Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 20:52

 

http://www.lefilrouge2.blogspot.fr/2017/01/normal-0-21-false-false-false-fr-x-none.html

 

Nous quittons le Parti de Gauche pour poursuivre notre combat

 

Dimanche 15 Janvier 2017

 

Nous sommes les militants premiers signataires de cette lettre collective de démission du Parti de Gauche. Nous nous adressons en premier lieu à vous, camarades du Parti de Gauche, pour vous dire pourquoi nous quittons le Parti de Gauche et comment nous continuons le combat pour nos convictions.

Vous nous connaissez.

Certains d’entre nous sont parmi les tous premiers militants du Parti de Gauche. A un titre ou à un autre et de multiples façons, nous nous sommes tous efforcés d’y faire vivre ce qui nous paraît aujourd’hui encore essentiel, travailler à l’émancipation des femmes et des hommes dans le cadre d’une structure fondatrice originale, un parti creuset.

Notre engagement militant nous a permis de tisser des liens. Nous voulons les conserver, qu’il s’agisse de formation politique, des batailles électorales ou de campagne pour la sixième république.

A maintes reprises nous avons pu être confrontés à des divergences d’analyses de situation ou d’actions politiques. Nous les avons toujours acceptées. C’est la vie normale d’un parti dans lequel liberté de pensée et confrontation démocratique sont la règle pour avancer ensemble.

Nous avons défendu nos convictions contre les compromissions avec le Parti Socialiste aux élections régionales et aux élections départementales.

Beaucoup de militants ont alors quitté le Parti de Gauche. Nous sommes restés.

Aujourd’hui nous nous trouvons dans une toute autre configuration.

La confrontation démocratique n’a plus droit de cité.

Le coup de force bureaucratique contre la fédération de l'Isère du Parti de Gauche a eu pour déclencheur une divergence à propos de l’action de l’équipe municipale de Grenoble.

L'actuel secrétaire départemental a été clair et brutal, « je ne veux aucune critique de la municipalité ».

Le site internet de la fédération de l'Isère du Parti de Gauche est depuis censuré de main de fer.

Depuis six mois les instances dirigeantes locales en place, régulièrement désignées, ont été écartées.

Une parodie de nouvelle désignation sans débat et sous la pression des envoyés du Secrétariat Exécutif National n’ayant rien réglé, les règles élémentaires de la démocratie militante ont été bafouées à maintes reprises. Un seul exemple, pour l’élection à la direction du comité de Grenoble, les militants ont dû voter sans présentation des candidats et sans débat.

Que penseraient les insoumis aujourd'hui dans les groupes d’appui si les candidats étaient désignés avant de pouvoir se présenter ?

Le vide politique s‘est ainsi fait autour d’un seul objectif, le soutien indéfectible à l’action de la majorité municipale de Grenoble. Faut-il rappeler que tout cela s’est opéré sous le contrôle étroit de la direction nationale ? Communiqué national de soutien au maire d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) Eric Piolle et caution à sa politique d’austérité, cette dernière n’a pas ménagé sa peine, ignorant superbement la mobilisation populaire contre les mesures préconisées.

En ce début 2017, l’heure du bilan ne peut être davantage différée.

En interne ou dans l’expression extérieure règne le silence des cimetières. Tout point de vue autre que celui des gardiens du temple est proscrit. Sur la campagne en cours, tout est réduit à la compilation statistique et à l’organisation des tâches. Le débat politique, la situation internationale, l’Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et la Syrie ? Pourquoi en débattre ? Tout se résoudra miraculeusement dans le dépôt de bulletins de vote lors des élections présidentielles.

Or quand on sacrifie l'appui au mouvement social au profit des combinaisons électorales on est très vite au fond de l'impasse et on finit toujours par renoncer à la lutte des classes et par perdre les élections.

Pour ce qui est de l’expression publique, les responsables se distinguent comme les chiens de garde de la politique d’austérité municipale.

Qu’on en juge. Pas plus tard qu'à la fin du mois de décembre 2016, une camarade du Parti de Gauche, conseillère municipale, a été exclue de la majorité municipale sur insistance d’un conseiller du Parti de Gauche coprésident du groupe du rassemblement. Le motif est qu'elle s’est abstenue sur le vote du budget 2017, lequel consacre la fermeture des bibliothèques de quartiers populaires et de services sociaux.

Cela ne s’invente pas. Un élu du Parti de Gauche fait sanctionner une militante du Parti de Gauche dans l’exercice de son mandat électif lorsque cette dernière choisit de défendre la cause des grenoblois et des personnels frappés par ces mesures antisociales décidées par le maire de Grenoble. C'est, là encore, le silence des cimetières.

Voilà où nous en sommes.

Le Parti de Gauche est en train de devenir dans l'Isère, sous la conduite de responsables calculateurs et dissimulateurs, l’exact opposé de ce qu’il a proclamé en se constituant.

Aujourd’hui dans le département de l'Isère et avec la caution nationale, le Parti de Gauche s’oppose aux citoyens, aux syndicats et aux travailleurs.

Alors qu’il devait être un aiguillon pour la révolution citoyenne, il est devenu un obstacle.

Faut-il ajouter qu’il est à l’opposé de ce qui fonde la campagne des groupes d’appui à la candidature de Jean Luc Mélenchon au premier tour des élections présidentielles que nous menons ?

Le renoncement aux élections législatives de la part de la première adjointe et du coprésident du Parti de Gauche du groupe du rassemblement n’est-il pas un aveu ?

Alors que faire ?

Nous ne dormirons jamais.

2017 peut être l’année de tous les dangers.

Nous la voulons l’année de l’espoir.

Nous continuons à débattre fraternellement, librement et sans aucune censure.

Nous continuons à lutter avec détermination dans les combats sociaux désertés par le Parti de Gauche avec les travailleurs, les exclus et les mal-logés.

2017 est déjà marquée par l’engagement total dans la préparation des échéances électorales, nous y sommes tout autant.

Nous comptons bien vous retrouver dans ces combats.

L’assujettissement du soutien de la lutte des classes à l’expression électorale est une impasse politique car elle conduit inéluctablement au renoncement à la lutte des classes.

 

Premiers signataires

 

Roberto Badilla, Catherine Charpinet, Mayeul Chamussy, Juliette Corbineau, Sabine Couvreur, Martine Digard, Catherine Fayolla, Jean-Pierre Finot, Michel Foglio, Annie Foglio, Jean-Pierre Juy, Danielle Juy, Raphaël Juy, Jean-Paul Garac, Louis Groll, Jean Lafranceschina, Françoise Lafranceschina, Jean-Marc Lirante, Annie Lirante, Tony Matera, Monique Matera, Marie-Brigitte Melot, Jocelyne Michel, Raymond Michel, Dominique Mulé, Véronique Puthod, Christophe Ratin, Bernadette Richard Finot, Joseph Salustio

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens