Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 16:02

Ali BONGO ONDIMBA et Robert BOURGI : Deux Frères ?

Petite piqure de rappel pour ceux qui ne comprennent pas pourquoi les Gabonnais (pas dupes de cette comédie électorale) s’en prennent à l’ambassade de France.

Année 1990, c’est le fameux mais hypocrite discours de François MITTERAND de la Baule sur la nécessaire démocratisation des ex colonies FrançAfricaines. Les potentats locaux se sont crus obligés de plus afficher des scores Staliniens aux élections. 90% ça fait tache.

Quelques années plus, les PASQUA boys, vrais spécialistes en élections truqués, exportent leurs logiciels maison chez BONGO. Pour la cuisine électorale, ils ont fait leurs preuves à Paris (TIBERI s’en souvient encore !). Bref tout est fait pour sauver les apparences et que rien ne change.

Aujourd’hui encore quand Robert BOURGI, le monsieur Afrique de Nicolas SARKOZY dit que : "Ali BONGO est son candidat", qui peut douter de son ’influence quand on connait le pouvoir opérationnel de la cellule Africaine Élyséenne sous la 5ème République ? Comment s’étonner ?

Jean de la GUÉRIVIÈRE (journaliste au monde, auteur des "fous d’Afrique"), quelqu’un d’assez complaisant vis-à-vis de la FrançAfrique, rappelait qu’en 1998 une mission d’observateurs Français s’est rendu au Gabon pour surveiller la régularité du scrutin lors des présidentielles.

Qui organise ce voyage ? Robert BOURGI avocat du président Omar BONGO ONDIMBA depuis plus de 20 ans et déjà conseiller de l’Elysée pour les affaires Africaines.

La lettre dans laquelle il rend compte des préparatifs au chef de l’état Gabonais commence par un savoureux "Bonjour Papa" et se termine ainsi "Allez Papa, vous nous reviendrez à Paris en triomphateur des élections. Dieu vous garde. Votre fidèle et respectueux Robert".

En clair, en donnant du "papa" à Omar BONGO ONDIMBA, Ali BONGO ONDIMBA a tout du "frère" pour lui ! Regarder Robert BOURGI sur la vidéo ci joint

Pour ceux pas encore convaincus de l’incroyable duplicité et cynisme de nos dirigeants en matière de magouille électorale en terre d’Afrique, lisez ce communiqué de Survie France pour les élections récentes de SASSOU NGUESSO au Congo Brazzaville.

L’Observatoire Congolais des droits de l’Homme (OCDH) qui a organisé une mission d’observation électorale et rendu un rapport documenté conclut : "Cette élection présidentielle, vu le très faible taux de participation, les fraudes et irrégularités constatées, n’a été ni juste, ni transparente et équitable ; et n’a pas exprimé la volonté du peuple congolais" .

Cependant une certaine Coordination des observateurs Franco-Africains (COFA) juge, elle, le scrutin "globalement satisfaisant" au prétexte que "les standards européens ne sont pas à adapter au Congo". Cette coordination, présidée par Jean-Michel FOURGOUS, député-maire UMP d’Elancourt (France), comprend, entre autres, Jean-François MANCEL, député de l’Oise, Lev Forster et Pierre André GABORIT, tous deux avocats à la Cour de Paris et Ari Ben ACOUNE, directeur des services d’une communauté d’agglomération.

Jean-Michel FOURGOUS et Jean-François MANCEL s’en sont pris également, dans un communiqué, au chef de la délégation de la Commission Européenne au Congo, M. Miguel AMADO pour ses "propos partisans". M. AMADO avait déclaré que l’une des raisons pour lesquelles l’UE n’avait pas envoyé d’observateurs à la présidentielle Congolaise était le gonflement du fichier électoral. Selon lui, le fichier électoral a été gonflé de plus de 60% avec 2,2 millions d’électeurs pour une population de 3,6 millions d’habitants.

Parmi les observateurs, M.M. Jacques TOUBON et Patrick GAUBERT, députés européens, ont déclaré : "Le matériel électoral était bien sur place dans les bureaux de vote, les listes d’émargement étaient disponibles et les représentants locaux de la CONEL [Commission Nationale Electorale mise en place par SASSOU NGUESSO étaient équipés de téléphones portables pour parer à tout problème".

Le soutien impudent apporté par ces hommes politiques et juristes Français à la propagande du dictateur SASSOU NGUESSO constitue une agression à l’égard du peuple Congolais bâillonné et opprimé.

Une manifestation de protestation contre cette parodie d’élection a en effet été violemment réprimée à Brazzaville le 15 juillet.

L’Observatoire Congolais des droits de l’Homme dénonce également "le harcèlement des journalistes étrangers venus à Brazzaville couvrir cette élection et la confiscation du processus par le gouvernement qui une fois de plus vient de confirmer à l’opinion publique nationale et internationale son manque de volonté d’instaurer une véritable démocratie dans le pays".

Il est trop tôt pour décortiquer la fraude électorale au Gabon mais il est important de comprendre que si les Français ne connaissent pas bien M. Robert BOURGI, les Gabonnais, eux, savent à leurs dépens le savoir faire de ce monsieur et de ses réseaux en matière électorale.

Patrick Eric Mampouya

http://mampouya.over-blog.com/


Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens