Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 19:03

 

https://www.reuters.com/article/us-usa-trump-russia-idUSKBN18Z0HC

 

James Comey dit que Donald Trump l'a licencié pour miner l'enquête du Federal Bureau of Investigation (FBI) contre la Russie

 

L'ancien directeur du FBI, James Comey, a accusé jeudi 8 juin 2017 le président Donald Trump de l'avoir licencié pour tenter de miner l'enquête du FBI sur une possible collusion entre son équipe de campagne présidentielle de 2016 et la Russie.

James Comey a également déclaré aux sénateurs dans l'audience du congrès la plus attendue depuis longtemps que l'administration de Donald Trump avait menti et l’avait diffamé, lui et le FBI, après que le président l'ait licencié le 9 mai 2017.

L'administration a donné différentes raisons pour le licenciement de James Comey. Donald Trump a contredit plus tard son propre personnel et il a reconnu le 11 mai 2017 qu'il a licencié James Comey à cause de l’enquête contre la Russie.

Interrogé lors d'une audience au congrès des États-Unis sur les raisons pour lesquelles il a été licencié, James Comey a dit qu'il ne les connaissait pas avec certitude.

Mais il a ajouté « qu’encore une fois, je prends les mots du président. Je sais que j'ai été licencié à cause de la manière dont je menais l'enquête contre la Russie, l'irritant d'une certaine manière, et il a décidé de me licencier à cause de cela ».

James Comey a déclaré plus tôt devant le Senate Intelligence Committee (SIC) qu'il croyait que Donald Trump lui avait ordonné d’abandonner une enquête du FBI sur l'ancien président républicain du conseil national de sécurité Michael Flynn dans le cadre de l'enquête contre la Russie.

Mais James Comey n’a pas dit s'il pensait que le président cherchait à entraver la justice.

« Je ne pense pas que ce soit à moi de dire si la conversation que j'ai eu avec le président a été un effort pour entraver la justice. Je l'ai considérée comme très inquiétante et préoccupante », a déclaré James Comey devant le SIC.

Les critiques de Donald Trump disent que tout effort du président pour entraver une enquête du FBI pourrait constituer un obstacle à la justice.

Une telle infraction pourrait potentiellement conduire à ce que Donald Trump soit mis en accusation par le congrès, bien que les républicains qui contrôlent le sénat et la chambre des représentants aient peu d’appétit pour faire un tel mouvement contre lui.

Habillé d’un costume sombre et donnant des réponses courtes et précises, James Comey a fait le portrait d'un président dominateur qui a exercé des pressions contre lui pour empêcher le FBI d’enquêter contre Michael Flynn.

Dans plus de deux heures de témoignage, James Comey n'a pas fait de nouvelles révélations majeures sur les relations alléguées entre Donald Trump ou ses associés et la Russie, un problème qui occupe les premiers mois du président et qui le distrait de ses objectifs politiques tels que la révision du système de santé aux États-Unis et les réductions d'impôt.

Donald Trump, dans un discours public, a déclaré à ses partisans que leur mouvement était assiégé et il s'est engagé à se battre.

« Nous sommes assiégés, mais nous serons plus grands et plus forts que jamais », a-t-il déclaré, « nous n’arrêterons pas de faire ce qui est juste. Nous savons comment nous battre et nous n'abandonnerons jamais », a ajouté le président.

Les valeurs des États-Unis ont augmenté à la bourse, Jeudi 8 Juin 2017, après que les investisseurs aient conclu que le témoignage de James Comey ne ferait pas tomber en lui même la présidence de Donald Trump.

Les accusations de James Comey pourraient mettre l'administration de Donald Trump dans des difficultés juridiques, car le procureur spécial Robert Mueller et plusieurs commissions du congrès enquêtent sur les efforts présumés de la Russie pour influencer les élections présidentielles de 2016 et sur l’éventuelle collusion de la campagne de Donald Trump avec Moscou.

La Russie a nié une telle ingérence et la Maison Blanche a nié toute collusion.

L'ancien chef du FBI a déclaré que l'administration de Donald Trump l'avait diffamé dans les commentaires faits après son licenciement en disant que le FBI était en désordre et que les agents du FBI avaient perdu confiance en leur directeur. « Ce sont des mensonges purs et simples », a déclaré James Comey.

James Comey a déclaré que Donald Trump n'a pas essayé de l'amener à abandonner l'enquête globale contre la Russie, juste la partie de celle-ci concernant Michael Flynn, que le président a licencié au mois de février 2017 pour avoir tromper le vice-président Mike Pence sur l'ampleur de ses conversations l'année dernière avec l'ambassadeur de Russie aux États Unis.

Le sénateur républicain Marco Rubio a demandé à James Comey s'il a perçu la demande du président d’abandonner l'affaire de Michael Flynn comme un ordre donné par Donald Trump en tant que président, compte tenu du cadre et des circonstances de la conversation.

James Comey a répondu « oui ».

Comme l'a témoigné James Comey, une source de la Maison Blanche a déclaré que Donald Trump conteste les deux points clés du témoignage de James Comey, quand l’ancien directeur du FBI dit que le président lui aurait demandé de laisser tomber l’enquête contre Michael Flynn et quand il dit que le président lui aurait demandé sa fidélité.

Le fils de Donald Trump, Donald Trump Junior, a déclenché une série de tweets attaquant James Comey, mais le président lui-même s'est éloigné des médias sociaux alors que le drame avait lieu au congrès.

James Comey a déclaré qu'il avait le sentiment qu'il devait mettre ses conversations avec Donald Trump dans la sphère publique dans l'espoir que cela pourrait inciter à la nomination d'un procureur spécial qui a eu lieu plus tard. James Comey a déclaré qu'il a montré des copies de sa déclaration comportant ses entretiens avec Donald Trump à des personnes extérieures au ministère de la justice et il a « demandé à un de ses amis de partager le contenu de sa déclaration avec un journaliste ».

James Comey a déclaré qu'il a partagé le contenu de sa déclaration avec un professeur de la Columbia Law School, Daniel Richman, qui a confirmé à Reuters qu'il était la personne que James Comey a mentionné dans son témoignage.

James Comey a déclaré qu'il ne savait pas s'il y avait des enregistrements de ses conversations avec Donald Trump, mais il a dit qu'il espérait qu'il y en avait et qu'ils devaient être rendus publics.

« J’espère qu'il y a des bandes », a déclaré James Comey.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens