Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 18:50

 

 

La police a tué le dernier suspect de l’attentat de Barcelone (Reuters)

        

La police autonome de Catalogne a confirmé Lundi 21 Août 2017 avoir tué Younès Abouyaaqoub, dernier membre encore en fuite de la cellule djihadiste responsable des attentats qui ont fait quinze morts et cent vingt blessés la semaine dernière en Catalogne.

« Nous confirmons que l'individu abattu lors d'une opération à Subirats est Younès Abouyaaqoub, l'auteur de l'attentat terroriste à Barcelone », déclare-t-elle sur son compte Twitter. La commune de Subirats est située à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Barcelone.

Younès Abouyaaqoub, un jeune marocain âgé de vingt deux ans, conduisait la camionnette qui a semé la mort Jeudi 17 Août 2017 sur les Ramblas de Barcelone, tuant treize personnes et faisant cent vingt blessés.

La police catalane lui a également attribué un quatorzième décès, celui d'un homme qu'il a poignardé à mort et dont il a volé la voiture dans sa fuite hors de la capitale catalane.

Unique suspect encore en fuite dans l'enquête sur les attentats du Jeudi 17 Août 2017 à Barcelone puis dans la station balnéaire de Cambrils, il faisait l'objet d'un avis de recherche largement diffusé en Espagne et dans le reste de l'Europe. Sa mère l'avait exhorté à se rendre, disant préférer le voir en prison que tué.

Selon des médias espagnols, Younes Abouyaaqoub a été repéré par une habitante de Subirats Lundi 21 Août 2017 en début d'après-midi. Il a pris la fuite dans les vignobles des environs et la police a réussi à le localiser et à l'abattre, sur une route, non loin d'une usine de traitement des eaux. Un habitant de Subirats a repéré sa présence et il a alerté les policiers.

Younes Abouyaaqoub portait un dispositif ressemblant à une ceinture d'explosifs. Il a fallu l'intervention d'un robot de déminage avant que les Mossos d'Esquadra, la police autonome de Catalogne, confirment son identité. Sa mort met fin à une traque qui s'était élargie à toute l'Europe.

Sur les onze autres membres de la cellule, sept ont trouvé la mort et les quatre autres, trois marocains et un habitant de l'enclave espagnole de Melilla, ont été arrêtés par les forces de l'ordre. Ils seront traduits devant l’audience nationale, la haute cour de justice de Madrid, compétente pour les affaires de terrorisme.

Revendiqués par l'organisation Etat Islamique, les attentats, les plus meurtriers subis par l'Espagne depuis les attaques à la bombe du mois de mars 2004 contre des trains de banlieue à Madrid, ont fait au total quinze morts et cent vingt blessés. Sur les cinquante victimes qui étaient toujours hospitalisées, Lundi 21 Août 2017, huit sont dans un état critique et douze sont dans un état grave, selon les autorités.

La plupart des membres de la cellule djihadiste étaient issus de la communauté marocaine et vivaient à Ripoll, une petite commune de onze mille habitants située au pied des Pyrénées, dans le nord de la Catalogne.

Un ancien imam de la ville, Abdelbaki es Satty, est considéré comme le cerveau du groupe, à l'origine de l'endoctrinement des onze autres. Ainsi que les enquêteurs le pensaient depuis plusieurs jours, le chef de la police autonome de Catalogne, Josep Lluis Trapero, a confirmé Lundi 21 Août 2017 que des indices solides établissaient qu’Abdelbaki es Satty avait péri dans l'explosion d'une maison à Alcanar, au sud de Barcelone, Mercredi 16 Août 2017, la veille des attentats.

Les enquêteurs, qui ont découvert dans cette maison une centaine de bonbonnes de gaz et du tripéroxyde d'acétone (TATP), une substance explosive, sont persuadés que les djihadistes y préparaient des attentats de plus grande envergure. L'explosion accidentelle les a conduits à revoir leurs plans et à mener des attaques moins sophistiquées. Aucun des membres de la cellule djihadiste n'était connu des services de sécurité.

Les autorités belges ont confirmé lundi qu’Abdelbaki es Satty avait séjourné du mois de janvier au mois de mars 2016 dans la région de Bruxelles. Mais un porte-parole du parquet fédéral belge a déclaré qu'il n'était jamais apparu sur le radar de l'antiterrorisme. « L'imam était absolument inconnu des services du procureur fédéral », a dit Jean Thoreau.

Il a quitté Bruxelles au moment des attentats du 22 mars 2016 contre l'aéroport de Zaventem et dans la station de métro de Maelbeek, mais aucun lien n'a été établi entre ces carnages et l'imam, a précisé Jean Thoreau.

Concernant la France, le Parisien a rapporté Dimanche 20 Août 2017 que l'Audi utilisée dans l'attaque à Cambrils avait été flashée par un radar une semaine plus tôt en région parisienne.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens