Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 19:20

 

http://www.alencontre.org/laune/espagne-manifeste-des-marches-pour-la-dignite-du-22-mars.html

http://www.lamarea.com/2014/02/26/ocho-marchas-ciudadanas-confluiran-en-madrid-para-plantar-cara-los-recortes

 

Huit marches citoyennes convergent vers Madrid contre les coupes budgétaires

 

Mercredi 26 Février 2014

 

Non au paiement de la dette, non aux coupes budgétaires, oui au travail et au logement dignes et aux droits sociaux garantis, ces cinq points résument le manifeste et les revendications des Marches pour la Dignité, une mobilisation coordonnée depuis différents points du pays et qui convergeront, Samedi 22 Mars 2014, en une grande manifestation à Madrid. 

 

Différents membres de ces marches ont expliqué lors d’une rencontre à l’Ateneo de Madrid, le 26 février, leurs principales revendications. Ils représentaient quelques-unes des luttes les plus importantes de ces dernières années, comme celles des travailleurs de la santé, du nettoyage, du métro et des transports publics ainsi que d’entreprises privées comme Coca-Cola (une usine d’embouteillage de la région de Madrid est menacée de fermeture) ou Panrico, qui se trouvent en plein conflit du travail.

 

Irene Montero, membre de la coordination de Madrid, déclare que « les responsables de la situation dans laquelle nous nous trouvons sont les instituts financiers et le gouvernement ».

 

Les organisateurs espèrent que des milliers de personnes se rendent dans la capitale du pays pour donner la preuve d’une « réponse coordonnée » qui permettra de protéger les « droits sociaux de la majorité des travailleurs ».  

 

Huit « colonnes » partiront du nord, nord-est, sud-est, sud, sud-ouest, nord-ouest, extérieur et international. La colonne du nord-est a été la première a se mettre en marche alors que le 25 février une marche de Catalogne a débuté et passe par Lleida, Alcañiz et Saragosse. Le départ des autres marches s’égrène entre le premier et le 20 mars, certaines à pied, d’autres au moyen de divers transports, selon la distance à parcourir.

 

Fernando Miñana, de la colonne de Murcie, a souligné la nécessité de lutter contre une dette « impossible à payer », causée « en grande partie par le sauvetage des banques ainsi que par les magouilles des grands projets urbains et d’infrastructures ». Miñana, dont la marche est partie le 9 mars, a revendiqué un audit qui permette d’identifier à « quelle minorité bénéficie ce pillage ».

 

« La dignité est la dernière des barricades »

 

Lorsque les marches arriveront finalement à Madrid, aura lieu une manifestation unitaire qui partira d’Atocha (où se situe la plus grande gare de Madrid) Samedi 22 Mars 2014 à 17 heures et, pour la suite du week-end, des assemblées et activités sont organisées. « Nous savons quand nous arrivons mais nous ne savons pas quand nous partirons », ont insisté les activistes, entourés, entre autres, de travailleurs de la santé, du nettoyage, du métro, de Coca-Cola et de Panrico.

 

Selon le représentant de la marche du sud-ouest, qui partira de Mérida, Alvaro Rodríguez, l’objectif, vise avant tout à rassembler tous les « oui, nous le pouvons ».

 

L’Estrémadure a déjà réalisé sept marches, il est temps de les conduire toutes à Madrid et de lutter pour des objectifs communs. Alvaro Rodriguez ajoute que « la dignité est la dernière des barricades ».

 

Une proposition en provenance des mouvements sociaux

 

L’idée des marches de la dignité est venue du Syndicat Andalou des Travailleurs (SAT) qui a commencé, à la fin de l’année 2013, à contacter des organisations de tout le pays.  

 

« Nous voulons que cet appel ne vienne pas uniquement du SAT, mais plutôt de la population civile »,expliquait le dirigeant syndical Diego Cañamero dans une interview accordée à La Marea en septembre 2013. « Je crois que nous devons unir les quatre vingt dix pour cent de la société de sorte qu’ils rejoignent Madrid pour déclarer au pouvoir politique que c’en est assez. Que nous ne voulons pas d’un pouvoir qui trompe, qui dénature, qui manipule le vote et qui fait le contraire de ce qu’il prétend », expliquait le syndicaliste.

 

Rapidement, le Frente Cívico de Julio Anguita et les Campamentos Dignidad ainsi que les marches d’Estrémadure s’ajoutèrent à l’appel, qui n’a eu de cesse de s’étendre jusqu’à englober les assemblées du mouvement du 15 mai (en référence à la manifestation du 15 mai 2011 qui a « enclenché » le mouvement des indignados), les associations de quartier, les marées en défense du secteur public, les syndicats, les communautés chrétiennes de base, les assemblées de la Plataforma de Afectados por la Hipoteca (PAH, plate-forme lancée en 2009 contre les expulsions et en faveur d’un logement digne) et bien d’autres collectifs.

 

Les actes de présentation des marches se succèdent produisent, en présence de Diego Canamero lui même, Ada Colau et d'autres militants.

Partager cet article

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens