Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 15:10

http://dissolutiondelaldj.wesign.it/fr


Jean-Jacques Candelier, député PCF du Nord, interroge le ministre de l'intérieur sur la dissolution administrative d'une association.

Soutenez la demande de dissolution de la Ligue de Défense Juive en signant cette pétition

Une vidéo tourne sur la toile montrant les militants de la LDJ (Ligue de Défense Juive) dégradant les rues et provoquant les manifestants pacifiques qui soutenaient la Palestine et le droit international. Les agissements de cette organisation criminelle, classée « organisation terroriste » par le FBI, et interdite d'activité en Israël comme aux États-Unis, doivent cesser.

L'impunité de ces barbares dont le seul but est d'attiser la haine est inacceptable. Leur politique de « défense des juifs » contribue à l'amalgame entre judaïsme et sionisme.

Jean Jacques Candelier demande au ministre de l’intérieur s'il compte dissoudre ce groupe fasciste et raciste qui terrorise la population.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 14:56

http://www.insurge.fr/14WEB/14TRACT/14_07_22_palestine_gaza_droit_manifester.html

http://www.alencontre.org/moyenorient/palestine/soutien-au-peuple-palestinien-non-au-colonialisme-au-sionisme-et-a-toutes-les-formes-de-racisme.html

Soutien au peuple palestinien

Liberté de manifester contre la guerre coloniale

Non au colonialisme, au sionisme et à toutes les formes de racisme

Depuis le 8 juillet, l'armée d'Israël a engagé une nouvelle offensive contre les palestiniens de Gaza. Lundi 21 Juillet 2014, après quatorze jours de bombardements, on compte près de six cent morts, enfants, vieillards et adultes, femmes ou hommes, sont touchés indistinctement. Les blessés se comptent par milliers.

Soutien de tous les impérialismes à Israël

Cette politique terroriste de l'état israélien suscite de vagues gémissements de la « communauté internationale », c'est-à-dire des impérialismes et de leurs organisations (telle l'ONU). Mais en réalité, ces impérialismes protègent l'état d'Israël, qui a été créé en 1948 avec leur plein soutien et celui de Staline, et sont complices du colonialisme sioniste.

Il suffit de rappeler la déclaration de François Hollande qui, lors d'un entretien avec Netanyahou le 9 juillet dernier, a expliqué qu'il « appartenait au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger la population face aux menaces ». Il faut aussi rappeler le soutien financier des Etats Unis qui contribuent chaque année au budget d'Israël, plus de trois milliards de dollars, soit vingt-cinq pour cent du budget de l'armée israélienne. À cela s'ajoutent d'autres financements, ainsi, le 15 juillet, huit jours après le début de l'offensive israélienne, le sénat américain a voté une nouvelle contribution de trois cent cinquante et un millions de dollars (en hausse de cinquante pour cent) au système anti missiles de l'armée d'Israël.

Manifestations en défense du peuple palestinien

Depuis l'engagement des opérations militaires à Gaza, des manifestations en soutien au peuple palestinien se sont multipliées dans le monde, comme à Londres Samedi 19 Juillet 2014. En France, d'importantes manifestations ont eu lieu à Paris, à Marseille, à Lyon et dans de nombreuses villes.

Contre ces manifestations, des provocations ont été organisées par des milices pro-sionistes, telle la LDJ (Ligue de Défense Juive). Une vidéo montre cette milice, Dimanche 13 Juillet 2014, équipée de pieds de tables arrachées d'un bistrot, venir provoquer les manifestants sans que la police, présente, ne réagisse. Mais cette même police s'interpose quand la milice pro-sioniste se fait charger par des manifestants.

Cela a donné prétexte à interdire la manifestation prévue Samedi 19 Juillet 2014 à Paris, empêchant ainsi les organisations d'assurer la défense des manifestants, qui se sont malgré tout rassemblés, contre les provocations en tous genres. Et, bien évidemment, les partisans français du sionisme se déchaînent en tentant une fois encore d'amalgamer anti sionisme et anti sémitisme, alors que lutter contre le colonialisme sioniste, c'est aussi lutter contre tous les racismes (antisémitisme inclus).

Israël, un État démocratique ?

Nombre de commentateurs rêvent d'une « solution viable à long terme, la coexistence de deux états souverains, israéliens et palestinien ». C'est le cas de Laurent Joffrin (Libération du Mardi 22 Juillet 2014), pour qui « il n'y a pas d'autre avenir possible, sinon la guerre, la guerre toujours recommencée ». Cela passerait par « une négociation globale », laquelle serait possible car « Israël se targue avec raison d'être une démocratie ».

Mais de quel état « démocratique » s'agit-il ? Démocratique, un état qui s'est construit sur l'expulsion du peuple palestinien et ne cesse d'installer de nouvelles implantations coloniales en Cisjordanie ? Démocratique, un état qui se définit comme « juif », c'est-à-dire discriminant à l'égard de tous ceux qui ne sont pas considérés comme « juifs » ?

La question que Joffrin ne pose pas, c'est, « y a-t-il une solution autre qu'une guerre perpétuelle tant que subsiste le capitalisme dans cette région du monde, tant que les impérialismes dominent cette région, sinon la paix des cimetières où serait enfoui le peuple palestinien ».

Quel avenir pour le peuple palestinien ?

Depuis soixante-cinq ans, face au colonialisme sioniste, le peuple palestinien a subi de dures défaites, celles-ci sont dues à la puissance militaire d'Israël, à la politique de ses propres organisations, notamment de l'OLP dont la trahison a ouvert la voie à des organisations religieuses, ainsi qu'à la politique conduite par les régimes arabes alentour, tous plus réactionnaires les uns que les autres, qui prétendent soutenir les palestiniens alors qu'ils agissent pour que rien ne change, ayant eux-mêmes contribué à détruire la résistance palestinienne. Ainsi le gouvernement égyptien agit-t-il, avec Israël, pour faire de Gaza un gigantesque camp de rétention à ciel ouvert. Abandonné à lui-même, le sort du peuple palestinien serait sans issue. Son avenir dépend notamment de la solidarité des peuples alentours, celui d'Égypte et celui de Syrie, notamment, et aussi ceux du Maghreb.

De ce point de vue, le développement d'une vague révolutionnaire dans les pays arabes à partir de 2011, en dépit des reflux actuels (comme en Égypte), est une question décisive. De l'avenir de cette montée révolutionnaire dépend l'avenir du peuple palestinien. Car en Tunisie et en Egypte, en particulier, existent un important prolétariat et des traditions d'organisations. Encore faut-il que soient surmontées les divisions organisées entre les différents peuples.

Syrie, Palestine, un même combat

Ainsi le peuple syrien, qui combat depuis plus de trois ans contre la dictature de Bachar al Assad, et subit jour après jour une guerre équivalant à ce que subissent les palestiniens de Gaza depuis deux semaines, est laissé dans la plus grande solitude. Son combat est même, pour l'essentiel, coupé de celui mené par les palestiniens du fait du refus de certaines organisations palestiniennes (ou pro-palestiniennes) de rompre avec le régime d’Assad. Or celui-ci, en dépit de ses discours, a toujours été complice d'Israël. Et il bénéficie, au-delà des discours, de la complicité des États-Unis et des autres impérialismes, dont la France, qui refusent que soient fournis aux insurgés les armes nécessaires à leur défense, alors que Poutine procure à Bachar al Assad toutes les armes nécessaires (comme il le fait depuis six mois à l'est de l'Ukraine).

Or, une défaite d’Assad serait un appui décisif pour un rebond des révolutions arabes et un puissant encouragement aux palestiniens (y compris pour organiser eux-mêmes leur propre combat).

De ce point de vue, on doit se féliciter que des comités agissant en soutien à la révolution syrienne appellent à participer aux manifestations en défense du peuple palestinien, et que des drapeaux de la résistance syrienne se mêlent à ceux de la Palestine dans les manifestations.

Cette marque d'internationalisme doit servir d'exemple, en France, pour tous ceux qui entendent combattre en défense des peuples opprimés, contre tous les impérialismes et leurs vassaux.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 14:19

Netanyahu affirme que le Hamas poursuit ses tirs à Gaza (Reuters)

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche sur CNN que le Hamas violait la trêve humanitaire de vingt-quatre heures qu'il prétend avoir acceptée.

« Le Hamas n'accepte même pas son propre cessez-le-feu, il continue à tirer sur nous alors que nous parlons », a-t-il dit. Israël « prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger son peuple », a ajouté Benjamin Netanyahu.

En milieu de journée, le Hamas avait annoncé avoir accepté une trêve humanitaire de vingt-quatre heures dans la bande de Gaza à compter de 14 heures (11 heures GMT).

La veille, la branche armée du mouvement de la résistance islamique avait pourtant rejeté une telle trêve acceptée par les israéliens et avait repris ses tirs en direction de l'état hébreu. En conséquence, l’armée israélienne a repris dimanche matin ses opérations militaires.

« En réponse à une intervention de l'ONU et en prenant en compte la situation de notre peuple et les fêtes de l'Aïd, les factions de la résistance ont accepté de soutenir une pause humanitaire de vingt-quatre heures à compter de ce dimanche à 14 heures », avait déclaré à Reuters Sami Abou Zouhri, porte-parole du Hamas.

A 14 heures (11 heures GMT), des tirs d'artillerie pouvaient encore être entendus à Gaza et les sirènes de l'alerte aérienne retentissaient dans le sud de l'état hébreu.

Une première trêve humanitaire était entrée en vigueur samedi matin à 8 heures (5 heures GMT) pour une durée initiale de douze heures. Israël avait ensuite prolongé ce cessez-le-feu de quatre heures, jusqu'à minuit, puis de vingt-quatre heures, jusqu'à ce dimanche à minuit.

Mais le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, avait rejeté cette proposition, exigeant le retrait des soldats israéliens de l'enclave palestinienne.

« FORCE ACCRUE »

A la suite de tirs de plusieurs roquettes, les chars et les pièces d'artillerie de l'armée israélienne sont de nouveau entrés en action dimanche matin notamment dans la ville de Gaza, où le ballet des ambulances a repris. Une dizaine de morts supplémentaires ont été signalés côté palestinien après la reprise des bombardements.

« A la suite des tirs incessants de roquettes du Hamas pendant toute la durée de cette fenêtre humanitaire, qui avait été acceptée pour le bien de la population civile à Gaza, l'armée va reprendre ses opérations aériennes, navales et terrestres dans la bande de Gaza », avait annoncé l'armée israélienne dans un communiqué diffusé vers 10 heures (7 heures GMT).

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu doit réunir son gouvernement dans la journée pour décider de la suite des opérations engagées le 8 juillet et prolongées dix jours plus tard par une intervention terrestre, la première dans la bande de Gaza depuis l'hiver 2008-2009.

« Après ce que nous avons vu ce matin, il est clair que nous devons reprendre les combats avec une force accrue », a dit le ministre des communications, Gilad Erdan, à la radio de l'armée israélienne.

Le Hamas a déclaré de son côté que des roquettes avaient été tirées dans la matinée en direction des villes de Tel Aviv et Ashdod. Aucune victime n'a été signalée.

L'armée israélienne, qui a précisé que deux de ces roquettes avaient été détruites par le système de défense aérienne « dôme de fer », a annoncé qu'un soldat avait été tué par un obus de mortier dans la nuit de samedi à dimanche, portant à quarante-trois les pertes essuyées par l’armée israélienne. Trois civils, deux israéliens et un travailleur immigré thaïlandais, ont également péri dans des explosions de roquettes.

Côté palestinien, avec les nouveaux corps extraits des décombres samedi pendant la suspension des combats, le bilan est de plus de mille soixante morts, des civils pour la plupart, selon les autorités du territoire.

APPEL DU PAPE

Israël a déclenché l'opération « bordure protectrice » le 8 juillet pour mettre fin aux salves de roquettes tirées par le Hamas et les autres factions combattantes présentes dans la bande de Gaza.

D'abord limitée à des bombardements aériens et navals, l'opération est montée en puissance dix jours plus tard avec le déclenchement d'une phase terrestre dans l'objectif de localiser et de détruire le réseau de tunnels creusés sous Gaza pour mener des infiltrations en Israël, stocker des armes ou contourner le blocus du territoire.

Les puissances engagées dans une médiation avaient appelé samedi à Paris à prolonger le cessez-le-feu humanitaire.

John Kerry, le secrétaire d'état américain arrivé lundi dernier au Caire et qui multipliait depuis les navettes, a quitté Paris samedi soir pour regagner Washington.

Sur le fond, les positions d'Israël et du Hamas semblent plus inconciliables que jamais.

Le mouvement palestinien exige une levée du blocus imposé à la bande de Gaza par Israël mais aussi l'Egypte en préalable à tout accord de cessation des hostilités.

Les combats dans Gaza ont également des répercussions en Cisjordanie, où huit palestiniens ont trouvé la mort vendredi lors d'accrochages près des villes de Naplouse et Hébron, dit-on de sources médicales palestiniennes.

Le pape François s'est livré à un vibrant plaidoyer pour la paix dans le monde, lors de la traditionnelle prière dominicale de l'angélus place Saint-Pierre à Rome. Après avoir évoqué le centenaire de la première guerre mondiale, le chef de l'église catholique a dit que ses pensées allaient tout particulièrement aujourd'hui aux peuples du Proche-Orient, d'Irak et d'Ukraine.

A Paris, le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, a dénoncé « l’engrenage » de la violence et réclamé « d'urgence un réel cessez-le-feu et l'ouverture de négociations ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 13:49

http://www.haaretz.com/news/national/1.607311

A Tel-Aviv, des milliers de manifestants contre l'opération à Gaza

Sept mille manifestants ont participé à la plus grande manifestation contre l'opération à ce jour, à côté d'une petite manifestation à l'appui de l'armée israélienne.


Des milliers de personnes étaient rassemblées place Rabin à Tel Aviv Samedi 26 Juillet 2014 pour ce qui est devenu la plus grande manifestation contre l'opération militaire israélienne dans la bande de Gaza à ce jour. Selon les estimations officielles quelque sept mille personnes ont participé à cette manifestation.

Pendant ce temps, il y avait un petit rassemblement de soutien à l'opération à Gaza. La police a servi de barrière entre les deux groupes pour éviter les affrontements.

La manifestation était organisée par Hadash, le parti politique de gauche, et les organisations « Combattants pour la Paix » et « Parents Circle Families Forum ».

Plusieurs heures avant le début de la manifestation, la police a annoncé qu'elle était annulée par crainte des tirs de roquettes, mais après les informations relatives à la prolongation du cessez-le-feu, la manifestation a été à nouveau autorisée.

Les manifestants demandaient l’arrêt immédiat des hostilités et la reprise rapide des pourparlers de paix. Dans un des coins de la place, des bougies commémoratives ont été allumées entre des photographies de morts, israéliens et palestiniens. Deux femmes philippines qui ont assisté à la manifestation ont mis un bouquet de fleurs à la mémoire des victimes de l’armée israélienne. « Nous ne sommes pas une partie de la manifestation », a expliqué l’une d’entre elles. « Nous sommes venues pour montrer notre gratitude à Israël pour son aide avec les victimes du typhon aux Philippines l'an dernier ».

Parmi les personnes qui ont fait des discours, il y avait le capitaine de réserve Assaf Yaakobovich et Salim Tabib de Ramallah. Les deux sont actifs dans une organisation vouée à la recherche d'une solution pacifique au conflit israélo-palestinien. Ils ont appelé les deux parties à un cessez le feu immédiat.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 16:34

Plus de mille palestiniens tués dans l'offensive israélienne (Reuters)

Le bilan de l'offensive israélienne contre la bande de Gaza a franchi Samedi 26 Juillet 2014 le cap des mille morts côté palestinien, dont de nombreux civils, selon un responsable du ministère local de la santé.

A la faveur du cessez-le-feu de douze heures entré en vigueur samedi matin, les secouristes palestiniens ont pu progresser dans des quartiers où ils n'avaient pu avoir accès jusqu'à présent et ont extrait des gravats plus de cent corps, a précisé Achraf al Kidra, porte-parole du ministère de la santé.

Côté israélien, l'armée fait état de trente sept soldats tués. Deux civils israéliens et un travailleur immigré thaïlandais ont par ailleurs été victimes de tirs de roquettes palestiniennes.

L'opération « bordure protectrice » a été lancée le 8 juillet par l'armée israélienne, sa phase terrestre a débuté dix jours plus tard.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 16:10

Rassemblement pro palestinien à Paris malgré interdiction (Reuters)

Des manifestants pro palestiniens ont afflué Samedi 26 Juillet 2014 en début d'après-midi place de la République, à Paris, pour un rassemblement « toléré », selon les organisateurs, en lieu et place d'une manifestation interdite par le gouvernement.

Le conseil d'état, saisi par les organisateurs, a confirmé cette interdiction une heure et demie avant l'heure prévue pour le début du défilé à 15 heures. Le tribunal administratif de Paris avait rejeté vendredi un premier recours en arguant, notamment, de garanties insuffisantes en matière de service d'ordre.

« Les organisateurs du rassemblement prévu cet après-midi seraient les seuls responsables d'éventuels débordements et deviendraient ainsi passibles de sanctions pénales », a averti en début d'après-midi le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve.

« Je les appelle pour la dernière fois à se conformer à la loi et à renoncer à cette manifestation », a-t-il ajouté, après la décision du conseil d'état.

Le collectif d'associations et de mouvements politiques et syndicaux qui avaient appelé à manifester contre l'intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza assure cependant avoir obtenu de la préfecture de police de Paris la possibilité de remplacer le défilé prévu par un simple rassemblement.

« On nous a dit que le rassemblement serait toléré » a déclaré à Reuters Tarek Ben Hiba, conseiller régional d'Ile de France et président d'une de ces associations. L'information a été confirmée par l'avocat du collectif, Hosni Maati.

DEUX MILLE POLICIERS ET GENDARMES MOBILISÉS

Des centaines de manifestants se sont rassemblés sur la place de la République en début d'après-midi avec drapeaux palestiniens et banderoles ou pancartes dénonçant Israël.

« Israël, ton dieu n'est plus ta force » lisait-on sur l'une d'elles. « Sionistes terroristes », déclarait une autre, tandis que des manifestants, parmi lesquels un fort contingent de militants du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA, trotskiste), scandaient « nous sommes tous des palestiniens ».

Un drapeau israélien au moins a été incendié, selon un photographe de Reuters sur place.

D'après le ministère de l'intérieur, environ deux mille policiers et gendarmes mobiles ont été mobilisés pour prévenir des débordements comme ceux qui ont marqué un rassemblement organisé par le même collectif, et également interdit, Samedi 19 Juillet 2014 dans le quartier de Barbès, dans le dix huitième arrondissement de Paris.

« La violence, notamment la violence antisémite, existe. Il faut la regarder en face », a dit Bernard Cazeneuve. « Ne pas vouloir la voir pour ce qu'elle est constituerait une faute ».

Le gouvernement a invoqué des actes et propos antisémites « inacceptables » lors des débordements de Barbès et de Sarcelles (Val-d'Oise) lors d'une autre manifestation interdite, Dimanche 20 Juillet 2014.

Les organisateurs contestent les arguments du gouvernement, qu'ils accusent d'attiser les tensions par une décision selon eux avant tout « politique » et contradictoire avec l'autorisation d'une manifestation pro palestinienne mercredi dernier à Paris.

« Le but du jeu n'est pas d'attaquer les juifs, c'est de dénoncer la politique d'un gouvernement », a déclaré à Reuters Tarek Ben Hiba.

VALLS APPELLE À L'APAISEMENT

L'ancien porte-parole du NPA, Olivier Besancenot, a rendu par avance responsable le gouvernement d'éventuels incidents.

« Je crois que la volonté du gouvernement est d'associer aux manifestations de solidarité avec le peuple palestinien l'idée de violence », a-t-il déclaré à Reuters.

« C'est une volonté de chercher à faire s'essouffler un mouvement extrêmement fort ».

Prié de dire s'il craignait des débordements, il a ajouté que « cela dépend uniquement du dispositif que la préfecture de Paris entend adopter en termes de présence et d'attitude policière ».

Le premier ministre, Manuel Valls, avait lancé vendredi soir un appel à l'apaisement, lors de la rupture du jeûne du Ramadan à laquelle il a participé à la mosquée d'Evry Courcouronnes dans l’Essonne dans un climat tendu.

« Face aux horreurs de la guerre, des opinions, des indignations s'expriment, c'est légitime », a-t-il déclaré. « Mais rien ne pourra jamais justifier les débordements, la violence, la haine de l'autre. Pour nous qui sommes ici, en France, une seule exigence doit nous guider, celle de l'apaisement », a-t-il insisté.

A Marseille, une manifestation pro palestinienne autorisée a réuni environ deux mille personnes samedi après-midi, selon un correspondant de Reuters.

Les chefs de la diplomatie de France, des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, d'Allemagne, d'Italie, de Turquie et du Qatar et un représentant de l'Union Européenne, réunis à Paris, ont pour leur part appelé à une extension de la trêve humanitaire de douze heures décrétée samedi dans la bande de Gaza.

L'intervention israélienne en riposte à des roquettes a fait à ce jour au moins neuf cent quatre vingt cinq morts côté palestinien, selon les derniers chiffres communiqués par les autorités médicales locales. Trente sept soldats et trois civils israéliens ont été tués.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 09:53


Après avoir pris connaissance des graves insinuations d’antisémitisme à mon encontre, je tiens à dénoncer cela, et à condamner toutes les rumeurs qui circulent à mon encontre.

Ceux qui veulent me livrer à la vindicte populaire n’ont pas d’honneur, et ce n’est pas la première fois qu’ils mettent en œuvre ces méthodes insupportables.

Ils se sont attaqués à ma vie professionnelle, à ma vie familiale, à mon environnement militant et syndical, sans succès jusqu’à maintenant. Aujourd’hui, ils reviennent à la charge avec des attaques indignes et insupportables, en me qualifiant d’antisémite.

Beaucoup de militants, d’élus et de personnalités publiques ont fait l’objet d’un lynchage médiatique, dès lors qu’ils dénoncent la politique criminelle du gouvernement israélien.

Sur les actes ou propos racistes et sur l’antisémitisme, je n’ai jamais eu la moindre ambiguïté pour les dénoncer et les condamner.

Les actes antisémites commis à Sarcelles, en marge du rassemblement, desservent la cause palestinienne et sont, en tout état de cause, inexcusables. Ils sont condamnables, et pour ma part, c’est ce que j’ai défendu au sein des organisations auxquelles j’adhère. J’ai aussi condamné toutes les atteintes aux personnes, aux biens publics et privés.

Mes amis, mes camarades, et tous ceux qui me connaissent, savent que je suis un fervent défenseur de la laïcité, et du vivre ensemble. Je ne suis pas un anti religieux, je refuse la stigmatisation, de quelque nature que ce soit, et je milite pour l’ensemble des droits constitutionnels (droit au travail, droit au logement, droit à l’éducation et droit à la santé).

Comme la majorité des citoyens, je dénonce la communautarisation de la société.

Nous devons converger nos efforts pour que cesse cette guerre, en soutenant l’application du droit international.

L’urgence aujourd’hui, c’est l’arrêt des bombardements de l’armée israélienne sur la population de Gaza.

Boualem SNAOUI, porte parole d’Ensemble du Val d’Oise

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 09:33

http://www.eldiario.es/zonacritica/Carta-Javier-Bardem-masacre-Gaza_6_285281480.html

Lettre de Javier Bardem sur le massacre de Gaza

Seules les alliances géo politiques, le masque hypocrite du commerce, par exemple, la vente d'armes, expliquent la position honteuse des États-Unis, de l'Union Européenne et de l'Espagne

Vendredi 25 Juillet 2014

L'horreur de ce qui se passe à Gaza ne supporte pas la neutralité ou l'équidistance. C’est une guerre d'occupation et d'extermination contre un peuple sans moyens, confiné dans un petit territoire, sans eau et où les hôpitaux, les ambulances et les enfants innocents sont présumés terroristes.

C’est difficile à entendre et impossible à justifier. Et la position honteuse de la communauté internationale occidentale permet un tel génocide.

Je ne comprends pas cette barbarie que l'histoire terrible du peuple juif rend encore plus cruellement incompréhensible. Seules les alliances géo politiques, le masque hypocrite du commerce, par exemple, la vente d'armes, expliquent la position honteuse des États-Unis, de l'Union Européenne et de l'Espagne.

Bien que vous avez toujours refusé mon droit d'opinion relatif à des questions personnelles, je tiens à préciser les points suivants:

Oui, mon fils est né dans un hôpital juif parce que je connais des personnes très chères et très proches qui sont juives et parce qu’être juif n'est pas synonyme de soutien à ce massacre, comme être hébreu n'est pas la même chose qu'être sioniste et qu’un palestinien n’est pas un terroriste du Hamas. C'est aussi absurde que de dire qu’un allemand est un nazi.

Oui, je travaille également aux Etats-Unis où j'ai des amis juifs et des connaissances qui rejettent ces interventions et ces politiques d'agression.

« Vous ne pouvez pas invoquer la légitime défense en tuant des enfants », l'un d'eux m'a dit par téléphone hier. Et tant d'autres avec lesquels je discute partagent ouvertement nos positions.

Oui, je suis européen et j'ai honte de représenter une communauté silencieuse qui n'a aucune honte.

Oui, je vis en Espagne, je paie mes impôts et je ne veux pas que mon argent serve à financer des politiques qui soutiennent cette barbarie et le commerce des armes avec d'autres pays qui s’enrichissent en tuant des enfants innocents.

Oui, je suis indigné, honteux et blessé par tant d'injustice et d’assassinats d’êtres humains. Ces enfants sont nos enfants. C'est l'horreur. Nous espérons qu’il y a de la compassion dans le cœur de ceux qui tuent et que disparaisse ce poison meurtrier qui crée toujours plus de haine et de violence. Que les israéliens et les palestiniens qui rêvent de paix et de coexistence puissent un jour trouver une solution.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 19:40

Une manifestation pro-palestinienne interdite samedi à Paris (Reuters)

Les autorités françaises ont décidé Vendredi 25 Juillet 2014 d'interdire une manifestation contre l'intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza, prévue samedi après-midi à Paris, dont les organisateurs ont immédiatement déposé un recours.

Le ministre de l'intérieur a expliqué que ces derniers étaient les mêmes que ceux du rassemblement du Samedi 19 Juillet 2014, qui avait été interdit mais s'est cependant tenu, à Barbès, dans le dix huitième arrondissement, et a donné lieu à des débordements.

« Par ailleurs, on propose un trajet, à partir de la place de la République, qui est un trajet à haut risque », a ajouté Bernard Cazeneuve sur RTL.

Il a invoqué le « contexte de grande émotion » créé par la catastrophe du vol AH 5017 d'Air Algérie, qui a coûté la vie à cinquante quatre français dont les familles seront reçues samedi par François Hollande, pour souhaiter une « journée de responsabilité et de recueillement ».

Les organisateurs contestent les raisons de sécurité invoquées, alors qu'un défilé pro-palestinien autorisé s'est déroulé sans incident majeur mercredi. Ils ont déposé un recours en référé auprès du tribunal administratif et se disent prêts à aller au conseil d’état.

Le parcours, entre les places de la République et de la Nation via le cimetière du Père Lachaise, est « parfaitement sécurisé », fait valoir Youssef Boussoumah, dirigeant du Parti des Indigènes de la République, organisateur avec d'autres de cette manifestation et de celle de samedi dernier.

Ce parcours avait été discuté avec la police et ne passe pas à proximité de synagogues, a-t-il précisé à Reuters

Une réunion du service d'ordre était prévue vendredi, souligne Youssef Boussoumah, pour qui l'interdiction est avant tout « politique » et constitue un « déni de démocratie, nous avons affaire à un état qui a peur de sa jeunesse ».

Si l'interdiction est maintenue, les organisations à l'initiative du rassemblement n'auront « pas les moyens de contrôler les milliers de personnes qui vont venir », avertit le responsable du Parti des Indigènes de la République.

« ÉPREUVE DE FORCE »

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA, trotskyste) a pour sa part estimé dans un communiqué que François Hollande et son premier ministre, Manuel Valls, avaient franchi « un nouveau seuil dans l'épreuve de force qu'ils ont engagée contre le mouvement de solidarité avec les palestiniens ».

Cette interdiction démontre selon lui une volonté du gouvernement français de « museler toute opposition à son soutien à la guerre menée par l'état d'Israël » à Gaza.

Des milliers de personnes ont bravé l'interdiction de la manifestation de samedi dernier, ils criaient « Israël assassin, Hollande complice ». Des heurts et des affrontements avec les forces de l'ordre ont alors éclaté dans le quartier de Barbès.

Le lendemain, une autre manifestation pro-palestinienne interdite a également été marquée par des violences et des dégradations à Sarcelles, dans le Val-d'Oise.

Le gouvernement a dénoncé des propos et actes antisémites « inacceptables », justifiant ainsi a posteriori sa décision d'interdire ces deux rassemblements alors qu'une soixantaine d'autres étaient autorisés dans le reste de la France.

Tout en se défendant de porter atteinte au droit de manifester, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ont déclaré mercredi que la décision d'autoriser ou non des manifestations pro-palestiniennes serait prise « au cas par cas ».

Après deux semaines et demie d'offensive israélienne dans la bande de Gaza, en riposte à des tirs de roquettes, le bilan s'élevait vendredi à près de huit cent vingt morts du côté palestinien, dont de nombreux civils, et trente trois parmi les soldats israéliens.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 19:05

Le bilan dépasse les huit cents morts dans la bande de Gaza (Reuters)

Le bilan s'élève Vendredi 25 Juillet 2014 à huit cent vingt deux morts parmi les palestiniens après deux semaines et demie d'offensive israélienne dans la bande de Gaza, où les hostilités se sont poursuivies en dépit des appels de la communauté internationale à un cessez-le-feu.

Les opérations terrestres ont également coûté la vie à trente quatre soldats israéliens, dont un réserviste tué vendredi.

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry s'efforce depuis Le Caire, où il multiplie les appels téléphoniques, de trouver un arrangement acceptable par tout le monde mais, disent ses collaborateurs, sa patience a des limites.

« Il y a toujours de fortes divergences entre les parties », a déclaré jeudi un diplomate américain de haut rang qui a précisé que le secrétaire d'état pourrait ne pas s'éterniser dans la région.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a réuni vendredi son cabinet de sécurité afin de discuter d'une trêve humanitaire limitée destinée à permettre l'entrée d'une aide dans l'enclave palestinienne.

Le Hamas conditionne toute trêve durable à la levée du blocus contre Gaza et demande la libération de centaines de palestiniens arrêtés le mois dernier après l'enlèvement et le meurtre de trois adolescents israéliens.

De telles revendications paraissent difficiles à accepter pour l'état hébreu et l'Egypte, qui voient le Hamas comme une menace pour la sécurité.

Le bombardement d'une école gérée par l'ONU, qui a coûté la vie à quinze personnes jeudi, a conduit la communauté internationale à renouveler ses appels à la cessation des hostilités.

Mais les discussions par pays interposés piétinent.

« Il n'y a toujours rien de nouveau concernant les initiatives destinées à rétablir le calme », a déclaré vendredi le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri.

Selon un responsable palestinien proche des tractations, la Turquie et le Qatar ont proposé une pause de sept jours dans les affrontements, une offre que le Hamas étudie et qu'Israël a reçue via John Kerry. Selon un responsable israélien, le gouvernement Netanyahu ne devrait pas réagir avant de connaître la réponse du Hamas.

Même en cas de cessez-le-feu, l'état hébreu a fait savoir qu'il continuerait à chercher les tunnels du Hamas, ce qui, dit-on en Israël, pourrait durer encore une ou deux semaines.

Vendredi, trente trois palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza, dont le principal porte-parole du Djihad islamique, un groupe allié au Hamas, et son fils, selon des responsables gazaouis, un bilan qui porte à huit cent vingt deux le nombre de palestiniens tués depuis déclenchement de l'opération « bordure protectrice », le 8 juillet.

Du côté israéliens, trois civils israéliens ont été tués par des roquettes palestiniennes, en plus de trente quatre militaires, dont un réserviste tué vendredi à Gaza. L'armée a par ailleurs définitivement conclu à la mort du sergent Oron Shaul, dont le Hamas avait revendiqué la capture six jours plus tôt sans diffuser cependant de photo de lui en captivité. Pour Tsahal, le soldat est mort au combat et repose dans un lieu inconnu.

ROQUETTES TIRÉES VERS L'AÉROPORT BEN GOURION

Face à la dégradation de la situation, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a appelé à l'ouverture d'un corridor humanitaire dans l'enclave, afin de permettre l'évacuation de blessés et l'entrée de médicaments.

Les combattants de la bande de Gaza ont continué à tirer des roquettes longue portée, qui ont déclenché les sirènes d'alerte dans les environs de Tel Aviv, le poumon économique d'Israël.

Des témoins disent avoir vu le système de défense antiaérien « dôme de fer » intercepter des projectiles.

Un bâtiment a en revanche été touché à Ashkelon, une ville portuaire située à quelques encablures de la frontière avec Gaza, sans faire de victimes.

Le Hamas dit avoir tiré trois roquettes en direction de l'aéroport Ben Gourion de Tel Aviv.

Les sirènes ont retenti et le hall de l'aéroport s'est brusquement vidé mais Israël n'a pas fait état d'impacts.

La Federal Aviation Administration (FAA), l'agence fédérale américaine de l'aviation civile, avait ordonné mardi la suspension des vols opérés par des compagnies américaines vers Ben Gourion, avant de lever cette suspension mercredi soir.

La compagnie allemande Lufthansa a annoncé de son côté qu'elle reprendrait samedi ses liaisons vers Tel Aviv.

La tension monte également en Cisjordanie. Vendredi, cinq palestiniens y ont été tués par balles lors d'accrochages distincts avec l'armée et, semble-t-il, un colon israélien, a-t-on appris auprès de témoins et de responsables médicaux.

D'après des témoins, trois d'entre eux ont péri lors d'affrontements avec des soldats israéliens qui ont éclaté près de la ville d'Hébron pendant une manifestation.

Des accrochages entre la police des frontières israélienne et des jeunes palestiniens armés de bombes incendiaires ont fait un quatrième mort côté palestinien.

Un cinquième a été tué près de Naplouse par un homme qui pourrait être un colon.

Dans la nuit, déjà, environ dix mille palestiniens avaient défilé en signe de soutien aux gazaouis et lancé des pierres et des cocktails Molotov, ce qui a entraîné une riposte de l'armée israélienne. Un manifestant avait alors été tué et deux cent autres blessés.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens