Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 20:00

 

 

http://www.elmundo.es/cataluna/2017/09/20/59c2032446163f2b338b459a.html

 

La Guardia Civil arrête quatorze personnes et effectue plus de quarante perquisitions contre le référendum du premier octobre 2017

 

Arrestation de l’équipe d'Oriol Junqueras qui préparait le référendum

 

La Guardia Civil saisit sur un bateau plus de neuf millions de bulletins de vote

 

Le ministère espagnol de l’intérieur suspend les permissions des agents de la Guardia Civil

 

La Guardia Civil a arrêté quatorze personnes et a fait plus de quarante perquisitions, dont six bureaux du gouvernement catalan, les départements de l'économie, des affaires sociales et des affaires étrangères, le Centre des Télécommunications et des Technologies de l’Information (CTTI) et l'Agence du Trésor de Catalogne (ATC).

Le secrétaire général à l'économie et numéro deux d’Oriol Junqueras, Josep Maria Jové, et le secrétaire au trésor, Lluís Salvadó, sont parmi les personnes arrêtées. Les ministres des affaires étrangères et des affaires sociales et les responsables du CTTI et de l’ATC sont également arrêtés.

Au cours de l'opération, plus de neuf millions de bulletins de vote prêts pour le référendum ont également été trouvés sur un navire à Biells, dans la province de Barcelone. Quatre vingt pour cent des notifications pour constituer les bureaux de vote du référendum illégal avaient été saisies, Mardi 19 Septembre 2017.

Des milliers de personnes sont rassemblées devant le ministère de l’économie pour protester contre les perquisitions et contre les arrestations.

La Guardia Civil a arrêté quatorze personnes, des ministres du gouvernement catalan et des responsables d’entreprises privées, et a fait plus de quarante perquisitions, dont trois ministères du gouvernement catalan et trois autres institutions publiques, ce qui est la plus grande offensive judiciaire contre le référendum du premier octobre 2017 suspendu par le Tribunal Constitutionnel espagnol. Comme cela a été confirmé par des sources policières et gouvernementales, les personnes arrêtées par ordre du treizième juge d’instruction sont le numéro deux d’Oriol Junqueras et secrétaire général à l’économie du gouvernement catalan, Josep Maria Jové, et le secrétaire au trésor, Lluís Salvadó. Les personnes arrêtées sont accusées de prévarication, de détournement de fonds publics, de désobéissance au Tribunal Constitutionnel et de divulgation de secrets.

En plus de Josep Maria Jové, ont également été arrêtés les ministres des affaires étrangères et des affaires sociales et les responsables du CTTI et de l’ATC. Les identités des personnes arrêtées confirmées jusqu'à présent sont le ministre de l’économie Juan Manuel Gómez, le ministre des affaires sociales Xavier Puig Farré, les responsables du CTTI Josué Sallent et David Franco et le ministre des affaires étrangères David Palancad. Rosa Maria Rodriguez Curto a également été arrêtée à Madrid, comme cela a été confirmé par des sources policières.

La Guardia Civil a arrêté également des responsables d’entreprises privées, Pau Furriol et Mercedes Martinez, dans lesquelles a été localisé du matériel électoral et de propagande pour le référendum. Selon des sources policières,  plus de neuf millions de bulletins de vote ont été localisés sur un bateau de Bigues i Riells, dans la province de Barcelone.

Les arrestations au département d'économie visent à démanteler complètement l'équipe chargée de la logistique et de l'organisation du vote de premier octobre 2017, dont la coordination est assumée par Oriol Junqueras.

La Guardia Civil a perquisitionné à cet effet les bureaux du secrétaire au trésor du gouvernement catalan, Lluís Salvadó, et du secrétaire à l'économie, Pere Aragones, tous les deux membres d’Esquerra Republicana de Catalunya (ERC).

L’enquête se concentre également, en pleine Rambla Catalunya, sur le bureau qui a coordonné tous les travaux pour le référendum et où travaillent depuis trois mois des membres de l’organisation des campagnes électorales de Catalogne.

Le département dirigé par Oriol Junqueras était dès le départ dans les plans des enquêteurs, car c’était le lieu dans lequel étaient conservées les données sur le recensement électoral, en plus des listes des fonctionnaires du gouvernement catalan. Le juge qui a autorisé les arrestations, Juan Antonio Ramírez Sunyer, a engagé l'affaire à la suite d'une plainte déposée par Vox et par l'avocat Miguel Durán contre l'ancien sénateur Santi Vidal, l’ancien magistrat Carles Viver Pi Suñer et le secrétaire au trésor du gouvernement catalan, pour plusieurs délits relatifs au contenu des conférences de Santi Vidal dans lesquelles il disait qu’il détenait les données fiscales des catalans, a dit Germán González.

Des unités de la Guardia Civil sont entrées Mercredi 20 Septembre 2017 peu avant 8 heures du matin dans les bureaux des ministères de l'économie, des affaires sociales et des affaires étrangères, dont le siège est physiquement au Palau de la Generalitat, en plus des bureaux de l'ATC et du CTTI. Des perquisitions ont également été réalisées à l’Institut Catalan des Finances (ICF) et à la Direction Générale du Patrimoine (DGP).

Des policiers en uniforme et en civil se sont présentés à la première heure dans les bâtiments appartenant au gouvernement catalan, répartis entre Barcelone et L'Hospitalet de Llobregat, dans lesquels, après avoir présenté les ordonnances judiciaires, ils ont commencé à contrôler l'entrée et la sortie des employés. Des unités des délits économiques et des techniciens des délits informatiques participaient à l’opération. Des perquisitions ont également été effectuées dans des entreprises technologiques dans le quartier de Poble Nou à Barcelone.

La Guardia Civil a également perquisitionné des domiciles privés. A Sabadell, les agents sont entrés dans la maison de Joan Ignasi Sánchez, secrétaire du département du gouvernement de la Generalité. Selon des sources présentes sur place, deux véhicules de la Guardia Civil sont arrivés à la première heure à son domicile et des agents des Mossos d'Esquadra étaient également présents pour permettre l'accès au bâtiment. Certains manifestants ont tenté de bloquer l'entrée de l’immeuble, rapporte Jordi Ribalaygue.

Joan Ignasi Sánchez est un militant du Parti Démocrate Européen de CATalogne (PDECAT) et a été conseiller municipal de Convergencia i Union (CiU) dans la ville de Sabadell. Le secrétariat du gouvernement, dirigé par la ministre Meritxell Borràs, est considéré comme la clé de l'organisation du référendum que le gouvernement catalan veut convoquer le premier octobre 2017.

Après avoir diffusé les informations relatives aux perquisitions, les souverainistes ont mobilisé et organisé des manifestations aux portes des départements, surveillés à leur tour par les agents des Mossos d'Esquadra. La manifestation la plus massive était la manifestation devant le ministère de l’économie.

Le président de l'Assemblée Nationale de Catalogne (ANC), Jordi Sanchez, a assuré sur Twitter que « l'heure est venue de la résistance pacifique ».

Le ministère espagnol de l’intérieur a annoncé, dans les heures qui ont suivi les arrestations, que les directions de la Policia Nacional et de la Guardia Civil ont suspendu toutes les permissions à leurs agents en Catalogne qui ont été mobilisés pour répondre au premier octobre 2017. Entre le Mercredi 20 Septembre et le Vendredi 5 Octobre 2017, « les vacances et les permissions ne seront pas accordées », a déclaré le ministère dans une note.

L'opération du Mercredi 20 Septembre 2017 est la continuité de celle commencée Mardi 19 Septembre 2017, dans laquelle la Guardia Civil a localisé quatre vingt pour cent des notifications pour constituer les bureaux de vote.

Ce fut un revers pour le gouvernement catalan, car cela réduisait de manière drastique sa capacité à donner un caractère solennel au référendum illégal du premier octobre 2017.

Selon des sources policières et judiciaires confirmées à el Mundo, la Guardia Civil a retiré de la circulation la majeure partie des notifications, jusqu’à cinquante mille, emballées et prêtes à être envoyées aux citoyens choisis par loterie pour former les bureaux de vote.

En outre, une « quantité énorme d'enveloppes » a été trouvée avec le logo du gouvernement catalan, avec les cartes de recensement à l'intérieur, selon l'ordre judiciaire qui a donné l'autorisation de vérifier le contenu des enveloppes.

Les sources du gouvernement catalan ont déclaré que, bien que cela soit un coup dur contre l'organisation du référendum, il existe encore un matériel électoral prêt à être distribué dans les prochains jours.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens