmans, les personnes s’identifiant comme LGBTQIA, ceux qui ont la peau noire ou brune, les handicapés, les personnes pauvres ou ceux ayant été agressé sexuellement.

La marche des femmes à Washington enverra un message à notre nouveau gouvernement au premier jour de son mandat et au monde, que les droits de la femme sont des droits humains ».

« Nous ne resterons pas silencieuses »

Les organisateurs ne souhaitent pas que le rassemblement soit une manifestation contre Donald Trump, souligne Vox. Mais les inquiétudes sur la manière dont les femmes et leurs droits pourraient être menacés sous la présidence de Donald Trump sont assurément à l’origine de la mobilisation et source de motivation pour se faire entendre. Ceux qui comptent participer sont invités à le faire savoir sur les réseaux sociaux, sous le hashtag pourquoi je marche.

« Nous ne resterons pas silencieuses et que nous ne laisserons personne revenir sur des droits pour lesquels nous nous sommes battues », affirme Tamika Mallory, l’une des organisatrices, au Washington Post.

« Nous craignons que la misogynie couplée à la xénophobie et au racisme exprimés pendant la campagne ne fassent reculer la lutte des femmes en faveur de l’équité et de la parité », explique Fontaine Pearson, cinquante quatre ans, une autre organisatrice, au Temps.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens