Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 20:50

 

http://www.liberation.fr/france/2017/02/13/affaire-theo-matignon-se-couvre-toubon-demande-des-comptes_1548293

 

Affaire de Théo Luhaka, Matignon se couvre et Jacques Toubon demande des comptes

 

Par Ismaël Halissat

 

Tandis que Bernard Cazeneuve recevait Lundi 13 Février 2017 des associations pour évoquer les suites de l’interpellation du jeune homme, le défenseur des droits soulignait les insuffisances de la politique du gouvernement en la matière.

Le gouvernement continue à jouer l’apaisement dans l’affaire de Théo Luhaka, du nom du jeune homme dont l’interpellation, à Aulnay-sous-Bois, le Jeudi 2 Février 2017, a conduit à la mise en examen d’un policier pour viol et de trois autres pour violences volontaires. Le premier ministre, Bernard Cazeneuve, a reçu Lundi 13 Février 2017 en fin de matinée les représentants de plusieurs associations antiracistes, SOS Racisme, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (MRAP), le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) et la Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme (LICRA), afin de faire le point sur les rapports entre la police et les habitants des quartiers populaires.

L’association des Femmes Relais d’Aulnay-sous-Bois, présente dans la cité des trois mille où se sont produits les faits, était également conviée.

Le premier ministre était accompagné de Bruno Le Roux, ministre de l'intérieur, et d’Hélène Geoffroy, secrétaire d'état à la ville.

A la sortie de l'entrevue, Louis-Georges Tin, président du CRAN, a fait part d’un sentiment mitigé, « certes, le dialogue est à nouveau établi et nous nous en réjouissons, car cela fait plusieurs années que nous n'avions pas d’interlocuteur gouvernemental sur les violences policières. Mais les annonces sur la table ne concernaient que des propositions déjà faites ». Bernard Cazeneuve a effectivement rappelé que le gouvernement avait lancé une expérimentation sur les caméras piétonnes. Dans ce cadre, Bruno Le Roux avait précisé la semaine dernière que le déclenchement de l’enregistrement serait rendu obligatoire lors d’un contrôle d’identité pour les fonctionnaires équipés. Soit quelques milliers seulement pour l’instant.

« Le gouvernement n’a pas du tout donné suite à notre demande d’interdire les pratiques d’interpellation létales, comme certaines techniques d’immobilisation. La seule chose nouvelle, qui n’est pas un engagement ferme, c’est la création d’une commission mixte au niveau du ministère de l'intérieur, comprenant des membres de la police, des magistrats et des membres d’associations ou de syndicats, pour contrôler l’action de la police des polices », précise Louis-Georges Tin.

« Enfin, dans tous les cas, dans deux mois ce gouvernement ne sera plus là », souligne Yazid Kherfi, médiateur dans les quartiers populaires, également convié à Matignon. A la sortie de cette réunion, Hélène Geoffroy a également annoncé que des réunions seraient organisées sur cette thématique dans les préfectures avec certaines associations.

Le gouvernement en a profité pour lancer Lundi 13 Février 2017 un appel au calme face aux incidents qui se sont enchaînés depuis plus d’une semaine en banlieue parisienne. « L’émotion légitime suscitée par les événements d’Aulnay-sous-Bois ne saurait en rien justifier les violences inacceptables qui se sont produites le week-end dernier à Bobigny et à Argenteuil », a indiqué le premier ministre dans un communiqué.

Sur France Inter, plus tôt dans la matinée, Jacques Toubon, le défenseur des droits, avait souhaité une réponse forte du gouvernement à ce qu’il appelle un fait de société et non un fait divers. Pour lui, une première mesure pour apaiser les relations entre police et citoyens passerait par la délivrance, à chaque contrôle d’identité, d'une attestation nominative enregistrée pour la personne, avec un double anonyme pour la police.

Ce qui correspondrait au respect de l’engagement du François Hollande, lorsqu’il était candidat en 2012, d’instituer le récépissé. Informatisés par une machine, ces attestations permettraient de créer une véritable « comptabilité, des indications sur les lieux, sur les motifs et elle permettrait des recours ». Aucune statistique n’existe aujourd’hui à ce propos.

Jacques Toubon a également rappelé les résultats d’une récente étude réalisée par l’autorité administrative indépendante sur les contrôles au faciès. Dans cette enquête, portant sur un échantillon conséquent de cinq mille personnes, quatre vingt pour cent des jeunes hommes noirs et arabes indiquent avoir été contrôlés au cours des cinq dernières années, contre seize pour cent pour le reste du panel.

« Depuis 2012, le défenseur des droits a appelé les pouvoirs publics à donner une réponse à la confrontation à la fois réelle et symbolique entre une partie de la police et une partie de la population », a souligné Jacques Toubon.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens