Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 20:05

 

http://www.plateforme-palestine.org/A-propos-des-menaces-d-alimentation-forcee-des-prisonniers-palestiniens-en

 

A propos des menaces d’alimentation forcée des prisonniers palestiniens en grève de la faim

 

Lundi 8 Mai 2017

 

Déclaration du comité de pilotage de la campagne internationale pour la libération de Marwan Barghouthi et tous les prisonniers palestiniens

 

Suite aux menaces israéliennes de recourir à l’alimentation forcée, une intervention internationale urgente est indispensable afin de sauver la vie des grévistes de la faim palestiniens et pour répondre à leurs justes revendications.

Lundi 17 avril 2017, plus de mille prisonniers menés par Marwan Barghouthi, le dirigeant et parlementaire emprisonné, ont commencé une grève de la faim afin de protester contre les violations de leurs droits par Israël, la puissance occupante. L'Organisation des Nations Unies (ONU), le Comité International de la Croix Rouge (CICR) et de nombreux gouvernements dans le monde ont dénoncé ces violations.

Comme l’affirme l'ONU, « les grèves de la faim sont une forme de protestation non violente utilisée par des individus qui ont recouru en vain à toutes les autres formes de protestation pour mettre en évidence la gravité de leur situation. Le droit de protester sans violence est un droit humain fondamental » qu’il faut protéger.

Au lieu de garantir que « des personnes privées de liberté qui s’engagent dans une grève de la faim ne soient jamais soumises à des mauvais traitements ou punies pour s’engager dans une grève de la faim et qu'elles reçoivent le traitement médical nécessaire, selon leur volonté », Israël a pris des mesures punitives sévères contre les grévistes, y compris la mise à l’isolement total, l’interdiction de rencontrer leurs avocats, des raids dans les cellules avec confiscation des biens personnels et le transfert des prisonniers et détenus vers d’autres prisons. Il menace maintenant de recourir à l’alimentation forcée. Le parlement israélien avait adopté une loi pour autoriser l’alimentation forcée et la cour suprême israélienne avait déclaré l’alimentation forcée conforme à la constitution, se positionnant ainsi encore une fois en violation du droit international.

Juan Méndez, le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture et autres traitements cruels et dégradants ou punitions, souligne que « l’alimentation découlant de menaces, de coercition, de la force ou de l’utilisation de contrainte physique sur les individus qui ont opté en dernier recours pour la grève de la faim afin de protester contre leurs conditions de détention, équivaut, même si l’intention est de le faire pour leur bien, à un traitement cruel, inhumain et dégradant ». Après le refus de l'association des médecins israéliens de participer à la commission de tels crimes de guerre, Israël cherche maintenant à recruter des médecins étrangers. Le comité de pilotage de la campagne appelle tous les états à mettre en garde leurs médecins contre une telle implication et annonce son intention de poursuivre en justice tout médecin étranger qui contribuerait à perpétrer ces crimes de guerre.

Les rapporteurs de l'ONU soulignent que « la façon de mettre fin à une grève de la faim n’est pas de d’imposer l’alimentation aux grévistes, mais de remédier aux violations des droits humains sous-jacentes contre lesquelles les prisonniers protestent ». La communauté internationale a une responsabilité légale et morale et doit intervenir en urgence pour sauver les vies des prisonniers et pour qu’ils exercent les droits qui leur sont garantis par le droit humanitaire international et le droit international sur les droits humains.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens