Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 16:07

http://www.alencontre.org/ameriques/amelat/bresil/bresil-a-la-veille-de-la-coupe-des-greves-et-le-metro-de-sao-paulo-paralyse.html

A la veille de la coupe, des grèves et le métro de Sao Paulo paralysé

Par la rédaction du site www.alencontre.org

Jeudi 5 Juin 2014

Le temps des grèves est là. Après les énormes mobilisations de juin 2013, principalement celles de la jeunesse, aujourd’hui, ce sont celles de la classe ouvrière qui secouent les villes brésiliennes.

A São Paulo, le 15 mai 2014, la ville était paralysée. Le matin même, les travailleurs de la métallurgie ensemble avec le Mouvement des Travailleurs des Sans Toit (MTST) et Ocupação Esperança (mouvement Occupation et Espoir) ont bloqué les avenues dans les zones périphériques de la mégalopole. Au centre-ville, les travailleurs et travailleuses du métro ont manifesté le matin et les enseignants municipaux ont organisé des démonstrations durant l’après-midi. Les grèves et les manifestations faisaient la une de toute la presse et des médias électroniques.

Toutefois, les mobilisations ne sont pas limitées au 15 mai. Les enseignants des écoles municipales, par milliers, depuis quarante jours, descendent dans la rue. Les chauffeurs de bus sont mis en grève pendant deux jours, s’opposant ainsi au maire de São Paulo, Fernando Haddad, ainsi ministre de l’éducation du gouvernement de Dilma Rousseff (Parti des Travailleurs) et maire de la plus grande ville du Brésil depuis janvier 2013, et aux directions des compagnies privées d’autobus ainsi qu’à une partie des appareils syndicaux traditionnels.

Ainsi, le 5 juin, une « grève illimitée » a été déclarée. A São Paulo, sans le métro, il est quasi impossible d’atteindre le stade Arena Corinthians. Un stade de luxe obéissant aux standards de la FIFA présidée par l’helvète Sepp Blatter. C’est dans ce stade que doit se dérouler la « cérémonie inaugurale » de la coupe le 12 juin et le match d’ouverture entre le Brésil et la Croatie, ainsi que six des soixante quatre rencontres prévues pour le « mondial ». Le métro transporte, en moyenne, quatre millions cinq cent mille personnes chaque jour. Les travailleurs exigeaient au début une augmentation de leur salaire de 35,7%. Lors des négociations, ils fixèrent la barre à 16,5%. Après de nombreuses négociations, la direction a proposé 7,8%, puis le 4 juin 2014, devant le tribunal régional du travail, elle a accepté 8,7%. Or, l’augmentation des prix des aliments et des biens de première nécessité est bien supérieure. L’assemblée, le matin du 5 juin, a réuni plus de deux mille cinq cent travailleurs.

Le mot d’ordre de grève illimitée était clamé et repris sur les pancartes. La seule proposition faite lors de l’assemblée fut d’ailleurs celle d’une grève illimitée.

Aussi bien le patronat que le gouverneur de l’état de São Paulo, Geraldo Alckmin du PSDB (Parti de la Sociale Démocratie Brésilienne), et la mairie ont refusé toutes les propositions des travailleurs. Dès lors, Altino Prazers, président du syndicat des travailleurs du métro et membre du Parti Socialiste des Travailleurs Unifié (PSTU), a expliqué le sens plus général de la mobilisation, « le transport n’est pas une marchandise. Notre lutte est aussi la lutte de la population pour un transport meilleur et à un prix bas. S’ils ont de l’argent pour la coupe, s’ils ont de l’argent pour l’itaquerão (nom officiel pour la coupe de l’Arena Corinthians), pourquoi n’ont-ils pas d’argent pour le métro ». Altino Prazers ajoute que « quand un jeune homme de la zone veut rencontrer son amie de la zone sud, il ne le peut pas, parce qu’il n’a pas l’argent pour se payer le métro ». Altino, de la sorte, donnait l’exemple que les travailleurs du métro et le métro doivent être au service de la population et que cela n’est possible que si le métro est conçu comme devant répondre aux besoins des couches populaires de cette mégalopole de plus de vingt millions d’habitants.

Pour saisir la place de cette grève, il faut la situer dans le contexte de mobilisations actuelles au Brésil, dont l’un des détonateurs est tout ce que l’organisation de la coupe du monde a révélé aussi bien en termes de priorités sociales des dépenses publiques, qu’en exemples de corruption et de mépris pour les couches paupérisées, des dizaines de milliers d’habitants de favelas ont été brutalement « évacués », ou qu’en multiplication des mesures répressives. Le gouvernement de Dilma Rousseff vient d’envisager l’utilisation de l’armée pour assurer l’ordre exigé par la FIFA. Cette firme internationale (la FIFA) et les sponsors veulent instaurer une sorte d’état d’exception durant la coupe du monde de football.

Il est dès lors caractéristique que durant l’assemblée des travailleurs du métro furent présents des représentants des divers mouvements sociaux. Cela afin de démontrer la convergence des revendications et de riposter à la campagne délirante de criminalisation faite par le gouverneur Alckmin et les médias au service du pouvoir politique, des dominants et de la FIFA.

D’ailleurs, un très récent sondage indique que cinquante sept pour cent des brésiliens et brésiliennes considèrent que la coupe sera plus un fardeau qu’une aide pour ceux et celles qui travaillent.

La solidarité avec les diverses luttes au Brésil constitue un élément non seulement de dénonciation internationaliste de la forme financiarisée du capital que représente l’industrie du football, mais aussi un facteur de reconnaissance mutuelle des intérêts des salariés à l’échelle internationale, ce qui tranche, radicalement, avec le chauvinisme écervelé des « fans », manipulés, des diverses équipes « nationales ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 15:50

Chaîne humaine pour l’indépendance du pays basque (Reuters)

Des dizaines de milliers de basques se sont donnés la main, Dimanche 8 Juin 2014, et ont formé une chaîne humaine longue de cent vingt trois kilomètres pour demander l'organisation d'un référendum sur l'indépendance du pays basque espagnol.

Inspirés par une initiative similaire des catalans l'an dernier, les organisateurs de l'évènement, nommé « c’est entre nos mains », ont estimé que quelque cent mille personnes avaient répondu à leur appel.

Les manifestants portant les couleurs rouge-blanc-vert du drapeau basque se sont donné la main de Durango à Pampelune, qui se trouve dans la province voisine de Navarre mais fait partie, culturellement et linguistiquement, du territoire basque.

La lutte pour l'indépendance du pays basque a longtemps été monopolisée par l'organisation séparatiste ETA, qui a déposé les armes en 2011, ouvrant la porte à une mobilisation pacifique.

Le 29 mai, les élus du parlement régional basque ont symboliquement adopté une déclaration d'auto-détermination demandant l'octroi de pouvoirs supplémentaires.

La Catalogne entend de son côté organiser le 9 novembre un référendum sur l'indépendance, malgré l'opposition des autorités de Madrid.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 15:35

Un médiateur nommé pour les intermittents du spectacle (Reuters)

Manuel Valls a annoncé Samedi 7 Juin 2014 la nomination d'un médiateur pour tenter de désamorcer la crise avec les intermittents du spectacle qui s'opposent à l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars et font planer une menace sur la tenue des festivals d'été.

« Pour répondre à certaines inquiétudes exprimées sur la situation des intermittents du spectacle », une mission va être confiée à Jean-Patrick Gille, député d'Indre et Loire, qui devra remettre ses propositions sous quinze jours, indique Matignon dans un communiqué.

L'élu, rapporteur en 2013 de la mission parlementaire sur les conditions d'emploi dans les métiers artistiques, conduira un « dialogue avec l'ensemble des parties concernées », précisent les services du premier ministre.

La mission visera à évaluer, « en mobilisant toutes les expertises disponibles, les effets réels des évolutions de paramètres des annexes huit et dix prévues par l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars 2014 en cours d'agrément, dans le contexte général de l'intermittence ».

Jean-Patrick Gille sera également chargé de formuler des propositions pouvant répondre aux difficultés susceptibles d'être identifiées à l'issue de cette analyse.

Une méthode devra également être proposée pour la concertation tripartite entre l’état, les syndicats et le patronat, prévue par l'accord, sur les moyens de lutter contre la précarité dans les secteurs concernés par les annexes huit et dix, précise Matignon.

Depuis plusieurs semaines, différents collectifs d'intermittents du spectacle tentent de faire monter la pression pour contraindre le gouvernement à refuser d'entériner l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars et à rouvrir les négociations avec les partenaires sociaux.

Plusieurs antennes du ministère du travail ont notamment été occupées mercredi à Marseille, Metz et Nancy, selon la CGT spectacle, qui appelle à une journée d'action le 16 juin, à l'occasion du Conseil National des Professions du Spectacle (CNPS).

Le ministre du travail, François Rebsamen, a affirmé mercredi qu'il signerait la nouvelle convention de l'UNEDIC qui selon lui « garantit l'essentiel des droits à l'indemnisation des intermittents et protège notamment les plus précaires d'entre eux ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 16:34

http://www.helpsyriasrefugees.eu/fr/signer-la-ptition.html

Pétition pour les réfugiés syriens

Nous, citoyens d’Europe, appelons les dirigeants européens à prendre des mesures immédiates pour venir en aide aux réfugiés syriens, en acceptant d'adopter les trois actions suivantes :

Donner aux réfugiés les moyens de rejoindre l'Europe en toute sécurité

Les possibilités qui s’offrent aux réfugiés pour se rendre en Europe en toute sécurité et en toute légalité sont très restreintes. Ceux qui souhaitent rejoindre l'Europe mettent leur vie entre les mains de passeurs ou s’engagent dans de longs périples où ils risquent la mort.

Les dirigeants européens doivent faciliter l'accès à l'Europe aux réfugiés de Syrie par l'assouplissement des restrictions de visas, par accueil d’un nombre de réfugiés plus conséquent par le biais de la réinstallation, bien au-delà des quotas nationaux actuels et par la proposition de nouvelles formes d'admission via les ambassades situées dans cette région.

Protéger les réfugiés qui arrivent aux frontières de l'Europe

Au seuil de l’Europe, des vies sont en danger. Les réfugiés sont nombreux à risquer leur vie en s'embarquant dans des périples par voie maritime ou terrestre pour finalement être refoulés dès leur arrivée aux frontières de l'Europe.

Les dirigeants européens doivent mettre un terme à tous les refoulements aux frontières et veiller à porter secours aux personnes en détresse. Ceux qui survivent au voyage à destination de l’Europe doivent être traités humainement et leurs besoins de protection doivent en toute équité.

Réunir les familles déchirées par la crise

De nombreuses familles sont séparées par la guerre en Syrie. Prendre la fuite signifie aussi l'éclatement des familles et entraîne souvent une séparation prolongée. Se trouvant piégés en pleine crise, ceux qui ont de la famille en Europe sont dans l'impossibilité de venir retrouver leurs proches en raison de la complexité du processus d'obtention de visas et des procédures administratives.

Les dirigeants européens doivent œuvrer à la réunification des familles séparées, ils doivent les aider à rejoindre facilement leurs proches en Europe. Les membres des familles concernées ne doivent pas être soumis à des procédures administratives longues et difficiles.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 16:25

Plus de deux mille cinq cent immigrants secourus au large de la Sicile (Reuters)

La marine italienne a porté secours depuis jeudi matin à plus de deux mille cinq cent immigrants entassés dans des bateaux bondés, au sud de la Sicile, a fait savoir Vendredi 6 Juin 2014 la marine italienne.

Les navires italiens de la marine et de la garde côte qui surveillent les eaux au large des côtes libyennes et tunisiennes ont secouru ainsi dix sept bateaux, et les efforts des secours se poursuivaient vendredi.

Un navire italien, le San Giorgio, a pris à son bord neuf cent quatre dix huit immigrants, dont deux cent quatorze femmes et cent cinquante sept enfants, qui se trouvaient dans cinq bateaux. Le temps clément a favorisé ces jours-ci les départs de bateaux de clandestins des côtes d'Afrique du Nord, a expliqué la garde côte italienne.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 16:15

VERITE EN ESPAGNE MENSONGE EN FRANCE

La discussion entre les militants de la gauche et de l’extrême gauche française est difficile, et je ne parlerais même pas dans ce message ni du Front National, ni d’Hollande, ni du Front De Gauche.

La date des réunions est toujours mauvaise, des militants ne participent pas aux réunions pour une infinité de raisons, par exemple pour cause de vacances scolaires.

D’autre part, quand il y a des réunions, il y a le problème de l’ordre du jour.

Constatons le, il y avait deux réunions du Club Politique Bastille depuis le début de l’année, il y a avait un seul point à l’ordre du jour des deux réunions, la question des « révolutions arabes ».

Personne ne conteste bien évidemment l’importance des « révolutions arabes », en tout cas, certainement pas moi.

Mais constatons le, deux autres questions n’étaient donc pas à l’ordre du jour, ni la question de la préparation de la catastrophe du 25 mai, ni la question de l’Ukraine par exemple.

La crise de la gauche et de l’extrême gauche française n’est pas seulement la crise du Parti Socialiste, c’est la crise de toutes ses composantes sans aucune exception, nous faisons partie du problème, et nous ne faisons pas (encore ?) partie de la solution.

Vous connaissez le dernier mot d’ordre et la dernière banderole des indignés parisiens, « nos rêves ne sont pas dans les urnes ».

Et bien si, justement, les rêves des indignés espagnols sont dans les rues et dans les urnes, ils étaient pendant quatre jours la semaine dernière dans les rues du quartier de Sants à Barcelone, ils étaient Dimanche 25 Mai 2014 dans les urnes des élections européennes en Espagne.

Il en sortait Podemos, une liste du mouvement social, un objet politique absolument inimaginable dans la culture des gauchistes français, ils appellent au boycott des élections ou bien ils présentent une liste de leur dernier groupuscule d’avant-garde du prolétariat et ils font 0,5 % des voix.

Bernard Fischer

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 15:58

http://www.publico.es/politica/525615/la-calle-mantiene-el-pulso-para-exigir-un-referendum-sobre-la-monarquia

La rue continue la pression pour exiger un référendum sur la monarchie

Samedi 7 Juin 2014, il y aura dans des dizaines de villes de nouvelles manifestations en faveur d'un processus constitutionnel, « cela peut être l'étincelle qui enflamme chaque peuple de ce pays dans une assemblée sur le modèle de l'état ».

Depuis l’annonce de l’abdication de Juan Carlos de Bourbon Lundi 2 Juin 2014, Parti Populaire et PSOE ont travaillé à une vitesse supersonique pour veiller à ce que le prince Felipe lui succède comme chef de l’état, niant la possibilité de permettre aux espagnols de choisir entre la monarchie et la république par un référendum.

Samedi 7 Juin 2014, en réponse, il y a des manifestations dans tout l’état appelant à la tenue d'un référendum. Entre 18 heures 30 et 20 heures 30, Barcelone, La Corogne, Cadix, Valence et des dizaines de villes espagnoles accueilleront de nouvelles manifestations de ceux qui refusent d'assister de manière impassible au couronnement du fils du roi.

A Madrid, la marche, qui a été convoquée par Izquierda Unida et le Conseil d'Etat Républicain, partira de la Plaza de Cibeles à 19 heures, pour se terminer à la Puerta del Sol, qui depuis l'annonce de l'abdication a déjà servi de scène de différents rassemblements de masse. L'initiative, qui a obtenu l’accord des acteurs politiques et sociaux, mercredi dernier à la Puerta del Sol, a également lancé le site www.referendumya.org pour soutenir la cause et la consultation républicaine.

« Jeudi, nous avons rencontré les partis politiques, les syndicats, les plates-formes et les citoyens et nous avons accepté que la banderole à la tête de la manifestation n'ait pas de sigles politiques, seulement le slogan de la manifestation, « référendum maintenant, pour un processus constituant », explique à Publico Rodrigo, l'un des porte-parole de la plate-forme.

« Que le Parlement vote à quatre vingt dix pour cent en faveur de la loi d'abdication ne veut pas dire qu'il correspond à ce que veut la société espagnole. Celui qui dit que quatre vingt dix pour cent de la population votent pour la loi d’abdication est un menteur. Qui est le souverain de ce pays ? L’alliance des grands partis liés aux entreprises et aux banques, ou bien les citoyens », demande-t-il. Au moins, sans passer par les urnes, ne permettant pas de « vérifier si le peuple approuve sa proposition que le prochain chef de l'état soit Felipe de Bourbon », comme disent les organisateurs dans un communiqué de presse.

En fait, tous les acteurs qui ont collaboré à la préparation des marches conviennent que bien que les manifestations soient importantes, le plus important est d'encourager le débat sur le modèle de l'état que les citoyens espagnols veulent vraiment. En ce sens, www.referendumya.org lance un appel à la création d'assemblées citoyennes dans toutes les villes espagnoles, pour décider la date de réalisation d’un « référendum citoyen auto organisé par les citoyens eux-mêmes ».

« La manifestation peut être l'étincelle qui allume dans chaque peuple de ce pays une assemblée sur l’état. Elle sera très positive comme démonstration de force, mais nous la voyons plus comme le début d'un changement de cycle, le peuple a le droit de décider, nous voulons continuer à tenir des assemblées à ce sujet », explique Rodrigo, qui préfère que son nom ne soit pas publié.

Dans la capitale, l’assemblée se tiendra à la Puerta del Sol après la fin de la marche, et elle essaiera de mettre en commun les propositions de tous les collectifs et de tous les citoyens qui y participeront, de renforcer la coordination de ces propositions. « Nous cherchons à organiser les gens, nous savons que nous n’aurons que ce que nous exigeons », dit le porte parole de la plate forme.

Vendredi, dans un communiqué, la plate-forme a demandé aux citoyens de s'organiser pour « récupérer le droit démocratique de décider par le vote la succession du chef de l’état, pour sauver la démocratie des contraintes de l'oligarchie, le Parti Populaire, le PSOE et les autres forces politiques qui rejettent la consultation des citoyens. Le peuple doit reprendre la parole contre toutes les impositions du chef de l'état et la mise en œuvre des politiques de coupes budgétaires » a t elle conclu.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 16:00

Un membre des forces spéciales ukrainiennes tué à Slaviansk (Reuters)

Un membre des forces spéciales du ministère ukrainien de l'intérieur a été tué et deux autres ont été grièvement blessés Vendredi 6 Juin 2014 dans une attaque au mortier à Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le gouvernement de Kiev.

Cette attaque a eu lieu à la veille de la cérémonie d'investiture du nouveau président ukrainien Petro Porochenko, qui était en France vendredi pour les cérémonies du soixante-dixième anniversaire du débarquement allié de 1944.

Petro Porochenko a eu un bref entretien à cette occasion avec le président russe Vladimir Poutine et les deux hommes ont lancé un appel à la cessation rapide des hostilités et des activités militaires dans l'est de l'Ukraine.

Jeudi soir, les forces ukrainiennes ont repoussé une attaque des séparatistes contre un poste frontière à Marinivka, à quatre vingt quinze kilomètres à l'est de Donetsk.

Cinq militaires ukrainiens ont été blessés dans cette attaque et les assaillants, qui étaient entre cent et cent cinquante, ont eu quinze morts, a annoncé la garde-frontière.

Les séparatistes ont laissé sur place deux véhicules blindés et un véhicule de transport, a précisé un militaire ukrainien.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 14:58

Le dossier BNP pourrait avoir un impact sur le traité entre les Etats Unis et l’Union Européenne (Reuters)

Le contentieux entre BNP Paribas et l'administration américaine risque d'avoir des conséquences « négatives » sur le traité de libre échange entre les Etats Unis et l'Union Européenne, a déclaré Vendredi 6 Juin 2014 le ministre français des affaires étrangères.

Le ministre français des finances, Michel Sapin, avait déjà lancé cet avertissement jeudi, à quelques heures d'un dîner entre François Hollande et Barack Obama à Paris durant lequel le sujet a été évoqué.

« Ce traité transatlantique ne peut exister que sur une base de réciprocité », a déclaré vendredi Laurent Fabius sur RTL.

« Évidemment, si dans le cas d'une banque européenne, c'était de l'unilatéralisme qu'il s'agissait, et non pas de réciprocité, cela risque d'avoir des conséquences négatives », a-t-il ajouté.

Le premier groupe bancaire français est accusé par la justice américaine d'avoir financé des opérations en dollars avec des pays sous embargo américain, tels que l'Iran.

Selon des sources proches du dossier, la pénalité pourrait atteindre dix milliards de dollars (sept milliards trois cent millions d'euros). La banque pourrait aussi se voir interdire temporairement de régler des transactions en dollars, dit-on de mêmes sources.

Laurent Fabius, qui estime que les chiffres évoqués jusque-là ne sont pas « proportionnés », a indiqué que les détails de l'amende devraient être connus « d'ici quelques jours ».

« AFFAIRE TRÈS IMPORTANTE »

Les autorités américaines ont suggéré à un moment donné que la banque règle une pénalité pouvant atteindre seize milliards de dollars (onze milliards sept cent millions d'euros), un montant avancé comme tactique de négociation, selon des sources proches du dossier.

Le régulateur bancaire de New York demande également le départ du directeur général délégué de BNP Paribas, selon une source.

Laurent Fabius a indiqué vendredi que lors du dîner de jeudi, le président français avait expliqué à son homologue américain que l'affaire était « très importante pour la France et pour l'Europe. BNP Paribas, c'est la première banque d'Europe, et si elle est mise dans une situation très difficile, cela a évidemment une interférence très négative pour l'Europe et pour son économie », a insisté le ministre sur RTL.

Barack Obama a indiqué jeudi qu'il refusait de se mêler à une affaire judiciaire en cours.

BNP Paribas a déclaré être en discussions avec les autorités américaines au sujet de « certains paiements en dollars américains impliquant des états ou des personnes morales ou physiques qui pouvaient être soumises à des sanctions économiques édictées par les lois des Etats-Unis ».

La banque a déclaré que la pénalité qu'elle pourrait devoir payer pourrait « excéder très significativement » la provision d’un milliard cent millions de dollars déjà constituée dans ses comptes fin 2013.

Elle a également précisé avoir fait évoluer son dispositif de contrôle afin de s'assurer qu'une telle situation ne se reproduise pas.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 14:45

Khodorkovski minimise l’efficacité des sanctions sur Poutine

PARIS (Reuters) - L'opposant russe Mikhaïl Khodorkovski minimise dans un entretien au Monde publié Vendredi 6 Juin 2014 l'efficacité des sanctions adoptées contre l'entourage de Vladimir Poutine visant à faire pression sur le Kremlin dans le cadre de la crise ukrainienne.

« Poutine, lui, se fout des sanctions. Il se moque de son entourage », estime Mikhaïl Khodorkovski, réfugié en Suisse depuis sa libération en décembre après dix ans de prison.

L'Union Européenne et les Etats Unis ont imposé des sanctions à la Russie depuis l'annexion de la Crimée par Moscou en mars, l'accusant de chercher à déstabiliser le gouvernement constitué à Kiev après la chute de Viktor Ianoukovitch fin février.

Washington a ainsi sanctionné fin avril dix sept sociétés russes et gelé les avoirs de sept proches du président russe, dont le patron du géant pétrolier Rosneft, Igor Setchine.

L'Union Européenne a de son côté étendu mi-mai ses sanctions contre la Russie aux entreprises, visant notamment un proche de Vladimir Poutine, Viatcheslav Volodine, déjà sur la liste des personnalités sanctionnées par les Etats-Unis.

« Vous, vous vivez dans une société démocratique où l'entourage participe aux prises de décision », déclare Mikhaïl Khodorkovski. « Dans une société totalitaire, le dictateur n'a que faire des intérêts de son entourage, surtout des personnes n'appartenant pas à l'appareil sécuritaire ».

Fin mai, Vladimir Poutine avait estimé que les sanctions occidentales avaient des conséquences sur l'activité des entreprises russes et avait accusé à demi-mot les Etats-Unis de vouloir en tirer un « avantage concurrentiel ».

Concernant les deux navires porte-hélicoptères français Mistral, dont la livraison à la Russie fait débat, l'ex-patron du groupe pétrolier Ioukos estime que tout dépend de la façon dont ces navires sont considérés par la France.

« S'il s'agit de navires de guerre armés, capables de créer une menace par exemple au large de la Géorgie et de l'Ukraine c'est une chose », estime l'ancien oligarque. « S'il s'agit d'offrir des breloques à des barbares idiots, c'en est une autre ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens