Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 16:52

 

 

NEO SOCIALISME ET NATIONAL POPULISME

 

Robert Duguet écrivait récemment deux très longs messages relatifs à l’histoire du Rassemblement National Populaire (RNP) de Marcel Déat et du Parti Populaire Français (PPF) de Jacques Doriot dans les années 1930.

En réponse à des critiques, il écrivait lui-même l’introduction ci-dessous sous forme de mise au point.

Ses deux messages sont disponibles en totalité si vous consultez son blog personnel à l’adresse ci-dessous.

 

Bernard Fischer

 

http://socialisme-2010.fr/blog2016/planisme.php#planisme2

 

Les populismes des années 1930 se sont construits de l’intérieur du mouvement ouvrier

 

En 2007, la campagne calamiteuse de Ségolène Royal contre Nicolas Sarkozy aboutit au fait que le Parti Socialiste perd une campagne présidentielle réputée imperdable. Loin de réduire le débat à une question de personnalité, Jean Luc Mélenchon pose la question juste, à savoir à partir de quelle ligne politique Ségolène Royal, appuyée par François Hollande, alors premier secrétaire du Parti Socialiste, a-t-elle entrainé son camp à la défaite ? Jean Luc Mélenchon a constitué aux marges du Parti Socialiste l’association Pour la République Sociale (PRS) qui servira de base politique pour la rupture de 2008 et la constitution du Parti de Gauche.

Il rédige à la fin de l’année 2007 un livre dont le titre est « en quête de gauche, après la défaite », sous la forme de dialogue avec le journaliste Michel Soudais de Politis, qui est une sorte de manifeste. Je ne peux que conseiller aux militants du Mouvement de la France Insoumise (MFI) aujourd’hui de relire par le menu ce livre de Jean Luc Mélenchon qui est, à mon sens, le meilleur de ce qu’il a écrit et défendu, du temps où il se battait contre les dérives démocrates qui allait mener le Parti Socialiste à l’effondrement actuel. Je vais citer largement des extraits de ce livre.

Ce que j’ai écrit sur le national-populisme dans les années 1930 a suscité des réactions de militants du MFI qui s’offusquaient de mes mises en garde et qui n’acceptent pas que l’on puisse établir un parallèle entre les mouvements populistes qui ont ralliés Vichy et le national-socialisme et les populismes de gauche actuels dont Jean Luc Mélenchon est le représentant le plus évident en France. « Chercher la vérité et la dire », disait Jean Jaurès. Je rappelle que j’ai simplement exposé que les populismes d’avant-guerre ont été constitués de l’intérieur du mouvement ouvrier, des partis de gauche et du syndicalisme confédéré. Ils ne sont pas l’œuvre de l’extrême droite de l’époque. Autrement dit, les transfuges du mouvement ouvrier ont fourni une infanterie au fascisme. Ce sont des cadres du mouvement ouvrier qui se détourneront à la fois de l’immobilisme de la vieille direction de la sociale démocratie, qui ne parle de la révolution et du socialisme que les jours de congrès, et de l’internationale communiste dont la stratégie folle de la ligne classe contre classe permettra la montée au pouvoir d’Adolf Hitler. Le national populisme interviendra comme un raccourci démagogique tentant. Beaucoup s’y noieront, certains se reprendront et rompront pour rejoindre la résistance et d’autres iront jusqu’au bout du soutien au national-socialisme. Telle est la logique terrible d’une dérive.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens