Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 20:44

 

Troisième décès en une semaine dans le camp grec de Moria (Reuters)

 

Un migrant a été retrouvé mort Lundi 30 Janvier 2017 dans le camp de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, le troisième décès inexpliqué en moins d'une semaine, ce qui préoccupe les responsables locaux et met en lumière les conditions de vie extrêmement difficiles dans les camps de réfugiés de la mer Egée.

L'homme était âgé d'une vingtaine d'années et sans doute originaire du Pakistan, a déclaré un officier de police. Un autre migrant, qui partageait sa tente, a été hospitalisé dans un état critique.

Deux autres décès sont survenus ces derniers jours dans le même camp de réfugiés. Un égyptien de vingt deux ans est mort le Mardi 24 Janvier 2017 et un syrien de quarante six ans est mort le Samedi 28 Janvier 2017.

Les deux hommes vivaient sous la même tente. Selon les médias grecs, ces deux premiers décès étaient dus à l'inhalation de fumées dégagées par un poêle, information que les autorités grecques n'ont pas commentée.

Environ quatre mille huit cent réfugiés et migrants vivent dans deux camps sur l'île de Lesbos, soit mille de plus que les capacités d'accueil. Les conditions de vie à Moria, une ancienne base militaire, se sont détériorées alors que ses occupants attendent depuis des mois une réponse à leurs demandes d'asile.

Au total, plus de soixante mille réfugiés et migrants, pour la plupart originaires de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan, sont bloqués en Grèce depuis le mois de mars 2016.

Le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et d'autres organisations internationales ont exhorté Athènes à améliorer les conditions de vie dans ces camps de réfugiés, qualifiées de déplorables par l'Organisation Non Gouvernementale (ONG) Human Rights Watch.

Cité par l'agence Athens News Agency (ANA), le ministre grec de la politique migratoire, Yannis Mouzalas, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de ces décès et il a promis que des mesures seraient prises pour rendre la situation plus gérable dans les camps de réfugiés installés dans les îles de la mer Egée.

« Nous nous demandons combien il faudra de décès supplémentaires pour que notre gouvernement se réveille », a accusé Stavros Theodorakis, le dirigeant du parti centriste To Potami.

Du côté des ONG, Panos Navrozidis, directeur pour la Grèce de l'International Rescue Committee, a souligné que « ces décès gratuits ne pouvaient plus être tolérés ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens