Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 19:49

 

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/03/28/le-soutien-de-la-russie-aux-kurdes-entrave-l-incursion-turque-en-syrie_5101891_1618247.html

 

Le soutien de la Russie aux kurdes entrave l’incursion turque en Syrie

 

Moscou et Ankara font des choix divergents dans la poursuite de la guerre

 

Par Marie Jégo, correspondante permanente du Monde à Istanbul

 

La Turquie se targuait, au début du mois de mars 2017, de vouloir acheter des systèmes anti aériens à la Russie, présentée alors comme un partenaire au moins aussi stratégique à ses yeux que l’Union Européenne et l’Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

L’idylle s’est considérablement refroidie depuis que des troupes russes ont débarqué, Lundi 20 Mars 2017, dans la province d’Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie. Attenant à la frontière turque, ce territoire est tenu par les milices kurdes syriennes des unités de protection du peuple (YPG), le bras armé du parti de l’union démocratique (PYD), autant d’organisations qualifiées de terroristes par Ankara.

La relation s’est franchement gâtée lorsqu’un garde-frontière turc a été tué dans la région turque du Hatay, à la suite de tirs en provenance d’Afrine, Mercredi 22 Mars 2017. Dans la foulée, le chargé d’affaires russe à Ankara a été mis en garde. Si semblable incident devait se reproduire, la Turquie n’hésiterait pas à bombarder les positions kurdes du nord de la Syrie.

Officiellement, Moscou a placé ses soldats à Afrine pour mieux surveiller l’accord de cessez-le-feu parrainé au mois de décembre 2016 avec la Turquie. Les YPG, pour leur part, assurent qu’une base militaire russe verra le jour et que les combattants kurdes y seront entraînés.

La présence militaire russe à Afrine est un véritable coup de poignard dans le dos du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui n’a pas été averti par son ami Vladimir Poutine. Que Moscou se pose en défenseur des YPG et du PYD, des organisations soeurs du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), est un sérieux revers. « Nous sommes peinés de l’intérêt manifesté par la Russie et les Etats-Unis envers l’organisation terroriste YPG », a déploré le président Recep Tayyip Erdogan, Jeudi 23 Mars 2017. Une réaction tout en retenue si on la compare au torrent d’invectives déversé sur les alliés européens, les dirigeants d’Allemagne et des Pays-Bas surtout, que Recep Tayyip Erdogan est allé jusqu’à qualifier de suppôts du terrorisme et de nazis pour avoir refusé que des ministres turcs fassent campagne en sa faveur à Rotterdam et à Cologne.

Des prises de vue de soldats russes arborant à Afrine les insignes des YPG sur leurs uniformes ont ensuite circulé sur les réseaux sociaux, suscitant l’émoi des internautes et les critiques des éditorialistes. « Le PYD a une représentation à Moscou mais pas à Berlin. Ce sont des soldats russes en Syrie qui portent les insignes des YPG et non des soldats allemands », rappelait Akif Beki, un ancien conseiller du président, dans le quotidien Hürriyet, Jeudi 23 Mars 2017.

Une première fêlure dans les relations entre la Turquie et la Russie est apparue au moment des négociations de paix à Astana, quand les russes ont fait circuler, à la fin du mois de janvier 2017, un projet de constitution pour la Syrie avec un certain degré d’autonomie prévu pour les kurdes. Et puis le courant est mal passé lors de la dernière rencontre entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, à Moscou, le 10 mars 2017. Le Kremlin n’a pas apprécié que l’armée turque se soit emparée d'al Bab au mois de février 2017, une ville syrienne stratégique enlevée à l’organisation Etat Islamique. Selon les accords passés entre Moscou et Ankara, l’armée turque aurait dû laisser al Bab aux troupes de Bachar al Assad après l’avoir prise.

Les russes ont dû alors dessiner une ligne de démarcation au sud d'al Bab pour séparer les turcs et les syriens. Dans la foulée, la Russie a bloqué l’avancée turque vers Manbij, une ville du nord de la Syrie conquise par les milices kurdes au mois d'août 2016.

Le plus étonnant s’est produit lorsque les russes et les américains se sont mis en travers de l’armée turque et de ses alliés rebelles syriens aux abords de Manbij. Empêchée d’avancer dans l’est à Manbij et entravée par la présence russe dans l’ouest à Afrine, l’armée turque est limitée dans ses mouvements. Le projet de Recep Tayyip Erdogan, consistant à sécuriser une zone de cinq mille kilomètres carrés dans le nord de la Syrie, semble durablement compromis.

De facto, l’incursion militaire turque en Syrie a pris fin. Elle visait deux objectifs, nettoyer les abords de la frontière des djihadistes de l’Etat Islamique et empêcher les combattants kurdes syriens de faire la jonction entre leurs cantons de l’est et de l’ouest. Le premier est atteint, le second est hors de portée.

Autre contrariété pour Ankara, le secrétariat d'état à la défense des Etats Unis mise ouvertement sur les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), dont les milices kurdes des YPG sont les noyaux, pour lancer l’offensive sur Rakka, le fief de l’Etat Islamique en Syrie. Il s’agit d’un revers supplémentaire pour le président Recep Tayyip Erdogan dont l’armée, la deuxième de l’OTAN en nombre d’hommes, semble avoir été tenue à l’écart des opérations. Attendu en Turquie le Jeudi 30 Mars 2017, le secrétaire d'état américain Rex Tillerson devra rassurer l’allié turc.

En faisant des YPG un acteur majeur dans la région, Washington et Moscou renforcent la légitimité du PKK, alors que la guerre a repris de plus belle dans le sud-est de la Turquie entre les rebelles kurdes et les forces turques. Dès lors, la Turquie se retrouve confrontée au « plus grand défi sécuritaire auquel elle ait eu à faire face depuis la seconde guerre mondiale », écrit le chercheur américain Aaron Stein, du centre Rafik-Hariri pour le Moyen-Orient.

« La Turquie redoute une agression de la part du PYD. Il faudrait une garantie selon laquelle les intérêts turcs seront respectés et que le PYD associera d’autres courants politiques à la gestion des cantons kurdes, mais cela n’est certainement pas pour demain », assure Vahap Coskun, professeur à l’université de droit de Dicle, à Diyarbakir, et spécialiste de la région.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens