Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 17:41

 

http://www.elmundo.es/espana/2017/02/12/58a02dbe46163fd3688b45f5.html

 

Victoire de Pablo Iglesias contre Inigo Errejón

 

Après les résultats du deuxième congrès de Podemos, Inigo Errejon se met à la disposition de Pablo Iglesias

Fin du débat, Pablo Iglesias a obtenu une nette victoire contre Inigo Errejón et il pourra diriger Podemos comme il le voudra. Le leader de Podemos aura une majorité de soixante pour cent du comité de direction et ses documents ont obtenu plus de cinquante pour cent des voix, contre trente trois pour cent pour son numéro deux.

Après les problèmes des dernières semaines, les militants de base ont accordé à Pablo Iglesias un soutien massif et lui ont laisser les mains libres pour diriger le cours politique du Podemos avec son équipe de fidèles, comme Irene Montero, Pablo Echenique ou Rafael Mayoral.

La victoire des pablistes a été si importante que dans le même temps elle représente également un test décisif pour l'intégration du second courant du parti, qui dans ce vote a obtenu beaucoup moins de voix que prévu. Pablo Iglesias a cité Inigo Errejón quand il a parlé d’unité, mais il reste à voir si son discours comme secrétaire général nouvellement réélu donne quelques indices qui pourront au moins apaiser les craintes de purges des errejonistes.

Les données sont très claires, elles ne sont pas discutables et elles sont fortement légitimées par le niveau élevé de la participation des militants de Podemos, le plus grand dans l'histoire de Podemos, avec plus de cent cinquante et un mille votants. Par conséquent, les premières réactions des partisans d’Inigo Errejón sont « d’assumer les résultats ». Ils ont reçu un coup fort, parce que Pablo Iglesias a maintenant les mains libres pour appliquer les résultats.

Un conseil citoyen pabliste

Pablo Iglesias obtient un contrôle absolu du conseil citoyen, le comité de direction de Podemos, qui se compose de soixante deux membres élus. L'équipe du secrétaire général obtient trente sept conseillers tandis que l’équipe d’Inigo Errejón obtient vingt trois conseillers. Et pour la première fois, le courant des actuels anticapitalistes obtient deux conseillers.

Au sein du conseil des citoyens siègent également le secrétaire général, Pablo Iglesias, et les leaders territoriaux. Cela ne change pas l'équilibre, parce qu'au moins huit leaders territoriaux sont des pablistes et trois d’entre eux sont des errejonistes. Les autres sont proches des anticapitalistes ou bien des indépendants.

Les membres du conseil des citoyens les plus connus sont les representants de tous les courants, Inigo Errejón, Irène Montero, Pablo Echenique, Rafael Mayoral, Rita Maestre, Miguel Urbán et Juan Pedro Yllanes. Il y a aussi une grande surprise, l'acteur Pepe Viyuela , qui conduit symboliquement la liste des errejonistes.

Pablo Iglesias promet l'unité et l'humilité

La victoire de Pablo Iglesias peut également être mesurée dans un aspect symbolique. Inigo Errejón n'a même pas été le deuxième conseiller qui a obtenu le plus de voix. Cela a été le secrétaire à l’organisation, Pablo Echenique, ce qui signifie un soutien supplémentaire à l'équipe de Pablo Iglesias, donnant encore plus de force à sa victoire.

Pendant ce temps, dans son discours après sa réélection en tant que secrétaire général, Pablo Iglesias a promis « unité et humilité », parce qu'il a dit que c’était le message des militants et que c’était la meilleure façon d'être utile. « Nous avons reçu un mandat et nous allons l’appliquer », a-t-il promis.

Avec un ton plus solennel, Pablo Iglesias a promis que « l'unité et l'humilité » vont présider l'attitude de Podemos pour relever de nouveaux défis, la défense du droit de décider, les droits de l'homme, être les meilleurs députés du parlement, continuer à s’opposer au Parti Populaire, gagner les élections et gouverner pour changer l'Espagne avec son peuple et ses peuples.

« Nous ferons certainement beaucoup d'erreurs. C’est impossible de ne pas en faire quand nous prenons des décisions mais, je vous le promets, nous ne nous tromperons pas de côté », a-t-il proclamé, se référant au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) et à son abstention face à Mariano Rajoy.

Pablo Iglesias a dit qu'à partir de maintenant Podemos sera plus ferme, féministe et unitaire. « Aujourd'hui, nous sommes plus forts et nous avons plus d’expérience », a-t-il dit, dans l'espoir que sa victoire écrasante serve à fermer la porte à la crise de l'année dernière. Et il a terminé son discours en disant « l’unité et l'humilité jusqu'à la victoire ».

Pablo Iglesias change également le modèle du parti

Le secrétaire général de Podemos a obtenu ce week-end tout le pouvoir dans une organisation conçue à sa convenance. Les militants ont livré pleinement le parti à son fondateur et dirigeant, dont les quatre documents, politiques, organisationnels, éthiques et pour l’égalité, ont obtenu toujours plus de cinquante pour cent des voix de plus de cent cinquante cinq mille votants.

Il faut signaler en particulier la victoire du document politique de Pablo Iglesias, qui a obtenu cinquante six pour cent des voix contre trente trois pour cent des voix pour celui d’Inigo Errejon et neuf pour cent des voix pour celui des anticapitalistes.

Lors du vote des documents organisationnels, l'équipe du secrétaire général obtient cinquante quatre pour cent des voix contre trente quatre pour cent des voix pour le document d’Inigo Errejón et dix pour cent des voix pour le document des anticapitalistes. Pour le vote des documents éthiques, Pablo Iglesias gagne à nouveau avec un pourcentage similaire, cinquante trois pour cent des voix, contre trente trois pour cent des voix pour le document d’Inigo Errejón et onze pour cent des voix pour le document de Miguel Urbán et de Teresa Rodriguez.

Cela signifie que Pablo Iglesias a les mains complètement libres pour faire ce qu’il veut de Podemos, parce qu’il a presque deux fois plus de voix qu’Inigo Errejón, aussi bien dans ses propositions politiques que dans ses propositions organisationnelles. A partir de maintenant, dans cette phase de maturation du parti, le secrétaire général aura beaucoup plus de pouvoir que le leader du Parti Populaire ou bien celui du PSOE, par exemple, et qu’il pourra, avec l'approbation de ses militants, prendre des décisions par-dessus le conseil citoyen, dans un modèle ultra présidentialiste.

Les militants ont décidé d'accorder les pleins pouvoirs au puissant secrétaire général, comme dans les trois premières années de la vie de Podemos. Le secrétaire général, par exemple, a la pleine capacité de convoquer des référendums militants. Il peut modifier les statuts de Podemos, protégeant les pouvoirs du leader.

Inigo Errejón a dit que, comme cela a été le cas jusqu'à présent, les principes fondamentaux, tels que des alliances pré et post électorales, nécessitent une consultation obligatoire des militants de Podemos. Les partisans du numéro deux proposent la décentralisation et la déconcentration des décisions, ce qui donne plus de pouvoir au conseil citoyen et aux organismes régionaux, comme cela se produit dans le PSOE, et moins de pouvoir au leader. C’est un modèle plus parlementaire et moins césariste.

Pablo Iglesias, cependant, refuse de reproduire un modèle similaire à celui du PSOE, dans lequel les secrétaires généraux régionaux, ceux qu’on appelle les barons, accumulent beaucoup de pouvoir et le contrôle du parti et sont un véritable contrepoids au secrétaire général.

Opposition à toute fusion avec Izquierda Unida

La victoire de Pablo Iglesias soulève également de nombreux autres aspects nouveaux. Parmi eux, il y a l’opposition à toute éventuelle fusion avec Izquierda Unida. Le secrétaire général a proposé que « la fusion avec une autre organisation devra être approuvée par les deux tiers des militants et des cercles actifs ».

En outre, il y a également la limitation des charges de Podemos. Pablo Iglesias a fait valoir qu'une seule personne ne peut occuper « une charge interne et une charge externe » en même temps. Cette proposition concerne des membres de tous les courants actuels. Inigo Errejón a également repris cette proposition.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens