Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 16:12

 

 

Le Kurdistan syrien vote et envoie un message à Bachar al Assad (Reuters)

 

Le Kurdistan syrien entame Vendredi 22 Septembre 2017 un processus électoral présenté comme historique qui ne vise pas, à ce stade, à déboucher sur l'indépendance, mais à adresser un message au président syrien.

Le message des kurdes syriens à Bachar al Assad est de lui dire, « laissez-nous tranquilles, sinon ce sera la partition ».

L'administration kurde dans le nord de la Syrie est dirigée par le parti de l’union démocratique (PYD), qui a souhaité organiser ce processus électoral en trois phases.

Il vise, avec l'avènement d'un système fédéral, à cimenter l'autonomie dont le Kurdistan syrien dispose depuis 2011.

Vendredi 22 Septembre 2017, les électeurs sont invités à choisir les dirigeants de trois mille sept cent communes. Il y aura ensuite au mois de novembre 2017 l'élection de conseils locaux puis, au mois de janvier 2018, l’élection d'une assemblée régionale, sorte de parlement local.

La structure politique devant être mise en place est largement inspirée des idées d'Abdullah Öcalan, l'ancien chef du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui purge une peine de prison à vie en Turquie.

Le PKK, qui mène une insurrection armée dans le sud est de la Turquie depuis trente ans, est considéré comme une organisation terroriste par Ankara.

L'autonomie du Kurdistan syrien inquiète donc fortement la Turquie, qui considère le PYD et son bras armé, les unités de protection du peuple (YPG), comme une extension du PKK.

Le régime du président syrien Bachar al Assad tolère, lui, le contrôle kurde sur certaines parties du pays mais il dit s'opposer au système fédéral décentralisé défendu par le PYD et il dit que les conseils mis en place par les kurdes sont des structures provisoires. Il s'oppose toutefois à ce processus électoral.

Les dirigeants du PYD préviennent, eux, que toute velléité de Damas de reprendre le contrôle de l'intégralité du territoire syrien se heurtera à la résistance des kurdes.

« L'insistance du régime à rétablir un système centralisé autoritaire aggravera la crise dans le pays », prédit Hadiya Youssef, coprésident d’une assemblée constituante faisant partie du processus politique en cours.

« En insistant sur cette position, le régime conduirait la Syrie vers la partition », a-t-elle déclaré dans un entretien accordé à Reuters par téléphone, ajoutant que les kurdes avaient les moyens de se défendre.

Les miliciens kurdes des YPG ont assumé un rôle grandissant en Syrie dans la lutte contre les djihadistes du groupe Etat Islamique. Ils contrôleraient désormais un quart du territoire.

Les YPG représentent la principale composante des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), alliance arabo-kurde soutenue militairement et politiquement par les Etats-Unis.

Washington a néanmoins exprimé l'an dernier son opposition à l'existence de régions autonomes en Syrie et dénonce, de même, le référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien prévu Lundi 25 Septembre 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens