Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 18:55

Nouvelle incursion russe dans l’est de l’Ukraine, selon Kiev (Reuters)

Des soldats russes ont à nouveau franchi la frontière ukrainienne et sont entrés à Amvrossiivka, à l'est du bastion séparatiste de Donetsk, a fait savoir Mercredi 27 Août 2014 l'armée ukrainienne.

Un groupe de parachutistes russes a déjà été capturé en début de semaine dans ce secteur.

Moscou assure qu'ils ont pénétré en Ukraine par erreur, mais Kiev parle d'une « mission spéciale » au profit des séparatistes pro-russes.

« Cinq blindés de transport de troupes de l'infanterie et un camion Kamaz sont entrés à Amvrossiivka avec des hommes à bord », a déclaré Andriy Lissenko, porte-parole de l'armée ukrainienne, à Kiev.

« Si ce groupe tactique s'est perdu et a pénétré accidentellement en Ukraine comme les parachutistes du quatre-vingt-dix huitième régiment, il est de notre devoir de leur rappeler qu'ils peuvent regagner la Russie en allant vers l'est », a-t-il ironisé.

La veille, à l'issue d'un entretien à Minsk, en Biélorussie, le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko sont convenus de la nécessité d'une « désescalade » militaire dans l'est de l'Ukraine.

L'armée ukrainienne a par ailleurs tué deux cent séparatistes pro-russes et détruit des chars et des lance-missiles à Horlivka et à Ilovaïsk, deux villes situées au nord-est de Donetsk, a poursuivi le porte-parole, faisant état de quatorze tués et de trente-six blessés dans les rangs gouvernementaux au cours des dernières vingt-quatre heures.

« Avec le concours des occupants russes », les rebelles ont pris la ville de Starobéchévé, au sud-est de Donetsk, où un hôpital a été détruit, a-t-il ajouté.

Malmenés dans la région de Donetsk, les séparatistes appuyés et équipés par des unités russes ont décidé de reprendre l'offensive plus au sud, sur le littoral de la mer d'Azov, selon Kiev.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 18:33

Les soldats russes disent ne pas savoir qu’ils étaient en Ukraine (Reuters)

Les parachutistes russes capturés par l'Ukraine en début de semaine après avoir pénétré en territoire ukrainien ont déclaré Mercredi 27 Août 2014 qu'ils croyaient effectuer un entraînement et qu'ils ne s'étaient pas aperçus qu'ils avaient passé la frontière.

« Nous ne sommes pas informés du tout. Nous nous sommes perdus ou peut-être pas, nous avons été envoyés ici, nous ne connaissions pas le chemin ni notre destination », a déclaré lors d'une conférence de presse à Kiev le soldat Ivan Romantsev, qui se dit le chef du groupe de dix parachutistes dont neuf étaient présents, le dixième étant blessé.

« Nous avons compris que nous étions sur le territoire ukrainien lorsque nous sommes entrés dans le camp, lorsque nous avons été capturés et que les forces ukrainiennes nous ont expliqué que nous étions sur le territoire ukrainien », a déclaré le sergent Vladimir Savosteïev.

« Nous sommes partis nous entraîner comme cela de nombreuses fois. Nous faisions les mêmes choses. La seule différence, c'est que ces entraînements se déroulaient ailleurs », a-t-il déclaré.

Leurs déclarations n'ont pas permis de déterminer clairement si leurs supérieurs leur avaient donné l'ordre de franchir la frontière. Les soldats russes arrêtés lundi ont pénétré en Ukraine « par erreur », assure Moscou, alors que Kiev parle d'une « mission spéciale ».

Les parachutistes ont également expliqué avoir changé de point de vue sur le conflit qui secoue l'est de l'Ukraine depuis le mois d'avril.

« Nous avons vu avec nos propres yeux ce qui s'y déroule. Nous y étions, nous avons parlé à vos hommes, ils nous ont parlé. Nous avons réalisé que c'étaient des hommes bons », a assuré Ivan Romantsev. « Nous comprenons que ce qui est diffusé à la télévision ne correspond pas à la réalité ».

Des soldats russes ont par ailleurs de nouveau franchi la frontière ukrainienne et sont entrés à Amvrossievka, à l'est du bastion séparatiste de Donetsk, a fait savoir mercredi l'armée ukrainienne.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 18:20

Christine Lagarde mise en examen dans l’affaire Tapie (Reuters)

Christine Lagarde a été mise en examen Mardi 26 Août 2014 pour négligence d'une personne dépositaire de l'autorité publique dans l'enquête sur l'arbitrage dont a bénéficié Bernard Tapie en 2008 mais elle a exclu de démissionner de son poste au FMI.

La directrice générale du Fonds Monétaire International, qui était jusque-là témoin assisté dans ce dossier, a annoncé mercredi qu'elle avait chargé son avocat de faire appel.

« J'ai demandé à mon avocat d'exercer tous les recours contre cette décision que je considère comme totalement infondée », a-t-elle déclaré sur BFMTV, ajoutant qu'elle s'apprêtait à rejoindre Washington dans l'après-midi de mercredi.

Dans un communiqué transmis à Reuters, le porte-parole du FMI, Gerry Rice, s'est refusé à tout autre commentaire.

« La directrice générale fera évidemment un compte-rendu au conseil d'administration dès que possible », a-t-il précisé.

Yves Repiquet, avocat de Christine Lagarde, estime que son chef de mise en examen est « très mineur. Il s'agit d'un délit non intentionnel », souligne-t-il. « Mais nous le contestons ».

L'ancienne ministre de l'économie de Nicolas Sarkozy, qui a été longuement entendue mardi à la Cour de Justice de la République (CJR), est « extrêmement combative » et n'entend pas démissionner de son poste, a expliqué un de ses proches.

L'enquête la visant devant la CJR, seule habilitée à juger les délits commis par des membres de gouvernement dans l'exercice de leurs fonctions, était initialement ouverte pour complicité de faux et de détournement de fonds publics.

« On passe au cran très en dessous », dit Yves Repiquet. « Une mise en examen de cette nature, cela ne peut pas justifier une démission ».

Le conseil d'administration du FMI devra toutefois décider s'il renouvelle ou non sa confiance à sa directrice générale, qui a succédé en 2011 à Dominique Strauss-Kahn après que celui-ci avait démissionné à la suite de l'affaire du Sofitel de New York dans laquelle il a bénéficié d'un non-lieu au pénal.

« Les fonctions du directeur général cessent lorsque le conseil d'administration en décide ainsi », selon les statuts de l'organisation.

En mai 2013, lorsque Christine Lagarde avait été placée sous le statut de témoin assisté, et à plusieurs reprises depuis, il avait indiqué lui maintenir sa confiance et croire en « sa capacité à mener à bien ses fonctions ».

CONFIANCE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

Une source au sein de l'institution avait toutefois indiqué à Reuters que le FMI devrait revoir sa position si la procédure devant la CJR venait à l'empêcher d'exercer son mandat.

Une question qui ne se pose pas aujourd'hui, selon Yves Repiquet. « C'est simple, c'est moi qui fait les recours », dit-il.

Un recours contre sa mise en examen sera suspensif et repoussera d'autant la clôture de cette enquête, ouverte depuis l'été 2011. Si elle était poursuivie pour négligence, Christine Lagarde encourrait une peine d'un an d'emprisonnement et de quinze mille euros d'amende, selon le code de procédure pénale.

Christine Lagarde a été entendue toute la journée de mardi devant la CJR. C'était la quatrième fois qu'était auditionnée celle qui a choisi l'arbitrage privé pour solder le litige opposant l'homme d'affaires Bernard Tapie au Crédit Lyonnais pour la revente de l'équipementier sportif Adidas lorsqu'elle était aux finances.

Elle avait été placée sous le statut de témoin assisté en mai 2013, de nouveau entendue en janvier dernier et confrontée en mars à son ancien directeur de cabinet, l'actuel PDG d'Orange Stéphane Richard avant d'être de nouveau convoquée mardi.

Stéphane Richard a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée dans le volet non ministériel de cette affaire, de même que Bernard Tapie et trois autres personnes. Les enquêteurs soupçonnent un « simulacre d'arbitrage ».

D'après Le Monde, Christine Lagarde, qui dément toute négligence, aurait accusé devant les juges Stéphane Richard d'avoir utilisé sa signature pré imprimée sur un document rédigé en son absence. « Il n'y a pas eu d'accusation », dit son avocat, selon qui elle a simplement dit ne pas reconnaître sa signature.

Stéphane Richard a quant à lui déclaré que sa ministre de tutelle avait été « en permanence informée de toutes les évolutions de ce dossier ».

Un tribunal arbitral a condamné en juillet 2008 le Consortium De Réalisation (CDR), véhicule public chargé de liquider les actifs du Crédit Lyonnais, à verser à Bernard Tapie deux cent quatre-vingt-cinq millions d'euros d'indemnités, dont quarante-cinq millions à titre de préjudice moral, soit quatre cent trois millions d'euros avec les intérêts.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 18:05

http://www.publico.es/540366/melenchon-homenajea-a-podemos-el-poder-no-teme-a-la-izquierda-sino-al-pueblo

Hommage de Jean Luc Mélenchon à Podemos

« Le pouvoir n'a pas peur de la gauche, il a peur du peuple »

L’organisation espagnole a été l'invité d'honneur de l'université d’été du Parti de Gauche français

La gauche française a rendu un hommage à Podemos. Son chef, Jean-Luc Mélenchon, dit qu'il a appris de la formation espagnole une leçon importante, « le pouvoir n'a pas peur de l’unité de la gauche, mais de l'unité populaire ». C'est ce que le porte-parole du Front De Gauche, la grande coalition de la gauche française, a déclaré, Dimanche 24 Août 2014, à l'université d'été de sa formation, le Parti de Gauche, à Grenoble. Le porte-parole de Podemos, Inigo Errejón, et le coordonnateur de la délégation de Podemos au parlement européen, Pablo Bustinduy, ont été les invités internationaux d'honneur.

Lors de cet événement, les militants et les sympathisants ont soulevé un certain nombre de discussions approfondies sur les défis et les opportunités de la gauche française au moment où les socialistes de Valls continuent avec leurs politiques d'austérité et sont confrontés à une hausse significative de l'extrême-droite du Front National de Marine Le Pen. Ainsi, Jean Luc Mélenchon est face au défi de la restructuration du projet qui a conduit le Front De Gauche à plus de quatre millions de voix aux précédentes élections présidentielles, autour d'un message clair, « la nécessité d'ouvrir un processus constitutionnel menant à la sixième république ». Ainsi, dans son discours, il a maintes fois cité l'exemple et l'inspiration de la formation espagnole et a souligné la bonne harmonie entre les deux.

Dans leurs interventions, Iñigo Errejón a expliqué l’itinéraire de Podemos en Espagne et Pablo Bustinduy a expliqué les politiques de l'emploi proposées et la crise du modèle de l’austérité. Leur intervention finale pour la clôture de l’université était sous le titre, en espagnol, « qu’ils s’en aillent tous, pour l'assemblée constituante ».

« Pour nous, le peuple n'est pas un concept fixe, c’est un processus de construction de la souveraineté politique » a dit Inigo Errejón aux centaines d'invités à l'événement. « L'Espagne est engagée dans un processus de transformation oligarchique contre l'intérêt public. Un peuple qui vit dans la crainte du chômage n'est pas une nation de citoyens, c’est une nation de fonctionnaires », a dit le porte-parole.

Pablo Bustinduy a expliqué à Publico que « comme cela s’est passé lors de notre première visite à Alexis Tsipras et à ses camarades de SYRIZA à Athènes, ces jours à Grenoble nous ont montré que les nombreux maux qui nous affligent ne sont pas des maux particuliers à chaque peuple, mais qu’ils constituent un scénario commun, un seul défi contre lequel il est nécessaire d’unir toutes nos forces et toutes nos volontés ». En ce sens, conscient que la lutte actuelle est menée au niveau européen, il a ajouté « qu’aucun peuple ne peut se libérer seul. La lutte pour la démocratie a besoin aujourd'hui d'un nouvel internationalisme, et Podemos, comment pourrait-il en être autrement, est à la pointe de ce combat ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 17:44

http://www.arretsurinfo.ch/palestine-message-dun-des-principaux-porte-paroles-du-hamas-a-gaza

Communiqué d’un des principaux porte parole du Hamas à Gaza

Nous avons reçu, Lundi 4 Août 2014 à 18 heures, le communiqué officiel suivant émanant de Sami Abu Zouhri, porte-parole du Hamas.

Ce communiqué s’inscrit dans le cadre de la plainte qui a été déposée à la Cour Pénale Internationale (CPI) au nom du ministre de la justice du gouvernement de coalition et du procureur général de Gaza, Vendredi 25 Juillet 2014.

Nous comprenons qu’il y aurait au sein du gouvernement d’union nationale de Ramallah, parmi les membres du Fatah, des tentatives de freiner cette volonté palestinienne d’aller devant la CPI de manière à torpiller cette initiative et à en imputer l’échec au Hamas. Il apparaît donc urgent de soutenir la plainte qui court, afin qu’elle soit enregistrée par le procureur de la Cour Pénale Internationale.

Message de Sami Abu Zouhri, porte parole du Hamas, adressé à la société civile

Nous suivons vos efforts méritoires pour soutenir notre population et notre juste cause, et nous apprécions vos démarches que nous soutenons pleinement.

N’écoutez aucune voix qui suggérerait que nous serions opposés à une action auprès de la Cour Pénale Internationale. Certaines personnes disent que le Hamas ou d’autres personnes résistantes pourraient être victimes d’une telle démarche, mais ce n’est pas vrai. Ce n’est que de la propagande.

Rien de ce que nous faisons ne nous fait peur. Nous sommes sous occupation et c’est notre droit, selon la loi, de résister. Et c’est aussi le droit de notre population d’être défendue.

Et, quelle que soit l’interférence de quiconque, cela n’enlève rien à nos droits.

Dans les réunions avec Mahmoud Abbas nous lui avons demandé de rejoindre la Cour Pénale Internationale et de poursuivre les criminels pour leurs crimes. Nous n’avons donc aucun problème et nous demandons que les faits fassent l’objet d’enquêtes par la Cour Pénale Internationale.

Nous vous disons, « allez de l’avant et continuez vos efforts ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 17:31

Emmanuel Macron remplace Arnaud Montebourg à l’économie (Reuters)

Le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, a annoncé Mardi 26 Août 2014 la composition du nouveau gouvernement dirigé par Manuel Valls après le départ du ministre de l'économie Arnaud Montebourg, en désaccord avec la ligne économique du président.

Il est remplacé à ce poste par Emmanuel Macron, ancien conseiller économique de François Hollande.

Les anciens ministres de l'éducation nationale, Benoît Hamon, et de la culture, Aurélie Fillippetti, deux tenants de l'aile gauche du Parti Socialiste, sont remplacés respectivement par deux femmes jeunes, Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin.

Voici la liste du nouveau gouvernement :

Manuel Valls, premier ministre ; Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international ; Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie ; Najat Vallaud Belkacem, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche ; Christiane Taubira, garde des sceaux, ministre de la justice ; Michel Sapin, ministre des finances et des comptes publics ; Jean Yves Le Drian, ministre de la défense ; Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes ; François Rebsamen, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social ; Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur ; Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, de l'agro alimentaire et de la forêt, porte-parole du gouvernement ; Emmanuel Macron, ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique ; Sylvia Pinel, ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité ; Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation et de la fonction publique ; Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication ; Patrick Kanner , ministre de la ville, de la jeunesse et des sports ; George Pau Langevin, ministre de l’Outre Mer

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 17:15

Des soldats russes seraient entrés par « erreur » en Ukraine (Reuters)

Un groupe de soldats russes capturés par l'armée ukrainienne a franchi de manière accidentelle la frontière dans l'est de l'Ukraine, indique une source au ministère russe de la défense citée par l'agence de presse RIA.

« Les soldats participaient en fait à une patrouille sur une portion de la frontière russo-ukrainienne, ils ont franchi par erreur une portion qui n'était pas signalée et d'après ce que nous savons ils n'ont opposé aucune résistance aux forces armées ukrainiennes lorsqu'ils ont été détenus », ajoute cette source.

Cette version des faits a été contestée par un porte-parole de l'armée ukrainienne qui a affirmé que les militaires russes se trouvaient en « mission commandée » lors de leur capture.

Les services de sécurité ukrainiens ont mis en ligne lundi une vidéo montrant des soldats russes capturés par les forces gouvernementales alors qu'ils combattaient aux côtés des séparatistes.

Cette vidéo, qui devrait alimenter les accusations de Kiev et des occidentaux concernant l'implication de la Russie dans ce conflit, est rendue publique alors que le président ukrainien Petro Porochenko doit rencontrer Vladimir Poutine en Biélorussie Mardi 26 Août 2014.

Les services de sécurité ukrainiens précisent détenir dix parachutistes russes qui ont pénétré en territoire ukrainien avec une colonne de plusieurs dizaines de véhicules blindés de l'infanterie.

Les soldats russes sont détenus avec leurs armes et leurs documents personnels près de la petite localité d'Amvrosievka dans la région de Donetsk.

« Officiellement, ils participent à des exercices militaires dans différents coins de Russie. En réalité, ils sont engagés dans une agression militaire contre l'Ukraine », a dit le ministre ukrainien de la défense, Valeriy Heletey, dans un commentaire sur facebook.

L'armée ukrainienne a précisé que les séparatistes pro-russes menaient actuellement une attaque sur la ville de Novoazovsk où un hôpital est en feu.

Lors des combats, l'artillerie et l'aviation de l'armée régulière ont détruit douze véhicules blindés de transport de troupes dans les environs de cette localité frontalière, a précisé le porte-parole Andriy Lissenko.

Douze militaires ukrainiens ont été tués lors de combats au cours des dernières vingt quatre heures, a-t-il ajouté.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 17:00

Nouvelle trêve à Gaza après des frappes israéliennes (Reuters)

Un cessez-le-feu de longue durée dans la bande de Gaza a été conclu Mardi 26 Août 2014, ont annoncé des responsables égyptiens, alors que les bombardements s'intensifiaient dans l'enclave palestinienne, l'armée israélienne ayant frappé deux des plus hautes tours de Gaza avant l'aube.

Israéliens et palestiniens sont parvenus à un accord sur une trêve permanente dans la bande de Gaza, ont déclaré des négociateurs égyptiens, confirmant des déclarations palestiniennes.

Le cessez-le-feu va entrer en vigueur à 16 heures GMT, selon l'agence de presse officielle égyptienne Mena.

« Nous publierons un communiqué d'ici 19 heures (17 heures GMT) pour annoncer qu'un accord de cessez-le-feu de longue durée a été trouvé entre les palestiniens et Israël et que les négociations entre les deux parties reprendront au Caire », a fait savoir un responsable égyptien.

Selon des représentants palestiniens au Caire, la proposition égyptienne sur laquelle les deux camps se sont entendus prévoit une cessation illimitée des hostilités, l'ouverture immédiate des points de passage entre Gaza, Israël et l'Egypte, ainsi qu'un élargissement de la zone de pêche palestinienne en Méditerranée.

Dans un second temps, un mois après l'arrêt des combats, israéliens et palestiniens devraient entamer des négociations sur la construction d'un port à Gaza et sur la libération de membres du Hamas détenus par Israël en Cisjordanie occupée, ont-ils ajouté.

Aucune confirmation n'est encore venue d'Israël, où un porte-parole du premier ministre Benjamin Netanyahu n'a pas souhaité faire de commentaire.

Sur le terrain, l’armée israélienne a poursuivi ses frappes sur des tours dans la bande de Gaza.

Après la destruction de la tour Bacha, un immeuble comprenant des habitations et des bureaux, et de la tour résidentielle connue sous le nom de « complexe italien », Israël a dit avoir attaqué quinze « sites terroristes », dont des bâtiments abritant des centres de commandement et de contrôle du Hamas.

DEUX PALESTINIENS TUÉS

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a pour sa part accusé l'état hébreu d'un « acte de vengeance sans précédent contre des civils » visant à dissuader les palestiniens de soutenir le mouvement islamiste.

Vingt personnes ont été blessées dans le bombardement du complexe italien, les avertissements lancés aux habitants et deux projectiles non explosifs tirés par des drones en guise de coups de semonce ayant permis d'éviter un bilan plus lourd.

Six personnes ont été tuées dans d'autres frappes israéliennes sur la bande de Gaza, selon des responsables médicaux.

Les palestiniens ont de leur côté tiré soixante dix roquettes, selon l'armée israélienne, dont l'une a endommagé une maison de la ville côtière d'Ashkelon et fait dix blessés légers. Une autre roquette a été interceptée dans les environs de Tel Aviv.

Lundi, plus de cent trente roquettes avaient été tirées en direction du territoire israélien, selon des sources militaires.

Selon les autorités médicales palestiniennes, le bilan des sept semaines d'hostilités s'élève désormais à deux mille cent vingt neuf morts dans la bande de Gaza, dont une majorité de civils parmi lesquels plus de quatre cent quatre vingt dix enfants.

Les affrontements ont également entraîné le déplacement de près de cinq cent mille personnes parmi les palestiniens qui disent ne pas trouver de lieu sûr en raison des bombardements qui frappent les mosquées ou les écoles.

Israël rejette la responsabilité sur le Hamas, accusé de cacher des armes dans des bâtiments civils et de s'en servir comme sites de lancement de roquettes.

Du côté israélien, soixante quatre soldats et quatre civils ont été tués depuis le 8 juillet.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 18:49

Nouveaux raids aériens sur Gaza, au moins neuf morts (Reuters)

Au moins neuf Palestiniens ont été tués Lundi 25 Août 2014 lors de raids de l'aviation israélienne sur la bande de Gaza d'où ont été tirées plus de cent roquettes visant le sud d'Israël, ont rapporté des témoins et des responsables médicaux.

Si les roquettes palestiniennes n'ont pas fait de victime, un israélien a été blessé par un tir de mortier, a annoncé l'armée israélienne.

Dans la bande de Gaza, quatre maisons de Beit Lahiya, ville proche de la frontière israélienne, ont été prises pour cibles des bombardements qui ont provoqué la mort de deux femmes et d'une fillette. Un activiste du Hamas vivait dans l'une de ces maisons, a dit un témoin à Reuters.

Six autres palestiniens ont péri dans d'autres raids menés dans l'enclave côtière, dont trois hommes qui circulaient à bord d'une voiture et un journaliste gazaoui du nom d'Abdallah Mourtadja.

Des responsables des services de santé palestiniens ont indiqué que deux mille cent vingt-trois personnes, dont plus de quatre cents enfants, avaient été tués dans le territoire depuis le début de l'opération « bordure protectrice », le 8 juillet.

Malgré la reprise des combats, l'Egypte qui joue le rôle de médiateur dans cette crise a proposé une nouvelle trêve indéfinie, a annoncé Kaïs Abou Leila, représentant palestinien participant aux discussions indirectes au Caire.

Les égyptiens ont appelé à un arrêt immédiat des affrontements et à une réouverture des points de passage à partir d'Israël et de l'Egypte afin d'aider aux efforts de reconstruction dans l'enclave palestinienne.

« Les efforts égyptiens se poursuivent. La balle est dans le camp des israéliens et ils n'ont pas répondu à cette proposition qui leur a été faite il y a trente-six heures », a dit Abou Leila.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 18:39

L’Ukraine accuse la Russie d’ouvrir un nouveau front (Reuters)

Des militaires russes se faisant passer pour des séparatistes ont ouvert un nouveau front dans l'est de l'Ukraine, a dit Lundi 25 Août 2014 le porte-parole de l'armée ukrainienne, alors que Moscou a fait part de son intention d'envoyer unilatéralement un second convoi humanitaire.

Le président ukrainien a exprimé son « extrême inquiétude » lors d'une conversation téléphonique avec le président du conseil européen, Herman Van Rompuy, à la veille du sommet de Minsk, en Biélorussie, où Petro Porochenko doit retrouver son homologue russe, Vladimir Poutine, et les dirigeants de l'Union Européenne.

Selon Kiev, les soldats russes ont franchi la frontière avec dix chars et deux véhicules de transport de troupes blindés près de la ville de Novoazovsk, sur le littoral de la mer d'Azov.

« Ce matin, il y a eu une tentative de la part de forces russes se faisant passer pour des combattants du Donbass visant à ouvrir une nouvelle zone de confrontation militaire dans le sud de la région de Donetsk », a déclaré le porte-parole de l'armée, Andriy Lissenko, .

Semen Sementchenko, chef d'une milice pro-gouvernementale, dénommée Azov, a évoqué pour sa part la présence d'une cinquantaine de blindés venant de Russie. Selon lui, une quarantaine d'entre eux se dirigeaient vers Marioupol, tandis que les autres s'orientaient vers Amvrosievka, plus au nord.

« L'invasion des occupants russes a lieu », a-t-il déclaré, ajoutant que les forces russes étaient pour le moment « localisées et facilement neutralisables » et qu'aucun combat n'avait été signalé aux environs de Marioupol.

« Novoazovsk n'a pas été prise. L'autoroute qui rejoint Novoazovsk à Marioupol est sous le contrôle des forces anti terroristes », a cependant assuré Andriy Lissenko. « Nous avons les ressources suffisantes à Marioupol pour repousser toute attaque ».

L'armée ukrainienne avait auparavant annoncé que des gardes-frontières avaient stoppé une colonne de blindés des séparatistes pro-russes à cinq kilomètres au nord-est de Novoazovsk.

Les combats étaient jusqu'à présent concentrés autour des deux fiefs séparatistes de Louhansk et Donetsk, un peu plus au nord.

MOSCOU VEUT ENVOYER UN SECOND CONVOI D'AIDE

Lioudmila, une résidente de cette localité a témoigné par téléphone, « tout a commencé à 8 heures ce matin (5 heures GMT). On a vu apparaître des tanks, pas moins de sept, ainsi que des roquettes de type Grad et des véhicules blindés. Novoazovsk est morte. Les gens cherchent à se mettre à l'abri des bombardements. Le bruit d'une invasion courait il y a deux jours. Le drapeau ukrainien a été retiré des bâtiments municipaux ».

Des drapeaux aux couleurs d'un groupe séparatiste se faisant appeler « Armée de Libération Orthodoxe » décoraient certains tanks, a-t-elle raconté, ajoutant que les forces rebelles avaient occupé le village de Markine, à environ sept kilomètres de Novoazovsk, et y avaient ouvert le feu.

Interrogé sur des rumeurs d'incursion russe en Ukraine dans la région de Markine, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dit « ne pas être au courant. Mais il y a énormément de désinformation là-bas au sujet de nos incursions ».

Le chef de la diplomatie russe a annoncé lundi l'intention de Moscou d'envoyer un deuxième convoi humanitaire dans l'est de l'Ukraine, malgré les protestations de Kiev et des puissances occidentales après l'envoi du premier, qui a passé la frontière sans autorisation.

« La situation humanitaire ne s'améliore pas mais se détériore. Nous voulons parvenir à un accord sur toutes les conditions nécessaires à l'envoi d'un second convoi par la même route dans les jours qui viennent », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Le premier convoi de quelque deux cent camions russes est entré sur le territoire ukrainien vendredi et le chef du service ukrainien de la sécurité d'état (SBU), Valentin Nalivaïtchenko, avait dénoncé une « invasion directe ».

Sergueï Lavrov a également mis en garde les responsables occidentaux qui seront présents lors du sommet à Minsk, mardi, les invitant à ne pas attendre que les solutions ne viennent que de Moscou.

« J'espère sincèrement que nos collègues occidentaux ne s'attendront pas simplement à ce que nous résolvions les choses pour eux, d'une manière ou d'une autre, comme par magie. Cela ne fonctionnerait pas ».

L'Occident devrait exhorter Kiev à « reconnaître sa responsabilité et à comprendre qu'il ne s'agit pas d'un combat entre l'Ukraine et la Russie mais d'une lutte pour un état ukrainien dans lequel chacun pourrait vivre confortablement », russes, ukrainiens et membres d'autres minorités, a ajouté Sergueï Lavrov.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens