Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 20:18

http://www.marianne2.fr/Le-site-BHL,-agent-de-police,-intellectuelle-of-course_a182429.html?com


Le site BHL, agent de police, intellectuelle of course...

Philippe Bilger a eu la désagréable surprise de découvrir la véritable fiche de police intellectuelle que lui a consacré le site de BHL. Et comme ce site n'autorise aucun commentaire susceptible de critiquer la parole sacrée de l'émetteur, le magistrat a dû se résoudre à répondre sur son blog.

On m'a signalé que sur le site ouvert par Bernard-Henri Lévy et géré, sous sa responsabilité, par Liliane Lazar, une inconditionnelle de sa personne et de son oeuvre, était publiée une fiche sur moi. Je suis allé la consulter et j'ai été effaré. A la fois par la mauvaise foi qui a présidé à sa rédaction et par l'honneur qui m'était fait puisqu'on feignait de comparer très sérieusement nos parcours, nos travaux, les mérites de nos pères et notre humanisme à l'un et à l'autre. Bernard-Henri Lévy grand vainqueur évidemment sur tous les plans ! Qui aurait pu douter d'une telle issue ?

Avant d'aborder le détail de cette fiche, un mot sur l'étrange méthode mise en oeuvre. C'est en effet une véritable fiche de police - intellectuelle si l'on veut - qui est proposée aux visiteurs de ce site. Je n'imagine pas une seconde qu'il puisse me prendre l'envie de dénaturer mon blog pour le constituer en une sorte de documentation biaisée qui viendrait mettre à mal mes adversaires. Cette démarche revendiquée par Liliane Lazar n'a pas pu être menée à bien sans que BHL apporte sa caution convaincue à un tel procédé. Cette investigation en elle-même est honteuse, même dans l'espace de la polémique. Cette police - de la pensée, de la bienséance et de l'honneur familial - est d'autant plus scandaleuse qu'aucun commentaire n'est possible, de sorte que mensonges, approximations et insinuations prospèrent à l'abri de toute réplique. Surprenante conception de la tolérance et de la démocratie !

Cette incursion sur son site a troublé un climat qui de mon côté, paradoxalement, commençait à se pacifier. D'abord parce que je connais son fils Antonin qui est avocat, et que je l'apprécie beaucoup. Je n'étais pas loin du "tel fils, tel père". Ensuite parce que notre polémique récente sur sa perception orientée du procès Fofana m'avait en quelque sorte rapproché de lui, comme si son ressentiment infiniment humain me l'avait rendu plus familier que certaines de ses vertus ne l'auraient fait...

Aussi suis-je obligé de me livrer à un inventaire rapide des inexactitudes bénignes ou graves entachant la crédibilité de cette fiche de police :

Je n'ai jamais commenté une affaire à laquelle "j'aurais été es qualités mêlé". J'ai réagi, après l'arrêt criminel dans l'affaire Fofana et autres, à un bloc-notes perfide de BHL publié alors même que le procès n'était pas terminé. Je me suis toujours attaché sur ce blog - et c'est une évidence pour qui connaît les règles judiciaires et ma propre déontologie - à ne pas mêler le citoyen aux réquisitions du magistrat.

Par ailleurs, la famille Halimi et son avocat -  l'expérience et le bloc-notes du Point ont démontré comme BHL et lui étaient proches - m'imputent "un réquisitoire indulgent" dans l'affaire Fofana et autres. Il est inutile de répéter, sanctions à l'appui, comme cette accusation est grotesque. Je maintiens que l'appel ordonné par le garde des Sceaux - celle-ci révèle, dans l'excellent dernier livre de Mathieu Delahousse, que c'est son directeur de cabinet qui lui a soufflé cette idée absurde - imposera un nouveau procès qui aura du mal à soutenir la comparaison avec le premier. Mais les dés ont été jetés en juillet dernier !

Liliane Lazar s'acharne ensuite à comparer nos existences ce qui, en d'autres circonstances, m'aurait honoré. Que nos origines politiques soient différentes est une évidence puisque je n'ai jamais été proche des maos. En revanche mon passé professionnel, qui m'a conduit notamment à batailler contre Jean-Marie Le Pen dans plusieurs affaires de presse, n'a pas été éloigné des joutes verbales de BHL.

Mais ces considérations sont dérisoires puisque l'essentiel est de "vanter le passé de Français libre du père de BHL" et de dénoncer "le passé collabo du père de Philippe Bilger" (rappelons que j'étais âgé de quatre ans lors de la condamnation de ce dernier) ! A deux reprises, je me vois reprocher d'avoir "conservé une forme d'estime pour son parcours". Je me garderai bien d'émettre la moindre opinion sur le père de BHL puisque pour beaucoup il n'est entré dans l'information qu'à cause  d'une déconfiture financière au Maroc dont son fils l'a tiré grâce à François Mitterrand et à François Pinault. Pour moi, je vais aggraver mon cas en dépit du délice amer que je sens dans l'expression "père collabo" dont on prétend m'accabler. M'étant renseigné, ayant lu tout ce que je pouvais lire, ayant compris les duretés et les ignominies de l'époque, je n'aurais pas trouvé choquant que mon père soit acquitté parce que, de fait, il n'a eu le comportement qui lui était reproché que pour sauver une multitude de gens et qu'il y est parvenu. Il aurait pu fuir comme tant d'autres et s'il n'a pas succombé à cette lâche tentation, c'est que persuadé de son bon droit il espérait le meilleur de la justice d'alors. N'avait-il pas raison, d'ailleurs, puisque dans une période où l'expéditif et l'extrême dominaient, dans une société naturellement chauffée à blanc, il n'a été sanctionné qu'à une peine de dix ans après que son acquittement a été envisagé ? Il n'y a pas de quoi rougir. En tout cas pas de quoi vous rappeler avec bonne conscience une ascendance exemplaire quand la vôtre serait indigne !

Je n'aurais également considéré Dieudonné que comme "un banal agitateur", lui reprochant seulement, lors sa dernière pitoyable pantalonnade avec Faurisson, de n'être plus utile aux partisans de la liberté d'expression.  Ce "provocateur antisémite", tel qu'il est qualifié sur le site, a été à plusieurs reprises relaxé par les tribunaux correctionnels et je maintiens - ce n'est pas un crime contre la pensée - qu'il y a eu une période et un Dieudonné sans commune mesure avec celui d'aujourd'hui. Discutable, souvent "limite", Dieudonné, alors, proposait une problématique qui n'était pas par nature insupportable. J'ajoute que j'ai écrit plusieurs billets pour traiter de lui, exclusivement ou non, et qu'il me semble malhonnête de ne pas relater l'évolution qui les lie les uns aux autres et de prétendre résumer l'un d'eux par une expression brève et totalement détachée de son contexte.

Il est vrai que Dieudonné n'est exploité à mon encontre que pour tenter de démontrer à quel point je serais raciste, antisémite, obsessionnellement. C'est ainsi que je suis blâmé, avec lourdeur, de ne pas apprécier Alain Minc, Jacques Attali, André Glucksmann, Max Gallo et bien sûr (sic) BHL. Je ne vois pas en quoi, dans une analyse sur les intellectuels d'aujourd'hui, pertinente ou non, je n'aurais pas eu le droit de déplorer qu'ils soient "des handicapés de l'universel" ou que Gallo soit devenu le Déroulède du sarkozysme. Cette perception n'a rien qui permette d'instruire un procès contre moi. Que BHL se rassure : j'aime Alain Finkielkraut, Régis Debray, Alain-Gérard Slama, j'aime lire Michel Foucault, Jean-Paul Sartre, Albert Camus et d'autres. Je ne déteste pas écouter et supporter Alain Badiou. Ce que BHL ne parvient pas à saisir en dépit de son extrême intelligence - peut-être à cause d'elle, qui ne le met en rapport qu'avec lui-même -, c'est que j'adore par-dessus tout penser contre moi-même, aller chercher ici ou là de quoi nourrir ou irriter ma réflexion. Je n'ai pas décidé, pour lui complaire, de m'abriter d'emblée et pour toujours derrière les personnalités et les pensées acceptables et qu'il aurait eu la charge d'élire. Je refuse qu'on aille chercher dans mes dilections ou mes résistances autre chose que les purs mouvements contradictoires de mon esprit. J'ajoute que je ne suis pas stupide au point de méconnaître les qualités de ceux qu'il serait obligatoire de célébrer. Mais, justement, dans les rapports intellectuels, je hais le devoir et je préfère la liberté risquée au conformisme chic, l'exigence de la vraie morale aux tolérances à la mode (le retournement en faveur de Frédéric Mitterrand en est une caricaturale illustration).

Enfin, le comble. J'irais scandaleusement harceler BHL parce je me suis permis de dénoncer sa double incursion judiciaire lyonnaise. Pourtant, il n'est personne qui ne l'ait jugée ridicule, partisane et, pour tout dire, inutile. Il s'est égaré dans le champ de la justice et celle-ci, brutalement, lui a donné tort. Grand témoin, il n'a pas été grand et il n'était témoin de rien. Je n'aurais pas eu le droit, moi modeste sur ce blog à l'objet limité, d'affirmer ce que je ressentais. Ce serait moi qui le poursuivrais alors que BHL se trouve partout, qu'il anticipe tout et qu'on s'essoufle à tenter de suivre ses prestations médiatiques et internationales. Il dirige, il influence, il étouffe, il dénonce, il moralise à sa manière impérieuse et sans appel, il excommunie, il brille, il gagne et perd rarement. Il n'est tout de même pas interdit, devant une personnalité aussi évidemment éclatante, aussi clairement courtisée, de murmurer qu'il a réalisé un film nul avec Alain Delon, qu'il ne devrait pas se prendre pour Sartre en soutenant Battisti, que ses entretiens avec Michel Houellebecq étaient très mauvais et qu'il serait bon, parfois, de lui concéder un droit au retrait.

Il n'empêche que son talent à l'écrit et à l'oral, son souffle, le culte magique de soi qui ne le détruit pas mais parfois le sublime devraient être mieux employés. Pas, en tout cas, à lancer un tel site avec de telles allégations. Quand on est BHL, on ne se mesure pas à un Bilger. Ou alors on le défend quand il est traité de "traître génétique" selon l'élégante définition qui m'a été appliquée par son ami Me Szpiner. On ne choisit pas ses "bonnes" causes. Le but de ce site, c'était quoi, selon Liliane Lazar ? "Donner à tous ses amis, à tous ceux qui s'intéressent à son travail, aux étudiants, aux chercheurs une base de données fiable et un outil de travail digne de lui".

Grâce à cette lamentable fiche de police qui interdit le commentaire et contraint au billet ?   
   
Mercredi 14 Octobre 2009

Philippe Bilger 

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens