Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:59

http://paris.demosphere.eu/rv/42433

Rassemblement de soutien à la résistance palestinienne

Samedi 17 Octobre 2015 à 14 heures Place de la République à Paris

Nos cœurs et nos espoirs sont tournés vers la Palestine. En ce moment même, les palestiniens font face à une nouvelle recrudescence des attaques de l'occupant israélien. Ces dernières semaines, l’Esplanade des Mosquées d’al Aqsa fût la cible d'agressions particulièrement violentes tandis que des meurtres sont commis presque quotidiennement par l'armée et les colons sionistes. Une fois de plus, les israéliens espèrent profiter d'un contexte politique troublé sur le plan régional pour gagner du terrain et venir à bout de la résistance palestinienne.

Ainsi, Israël continue d'imposer en toute impunité blocus et check-points, poursuit ses projets de colonisation et pratique une politique d'épuration ethnique dans toute la Palestine occupée. Au même moment, Israël bénéficie toujours du soutien de ses alliés, parmi lesquels la France et l'Union Européenne que nous tenons pour responsables de tous ces crimes.

Nous affirmons quant à nous notre soutien total à la résistance du peuple palestinien. Depuis les geôles israéliennes où les prisonniers mènent des grèves de la faim, en passant par Jérusalem où les habitants protègent leur patrimoine et leurs lieux saints, jusqu'aux jets de pierres et aux coups de couteaux qui défient aujourd'hui les forces d'occupation sionistes, les palestiniens poursuivent un combat que nous honorons, celui de la justice et de la libération.

Notre engagement est concret. Nous portons la voix de la résistance palestinienne dans nos villes et nos quartiers. Nous dénonçons les crimes sionistes et la complicité de nos dirigeants. Nous brisons l'isolement dans lequel se trouvent les palestiniens sous occupation.

Jusqu'à la libération, halte aux agressions israéliennes, soutien total à la résistance palestinienne, démantèlement des colonies et fin du blocus sur la bande de Gaza, liberté pour les prisonniers palestiniens, droit au retour des réfugiés palestiniens, halte au silence complice de la communauté internationale et soutien à la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) contre Israël

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:23

L’Union Européenne répond aux demandes de la Turquie pour l’aide aux réfugiés (Reuters)

L'Union Européenne a offert Vendredi 16 Octobre 2015 à la Turquie une aide financière qui pourrait atteindre trois milliards d'euros, la perspective d'un assouplissement de l'octroi de visas à ses ressortissants et une relance des discussions sur son adhésion en échange de sa coopération face à l'afflux de réfugiés vers l'Europe.

A l'issue d'un conseil européen consacré à la crise migratoire et dominé par la question épineuse des concessions à accorder à Ankara, dont le soutien est jugé clé dans de nombreuses capitales, les dirigeants de l'Union Européenne ont fait savoir qu'ils s'étaient mis d'accord sur un plan d'action commun.

Bien que ce plan ne précise pas le montant de l'aide « substantielle et concrète » qui sera apportée à la Turquie, la chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré que le chiffre de trois milliards d'euros demandé par les turcs avait été discuté.

Aucun montant n'a toutefois été arrêté et beaucoup dépendra des mesures concrètes mises en oeuvre par les deux parties, a-t-elle dit.

« Il s'agit de savoir ce que ces fonds peuvent avoir comme effet », a de son côté déclaré François Hollande, ne reprenant pas le chiffre de trois milliards d'euros.

Au terme d'un conseil européen qui s'est achevé aux premières heures du jour, Vendredi 16 Octobre 2015, il a été offert à la Turquie la perspective d'une accélération de la libéralisation de ses visas, sous réserve qu'elle respecte certains engagements.

Donnant donnant

A l'occasion de discussions à Ankara avant la tenue du conseil européen, des ministres turcs ont demandé à une délégation de la commission européenne de commencer à assouplir l'obtention de visas au milieu de l'année prochaine, selon des responsables européens.

Angela Merkel, qui est attendue Dimanche 18 Octobre 2015 dans la capitale turque, a souligné le rôle indispensable du pays dans l'effort européen pour « organiser et freiner le mouvement de réfugiés ».

Environ deux millions de réfugiés syriens se trouvent actuellement en Turquie.

Le président français a toutefois mis l'accent sur la nécessité de ne pas entretenir de « malentendu ou d'ambiguïté » avec ce partenaire.

« Nous avons insisté pour que, si libéralisation des visas il doit y avoir avec la Turquie, ce soit sur des bases extrêmement précises et contrôlées », a souligné François Hollande lors d'un point presse.

« Il ne faudrait pas que la libéralisation des visas conduise à ce qu'il y ait des personnes qui viennent de Turquie dont on ne serait pas sûrs de l'identité », a-t-il ajouté.

Ce processus doit se faire parallèlement à la réadmission par la Turquie de migrants irréguliers refoulés par l'Union Européenne, a-t-on par ailleurs souligné de source diplomatique française.

Pas de consensus sur les chapitres de négociation

Les chefs d’état et de gouvernement européens se méfient d'une possible exemption de visas pour les soixante dix huit millions de turcs, que demande le président Recep Tayyip Erdogan. Une libéralisation des visas se cantonnerait probablement dans un premier temps aux visas d'affaire et étudiants.

Autre concession, les dirigeants réunis à Bruxelles se sont engagés à redonner une impulsion à des négociations moribondes sur la candidature de la Turquie au bloc européen, sans préciser comment.

« La procédure d'accès doit être revigorée, avec la perspective de progrès dans les négociations en accord avec le cadre déjà prévu », disent-ils dans leurs conclusions.

Selon des sources européennes, les turcs demandent l'ouverture de six nouveaux chapitres de leur candidature. Il n'existe toutefois pas de consensus sur le sujet parmi les vingt huit pays de l’Union Européenne, dit-on de source diplomatique française.

Le conseil européen s'est par ailleurs efforcé de donner un nouvel élan aux décisions prises le mois dernier et a notamment retenu l'idée de la création, à terme, d'un corps de gardes-frontières européens, qui sera « progressivement mis en place », selon François Hollande.

« Il fallait qu'il y ait, après les décisions du mois de septembre 2015, des mises en oeuvre qui soient rapides et efficaces, parce que l'afflux des réfugiés ne s'est pas ralenti et ne peut pas se ralentir tant qu'il n'y a pas une politique européenne globale », a-t-il souligné.

Les dirigeants européens ont aussi eu une longue discussion sur la possibilité de réformer le système d'asile européen, avec la création d'un mécanisme permanent de relocalisation des réfugiés. Mais il reste beaucoup de travail pour faire naître un consensus sur la question, a dit la chancelière allemande.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:02

Près de six mille migrants dans la jungle de Calais (Reuters)

Le nombre de migrants qui se trouvent dans la jungle de Calais a presque doublé au cours des trois dernières semaines pour atteindre un chiffre proche de six mille, a déclaré Vendredi 16 Octobre 2015 à Reuters la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio.

Ce chiffre constitue selon elle une limite qu'il faut éviter de dépasser. La traversée de la Manche étant devenue quasi impossible, les migrants ont tendance à s'installer dans la durée.

« Avant l'été, nous avons franchi le seuil des trois mille migrants », dit-elle. « Cela s'est stabilisé ensuite, de mai à septembre 2015. Mais au cours des trois dernières semaines, le camp a presque doublé. Nous devons aujourd'hui être à un niveau proche de six mille personnes. C'est une situation qui s'impose à nous, qui évolue tout le temps et à laquelle nous devons nous adapter. Je ne suis pas capable de vous dire ce qui va se passer pour la suite mais six mille, c'est un maximum », ajoute Fabienne Buccio.

Le préfet, qui assure « rechercher le juste équilibre entre le minimum humain, nécessaire à la dignité des personnes, et le respect des lois de la république », explique avoir mis à disposition des moyens pour accueillir ces migrants.

« Nous avons augmenté les prestations du centre Jules-Ferry, qui accueille femmes et enfants, doublé les effectifs de la permanence médicale et créé un cabinet dentaire », détaille-t-elle.

« Une fois que les mille cinq cent places, promises par le gouvernement d'ici à la fin de l'année, seront construites, nous verrons comment ce nouveau camp est accepté. Donc il faudra voir si ce camp se remplit bien et s'il y a lieu d'engager une seconde tranche de mille cinq cent places supplémentaires. Nous ne sommes pas fermés à cela. L’état n'est pas fermé à faire plus », ajoute-t-elle.

Malgré les mesures prises par la préfecture, les conditions de vie sur place sont difficiles et l'hiver qui commence à s'installer n'est pas une bonne nouvelle pour ces migrants venus du Soudan, de Syrie, d'Erythrée ou d'Irak.

« J'ai reçu pour instruction du ministre de l’intérieur la semaine dernière qu'il n'y ait aucune femme et aucun enfant dans le camp », dit-elle en évoquant ce que les médias ont baptisé la jungle. « Nous allons donc installer de nouveaux modulaires, des tentes chauffées. Pour les hommes, nous reprendrons ce que nous avions décidé l'an dernier dans le cadre du plan hiver, il y a un grand hangar proche du camp qui fait quatre mille cinq cent mètres carrés au sol que nous diviserons en chambrées de plusieurs places et qu'une association équipera de lits », poursuit-elle.

« Cela dit, nous savons qu'ils n'iront dans ce lieu que si les conditions climatiques deviennent terribles. On ne quitte pas un emplacement dans le camp facilement car il peut être repris par quelqu'un d'autre », souligne le préfet.

Selon elle, la préfecture sera prête à faire face à l'urgence si les conditions devaient se dégrader, « en cas de grosse vague de froid, je peux réquisitionner un gymnase. Cela peut se décider en cinq minutes. S'il y a une épidémie de grippe, les migrants seront soignés », ajoute Fabienne Buccio.

Les images du camp ont poussé la préfecture à réagir et des habitants de la région ont proposé une aide parfois maladroite.

« Depuis la publication de l'image de l'enfant mort sur la plage, les dons ont afflué, pas toujours de manière adaptée. Des gens, qui cherchent à se donner bonne conscience, arrivent en voiture et distribuent, sans passer par une association. Il y a eu des rixes. Les robes d'été, les talons hauts, ce n'est pas adapté », déplore Fabienne Buccio.

Les services de l’état tentent de faire face à l'urgence, selon le préfet, mais pas seulement, les rivages du Royaume-Uni se sont éloignés ces dernières semaines.

« Le passage vers le Royaume-Uni est devenu plus difficile. Nous avons encore eu un mort cette nuit. Ce qui porte à seize le nombre de morts depuis la fin du mois de juin 2015. Ce qui fait que certains se sédentarisent davantage », dit Fabienne Buccio.

« Lorsque j'ai pris mes fonctions en début d'année, on disait qu'il fallait en moyenne trois mois pour passer au Royaume-Uni. Actuellement, nous constatons que certains sont là depuis huit mois. D'autres ne cherchent même plus à passer. La demande d'asile explose. Nous sommes le département français qui enregistre le plus de demandes d'asiles, deux mille cent depuis le début de l'année, contre moins de neuf cent en 2014. En 2013, il y en avait trois cent ».

Calais, d'après Fabienne Buccio, n'est plus une escale parmi d'autres, « il faut que les migrants et les passeurs comprennent que Calais est une voie sans issue. On ne passe plus vers le Royaume-Uni, ou alors vous savez dans quelles conditions ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 19:58

https://www.ensemble-fdg.org/content/le-drapeau-de-letat-de-palestine-hisse-le-9-octobre-tremblay

Le drapeau de l’état de Palestine sera hissé Vendredi 9 Octobre 2015 à Tremblay en France, pour la paix et la reconnaissance du droit des peuples au Proche-Orient.

Par François Asensi, député maire du Front De Gauche (FDG) de Tremblay en France

Jeudi Premier Octobre 2015, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a hissé le drapeau de l’état de Palestine sur le siège de l’ONU à New York, suite au vote d’une large majorité de pays de l'ONU, dont la France.

Cet acte historique marque un pas de plus vers la reconnaissance naturelle de l’état palestinien, prévu par le droit international depuis 1947. Ce symbole représente également une nouvelle chance pour la paix entre les peuples israéliens et palestiniens, qui ne rêvent tous deux que de pouvoir vivre dans la justice, la sécurité et la concorde.

A l'initiative du député-maire François Asensi, le drapeau de l’état palestinien sera hissé Vendredi 9 Octobre à 11 heures devant le parvis de l’hôtel de ville de Tremblay en France, comme à l'ONU, en signe de paix et de défense des droits des peuples au Proche-Orient, conformément aux valeurs de solidarité et d’émancipation portées par la municipalité de Tremblay en France.

Cet acte s’inscrira dans le cadre de la journée nationale de mobilisation pour la reconnaissance de l’état palestinien organisée Samedi 10 Octobre 2015 par les forces associatives, syndicales et politiques regroupées dans le Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI).

En effet, malgré la reconnaissance de l’état palestinien par l’assemblée nationale et le sénat français il y a un an, le gouvernement français n’a toujours pas procédé à cette reconnaissance officielle. Devant le parlement, Laurent Fabius avait affirmé que la France procéderait à cette reconnaissance « le moment venu » si d’ultimes tentatives pour réanimer le processus de paix venaient à échouer. Force est de constater et de regretter cet échec, la perspective d’une reprise du dialogue s’éloignant de plus en plus face au regain de tensions au Proche-Orient.

Pour le député François Asensi, auteur dès 2012 d’une proposition de résolution en faveur de la reconnaissance de l’état palestinien, le moment de la reconnaissance officielle par la France est désormais venu.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 18:50

http://www.humanite.fr/signez-la-petition-de-soutien-aux-6-dair-france-586505

https://www.change.org/p/premier-ministre-pétition-libération-des-6-d-air-france-halte-aux-poursuites

Signez la pétition de soutien aux six d’Air France

Lundi 12 Octobre 2015, six salariés d’Air France ont été arrêtés à leur domicile comme de vulgaires trafiquants de drogue par les policiers de la Police de l’Air et des Frontières (PAF). Ces six salariés, pour plusieurs d’entre eux syndiqués, sont poursuivis pour des « violences volontaires en réunion et entrave au déroulement d’un comité d’entreprise », des faits commis Lundi 5 Octobre 2015 et passibles de cinq ans de prison. Ils ont été placés en garde à vue à Roissy.

De quoi seraient-ils coupables ? D’avoir laisser exploser leur colère parce que leur vie et celle de leur famille est en danger ?

D’avoir dit non aux deux mille neuf cent licenciements secs annoncés par la direction ?

Serions-nous revenus au temps de la répression anti-ouvrière la plus noire ?

Ne laissons pas faire.

Protégeons les six d’Air France.

Signez et faites signer la pétition pour la libération immédiate des six d’Air France

Abandon des poursuites

Aucune sanction

Cette pétition sera remise au premier ministre Manuel Valls

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 18:32

Le chef du gouvernement catalan devant la justice (Reuters)

Plusieurs milliers de personnes sont venues soutenir Jeudi 15 Octobre 2015 le président catalan Artur Mas à son arrivée au tribunal supérieur de justice de Barcelone où il a été entendu pour le référendum de novembre 2014, qu'il a maintenu bien qu'il ait été jugé illégal.

Le chef de l'exécutif régional avait été inculpé le mois dernier de désobéissance civile, d'abus de pouvoir et de détournement de fonds publics.

A la barre, Artur Mas a rappelé que la consultation était l'une des principales priorités de son administration et a dit en assumer pleinement la responsabilité. « Je ne comprends pas ce que je fais là, à donner des explications », a-t-il déclaré au juge, selon les médias locaux.

« Il s'est battu et il a fait ce qu'il devait faire. On ne peut pas le laisser seul maintenant. Je trouve cela totalement injuste qu'un président catalan soit jugé de cette façon », a déclaré Isabel Princep, interrogée parmi les manifestants venus lui exprimer leur soutien.

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, qui briguera un nouveau mandat le 20 décembre 2015, s'oppose catégoriquement à la tenue d'un référendum d'auto détermination de la Catalogne.

S'appuyant sur la constitution espagnole, Madrid argue du fait qu'une région ne peut pas décider seule de l'unité du pays.

Lors de la consultation de novembre 2014, sans valeur légale, Artur Mas avait déclaré qu'il ne se laisserait pas intimider par les « tactiques judiciaires » du gouvernement espagnol. Il est passible de plusieurs années d'exclusion de la fonction publique.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 18:18

Mise à pied des salariés d’Air France poursuivis pour violences (Reuters)

Les cinq salariés d'Air France soupçonnés d'être les auteurs des violences qui ont émaillé la réunion du Comité Central d’Entreprise (CCE) du Lundi 5 Octobre 2015 ont été mis à pied à titre conservatoire, a-t-on appris Jeudi 15 Octobre 2015 de source syndicale et auprès de la direction.

« Les cinq salariés ont été mis à pied », a indiqué un représentant de Sud.

Contactée par Reuters, Air France a fait savoir pour sa part que les procédures disciplinaires « suivaient leur cours. Les sanctions possibles, en vertu du code du travail, du règlement intérieur d'Air France et de la convention collective du transport aérien, peuvent aller de l'avertissement au licenciement », a indiqué un porte-parole. « Ces procédures concernent à ce stade une vingtaine de salariés ».

Concernant les cinq personnes « identifiées par l'enquête interne comme étant les auteurs d'agressions, elles ont été mises à pied à titre conservatoire sans solde, comme le veut la pratique en matière de faute lourde », a-t-il ajouté.

Les cinq salariés identifiés grâce aux images vidéo des violences seront jugés le 2 décembre 2015. Ils encourent jusqu'à trois ans de prison et quarante cinq mille euros d'amende.

Lundi 5 Octobre 2015, le directeur des ressources humaines d'Air France et un responsable de l'activité long-courrier avaient été pris à partie par des salariés furieux après l'annonce de deux mille neuf cent suppressions de postes.

Les images montrant ces dirigeants fuyant les manifestants, chemise arrachée et costume déchiré, ont fait le tour du monde. Trois autres cadres ont été molestés et deux vigiles blessés.

Les violences ont éclaté lors de la présentation par la direction du plan de deux mille neuf cent suppressions de postes après l'échec des négociations avec les pilotes.

La direction d'Air France a rencontré ces derniers jours l'ensemble des syndicats représentatifs et doit désormais fixer un calendrier pour de nouvelles négociations, a-t-on déclaré de sources syndicales.

Les consultations « se poursuivent avec pour objectif d'éviter des départs contraints partout ou des accords sur la productivité pourront être trouvés », a dit à Reuters un porte-parole d'Air France, Jeudi 15 Octobre 2015.

Le prochain CCE aura lieu Jeudi 22 Octobre 2015 à partir de 9 heures 30. Plusieurs syndicats ont d'ores et déjà appelé à manifester au même moment devant l’assemblée nationale.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 19:58

La Confédération Générale du Travail (CGT) boycottera la conférence sociale (Reuters)

La CGT a annoncé Mercredi 14 Octobre 2015 qu'elle ne participerait pas à la conférence sociale prévue Lundi 19 Octobre 2015, dans un climat tendu par le conflit à Air France.

La décision a été prise par la Commission Exécutive Confédérale (CEC) de la CGT réunie à Limoges en marge de la célébration des cent vingt ans du syndicat, qui conteste l'ordre du jour de ce rendez-vous entre les partenaires sociaux et le gouvernement, et son organisation.

« La CEC a décidé qu'au regard d'un certain nombre d'éléments concernant l'organisation et le contenu de la conférence, du peu de place laissé à l'intervention des organisations syndicales et de ce qui s'est passé à Air France, la CGT ne participerait pas à la conférence sociale », a déclaré à Reuters Virginie Gensel, membre de la CEC et du bureau confédéral de la CGT.

« En même temps, nous demandons l'ouverture de négociations sur les questions liées au compte personnel d'activité et à la sécurité sociale professionnelle », a-t-elle ajouté.

La CGT souhaitait que la question du temps de travail et des salaires soit discutée à la conférence sociale du Lundi 19 Octobre 2015, a-t-elle rappelé. « Nous n’avons pas été entendus. Là aussi, nous demandons l'ouverture de négociations sur l'ensemble des ces questions ».

Le secrétaire d’état aux relations avec le parlement, Jean-Marie Le Guen, a regretté un coup porté au dialogue social.

« Tout ce qui laisse à penser que les partenaires sociaux ne sont pas capables de dialoguer même lorsqu'il ne sont pas d'accord, je pense que c'est un mauvais coup porté au dialogue social », a-t-il dit sur BFM TV.

« Il existe des tensions à l'intérieur de la CGT et ces tensions se résolvent vers l'extérieur », a-t-il dit.

Les principales organisations patronales et syndicales sont conviées à la conférence sociale du Lundi 19 Octobre 2015, dont le discours d'ouverture sera prononcé par le chef de l’état, François Hollande.

Grande messe

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, avait laissé entendre Mercredi 14 Octobre 2015 sur Europe 1 que son organisation envisageait de la boycotter.

Il avait notamment évoqué les rebondissements judiciaires du dossier Air France, dont l'arrestation à leur domicile de salariés soupçonnés d'avoir malmené des cadres dirigeants et blessé des vigiles. Cinq d'entre eux, militants de la CGT, passeront en jugement le 2 décembre 2015.

Leur arrestation a contribué à crisper les relations entre le gouvernement et les syndicalistes, malgré les appels à un dialogue social apaisé lancés par le premier ministre, Manuel Valls, et par François Hollande.

Mardi 13 Octobre 2015, un membre de la CGT a refusé de serrer la main au président de la république, en visite sur les chantiers navals STX de Saint-Nazaire. A Lyon, le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, a été hué par une centaine de manifestants, parmi lesquels des cégétistes.

« Il y a des salariés qui sont mécontents et c'est ce que nous disons depuis plusieurs mois. Il est temps que le gouvernement prenne en compte ce mécontentement et prenne des actes concrets vis-à-vis des salariés », a commenté Philippe Martinez.

« Le militant du chantier STX a répété à François Hollande un certain nombre de choses que nous répétons depuis des mois et des mois, notamment je pense à la question des salaires ».

Trois tables rondes sont prévues lors de la conférence sociale, sur la « sécurisation des parcours professionnels et la création du compte personnel d'activité », sur la transition énergétique et une troisième sur la « transformation numérique ».

Mais pour la CGT, le contenu n'est pas seul en cause.

« Il y a la question de la forme », a dit Philippe Martinez. « Comment concevons nous le dialogue social, est-ce que nous allons à une grande messe ou est-ce que les organisations syndicales peuvent s'exprimer ».

La CGT, la CGT Force Ouvrière et la FSU avaient déjà boudé une partie de la conférence sociale de l'année dernière, organisée sur deux jours, pour manifester leur opposition à une politique jugée trop favorable au patronat.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 19:25

Chefs de la sécurité d’Ankara suspendus, l’Etat Islamique et le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) soupçonnés (Reuters)

Le premier ministre turc, Ahmed Davutoglu, a estimé Mercredi 14 Octobre 2015 que le groupe djihadiste Etat Islamique comme les séparatistes du PKK pourraient avoir joué un rôle dans le double attentat qui a fait quatre vingt dix sept morts Samedi 10 Octobre 2015 pendant un rassemblement de l'opposition pro kurde à Ankara.

Les chefs de la police et des services de renseignement et de sécurité de la capitale turque ont été suspendus à la suite de cette « abominable attaque terroriste », a indiqué de son côté le ministère de l’intérieur.

Lors d'une conférence de presse à Istanbul, le chef du gouvernement turc a annoncé un approfondissement de l'enquête visant à identifier les deux kamikazes et leurs liens éventuels avec des mouvements « terroristes. Nous travaillons sur deux organisations, l’Etat Islamique et le PKK parce qu'il y a des preuves témoignant de liens entre les kamikazes et l’Etat Islamique, mais aussi avec des groupes du PKK », a dit Ahmed Davutoglu.

« Certains des suspects ont passé plusieurs mois en Syrie ».

Ahmet Davutoglu a affiché la détermination de la Turquie à lutter contre les groupes armés kurdes et prévenu qu'elle ne tolérerait pas que des armes leur soient livrées, une allusion au soutien apporté par les Etats-Unis et dans une moindre mesure par la Russie à la milice kurde syrienne des unités de protectioin du peuple (YPG) pour faire face à l'Etat Islamique.

Les ambassadeurs américain et russe à Ankara ont été sommés de venir s'expliquer, a-t-il dit.

Dans un communiqué, le ministère de l’intérieur indique que la suspension des responsables de la sécurité d'Ankara répond à une demande des enquêteurs et vise à permettre à ces derniers de travailler avec « efficacité ».

Il ne précise pas si ces responsables sont susceptibles de retrouver leurs postes à l'issue de l'enquête.

Le président Recep Tayyip Erdogan a évoqué Mardi 13 Octobre 2015 une défaillance des services de renseignement à propos de ces attentats qui l'ont placé sous le feu des critiques en Turquie comme à l'étranger.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 19:12

Deux généraux iraniens tués en Syrie, une délégation à Damas (Reuters)

Une délégation de parlementaires iraniens est arrivée Mercredi 14 Octobre 2015 à Damas pour rencontrer le président Bachar al Assad, dont les forces se préparent à lancer une nouvelle offensive contre les rebelles avec le soutien de Téhéran et de Moscou.

La visite de cette délégation, menée par le président de la commission de sécurité nationale et des affaires étrangères du parlement iranien, Alaeddin Boroujerdi, coïncide avec l'annonce de la mort de deux hauts gradés des Gardiens de la Révolution Islamique (GRI) en Syrie.

Le général de division Farshad Hasounizadeh et le brigadier-général Hamid Mokhtarband ont été tués Lundi 12 Octobre 2015 en combattant le groupe Etat Islamique, a rapporté l'agence Tasnim, sans préciser sur quel front ils étaient engagés.

Un autre commandant de l'unité d'élite des GRI, le général Hossein Hamadani, avait déjà été tué la semaine dernière près d'Alep.

L'Iran a envoyé ces derniers jours des milliers de soldats en Syrie pour participer à une prochaine offensive des forces de Bachar al Assad contre les rebelles dans la province d'Alep, dans le nord-ouest du pays, avec l'appui des frappes aériennes russes, ont déclaré à Reuters deux responsables régionaux sous le sceau de l'anonymat.

« La coalition internationale menée par les Etats-Unis a échoué à lutter contre le terrorisme. La coopération entre la Syrie, l'Irak, l'Iran et la Russie a été positive et couronnée de succès », a déclaré Alaeddin Boroujerdi à son arrivée à Damas, selon des propos rapportés par la télévision publique iranienne IRIB.

Les renforts massifs de l'Iran et du Hezbollah libanais et les frappes aériennes russes ont permis à l'armée syrienne de repasser à l'offensive dans le nord-ouest du pays, où elle a perdu de vastes portions de territoire ces derniers mois.

Cette contre-offensive vise à desserrer l'étau autour du « réduit alaouite » sur la côte méditerranéenne, berceau de la communauté de Bachar al Assad, et plus largement de la « Syrie utile », dont le contrôle est vital pour le président syrien.

Mais une reconquête militaire de l'ensemble du pays ne semble pas à la portée du régime de Damas et le vice-ministre iranien des affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a déclaré Mardi 13 Octobre 2015 que Téhéran et Moscou travaillaient parallèlement à l'élaboration d'un plan de paix.

La pierre d'achoppement avec les pays occidentaux et les puissances régionales sunnites qui soutiennent une partie des rebelles, l’Arabie Saoudite et la Turquie en tête, restent le sort qui sera réservé à Bachar al Assad.

Le vice-ministre syrien des affaires étrangères, Faiçal Mekdad, est attendu la semaine prochaine à Téhéran pour discuter de ce plan de paix, a précisé Hossein Amir Abdollahian.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens