Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 16:51
Les démocrates américains répliquent aux propos de George Bush en Israël


LE MONDE | 17.05.08 | 13h42  •  Mis à jour le 17.05.08 | 13h42


NEW YORK CORRESPONDANT



ush gifle Obama" ("Bush slam on Bam") : le titre barrait la "une" du quotidien new-yorkais Daily News, vendredi 16 mai. Le motif : les propos prononcés, la veille, par le président américain devant le Parlement israélien. M. Bush s'en était pris à "certains qui semblent croire que nous devrions négocier avec les terroristes et les radicaux". Il en avait décliné la liste - Al-Qaida, Téhéran, le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien - et avait établi un parallèle avec ceux qui, dans les années 1930, imaginaient "apaiser les nazis". Il avait conclu en fustigeant "une ridicule illusion (...), le confort trompeur de l'apaisement, que l'Histoire a discrédité de manière répétée".

 

A qui pensait M. Bush ? A Barack Obama, ont immédiatement jugé la classe politique et les médias. Le candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle n'a-t-il pas répété qu'il "négocierait" avec le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ? Son adversaire républicain, John McCain, ne l'a-t-il pas dépeint comme le "favori du Hamas" ? La Maison Blanche a démenti sans démentir : le président n'a pas visé M. Obama, mais ne l'a pas exclu de ceux que ses propos visaient...


Le débat, depuis, porte d'abord sur la forme. Le représentant démocrate Rahm Emanuel accuse M. Bush d'avoir violé une "règle non écrite" : un président ne doit pas s'immiscer dans le débat électoral américain depuis l'étranger. M. Bush a été "en dessous de la dignité de sa charge" selon Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, "irresponsable" selon Harry Reid, chef de la majorité démocrate au Sénat.

 


"ATTAQUES MENSONGÈRES"

 


Hillary Clinton, l'adversaire de M. Obama pour l'investiture du parti, a volé au secours de M. Obama : "Comparer tout démocrate à un "apaiseur de nazis" est outrageant", a-t-elle réagi. Le sénateur de l'Illinois, lui, s'est dit "attristé" de voir un président lancer des "attaques mensongères" depuis la Knesset. Son entourage a de nouveau dénoncé la "politique de la peur" d'une administration qui assimile "toute stratégie usant de la diplomatie à une forme de capitulation".


Pour beaucoup de commentateurs, M. McCain n'avait pas besoin de ce "soutien" présidentiel alors qu'il déploie d'intenses efforts pour se démarquer de M. Bush : jeudi, il a pour la première fois envisagé un retrait militaire américain d'Irak en 2013. Et la focalisation sur le Hamas ne lui est pas obligatoirement favorable. Sur le site du Washington Post, un journaliste qui l'avait interviewé en 2006, après la victoire électorale du Hamas, cite ses propos d'alors : "Ils sont le gouvernement élu. Tôt ou tard, nous devrons négocier avec eux..."


Sylvain Cypel

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens