Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 20:48

 

http://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-turkey-idUSKBN16218Y?il=0

 

Les forces rebelles soutenues par la Turquie prennent le centre d’al Bab à l’Etat Islamique

 

Des rebelles soutenus par la Turquie ont pris le centre de la ville d’al-Bab à l’Etat islamique, ont déclaré des médias et des rebelles turcs, Jeudi 23 Février 2017, donnant un coup de pouce à Ankara pour vaincre le groupe militant dans le nord de la Syrie.

La Turquie a lancé son opération Bouclier de l'Euphrate au mois d’août 2016 dans le but de repousser l'État Islamique de sa frontière et d'arrêter la progression de la milice kurde syrienne des unités de protection du peuple (YPG).

Prendre le contrôle d'al-Bab, un bastion de l'État Islamique à trente kilomètres de la frontière turque, renforcerait l'influence turque dans une région de Syrie où elle aurait effectivement créé une zone tampon et permettrait aux forces soutenues par Ankara de progresser vers Raqqa, la capitale de facto de l'Etat Islamique en Syrie.

Les combattants de l’Armée Syrienne Libre (ASL), une coalition d’arabes syriens et de turkmènes, attaquent al-Bab depuis le mois de décembre 2016, aidés par des avions de combat, des chars et des forces spéciales turques.

L'agence turque Anadolu, citant son correspondant à al-Bab, a déclaré que les rebelles avaient pris le contrôle du centre-ville et déblayaient maintenant les mines et les engins explosifs déposés par les djihadistes. Mille neuf cent kilomètres carrés dans le nord de la Syrie ont maintenant été libérés des groupes militants, a-t-elle dit.

Un observatoire de la guerre, l'Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme (OSDH) basé en Grande Bretagne, a déclaré plus tard Jeudi 23 Février 2017 que les forces du Bouclier de l’Euphrate avaient pris le contrôle total d'al-Bab et de deux villes voisines, Qabasin et al-Bezah.

« Nous sommes arrivés au centre-ville hier Mercredi 22 Février 2017, mais il y a eu une attaque suicide et nous avons dû nous retirer un peu et, aujourd'hui Jeudi 23 Février 2017, nous avons encore attaqué, je peux dire que quatre vingt cinq pour cent à quatre vingt dix pour cent de la ville est sous contrôle », a dit à l’agence Reuters par téléphone un combattant de la brigade Sultan Mourad qui est à al-Bab.

« Ils ont creusé des tunnels sous al Bab et ceux qui sont restés sont tous des kamikazes. Toute la ville est minée. Je peux dire que chaque mètre est miné ».

Un autre combattant de l’ASL contacté via un site de réseau social a déclaré qu'il y avait un « calme complet » dans al-Bab. Le combattant a dit qu'il parlait du centre-ville.

Le ministre turc de la défense, Fikri Isik, a déclaré à Anadolu que les rebelles étaient entrés dans le centre-ville et que la plus grande partie de la ville elle-même était maintenant sous leur contrôle.

Cependant, le groupe de surveillance de l'OSDH a déclaré que plus de la moitié d'al-Bab était encore sous le contrôle de l’Etat Islamique et que les combats continuaient.

Il n'y a pas eu de commentaire immédiat de la part de l'armée turque.

Plus tôt, un officier rebelle basé en Turquie appartenant à un groupe précédemment impliqué dans des combats dans la province d'Alep a déclaré que les rebelles avaient pris le contrôle d'al-Bab, bien que des groupes de militants de l’Etat Islamique continuent à se battre.

Zakaria Malahifji, du groupe Fastaqim, a déclaré à Reuters que toutes les zones stratégiques de la ville avaient été prises.

Les autorités turques ont déclaré à maintes reprises que l’opération d’al-Bab prenait plus de temps que prévu en raison du nombre de civils qui se trouvaient encore dans la ville et du soin pris pour les protéger.

Des tracts ont été largués sur la ville dès le mois de décembre 2016, exhortant les civils à chercher un abri.

Alors que l’opération du Bouclier de l’Euphrate a été largement concentrée jusqu'ici sur la lutte contre l'Etat Islamique, Ankara est également déterminé à empêcher la milice kurde des YPG, que le gouvernement turc considère comme un groupe terroriste, de relier les cantons qu’elle contrôle le long de la frontière turque.

La Turquie craint que les progrès réalisés par les YPG puissent favoriser l’insurrection kurde en Turquie.

Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que le prochain objectif de l'offensive turque devrait être Raqqa mais que les YPG ne devraient pas y participer.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens