Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 19:59

 

http://www.fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN1683KE?sp=true

 

François Fillon inflexible, premières fissures à droite (Reuters)

 

François Fillon, qui a annoncé Mercredi Premier Mars 2017 sa convocation par les juges le Mercredi 15 Mars 2017 en vue de sa mise en examen, a déclaré qu'il irait jusqu'au bout de sa candidature à la présidence de la république, provoquant un début de scission dans son camp.

Le candidat de la droite et du centre, gravement fragilisé par l'enquête sur les emplois présumés fictifs de son épouse révélés le 25 janvier 2017 par le Canard Enchaîné, a dénoncé un assassinat politique et une instrumentalisation de la justice.

François Hollande lui a répliqué dans un communiqué, soulignant qu'une candidature à la magistrature suprême n'autorisait pas « à jeter la suspicion sur le travail des policiers et des juges », une critique reprise par plusieurs autres candidats.

L'ancien premier ministre, qui répondra aux juges, a fait valoir que sa convocation intervenait deux jours avant la date limite de dépôt des parrainages d'élus.

« Par le choix de ce calendrier, ce n'est pas moi seulement qu'on assassine. C'est l'élection présidentielle. C'est le vote des électeurs de la droite et du centre qui est fauché », a-t-il lancé lors d'une déclaration solennelle à son quartier général de campagne.

« C'est au peuple français que je m'en remets, parce que seul le suffrage, et non une procédure menée à charge, peut décider qui sera le prochain président de la république française », a poursuivi François Fillon, persistant à se poser en victime.

Et de marteler, « je ne céderai pas. Je ne me rendrai pas. Je ne me retirerai pas ».

Après avoir annoncé le 26 janvier 2017 sur la première chaîne de la télévision française qu'il renoncerait s'il était mis en examen, François Fillon avait dit le 16 février 2017 au Figaro qu'il s'en remettait « désormais au seul jugement du suffrage universel ».

Invoquant le « respect de la parole donnée », Bruno Le Maire a annoncé démissionner de ses fonctions de conseiller pour les affaires internationales et européennes auprès du candidat. Une défection saluée par plusieurs de ses soutiens, Arnaud Robinet, Franck Riester, Yves Jégo et Laure de La Raudière.

Dans des rangs déjà ébranlés par la tournure des événements, les velléités frondeuses ont resurgi et non des moindres.

L'Union des Démocrates et des Indépendants (UDI), parti centriste allié à François Fillon, a décidé de suspendre sa participation à la campagne dans l'attente d'une décision définitive la semaine prochaine. La tentation d'un ralliement à Emmanuel Macron grandirait en son sein.

La sarkozyste Catherine Vautrin, vice-présidente des Républicains de l’assemblée nationale, juge dans le journal l’Union « qu’il est grand temps que nous puissions avoir un autre candidat », tandis qu'un autre sarkozyste, le député des Républicains Pierre Lellouche, a demandé le retrait de François Fillon et la saisine du conseil constitutionnel en vue du report des élections présidentielles.

Selon plusieurs sources des Républicains, Nicolas Sarkozy a appelé ses troupes à soutenir son ancien premier ministre. Doutes et interrogations saisissent aussi les juppéistes.

Alain Juppé, qui se trouvait Mercredi Premier Mars 2017 à Paris pour une réunion des présidents de métropole, s'est refusé à tout commentaire dans l'immédiat. Le nom du maire de Bordeaux avait été de nouveau évoqué Mercredi Premier Mars 2017 comme possible recours.

Les spéculations à droite étaient à leur comble depuis l'annonce surprise, Mercredi Premier Mars 2017 peu après 8 heures du matin, du report sine die de la venue de François Fillon au salon de l’agriculture.

La nouvelle avait pris de court les membres mêmes de son entourage sur place, ainsi que les élus formant la délégation. Aucune explication n'était avancée alors que François Fillon avait appris dans la nuit, de son avocat, sa probable mise en examen le Mercredi 15 Mars 2017, selon une source proche du premier cercle.

Le candidat a alors décidé de convoquer les ténors des Républicains à son quartier général afin de décider de la marche à suivre. Il s'est également entretenu au téléphone avec Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, selon une source proche du parti.

Des scénarios contradictoires circulent sur la teneur de ces consultations. Selon un parlementaire des Républicains, François Fillon, poussé notamment par Gérard Larcher, proche de longue date, et Bruno Le Maire, se serait résolu un temps à se retirer au profit d'Alain Juppé, finaliste malheureux des élections primaires de la droite.

L'entourage du maire de Bordeaux avait affirmé à Reuters qu'il serait aux côtés de François Fillon pour sa déclaration. Gilles Boyer, ancien directeur de campagne d'Alain Juppé, avait ensuite démenti cette information sur Twitter.

Le maire de Bordeaux, resté en retrait dans la tourmente, avait réaffirmé le 21 février 2017 qu'il ne se prêterait pas à « un plan B contre la volonté de l’intéressé ». Mais à des parlementaires juppéistes, qui ont récemment déjeuné avec lui, il avait confié vouloir y aller si François Fillon le lui demandait.

« François Fillon a demandé à Alain Juppé s’il serait prêt à lui succéder. Alain Juppé lui a répondu qu'il ne le ferait que s'il le lui demandait expressément », selon ce proche du premier cercle.

C'était sans compter avec Nicolas Sarkozy et ses soutiens, mais aussi avec les quadragénaires du parti.

Selon des élus des Républicains, l'ancien président se serait catégoriquement opposé à l'option d’Alain Juppé, plaidant pour la candidature du sénateur-maire de Troyes François Baroin. Une perspective intenable pour les autres quadragénaires du parti, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou Nathalie Kosciusko-Morizet.

D'autres sources expliquent que Nicolas Sarkozy a exhorté son ancien premier ministre à s'accrocher. « Il lui a dit de tenir bon. Gérard Larcher lui dit qu'il faut lâcher et Jean-Christophe Lagarde lui dit que, s'il est mis en examen, les centristes ne le soutiendront pas », rapporte la source au fait des discussions.

Patrick Stefanini, son directeur de campagne condamné en 2004 avec Alain Juppé dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, a prévenu pour sa part que « si vous êtes mis en examen, moi je ne sais pas faire », ajoute cette même source.

Selon plusieurs élus, François Fillon aurait beaucoup hésité, remaniant son intervention à la dernière minute. « Il a été à deux doigts de lâcher vers 10 heures 30 mais, entre 11 heures et 11 heures 30, il s'est repris », témoigne l'un d'eux.

Le candidat, souriant, s'est finalement rendu Mercredi Premier Mars 2017 dans l'après-midi au salon de l’agriculture durant deux heures, une visite dans une cohue monstre qui s'est déroulée sans incident. Un grand rassemblement de soutien est envisagé Dimanche 5 Mars 2017 à Paris par son équipe.

« Nous sommes dans un truc de dingues », juge un parlementaire des Républicains.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens