Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 17:50

 

http://www.droites-extremes.blog.lemonde.fr/2012/07/10/tracfin-le-service-antiblanchiment-de-bercy-sest-interesse-a-frederic-chatillon

 

TRACFIN, le service anti blanchiment de Bercy, s’est interessé à Frédéric Chatillon

 

Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen et l’un des principaux prestataires de services du Front National et de sa présidente depuis 2011, a fait l’objet d’une enquête de la brigade financière à la suite d’un signalement de TRACFIN, le service anti blanchiment de Bercy, a révélé le site www.mediapart.fr Lundi 9 Juillet 2012.

 

Ces investigations ont été closes par le parquet en avril, sans donner lieu à des poursuites judiciaires. Les enquêteurs se seraient surtout penchés sur les virements effectués par l’ambassade de Syrie à Paris au bénéfice de Riwal, la société de Frédéric Chatillon. Ils se seraient aussi intéressés à la galaxie Riwal, un ensemble de sociétés gérées par d’anciens membres du GUD, groupuscule étudiant d’extrême droite.

 

Pourquoi cet intérêt? Fervent supporter du Hezbollah, Frédéric Chatillon a, de longue date, des amitiés solides et haut placées à Damas. Cela a permis à sa société de réaliser une campagne pour le ministère syrien du tourisme, comme nous l'écrivions en décembre 2009. A l’époque, un car siglé avait traversé les rues de Paris quinze jours durant, agrémenté du slogan: "Syrie, une nouvelle aire". La promotion de ce pays avait été assurée, quelque temps auparavant, par un numéro spécial du magazine gratuit Cigale, édité par une société satellite de Riwal, et par une grande soirée organisée au Club de l’Etoile, discothèque parisienne.

 

En juin 2011, Frédéric Chatillon lance www.infosyrie.fr , site Internet qui se veut un "organe de réinformation" au profit du régime syrien. Ami de Mustafa Tlass, ancien ministre de la défense d’Hafez al Assad, Frédéric Chatillon l’a été aussi de son fils Manaf, ami de Bachar al Assad et général de la garde présidentielle, qui vient de faire défection. Cette nouvelle saluée en ces termes, le 6 juillet, par www.infosyrie.fr : "Manaf Tlass commet quand même une désertion devant l’ennemi, lui le général: il trahit non seulement Bachar mais les hommes qu’il a commandés, dont certains sont morts et dont d’autres mourront encore au combat."

 

Interrogé par www.mediapart.fr , Frédéric Chatillon laisse entendre que les investigations menées l’ont été pour des raisons politiques, avec Marine Le Pen en ligne de mire. "Je ne sais si c’est Sarkozy ou l’Etat français, mais, en tout cas, c’est politique. (…) A cause du bruit autour de la campagne de Marine, ils ont cherché des trucs", affirme-t-il.

 

Missions stratégiques pour les proches de Frédéric Chatillon

 

"Je n’ai jamais été inquiète, assure, pour sa part, Marine Le Pen. La preuve: il n’y a pas eu de débouchés judiciaires". Elle dit, à son tour, avoir été prévenue en juillet 2011, par Frédéric Chatillon, du signalement TRACFIN. Candidate à la présidentielle, Marine Le Pen a toujours pris soin de présenter Frédéric Chatillon comme un simple fournisseur.

 

Pour autant, dès son arrivée à la tête du Front National, elle confiait à ce dernier et à ses proches des missions stratégiques. C’est le cas d’Olivier Duguet, trésorier de Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen, créé fin 2010. Ancien du GUD, où il jouait les hommes de main de Frédéric Chatillon, il était, avec ce dernier, dans les premiers rangs de la manifestation parisienne de soutien à Bachar al Assad, en octobre2011. On a pu l'apercevoir également à la soirée électorale du Front National après le premier tour de l'élection présidentielle.

 

Olivier Duguet gère, entre autres, Dreamwell, la filiale publicitaire de Riwal. Figure aussi, à la présidence de Jeanne, l’épouse du bras droit de Frédéric Chatillon à Riwal. "C’est moi qui les ai nommés", confirme Marine Le Pen, qui indique que Jeanne "va se rapprocher du Front National". Dans un avenir proche, cette structure sortira de son univers parallèle pour être pilotée par "des cadres dirigeants du Front National".

 

Jeanne a prêté "environ six cent mille euros" à l’association de financement de la campagne présidentielle, selon Jean-Michel Dubois, son mandataire financier. Ce prêt, comme celui de trois millions consenti par COTELEC, le micro-parti de Jean Marie Le Pen, avait pour but de permettre à la candidate de faire campagne en attendant le déblocage des prêts bancaires. Ces derniers l’ont été en deux tranches. Une première de trois millions, une seconde de trois millions cinq cent mille "quelques jours avant le premier tour de la présidentielle", selon Marine Le Pen.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 17:26

 

http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-la-dcri-telephone-a-merah-2-heures-apres-la-tuerie-d-ozar-hatorah-10-07-2012-1483683_23.php

 

La DCRI téléphone à Merah deux heures après la tuerie d’Ozar Hatorah

Le renseignement intérieur était bien en contact avec le tueur de Toulouse au point de l’appeler régulièrement  

Les fadettes de Mohamed Merah ont parlé. Les factures détaillées de son numéro de portable apportent leurs lots de révélations. On y apprend que la DCRI a eu huit contacts téléphoniques avec le tueur de Toulouse et Montauban entre le 22 octobre 2011 et le 19 mars 2012, jour où le djihadiste a assassiné quatre personnes, dont trois enfants, à l'école confessionnelle Ozar-Hatorah à Toulouse.

Ce 19 mars 2012, alors que le terroriste venait de commettre ses crimes, il reçoit deux appels qui sont directement transférés sur son répondeur, l'un à 10 heures 49, l'autre à 12 heures 02, soit quelques heures seulement après l'effroyable tuerie. Les fonctionnaires l'avaient-ils déjà identifié comme suspect ? Si oui, pourquoi avoir attendu qu'il se retranche chez lui, deux jours plus tard, pour procéder à son interpellation ?

Certains policiers de la DCRI sont soupçonnés par la Justice d'avoir fait fuiter, à TF1, l'enregistrement audio des négociations entre Mohamed Merah et un agent local de la centrale du renseignement, laissant croire à une faute personnelle de ce fonctionnaire pour sauver l'institution. À la lecture des fadettes, le mystère demeure entier concernant les liens entre la DCRI et Mohamed Merah.

En contact avec un djihadiste condamné

Au sein de l'antenne locale du service de renseignement, si on confirme au vu des fadettes que c'est bien un agent local qui a été régulièrement en contact avec Mohamed Merah, les rapports écrits ont tous été envoyés au siège à Levallois.

 "Tous nos documents sont à la disposition des magistrats, ils peuvent venir les chercher. Nous n'avons aucune raison de croire que la direction de la DCRI traîne les pieds pour aider à la manifestation de la vérité."

Par ailleurs, la surveillance téléphonique de Mohamed Merah aurait pu intriguer les fins limiers de la DCRI. Durant la période qui précède son premier crime, il passe ou reçoit une vingtaine de coups de fil par jour. Outre sa famille, il est en conversation régulière avec Sabri E., qu'il appelle - une soixantaine de fois - beaucoup plus souvent que sa mère. Sabri E., un Toulousain, a été arrêté en 2006 à la frontière entre la Syrie et l’Irak alors qu'il s'apprêtait à combattre l'armée américaine. Il a été condamné en 2009 pour sa participation à une entreprise terroriste et a effectué quatre ans de prison à Fleury-Mérogis.

En décembre 2011, un nouvel interlocuteur de Mohamed Merah apparaît. Il s'agit d'Olivier Philippe C., soupçonné d'avoir régulièrement aidé des salafistes toulousains à se rendre au Moyen-Orient. Placé en garde à vue à plusieurs reprises, il n'a jamais été poursuivi. Des salafistes radicaux au banditisme, Mohamed Merah n'était, semble-t-il, pas très regardant dans ses relations. En épluchant son relevé téléphonique, les policiers ont identifié plusieurs personnes connues pour trafic de stupéfiants, vols à main armée et/ou violences. Des contacts réguliers vivant dans le Sud-Ouest, mais également à Paris et en région parisienne.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 17:29

 

http://www.rue89.com/2012/07/08/le-general-syrien-la-veuve-du-marchand-darmes-et-le-tout-paris-233691

 

Liaisons dangereuses

 

Dimanche 8 Juillet 2012

 

Le général syrien, la veuve du marchand d’armes et le Tout Paris

 

Par Pierre Haski

 

Manaf Tlass a décidé vendredi d’abandonner le régime syrien. Il a rejoint à Paris sa richissime sœur Nahed, très introduite dans les milieux politiques.

 

La défection du général syrien Manaf Tlass a suscité de nombreux articles – mais la plupart restent discrets sur les liens très particuliers d’un membre de sa famille avec l’establishment français, sa richissime sœur Nahed, personnalité mondaine connue du Tout-Paris.

 

En débarquant à Paris après s’être enfui de Damas, Manaf Tlass ne risque donc pas de devenir SDF, mais plutôt de rejoindre les appartements les plus cossus, et de fréquenter le premier cercle politico-médiatique de la capitale française.

 

A Paris, Nahed Tlass, la fille du général Moustapha Tlass, ancien ministre de la défense de Assad-père et à ce titre membre de l’entourage immédiat du clan au pouvoir à Damas. Elle est plus connue sous le nom de Nahed Ojjeh, du nom de son défunt mari, Akram Ojjeh, marchand d’armes saoudien, qui était bien plus âgé qu’elle et est mort en 1991 en lui laissant une fortune considérable.

 

« Les dîners de Nahed Ojjeh »

 

Installée à Paris, Nahed Ojjeh, aujourd’hui agée de 52 ans, mène grand train, devient « mécène » et se lie aux milieux politiques et médiatiques. On lira avec délice le récit des « dîners de Nahed Ojjeh » (avec Villepin, Messier etc.) qu’avait fait en 2006 dans Le Monde Ariane Chemin.

 

Le hasard fait que « M », le magazine du Monde, publiait vendredi dernier, au moment où le général Tlass faisait défection, une photo de Nahed Ojjeh prise en 1995 avec son compagnon d’alors : il s’agit du journaliste Franz-Olivier Gisbert, alors patron du Figaro, aujourd’hui celui du Point.

 

Le couple y figure en compagnie d’un autre journaliste, Norbert Balit, et de l’homme d’affaires, écrivain et mondain Paul Loup Sulitzer.

 

Compagne du patron du Figaro en 1995, elle avait été, avant l’alternance de cette année-là, la maîtresse de ... Roland Dumas, le ministre des Affaires étrangères de Mitterrand.

 

Cette liaison un temps secrète, a commencé à se savoir lorsque des diplomates bien intentionnés, américains et israéliens, ont commencé à faire « fuiter » cette information.

 

Une liaison qui leur semblait insensée, s’agissant de la fille d’un haut dignitaire du régime syrien et du chef de la diplomatie d’un des grands pays occidentaux.

 

Un scanner pour Sarlat

 

Elle fut quasi-officielle lors de l’affaire du scanner de Sarlat, dans la circonscription où se présentait alors Roland Dumas. La fondation Ojjeh avait en effet annoncé qu’elle offrait un scanner à l’hôpital de Sarlat, une carotte pour aider le ministre socialiste à se faire élire.

 

Roland Dumas ne fut pas élu, mais ce scanner, qui ne vit jamais le jour, le poursuivit : Nahed Ojjeh fut interrogée à ce sujet en 1998 par les juges d’instruction Eva Joly et Laurence Vichnievsky.

 

Elle avait été convoquée pour parler de ses liens d’affaires et d’amitié avec Roland Dumas, devenu entretemps président du Conseil constitutionnel, et qui avait été mis en examen pour « complicité et recel d’abus de biens sociaux » dans le cadre de l’affaire Elf (Il fut reconnu innocent après son second procès).

 

Début du récit de Libération du 27 Juin 1998 :

 

« Nahed Ojjeh a garé sa Rolls-Royce jaune près du Palais de justice, courant juin, pour y faire des confidences. C’est la désagréable surprise que Roland Dumas a eue hier : il entamait son quatrième interrogatoire au Palais de justice de Paris afin de s’expliquer sur ses rentrées d’argent liquide injustifiées. »

 

Les échecs et DSK

 

Parmi les autres aspects fascinants de la vie parisienne de Nahed Ojjeh, il y a le financement pendant plusieurs années de ce club d’échec parisien rebaptisé « Nahed Ojjeh Chess Club », dont faisait partie ... Dominique Strauss-Kahn.

 

Durant toutes ces années, Nahed Ojjeh bénéficiait d’un passeport diplomatique syrien.

 

En 1995, je suivais en tant que journaliste la tournée proche-orientale de Jacques Chirac, qui le mena à Damas. Nous étions quelques journalistes français dans l’immense hall de marbre du Palais présidentiel surplombant la capitale syrienne. Nous attendions la fin d’un entretien entre Chirac et Hafez el-Assad, lorsque nous vîmes Moustapha Tlass, le père de Nahed et de Manaf.

 

Le ministre syrien de la Défense, faisant les cent pas avec quelques collaborateurs. Nous nous décidames à l’aborder pour une conversation un peu surréaliste.

 

Très en verve, il nous récita le poème qu’il venait de faxer à l’actrice Gina Lollobrigida que Jacques Chirac venait de décorer de la Légion d’honneur. Il y disait en substance, dans mon souvenir : « Que la médaille a de la chance d’être sur ta poitrine »...

 

Et avant de nous quitter, cet homme-clé de la dictature se tourna vers ma consœur du Figaro et lui dit : « Passez bien le bonjour à Franz »...

 

Manaf Tlass marginalisé

 

Sunnites alors que le clan Assad est Alaouite, les Tlass étaient au coeur de l’appareil du pouvoir syrien. Mais ils sont tombés progressivement en disgrâce, et, les uns après les autres, ses membres ont pris le chemin de Paris et de l’appartement somptueux de Nahed. A commencer par le père, Moustapha, l’ex-ministre de la Défense, selon Le Figaro.

 

Manaf Tlass a pour sa part été proche de Bachar, même si ce dernier n’était pas militaire mais était parti à Londres faire des études d’ophtalmo. La succession de Hafez el-Assad étant initialement prévue pour l’autre fils, Bassel, bien plus « voyou », mort dans un accident de la route en 1994.

 

Dans un livre paru l’an dernier, et dont www.rue89.com a publié les bonnes feuilles, Raphaël Krafft raconte une soirée mondaine à Damas, au cours de laquelle il tombe sur Manaf Tlass et sa femme Tala :

 

« Issue d’une grande famille sunnite damascène, son épouse (la blonde), Tala Kheir, fait profession d’améliorer l’image de la Syrie dans le monde à coups d’expositions et de concerts. Tout au long de la soirée, le Tout-Damas viendra serrer la main de Manaf Tlass. “C’est la mode, cette proximité, désormais, entre le pouvoir et le milieu culturel”, me confie au comptoir Leïla, 28 ans, opératrice de cinéma. »

 

Ces derniers mois, on disait que Manaf, général dans la Garde républicaine syrienne, s’était prononcé pour une solution politique et pas militaire à la crise provoquée par le soulèvement de la population, et avait refusé de participer à l’assaut contre le bastion rebelle de Homs.

 

Il avait été marginalisé par le clan au pouvoir, jusqu’à son départ annoncé vendredi, en pleine réunion des Amis du peuple syrien à Paris.

 

Un atout diplomatique

 

« Son départ a-t-il été facilité par la France ? Probable, quand on connait la proximité qui lie la famille Tlass à notre pays », commente pudiquement Le Figaro sans en dire plus.

 

C’est Laurent Fabius lui-même qui a annoncé que le général Manaf Tlass était en route pour Paris. Personne ne pouvait se douter, en entendant le ministre, à quel point la famille Tlass est bien introduite dans la capitale française. Des liaisons dangereuses avec un des éléments clés d’une dictature impitoyable, qui se révèlent aujourd’hui un atout diplomatique dans le bras de fer engagé pour faire tomber le clan Assad.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 17:07

 

http://www.fr.news.yahoo.com/le-parlement-%C3%A9gyptien-va-se-r%C3%A9unir-malgr%C3%A9-larm%C3%A9e-130824317.html

 

Le parlement égyptien va se réunir malgré l’armée

 

LE CAIRE (Reuters) - Le bras de fer entre l'armée et les Frères musulmans a connu lundi un nouvel épisode en Egypte, le président de l'Assemblée du peuple annonçant une reprise des travaux de la chambre basse du parlement malgré sa dissolution par les généraux.

 

Cité par l'agence de presse Mena, Saad al Katatni a annoncé que les députés, majoritairement islamistes, étaient convoqués mardi à 10 heures GMT, deux jours après la décision du chef de l'Etat Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, d'annuler la dissolution de la chambre basse prononcée en juin par l'armée.

 

Les militaires du Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui ont dirigé la transition depuis la chute d'Hosni Moubarak en février 2011, avaient ordonné la dissolution de l'Assemblée du peuple après une décision en ce sens de la Haute Cour constitutionnelle d'Egypte.

 

Le tribunal constitutionnel, réuni en urgence, a souligné lundi que ses décisions s'imposaient à toutes les institutions de l'Etat.

 

La Cour a précisé qu'elle n'était pas habilitée à revenir sur le décret présidentiel, mais qu'elle examinerait mardi les recours contestant la constitutionnalité de la décision de Mohamed Morsi.

 

Le président égyptien a ordonné dimanche par décret au parlement de se réunir à nouveau jusqu'à ce qu'une nouvelle assemblée soit élue.

 

De nouvelles élections législatives auront lieu dans un délai de soixante jours suivant la promulgation de la nouvelle constitution, a-t-il ajouté.

 

Les généraux se sont réunis dimanche mais n'ont pas publié de communiqué.

 

MORSI ET TANTAOUI CÔTE À CÔTE

 

L'annulation de la dissolution de la chambre basse risque de plonger l'Egypte dans une nouvelle période d'incertitude politique et d'anéantir tout espoir d'accalmie après dix sept mois de turbulences politiques.

 

Mais les relations entre le pouvoir civil et l'armée ne semblaient pas pour autant rompues lundi, comme en témoigne l'apparition télévisée conjointe du président et du chef du conseil militaire, le maréchal Hussein Tantaoui, lors d'un défilé militaire. Les deux hommes sont apparus l'air détendu, discutant assis l'un à côté de l'autre.

 

Mohamed Morsi a prêté serment le 30 juin, devenant ainsi, depuis 1952, le premier chef de l'Etat en Egypte, pays le plus peuplé du monde arabe, à ne pas sortir des rangs de la puissante armée. En l'absence de parlement, il n'a toutefois pas la capacité de faire adopter des lois.

 

Plusieurs observateurs se sont montrés surpris par l'annonce du président, et ne s'attendaient pas à une confrontation aussi rapide de la part des Frères, qui avaient tenté de rapprocher leurs positions avec l'armée dans les jours ayant précédé l'investiture du nouveau président.

 

"Le président annule la décision du maréchal", écrit le quotidien al Masry Al Youm dans son édition de lundi, tandis que le quotidien économique al Mal titre en une "Retournez dans vos casernes". Le quotidien al Akhbar voit quant à lui dans le décret présidentiel une "confrontation précoce".

 

Certains analystes jugent néanmoins que la décision de Morsi constitue un compromis dans la mesure où elle reconnaît, à l'instar de la Haute Cour constitutionnelle, que l'élection du parlement a enfreint certaines règles juridiques.

 

CRISE ÉCONOMIQUE

 

Les généraux ne semblent par ailleurs pas prêts à défier ouvertement le président.

 

D'après l'agence Mena, ils auraient autorisé des gardiens à faire revenir des députés dans l'enceinte du parlement, dont l'accès était interdit depuis sa dissolution.

 

Mais si l'armée ne cherche pas une querelle ouverte, Morsi pourrait se placer lui-même dans une situation de confrontation avec les libéraux.

 

"Le décret renverse l'Etat de droit. Je vous conseille, Monsieur le président, de le retirer parce que vous avez juré de respecter la loi et la constitution", a déclaré sur Twitter le militant égyptien des droits de l'homme Hafez Abou Saeda.

 

A court terme, la réhabilitation du parlement pourrait compliquer la politique économique du gouvernement. La Bourse a réagi au nouveau revirement politique annoncé dimanche en ouvrant en baisse de cinq pour cent lundi.

 

Depuis le début de son "printemps arabe", l'Egypte assiste à une fuite des investisseurs étrangers tandis que le tourisme est en crise.

 

Les réserves en devises étrangères stagnent à quinze milliards cinq cent millions de dollars, soit moins de la moitié du niveau enregistré avant le renversement d'Hosni Moubarak. Le gouvernement a par ailleurs été contraint d'emprunter à des taux d'intérêt à deux chiffres, insupportables à long terme, pour financer ses dépenses.

 

Morsi a effectué dimanche l'un de ses premiers entretiens officiels en rencontrant le secrétaire d'Etat adjoint américain William Burns, signe que les Etats-Unis sont prêts à nouer des relations avec les islamistes depuis leur retour en force dans la région.

 

Burns a promis que les Etats-Unis, qui accordent déjà une aide d'un milliard trois cent millions de dollars par an à l'armée égyptienne, soutiendraient l'économie du pays.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 17:35

 

« J’aimerais que l’on puisse considérer qu’un député issu de l’immigration représente la France »

 

Yacine Djaziri, 43 ans, entrepreneur, membre du PS.

 

« Nous, on faisait tout pour que personne ne nous remarque. On était les invisibles. Les générations suivantes, comme vous, ont voulu devenir visibles. Alors, ça a créé des problèmes. » Hadjira, la mère de Yacine, parle sans porter de jugement, entre deux gorgées de thé à la menthe, en écoutant ses deux fils et sa fille débattre de la place compliquée accordée par la France aux enfants d’immigrés. Depuis le jour où elle a débarqué d’Alger en 1969 avec son aîné dans les bras, cette petite femme souriante n’a eu qu’une obsession : que ses enfants s’en sortent, leur imposant une discipline de fer et le culte de la réussite scolaire. Ils sont aujourd’hui quadras et à leur tour parents et ont quitté les tours de la cité Pablo Picasso de Nanterre. Sabrina est devenue professeur d’histoire-géo. Lamine, cadre supérieur dans l’informatique, vient de monter sa boîte. Mais surtout, Yacine, l’aîné, entrepreneur dans les Hauts-de-Seine, marié et père de deux jeunes enfants, s’est présenté cette année à la députation. Pour Hadjira, l’affiche électorale placardée dans les rues de leur ville de Nanterre avec le nom et la photo de son fils était « un symbole ».

 

Yacine Djaziri s’était présenté sous l’étiquette PS. Il se serait bien passé en revanche de celle de « diversité », qui lui a pourtant permis de décrocher son investiture, sa circonscription faisant partie de celles réservées par le parti à un candidat issu de la diversité. Balayé dès le premier tour par une figure locale du Parti communiste, l’ancienne maire de Nanterre, députée depuis 1978, il déplore l’incapacité de « renouvellement » de la classe politique française. « C’est pour cela que l’Assemblée nationale ne ressemble pas à la France d’aujourd’hui. » A la tête d’une entreprise de BTP d’insertion, et engagé de longue date dans le développement économique des quartiers populaires, Yacine Djaziri est devenu l’un des experts du très parisien et très bobo think tank Terra Nova. Et est à l’origine d’une des propositions de François Hollande sur la création des « emplois francs » pour les personnes habitant dans les quartiers défavorisés. A 43 ans pourtant, il a pour la première fois le sentiment de trouver sur son chemin une forme de résistance liée à ses origines. Il ose le mot « racisme ». « La politique est un univers très fermé. Dans le monde de l’entrepreneuriat, peu importe d’où l’on vient, c’est le résultat qui compte. » En politique, c’est différent. Impression d’être réduit trop souvent à son statut de « Maghrébin » ou de « musulman », lui se définit comme « multiculturel ». Ses témoins de mariage et meilleurs amis s’appellent Bruno et Aïcha et il trouve que cela le résume bien. « J’aimerais un jour que l’on puisse considérer qu’un député issu de l’immigration représente la France, et non pas une communauté. Etre considéré comme n’importe quel autre député. » Il est malgré tout assez confiant. Il prédit que les nouveaux élus de la future Assemblée issus de la diversité tisseront leur propre toile. Sans qu’il n’y ait plus à leur réserver de circonscriptions.

 

M Le magazine du Monde – 30 juin 2012

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 17:25

 


 

http://www.demosphere.eu/node/31107

 

Casserolade au sommet social

 

Stop à la précarité, aux licenciements boursiers, à la souffrance au travail

 

Casserolade le Lundi 9 juillet 2012 à l'occasion de la conférence sociale, pour dire stop à la précarité, aux licenciements boursiers, à la souffrance au travail.

 

Rendez-vous le Lundi 9 juillet à l'inauguration de la conférence sociale à 10 heures devant le Conseil économique, social et environnemental (9, place d'Iéna 75016 Paris, Métro Iéna).

 

Nous invitons toutes les personnes, collectifs, syndicats, associations concernés à se joindre à cette casserolade pour venir exprimer ce que nous vivons au travail et dans la précarité, ce que nous combattons et ce que nous voulons pour construire un autre monde du travail. Amenez casseroles, banderoles, cartons...

 

La coordination « travailleurs et précaires » d'Ile De France regroupe des syndicalistes et non syndiqués, des salariés, agents du secteur public, précaires, chômeurs, dans l'objectif de solidariser nos luttes et pour construire des mobilisations unitaires.

 

Coordination travailleurs et précaires IDF  

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 16:46

 

 

J'en appelle à la responsabilité de chacun.

Cette grève des mineurs espagnols est une grève décisive, pour l'avenir du peuple espagnol.

D'abord, il y a toute une histoire antérieure, concernant la résistance des mineurs, dans l'histoire de l'Espagne, les mineurs ont toujours été des révolutionnaires et sont toujours des révolutionnaires.

Je ne peux revenir sur l'histoire des mineurs dans cette lettre, mais j'y reviendrai ultérieurement, je suis en train de préparer un texte.

Tous ces mineurs ont eu leurs grand-pères, leurs pères, sauvagement réprimés, par l'appareil totalitaire Espagnol, c'est dire qu'ils savent à quoi ils s'affrontent.

S'ils ont pris la décision de s'affronter avec les forces répressives de l'Etat Espagnol, c'est qu'ils ont mûrement réfléchi.

Je leur fais totalement confiance.

Les mineurs s'affrontent avec une dignité et une exemplarité qui doivent nous interroger sur le sens et la qualité de nos engagements respectifs.

La marche des mineurs arrivent le Mercredi 11 Juillet 2012, sur Madrid, j'invite tous les camarades et compagnons à s'y rendre.

Cela va être un moment de résistance inoubliable.

Je pense, qu'il va y avoir de sérieux affrontements avec les forces de l'ordre.

Des copains ou copines ont-ils établis des contacts avec les mineurs, si oui, pourriez-vous me les transmettre, car je vais voire ce que je peux faire de mon côté.

Pour ma part, je ne peux malheureusement, pas me rendre à Madrid, pour des questions de fric, je vis en-dessous du seuil de pauvreté, et je ne peux envisager de payer, même si nous sommes plusieurs, les frais d'essence, péages et frais annexes.

Principe de réalité oblige et contraint.

Je vais essayer de contribuer à apporter ma solidarité d'une autre façon.

Cette grève est importante, pourquoi ?

Les mineurs, c'est les poumons de l'Espagne, si cette grève triomphe, c'est tout le mouvement révolutionnaire qui est en marche qui va triompher, avec les répercutions dans les autres secteurs. (mouvement de répression contre les expulsions des appartements en Espagne, taux de chômage en Espagne).

C'est la résistance qui s'organise.

De l'autre côté, ils l'ont très bien compris et vont réprimer comme des sauvages, nos compagnons espagnols, c'est donc très grave.

L'enjeu de ce mouvement est historique.

Je vous invite à vous mettre sur google, "grève des mineurs espagnols" et "marches des mineurs espagnols sur Madrid", il y a plein de vidéos, et de textes qui expriment bien la situation.

J'ai vu qu'il y avait une pétition qui avait été lancée par un certain nombre d'intellectuels espagnols, mais pas seulement, je souhaiterais m'y associer et la diffuser en France, seulement, je n'ai pas bien vu les contacts, je m'en occupe.

Voilà, je crois avoir tout dit

J'adresse ce mail à des personnes dans lesquelles j'ai totalement confiance.

 

Brigitte Plaza 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 15:43

 

 

http://www.liberation.fr/politiques/2012/07/06/le-front-de-gauche-raffle-un-courant-au-npa 831742  

 

Le Front de Gauche rafle un courant au NPA

 

Nouvelle défection après plusieurs mois de divergences au sein du Nouveau Parti Anticapitaliste

 

Par Pékola Sonny

 

Onde de départs au Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), après le faible score de Philippe Poutou à la présidentielle. Un courant du NPA, la Gauche anticapitaliste (GA), prend le large et gagne les rangs du Front de gauche.

 

Un conseil national du NPA devrait ce week-end à Nanterre officialiser cette nouvelle défection. En 2009 déjà, un autre courant, la Gauche unitaire, s’était rallié au Front de gauche alors naissant. Puis ce fut le tour de Convergence et alternative en 2010. Le départ de la Gauche anticapitaliste, emmenée par Pierre-François Grond et Myriam Martin, deux anciens proches d’Olivier Besancenot, est l’aboutissement d’une divergence de fond qui durait depuis plusieurs mois. «Créer un front social et politique, c’est le projet auquel le NPA a tourné le dos», justifie Grond, qui avait appelé à voter pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle.

 

Cartel. Le mouvement rallie donc le Parti communiste (PCF), le Parti de Gauche (PG) et d’autres micro formations de la gauche radicale comme la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE). «Le Front de gauche est un cartel politique de courants. Je pense que cela restera tel quel», explique Grond. «Avec notre arrivée, il y aura huit composantes au sein du Front de gauche. On discute avec tout le monde pour peut-être constituer une aile rouge et verte. Le but est d’éviter tout sectarisme. On ne rentre pas pour donner des leçons», ajoute un dirigeant actuel du NPA, qui soutient l’adhésion au Front de gauche.

 

Les futurs ex-NPA veulent porter la voix de «l’écosocialisme» face à un gouvernement qu’ils ne soutiennent pas. «Mélenchon a bien défendu les questions écologiques. Il y a une vraie urgence autour de cette préoccupation et l’histoire du départ de Nicole Bricq [éphémère ministre de l’Ecologie, ndlr] n’est pas un bon signe», précise Ingrid Hayes, responsable médias. Et marquer leur différence avec la maison-mère : «Nous ne sommes pas contre une présence dans les institutions. Le NPA s’oppose à cette logique. Aujourd’hui, notre modèle c’est SYRIZA [coalition de la gauche radicale, ndlr] en Grèce», lance Grond.

 

Trois ans après sa création, le NPA, seul et affaibli, écarte tout rapprochement avec le Front de gauche. Pour Christine Poupin, porte-parole du NPA, les transfuges de la Gauche alternative ne pourront s’y faire entendre :«On va leur dire "cause toujours". Il n’y pas de possibilités de s’exprimer de manière démocratique au Front de gauche, en raison de certaines forces hégémoniques.» «Si on est trop peu nombreux, c’est le risque. Mais imaginez un Olivier Besancenot, troisième voix du Front de gauche. On ne l’entendra pas ?» s’exclame un militant pro-ralliement. Qui ajoute : «Avec l’austérité de Hollande, un espace va s’ouvrir à gauche. Il doit être rassemblé et utile.»

 

Fonds. Pas d’inimités personnelles, mais un vrai débat politique, assurent les deux camps. «Tous les cas de figure sont envisageables. Certains camarades de la Gauche Anticapitaliste ne quitteront pas le NPA pour le Front de gauche. D’autres si», précise Poupin. Une centaine de militants pourrait déserter le parti ce week-end, laissant derrière eux une organisation privée de fonds publics, faute d’avoir dépassé les un pour cent dans au moins cinquante circonscriptions aux législatives.  

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 15:02

 

http://www.fr.news.yahoo.com/france-t%C3%A9l%C3%A9com-en-examen-pour-les-suicides-salari%C3%A9s-162740165--finance.html

 

France Télécom poursuivie pour les suicides de salariés

 

PARIS (Reuters) - La société France Télécom a été mise en examen vendredi pour "harcèlement moral", après trois de ses ex-dirigeants, dans l'enquête sur une vague de suicides de salariés en 2008 et 2009.

 

L'affaire pourrait conduire pour la première fois à un procès visant non pas des comportements individuels mais une politique de gestion du personnel et un plan de restructuration.

 

France Télécom, qui est aussi mise en examen pour "entrave au fonctionnement du comité d'entreprise et du comité d'hygiène et de sécurité", a été contrainte au paiement d'une caution de cent cinquante mille euros, a dit une source judiciaire.

 

Son représentant légal, Pierre Louette, a été entendu toute l'après-midi par des juges d'instruction. Il n'a fait aucun commentaire à sa sortie et a évité les journalistes.

 

Dans un communiqué, la société conteste "avoir mis en place une politique délibérée visant à provoquer de la souffrance au travail pour créer des conditions de départ".

 

Le groupe reconnaît cependant que "l'action de l'entreprise ait pu être mal perçue, ce qui a induit un trouble collectif".

 

"Il est tout à fait possible que ce trouble ait pu, sur des collaborateurs (qui pouvaient avoir par ailleurs des fragilités ou des difficultés) contribuer à une souffrance au travail", écrit la direction de France Télécom.

 

Selon elle, ce problème n'est pas propre à cette entreprise en particulier mais relève d'un "phénomène de société", qui concernerait le secteur privé comme le public.

 

Quelque trente cinq suicides ont été enregistrés au sein du personnel de la société en 2008 et 2009.

 

Un rapport de l'Inspection du travail versé au dossier de l'information judiciaire en 2010 a examiné quatorze cas.

 

L'enquête pénale a élargi le champ à quatre vingt cas de suicides, tentatives ou dépressions graves.

 

TROIS DIRIGEANTS POURSUIVIS

 

Mercredi, l'ancien PDG de la société Didier Lombard avait déjà été mis en examen pour harcèlement moral et soumis à une caution de cent mille euros. Le lendemain, les juges ont notifié des poursuites identiques à l'ex-directeur exécutif Louis-Pierre Wenes et au directeur des ressources humaines Olivier Barberot.

 

Remplacé début 2010 par Stéphane Richard, Didier Lombard avait choqué en parlant d'une "mode des suicides". Il se défend en affirmant avoir seulement voulu sauver sa société.

 

Le siège parisien de l'ancienne administration devenue société anonyme en 1996, dont l'actionnariat est majoritairement privé depuis 2004, avait été perquisitionné le 3 avril, comme le domicile de Didier Lombard et des deux autres dirigeants.

 

Ces procédures sont sans précédent concernant la politique d'une entreprise.

 

Le délit de harcèlement moral est puni d'un an de prison et quinze mille euros d'amende pour les personnes physiques. La société risque des sanctions financières.

 

En 2009, la Cour de cassation, plus haute juridiction française, a décidé que ce délit ne viserait plus uniquement des comportements personnels mais pouvait concerner des techniques de management.

 

Il s'agit, dans le cas de France Télécom, d'une politique qui visait à réduire les effectifs de vingt deux mille personnes, provoquer un changement de métier pour dix mille autres employés, en recruter six mille, augmenter la mobilité et rajeunir la pyramide des âges, selon le rapport de l'Inspection du travail.

 

Ont été employés pour ce faire des techniques devenues habituelles dans le monde du privé: des objectifs de performance et des mutations forcées.

 

L'Inspection du travail a conclu au "caractère pathogène de la politique de restructuration et de management", estimant que les objectifs de performance étaient volontairement impossibles à atteindre et qu'ils poursuivaient le même but que les mutations, forcer le personnel concerné au départ.

 

L'Inspection a remarqué que les alertes des médecins du travail avaient été ignorées.

 

Tout en se déclarant satisfaits des poursuites, les syndicats, qui sont à l'origine de la procédure judiciaire, demandent désormais la requalification des faits en "mise en danger de la vie d'autrui".

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 14:43

 

Le Shaykh Raad Salah : « la liberté de la Syrie, c’est aussi celle de la Palestine. Les armes qui assassinent aujourd’hui (en Syrie) sont celles qui ont assassiné notre peuple palestinien dans les camps de réfugiés du Liban, ces armes (du régime syrien) ne sont certainement pas celles qui libéreront le Golan »

 

propos recueillis par Zuhaïr Andraws

 

in Al-Quds al-Arabi, Vendredi 15 juin 2012

 

traduit de l’arabe par Marcel Charbonnier

 

http://www.alquds.co.uk/index.asp?fname=today%5C15qpt952.htm&arc=data%5C2012%5C06%5C06-15%5C15qpt952.htm

 

Au cours d’une manifestation organisée par le Mouvement Islamiste en Palestine, le Shaykh Ra’id Salâh, président de ce mouvement, a exprimé ses salutations de respect et d’admiration, au nom des Arabes de 1948 de la Galilée, du Triangle, du Néguev, des villes côtières et du Golan occupé, pour tous les martyrs tombés en Syrie, pour la patience de tous les prisonniers , pour les larmes de toutes les veuves, pour les cris de tous les orphelins, pour les efforts de tous les Révolutionnaires dans les rues de toute la Syrie, affirmant : « Nous sommes avec vous sur le chemin de la liberté, de la dignité et de l’indépendance, car nous sommes convaincus qu’avec la permission de Dieu, Seigneur de l’univers, la liberté de la Syrie signifiera la liberté de la Palestine, la liberté de Damas signifiera la liberté d’Al-Quds (Jérusalem) la Sainte, que la liberté de la mosquée des Omeyyades (à Damas) signifiera la liberté pour la sainte mosquée Al-Aqçâ (à Jérusalem), et que la liberté des églises de Syrie signifiera la liberté du Saint Sépulcre. Nous sommes convaincus, ô peuple de Syrie, que vos cortèges qui ont parcouru les rues de Damas, celles de Homs, celles de Hama, celles de Der’â, celles d’Alep et celles de Lattaquié, tous ces cortèges continueront à parcourir ces rues et continueront à élever leur protestation jusqu’à ce qu’ils finissent par parvenir à Jérusalem la Sainte, par la volonté d’Allah-le-Très-Haut ». 

 

Le Shaykh Salâh a poursuivi son discours, disant : « Patience, vous, nos frères qui êtes en Syrie, les armes qui vous tuent aujourd’hui sont celles qui ont tué des membres de notre peuple palestinien dans les camps (de réfugiés) du Liban. Le temps est venu de la destruction de ces armes car ce ne sont certainement pas celles qui libéreront le Golan, ce ne sont pas les armes qui libéreront la Palestine ; au contraire, ces armes servent à casser la volonté dans l’âme des citoyens arabes, dans l’âme des croyants musulmans, dans l’âme des Palestiniens, ce tous ceux qui oeuvrent à forger une aube de dignité pour la ’umma musulmane, pour le monde arabe et pour le peuple palestinien. Que soient détruites ces armes qui ont visé et qui visent encore aujourd’hui la poitrine de cette mère, en Syrie, qui est aussi la mienne, celle de cette sœur en Syrie qui est aussi ma sœur, celle de cet enfant en Syrie qui est mon fils ! Que soit détruite cette arme qui a tenté d’humilier notre peuple en Tunisie, qui a tenté d’humilier notre peuple en Libye, qui a tenté d’humilier notre peuple au Yémen, qui a tenté d’humilier notre peuple en Egypte ! Que soit détruite cette arme qui a servi au colonialisme déchu ! Le temps est venu que résonne la voix de la dignité, la voix de la liberté dans l’ensemble de la ’umma musulmane et dans l’ensemble du monde arabe. Disons, avec notre poète (national) (le poète tunisien Abû-l-Qâsim al-Shabbî, note du traducteur) :  

 

« Si, un jour, le peuple décide qu’il veut vivre, alors, le destin ne peut que (lui) dire oui ; sa nuit ne peut que se dissiper et sa chaîne ne peut que se briser. » 

 

Cette chaîne sera brisée, si Dieu le veut, un jour prochain, en Syrie, dans la Syrie de la liberté, de la dignité et de l’indépendance ! 

 

Le Shaykh a poursuivi en ces termes : Jusqu’à présent, nous affirmons sans la moindre hésitation que la conscience arabe a failli dans l’épreuve syrienne. L’âme musulmane a failli dans l’épreuve que subit la Syrie ; cette conscience est en échec dans l’épreuve que représente le massacre perpétré à Al-Hûlah, dans le massacre de Homs, dans le massacre de Hama, et la liste des massacres perpétrés en Syrie est longue. Ce que je redoute par-dessus tout, c’est que les forces de l’arrogance tant en Occident qu’en Orient ont analysé la carte et qu’elles n’oeuvrent avec une malignité subreptice en fonction de leur interprétation viciée de la situation actuelle. Ce que je redoute plus que tout, c’est que dans leurs centres d’étude ils aient examiné le début (du printemps arabe, ndt). Au début, cela se passait en Tunisie, et ce début a été couronné de succès.

 

Ensuite, la révolution s’est propagée à l’Egypte ; en Egypte, cette révolution a également réussi. Ensuite, elle a atteint la Libye, où elle a réussi. Après quoi elle s’est propagée au Yémen, où elle a abouti. Puis elle s’est propagée à la Syrie et ce que je redoute par-dessus tout, c’est que les forces de l’arrogance, occidentales et orientales, ne veulent contrer et tuer cette révolution arabe et ce réveil arabe aux frontières de la Syrie : ces forces de l’arrogance ne veulent pas que la Syrie joue le rôle que lui dicte sa conscience, elles ne veulent pas que la Syrie joue son rôle afin de tuer ce réveil arabe aux frontières de la Syrie. C’est pourquoi personnellement je n’attends rien de bon des pays européens ni du rôle de l’Amérique, ni du rôle de la Russie, ni du rôle de la Chine : ce sont tous des menteurs, des hypocrites et des antéchrists. Ce que je souhaite, c’est quelque chose qui peut paraître lointain, mais c’est quelque chose de possible, et j’y appelle, à partir d’ici, j’appelle tous les Arabes et tous les musulmans, au niveau de nos masses dans la ’umma musulmane et dans le monde arabe. A tous ceux-ci, je dis : « les veuves de la Syrie vous en conjurent, les orphelins de la Syrie vous supplient, les prisonniers de la Syrie, les blessés de la Syrie, les réfugiés de Syrie vous interpellent : je vous propose d’organiser une marche révolutionnaire rassemblant des millions de personnes appartenant à la ’umma musulmane et au monde arabe, jeunes gens et jeunes filles, (organisez) une marche rassemblant plusieurs millions de personnes qui avanceront vers les frontières de la Syrie et s’efforceront de les traverser, en protestation contre cette malignité et devant ce silence coupable des forces de l’arrogance mondiale sur ce qui est en train de se passer en Syrie. 

 

De son côté, As‘ad Ghânim a salué « le mouvement islamique pour sa constance et pour sa position ferme sur cette cause fondamentale. C’est ainsi que nous voulons que vous soyez, à savoir un mouvement politique uni qui défende les causes de la ’umma musulmane, indiquant que cette manifestation n’était qu’une manifestation grandiose de plus dans l’histoire éclatante du mouvement islamique depuis sa création dans les années soixante-dix et jusqu’à aujourd’hui. Vous êtes tels que nous vous avons toujours connus et c’est ainsi que nous voulons que vous soyez. Ghanim a poursuivi :

 

« Ce qui m’a fait mal, durant ces derniers mois, ce sont ces manifestations de soutien au régime (syrien)(en Palestine) ». Il s’est demandé de manière rhétorique comme un Palestinien opprimé, comment quelqu’un qui prétend défendre ses droits, la démocratie et les droits de l’homme, qui revendique d’être respecté en tant qu’être humain dans son pays, peut-il prendre le parti de ce régime ? Il a ajouté : Il faut que s’élève à partir d’ici une voix claire disant que quiconque soutient le régime (syrien) est aussi criminel que ce régime lui-même. L’heure est décisive, chacun doit se déterminer dès maintenant, sinon, il doit se taire à jamais. Telle est la position juste, telle est la position patriotique, telle est la position nationale arabe, telle est la position humaine à avoir, (il n’y en a pas d’autres) », a-t-il dit.

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens