Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 18:09

 

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/23/le-ministre-de-la-defense-jean-yves-le-drian-se-rallie-a-emmanuel-macron_5099455_4854003.html

 

Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, se rallie à Emmanuel Macron

 

Depuis plusieurs semaines, les membres du cabinet du ministre de la défense travaillent avec ceux du candidat du Mouvement En Marche.

 

Cette fois, c’est fait. Après des semaines de rumeurs et de tergiversations, Jean-Yves Le Drian rejoint Emmanuel Macron. Le ministre de la défense annoncera son soutien à l’ancien ministre de l’économie à ses vice-présidents du conseil régional de Bretagne Jeudi 23 Mars 2017 dans l'après midi à Rennes, a dévoilé Ouest-France Jeudi 23 Mars 2017 dans la matinée. Le quotidien régional devait publier dans la journée un entretien avec Jean Yves Le Drian, où celui-ci explique les raisons de son engagement en faveur du leader du Mouvement En Marche, ses projets en Bretagne et les menaces terroristes.

Ce ralliement était attendu. Depuis plusieurs semaines, les membres du cabinet de Jean Yves Le Drian travaillaient main dans la main avec ceux d'Emmanuel Macron. Son programme en matière de défense, dévoilé le Samedi 18 Mars 2017 devant un parterre de gradés de l’armée, avait été entièrement conçu par des proches de l’élu breton.

Pour attendu qu’il était, ce soutien est une excellente nouvelle pour Emmanuel Macron. Jugé plus faible sur les questions régaliennes et de défense, le candidat de trente neuf ans peut espérer apparaître plus solide avec Jean-Yves Le Drian dans son équipe. Sa défection aurait été un coup dur pour lui.

Preuve de son importance, Emmanuel Macron avait déclaré à plusieurs reprises que, s’il ne cherchait pas particulièrement le soutien de membres du gouvernement, il faisait une exception pour Jean Yves Le Drian. C’est un cas très particulier, avait-il encore répété, Mardi 21 Mars 2017, lors d’une intervention dans le média en ligne Explicite.

L’adhésion de Jean Yves Le Drian est la troisième d’un membre du gouvernement. Avant lui Barbara Pompili, secrétaire d'état chargée de la biodiversité, et Thierry Braillard, secrétaire d'état chargé des sports, ont annoncé cette semaine qu’ils voteront pour l’ancien protégé de François Hollande lors du premier tour des élections présidentielles.

Selon différentes sources, ils pourraient être bientôt suivis par Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, par Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères, ou encore par Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'état chargé du développement et de la francophonie.

A droite, cela bouge également. Ancien ministre de la justice de Jacques Chirac, Dominique Perben, engagé dans la campagne d’Alain Juppé lors de l'élection primaire de la droite, soutiendra Emmanuel Macron pour le premier tour des élections présidentielles, a-t-il fait savoir, Jeudi 23 Mars 2017.

Dominique Perben, qui était chargé des questions régaliennes auprès du maire de Bordeaux, a publié une tribune dans le Figaro dans laquelle il approuve de nombreux points du discours d’Emmanuel Macron en matière de justice. S’agissant du projet, de nombreuses propositions d'Emmanuel Macron vont dans la bonne direction, vante encore Dominique Perben, garde des sceaux entre 2002 et 2005.

Celui qui fut également ministre de la fonction publique, entre 1995 et 1997, et ministre des transports, entre 2005 et 2007, rejoint auprès d’Emmanuel Macron d’autres anciens ministres chiraquiens, comme Jean-Paul Delevoye, Serge Lepeltier, Alain Madelin, Renaud Dutreil et Jean-Jacques Aillagon, et des anciennes secrétaires d'état, comme Anne-Marie Idrac et Nicole Guedj.

L’ancien ministre de l’économie a également enregistré dernièrement le ralliement de plusieurs soutiens d’Alain Juppé lors de l'élection primaire de la droite, dont le sénateur des Républicains de l’Yonne Jean-Baptiste Lemoyne, premier parlementaire à prendre une telle initiative.

Réagissant à cette annonce, l’équipe de Benoît Hamon, candidat officiel du Parti Socialiste au premier tour des élections présidentielles, a dénoncé cette décision. Dans un communiqué, ses porte-parole déclarent que « Jean-Yves Le Drian ne respecte pas le vote des électeurs de gauche qui, y compris dans le Morbihan, ont largement désigné Benoît Hamon comme leur candidat pour le premier tour des élections présidentielles. Il n’est pas acceptable, en démocratie, que des responsables politiques ne s’accommodent du vote des électeurs que lorsque celui-ci leur convient ».

Ils ajoutent que « ce ralliement questionne sur les raisons profondes qui le motivent », fustigeant notamment le fait que Jean Yves Le Drian avait jugé que le retour du service militaire, que propose Emmanuel Macron, « monopoliserait l’encadrement militaire et ruinerait ce délicat édifice de compétences et d’efficacité » qu’est la professionnalisation de l’armée française.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 17:45

 

Marine Le Pen reçue par Vladimir Poutine à Moscou (Reuters)

 

Le président russe Vladimir Poutine a reçu Vendredi 24 Mars 2017 Marine Le Pen, assurant toutefois qu'il n'y aurait pas d'ingérence russe dans les élections présidentielles françaises.

La candidate du Front National a ainsi réussi à parfaire sa stature internationale à un mois du scrutin après avoir rencontré le président libanais Michel Aoun en février et celui du Tchad, Idriss Deby, au début de la semaine.

« Nous ne voulons en aucun cas influencer le déroulement des événements en France », a déclaré le chef du Kremlin à la présidente du parti d'extrême droite.

« Mais nous nous réservons le droit de parler avec tous les représentants politiques de toutes les forces politiques du pays, comme le font nos partenaires, en Europe ou aux Etats-Unis », a-t-il ajouté.

« Il est intéressant d'échanger avec vous sur la façon de développer nos relations bilatérales et la situation en Europe. Je sais que vous représentez un spectre politique européen qui se développe assez rapidement », a dit Vladimir Poutine.

A Washington, la Russie est soupçonnée d'avoir favorisé la victoire de Donald Trump et, à Paris, de fragiliser la candidature d'Emmanuel Macron, selon les responsables du Mouvement En Marche.

Le Kremlin a démenti toute tentative d'influencer le processus électoral aux Etats-Unis ou en France.

Marine Le Pen était à Moscou à l'invitation de Léonid Sloutski, président de la commission des affaires étrangères de la douma d’état, la chambre basse du parlement.

Marine Le Pen a affirmé après sa rencontre avec le président russe que son premier geste à l'égard de la Russie, si elle est élue, serait de réfléchir à une levée rapide des sanctions imposées à Moscou dans le cadre du conflit ukrainien.

La lutte contre le terrorisme islamique était également au menu de ce tête-à-tête inédit, au cours duquel le président russe et son invitée ont plaidé en faveur d'une plus grande collaboration internationale.

Marine Le Pen a également assuré à des journalistes, dans un hôtel de Moscou, qu'elle n'avait pas évoqué avec le président russe un éventuel soutien financier à sa campagne électorale.

Florian Philippot, le numéro deux du Front National, avait indiqué dans la matinée qu'aucune banque française n'avait voulu, à ce jour, consentir de prêt à la candidate mais que le parti ne solliciterait pas pour autant de banque russe.

Le Front National, qui est à la recherche de plusieurs millions d'euros pour financer sa campagne, avait obtenu en 2014 un prêt de neuf millions d'euros d'une banque russe.

Selon l'entourage de la candidate d'extrême droite au premier tour des élections présidentielles, le président russe lui a souhaité bonne chance.

« Il lui a souhaité bonne chance » pour le premier tour des élections présidentielles, a déclaré à Reuters Ludovic de Danne, qui participait à la rencontre. « On a senti qu'ils se comprenaient et qu'ils étaient sur la même longueur d'onde ».

Ces propos n'ont pas pu être confirmés auprès du Kremlin.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 20:50

 

https://www.francebleu.fr/infos/societe/migrants-le-gouvernement-veut-demanteler-le-camp-de-grande-synthe-1489588295

 

Le gouvernement veut démanteler le camp de Grande-Synthe

 

Le ministre de l'intérieur Bruno Le Roux a annoncé Mercredi 15 Mars 2017 lors d'une audition devant une commission du sénat à Paris qu'il voulait lancer rapidement le démantèlement du camp de migrants de Grande-Synthe.

Après la jungle de Calais, le gouvernement veut maintenant démanteler le camp de migrants de Grande-Synthe, près de Dunkerque. Le ministre de l'intérieur Bruno Le Roux a annoncé Mercredi 15 Mars 2017 à Paris qu'il voulait lancer ce démantèlement le plus rapidement possible. Il invoque des comportements inacceptables sur le site où vivent quelque mille cinq cent réfugiés.

« La question n'est plus seulement aujourd'hui celle du rétablissement de l'ordre public, mais aussi celle du démantèlement progressif du camp, qui doit pouvoir démarrer le plus rapidement possible », a déclaré le ministre de l’intérieur lors d'une audition devant une commission du sénat. « Nous ne pouvons plus laisser les choses continuer comme cela », a-t-il souligné.

Mardi 14 Mars 2017, une manifestation a dégénéré dans le camp de Grande-Synthe. Des baraquements ont été incendiés. Les forces de l'ordre ont dû faire usage de gaz lacrymogènes.

Un camp humanitaire ouvert il y a un an

Le camp de Grande-Synthe, qui répond aux normes internationales, a été aménagé il y a un an par la ville et Médecin Sans Frontières (MSF), sans le soutien de l’état, pour accueillir mille trois cent réfugiés, essentiellement des kurdes, qui vivaient alors dans des conditions déplorables sur un terrain boueux à quelques centaines de mètres de là.

Deux cent chalets en bois ont été construits, répartis sur ce grand terrain viabilisé. Ils sont centrés autour de points d'eau, de véritables toilettes et de douches, avec de grands espaces où des conteneurs servent à la distribution des repas ou des vêtements. Les migrants disposent également d'un centre de soins.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 20:33

 

http://www.utopia56.com/fr/actualite/tribunal-administratif-lille-donne-raison-associations-distributions-vont-continuer

 

Le tribunal administratif de Lille donne raison aux associations, les distributions alimentaires vont continuer

 

Mercredi 22 Mars 2017, le tribunal administratif de Lille a suspendu les arrêtés pris par la maire de Calais. Pour nous, associations humanitaires, c’est un soulagement.

 

Les distributions alimentaires doivent et vont donc pouvoir continuer de se tenir sur le territoire de Calais pour toutes les personnes en situation de précarité.

 

Chaque jour, les bénévoles des différentes associations organisent des distributions de repas, de sacs de couchage et de vêtements chauds. Nous informons aussi les migrants, repérons les problèmes de santé et signalons les mineurs. Nous estimons à quatre cent le nombre de réfugiés actuellement à Calais.

 

Rejoignez-nous pour nous aider ou faites un don.

 

Nous rappelons que nous sommes ouverts à une discussion avec les autorités pour l’organisation matérielle de telles distributions. Nous espérons pouvoir travailler avec la mairie de Calais dans l’intérêt général. Et plus largement, il est indispensable de penser à des dispositifs d’accueil hors de Calais, mais aussi dans Calais.

 

Les distributions ne sont pas la cause de l’arrivée des migrants. En revanche, elles aident à la sérénité dans le Calaisis au vu de la situation actuelle.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 20:10

 

Emmanuel Macron salue le soutien de Jean Yves Le Drian à sa candidature (Reuters)

 

Emmanuel Macron a salué Jeudi 23 Mars 2017 la décision, pas encore officialisée par l'intéressé, du ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, de se rallier à sa candidature un mois jour pour jour avant le premier tour des élections présidentielles.

Selon le quotidien Ouest France, qui a rencontré le ministre socialiste Jeudi 23 Mars 2017, ce poids lourd du gouvernement, proche de François Hollande, devait annoncer sa décision dans la journée à ses vice-présidents au conseil régional de Bretagne.

A son arrivée à Dijon pour un déplacement de campagne, Emmanuel Macron a salué en lui un homme de conviction à la conception de la politique proche de la sienne.

« Je suis toujours heureux qu'il y ait des femmes et des hommes de conviction qui nous rejoignent et, quant à Jean-Yves Le Drian, c'est un responsable politique pour lequel j'ai beaucoup de respect et qui, en Bretagne, a construit une majorité de projets qui est assez voisine de la démarche qui est la nôtre », a dit le fondateur du Mouvement En Marche devant la presse.

Le penchant de Jean-Yves Le Drian pour l’ancien ministre de l’économie, l'un des favoris des sondages actuellement, plutôt que pour le socialiste Benoît Hamon ne faisait plus guère de doute depuis plusieurs jours.

L'entourage de ce proche de François Hollande évoquait des discussions entre les deux hommes, tout en précisant que le ministre était maître du calendrier.

Jusqu'à présent, seuls deux secrétaires d’état sans grand pouvoir d'influence, l'écologiste Barbara Pompili et le radical de gauche Thierry Braillard, avaient annoncé leur choix de soutenir Emmanuel Macron.

Tiraillés entre le candidat investi par leur camp et le mieux placé pour accéder au second tour, d'autres ministres d'envergure continuent à entretenir le suspense sur leurs intentions, à commencer par les fidèles de François Hollande.

Le chef de l’état a autorisé les membres de son gouvernement à prendre parti durant la campagne, mais pas avant le Vendredi 24 Mars 2017.

Les porte-parole de Benoît Hamon ont déploré le choix de Jean-Yves Le Drian qui « ne respecte pas le vote des électeurs de gauche qui, y compris dans le Morbihan, ont largement désigné Benoît Hamon comme leur candidat pour le premier tour de ces élections présidentielles », écrivent-ils dans un communiqué.

Populaire en Bretagne et ministre de premier plan depuis le début du quinquennat, Jean-Yves Le Drian est la prise la plus prestigieuse pour Emmanuel Macron depuis l’alliance nouée à la fin du mois de février 2017 avec le centriste François Bayrou.

Ce rapprochement a coïncidé avec une nouvelle progression du candidat dans les enquêtes d'intention de vote réalisées en vue du premier tour des élections présidentielles du Dimanche 23 Avril 2017.

L'ancien protégé de François Hollande n'a toutefois pas l'intention de circonscrire le cercle de ses soutiens à la gauche et au centre. Il n'hésite pas, par exemple, à envoyer des signaux aux anciens partisans d'Alain Juppé, désormais orphelins.

« Beaucoup de candidats de droite et de gauche ont depuis plusieurs semaines un problème de défections. Nous, nous avons un autre problème, ce sont des ralliements et des soutiens. C'est beaucoup moins grave à gérer », a-t-il dit à Dijon.

Dans un entretien à l'hebdomadaire Marianne, l'ancien ministre Philippe Douste-Blazy annonce son soutien à Emmanuel Macron. Il avait appuyé Alain Juppé à l’élection primaire de la droite.

Dominique Perben, lui aussi favorable au maire de Bordeaux durant cette élection primaire et ministre de la justice sous Jacques Chirac, a fait de même.

Dans un entretien à La Chaîne Parlementaire (LCP), Emmanuel Macron a dit vouloir compter, s'il accède à l'Elysée, sur « un premier ministre fort avec des ministres forts », dans un gouvernement aux membres issus de la société civile pour au moins un tiers.

A la question de savoir s'il souhaite que ses ministres soient de droite ou de gauche, Emmanuel Macron répond que cela lui importe peu.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 20:11

 

Des hommes des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) acheminés par voie aérienne vers Tabka en Syrie (Reuters)

 

Des appareils de la coalition internationale ont acheminé par voie aérienne des soldats américains et des combattants des FDS près de Tabka dans la province de Rakka, ont fait savoir les FDS, Mercredi 22 Mars 2017.

 

Cette opération, qui élargit le cadre de l'offensive en cours pour reprendre la ville de Rakka au groupe djihadiste Etat Islamique, vise à s'emparer du secteur stratégique de Tabka et, dans le même temps, à freiner la progression des troupes du régime de Damas dans cette direction, ont ajouté les FDS, alliance de combattants arabes et kurdes en lutte contre l'Etat Islamique.

 

Les forces qui ont été acheminées se sont emparées de quatre localités du secteur à l'ouest de Tabka et ont coupé un axe routier important qui relie les provinces de Rakka, de Daïr al Zour et d'Alep, ont ajouté les FDS.

 

« Les forces américaines ont mené une opération de débarquement de troupes terrestres américaines, ainsi que de membres des forces spéciales », indiquent les FDS.

 

Un responsable au fait des opérations des FDS a dit à Reuters que l'opération d'acheminement aérien visait à sécuriser un point de passage pour les forces arrivant par bateau par l'Euphrate.

 

A Washington, le secrétariat d’état à la défense a indiqué que des moyens aériens américains avaient permis d'acheminer des hommes de la coalition arabe syrienne, qui fait partie des FDS, dans le but de reprendre le barrage de Tabka.

 

L'opération de transport de combattants des FDS par voie aérienne est une première, a déclaré un responsable américain, qui précise que des hélicoptères Apache, de l'artillerie des marines et des soldats d'unités spéciales américaines ont pris part à ce pont aérien.

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 19:46

 

François Fillon aurait touché cinquante mille dollars pour jouer les intermédiaires (Reuters)

 

François Fillon a reçu cinquante mille dollars, par le biais de sa société de conseil, d'un industriel libanais pour lui présenter le président russe Vladimir Poutine et le Président Directeur Général (PDG) de Total, selon le Canard Enchaîné à paraître Mercredi 22 Mars 2017.

Après les emplois d'attachés parlementaires de ses proches et l'affaire des costumes, le candidat de la droite et du centre au premier tour des élections présidentielles est l'objet de nouvelles révélations au sujet de sa société de conseil, François Fillon Conseil, créée en 2012.

Il aurait joué ce rôle d'intermédiaire le 19 juin 2015 à l'occasion du forum économique international de Saint Pétersbourg, précise l'hebdomadaire satirique.

Quelques jours auparavant, François Fillon, alors député de Paris, aurait signé un contrat avec la société de l'industriel libanais, dans lequel il s'engageait à lui présenter des dirigeants russes, algériens, gabonais, ivoiriens et français.

Il aurait finalement organisé à Saint-Pétersbourg une rencontre avec Vladimir Poutine puis dans la foulée avec le PDG de Total, Patrick Pouyanné.

Outre la somme de cinquante mille dollars, le contrat prévoyait un intéressement pour chaque marché conclu. Mais François Fillon n'a perçu aucune prime de résultat, selon le chargé de communication de l'industriel sollicité par le Canard Enchaîné.

L'hebdomadaire reconnaît que ces informations ne démentent pas les propos de François Fillon affirmant n'avoir jamais travaillé pour des sociétés russes, mais parle de demi-mensonge ou de demi-vérité.

L'entourage du candidat n'était pas joignable dans l'immédiat.

Lors d'une conférence de presse le 6 février 2017, au début de l'affaire des emplois d'assistants parlementaires présumés accordés à son épouse et à ses enfants, François Fillon avait donné quelques noms de clients de sa société de conseil.

« La liste de mes clients ne comprend aucune entreprise russe, ni le gouvernement russe, ni aucun organisme de ce pays et toutes les conférences que j’ai données en Russie l’ont été à titre gratuit », avait-il dit.

Dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs de sa famille, François Fillon a été mis en examen Mardi 14 Mars 2017 pour détournement de fonds public, complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de bien sociaux et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP).

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 19:34

 

Barbara Pompili, secrétaire d’état chargée de la biodiversité, apporte son soutien à Emmanuel Macron (Reuters)

 

La secrétaire d’état chargée de la biodiversité, Barbara Pompili, a annoncé Mardi 21 Mars 2017 son soutien à Emmanuel Macron en vue du premier tour des élections présidentielles, devenant le premier membre du gouvernement à rallier officiellement le candidat du Mouvement En Marche.

« J'ai décidé de soutenir le projet, la démarche et donc la candidature d'Emmanuel Macron au premier tour des élections présidentielles », écrit l'ancienne députée écologiste sur son compte Twitter.

« Le projet d'Emmanuel Macron, c'est une écologie réaliste, un engagement européen fort et une volonté de répondre à la détresse qui nourrit le Front National », ajoute-t-elle.

Bernard Poignant, un conseiller très proche de François Hollande, a lui aussi annoncé qu'il apportait son soutien au fondateur du Mouvement En Marche.

« J'ai informé le président de mon choix depuis un moment et je vais quitter l'Elysée cette semaine, c'est normal », a-t-il dit à Reuters. « Je ne veux pas que cela soit interprété comme un engagement du président ».

L'ancien maire de Quimper dit se sentir plus proche des orientations du programme d'Emmanuel Macron que de celui de Benoît Hamon, à qui il reproche d'avoir voté une motion de censure contre le gouvernement quand il était député. « Je ne l'ai toujours pas avalé et digéré », a-t-il dit.

Au lendemain du débat entre cinq candidats regardé par près de dix millions de téléspectateurs selon Médiamétrie, les choses s'accélèrent donc, malgré la consigne de François Hollande demandant aux membres du gouvernement de ne pas soutenir officiellement un candidat en lice avant le Vendredi 24 Mars 2017.

Emmanuel Macron engrange depuis plusieurs mois le soutien de personnalités de gauche, de droite et du centre.

Plusieurs ministres et secrétaires d’état ont laissé entendre ces dernières semaines qu'ils pourraient voter pour lui, aux dépens du candidat investi par le Parti Socialiste, Benoît Hamon.

Au début du mois de mars 2017, le ministre de la Ville, Patrick Kanner, a ainsi demandé à l’ancien frondeur des « preuves d'amour », faute de quoi il n'excluait pas de voter pour le leader du Mouvement En Marche.

Au mois de janvier 2017, la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, avait estimé que le rassemblement de la gauche pourrait se faire dans les mois à venir derrière Emmanuel Macron et laissé entendre qu'elle ne soutiendrait pas automatiquement le vainqueur de l’élection primaire de la gauche.

Très attendu, le ralliement du ministre de la défense Jean-Yves Le Drian, pilier du gouvernement, pourrait être officialisé avant la fin de cette semaine.

Lors du bureau national du Parti Socialiste du Lundi 20 Mars 2017, Bernard Cazeneuve a eu pour sa part des expressions sévères et il a stigmatisé tous ceux qui manquaient à leur parole, a dit Mardi 21 Mars 2017 sur Radio Télévision Luxembourg (RTL) le premier secrétaire du Parti Socialiste, Jean-Christophe Cambadélis.

Le premier ministre « ne visait pas seulement Manuel Valls », qui a annoncé la semaine dernière qu'il ne parrainerait pas Benoît Hamon, en dépit de son engagement pris avant l’élection primaire organisée par le Parti Socialiste de soutenir le vainqueur.

A la question de savoir si le chef du gouvernement avait demandé aux ministres de ne pas rallier Emmanuel Macron, Jean-Christophe Cambadélis a répondu par l'affirmative et il a dit espérer que Jean-Yves Le Drian ne le fasse pas.

A trente trois jours du premier tour des élections présidentielles, Emmanuel Macron est en deuxième position des intentions de vote dans les sondages, talonnant Marine Le Pen, devant François Fillon et Benoît Hamon.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 19:15

 

L'enquête sur les emplois présumés fictifs de Pénélope Fillon encore élargie (Reuters)

 

L'enquête sur les emplois présumés fictifs de Penelope Fillon et de deux enfants du candidat de la droite au premier tour des élections présidentielles a été élargie aux chefs d'escroquerie aggravée et de faux et usage de faux, a-t-on appris de source proche du dossier.

 

Les enquêteurs se demandent si des documents signés par François Fillon et son épouse ne sont pas des faux établis a posteriori et destinés à justifier la réalité du travail effectué, précise le Monde, qui a révélé l'information.

 

Le Parquet National Financier (PNF) a accordé Jeudi 16 Mars 2017 aux juges d'instruction chargés de l'affaire un réquisitoire supplétif pour qu'ils élargissent leurs investigations à des soupçons d'escroquerie aggravée et de faux et usage de faux, souligne la source proche du dossier.

 

Le même réquisitoire supplétif concerne également un possible trafic d'influence, mais seul ce dernier chef avait alors été révélé.

 

Selon le Monde, les enquêteurs s'interrogent notamment sur une feuille de calcul retrouvée à l’assemblée nationale et qui comporte le nombres d'heures effectuées par Penelope Fillon à une date indéterminée.

 

Après l'affaire concernant Penelope Fillon et de deux ses enfants, la justice s'est emparé de l'affaire des costumes de luxe offerts à François Fillon, le PNF ayant accordé Jeudi 16 Mars 2017 un réquisitoire supplétif pour trafic d'influence.

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 21:15

 

François Hollande et Bernard Cazeneuve tranchent le cas de Bruno Le Roux (Reuters)

 

François Hollande et Bernard Cazeneuve ont tranché Mardi 21 Mars 2017 le cas du ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux, qui a démissionné moins de vingt quatre heures après des révélations sur l'emploi de ses filles comme assistantes parlementaires à l’assemblée nationale.

A trente trois jours du premier tour des élections présidentielles, le chef de l’état et le premier ministre ont ainsi évité de prêter le flanc aux accusations d'instrumentalisation de la justice brandies par le candidat de la droite, François Fillon.

L'ancien premier ministre, mis en examen dans l'affaire des emplois fictifs présumés dont aurait notamment bénéficié son épouse Pénélope Fillon comme assistante parlementaire, n'a de cesse de dénoncer le traitement particulier dont il se dit la cible.

Le Parquet National Financier (PNF) a agi avec une célérité plus grande encore dans le cas de Bruno Le Roux, en annonçant Mardi 21 Mars 2017 en début d'après-midi l'ouverture d'une enquête préliminaire visant le ministre de l’intérieur.

L’ancien chef de file des députés socialistes a alors été reçu par François Hollande en présence de Bernard Cazeneuve.

Mardi 21 Mars 2017 peu après 18 heures, après une rencontre avec des élus de Seine-Saint-Denis, il a annoncé à la préfecture de Bobigny sa démission d'un ministère où il avait succédé à Bernard Cazeneuve il y a seulement trois mois et demi, le 6 décembre 2016.

Peu après, l'Elysée annonçait son remplacement par une étoile montante du Parti Socialiste, Matthias Fekl, jusqu'ici secrétaire d’état au commerce extérieur et soutien du candidat socialiste au premier tour des élections présidentielles, Benoît Hamon.

L'enquête ouverte par le PNF et confiée à l'Office Central de Lutte contre la Corruption et les Infractions Financières et Fiscales (OCLCIFF) vise des faits révélés Lundi 20 Mars 2017 par une émission de la chaîne de télévision TMC.

Selon cette émission, les filles de Bruno Le Roux, âgées aujourd'hui de vingt trois et de vingt ans, auraient cumulé respectivement quatorze et dix Contrats à Durée Déterminée (CDD) effectués pendant les vacances scolaires, entre 2009 et 2016.

Lors de deux contrats spécifiques, l'aînée était en même temps en stage à plein temps chez Yves Rocher, en Belgique, et la benjamine en cours en classe préparatoire à Paris.

Bruno Le Roux a admis avoir embauché ses deux filles comme collaboratrices parlementaires pour des emplois d'été.

« Ces contrats, ponctuels et officiels, conformes aux règles juridiques des services de l’assemblée nationale, correspondaient tous bien sûr à des travaux effectivement réalisés », s'est-il défendu dans son discours de Bobigny.

Mais « je ne veux à aucun prix que ce débat fait d’amalgames puisse porter atteinte au travail du gouvernement », a-t-il poursuivi. « La responsabilité particulière qu'impose la lutte quotidienne contre le terrorisme, contre la délinquance et pour la maîtrise des flux migratoires, implique de ne prêter le flanc à aucune instrumentalisation. J'affirme mon honnêteté dans les rapports humains comme dans tous mes actes politiques. Mais ma responsabilité est aussi de préserver totalement l’action gouvernementale, c’est pourquoi j’ai adressé ma démission au président de la république ».

Bruno Le Roux est le troisième ministre de François Hollande contraint de démissionner dans ce type de conditions, après l’ancien ministre du budget Jérôme Cahuzac, accusé de fraude fiscale, il y a quatre ans, et l’ancien secrétaire d’état au commerce extérieur, Thomas Thévenoud, lui aussi en délicatesse avec le fisc, au mois de septembre 2014.

Cette affaire intervient alors que la moralisation de la vie publique est devenue un des thèmes de la campagne présidentielle après la mise en examen de François Fillon et les déboires judiciaires de la candidate du Front National, Marine Le Pen.

Le candidat du Mouvement En Marche, Emmanuel Macron, a promis une « grande loi de moralisation de la vie publique ».

Lors du premier débat télévisé des prétendants à l'Elysée, Lundi 20 Mars 2017, François Fillon a pour sa part promis, s'il est élu, la création d'une commission chargée de faire des propositions en matière de transparence de la vie publique.

La plupart des candidats se sont dits pour une interdiction de l'emploi par les parlementaires de membres de leur famille.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens