Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 17:13

 

POUR UN BILAN DU LAMBERTISME

 

Suite à la lecture du témoignage de Pierre Salvaing, Robert Duguet écrivait récemment un message relatif au bilan du lambertisme.

 

Vous trouverez ci-dessous un paragraphe de ce message.

 

Le message est disponible en totalité si vous consultez le blog personnel de Robert Duguet à l’adresse ci-dessous.

 

Bernard Fischer

 

http://socialisme-2010.fr/blog2016/janvier2017.php#jan02

 

POUR UN BILAN DU LAMBERTISME

 

Dans la théologie lambertiste, il n’y a pas seulement l’imminence de la révolution qui tarde toujours à venir, il y a aussi, point aussi important, l’attitude à avoir vis-à-vis du parti de François Mitterrand. Là nous sommes en face du facteur politique qui a largement contribué à la liquidation du trotskysme dans notre pays. Pour ma part, ce processus je l’ai vécu de 1978 à 1984 à l’intérieur du Parti Socialiste. Etant dans le réseau de Jean Luc Mélenchon au sein du courant mitterrandiste et malgré d’incessantes interrogations que je posais à Marc Lacaze avec qui je discutais très régulièrement, je ne comprenais pas la stratégie qui était alors celle de la direction de l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI) vis-à-vis du Parti Socialiste. L’afflux de nombreux adhérents et militants dans les sections du Parti Socialiste à partir de la vague électorale aux élections municipales de 1977 ouvrait une perspective de construction d’un courant à la gauche du Parti Socialiste. Je ne comprenais pas le refus de cette opportunité qui s’achève à mon sens avec le plan de Jacques Delors de 1983 et la honteuse défaite laïque de 1984. Rétrospectivement, je pense qu’après 1984 la présence de militants révolutionnaires au sein du parti de François Mitterrand ne se justifie plus.

Quand Pierre Salvaing décrit le fait que la politique de l’OCI dans les années 1976 ne permet plus de passer au stade du parti des dix mille militants, l’absurdité de la méthode des objectifs et des résultats, aussi justifiées que soient les problèmes pointés par Stéphane Just, l’analyse ne regarde pas ce qui se passe dans la représentation politique dans son ensemble, les rapports entre les classes et leurs représentations. La vague de fond de 1977 traduit le fait que la classe ouvrière regarde du côté du Parti Socialiste et ce mouvement s’approfondira jusqu’en 1982. La rupture de l’union de la gauche par le Parti Communiste Français (PCF) ne fera qu’amplifier ce mouvement de la classe ouvrière et de la petite bourgeoisie vers François Mitterrand. Alors oui durant ces quelques années il y avait une vraie opportunité de préparer les bases d’un dégagement centriste. Il ne se retrouvera d’ailleurs plus jamais après. En 1976, Pierre Salvaing souligne que l’OCI discute de la perspective de la Ligue Ouvrière Révolutionnaire (LOR), c’est-à-dire offrir aux militants en opposition à leurs directions politiques un cadre provisoire vers le parti révolutionnaire. Mais ce débat est à cette date à côté de la plaque. C’est vers le Parti Socialiste que le mouvement s’oriente. La LOR, ce n’est pas l’heure. Ce sera une opportunité perdue.

Ce qui se passera ultérieurement dans l’histoire ultérieure du Parti Socialiste n’a que peu d’intérêt pour ceux qui n’ont pas renoncé au socialisme. Il y a eu Marc Dolez qui, pour plagier le poète, résistera « ce que vivent les roses, l’espace d’un matin », après la bataille pour le non socialiste de 2005 à l’Europe néo-libérale. Puis il y a eu le départ de Jean Luc Mélenchon, sans bataille de fond d’ailleurs contre la direction du Parti Socialiste, ce qui infirme totalement l’idée que le mélenchonisme serait un développement centriste venu du Parti Socialiste. Ses positions actuelles, tant sur les questions nationales qu’internationales, n’ont plus rien à voir avec le centrisme d’un Marceau Pivert par exemple. Ce qui s’agitera à la gauche du Parti Socialiste sera d’une autre nature. Il me semble tout à fait contradictoire de placer Lionel Jospin au poste de premier secrétaire du Parti Socialiste, avec l’accord de François Mitterrand, et en même temps de construire un courant de gauche à l’intérieur du Parti Socialiste. Donner les rênes du Parti Socialiste à un homme que François Mitterrand lui-même connaissait comme un cadre de Pierre Lambert, c’était aussi un moyen de verrouiller l’organisation contre d’éventuels dégagements centristes.

Pour revenir à la question de l’entrisme, l’opération de Lionel Jospin n’a rien à voir avec la stratégie que Léon Trotsky avait préconisé en France et en Espagne dans les années qui précédent la seconde guerre mondiale. En opposition dans le mouvement ouvrier au rôle éminemment réactionnaire joué par l’internationale stalinienne, notamment en Allemagne en 1933, la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO) voit ses effectifs grandir et la démocratie devenir une réalité dans son organisation. Léon Trotsky défend l’entrée de ses camarades dans la SFIO, mais drapeau déployé et musique en tête. Ce qui l’opposera du reste aux pivertistes qui cristalliseront une opposition dans la SFIO, après la grève de 1936, la gauche révolutionnaire. Et il s’agit à l’époque de faire l’unité contre le fascisme. Mais dès lors où la SFIO prend le pouvoir, il va évoluer, comme parti parlementaire ouvrier-bourgeois, vers la crise de l’état et avec l’accord de front populaire vers sa droite. Pour Léon Trotsky, le temps sera alors venu de rompre avec l’appareil social-démocrate.

Voilà brièvement pour l’entrisme version Léon Trotsky. Chez Pierre Lambert, il s’agit de tout autre chose. François Mitterrand était coincé entre les attaques des néo-corporatistes de Michel Rocard et celles du Centre d’Etudes, de Recherches et d’Education Socialiste (CERES) de Jean Pierre Chevènement, relayant les positions de la direction du PCF contre le Parti Socialiste. Par ailleurs son courant n’avait aucune unité doctrinale, c’était un conglomérat d’appétits de carrières diverses et variées, il était bien incapable de mener une campagne présidentielle. Lionel Jospin n’est absolument pas un sous-marin du trotskysme, un entriste, mais un cadre politique prêté par la direction de l’OCI, dans un but bien précis, permettre à François Mitterrand de gagner au mois de mai 1981. Cela n’a plus rien à voir avec le trotskysme. Quant à la campagne de 1981, je ne suis pas d’accord avec Pierre Salvaing, l’ayant vécu de l’intérieur du Parti Socialiste, l’OCI a été infiniment plus efficace que les sections socialistes, elle avait alors l’organisation et la discipline. A l’époque, les militants socialistes un peu formés sur le plan doctrinal, et sur un ton un peu goguenard, appelaient l’OCI le cinquième courant du Parti Socialiste. Ils obéissaient, ils faisaient le boulot, surtout ils ne demandaient rien et ils ne risquaient pas de contrecarrer les ambitions locales de tel ou tel.

Les petits marquis de banlieue ou de province pouvaient s’endormir sur leurs deux oreilles, on travaillait à leur place. Il y a un point que ne soulève pas Pierre Salvaing. Appeler à soutenir François Mitterrand dès le premier tour des élections présidentielles et engager une campagne efficace sur ce point précis, en opposition à la ligne classique du trotskysme dans les élections, pour Pierre Lambert cela s’est négocié en espèces sonnantes et trébuchantes avec la direction du Parti Socialiste. Pourquoi ne pas en parler ? C’est toujours sur les questions d’argent que les vraies raisons d’une trahison apparaissent.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

merejkowsky pierre 10/01/2017 18:04

le parti Lambertiste a brillamment et parfaitement appliqué son programme; Les camarades Jospin et Mélenchon en effet totalement respecté le programme que l'OCI leur avait assigné : faire définitivement disparaitrele parti socialiste. La question est maintenant la suivante : comment l'OCI fera t elle pour se débarrasser des inorganisés de Nuit debout qui empêche le necessaire contrôle de l'insurrection qui vient par l'OCI sous peine de la voir sombrer dans les bras des faux prophètes?Pour une OCI de masse offensive ; soutenez massivement www.osezlesocialique.com

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens