Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 19:51

 

UNE JEUNESSE FRANCAISE

 

Pierre Salvaing publiait récemment un témoignage de quatre cent vingt pages relatif à l’histoire de l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI).

 

Robert Duguet en faisait une synthèse de vingt pages.

 

Vous trouverez ci-dessous un seul paragraphe de la synthèse de Robert Duguet relatif à l’histoire des relations entre l’OCI, l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) et le Parti Socialiste à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

 

Je vous invite bien évidemment à la lecture de la totalité de la synthèse de Robert Duguet et à la totalité du témoignage de Pierre Salvaing disponibles si vous consultez le blog personnel de Robert Duguet à l’adresse ci-dessous.

 

Bernard Fischer

 

http://socialisme-2010.fr/blog2016/janvier2017.php#jan01

 

UNE JEUNESSE FRANCAISE

 

Lorsque l’OCI prend l’UNEF en 1971, l’UNEF n’est plus qu’une coquille vide.

Le Parti Socialiste Unifié (PSU) et la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) ont déserté le combat syndical et les trotskystes se trouvent face à face avec les staliniens du courant pour le Renouveau de l’UNEF qui défendent la participation aux conseils de gestion de la loi d’Edgar Faure.

L’OCI releva le gant de la lutte pour l’indépendance vis-à-vis des conseils de gestion contre les staliniens, mais ce combat n’entraînait qu’une avant-garde de militants.

Pierre Salvaing écrit que « nous aurions dû peut-être prendre davantage la mesure de la réalité de ces conditions exceptionnelles. C’est comme lorsqu’un petit détachement d’armée se trouve isolé en avant-garde, par sa vaillance et le hasard des circonstances de la guerre. Il ne peut en rester là. Ou bien le reste de l’armée le rejoint rapidement, ou bien il doit se préparer à se replier en bon ordre. Autrement dit, ne fallait-il pas nous préparer, dès la conquête de l’UNEF, à la certitude de la perdre quelques années plus tard ? Cela me paraît aujourd’hui l’issue la plus logique et la plus politique, celle qui nous aurait permis de garder une véritable organisation révolutionnaire dans la jeunesse. Cela aurait permis aussi de lancer les étudiants révolutionnaires dans un travail théorique et politique et un accès plus solide à la conscience des actes entrepris. En lieu de quoi, la direction de l’OCI a cherché, pour la garder ou en la gardant, des alliances et des combines, qui ont porté leurs fruits vénéneux à partir de 1976 et de 1977, mais surtout avec la fameuse réunification de 1980. Cette réunification, inévitable à terme, unissait dans le syndicat l’OCI et le Parti Socialiste. Qui pouvait penser que, dans cet attelage, l’OCI conserverait les guides politiques ».

C’est une petite aristocratie ouvrière qui finalement, de combines en combines, de manœuvres d’appareil en manœuvres d’appareil, va conduire sa direction en 1981 à adopter envers le gouvernement de François Mitterrand, de Pierre Mauroy et d’Alain Savary, une position bienveillante de concertation. La direction de l’UNEF nous entraînera sur le terrain de la participation. C’était tourner le dos à la ligne qui avait permis de sauver le syndicat en 197, la lutte contre la réforme d’Edgar Faure et le combat contre la participation et la cogestion des universités. L’UNEF Indépendante et Démocratique a présenté des candidats aux élections universitaires. Elle a pris pour argent comptant les engagements d’Alain Savary de modifier la loi d’Edgar Faure. Lorsque, en 1983, Alain Savary présentera un projet de loi aggravant encore la loi d’Edgar Faure, l’UNEF, tout en le dénonçant, n’en continua pas moins sa participation aux conseils d’université, avec l’accord de la direction de Pierre Lambert.

Mieux, le combat pour la réunification syndicale, menée formellement sur la ligne du front unique du type de la Fédération de l’Education Nationale (FEN), un seul syndicat intégrant en son sein tous les courants du mouvement ouvrier, conduisait en fait à liquider ce qui faisait la spécificité du combat des trotskystes à l’université. Alors ont commencé les tripatouillages avec la Mutuelle Nationale des Etudiants de France (MNEF), la mutuelle étudiante véritable pompe à fric qui était la raison que le Parti Socialiste portait au syndicat et à la prétendue réunification. Le départ de Jean Christophe Cambadélis et de plusieurs centaines de militants étudiants en 1986 marquera la fin et en fait la liquidation du travail des trotskystes dans la jeunesse.

Dans une interview de Benjamin Stora, qui était en 1986 responsable de la fédérale étudiante de l’OCI, on lit que « dès 1978, Jean-Christophe Cambadélis m'a dit que, ce qu'il faudrait, c'est réunifier l'UNEF avec ceux du Parti Socialiste de François Mitterrand, contre le Centre d’Etudes, de Recherches et d’Education Socialiste (CERES), construit et dirigé alors par Jean Pierre Chevènement, allié aux staliniens. Il m'a présenté Jean Marie Le Guen, un type fade pas très à gauche, Jean-Michel Grosz et Jean-Loup Salzman. Les mitterrandistes à l'université n'étaient rien, seulement ces trois-là ».

Preuve que le mitterrandisme dans la jeunesse ne représentait rien, sinon trois obscurs bureaucrates professionnels. C’est à ceux-là qu’on a remis les clés de l’UNEF et du travail révolutionnaire dans la jeunesse. Si ce n’est pas une trahison, qu’est-ce que c’est ? Et une trahison qui concerne au premier chef celui qui est au centre du système, Pierre Lambert. Une politique de ralliement au front populaire sans rivage à droite. En 1979, ce sont les rocardiens qui frappent à la porte de l’UNEF.

Pierre Salvaing note « qu’en 1979, une autre composante se présente, celle-là tout à fait étrangère, les rocardiens. Pierre Lambert n'était pas très chaud pour les prendre, mais Jean Christophe Cambadélis était pour. Nous avons eu Manuel Valls, Alain Bauer, Stéphane Fouks et peut-être aussi Jean Jacques Urgoas, l'actuel ministre de la justice ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens