Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 21:25

A Chicago : "C'est un pays formidable !"

LE MONDE | 05.11.08 | 15h59


Chicago (Illinois), envoyée spéciale


droite, les gens munis de tickets; à gauche ceux qui n'en ont pas. La nuit est à peine tombée sur Chicago que la foule arrive déjà. De Grant Park, au bord du lac Michigan, se détache le "skyline" de Chicago, la rangée des immeubles qui donne à la capitale du Midwest des allures de New York. Sur l'un des immeubles, un sigle, en énormes lettres lumineuses : USA! Les sourires sont larges, les gens ouverts. Certains sont munis de couvertures, comme l'été quand ils vont au concert en plein air. Tout le monde ou presque porte un tee-shirt à l'effigie de Barack Obama. Le déploiement policier n'a rien d'effrayant : le Chicago des fantômes du passé a eu tort. Aucun débordement.

 


Ginger Blannon, 55 ans, une Noire de Californie, est venue de Santa Monica. Elle a sauté dans un avion et doit repartir dans la nuit, après avoir dormi à l'aéroport. Elle aussi a un tee-shirt Obama, qu'elle fait signer à autant de gens que possible. Si elle pouvait, elle engloberait le monde entier dans son tee-shirt. "Il va y avoir une grande différence dans la manière dont le monde nous traite", dit-elle. Jusque-là, elle ne s'était jamais souciée de voter.


Ryan Percey, 24 ans, étudiant en technologie, est venu de Floride. Il porte une boucle d'oreille dorée et parle tout de suite d'Obama. "Quand il est venu à Tampa, je lui ai serré la main", annonce-t-il. Cela a suffi pour faire passer "une vraie chaleur". Ryan n'avait jamais voté. "J'espère que le racisme va diminuer. Je crois que l'Amérique est prête", dit-il.


Au pied d'une toile de 3 m sur 3, Alejandro Trevino, 24ans, se repose. Etudiant aux Beaux-Arts, il a peint un portrait géant de Barack Obama la nuit précédente, pour tromper l'attente, comme d'autres se sont précipités à la dernière minute dans l'Indiana pour essayer d'arracher l'Etat à ses indécis. Son Obama n'est pas joyeux mais concentré, réflexif, il a déjà une allure de Martin Luther King. "Dans le monde entier, l'homme noir va être reconnu pour ce qu'il est et non plus par la couleur de sa peau", dit Paul Perry, un technicien de laboratoire, installé à côté de la peinture, avant d'ajouter : "Nous étions considérés comme inférieurs. Maintenant nous sommes dans la position dominante." Il ajoute, sarcastique : "Le lapin s'est emparé du fusil. Les Européens peuvent payer." Annette Cooper, une mère de famille du South Side, l'interrompt. Pour elle il n'est pas question de revanche, mais de "justice". "On va enfin se préoccuper de ceux qui n'ont rien, non plus seulement de ceux qui ont", affirme Mel Zye. "Ce pays est censé être les Etats- Unis . Mais, depuis que je suis en vie, c'est la division, dit Michael Peter, 50 ans, un témoin de Jehovah qui a voté pour la première fois. On charge Barack Obama de tous les possibles. D'abord "plus de jobs". Et il faudra augmenter le salaire minimum. Il est à 7 dollars", affirme Annette Cooper. "Alors il faut le porter à 12 dollars", reprend Paul Perry. A quoi s'ajoutent le logement, l'assurance-santé. "Et il faut ramener nos jeunes de la guerre." A l'annonce que l'Ohio a été remporté par Obama, Chicago exulte.


Une file indienne de plus d'un kilomètre s'est formée devant les check-points du parc. A 9h58, CNN indique que Barack Obama a été élu. Une jeune journaliste pleure, son portable à l'oreille. Des septuagénaires esquissent des pas de danse. Des inconnus partagent d'innombrables "high five" (claquements de mains). "C'est un pays formidable!"


Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens