Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 19:26

 

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN184149-OFRTP

 

Incidents Dimanche 7 Mai 2017 à Paris, cent quarante et une interpellations (Reuters)

 

Quelque cent quarante et une personnes ont été interpellées Dimanche 7 Mai 2017 dans le vingtième arrondissement de Paris, lors d'incidents entre des manifestants opposés aux deux candidats en lice au second tour des élections présidentielles et les forces de l'ordre, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

 

L'ancien ministre de l'économie, Emmanuel Macron, a été élu avec soixante six pour cent des suffrages, battant ainsi largement la candidate du Front National, Marine Le Pen.

 

Une partie de l'électorat de la gauche de la gauche, en particulier du Mouvement de la France Insoumise (MFI) de Jean-Luc Mélenchon, a refusé de voter pour le candidat du Mouvement En Marche, renvoyant dos-à-dos les deux adversaires.

 

Les incidents se sont produits lors d'un rassemblement dans le secteur de Ménilmontant à Paris. Sur les cent quarante et une personnes interpellées, neuf ont été placées en garde à vue pour entrave à la circulation, participation à un attroupement, violences sur agents de la force publique et dégradations volontaires.

 

Selon la préfecture de police, un véhicule particulier et un véhicule de police ont été endommagés, notamment par des jets de projectiles. Des vitres d'une école ont été brisées et des poubelles ont été dégradées.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 18:38

 

https://reporterre.net/Le-pouvoir-s-acharne-contre-le-journaliste-Gaspard-Glanz

 

Le pouvoir s'acharne contre le journaliste Gaspard Glanz

 

Le journaliste Gaspard Glanz était poursuivi pour injures publiques à l’encontre de policiers. Le tribunal de Rennes l’a relaxé au nom de la liberté de la presse. Mais le procureur a décidé de faire appel de cette décision, poursuivant l’acharnement dont est victime notre confrère, qui a aussi collaboré à Reporterre. Voici le communiqué publié le Samedi 6 Mai 2017 par ses avocats, Vincent Fillola, Raphaël Kempf, Aïnoha Pascual et Boris Rosenthal.

 

Le journaliste Gaspard Glanz, fondateur et gérant de l’agence de presse Taranis News, est confronté à un acharnement judiciaire et politique d’une rare intensité.

Fiché S pour atteinte à la sûreté de l’état, visé par la loi sur l’état d’urgence et poursuivi par les procureurs de la république de plusieurs villes, Gaspard Glanz est manifestement ciblé par le pouvoir. Son travail serait-il si dérangeant ?

Gaspard Glanz est un journaliste de terrain qui montre la violence et la souffrance de notre monde. Ses images documentent notre époque, les réfugiés de Calais, les manifestants en révolte et les mouvements sociaux.

Sa contribution à l’information du public est essentielle.

Or, le ministère public et l’administration multiplient les poursuites bâillons contre Gaspard Glanz, qui doit déployer une énergie considérable à se défendre plutôt qu’à faire son travail.

Poursuivi devant le tribunal de Boulogne-sur-Mer, Gaspard Glanz est toujours sous contrôle judiciaire et n’a pas le droit de se rendre dans le Pas-de-Calais pour informer sur la situation des migrants. Il est toujours dans l’attente de son procès fixé le 7 juin 2017.

Deux précautions valant mieux qu’une, la préfète du Pas-de-Calais décidait quant à elle, au nom de l’état d’urgence, d’interdire Gaspard Glanz de se rendre dans le Calaisis. Elle retirait soudainement son arrêté à l’approche d’une audience devant le tribunal administratif qui devait dire si ce procédé était ou non légal. Comme si l’état avait peur d’être pris en faute.

Poursuivi pour injure publique envers des policiers devant le tribunal de Rennes, ce dernier a rendu son jugement le 2 mai 2017 en faisant droit aux nullités soulevées par sa défense et a constaté la prescription de l’action publique.

Ce faisant, le tribunal appliquait la grande loi sur la liberté de la presse de 1881, « l’une des rares lois républicaines de la République », disait Léon Blum. Cette loi a montré, encore une fois, son importance pour protéger la liberté d’expression dans une démocratie tourmentée.

C’est donc avec stupeur et consternation que Gaspard Glanz a appris le 5 mai 2017 que le procureur de la république de Rennes avait décidé de faire appel de cette décision de justice.

Ses avocats dénoncent un acharnement judiciaire et administratif qui porte atteinte à la liberté de la presse et empêche Gaspard Glanz de faire son travail sereinement.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 18:24

 

http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2017/05/07/fureur-de-la-puissance-occupante-face-au-vote-de-lunesco-sur-jerusalem

 

https://electronicintifada.net/blogs/charlotte-silver/unesco-vote-jerusalem-enrages-occupying-power

 

https://www.anti-k.org/2017/05/06/palestine-fureur-de-puissance-occupante-face-vote-de-lunesco-jerusalem

 

Fureur de la puissance occupante face au vote de l’United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) sur Jérusalem

 

Par Charlotte Silver

 

Jeudi 4 Mai 2017

 

Israël a retiré un autre million de dollars à l'Organisation des Nations Unies (ONU) comme mesure de représaille après le vote d’une résolution de l’UNESCO qui critique les actions israéliennes à Jérusalem Est et dans la bande de Gaza.

L’organisation culturelle et scientifique de l’ONU a voté Mardi 2 Mai 2017 une résolution qui déclare nulle et non avenue l’annexion de Jérusalem Est par Israël et appelle Israël à annuler toute « mesure législative et administrative et action qui altère le caractère et le statut » de la ville.

Désignant Israël par le terme de puissance occupante, la résolution exige qu’Israël cesse ses fouilles, percement de tunnels, travaux et projets qui se poursuivent à Jérusalem Est.

Le domaine de la mosquée al-Aqsa, sur la colline que les juifs appellent le Mont du Temple, est depuis longtemps la cible de groupes extrémistes appuyés par le gouvernement israélien, dans le but déclaré de détruire le site saint pour les musulmans et de le remplacer par un temple juif.

Sous couvert de fouilles archéologiques, Israël permet aussi à des groupes de colons d’exploiter et de tirer profit de sites dans Jérusalem Est occupée.

La résolution de l’UNESCO a été présentée par l’Algérie, l’Égypte, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar et le Soudan.

Vingt deux pays ont voté en faveur de la résolution et vingt trois pays se sont abstenus, dont la France et l’Espagne.

La Suède est le seul pays occidental à avoir soutenu la résolution. Les États Unis, l’Allemagne, le Royaume Uni et l’Italie font partie de la minorité des membres qui ont voté contre la résolution.

« Nous défendrons notre patrimoine et notre culture, notre passé et notre futur », a dit le ministre des affaires étrangères de l’Autorité Palestinienne, Riad Malik, en saluant le vote de la résolution.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a qualifié la résolution de délirante et de bizarre.

« Israël ne siègera pas à l’UNESCO tant que l’organisation appelle au déni de notre souveraineté sur Jérusalem », a-t-il ajouté.

La résolution « n’affectera pas notre détermination à agir à Jérusalem », a dit le ministre des affaires étrangères d’Israël.

Mais les efforts d’Israël pour présenter les termes de la résolution comme outrageants et contraires aux normes internationales sont démentis par la longue liste de décisions bafouées depuis des décennies en toute impunité.

L’annexion par Israël de Jérusalem Est occupée militairement depuis 1967 a été rejetée comme illégale par le conseil de sécurité de l’ONU et d’autres institutions internationales.

Aucun pays n’a son ambassade en Israël à Jérusalem, parce qu’aucun n’y reconnaît formellement la revendication de souveraineté israélienne.

Le caractère illégal de la colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée, dont Jérusalem Est, a été réaffirmé dans une résolution du conseil de sécurité de l’ONU au mois de décembre 2016.

En 2016, Israël, au titre de membre de l’ONU, a dépensé près de douze millions de dollars en cotisations, dont le montant est calculé d’après la taille des pays. Mais au cours de l’année dernière, Israël a fait des coupes successives en réponse à des résolutions critiques.

Il a retiré deux millions de dollars à la fin du mois de mars 2017, à la suite d’une décision du Conseil des Droits de l’Homme (CDH) de l'ONU qui condamnait ses colonies sur les terres palestiniennes.

Auparavant, Israël avait retiré six millions de dollars de ses contributions après que le conseil de sécurité de l'ONU ait voté sa résolution contre les colonies.

Au mois d'octobre 2016, Israël a suspendu sa coopération avec l’UNESCO après que l’organisation ait adopté une résolution dénonçant les actions d’agression israéliennes autour et à l’intérieur du domaine de la mosquée al-Aqsa.

L’indignation s’est alors appuyée sur les déclarations fallacieuses d’Israël selon lesquelles la résolution niait le lien des juifs à l’histoire du site, où se trouve le mur occidental, mais rien dans les termes de la motion ne laissait entendre un tel déni.

La campagne de désinformation d’Israël, à ce moment-là et maintenant, était destinée à affirmer sa souveraineté sur la ville occupée.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 17:36

 

Ne pas désenchanter l'espoir

 

Lettre aux responsables locaux du Mouvement de la France Insoumise (MFI) et du Parti Communiste Français (PCF) de la huitième circonscription de l'Essonne

 

Lors des manifestations organisées à Yerres, ainsi que lors d’échanges informels entre participants rassemblés devant l’hôtel de ville, suite au ralliement de son maire, Nicolas Dupont Aignan, à la candidature de Marine Le Pen entre les deux tours des élections présidentielles, la volonté d’avancer vers une candidature unique aux élections législatives dans la huitième circonscription a été partagée unanimement. Nous en avons discuté avec vous, responsables politiques, en charge de prolonger et d’organiser les aspirations des sept millions d’électeurs qui ont portés leurs suffrages sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Les signataires de cette lettre s’adressent à vous afin de vous mettre face à vos responsabilités, mais aussi pour vous dire notre immense inquiétude face aux divisions qui se font déjà jour.

Au plan national, les sept millions de voix pour Jean Luc Mélenchon, ne sont la propriété d’aucun parti ou mouvement politique. Ils traduisent très exactement la colère et la force du mouvement social qui s’est manifesté dans le pays contre la loi travail. Les travailleurs et la jeunesse qui ont manifesté et qui ont subi les violences et les provocations policières du gouvernement de Manuel Valls et de François Hollande, l’ont fait pour sauver ce qui reste des conquêtes ouvrières et démocratiques de 1936, de 1945 et de 1968.

Les sept millions de voix pour Jean Luc Mélenchon traduisent la volonté de rupture non seulement avec la politique d’un gouvernement qui a compté parmi ses membres Emmanuel Macron, mais aussi avec la politique en général au sens que la cinquième république a donné à ce mot.

Localement, nous sommes confrontés à une véritable forfaiture. Le député maire Nicolas Dupont Aignan, en rejoignant le Front National, parti de la haine de l’autre, du racisme et de la xénophobie, dévoile, aux yeux de tous, la véritable nature de son engagement politique qui le porte aujourd’hui vers l’extrême droite, à l’opposé du gaullisme social dont il se revendique.

Pour ces deux raisons, l’une locale et l’autre nationale, il y a urgence. Il y a urgence nationale. Le pays a besoin d’une représentation politique qui traduise au parlement ce qui s’est manifesté lors du premier tour des élections présidentielles. Il faut donner au mouvement suscité par la campagne de Jean Luc Mélenchon une représentation parlementaire pour appliquer le programme qu’il a défini, aller à la constituante souveraine pour refonder la république.

Il y a urgence locale. Il n’est pas question que Nicolas Dupont Aignan soit reconduit à son poste de député. Il faut donc l’unité des partis et des mouvements politiques qui ont soutenu la campagne de Jean Luc Mélenchon et il faut l’élargir à tous ceux qui veulent mener ce combat.

Au lendemain du second tour des élections présidentielles, les citoyens qui disent aujourd’hui leur colère devant la position de Nicolas Dupont Aignan et qui, pour une part importante d’entre eux, ont voté pour Jean Luc Mélenchon, ont besoin d’un ou d’une candidate au premier tour des élections législatives qui représente fidèlement ce qu’ils veulent et ce qu’ils pensent.

Nous sommes indifférents aux querelles d’égos ou ambitions partisanes et projets de carrières politiques des uns ou des autres.

Nous voulons l’unité pour battre Nicolas Dupont Aignan.

Ni la droite républicaine, ni le Parti Socialiste local qui sombre aujourd’hui dans les positions d'Emmanuel Macron et, bien entendu, encore moins le Front National, ne sont une alternative politique. Aussi nous vous le disons clairement. Si vous vous présentez aux suffrages des citoyens de la circonscription en ordre dispersé, nous ne vous soutiendrons pas. Là-dessus, nous sommes convaincus d’exprimer un courant d’opinion chez nos concitoyens.

C'est pourquoi, nous, citoyens de la huitième circonscription, nous nous autorisons à vous adresser ce courrier. L'heure n'est pas à la division des sept millions d'électeurs, mais à des candidatures uniques traduisant les aspirations qui se sont portées sur le nom de Jean Luc Mélenchon.

Unis, nous pouvons battre Nicolas Dupont Aignan.

Unis, comme nous savons l’être quand les circonstances l’exigent.

Unis pour ne pas désenchanter l’espoir.

 

Premiers signataires :

 

Yvan Clairet, Robert Duguet, Jean Marie Koutchinski, Christian Perret

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 17:17

 

CONSIGNE DE VOTE
 

Par Bernard Fischer
 

Dimanche 7 Mai 2017
 

Il y avait une discussion à l’intérieur du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) relatif à la consigne de vote du NPA pour le deuxième tour des élections présidentielles françaises.

Les principales contributions à cette discussion sont publiques et elles sont disponibles si vous consultez le site électronique national officiel du NPA, mais je ne participais pas à cette discussion et je ne diffuserais aucune de ces contributions pour au moins trois raisons.

Premièrement, je ne suis pas militant du NPA. Deuxièmement, j’écris et je diffuse ce message le jour du deuxième tour des élections présidentielles, longtemps après la date limite de dépôt des contributions. Troisièmement, ces contributions sont d’une longueur interminable.

Je ferais seulement quatre commentaires.

Premièrement, cette discussion est la dernière expression du mythe du parti et de la consigne de vote du parti. Nous sommes dans une situation dans laquelle aucune consigne de vote d’aucun parti, ni l’appel au vote pour Emmanuel Macron, ni l’appel à l’abstention, ni l’appel au vote blanc, ne change pratiquement rien aux résultats des élections.

Les résultats de la consultation interne des militants du Mouvement de la France Insoumise (MFI) sont la dernière expression de cette situation, un tiers des militants appelaient au vote pour Emmanuel Macron, le deuxième tiers des militants appelaient à l’abstention et le troisième tiers des militants appelaient au vote blanc.

Mon deuxième commentaire est le suivant. Les principales contributions font la comparaison entre l’Allemagne des années 1930 et la France des années 2010. Cette comparaison n’est pas valable.

Le Front National n’est pas un parti fasciste. Contrairement à sa propre propagande, le Front National n’est pas un parti contre le système, ce n’est pas un parti contre les institutions de la cinquième république. A l’inverse, il a toute sa place à l’intérieur des institutions de la cinquième république.

La comparaison entre les Etats Unis de Donald Trump et la France de Marine Le Pen serait une comparaison beaucoup plus pertinente, mais cette comparaison n’apparaît pratiquement pas dans la discussion.

Enfin, la question la plus importante est la suivante. Ce n’est pas du tout une question théorique, c’est une question totalement pratique, c’est la question des violences policières contre les manifestations, comme c’était encore le cas dans la manifestation parisienne du premier mai de cette année. Les Black Blocs ne sont pas du tout pour l’abstention et les violences policières sont à la fois une cause et une conséquence de l’augmentation du nombre de voix du Front National.

Cette discussion commençait longtemps avant le premier tour des élections présidentielles et elle continuera longtemps après le deuxième tour des élections présidentielles.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 18:29

 

https://94.citoyens.com/2017/legislatives-les-communistes-du-val-de-marne-pressent-les-insoumis-de-faire-cause-commune,05-05-2017.html

 

La fédération départementale du Val de Marne du Parti Communiste Français (PCF) demande au Mouvement de la France Insoumise (MFI) de faire cause commune

 

A deux semaines du dépôt des candidatures, aucun accord n’a pour l’instant été trouvé entre le PCF et le MFI pour le premier tour des élections législatives, après que chaque mouvement ait fait campagne de son côté pour la candidature de Jean Luc Mélenchon au premier tour des élections présidentielles. C’est dans ce contexte que la fédération du Val de Marne du PCF organisait Jeudi 4 Mai 2017 une conférence de presse pour appeler au rassemblement.

Dans le Val-de-Marne, dernier département communiste de France, le leader du MFI a obtenu quelques cent cinquante mille voix dont celles des fidèles du PCF. Le candidat du MFI est ainsi arrivé en tête dans dix sept villes, non seulement celles tenues par des maires du PCF, mais aussi des communes dirigées par Europe Ecologie Les Verts (EELV), les Républicains ou le Parti Socialiste, comme Alfortville, Boissy-Saint-Léger, Créteil, Arcueil, Orly, Villeneuve-le-Roi, Villjuif ou Limeil-Brévannes. Et concernant les circonscriptions, Jean Luc Mélenchon arrive en première position dans cinq circonscriptions sur onze. Un essai que chaque composante militante de cette campagne entend bien transformer à l'assemblée nationale.

Pour l’instant, chacun a toutefois présenté ses propres candidats dans chaque circonscription et, sur le terrain, certains militants s’impatientent.

Quelques uns l’ont même fait savoir, à l’instar d’un des militants du PCF de Boissy Saint Léger, qui a envoyé une lettre ouverte aux candidats du PCF et du MFI de sa circonscription pour demander l’unité. D’autres profitent des tractages sur les marchés pour interpeller les responsables politiques locaux et les appeler au pragmatisme. « Ce rassemblement du premier tour était porteur d’une exigence sociale. Cette union ne peut pas se décréter, elle ne se concrétisera qu’à travers des rapports nourris entre des personnes qui partagent les mêmes idées, qui ont pris part aux mêmes luttes et qui siègent ensemble au département, majorités et oppositions municipales », insiste Laurent Brisson, coordinateur de campagne du PCF dans la deuxième circonscription du Val-de-Marne.

Témoin des blocages au plan national entre les représentants du MFI et du PCF, Fabien Guillaud-Bataille, secrétaire fédéral et conseiller régional du PCF, souhaite que leurs ramifications locales montrent l’exemple en affichant leur volonté d’union. « Nous avons les moyens de priver le futur président de la république de majorité parlementaire et de l’obliger à collaborer avec nous. Après une législature où notre département a été privé de représentants communistes à l'assemblée nationale, les électeurs ne peuvent pas attendre à nouveau cinq ans. Nous appelons tous ceux qui se sont rangés derrière Jean-Luc Mélenchon au premier tour des élections présidentielles à venir discuter et à nous mettre à la hauteur des enjeux, le but étant de remporter les cinq circonscriptions où nous sommes arrivés en tête et de se qualifier pour le second tour des élections législatives dans les autres circonscriptions ».

Pour les communistes du Val-de-Marne, une contre-performance sur leurs terres serait un mauvais signal pour leur tendance politique au plan national. « Les scores réalisés par Jean-Luc Mélenchon sont à tout le monde et à personne à la fois. Nous en appelons à la responsabilité des hommes et des femmes vraiment à gauche. Cessons les petits calculs politiques et les rumeurs, le Val-de-Marne vaut mieux que cela », appelle la sénatrice Laurence Cohen.

Pour l’heure toutefois, les discussions achoppent sur la forme que devrait prendre le rassemblement. Parmi les points de blocage, le MFI demande au PCF de signer une charte à la quelle refusent de se soumettre les communistes. « S’il y a bien deux choses contre lesquelles nous sommes vaccinés de part notre histoire, c’est le culte de la personnalité et le parti unique », rappelle le secrétaire fédéral du PCF. Il n’est pas question donc de signer la charte du MFI. Le PCF propose que les candidats du PCF et les candidats du MFI soient réunis sous une même bannière intitulée, « la force du peuple à l’assemblée nationale ». Une proposition qui ne séduit pas le MFI, le mouvement souhaitent conserver son unité avec un leader.

« Les gens ne veulent plus de la soupe des sigles qui s’alignent en bas des affiches. Le MFI a décidé de fédérer le peuple, pas de regrouper des sigles, nous proposons cette cohérence », rappelait ainsi François Cocq, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon et secrétaire national du Parti de Gauche, au lendemain du premier tour des élections présidentielles, ajoutant toutefois que les discussions nationales pourraient aboutir à quelques accords. Ailleurs, le premier tour des élections législatives servira à se compter.

En attendant, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, était à Ivry sur Seine, Jeudi 4 Mai 2017, pour faire campagne contre la candidate du Front National au second tour des élections présidentielles et aussi pour soutenir le candidat du PCF au premier tour des élections législatives, Pascal Savoldelli.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 18:02

 

L'opposant russe Alexeï Navalny a perdu quatre vingt pour cent de vision à un oeil après son agression (Reuters)

 

L'opposant russe Alexeï Navalny a déclaré Mardi 2 Mai 2017 avoir perdu quatre vingt pour cent de sa vision à l'oeil droit depuis qu'il a été aspergé au visage avec un liquide vert, la semaine dernière, et ne pas pouvoir aller se faire soigner à l'étranger car il est interdit de sortie du territoire.

 

Alexeï Navalny, qui espère pouvoir présenter sa candidature aux élections présidentielles russes du mois de mars 2018, a organisé au mois de mars 2017 les plus importantes manifestations anti gouvernementales depuis des années et il fait figure d'opposant le plus en vue à Vladimir Poutine, dont beaucoup s'attendent à ce qu'il brigue un quatrième mandat.

 

Cet ancien avocat de quarante ans, qui a purgé quinze jours en prison pour son rôle dans les manifestations du mois de mars 2017, appelle à de nouveaux rassemblements le 12 juin 2017.

 

Jeudi 27 Avril 2017, un homme qui, selon les partisans d’Alexeï Navalny, est un militant d'un groupe ultra nationaliste radical, a aspergé Alexeï Navalny d'un liquide vert. Tout d'abord, cette agression n'a pas paru avoir de caractère grave, la solution verte, connue sous le nom de Zelionka, étant vendue comme antiseptique dans les pharmacies russes et n'étant pas réputée dangereuse pour l'oeil.

 

Mais l'opposant a déclaré Mardi 2 Mai 2017 avoir subi une brûlure chimique à l'oeil droit du fait de cette agression, qui lui a fait perdre quatre vingt pour cent de sa vue de ce côté. Un médecin lui a dit être certain que la solution antiseptique avait été mélangée avec quelque chose d'autre.

 

« Pour l'heure, cette perte de vision n'est pas irréversible », a dit Alexeï Navalny, « je suis activement soigné et j’espère que je guérirai ». Il a dit en revanche ne pas pouvoir se rendre dans une clinique spécialisée en Suisse ou en Espagne du fait de l'interdiction de voyager qui lui a été imposée depuis qu'il a été condamné pour détournement de fonds.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 17:44

 

La chambre des représentants des Etats Unis approuve l'abrogation de l'Obamacare (Reuters)

 

La chambre des représentants américains a approuvé Jeudi 4 Mai 2017 un texte abrogeant et remplaçant le dispositif santé de l’Obamacare, qui va être transmis au sénat où la bataille s'annonce plus difficile.

A la fin du mois de mars 2017, la désunion des républicains avait conduit au retrait forcé d'une précédente tentative de démantèlement de la réforme de la santé héritée de Barack Obama, au grand dam du président républicain.

Jeudi 4 Mai 2017, le texte a été adopté par deux cent dix sept voix contre deux cent treize voix.

Invité dans la matinée sur MSNBC, Mark Meadows, président du Freedom Caucus, qui regroupe des élus très conservateurs, avait fait part de son optimisme sur l'issue du vote. « Nous sommes optimistes quant à notre possibilité de l'adopter aujourd'hui à la chambre des représentants », avait dit l'élu de Caroline du Nord.

Mark Meadows avait été l'un des meneurs de la fronde, contraignant la Maison Blanche à faire retirer le projet quelques heures avant sa mise aux voix, le 24 mars 2017, afin de s'épargner l'humiliation d'un vote hostile mais n'évitant pas un premier échec sur le premier projet législatif de la présidence de Donald Trump.

Moins d'une heure après le scrutin, Donald Trump s'est exprimé depuis la roseraie de la Maison Blanche pour se féliciter de son issue.

« J'ai mené campagne pendant deux ans et laissez-moi vous dire que, partout où je suis passé, les gens souffraient terriblement des ravages de l'Obamacare », a déclaré le président américain.

« Nous allons réussir à le faire adopter par le sénat. Je suis tellement optimiste », a-t-il ajouté.

Le texte pourrait pourtant faire face à de nombreuses embûches au sénat où les démocrates s'efforceront de préserver l'Obamacare, mesure phare du précédent président.

Après le retrait forcé du premier projet, Donald Trump, qui avait fait de l'abrogation de l'Obamacare une des promesses de sa campagne électorale victorieuse, a décroché son téléphone et il a oeuvré personnellement pour faire adopter le projet.

Promulgué en 2010, l'Affordable Care Act, réforme emblématique de la présidence de Barack Obama sur le front de la politique intérieure, a permis à vingt et un millions d’américains supplémentaires de bénéficier d'une assurance santé, mais les républicains s'y sont systématiquement opposés, jugeant le programme trop coûteux et trop interventionniste.

Le projet de loi de substitution prévoit de supprimer les taxes prévues dans le cadre de l'Obamacare, notamment l'amende prévue en cas de non-souscription à une assurance. Il entend en outre diminuer le financement de Medicaid, le programme d'assurance santé pour les foyers modestes en place depuis des décennies et étendu dans le cadre de la réforme démocrate.

Au mois de mars 2017, les républicains modérés avaient dit redouter qu'une réforme de l'Obamacare ne laisse trop d’américains souffrant de maladies chroniques sans couverture maladie. Le Freedom Caucus, fort d'une trentaine d'élus, estimait pour sa part que le projet n'allait pas assez loin.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 17:22

 

http://www.npa31.org/?Nouvelles-attaques-de-la-Turquie-contre-la-liberte-de-la-presse-kurde-en-Europe

 

Nouvelles attaques de la Turquie contre la liberté de la presse kurde en Europe

 

Grand coup porté aux libertés de la presse et d‘opinion

 

Eutelsat veut interrompre la diffusion de trois chaînes de télévision kurde.

 

Eutelsat ne doit pas se plier aux ordres du dictateur Recep Tayyip Erdogan

 

A la demande de l'autorité audiovisuelle turque RTUK, Eutelsat veut interrompre la diffusion sur le satellite Hotbird des chaînes de télévision kurde Med Nuce Télévision, News Channel Télévision et Newroz Télévision, dont les programmes sont diffusés en Europe.

Plus de cent cinquante médias, chaînes de télévision et de radio et journaux écrits, ont été fermés et des centaines de journalistes ont été arrêtés et incarcérés en Turquie au cours de la dernière année. Placée à la cent-cinquante-cinquième place sur cent quatre vingt pays au classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters Sans Frontières (RSF), la Turquie figure parmi les pays où la liberté de presse est la plus bafouée.

Sous le gouvernement du parti de la justice et du développement (AKP) dirigé par Recep Tayyip Erdogan, la répression exercée en Turquie a été exportée en Europe. Le gouvernement turc met en œuvre ses mécanismes de pression à l'encontre de tous les médias d'opposition qu'ils se trouvent à l'intérieur ou à l'étranger.

C'est ainsi que la haute autorité audiovisuelle turque, RTUK, prend des décisions de fermeture concernant des chaînes de télévision kurde qui diffusent à partir de l'Europe et transmet ces décisions à des organismes européens. La diffusion des chaînes de télévision est entravée et interrompue de cette manière sans que les autorités de surveillance de l'état qui a accordé la licence à la chaîne concernée n'aient pris de décision.

Au mois d'octobre 2016, l'opérateur de satellites Eutelsat avait interrompu la diffusion des chaînes de télévision Med Nuce Télévision et Newroz Télévision, se conformant ainsi à une décision prise par RTUK.

Malgré une injonction des tribunaux français de rétablir la diffusion de ces chaînes, Eutelsat n'est pas revenu sur sa décision.

Récemment, le gouvernement turc a saisi de nouveau Eutelsat, cette fois-ci pour faire interrompre la diffusion sur Hotbird des chaînes de télévision News Channel Télévision, Sterk Télévision et Ronahi Télévision.

Nous lançons un appel urgent à tous les membres de la presse, aux organisations de défense des droits humains, aux parlementaires et aux organisations européennes et internationales.

Opposez-vous à ces pratiques illégales et arbitraires fondées sur les relations entre la Turquie et Eutelsat. Ne permettez pas à la Turquie d'exporter en Europe la répression qu'elle exerce à l'encontre des médias.

Les libertés de la presse et d'opinion sont des droits fondamentaux, elles doivent être garanties pour tous.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 19:44

 

http://www.france-palestine.org/Rassemblement-soutien-aux-prisonniers-en-greve-de-la-faim

 

https://paris.demosphere.eu/rv/55038

 

Le Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI) et Sortir du Colonialisme appellent à participer massivement au rassemblement organisé par la Maison de la Palestine

 

Soutien aux prisonniers en grève de la faim

 

Samedi 6 Mai 2017 de 15 heures à 17 heures

 

Place de la République à Paris

 

Appel de la Maison de la Palestine

 

La Palestine a besoin de vous

 

Nos prisonniers politiques palestiniens sont en danger

 

Nous sommes tous concernés.

 

Nos prisonniers ont décidé d'unifier leur mouvement.

 

Toutes les factions de la résistance palestinienne sont engagées aujourd'hui dans le combat pour la liberté et la dignité.

 

Nous ne pouvons pas les décevoir.

 

Nous devons unifier notre combat.

 

Nous vous appelons tous et de tout horizon.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens