Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:41

La Turquie prépare des mesures d'urgence (Reuters)

La Turquie devait annoncer Mercredi 20 Juillet 2016 une série de mesures d'urgence censées permettre le retour à la stabilité et à prévenir des retombées économiques après la tentative avortée de coup d’état du Vendredi 15 Juillet 2016, qui a conduit Ankara à des purges massives au sein de l'armée, de la police, de l'administration et de l'éducation nationale.

Quelque soixante mille soldats, policiers, juges, fonctionnaires et enseignants ont été suspendus, arrêtés ou mis en examen depuis Vendredi 15 Juillet 2016.

La chaîne de télévision publique TRT a rapporté Mercredi 20 Juillet 2016 que le haut conseil de l'enseignement avait interdit à tous les universitaires du pays de se rendre à l'étranger jusqu'à nouvel ordre, une mesure censée empêcher des complices de la tentative de coup d’état de fuir le pays.

« Les universités ont toujours joué un rôle clé pour les juntes militaires en Turquie et certaines personnes passent pour être en contact avec des cellules au sein de l'armée », a déclaré un responsable turc.

Le président Recep Tayyip Erdogan accuse les réseaux du prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, d'être à l'origine du putsch manqué du Vendredi 15 Juillet 2016, qui a fait plus de deux cent trente morts. Il a promis d'éliminer le virus responsable du coup d’état dans toutes les institutions du pays.

L'ampleur des purges des derniers jours a suscité l'inquiétude chez plusieurs alliés occidentaux d'Ankara, qui craignent que Recep Tayyip Erdogan ne tente d'étouffer toute dissidence potentielle, y compris en visant des opposants sans aucun lien avec le putsch.

Recep Tayyip Erdogan devait présider Mercredi 20 Juillet 2016 un conseil des ministres puis un conseil de sécurité nationale à l'issue desquels une série de mesures d'urgence devait être annoncée.

Les ministres et les principaux responsables concernés n'ont pas été informés à l'avance de la tenue de ces réunions.

Ankara cherche à préserver l’économie

« Le conseil des ministres est classé au plus haut niveau pour des raisons de sécurité nationale. Le palais présidentiel ne donnera un dossier aux ministres que juste avant », a dit un haut responsable à Reuters. « Les ministres ne savent pas encore de quoi il sera question ».

Environ un tiers des trois cent soixante généraux turcs en fonctions ont été arrêtés depuis Vendredi 15 Juillet 2016, a précisé une autre source, précisant que quatre vingt dix neuf généraux avaient été inculpés et que quatorze autres généraux restaient en état d'arrestation.

Le ministère de la défense enquête sur tous les juges et procureurs militaires et a déjà suspendu deux cent soixante deux d'entre eux, a rapporté la chaîne de télévision NTV. On compte parallèlement neuf cent suspensions au sein de la police d'Ankara et la purge vise jusqu'aux fonctionnaires des ministères de l’environnement et des sports.

La menace d'une période prolongée d'instabilité en Turquie, pays membre de l'Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et voisin de la Syrie, ébranle par ailleurs la confiance des investisseurs.

La livre turque est tombée Mercredi 20 Juillet 2016 à son plus bas niveau depuis dix mois et la bourse d'Istanbul a chuté de 9,5% depuis le début de la semaine.

Le vice-premier ministre Mehmet Simsek a déclaré à Reuters que la priorité des mesures examinées Mercredi 20 Juillet 2016 serait d'empêcher une dégradation de la situation économique.

Dans un témoignage publié par le quotidien Hurriyet et corroboré par un responsable turc, un colonel d'infanterie explique que les responsables de la tentative de coup d’état ont tenté de convaincre le chef d'état-major de l'armée, Hulusi Akar, qui était retenu en otage, de se joindre aux putschistes pour renverser Recep Tayyip Erdogan, mais qu'il a refusé.

« Quand il a refusé, ils n'ont pas réussi non plus à convaincre des officiers de haut rang. Le refus d’Hulusi Akar de participer a conduit à l'échec de la tentative de coup d’état », ajoute le procès-verbal publié par le journal.

Plusieurs médias fermés

Le président Recep Tayyip Erdogan, le premier ministre Binali Yildirim, des ministres, des officiers supérieurs et des généraux étaient censés être arrêtés un par un pendant la nuit du coup d’état, précise-t-il.

Si les alliés occidentaux de la Turquie lui ont manifesté leur solidarité et leur soutien, ils ont aussi exprimé leur préoccupation face à l'ampleur et à la sévérité des décisions prises ces derniers jours, rappelant à Ankara la nécessité de respecter les principes démocratiques.

Mardi 19 Juillet 2016, les autorités ont fermé plusieurs médias présentés comme des soutiens de Fethullah Gülen et elles ont annoncé la suspension de quinze mille fonctionnaires de l'éducation et de cent membres des services de renseignement. On compte en outre quatre cent quatre vingt douze suspensions au sein de la direction des affaires religieuses, deux cent cinquante sept suspensions dans les services du premier ministre et trois cent suspensions au ministère de l’énergie.

Ces décisions se sont ajoutées à l'arrestation de plus de six mille membres des forces armées, des simples soldats aux officiers de commandement, et à la suspension de près de trois mille juges et procureurs. Environ huit mille policiers ont aussi été suspendus.

Zeid Raad al Hussein, haut commissaire de l'Organisation des Nations Unies (ONU) aux droits de l'homme, a exprimé sa vive inquiétude Mardi 19 Juillet 2016 et appelé la Turquie à autoriser des observateurs indépendants à rendre visite aux personnes incarcérées.

Le ministère des affaires étrangères a estimé que toute critique des mesures prises par le gouvernement en réaction à la tentative de coup d’état revenait à soutenir celle-ci.

Ankara a par ailleurs communiqué aux autorités américaines des documents censés appuyer une future demande formelle d'extradition de Fethullah Gülen.

Une telle demande se heurterait à de nombreux obstacles juridiques et politiques aux Etats-Unis et même si elle était approuvée par un juge, la décision définitive relèverait du secrétaire d’état, John Kerry, qui peut prendre en considération des facteurs autres que juridiques.

« J'appelle le gouvernement américain à rejeter toute tentative d'abus de la procédure d'extradition à des fins de vengeance politique », a dit Fethullah Gülen Mardi 19 Juillet 2016 dans un communiqué publié par un groupe proche de son mouvement.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:21

http://lelab.europe1.fr/26-deputes-votent-contre-la-prorogation-de-letat-durgence-2803399

Vingt six députés votent contre la prorogation de l'état d'urgence

Les députés ont voté, tôt, Mercredi 20 Juillet 2016, la prorogation de l'état d'urgence pour six mois. Ce régime d'exception, en vigueur en France depuis les attentats du Vendredi 13 Novembre 2015, va ainsi être prolongé jusqu'au mois de janvier 2017.

La prorogation de l'état d'urgence a été largement votée par quatre cent quatre vingt neuf voix pour, vingt six voix contre et quatre abstentions.

Au mois de mai 2016, le régime d'exception avait été prolongé par quarante six voix pour, vingt voix contre et deux abstentions. Surtout, au mois de février 2016, moins de six mois après les attaques terroristes perpétrées à Paris et à Saint-Denis, cent quatre vingt dix neuf députés s'étaient opposés à la prolongation de l'état d'urgence.

Cette fois, les députés des Républicains ont tous voté pour, à l'exception du président du parti chrétien démocrate et candidat à la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson.

Au sein du groupe socialiste, écologiste et républicain, sept élus se sont opposés à cette prolongation, Fanélie Carrey-Conte, Linda Gourjade, Jean-Luc Laurent, Denys Robiliard, Barbara Romagnan, Gérard Sebaoun et Suzanne Tallard.

Du côté du groupe de la gauche démocrate et républicaine, sept députés se sont également prononcés contre, François Asensi, Alain Bocquet, Marie-George Buffet, Jean-Jacques Candelier, Patrice Carvalho, André Chassaigne et Jacqueline Fraysse.

Les deux élus du Front National que sont Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté pour.

Les autres opposants sont à trouver au sein des non-inscrits. Il s'agit de Laurence Abeille, Pouria Amirshahi, Isabelle Attard, Danielle Auroi, Michèle Bonneton, Sergio Coronado, Cécile Duflot, Noël Mamère, Philippe Noguès, Jean-Louis Roumégas et Eva Sas.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:11

https://www.francebleu.fr/infos/politique/la-mairie-de-grenoble-transformee-au-fort-knox-pour-le-conseil-municipal-1468871266

La mairie de Grenoble transformée en Fort Knox pour le conseil municipal

Le conseil municipal de Grenoble a pu se tenir Lundi 18 Juillet 2016, mais il avait été placé sous très haute surveillance. De nombreux policiers municipaux étaient mobilisés pour empêcher les manifestants, opposés au plan d'austérité du maire écologiste Eric Piolle, de pénétrer dans la salle du conseil municipal.

Contrairement au conseil municipal du Lundi 11 Juillet 2016 qui avait dû être annulé, celui du Lundi 18 Juillet 2016 a pu aller à son terme. Mais la mairie de Grenoble avait été transformée en un véritable camp retranché. De nombreux policiers municipaux avaient été mobilisés, dont certains avec des chiens. Le public qui a eu le droit de rentrer dans la salle du conseil municipal a été filtré, puis les portes de la mairie ont été fermées.

À l'intérieur, les élus ont observé une minute de silence, en mémoire des victimes de l'attentat de Nice. Puis l'opposition socialiste et les élus de droite ont pris la parole pour dénoncer ce que le maire a baptisé le plan de sauvegarde des services publics. Ce plan prévoit notamment la fermeture de trois bibliothèques, de deux maisons des habitants, une suppression d'une centaine d'emplois municipaux et des départs à la retraite qui ne seront pas remplacés.

À l'extérieur, les opposants à ce qu'ils appellent le plan d'austérité du maire hurlaient « ouvrez nous les portes ». D'autres avaient des sifflets, d'autres encore martelaient les vitres de leurs poings. Marianne avait déjà manifesté Lundi 11 Juillet 2016, « ils prônent la cogestion et la participation des citoyens quand cela les arrange. Empêcher ainsi des citoyens d'assister à un conseil municipal, c'est antidémocratique au possible ».

L'intersyndicale de la ville de Grenoble est sur la même longueur d'onde.

« Même du temps d’Alain Carignon, nous n’avions jamais vu cela. Regardez, ils ont même fait venir des chiens. Nous sommes abasourdis », lance un syndicaliste de la Confédération Générale du Travail (CGT) Force Ouvrière.

Le collectif contre la fermeture de trois bibliothèques de quartier distribue un tract avec dix propositions pour le maintien de ces lieux de culture, si importants dans les quartiers sensibles. « Beaucoup d'enfants fréquentent ces petites bibliothèques. Quand tout va mal, nous avons besoin de ces lieux de culture », explique la présidente de l’union de quartier Village Olympique.

Pendant ce temps, les élus déroulent l'ordre du jour de leur conseil municipal. Le maire Éric Piolle a redit que s'il était obligé de faire des coupes sombres dans le budgets de la ville, c'était à cause de l’état et de la municipalité précédente, la municipalité du Parti Socialiste de Michel Destot qui lui avait laisser des finances en mauvais état.

Les Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS) sont intervenues

Durant la séance, une vingtaine de CRS sont intervenues devant la mairie de Grenoble et ont bouté les manifestants en bas des marches.

Un jeune homme a été interpellé pour dégradation et place en garde à vue.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:31

Angela Eagle retire sa candidature à la direction du parti travailliste (Reuters)

Angela Eagle a annoncé Mardi 19 Juillet 2016 son retrait de la course à la direction du parti travailliste au profit d'un autre candidat, Owen Smith, afin d'augmenter les chances d'évincer l'actuel chef de file de l'opposition britannique, Jeremy Corbyn.

Les critiques contre le représentant de la frange la plus à gauche du parti travailliste, élu au mois de septembre 2015, ont redoublé depuis le référendum sur une sortie du Royaume Uni, pour lequel il est accusé d'avoir mené une campagne trop molle en faveur du maintien de la Grande Bretagne dans l’Union Européenne.

La députée travailliste a expliqué le retrait de sa candidature par le plus grand nombre de soutiens reçus jusqu'à présent par Owen Smith en vue du scrutin interne à venir, dont le résultat devrait être annoncé le 24 septembre 2016.

« Il est dans l'intérêt du parti travailliste que nous nous unissions afin de présenter un candidat unique », a déclaré Angela Eagle lors d'une conférence de presse.

Les détracteurs de Jeremy Corbyn doutent de ses capacités à remporter les prochaines élections nationales et à faire entendre la voix du parti dans les négociations sur les modalités du Brexit.

Une motion de défiance non contraignante a été adoptée Mardi 28 Juin 2016 à une écrasante majorité par les parlementaires travaillistes et les deux tiers des membres de son cabinet fantôme ont choisi de démissionner.

« Le parti travailliste ne fonctionne pas correctement en ce moment, notre dirigeant n'a pas la confiance de ses parlementaires et ne tend pas la main au pays », a fait valoir Angela Eagle.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:20

https://www.zamanfrance.fr/article/huit-mille-policiers-limoges-en-turquie-22707.html

Huit mille policiers limogés en Turquie (Reuters)

Huit mille policiers ont été mis à pied dans l'ensemble de la Turquie, dont Istanbul et la capitale Ankara, du fait de leurs liens présumés avec le putsch manqué du Vendredi 15 Juillet 2016, a déclaré Lundi 18 Juillet 2016 à Reuters un haut responsable turc.

Près de trois mille militaires et autant de juges et de procureurs ont d'ores et déjà été placés en détention provisoire dans la foulée du putsch avorté.

Certains des officiers supérieurs ont fui à l'étranger

Les forces de sécurité turques recherchent toujours certains des militaires impliqués dans la tentative de putsch, dans plusieurs villes et zones rurales du pays, a déclaré Lundi 18 Juillet 2016 un haut responsable de la sécurité en écartant tout risque de nouveau coup de force.

L'état-major militaire turc a subi un « coup sérieux, en termes d'organisation », du fait du putsch avorté, mais il fonctionne toujours, en coordination avec les services de renseignement, la police et le gouvernement, a dit ce responsable à Reuters.

Selon lui, certains officiers supérieurs de l'armée qui ont pris part à la tentative de putsch ont fui à l'étranger.

Le parti démocratique des peuples (HDP) contre le rétablissement de la peine de mort

Le HDP ne soutiendra pas un éventuel projet de loi visant à rétablir en Turquie la peine de mort, abolie en 2004, a déclaré Lundi 18 Juillet 2016 à Reuters un porte-parole de cette formation, Ayhan Bilgen.

« Non, nous le soutiendrons pas », a dit Ayhan Bilgen.

En réponse à certains de ses partisans qui ont réclamé Dimanche 17 Juillet 2016 l'exécution des auteurs de la tentative de putsch du Vendredi 15 Juillet 2016, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a estimé qu'une telle revendication ne pouvait être ignorée et que le gouvernement en discuterait avec les partis de l'opposition.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:07

https://www.zamanfrance.fr/article/turquie-50-000-suspensions-apres-putsch-manque-22744.html

Cinquante mille suspensions après le putsch manqué

Le pouvoir turc multiplie les suspensions, les radiations et les arrestations après le coup d'état avorté du Vendredi 15 Juillet 2016. Près de cinquante mille personnes ont fait, à ce jour, l'objet d'une mesure administrative ou judiciaire.

Mardi 19 Juillet 2016

Le grand ménage, c'est ainsi que le premier ministre turc Binali Yildirim a qualifié l'ensemble des mesures visant à éradiquer de l'administration les personnes soupçonnées de sympathie pour Fethullah Gülen, présenté par le pouvoir comme l'instigateur de la tentative de putsch du Vendredi 15 Juillet 2016. Près de cinquante mille personnes ont fait l'objet d'une mesure administrative ou judiciaire. Plus de neuf mille trois cent vingt personnes font l'objet d'une procédure pénale pour leur lien avec le putsch, a dit à la presse le vice-premier ministre Numan Kurtulmus.

Huit mille policiers, six mille militaires, cent agents secrets et trente préfets

Le premier ministre a fait état de six mille trente huit interpellations dans les rangs de l'armée. Huit mille policiers ont été mis à pied, trente préfets et quarante sept sous-préfets ont été relevés de leurs fonctions. Au sein du service des renseignements (MIT), cent personnes, dont une majeure partie n'étaient plus en service actif, ont été suspendues.

Deux mille cent hauts fonctionnaires

Deux cent cinquante sept fonctionnaires travaillant au cabinet du premier ministre, mille cinq cent fonctionnaires du ministère des finances et trois cent quatre vingt treize fonctionnaires du ministère des affaires familiales et sociales ont également été mis à pied.

Deux mille sept cent cinquante juges et procureurs, dont quarante membres du conseil d'état et cent quarante membres de la cour de cassation, ainsi que deux des dix sept juges de la cour constitutionnelle ont été arrêtés ou suspendus.

Trente six mille professeurs

Le ministère de l'éducation a annoncé Mardi 19 Juillet 2016 la suspension de quinze mille deux cent membres de son personnel. Il a également annulé l'autorisation d'enseigner de près de vingt et un mille professeurs du privé. Le conseil de l'enseignement supérieur a demandé aux mille cinq cent soixante dix sept doyens d'université de présenter leur démission.

Quatre cent quatre vingt douze imams et personnels religieux

La direction des affaires religieuses (DIYANET) a fait savoir Mardi 19 Juillet 2016 que quatre cent quatre vingt douze de ses employés, dont trois des quatre vingt un muftis provinciaux, avaient été mis à pied. Elle a également décidé de ne pas assurer les services funéraires des putschistes qui sont morts lors des affrontements.

Vingt sites d'informations fermés

Le régulateur national BTK a fait fermer vingt sites d'information indépendants. Le conseil supérieur de l'audiovisuel (RTÜK) a également décidé de fermer toutes les chaînes et radios supposées proches du Hizmet, parmi lesquelles STV, Samanyolu Haber, Can Erzincan Télévision, Bugün Télévision, Mehtap et Yumurcak Télévision. De son côté, le bureau chargé de livrer les cartes de presse a décidé d'annuler celles de trente quatre journalistes accusés de « menaces à la sécurité nationale ».

Binali Yildirim a indiqué que le gouvernement turc prendrait Mercredi 20 Juillet 2016 d'importances décisions visant à extirper le pays des circonstances extraordinaires dans lesquelles l'a plongé la tentative de putsch. Plusieurs organisations et pays occidentaux, alertés par les derniers développements, ont exhorté Ankara à préserver l'état de droit.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 18:41

Une assemblée générale du Centre d'Etudes et de Recherches sur les Mouvements Trotskystes et Révolutionnaires Internationaux (CERMTRI) très particulière

Par Jean Jacques Marie

Samedi 2 Juillet 2016

Pour la première fois depuis que le CERMTRI existe, l'assemblée générale du Samedi 25 Juin 2016 a éliminé dix membres sortants dont le président François de Massot, la trésorière Hélène Stern, deux des plus anciens membres du CERMTRI, Jacqueline Bois et Adrien Lévy, par ailleurs l’un de ses principaux donateurs, donateur du fonds André Prudhommeaux, et des collaborateurs réguliers du CERMTRI comme Michel Barbe, Katia Dorey, Jean-Pierre Cassard et Dominique Gros. Dix nouveaux membres ont été élus à la place des dix éliminés.

Nous pourrions voir là l’expression d’une volonté de renouvellement de membres du CERMTRI insatisfaits de son fonctionnement et désireux de l’améliorer. Mais deux faits, que nul présent à l'assemblée générale ne peut contester, invalident cette hypothèse.

Au cours des débats, aucune critique n’a été portée contre le bilan du président et de la trésorière, ni aucune remarque, même anodine, n’a été faite sur leur gestion.

Ensuite, la grande majorité des nouveaux candidats et des nouveaux élus n’avaient jamais participé à aucune activité du CERMTRI au cours des vingt dernières années malgré l’âge avancé de la plupart d’entre eux.

Certains d’entre eux ont même découvert ses locaux à cette occasion.

Aucun d’eux n’a pris la parole au cours de l'assemblée générale, aucun d’eux n’a dit le moindre mot pour motiver sa candidature, aucun deux n’a avancé la moindre proposition qu’il se serait engagé à défendre. C’est sans doute le premier exemple d’une élection où les candidats n’ont jamais ouvert la bouche pour avancer des raisons, réelles ou fabriquées, de leur candidature.

Ceux d’entre eux qui ont été élus au conseil d'administration sont restés aussi muets lors de sa réunion qui a suivi l'assemblée générale et n’ont alors non plus avancé la plus petite suggestion ou proposition. Seul Serge Sebban a pris la parole pour annoncer sa candidature à la trésorerie sans la motiver en aucune manière, sinon par la nécessité de remplir un poste devenu vacant par l’élimination non motivée de sa titulaire.

Par quel miracle des candidats qui n’ont jamais eu la moindre activité au CERMTRI, qui sont restés totalement muets et dont personne ne pouvait savoir pourquoi ils se présentaient ont-ils pu recevoir trois fois, voire trois fois et demi plus de voix que les sortants éliminés sans la moindre explication ?

L'explication du miracle est très simple. Alors que le nouveau président Michel Sérac avait déclaré que le CERMTRI ne devait surtout pas être le lieu où devraient se régler des différends politiques, tous ces nouveaux candidats muets élus sont tous membres d’une même organisation politique, le Courant Communiste Internationaliste (CCI).

Jusqu’en 2015, les candidats ne se bousculaient pas au portillon, car un candidat devait représenter une continuité de l’histoire du trotkysme ou s’engager plus ou moins fermement à travailler au CERMTRI ou pour lui, rédaction d’études, traduction de textes en langue étrangère pour les cahiers du mouvement ouvrier ou du CERMTRI ou pour les conférences.

Toutes activités auxquelles la grande majorité des présents à l'assemblée générale du Samedi 25 Juin 2016 et des nouveaux élus ont jusqu’à ce jour été parfaitement étrangers. Enfin, loin de vouloir écarter un candidat pour son appartenance politique, les divers responsables du CERMTRI depuis Louis Eemans et Pierre Levasseur ont tenté d’associer à son travail des militants étrangers à leur organisation politique.

L'opération menée Samedi 25 Juin 2016 est donc contraire aux traditions qui ont permis au CERMTRI de fonctionner, fût-ce imparfaitement depuis quarante ans. Elle menace donc sa continuité et son avenir. La première mesure prise après l’élection du nouveau conseil d'administration, à savoir le changement brusque de la serrure du CERMTRI, que le conseil d'administration réuni juste après l'assemblée générale, Samedi 25 Juin 2016 en fin d’après-midi, n’a jamais évoqué, en est un signe patent.

La serrure du CERMTRI

Comme le savent plusieurs camarades qui travaillent depuis longtemps au CERMTRI, j’ai entreposé dans ses locaux une douzaine de dictionnaires de langues étrangères diverses que j’utilise, entre autres, dans mon travail pour les cahiers du mouvement ouvrier.

Ayant besoin de deux de ces dictionnaires pour un document destiné au prochain numéro de la revue, consacré à l’histoire des provocations contre le mouvement ouvrier, en particulier en Russie et ayant oublié de les prendre Samedi 25 Juin 2016 au soir après la fin de l'assemblée générale, je me suis rendu au siège du CERMTRI, dont j’ai la clé depuis vingt ans, Dimanche 26 Juin 2016 à 9 heures 30 du matin pour les récupérer. Quelle n’a pas été ma surprise de constater qu’entre la fin de l'assemblée générale et cette heure dominicale matinale, la serrure avait été changée et que je ne pouvais donc ouvrir la porte du local du CERMTRI, où sont entreposés les cahiers du mouvement ouvrier, dont je suis, je le rappelle, le co-fondateur avec Vadim Rogovine et le directeur.

Le nouveau conseil d’administration élu à la fin de l'assemblée générale n’ayant pas décidé ce changement de serrure, je me suis rendu à la réunion du bureau élu par le nouveau conseil d'administration, en particulier pour savoir quand ce changement avait été décidé, qui l’avait décidé, à quels motifs et mobiles répondait cette décision sans exemple dans les quarante ans d’histoire du CERMTRI et qui avait changé la serrure.

Les réponses qui m’ont été fournies par le nouveau président Michel Sérac méritent d’être connues. Après la « déclaration menaçante » que, d’après lui, j’avais faite après la proclamation des résultats des votes au conseil d’administration, dont je joins la brève analyse que j’en donne, « on pouvait tout craindre », d’autant, a-t-il précisé, qu’une « importante somme en liquide » était entreposée dans le bureau. Devant la menace vague mais manifestement redoutable que je faisais ainsi peser sur les locaux du CERMTRI, voire sa trésorerie, il fallait d’urgence opérer un changement de serrure, effectué, m’a-t-il précisé, par un « serrurier polonais », manifestation touchante d’internationalisme.

L'explication est surprenante. Lors de cette réunion du conseil d'administration nouvellement élu, Michel Sérac a proposé que je sois, comme je l’étais jusqu’alors, l’un des deux vice-présidents du CERMTRI.

J’ai décliné cet honneur, qui m’aurait fait valider un vote aux considérants manifestement extérieurs au CERMTRI lui-même. Ainsi vers 18 heures 30, la « déclaration menaçante » que j’avais prononcée n’empêchait pas mon maintien comme vice-président du CERMTRI et donc la possibilité pour moi d’entrer dans ses locaux pour les besoins de mon activité concernant les cahiers du mouvement ouvrier. Quelques instants plus tard je représentais un danger si grave qu’il fallait d’urgence remplacer la serrure du local où je travaille depuis vingt ans. Que s’est-il passé dans l’intervalle ?

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 19:57

https://www.zamanfrance.fr/article/degradations-appels-a-delation-en-france-apres-putsch-manque-en-turquie-22711.html

Dégradations et appels à la délation en France après le putsch manqué en Turquie

L'imputation du putsch avorté au Hizmet, le mouvement de Fethullah Gülen, par le pouvoir turc a eu de nombreuses répercussions en France. Les appels à la dénonciation et les dégradations de structures proches ou supposées proches du Hizmet se sont multipliés.

Par Sami Kilic

Lundi 18 Juillet 2016

La rhétorique incendiaire employée par le président de la république turque Recep Tayyip Erdogan et tous les membres du gouvernement turc à l'encontre de Fethullah Gülen s'est traduite en France par l'essor des dégradations et des appels à la délation contre les établissements et les personnes proches ou supposées proches du Hizmet.

Les sympathisants de ce mouvement civil d'inspiration religieuse lancé dans les années 1960 étaient déjà habitués aux insultes et aux menaces depuis le mois de décembre 2013, date à laquelle Recep Tayyip Erdogan a lancé une véritable guerre d'indépendance contre ce qu'il a appelé la structure parallèle requalifiée récemment en « organisation terroriste armée au même titre que le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ». Mais c'est la première fois que leur intégrité physique est directement menacée.

Incendies, insultes et menaces

A Sens, le centre culturel Rûmî a été incendié dès le lendemain du coup d'état manqué du Vendredi 15 Juillet 2016.

Un certain Kemal Mutlu s'enorgueillissait sur Facebook d'avoir « commencé par Sens ».

A Lyon, un hôtel a été saccagé par un groupe de quarante personnes, les voitures stationnées sur le parking ont été détériorées.

Les caméras de surveillance montrent que l'assaut n'a pas abouti grâce à l'intervention de la gendarmerie.

A Mulhouse, le centre Horizon a été la cible d'une attaque, les forces de police se sont immédiatement rendues sur place.

A Béziers, un responsable de la mosquée va jusqu'à appeler le directeur d'un centre de soutien scolaire pour lui dire qu'il a du mal à contenir la foule. Une dizaine de personnes y feront une descente avant d'être repoussées par la police.

Les vandales, gonflés à bloc par des musiques à la gloire de Recep Tayyip Erdogan, lancent alors « on va vous pendre » et « les chiens savent qu'ils ne sont pas les bienvenus ». Tout cela débité dans un langage parsemé d'insultes. La vidéo a même été publiée sur Facebook.

A Villeneuve-Saint-Georges, le mur du collège Educactive a été tagué du mot « traître ».

Sur Facebook encore une fois, une personne va jusqu'à proposer d'y mettre le feu.

A Annecy et à Grenoble, des scènes semblables ont été rapportées. Des appels à boycotter les commerces proches du Hizmet ont également été répertoriés.

En outre, plusieurs messages circulent sur Facebook demandant aux franco turcs de dénoncer les personnes proches du Hizmet aux autorités turques en fournissant les mails de la police nationale et les numéros de téléphone de la présidence de la république.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 19:37

https://blogs.mediapart.fr/albertdaix/blog/160716/lappel-du-mouvement-en-marche-pour-la-democratie

Appel du mouvement en marche pour la démocratie

Par Albert Daix

Samedi 16 Juillet 2016

Samedi 18 Juin 2016, des personnes ont entrepris depuis Marseille une marche à destination de Paris. Avec elles, quatre revendications, l'abrogation de la loi travail, l'arrêt des négociations des traités de libre-échange, la démission du gouvernement et un processus citoyen pour une nouvelle constitution, voici leur appel.

Appel à une nouvelle révolution française pour une constitution citoyenne

Citoyens et citoyennes de tous horizons, de France, d’Europe et du monde, ceci est un appel au ralliement autour des principes humanistes et universels que sont la démocratie, la république et les droits de l'homme et de la femme. La défense et le développement de ces principes fondamentaux qui devraient être ceux régissant les sociétés dans lesquels nous vivons est l’affaire de tous. Le moment est venu de nous rassembler sur ce qui nous unit plutôt que de nous cristalliser sur nos différences. Cette division provoquée et entretenue permet à un ordre établi de mieux régner et de nous distraire de la problématique fondamentale de nos sociétés, le contrôle et la prédation frénétique des grandes puissances de la finance et du commerce international contre nos démocraties. La démocratie appartient de droit mais pas encore de fait à chacun et chacune d’entre nous. Insistons sur ce droit fondamental pour toutes et tous dans toutes les nations qui se réclament d’un fonctionnement démocratique. Et aspirons à ce que le principe de démocratie réelle s’installe également dans les nations qui ne s’en réclament pas encore.

Aujourd’hui, partout dans le monde, la démocratie n’est exercée que sous sa forme représentative. À l’heure où beaucoup d’élus qui devraient nous représenter ont tant de fois démontré leurs connivences avec les pouvoirs de la finance et des multinationales ainsi que leur potentiel de corruptibilité, il n’est plus de confiance possible. Or la confiance est la condition essentielle du fonctionnement de la version représentative de nos démocraties. Il nous appartient donc d’initier une transition vers la démocratie dans sa version la plus fondamentale et finale, la démocratie directe, qui s’exerce par le peuple et pour le peuple.

La nouvelle révolution française que nous allons effectuer sera une lutte pacifique pour mettre un point final à ce mauvais rêve dans lequel la vie démocratique de chaque nation est conditionnée par la spéculation boursière et les aléas du commerce international. Nous allons nous réveiller et mettre fin au règne de la compétition, de l’égoïsme et de la confrontation pour rétablir les valeurs fondamentales que sont la paix, la coopération, la solidarité et la synergie.

Nous allons ainsi mettre fin aux agressions constantes contre les individus, les salariés et les entreprises. Nous allons redevenir plus des citoyens et des citoyennes exerçant un pouvoir constant sur la société dans laquelle nous vivons et moins des consommateurs se sentant impuissants face à l’ordre établi. Nous allons mettre en place, développer et sécuriser le bon sens qui permettra de faire face aux enjeux du vingt et unième siècle, le bon sens humaniste, démocratique, social et écologique.

C’est dans cet objectif crucial et universel que nous faisons appel à nous tous citoyens et citoyennes de France, d’Europe et du monde à nous unir dans une grande marche démocratique qui partira de Marseille Samedi 18 Juin 2016 et se rendra à Paris pour occuper en masse le Champ de Mars jusqu’à ce que quatre exigences soient entièrement satisfaites, abrogation de la loi travail, rupture formelle et définitive avec les négociations du TTIP ou de tout traité de libre-échange avec les Etats-Unis, démission de tous les ministres du gouvernement actuel, premier ministre compris, et initiation d’un processus de constitution citoyenne. Un engagement officiel et par écrit du nouveau gouvernement de transition de favoriser tout le processus constitutionnel, rédaction citoyenne, référendum national puis application de la nouvelle constitution si celle-ci est approuvée par la majorité des votes exprimés.

Nous invitons les citoyens et citoyennes de toutes nations, qui ne sont plus représentés par leur gouvernement et non protégés par leur constitution, à entamer également une grande marche démocratique dans leurs pays.

Nous serons tous solidaires de toutes les marches démocratiques de tous les pays. Tous ensembles, nous allons procéder à un progrès fondamental dans la démocratie et dans l’épanouissement de chacun et de chacune. Et comme un chemin de mille pas commence par un premier pas, nous vous invitons toutes et tous à cette grande marche pour notre démocratie.

Nous vous remercions pour votre attention.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 19:22

http://fr.hdpeurope.com/?p=3473

Communiqué du parti démocratique des peuples (HDP) concernant la tentative de coup d'état

Par Figen Yüksekdag et Selahattin Demirtas, coprésidents du HDP

Samedi 16 Juillet 2016

En ces jours difficiles et critiques que la Turquie est en train de traverser, personne ne devrait se mettre à la place de la volonté du peuple, sous aucun motif.

Le HDP est, par principe, opposé à toute forme de coup d'état, quelles que soient les circonstances.

La Turquie doit immédiatement adopter une démocratie pluraliste et libérale, la paix intérieure et extérieure et des valeurs et des conventions démocratiques universelles.

Il n’y a pas d’autre alternative que de revendiquer la démocratie politique.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens