Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 19:45

http://www.palestine-solidarite.org/dossier.Salah_Hamouri.jcl.100809.htm


Comité national de soutien à Salah Hamouri

De façon soudaine, la presse et la télévision israéliennes ont fait état du cas de Salah Hamouri. On parle enfin de Salah publiquement en Israël suite à une lettre qui a visiblement été envoyée par le Président de la république au premier ministre israélien, une lettre demandant juste « la clémence » pour Salah qui effectué les 2/3 de sa peine de 7 ans de prison. Les parents de Salah, Denise et Hassan, sont passés au journal de 20 heures de la chaine israélienne n°2, jeudi dernier 6 août.                   

Cette effervescence, positive en soi, soulève toutefois des interrogations.

1. La première, qui n'est pas des moindres, est que selon le grand quotidien israélien « Haaretz » et l’ambassade d’Israël en France, le Président Sarkozy aurait envoyé sa lettre le 30 juillet, soit 4 jours après l'examen de la remise de peine de Salah. Erreur d'information ? La question mérite à tout le moins une clarification.

2. Un leitmotiv revient dans l'ensemble des commentaires israéliens publiés : cette lettre du Président français constitue une « ingérence » dans les affaires intérieures israéliennes, Salah étant « un terroriste français » jugé comme tel et qui a « avoué ».  Sur ce point aucune réaction non plus des autorités françaises.

3. Au même moment notre jeune compatriote Clotilde Reiss « passait » devant un tribunal iranien. A juste titre les autorités françaises ont demandé la libération de notre jeune compatriote et elles ont estimé et fait valoir que les accusations portées contre elle étaient « sans fondement ».

4. Ces déclarations tranchent sérieusement avec celles formulées par les autorités françaises s'agissant de Salah. Et c'est pourquoi les médias israéliens ont beau jeu de parler « d'ingérence intérieure » ainsi que des « aveux » qu'auraient exprimé Salah.

5. En effet, depuis le début et au mépris de tout respect du droit, les autorités françaises ont admis le caractère « légal » du « jugement » de Salah. A aucun moment elles n'ont fait objection du fait qu'un tribunal militaire d'occupation ne pouvait être qu'illégal et donc que sa sentence était illégitime. Elles ont demandé un procès « rapide », au contraire. De même elles n'ont jamais rejeté les « accusations » portées contre Salah comme étant « sans fondement » ni fait observé que ses « aveux » étaient de même nature que ceux arrachés à Clotilde Reiss. Salah n'a eu le choix qu'entre 7 ans ou 14 ans de prison.

6. Le quai d'Orsay s'est élevé contre l'absence de personnel consulaire au procès de Clotilde. C'est légitime. Le droit international est en effet parfaitement clair sur ce point. Mais les mêmes n'ont élevé aucune protestation devant le refus de la Commission israélienne de la présence du Consul-adjoint de France à Haïfa dans la salle d'audience le 26 juillet.

7. A ne pas se tenir sur une ligne de principe notre pays se voit accusé par Israël d'ingérence tandis que l'ingérence principale, et le mot est bien faible, est l'occupation israélienne des Territoires palestiniens. Si on condamne celle-ci on ne peut que condamner ses instruments que sont, en particulier, ses tribunaux militaires installés en pleine Cisjordanie. Or jamais l'Elysée ou le quai d'Orsay n'ont demandé la « libération de Salah ».

8. Il y a donc au minimum une « faute » de positionnement de l'Elysée si son intention était réellement d'obtenir la libération de Salah. Le Président et ses conseillers se sont placés sur le même terrain que celui des israéliens estimant, ni plus ni moins, qu'Israël était un Etat de droit quand ce pays pourtant occupe et colonise. Ceci aboutit à cette situation dont ne manquera pas de nous dire que « c'est ainsi » et que le Président « a bien agi mais sans succès ».

Quand donc ces messieurs « je sais tout » écouteront ceux qui, comme nous, se placent uniquement sur le terrain du droit international.

9. Un ministre du parti Shas, du rabbin Yossef Ovadia, est même allé jusqu'à annoncer qu'il quitterait le gouvernement en cas de libération de Salah. Cela confirme que Salah est bien aussi, comme nous le soutenons, l'otage du « jeu » politique israélien.

10. Il faut en venir aux principes concernant le cas de Salah tout comme la France exprime des principes concernant Clotilde Reiss dont nous souhaitons la libération immédiate de même que pour Salah qui a déjà effectué plus de 4 ans de prison. 

11. La Cisjordanie est occupée. Le dossier de Salah est vide et l'accusation portée contre lui est « sans fondement ».

12. C'est si vrai que la Commission de « remise des peine » réunit le 26 juillet à Gilboa a ajouté une autre accusation totalement arbitraire contre Salah, jamais évoquée précédemment, à savoir que Salah, qui n'avait que 16 ans à l'époque, aurait pris contact avec les personnes ayant assassiné en 2001 le ministre du tourisme israélien Rehavanen Zeevi.

13. Cette nouvelle « accusation » sortie tout d'un coup de dessous des casques de juges militaires a un sens politique. En effet, et bien que les autorités israéliennes ne disposent d'aucune preuve formelle, celui qui a été arrêté pour cet assassinat n'est autre que Ahmad Saadat, le chef du FPLP. Il a été capturé en 2006 par les israéliens, contre toute espèce de légalité, tandis qu'il était en prison à Jéricho. En Palestine. Ils ont attaqué et défoncé la prison palestinienne et ont kidnappé Saadat. Le chef d'accusation étant « atteinte à la sécurité » d'Israël...

14. Cette nouvelle accusation arbitraire, comme toutes les autres portées contre Salah, ne vise qu'à indiquer que Salah, en cherchant ce contact avec Saadat, est bien membre du FPLP alors que c'est faux.

15. Combien de temps encore la France va-t-elle accepter pareille machination ? Tribunal illégal d'occupation. Accusation sans preuves. Aveux extorqués. Arbitraire total... Il est temps que les autorités françaises disent, de même que pour Clotilde Reiss, que Salah doit être libéré pour toutes ces raisons de principe. On ne peut accepter de se placer sur le terrain israélien qui est le terrain de la Force occupante qui dit et fait comme bon lui chante. Ce positionnement français vient de montrer toutes ses inconséquences. Il faut oser parler vrai à Israël comme à Téhéran. Il est temps que, comme nous ne cessons de le demander depuis le début, les autorités françaises exigent la libération de Salah qui est victime de l'occupation, victime de tribunaux illégaux, victime du « jeu politique » interne à Israël. Il est otage de tout cela.

16. Nous ne céderons pas pour notre part sur cette exigence jusqu'à la faire partager par ceux qui nous gouvernent. Salah et Clotilde sont fondamentalement dans une même situation où l'arbitraire est roi. Salah et Clotilde c'est le même combat ! Libérez nos compatriotes ! Libérez Clotilde. Et libérez Salah. Leur emprisonnement est sans fondement !

Jean-Claude Lefort



Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens