Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 18:30

 

RENCONTRE DÉBAT


« LES QUARTIERS POPULAIRES GRANDE ABSENTE DES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES ?»

 

JEUDI 19 AVRIL 2012 A  20 HEURES  

 

AU RESTAURANT K ET S DANS LE QUARTIER DE LA PAILLADE A MONTPELLIER


L’Université Populaire Montpellier Averroès a pour vocation principale la construction et la diffusion de savoirs pour tous ainsi que la participation au débat démocratique de notre ville.

Au fil de l’année, l'Université Populaire souhaite organiser régulièrement en fonction des besoins de la population et des acteurs associatifs locaux une série de manifestations culturelles et éducatives au premier rang desquels des rencontres débats, des cafés citoyens et des formations citoyennes.

Après une rencontre au premier semestre avec Edwy Plenel intitulée «Quels engagements pour les quartiers populaires en 2012 ?»,  l'Université Populaire lance à nouveau le débat à la veille du premier tour des présidentielles sur la place occupée par la question des quartiers populaires durant cette campagne. 

  

Cette rencontre débat se fera à  20 heures à Montpellier dans le quartier de la Paillade au restaurant K et S à Saint Paul.

Station de tram: Saint Paul

Pour nous contacter:

contact@upma.fr

06 15 62 38 30

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 18:17

 

http://www.blackmetalnow.wordpress.com/2012/04/17/letape-de-la-marche-des-banlieues-a-bouffemont-mon-temoignage

 

L’étape de la marche des banlieues à Bouffémont

 

Dans un conte de magie, me voici parti vers 21 heures avec mon sac direction Bouffémont (dans le Val d’Oise), une petite ville qui me parait dans la cambrousse, totalement perdue du monde, pour dire à la campagne bien profonde (en bon banlieusard). J’ai pris mon sac à dos de randonnée, mon duvet et ma petite caméra pour être mon propre média.

 

Je suis arrivé à ma gare à 21 heures 15 environ, avec mon petit plan sur moi (surtout des gribouillis), car Bouffémont, je ne connais pas du tout, j’ai pris direction Châtelet puis la Gare du Nord afin de rejoindre la ligne H. A 22 heures, je vois que le train (vraiment plus classe que le RER A) pour Luzarches est à deux ou trois minutes, j’ai couru de toutes mes forces (c’était le dernier en plus) pour ce train digne d’un quatre étoiles. Puis je monte dans le train sans ticket bien sure (le transport en commun c’est devenu un luxe). Le périple se termine à 10 heures environ.

 

Je rejoins tranquillement la mairie de Bouffémont, dont un local a généreusement été offert par le maire aux marcheurs pour y passer la nuit après deux jours d’effort physique assez intense.

 

Je vois une salle magnifique avec plein d’indignés et une ambiance vraiment au top, comme si j’avais rejoint une grande famille dont la priorité est la fraternité.

 

Je prends alors tout de suite le soin de filmer afin de recueillir des témoignages sur cette deuxième étape, pour que puissent vivre cette aventure. Mais aussi je rappelle que l’aventure commence à faire un évènement sur internet.

 

Dans la mairie nous lançons la constituante.

 

Puis on a partagé des débats, des échanges, des repas, mais aussi des moments de travail, pour savoir ce que l’on va faire le lendemain.

 

Nous nous sommes couchés vers 2 heures du matin environ. Et nous nous sommes levés entre 8 heures 30 et 10 heures pour les plus tardifs. Nous avons pris le temps de prendre un petit déjeuner (en système D) avec une lumière très blanche ce matin qui traversait les carreaux de la mairie.

 

Je trouve que la marche manque sérieusement de fruits.

 

J’ai vu le courage et la volonté politique de faire changer les choses, qui me rappellent un moment de pure souvenir, de bonheur total, et enfin une utopie qui se réalise enfin.

J’espère faire plein d’étapes avec la marche des banlieues, car ce n’est pas une marche comme les autres.

 

Je prends des images en partant de la mairie direction Mery sur Oise.

 

L’aventure continue pour moi. Je retrouve la marche à Mery sur Oise pour marcher à Conflans.

 

Pierre Le Bec

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 17:59

 

http://www.cgtparis.fr/spip.php?article357

 

Le 23 avril 2012 à 14 heures 30, Maria Traoré, salariée de La Poste est convoquée au commissariat du treizième arrondissement de Paris. Cette convocation fait suite à la grève des postiers de la distribution de Paris 11, en 2010. Cette grève avait pour objet la réorganisation et ses conséquences pour les salariés. Alors qu’à cette occasion, Maria a fait son travail de militante, en représentant les salariés auprès de la direction, celle-ci a porté plainte et c’est ainsi que notre camarade se retrouve convoquée devant  la « Brigade de la Répression de la Délinquance contre la Personne » !

La CGT des postaux de Paris appelle à un rassemblement devant le commissariat du treizième arrondissement de Paris au moment de l’audition.

Lundi 23 Avril 2012 à 14 heures

122/126 Rue du Château des Rentiers 75 013 Paris Métro Olympiades

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 17:53

 

http://www.fr.news.yahoo.com/six-observateurs-lonu-en-syrie-se-sont-mis-080239187.html

 

Les observateurs de l’ONU espèrent sauver la trêve en Syrie

 

BEYROUTH (Reuters) - A pied d'oeuvre en Syrie, le premier groupe de six bérets bleus de l'Onu a fait part de sa détermination, lundi, à sauvegarder le cessez-le-feu négocié par Kofi Annan, malgré la poursuite d'affrontements meurtriers dans le centre et le nord du pays.

 

Les six hommes sont arrivés à Damas dimanche soir, sous la direction du colonel marocain Ahmed Himmiche.

 

"Nous allons nous organiser pour être prêts à accomplir notre mission le plus rapidement possible", a déclaré lundi l'officier à la presse avant de quitter son hôtel de Damas pour un entretien avec les autorités syriennes.

 

"Tous les casques bleus sont optimistes", a-t-il répondu à une question sur les chances de voir la mission de l'Onu, qui devrait compter à terme quelque deux cent cinquante observateurs, mettre fin aux violences qui durent depuis plus d'un an.

 

Une mission d'enquête du Conseil des droits de l'homme de l'ONU a fait part de son inquiétude face à la "dégradation de la situation humanitaire" et à la poursuite des violences, même si celles-ci ont diminué d'intensité depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu jeudi dernier.

 

L'équipe dirigée par le Brésilien Paulo Pinheiro, qui n'a pas été autorisée à se rendre en Syrie mais a interrogé des réfugiés dans les pays voisins, a mentionné des bombardements et des arrestations de la part des forces gouvernementales et aussi des exécutions sommaires de soldats capturés par les rebelles.

 

Selon les opposants syriens, le président Bachar al Assad n'a toujours pas retiré ses troupes et ses armes lourdes des centres urbains et des échanges de tirs entre soldats de l'armée régulière et déserteurs ont fait quatre morts lundi à Idlib, non loin de la frontière turque. Deux autres personnes ont été tuées lorsque leur voiture a été prise sous le feu à Hama, dans le centre du pays, a-t-on appris de même source.

 

MISSION VIABLE ?

 

Les activistes ont fait état également de nouveaux tirs de mortier contre les quartiers de Bayada et Khaildiya, à Homs. Une vidéo sur YouTube montre de violentes explosions soulever des nuages de fumée et de poussière.

 

"Tôt ce matin, on a vu un hélicoptère et un avion de reconnaissance survoler la ville. Les bombardements ont commencé dix minutes plus tard", a raconté Walid al Fares, un militant de Homs. Un autre habitant a déclaré que les troupes régulières tiraient à la mitrailleuse lourde.

 

Enfin, des blindés des forces de sécurité ont mené un raid contre le village de Khatab, dans la province de Hama, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), évoquant des dizaines d'arrestations.

 

La poursuite des violences pose la question de la viabilité de la mission de l'Onu. En janvier, une initiative du même type de la Ligue arabe avait tourné court, les observateurs ayant jugé après un mois sur le terrain que leur sécurité n'était pas assurée en raison de la répression brutale des manifestations et des attaques des rebelles.

 

Le régime de Bachar al Assad impute l'escalade des violences à des "groupes terroristes", dont il se dit déterminé à arrêter "les agressions criminelles contre l'armée, les forces de l'ordre et les citoyens, qui ont augmenté hystériquement depuis l'annonce de la fin des opérations militaires", a écrit dimanche l'agence de presse officielle Sana.

 

Le Conseil de sécurité des Nations unies a autorisé samedi à l'unanimité le déploiement de trente observateurs dans le cadre d'une mission préparatoire qui devra "essayer de faire des propositions concrètes d'ici au 18 avril", a dit le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, à la radio de l'Onu à Genève.

 

"Les vingt cinq observateurs restants doivent arriver dans les prochains jours", a précisé le porte-parole de Kofi Annan, qui a dit s'attendre à l'adoption en fin de semaine d'une seconde résolution autorisant le déploiement de la mission de deux cent cinquante observateurs, parmi lesquels des experts des droits de l'homme.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 17:38

 

http://www.europalestine.com/spip.php?article7122

 

Bienvenue en Palestine

 

Quarante français emprisonnés en Israël

 

Une quarantaine de participants français de la mission Bienvenue en Palestine, ainsi qu’une dizaine d’autres internationaux, étaient emprisonnés lundi matin à Givon (près de Tel Aviv), après avoir refusé de se laisser déporter à leur arrivée, n’ayant commis aucune infraction ni délit, bien au contraire.

 

Selon le pointage que nous avons pu effectuer dans la nuit de dimanche à lundi, il y avait lundi vingt sept frères et sœurs arrivés à Tel Aviv à bord d’un avion Easy jet en provenance de Genève, et dix ou onze autres arrivés à bord d’un avion Air France en provenance de Nice.

 

Quelques uns ont réussi à ne pas se faire prendre leur portable, et ont ainsi pu donner au monde extérieur (à nous, à des proches restés en France) quelques nouvelles par SMS : le moral est excellent. Ils maintiennent leur droit, élémentaire, de pouvoir se rendre en Palestine occupée et se préparent, si nécessaire, à se déclarer en grève de la faim, d’autant plus que mardi 17 avril est une journée générale de mobilisation des milliers de Palestiniens croupissant dans les geôles du régime de l’apartheid.

 

Exemple d’un SMS reçu ce lundi matin à 10 heures 30.

 

« Nous sommes treize filles de Lyon, quatre écossaises, deux de Nice, deux de Marseille, trois de Paris, une du Québec, une de Corse. Ils ne nous laissent toujours pas le droit d’appeler au téléphone sans nous donner d’explications. On fait toutes grève de la faim tant qu’on peut pas téléphoner. Et demain on fait toutes grève de la faim avec les prisonnières palestiniennes »

 

D’ores et déjà, les mesures draconiennes prises le gouvernement et les services secrets israéliens pour empêcher le millier de volontaires de rejoindre la Palestine (seule une demi-douzaine ont réussi à gagner Bethléem, à notre connaissance) s’est transformé en désastre diplomatique et politique pour Netanyahou et sa clique.

 

On le doit notamment à l’excès de zèle des services secrets qui, incapables de déterminer avec un minimum de crédibilité en quoi les volontaires auraient été de « dangereux extrémistes posant un problème existentiel à Israël », ont ratissé large, très large, dans la composition de leurs listes noires.

 

Le Haaretz révèle ainsi que pour des centaines de passagers dont les identités ont été traquées pendant des semaines, le Shin Bet n’a pas été incapable, non seulement d’établir qu’ils représentaient un quelconque « danger » pour Israël, mais même dans certains cas une quelconque activité de militantisme au service de la cause palestinienne ! Le ratissage n’a pas épargné un membre du Conseil d’administration du puissant laboratoire pharmaceutique allemand Merck (Merck Darmstadt) venu en Israël pour signer un accord de recherche scientifique ! Il s’est retrouvé black-listé !

 

Mieux, un diplomate français et sa femme qui doivent commencer à travailler au consulat français à Jérusalem cet été. Le couple avait l’intention de chercher un appartement à Jérusalem, mais la nuit avant leur départ, ils ont reçu un e-mail de leur compagnie aérienne, Lufthansa, disant que leurs billets ont été annulés parce qu’ils avaient été interdits d’entrer en Israël !

 

En fait, ce qui est arrivé dimanche avec une passagère d’Air France, débarquée de son vol allant de Nice à Tel Aviv parce qu’elle avait répondu négativement à un questionnaire de la compagnie aérienne lui demandant si elle était « juive » ou « israélienne », donne une assez claire image de la stratégie d’exclusion élaborée par les agences d’espionnage israéliennes. Quand le passager n’est pas « racialement pur », on élimine.

 

Quitte à s’en prendre à des passagers présentant le « bon profil » : toujours dimanche à Nice, des membres de notre délégation ont été les témoins des mésaventures d’une passagère non membre de la mission interrogée de manière inquisitoriale par le personnel d’Air France.

 

Son crime ? Cette femme, juive de nationalité française, avait tout l’air d’une Arabe, par son patronyme comme par le teint de sa peau, ce qui n’a rien d’étonnant dès lors qu’un grand nombre des Juifs en France sont originaires du monde arabe, Afrique du Nord en particulier.

 

Et quand les employés d’Air France ont cherché à s’abriter derrière les consignes raciales qu’ils avaient reçues d’Israël, la passagère juive indignée a répondu : « Eh bien, maintenant, je n’aime pas ce pays ».

 

Partout où des passagers, des centaines, ont été refusés d’embarquement, il y a eu des protestations, vigoureuses, à Bruxelles, Genève, Mulhouse, Rome, Paris, Nice, etc…

 

Nous en rendons compte au fur et à mesure sur ces sites http://www.bienvenuepalestine.com et http://www.europalestine.com, ainsi que par nos twitters @touspalestine, @Europalestine1, et sur la page Facebook.

 

Amis et membres de la mission, restez attentifs à la suite, et à toutes les initiatives qui seront annoncées.

 

Mission Bienvenue Palestine France

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 17:43

 

http://www.bizimugi.eu/?page_id=5345


 

La police tente d’empêcher l’opération « Dégage Sarkozy » samedi 14 avril à Bayonne mais la foule rapidement rassemblée sur les lieux empêche l’arrestation des militants de Bizi et provoque le départ de la police

 

Délit d'offense au Chef de l'Etat d'après la police
 
Ce samedi 14 avril à partir de 11 heures, un décor géant réalisé par Bizi s’est déplacé à travers tout le centre ville de Bayonne, où affluaient des milliers de supporters à l’occasion du Derby Aviron Bayonnais contre Biarritz Olympique. Il mettait en scène une personne éjectant le Président des riches et de « L’environnement ça commence à bien faire » des rues bayonnaises, le tout décoré du slogan « Dégage Sarkozy, milesker Baiona ! ».

 

Des centaines de supporters ont ainsi pu se faire prendre en photo en train de botter les fesses d’un Nicolas Sarkozy s’envolant dans les airs.

 

A midi et quart, quatre véhicules de police et près d’une vingtaine de policiers sont arrivés sur les lieux et ont commencé à tenter d’arrêter certains des militants de Bizi, et à en contrôler d’autres. La vingtaine de membres de Bizi présents ont refusé de démonter le panneau litigieux arguant de leur droit de mener campagne à l’occasion de cette présidentielle 2012, et ont refusé de présenter leurs papiers d’identité. Les officiers de police -dont plusieurs faisaient partie de l’escorte rapprochée de Nicolas Sarkozy lors de son désastreux voyage à Bayonne le premier mars dernier- ont affirmé aux militants qu’ils tombaient sous le coup d’un délit d’ « Offense au Chef de l’Etat », les menaçant de suites judiciaires.

 

Alors que la police avait enfermé un des militants arrêtés dans un des fourgons et s’apprêtaient à l’embarquer au commissariat, une foule compacte a rapidement entouré les policiers et des gens se sont mêmes interposés devant le fourgon en question, l’empêchant de démarrer.

 

Après de longs moments où la tension était de plus en plus palpable, et où la foule criait aux policiers « Liberté d’expression ! Démocratie ! » et « Libérez notre camarade ! », la police a libéré le militant arrêté et est repartie comme elle était venue, laissant le panneau en place et l’opération « Dégage Sarkozy » continuer à se dérouler jusqu’à 15 heures comme initialement prévu.

 

Un nouveau rendez-vous de la campagne « Dégage Sarkozy Milesker Baiona ! » est fixé au samedi 21 avril à 11 heures devant les Halles de Bayonne.

 

Une manifestation sur le même thème est également convoquée le mardi premier mai à 11 heures à Bayonne et un grand pot de départ à Nicolas Sarkozy est annoncé le dimanche 6 mai dés 18 heures dans le Petit Bayonne (le village qui résiste encore et toujours à ceux qui traite ses habitants de voyous et de terroristes…)

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 17:10

 

http://www.fr.news.yahoo.com/la-cubaine-s%C3%A8me-la-zizanie-au-sommet-des-163556180.html

 

La question cubaine sème la zizanie au sommet des Amériques

 

CARTHAGÈNE-DES-INDES, Colombie (Reuters) - De nombreux gouvernements sud-américains ont menacé dimanche de ne pas signer de déclaration finale au sommet des Amériques si les Etats-Unis ne mettaient pas fin à l'exclusion de Cuba de l'Organisation des Etats américains (OEA).

 

Aussi pour la première fois, des pays alliés des Etats-Unis, comme la Colombie, mettent tout leur poids dans la balance pour mettre un terme à l'isolement de l'île communiste.

 

La Havane avait été exclue en 1962 de l'organisation régionale et les Etats-Unis et le Canada ne veulent pas depuis infléchir leur position.

 

D'après des diplomates, ce désaccord sur le retour de Cuba au sein de l'OEA pourrait bloquer la déclaration finale prévue dimanche à la fin du sommet, qui devait au contraire afficher l'unité de vue des pays du continent américain.

 

"L'isolation, l'embargo, l'indifférence, (...) ont été inefficaces", a dit le président colombien Juan Manuel Santos (droite) au sujet de Cuba.

 

La Colombie est un allié majeur des Etats-Unis en Amérique du Sud, et les gouvernements américains successifs ont aidé Bogota à financer leur lutte contre les guérillas et les trafics de drogue.

 

Sans surprise, la Bolivie, dont le gouvernement est marqué à gauche, a apporté son soutien à une normalisation des rapports entre l'OEA et La Havane.

 

"Tous les pays d'Amérique latine et des Caraïbes soutiennent Cuba et l'Argentine, et seulement deux pays (USA et Canada) refusent d'en discuter", a dit le président Eva Morales, faisant également allusion à la dispute entre Londres et Buenos Aires à propos de la souveraineté des îles Malouines (Falklands pour les Britanniques).

 

"Comment est-ce possible que Cuba ne soit pas présent au sommet des Amériques?", s'est interrogé Morales. "Comment peut-on parler d'intégration si nous excluons Cuba?"

 

"CE N'EST PAS UNE FAVEUR"

 

Le président équatorien Rafael Correa (gauche) a boycotté la réunion sur Cuba lors du sommet et son homologue nicaraguéen Daniel Ortega ne s'est pas rendu à Carthagène des Indes.

 

Les pays membres de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique (ALBA), fondée par Chavez, qui regroupe le Venezuela, l'Equateur, la Bolivie, le Nicaragua et des Etats caraïbes, ont promis de ne plus assister à de nouveaux sommets des Amériques si l'exclusion de Cuba persiste.

 

"Ce n'est pas une faveur que nous voulons faire à Cuba", a dit Ortega à Managua. "A cette réunion à Carthagène, je pense qu'il est temps que l'administration américaine, et tous les conseillers d'Obama, écoutent toutes les nations latino-américaines", a-t-il ajouté.

 

L'élection d'Obama à la Maison blanche avait suscité l'espoir d'une amélioration des relations entre Washington et La Havane. Mais, mis à part la fin de quelques restrictions touchant les déplacements, l'administration Obama s'est montrée timide sur le dossier, jugeant que Cuba devait d'abord démocratiser le régime avant tout dégel américain.

 

Obama, durant le sommet, ne s'est pas exprimé directement sur le sujet cubain. Il a toutefois reconnu que des reliques de la guerre froide, datant parfois d'avant sa naissance, empêchaient une meilleure intégration régionale.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 14:33

 

http://www.fr.news.yahoo.com/isra%C3%ABl-pr%C3%AAt-%C3%A0-expulser-des-pro-palestiniens-attendus-100556011.html

Israël prêt à expulser des pro-palestiniens attendus d’Europe

 

JERUSALEM (Reuters) - Les autorités israéliennes se sont préparées à l'arrivée possible ce dimanche de plusieurs centaines de militants pro-palestiniens européens dans le cadre d'une opération baptisée "Bienvenue en Palestine".

 

Quelque mille deux cent activistes envisageraient de se rendre via l'aéroport Ben-Gourion de Tel Aviv en Cisjordanie pour participer à la construction d'une école internationale à Bethléem et pouvoir "de nouveau contester la politique israélienne d'isolement de la Cisjordanie".

 

Les autorités israéliennes les tiennent pour des provocateurs et ont prévenu qu'elles ne laisseraient entrer sur leur territoire aucun voyageur considéré comme un trouble potentiel à l'ordre public.

 

"Quatre activistes ont été arrêtés après être arrivés de Paris à bord d'un vol El Al et sont en cours d'interrogatoire", a déclaré dimanche le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld.

 

Il avait annoncé la veille que des centaines d'agents de police seraient déployés dans l'aéroport de Tel Aviv. "Nous attendons l'arrivée de centaines d'activistes dans la journée de dimanche. Certains seront renvoyés dans leur pays. Dans le cadre de la procédure normale, ils seront interrogés et nous déciderons au cas par cas", a-t-il dit.

 

Au ministère de l'Intérieur, on dit avoir fourni aux compagnies aériennes une liste de mille deux cent noms de passagers qui ne seront pas autorisés à entrer sur le territoire israélien. Il appartiendra aux compagnes aériennes de prendre en charge le coût de leur rapatriement, ont souligné les autorités israéliennes.

 

Leehee Rothschild, membre de la campagne "Bienvenue en Palestine", a déclaré que des dizaines de militants avaient été informés par des compagnies aériennes que leur billet pour Tel Aviv avait été annulé.

 

"Le fait qu'Israël soit prêt à retenir des personnes qui n'ont commis aucun crime et n'ont rien fait d'autre qu'afficher leur intention de venir en Palestine est une réaction hystérique", a-t-elle dit.

 

En France, plusieurs dizaines de militants ont manifesté dimanche à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle après s'être vu refuser l'enregistrement, leur nom figurant sur la liste dressée par les autorités israéliennes.

 

Beaucoup brandissaient des pancartes dénonçant: "Paris aux ordres de Tel Aviv".

 

"On me refuse l'embarquement, pourquoi? Parce que le gouvernement d'Israël a donné ses ordres, refus d'embarquer des personnes qui vont se rendre à Bethléem pour cette mission", a dit Accacia Condes, qui est professeur, à Reuters TV.

 

"Je trouve ça absolument intolérable. Je vois que cette policière a des listes, apparemment je suis dessus. La Palestine est un pays auquel on n'a pas accès. Jusqu'à quand ça va durer ?", a-t-elle ajouté.

 

"BON VOYAGE"

 

L'an dernier, lors d'une opération similaire mais de moindre ampleur, quelques centaines d'activistes pro-palestiniens avaient été bloqués à l'embarquement dans des aéroports européens et une centaine d'autres expulsés à leur arrivée en Israël.

 

"Il est tout à fait malheureux que nous soyons une fois de plus confrontés à ce type de provocation émanant d'extrémistes de différents pays", a déclaré mercredi à Reuters le ministre israélien de l'Information et de la Diaspora, Yuli Edelstein.

 

Samedi, les services du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, ont rendu publique une lettre du chef du gouvernement israélien qui sera remise aux militants pro-palestiniens refoulés.

 

"Vous auriez pu choisir de dénoncer la sauvagerie quotidienne du régime syrien contre son propre peuple, qui a fait des milliers de morts. Vous auriez pu choisir de dénoncer la brutale répression par le régime iranien de toute dissidence et son soutien au terrorisme dans le monde entier. Au lieu de quoi vous avez choisi de protester contre Israël, la seule démocratie du Proche-Orient", leur écrit-il.

 

"Nous vous suggérons par conséquent de régler d'abord les problèmes véritables de la région avant de revenir et nous faire part de votre expérience. Je vous souhaite un bon voyage", ajoute-t-il.

 

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 14:16

 

http://www.fr.news.yahoo.com/lonu-peine-%C3%A0-trouver-une-strat%C3%A9gie-%C3%A0-long-072934000.html

 

L’ONU peine à trouver une stratégie à long terme pour la Syrie

 

WASHINGTON (Reuters) - Les puissances mondiales se sont accordées samedi sur l'envoi d'une trentaine d'observateurs non armés pour contrôler le fragile cessez-le-feu en Syrie mais la diplomatie peine à trouver une stratégie à long terme dans un pays ravagé par treize mois de violences.

 

Après d'intenses négociations, les quinze pays du Conseil de sécurité de l'ONU ont adopté à l'unanimité la résolution 2042 qui prévoit à terme une mission de surveillance qui devrait compter deux cent cinquante hommes.

 

Sur le papier, les puissances mondiales, le gouvernement de Bachar al Assad et l'opposition syrienne ont approuvé le plan en six points de l'émissaire Kofi Annan pour tenter de ramener la paix, mais la réalité apparaît bien moins simple.

 

La Russie et la Chine, qui ne veulent pas voir se renouveler le scénario qui a prévalu en Libye, ont opposé deux fois leur veto à des projets de résolution soutenus par les Occidentaux et la Ligue arabe.

 

De leur côté, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne souhaitent obtenir le départ d'Assad dont la famille règne sur la Syrie depuis quatre décennies.

 

"La principale question pour le moment est le déploiement rapide des observateurs", a dit un responsable occidental s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

 

"C'est une priorité mais cela n'est pas la seule et au bout du compte on ne voit pas l'avenir de la Syrie avec Assad au pouvoir. Cela risque de prendre du temps", a-t-il ajouté.

 

Les Occidentaux disposent finalement de peu de leviers pour faire aboutir leur plan et même l'idée soutenue par les Etats-Unis d'offrir une assistance pacifique à l'opposition pourrait être abandonnée, principalement en raison de son manque d'efficacité et de la division qui règne parmi les opposants.

 

LES PRÉCÉDENTS DU SRI LANKA ET DU KOSOVO

 

Kofi Annan, les puissances occidentales et leurs alliés arabes estiment que pour l'instant Bachar al Assad ne respecte pas la totalité des engagements contenus dans le plan de l'ancien secrétaire général de l'Onu.

 

En privé, des diplomates occidentaux expriment leur inquiétude face à la stratégie actuelle qui pourrait seulement aboutir à enfoncer un coin entre ceux qui veulent voir tomber Assad et la Russie et la Chine, crispées sur leur position.

 

"L'enjeu du week-end est de voir si la trêve tient et si les observateurs sont acceptés. Après, cela deviendra plus compliqué", explique un autre diplomate.

 

Le seul espoir réaliste, ajoute un responsable, est que les troupes d'Assad cessent d'utiliser les armes lourdes pour mater la rébellion.

 

Mais comme l'ont montré les précédents exemples au Sri Lanka et au Kosovo, les observateurs dépêchés sur le terrain risquent d'avoir bien du mal à empêcher les massacres, les enlèvements et le recours aux tireurs embusqués.

 

Peu estiment que les forces syriennes vont effectivement se retirer des centres urbains et autoriser les manifestations pacifiques comme le prévoit le plan d'Annan.

 

En fait, le véritable défi se présentera lorsque les observateurs auront constaté une diminution du nombre des violences mais que la Syrie continuera à ne pas respecter d'autres dispositions du plan de paix.

 

A ce stade, les Occidentaux affirment qu'ils reviendront devant le Conseil de sécurité avec une résolution plus contraignante, s'inspirant des deux précédentes rejetées par Moscou et Pékin.

 

Cela pourrait signifier des sanctions renforcées et peut-être l'ouverture de "couloirs humanitaires" protégés par une force internationale.

 

L'espoir serait alors de voir la Russie et la Chine perdre patience face à l'entêtement d'Assad et d'accepter finalement des mesures plus contraignantes.

 

Beaucoup doutent qu'un tel scénario puisse se produire car Moscou entend conserver de "manière permanente" son accès militaire au littoral syrien via la base navale de Tartous, comme l'a rappelé une agence de presse russe, vendredi.

 

GROUPES DISPARATES

 

Des diplomates ont toutefois indiqué que de hauts responsables russes ont informé leurs homologues s'attendre à voir Assad tomber et envisager qu'il puisse être remplacé par un autre représentant de la minorité alaouite.

 

Pour les Occidentaux, le casse-tête réside dans l'absence d'unité présentée par l'opposition syrienne qui n'apparaît pas comme une solution de rechange crédible au régime de Bachar al Assad.

 

"Le problème est qu'il y a tout un éventail de groupes très disparates", explique un autre responsable occidental. "Il faut s'assurer que l'on va faire plus de bien que de mal."

 

Les analystes pensent que la Turquie, acteur important dans la région, pourrait envoyer des troupes en Syrie afin de créer une zone tampon si les accrochages frontaliers et l'afflux de réfugiés se poursuivent.

 

Les puissances étrangères semblent, de plus, peu enclines à une intervention militaire et les Américains eux-mêmes semblent se préparer à ce que les choses durent.

 

"Il y a le sentiment qu'à long terme les sanctions pourraient avoir un effet, que la Chine et la Russie en particulier pourraient faire évoluer leur position. A court terme, ce que l'on peut faire est vraiment limité", estime Jon Alterman, ancien responsable au département d'Etat.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 19:28

 

http://www.europalestine.com/spip.php?article7113

 

Tous aux aéroports d’embarquement demain matin dimanche 15 avril 

 

Tandis que les compagnies aériennes, complices de l’Etat israélien, tentent par tous les moyens d’empêcher les volontaires de prendre leurs avions, nos camarades palestiniens nous demandent instamment de persévérer pour porter haut les couleurs de la mission Bienvenue Palestine.

 

« Nous vous remercions du fond du cœur de montrer au monde que le peuple palestinien, s’il est lâchement abandonné à l’arbitraire israélien par les gouvernements des principales puissances, n’est pas seul. Amis français, américains, belges, espagnols, italiens et autres, nous saluons votre courage.

 

Nous vous avons demandé de dire la vérité sur votre destination parce qu’il en va de votre dignité et de celle du peuple palestinien dont on veut nier jusqu’à l’existence. Nous sommes fiers de ce que vous avez déjà accompli. Continuez ! », a déclaré Abdelfattah Abusrur, du camp de réfugiés d’Aïda (Bethléem), l’un des coordinateurs de la mission Welcome to Palestine.

 

En Europe, et notamment en France, nous avons appris que la compagnie Lufthansa avait signifié par email des interdictions de vols à plusieurs dizaines de personnes, tandis que d’autres participants avaient leur carte d’embarquement.

 

Victimes ou pas de cet arbitraire dénoncé vigoureusement par les organisations syndicales des travailleurs du secteur aérien, tous les passagers, qui ont acheté des billets en économisant parfois sou par sou et mois après mois, se présentent, dès samedi, à leurs comptoirs d’enregistrement respectifs.

 

Ils ont besoin du soutien de tous les amis du peuple palestinien, tant il est vrai que celui-ci, lâchement abandonné par les gouvernements soumis à Israël –le gouvernement de Sarkozy/Juppé en premier- ne peut compter que sur la solidarité des simples citoyens.

 

C’est pourquoi nous demandons à tous de vous rendre massivement dans les aéroports de départ, pour leur témoigner soutien et solidarité. POUR LA REGION PARISIENNE, RENDEZ-VOUS DES 5 HEURES DU MATIN, DIMANCHE 15 AVRIL AU TERMINAL T1 DE ROISSY-CDG

 

C’est très tôt, mais nous demandons à chacune et chacun de faire un effort exceptionnel.

 

Faites circuler l’information sur tous vous réseaux, emails, facebook, twitters. Appelez vos amis et proches pour organiser des co-voiturages, consultez les horaires et le parcours des bus Noctilien (140, 144 entre autres) qui partent toute la nuit de la Gare de l’Est. Mais en tout cas, VENEZ ! (dans plusieurs aéroports en régions, de même qu’en Suisse, Belgique, Allemagne, Angleterre, Autriche, Italie, Grèce, renseignez-vous localement)

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens