Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 14:33

 

http://www.mrap.fr/tout-savoir-sur-le-mrap/mouloud-aounit-president-dhonneur-du-mrap-nous-a-quittes.-le-mrap-est-en-deuil

 

Mouloud Aounit, président d’honneur du MRAP, nous a quittés. Le MRAP est en deuil.

 

C'est avec une profonde tristesse que le MRAP annonce le décès de Mouloud Aounit survenu le vendredi 10 août 2012 à l'âge de 59 ans.

 

Né le 23 février 1953 à Timezrit en Algérie, Mouloud Aounit arrive très jeune en France où sa famille s'installe à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis. Il restera toujours un enfant d’ « Auber », profondément enraciné dans le tissu humain et social de la ville.

 

Il adhère au MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples) en 1979. Il assume tout d’abord la présidence de la fédération de Seine-Saint-Denis du MRAP, puis participe en novembre 1983, à la « marche des Beurs » Marseille-Paris, « pour l'égalité contre le racisme ».

 

En 1989, il succède à Albert Lévy – l’un des membres fondateurs du MRAP avec en particulier Charles Palant - au poste de secrétaire général du Mouvement dont il devient le Président en 2004, puis membre de la présidence collégiale en 2008. Le Congrès national de 2011 le nomme à l'unanimité, par ovation, Président d'honneur, en reconnaissance de son engagement.

 

Il avait, en 1993, été nommé membre du Conseil National pour l'intégration des populations immigrées, promu Chevalier de l'Ordre national du mérite en 2000 puis Chevalier de la Légion d'honneur en 2003.

 

Mouloud Aounit a consacré toute sa vie au combat contre le racisme, quels qu'en soient les victimes ou les auteurs. Il aura marqué de manière profonde l'identité de notre Mouvement antiraciste par son intense intérêt pour la vie et pour les gens, par sa curiosité intellectuelle, une vaste culture, une grande capacité de travail et un inlassable dévouement. Il aura été, sans hésiter et sans faillir, de tous les combats pour le droit, la justice, la paix et l'émancipation humaine, aussi bien en France que partout dans le monde.

 

Frappé par une terrible maladie, il fait montre d'un courage remarquable et sans faille, continuant inlassablement, jusqu'au bout, son combat pour la dignité humaine en même temps que celui contre le mal qui le mine mais n’abat pas sa volonté de témoignage et de lutte.

 

Mouloud laissera à tous ses compagnons et compagnes de militance le souvenir fort de celui qui aura jusqu’au bout refusé de renoncer.

 

Dans le respect de cette mémoire, le MRAP exprime aujourd’hui à son épouse, toujours si présente à ses côtés, ainsi qu'à ses enfants, l'affection, la solidarité et l’amitié fraternelle des militants et compagnons de lutte antiraciste de toute la France.

 

Le MRAP lui rendra, prochainement, un hommage à la hauteur de ses engagements mais d'ores et déjà il s'engage à honorer sa mémoire en continuant son combat inachevé.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 20:01

 

http://appelsolidaritesyrie.free.fr/indexnew.html

 

Halte à la terreur d’Etat du régime al Assad

 

Solidarité avec le peuple syrien

 

Alors que la révolte syrienne a déjà entamé son dix septième mois, le régime de Bachar al Assad, sourd aux revendications des syriens et aux appels de la communauté internationale, se livre depuis le printemps 2011 à une intense répression à huis clos sur la population syrienne exprimant pacifiquement sa volonté de changement. Les incarcérés (deux cent douze mille), blessés (soixante dix mille), tués (dix sept mille dont huit cent enfants martyrs), torturés (six cent morts sous la torture, dont des enfants), mutilés, disparus (soixante cinq mille), exilés (soixante mille) se comptent par milliers. Chars, avions, navires de guerre sont en action. Le bilan s’alourdit chaque jour.

 

Nous refusons l’indifférence et la passivité face à la poursuite du massacre et à l’impunité des criminels, le « deux poids deux mesures » de la part de certains medias qui ont fait le choix de ne couvrir cette révolte syrienne qu’à la marge.

 

Il est grand temps d’accentuer la campagne de solidarité avec la population syrienne pour exiger l’arrêt immédiat des exactions, crimes et massacres à l’encontre des populations civiles de Syrie perpétrés par Bachar Al Assad et son régime, et leur droit imprescriptible à s’exprimer et à construire une alternative démocratique à la dictature hors de toute hégémonie de la part de pays tiers.

 

Nous invitons l’ensemble des représentants de la société civile, les organisations humanitaires, politiques, syndicales, et de défense des droits de l’homme à soutenir le combat du peuple syrien contre la féroce répression qui le frappe, pour les libertés, la démocratie et un État de droit, l’accès aux soins, le libre exercice de tous les medias,

 

Nous les invitons à intervenir auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies et de la Cour Pénale Internationale pour faire qualifier les exactions commises contre le peuple syrien par Bachar Al Assad et son régime comme crimes contre l’humanité, et pour que soient mises en oeuvre des sanctions contre tous les responsables.

 

Nous les invitons à exiger du gouvernement français et des institutions européennes une ferme condamnation de ces massacres, à briser en toute occasion le silence sur le massacre en cours.

 

Nous les invitons à s’engager dans une solidarité concrète envers les syriens qui en France sont partie prenante de ce soulèvement, à exiger des autorités françaises leur protection face aux agressions d’agents du régime al Assad,

 

Nous les invitons à impliquer dans cette solidarité des acteurs et des collectifs locaux (associations, villes, départements, régions, établissements scolaires, universitaires, culturels, …).

 

Nous les invitons à organiser des événements permettant au public de prendre la mesure de la situation en Syrie et d'exprimer sa solidarité en actes.

 

Nous appelons tous ceux qui sont révoltés par le massacre en cours à exprimer leur solidarité en participant aux initiatives organisées régulièrement pour soutenir le peuple syrien.

 

Chaque jour perdu est une chape de plomb qui s’abat un peu plus sur le peuple syrien.

 

Chaque soutien est un atout pour que cesse l’oppression et que s’ouvre une nouvelle ère pour la Syrie.

 

Signatures collectives : Collectif Urgence Solidarité Syrie ; Souria Houria (Syrie Liberté) ; Comité de la Déclaration de Damas ; Comité de Coordination pour le soutien à la Révolution syrienne ; Collectif du 15 mars pour la démocratie en Syrie ; Les jeunes de la révolution syrienne 2011 ; Association des amis de Samir Kassir ; Rassemblement pour la démocratie au Liban ; LDH (Ligue des Droits de l’Homme) ; MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples) ; ACAT-France (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) ; REMDH (Réseau Euro Méditerranéen des Droits de l’Homme) ; MEMORIAL 98 (Blog contre négationnisme, racisme, antisémitisme) ; AIRCRIGE France (Association Internationale de Recherche sur les CRImes contre l'humanité et les GEnocides) ; Réseau Féministe «Ruptures» ; Témoignage Chrétien ; Forum Palestine Citoyenneté ; CEDETIM IPAM ; CMF (Collectif des Musulmans de France) ; Mouvement de la Paix ; Ligue de l’Enseignement ; ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France) ; CGT ; CFDT ; FSU ; UNSA ; Union syndicale SOLIDAIRES ; UNEF ; UNL ; Syndicat de la Magistrature ; Syndicat des Avocats de France ; Parti Socialiste ; Parti Communiste ; Parti de Gauche ; Europe Écologie Les Verts ; Gauche Unitaire ; Les Alternatifs.

 

Signatures individuelles : Jean-Christophe CAMBADÉLIS (Député du dix neuvième arrondissement de Paris) , Étienne PINTE (Député des Yvelines) , Pierre GOSNAT (Maire d’Ivry-sur-Seine) , Jean-Claude LEFORT (Député honoraire d’Ivry-sur-Seine) , José BOVÉ (Député européen Europe Écologie-Les Verts) , Daniel COHN-BENDIT (Député européen Europe Écologie-Les Verts) , Karima DELLI (Députée européenne Europe Écologie-Les Verts) , Nicole KIIL-NIELSEN (Députée européenne Europe Écologie-Les Verts) , Alain LAMASSOURE (Député européen PPE) , Marielle DE SARNEZ (Députée européenne, Mouvement Démocrate) , Vincent PEILLON (Député européen, Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates) , Roger MADEC (Sénateur socialiste, Maire du dix neuvième arrondissement de Paris) , Ian BROSSAT (Conseiller de Paris, Président du groupe PCF-PG au Conseil de Paris) , Nicole BORVO COHEN-SEAT (Sénatrice de Paris, Groupe Communiste Républicain Citoyen et des Sénateurs du Parti de Gauche) , Guy FISCHER (Sénateur du Rhône, Vice Président du Sénat, Groupe CRC SPG) , Jack RALITE (Sénateur de Seine-Saint-Denis, Groupe CRC SPG) , Lionel JOSPIN (ancien Premier ministre, Député honoraire) , Jean-Paul HUCHON (Président du Conseil régional d'Île de France) , Pouria AMIRSHAHI (Secrétaire national du Parti Socialiste à la coopération et aux droits de l'Homme) , Alain BILLON (Secrétariat international du Parti de Gauche) , Jacques FATH (Responsable du Secteur international du Parti Communiste Français) , Pascal DURAND (Porte-parole Europe Écologie Les Verts) , Myriam MARTIN (NPA) , Julien RIVOIRE (NPA) , Hélène ADAM (NPA) , Pierre-François GROND (NPA)  

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 19:20

 

http://www.fr.news.yahoo.com/un-alli%C3%A9-libanais-bachar-al-assad-plac%C3%A9-en-173040442.html

 

Un allié libanais de Bachar al Assad placé en garde à vue

 

BEYROUTH (Reuters) - Un ancien ministre du gouvernement libanais entretenant des liens étroits avec le président syrien Bachar al Assad a été placé en garde à vue jeudi en raison de ce que le Premier ministre libanais a qualifié de questions ayant trait à la sécurité.

 

Michel Samaha a été interpellé au petit matin, mais on ignore sur quoi il a été interrogé.

 

Ses partisans estiment que sa détention est politique.

 

Le président du syndicat des journalistes libanais, Elias Aoun, a indiqué que le Premier ministre, Nadjib Mikati, lui avait dit que Michel Samaha avait été arrêté sur un ordre émanant du parquet.

 

Les enquêteurs ont confisqué "trois ou quatre téléphones, un ordinateur portable et deux ou trois films" lors d'une fouille dans la maison de l'ex-ministre, dans la ville de Metn, au nord-est de Beyrouth, a dit Malek al Sayyed, l'un des avocats de Michel Samaha, à la télévision al Manar.

 

Michel Samaha, qui a été ministre dans trois gouvernements entre 1992 et 2004, a été un franc partisan de Bachar al Assad au cours des dix sept mois de soulèvement contre le régime du président syrien.

 

En 2007, son nom était apparu sur une liste publiée par la Maison blanche et recensant des personnalités syriennes et libanaises soupçonnées d'oeuvrer à saper la stabilité du Liban et le gouvernement pro-occidental qui officiait alors.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 12:43

 

http://www.ujfp.org/spip.php?article2332

 

 

Zakaria et Nabil en grève de la faim : appel à une action urgente



Communiqué de presse du 5 juillet 2012 du Théâtre de la Liberté de Jénine en Palestine occupée  

 

Le 5 juillet, Nabil al Raee, le directeur artistique du Théâtre de la Liberté a été accusé, dans un tribunal militaire israélien, de posséder des fusils et d’aider un homme recherché (Zakaria Zubeidi) et trois autres personnes dont l’identité n’a pas été communiquée. L’aide que Nabil est accusé de porter à Zakaria – qui depuis plusieurs années jouit d’une amnistie de la part des autorités israéliennes – est qu’il l’a pris à bord de sa voiture et lui a offert de la nourriture et des cigarettes. En réponse à ces accusations, Nabil a déclaré qu’il commencerait une grève de la faim dès le lendemain : « Je ne comprends pas pourquoi je suis ici (en détention). Ils n’ont aucune raison de me garder ». L’avocate de Nabil dit : « Cela montre qu’ils agissent en désespoir de cause, ils n’ont aucune charge contre lui ».  

 

Nabil a été emmené de chez lui par l’armée israélienne le 6 juin à 3 heures du matin, aux yeux de sa famille. Pendant deux semaines il n’a pas été autorisé à communiquer avec son avocate ni à avoir quelque contact que ce soit avec sa famille. Et aucune accusation n’a été prononcée à son égard. A partir du moment où des suspicions ont été mises en avant, Nabil a d’abord été soupçonné de garder par devers lui des informations pouvant conduire à l’identification du meurtrier de Juliano Mer Khamis. Dans une audience ultérieure, l’accusation israélienne prétendit que Nabil était impliqué dans des « activités terroristes ». Puis, dans une récente audience, le juge militaire a déclaré qu’aucune évidence n’ayant été établie de quelque activité illégale que ce soit pendant presque un mois de détention, Nabil serait libéré.

 

L’accusation a néanmoins bénéficié d’un délai de quarante huit heures pour faire appel et mettre finalement en avant une dernière accusation absurde contre Nabil.  

 

Micaela Miranda, la femme de Nabil, a assisté à l’audience du 5 juillet au tribunal : « Cette farce a commencé quand ils ont accusé Nabil d’être impliqué d’une certaine manière dans le meurtre de Juliano, puis ils l’ont accusé d’activités terroristes et maintenant d’autre chose. A chaque audience à laquelle nous nous rendons, il y a une nouvelle accusation, c’est ridicule et il est évident qu’ils cherchent une justification au fait d’avoir gardé Nabil incarcéré aussi longtemps ».  

 

Smadar Ben Natan, l’avocate de Nabil, dit : « Cela montre qu’ils n’ont vraiment rien comme accusation contre lui. Si ce dont ils l’accusent est un délit, alors tous ceux du camp de Jénine en sont coupables. J’espère que le juge lors de la prochaine audience le comprendra et qu’ils vont le libérer ».  

 

La Fondation du Théâtre de la Liberté en Suède et l’association du Théâtre de la Liberté à Jénine, avec les associations amies aux Etats Unis, en France, en Italie, en Ecosse et en Allemagne, rejettent ces accusations comme fabriquées de toutes pièces dans la tentative des forces d’occupation israéliennes de détruire complètement le Théâtre de la Liberté.

 

Ils pensaient peut-être que nous allions nous effondrer lorsque Juliano Mer Khamis a été assassiné. Mais nous avons tenu bon et maintenant ils essaient de nous étouffer lentement mais sûrement en harcelant nos employés, nos membres et ceux qui nous soutiennent, avec diverses accusations, toutes plus absurdes les unes que les autres. « Ce harcèlement systématique dure depuis un an maintenant, ça suffit ! » dit Jonatan Stanczak, le directeur exécutif du Théâtre de la Liberté. 

 

D’éminentes personnalités publiques tells que Danny Glover, Noam Chomsky et Judith Butler de même que deux cent autres membres de la communauté artistique des Etats Unis ont appelé à la libération immédiate de Nabil et de Zakaria dans une déclaration parue dans Time Out, un magazine de New York.

 

Des groupes artistiques en Allemagne, au Royaume Uni et ailleurs ont lancé des appels semblables pour la libération immédiate de Nabil et de Zakaria et des milliers de personnes du monde entier ont signé des pétitions et adressé des protestations aux représentations israéliennes et palestiniennes.

 

Cinquante six membres du Parlement européen ont signé il y a quelques semaines une lettre pressant Catherine Ashton de prendre des mesures, tandis que dix neuf membres du Parlement portugais, de tous partis politiques sauf de l’extrême droite, ont appelé à la libération de Nabil. 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 12:07

 

http://www.fr.news.yahoo.com/un-charter-240-roms-sest-envol%C3%A9-lyon-pour-094251959.html

 

Les expulsions de roms continuent, colère des associations

 

PARIS (Reuters) - Les pouvoirs publics français poursuivent les démantèlements de camps de Roms et leur expulsion, dénoncés par des associations, tout en soulignant leur volonté de concertation dans ce dossier sensible qui a marqué la présidence de Nicolas Sarkozy.

 

Un camp de quelque deux cent roms, dont une soixantaine d'enfants, a été démantelé par les forces de l'ordre jeudi à Hellemmes, près de Lille. Leur évacuation était demandée par un collectif d'habitants du quartier concerné, qui se plaignaient des désagréments liés à cette cohabitation.

 

Le préfet de la région Nord-Pas-de-Calais, Dominique Bur, avait annoncé il y a quelques semaines son intention de faire évacuer ce camp situé en face de l'Ecole d'architecture.

 

Le père Arthur, un prêtre qui a pris la défense des roms, s'est alarmé jeudi d'"une atteinte aux droits fondamentaux des hommes". "Que vont devenir ces familles ?", a-t-il demandé en assistant à l'opération.

 

Des associations, dont "Atelier solidaire" qui a relaté jeudi matin l'évacuation sur Twitter, s'inquiètent de l'absence d'alternative pour les roms, dont le nombre est estimé entre quinze mille et vingt mille en France.

 

Elles dénoncent des "expulsions déguisées" poursuivies par le gouvernement socialiste en contradiction selon elles avec les principes du Conseil de l'Europe, qui a déjà condamné la France pour ces motifs en novembre 2011.

 

Un charter de deux cent quarante roms de Roumanie bénéficiaires de l'aide au retour, dont de nombreux enfants, a ainsi quitté Lyon jeudi pour Bucarest.

 

C'est le prédécesseur de François Hollande, Nicolas Sarkozy, qui a décidé cette mesure en 2007. Ces aides au retour - un billet d'avion financé et une somme de trois cent euros par adulte et cent euros par enfant - ne font l'objet d'aucun suivi et n'ont pas empêché des roms de revenir en France, selon les associations.

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a assuré mercredi dans un communiqué que les conditions de l'aide au retour proposées lors des éloignements des personnes ne remplissant pas les conditions du séjour seraient "remises à plat" mais a affiché sa fermeté sur le démantèlement de camps illégaux.

 

"LES GENS SONT DANS LA RUE"

 

Les associations s'inquiètent en outre de l'absence de solutions de relogement.

 

Une évacuation a eu lieu mercredi dans le dix-neuvième arrondissement de Paris et plusieurs campements avaient été auparavant démantelés dans la banlieue parisienne.

 

Lundi, un campement sauvage de cent cinquante personnes installé à Vaulx-en-Velin, dans la banlieue lyonnaise, a été évacué juste avant l'arrivée de la police. Mardi à Villeurbanne, toujours près de Lyon, une centaine de personnes ont également été expulsées d'un terrain par les forces de l'ordre, ainsi qu'une cinquantaine de personnes qui avait trouvé refuge dans un squat.

 

Depuis, ces familles - qui ne sont pas toutes issues de la communauté des roms - errent dans les rues et le long du périphérique de l'agglomération lyonnaise à la recherche d'une nouvelle implantation, mais la police les empêche de se fixer.

 

"François Hollande avait promis qu'il n'y aurait pas d'expulsions sans proposition de relogement, le ministère de l'Intérieur a confirmé cette position, et là, les gens sont dans la rue", déplore Jean-Philippe, un militant associatif.

 

Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche, s'est élevé jeudi contre la politique de ses alliés socialistes, qui ne diffère pas selon lui de celle appliquée par la droite.

 

"Je préfèrerais que le gouvernement applique avec une grande rigueur une politique contre les licenciements plutôt que de se mettre dans les pas du gouvernement précédent en pointant du doigt, parce que c'est bien commode, une population comme les roms", a-t-il commenté sur BFM TV et RMC info.

 

"Il faut effectivement que ces gens puissent vivre de manière digne, il faut aussi que ne se concentre pas la misère là où elle existe, mais je ne crois pas que ce soit en prenant des mesures de ce type-là et en essayant de communiquer dessus", a-t-il ajouté.

 

Le ministère de l'Intérieur justifie la poursuite des évacuations engagées sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy à partir de l'été 2010, à la suite de son discours dit "de Grenoble", par les risques sanitaires encourus. Pour Manuel Valls, ces campements sont "un défi au 'vivre-ensemble'".

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 21:12

 

http://www.humanite.fr/medias/tourne-en-rond%E2%80%89-le-geste-du-grimpeur-501425

 

Comment s’opposer aux huit mille suppressions d’emplois chez PSA Aulnay et Rennes ?

Reprise et reconversion par et avec les salariés

Par Evelyne Perrin, économiste ex chargée de mission au Plan Urbanisme Construction Architecture, conseil scientifique d’ATTAC

La fermeture programmée de PSA Aulnay (trois mille emplois directs) et les suppressions de huit mille emplois au total – sans compter les emplois induits - chez PSA posent la question des alternatives concrètes à la fermeture, au moment où le gouvernement fait connaître son plan pour sauver l’industrie française et le secteur automobile.

Après les mines, la sidérurgie, leur combats historiques, le textile, et en même temps que le raffinage, voici que l’un des derniers volets de notre tissu industriel, l’automobile, part sous nos yeux dans les pays émergents à bas salaire et au marché porteur, en Europe de l’Est, au Maghreb et surtout en Inde, Brésil, Chine. Cette destruction de notre tissu productif se fait, avec la complicité des gouvernements de droite précédents, sous la direction d’entreprises devenues des multinationales, et qui dans leur recherche effrénée du profit n’ont plus aucune considération pour l’intérêt national. Dans le cas de PSA, cette internationalisation a conduit à créer notamment trois mille cinq cent emplois en Slovaquie ; la production réalisée en France, passée de 61,6 % en 2003 à 40,8 % en début 2012, cède la place à celle réalisée à l’étranger (de 38,4 % à 59,2 %), comme le souligne l’Humanité du 23 juillet.

Que nous restera-t-il bientôt comme industrie et comme emplois si nous ne résistons pas tous ensemble, avec la détermination la plus farouche, contre les plans sociaux et délocalisations, différés par Sarkozy, et qui explosent tous comme des bombes à retardement ? Ces plans sociaux présentés sous le couvert de pertes financières sont en réalité montés de toutes pièces par ces multinationales : on apprend que PSA, qui a touché de l’Etat  français des milliards sous formes de prêts et d’aides, les réinvestit dans ses nouvelles usines en Russie ou ailleurs, préfère rembourser 1 milliard aux banques (le fameux « désendettement), et multiplie les filiales dans plus de trente paradis fiscaux.

Or il est possible de sauver notre industrie, en la reconvertissant vers des produits innovants, écologiquement soutenables, si nous élaborons des stratégies offensives et mûrement réfléchies. Les salariés des entreprises menacées ou condamnées savent très bien à quel point l’impasse productive dans laquelle leurs directions les ont conduits a été calculée, programmée, froidement, pour justifier les délocalisations. Ils ont en mains les éléments de savoir-faire pour bâtir, avec l’aide de chercheurs spécialistes de ce secteur, un contre-projet industriel, à condition de s’unir et de se faire entendre, d’avoir enfin voix au chapitre, c’est-à-dire de prendre le pouvoir, afin de décider collectivement de leur sort avec l’aide des collectivités territoriales et du nouveau gouvernement.

Pourquoi ne pourraient-ils le faire quand on sait que des salariés ont repris et reconverti leur entreprise ces dernières années, aussi bien en France que dans d’autres pays, comme les salariés de Continental Mexico, qui aujourd’hui réembauchent ? Ces cas ont été évoqués en octobre 2010 lors de la Conférence de Stuttgart « Crise et reconversion de l’industrie automobile » organisée par la Fondation Rosa Luxemburg, Die Linke (équivalent en Allemagne du Front de Gauche) et ATTAC Allemagne. Pourquoi ne s’en inspire-t-on pas ?

Ayant mené moi-même l’hiver 2009-2010 une vaste enquête sur les luttes des salariés contre les fermetures et plans sociaux dans trente cinq entreprises en France ( « Haute tension : les luttes des salariés contre les plans sociaux 2008-2010 », consultable sur internet), j’ai pu constater le sérieux des contre-projets de reconversion élaborés par les salariés et leurs syndicats, par exemple à la Raffinerie Total des Flandres de Dunkerque, à Philips Dreux, chez Molex. Si ces projets viables n’ont pas vu le jour, ce fut en raison de l’opposition du gouvernement sarkozyste à la solde de la finance internationale.  Or, des luttes importantes ont réussi à retarder ou empêcher des fermetures et des suppressions d’emplois, comme chez Ford Blanquefort, Goodyear Amiens, Freescale Toulouse pour ne citer que ces exemples…Les cas de reconversion partielle arrachée par les salariés à Heuliez en Poitou-Charentes, ou à Bosch à  Vénissieux, montrent que la reconversion sociale et écologiquement soutenable est possible. Seuls les salariés et leurs syndicats peuvent l’imposer, mais ils doivent être soutenus par l’Etat et les collectivités territoriales concernées.

Des chercheurs se sont depuis longtemps penchés sur l’avenir de notre industrie et sur sa relocalisation, mais aussi sur la nécessité de redonner voix au chapitre aux salariés qui en produisent la richesse (Citons le dernier ouvrage de Gabriel Colletis, de l’Université de Toulouse, « L’urgence industrielle », paru en 2012 aux éditions Le Bord de l’Eau).

Je salue les efforts d’Arnaud de Montebourg, ministre du si bien nommé redressement productif, à qui  je souhaite de réunir les conditions pour aller jusqu’au bout dans le sauvetage et la reconstitution de notre tissu productif. C’est maintenant ou jamais qu’il faut marquer un coup d’arrêt aux délocalisations et à la destruction de notre industrie et de nos emplois de demain. Sinon, dans vingt ans, nos enfants devront-ils s’expatrier en Chine …et y travailler comme sans papiers à leur tour ?

Je propose donc que ce gouvernement volontariste  organise d’urgence un cycle de  rencontres de travail entre les syndicalistes de PSA et les chercheurs spécialisés sur le secteur automobile, afin d’élaborer avec les salariés, et avec l’aide des collectivités territoriales concernées, un contre projet industriel écologiquement soutenable et permettant de garder notre industrie. Car il est bien évident que donner encore des milliards au secteur automobile pour que cet argent – celui du contribuable – soit utilisé aux seules fins d’un capitalisme financiarisé et  mondialisé et parte dans les nouvelles usines ouvertes en Europe de l’Est, en Chine ou en Inde ne nous sera d’aucun secours.

Bien entendu, cela suppose que paraissent rapidement les lois et décrets annoncés par ce nouveau gouvernement permettant aux salariés de reprendre leur entreprise en cas de fermeture, et mettant en place un droit suspensif sur les licenciements, ceux-ci  la plupart du temps motivés par des stratégies financières internationales, comme le rappelle dans l’Humanité du 26 juillet Mohammed Oussedik, secrétaire en charge de l’industrie à la CGT. De même, toute nouvelle aide de l’Etat devrait être conditionnée à des engagements de maintien des emplois quitte à former et reconvertir les salariés. Enfin, aucun projet industriel ne devrait être négocié avec le patronat sans la participation active de ceux qui produisent, les salariés et leurs représentants syndicaux.

Il est temps de réagir tous ensemble, salariés, citoyens, chercheurs, élus, car ce combat est aussi celui de l’avenir de nos enfants. 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 17:05

 

http://www.demosphere.eu/node/31343

 

https://www.wikileaksactu.wordpress.com/2012/08/07/contre-lextradition-dassange-et-la-detention-de-manning

 

Vendredi 10 Août 2012 à 16 heures Place Saint Michel à Paris

 

Rassemblement contre l’extradiction d’Assange et la détention de Manning

 

Depuis le 11 septembre 2001, les lois anti-terroristes pleuvent un peu partout dans le monde et surtout contre les activistes (en France, l'affaire Tarnac), qui remettent en cause le pouvoir en place et s'opposent au glissement totalitaire des dites démocraties.

 

Aujourd'hui, tout activiste peut être considéré comme terroriste, menace à la sécurité des pays et peut donc pour cela être incarcéré, torturé ou tué sans jugement ou preuves préalables. C'est le cas de ces deux hommes actuellement.

 

Julian Assange, fondateur de Wikileaks, est actuellement réfugié a l'ambassade d'Équateur à Londres, où il a demandé l'asile politique, car les Etats Unis, la Grande Bretagne, l’Australie et la Suède, veulent l'emprisonner dans une prison spéciale (ou le condamner à mort) aux USA, pour avoir diffuser en novembre 2010, des câbles diplomatiques de l'armée américaine, mettant en cause ces pays ci dans le meurtre de civils de masse et dans leur pratique de la torture pendant la guerre d'Irak.

 

L'ex-soldat Bradley Manning est détenu sans procès dans une prison spéciale depuis plus de deux ans, où il est torturé chaque jour. Il est accusé d'avoir piraté l'armée américaine, lorsqu'il travaillait pour les renseignements pendant la guerre d'Irak, et de les avoir transmis à Wikileaks.

 

Nous nous rassemblons à Paris à deux jours de l'échéance de la décision du président équatorien sur la demande d'asile de Julian (la fin des Jeux Olympiques le 12 août 2012) pour nous élever contre son extradition aux Etats Unis, contre la détention de Bradley, et contre des pratiques politiques visant à supprimer la liberté d'expression, la circulation de l'information et la remise en cause des pays "démocratiques", lorsqu'ils sont pris en flagrant délit d'appartenir au coté obscur.

 

Venez nous rejoindre et faire du bruit pour que les années 2000 ne mènent pas à un remake des années 1930 !

 

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 16:48

 

http://www.fr.news.yahoo.com/legypte-aurait-lanc%C3%A9-des-frappes-a%C3%A9riennes-dans-le-052303730.html

 

Frappes aériennes de l’Egypte dans le Sinaï, vingt tués

 

AL ARICH, Egypte (Reuters) - L'Egypte a mené mercredi des frappes aériennes dans la région du Sinaï proche de la frontière avec Israël, faisant plus de vingt morts dans les rangs des activistes islamistes présumés, rapportent un responsable militaire et des témoins.

 

Les frappes aériennes, contre des positions situées dans la localité de Cheikh Zouaid, font suite à la mort de seize gardes-frontières égyptiens dimanche lors d'une attaque attribuée en partie à des activistes palestiniens.

 

Des témoins à Cheikh Zouaid, localité située à dix kilomètres de la bande de Gaza, ont déclaré à Reuters avoir vu deux avions militaires et entendu des explosions. D'autres témoins dans une zone proche ont dit avoir vu trois voitures touchées.

 

Les frappes ont eu lieu après des heurts entre des hommes armés et les forces de l'ordre à plusieurs points de contrôle dans la région du nord du Sinaï.

 

"Nous avons réussi à pénétrer dans le village d'al Toumah, à tuer vingt terroristes et détruire trois véhicules blindés qui appartenaient à des terroristes. Les opérations se poursuivent", a indiqué à Reuters un commandant de l'armée dans la région.

 

A Arich et dans la ville voisine de Rafah, située à la frontière avec Israël et la bande de Gaza, des hommes armés ont ouvert le feu sur plusieurs check points, selon un journaliste de Reuters et selon les médias d'Etat égyptiens.

 

Trois policiers et un habitant ont été blessés lors de ces attaques, indique un communiqué du ministère égyptien de l'Intérieur.

 

La région désertique du Sinaï est de moins en moins contrôlée depuis la chute du président égyptien Hosni Moubarak il y a dix huit mois et l'élection de son successeur, le Frère musulman Mohammed Morsi, dont la promesse de coopérer avec Israël en matière de sécurité reste à concrétiser.

 

L'un des points de contrôle attaqué mercredi a été attaqué vingt huit fois depuis le début du soulèvement en Egypte, selon l'agence de presse Mena.

 

UNE AFFAIRE ÉGYPTIENNE

 

L'armée a pris pour cible la localité de Cheikh Zouaid car cette dernière est passée sous le contrôle des bédouins depuis la chute de Moubarak et qu'elle vit principalement des profits tirés de la contrebande de produits transitant par un réseau de tunnels entre la bande de Gaza et le Sinaï.

 

Cette opération militaire apparaît comme l'une des plus importantes menées par l'armée égyptienne dans cette zone désertique où les mouvements de troupes sont strictement fixés par les accords de paix de 1979 avec Israël.

 

Un haut responsable de la défense israélienne a dit voir dans cette opération militaire "la détermination du régime et de l'armée à régler un problème et à imposer l'ordre dans le Sinaï car cela relève de leur responsabilité".

 

"Il s'agit d'une question qui doit être traitée par les Egyptiens sur la base des informations dont ils disposent. S'ils ne se débarrassent pas de cette menace, ils (les islamistes) continueront à frapper", a jugé Amos Gilad.

 

Quelques heures après le début des heurts, des centaines de manifestants ont convergé vers Arich pour demander la protection de l'Etat en chantant "Dieu est grand".

 

La principale voie de circulation à Arich a été fermée par les autorités peu après le début des combats.

 

Mardi au Caire, les participants aux funérailles des seize gardes tués dimanche n'ont pas caché leur mécontentement.

 

En réaction à l'attaque de dimanche, l'Egypte a commencé à fermer les tunnels qui la relient à la bande de Gaza. Ces tunnels sont utilisés pour passer clandestinement la frontière et pour la contrebande entre l'Egypte et le petit territoire côtier palestinien.

 

Un reporter de Reuters dans la ville frontière de Rafah a vu du matériel lourd acheminé à l'entrée des tunnels côté égyptien.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 20:07

 

http://www.blogs.mediapart.fr/blog/yannick-comenge/040812/thechangebook-un-reseau-social-qui-est-vraiment-votre-ami

 

Thechangebook, un réseau social qui est vraiment votre ami

 

Samedi 4 Août 2012

 

Par Yannick Comenge et Hélène Loublier

 

Vous créez un nouveau réseau social ? Quelles sont les raisons de cette nouvelle interface ? Vous apportez quoi de différent ?

 

Nous créons un outil de communication inter-mouvements de résistances sociales, économiques, politiques et écologiques. Avec Thechangebook, il n'y a aucun aspect commercial, publicitaire, ni aucune utilisation des données personnelles. Cet outil est un relai, un pot commun d'informations pour des données, des mises en place d'actions concertées, avec un réseau de correspondants internationaux. La gestion de cet outil se faisant de manière collégiale et démocratique, tout membre a son avis à donner. Il sera pris en compte.

 

La matrice ressemble beaucoup à Facebook. N’y a-t-il pas un souci de propriété intellectuelle ou de confusion parmi les utilisateurs ?

 

Le script utilisé est phpfox, un script PHP et ajax d’origine nord-américaine qui permet de faire tourner un réseau social assez comparable à facebook. C'est un script payant, dont l'aspect est complètement configurable et modifiable. L'utilisation est permise par la loi, car l'outil est indépendant de facebook. Ce n'est pas un clone. Il s'agit d'une application différente. De nombreux réseaux sociaux privés ou d'entreprises sont propulsés par phpfox. Il existe d'ailleurs des versions open-source qui propulsent des réseaux sociaux. Pour les utilisateurs, il suffit de leur expliquer l'indépendance qui nous caractérise par rapport à facebook. Croyez-moi, ils voient vite la différence. Et puis si le code couleur les dérange, ils peuvent configurer et changer le visuel pour en faire des pages originales.

 

On dit que bon nombre d’anonymous sont déjà logés dans cette structure web ?

 

Une chose est certaine, nous sommes en accord total avec la lutte pour la défense des libertés portée par les Anonymous. Ce sont des militants qui défendent les droits des hommes, luttent contre les dérives sectaires et ont notamment aidé la communication lors de la révolution tunisienne. Le web est le dernier espace de libre expression, et ils oeuvrent à protéger cet ultime bastion. Nous sommes tous des anonymous, vous comme nous, et nous espérons que d'autres acteurs qui luttent pour les mêmes valeurs, finiront par nous rejoindre dans cette lutte d'émancipation des médias attachés au pouvoir et au monde financier.

 

Quelle est votre ambition ? S’agit il d’une première réponse à la machine à gaz qu’était le circuit de communication interne des indignés ?

 

Nous n'avons aucune autre ambition que de mettre à disposition des militants humanistes du monde entier un outil de communication simple et utile. Thechangebook est libre, indépendant, collégial et démocratiquement géré. Ce réseau permet l'échange d'informations, la mise en place d'actions coordonnées et facilement consultables. C'est le lieu des débats d'idées, entre des militants qui agissent aux échelles locale, nationale et internationale. Thechangebook est un porte-voix. Nous aidons les discussions. Nous encourageons les regroupements. En effet, ce réseau est tout sauf une usine à gaz, dans la mesure ou tout contenu polluant (pub, jeux, ...) est banni. Il ne reste que l'information, sous toutes ses formes: son, musique, vidéos, image et texte. Tout partager sur le même support permet de relier ce qui était auparavant sur des sites différents, des pages distinctes.

 

Votre ambition pour ce réseau social ?

 

En sortant du circuit commercial, nous voulons créer un réseau sain. Nous espérons offrir un lieu de convergence pour les associations, les mouvements, les syndicats, les collectifs. Il doit être un relai entre la pensée et l'action, le débat d'idées aux niveaux national et international, une prise de conscience de l'universalité des luttes étouffées par les médias traditionnels. Le monde de la finance a mondialisé l'ultra libéralisme avec l'aide du pouvoir; ce réseau social alternatif vise à mondialiser la lutte. Ouvert aux musiciens, peintres, journalistes, dessinateurs, écrivains, et militants, chacun avec son moyen d'expression pourra partager sa lutte, ses idées et se nourrir du partage de celles des autres participants. Thechangebook, c'est une agora au contenu militant. C'est un outil d'ouverture. C'est un Facebook qui réfléchit et qui lève le poing.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 19:50

 

http://www.fr.news.yahoo.com/les-egyptiens-commencent-%C3%A0-fermer-les-tunnels-avec-165001880.html

 

Les égyptiens commencent à fermer les tunnels avec Gaza

 

RAFAH, Egypte (Reuters) - L'Egypte a commencé mardi à fermer les tunnels de contrebande avec la bande de Gaza, deux jours après une attaque imputée aux islamistes palestiniens qui a fait seize morts parmi les gardes-frontières égyptiens.

 

Un reporter de Reuters dans la ville frontière de Rafah a vu du matériel lourd acheminé près de l'entrée des tunnels utilisés pour passer clandestinement la frontière et pour la contrebande entre l'Egypte et le petit territoire côtier palestinien.

 

"Cette campagne vise à obstruer tous les passages entre l'Egypte et la bande de Gaza qui sont utilisés pour la contrebande", a-t-on précisé de source proche des services de sécurité égyptiens.

 

L'insécurité grandit dans la péninsule désertique du Sinaï depuis la chute d'Hosni Moubarak il y a dix-huit mois.

 

Des groupes islamistes ayant juré de détruire Israël y ont attaqué à plusieurs reprises un gazoduc, des postes de police et des points de contrôle. Huit Israéliens ont été tués en un an le long de la frontière égyptienne.

 

Après l'attaque de dimanche, la plus meurtrière depuis la paix conclue entre Israël et l'Egypte en 1979, le nouveau président égyptien, Mohammed Morsi, a promis de rétablir l'autorité gouvernementale sur le Sinaï. Mais sa volonté de coopérer avec Israël sur les questions de sécurité reste à prouver.

 

La fermeture des tunnels avec Gaza n'est pas une solution très satisfaisante pour lui. Il avait entamé dès sa prise de fonction, le 30 juin, un rapprochement avec le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, et avait promis d'améliorer les conditions de vie des Gazaouis.

 

QUELLE RÉPONSE ?

 

Israël affirme que des groupes djihadistes palestiniens ont traversé la frontière en utilisant les tunnels. L'état-major de l'armée égyptienne, qui a conservé l'essentiel du contrôle de la sécurité nationale malgré la chute d'Hosni Moubarak, a qualifié les auteurs de l'attaque d'"infidèles" ayant franchi la ligne rouge et qui seraient rapidement châtiés.

 

Les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté mardi plusieurs suspects dans la ville d'al Arich, dans le nord-est du Sinaï, a indiqué la source proche des services de sécurité.

 

Les autorités ont également vérifié les noms de potentiels suspects libérés de prison après la chute de Moubarak.

 

Néanmoins, aucun signe de renforcement de la présence armée dans la région n'a été observé et, selon les habitants, les barrages routiers ne sont pas plus nombreux.

 

"D'importantes réunions ont lieu actuellement entre les principaux commandants de l'armée, le ministère de l'Intérieur et les gardes-frontières afin de dresser un plan pour identifier et capturer les criminels qui sont derrière l'attaque de dimanche", a expliqué une autre source proche des services de sécurité.

 

Egalement hostile à Israël mais trop modéré au yeux des groupes djihadistes, le Hamas a condamné cette attaque, proposé son aide à l'Egypte pour identifier les auteurs et assuré être en train de fermer les accès aux tunnels de contrebande du côté gazaoui.

 

La réponse de l'Egypte à ces attaques donnera une idée de la nature de sa nouvelle relation avec Israël. Sous Moubarak, les deux pays collaboraient étroitement à la sécurité de l'Etat hébreu. L'ancien raïs avait notamment muselé les islamistes tels les Frères musulmans, dont est issu Mohammed Morsi.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens