Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 19:21

 

http://www.anticolonial.net/spip.php?article2392

 

Samedi 10 décembre 2011 de 16 heures à 20 heures

A l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme, participez au Live Syria Day

Manifestation internationale de Soutien au peuple Syrien

Au SOCLE, 100 rue de Charenton, 75012 Paris

(Métro gare de Lyon ou Ledru Rollin)

Malgré neuf mois de répression brutale et d’exactions systématiques contre leurs droits élémentaires (torture enlèvement, assassinat, villes assiégées…), les syriens poursuivent leur lutte pacifique pour la défense de leur liberté et de leurs droits.

A l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme, les manifestants et les activistes syriens vous appellent à manifester simultanément avec eux ce samedi 10 décembre lors du Live Syria Day.

Lors de cet événement, vous partagerez avec les manifestants en Syrie les chants et slogans projetés en directe sur écran géant en provenance de toutes les régions de Syrie (Homs, Daara, Hama, Damas, Jabal Al Zaouie).

Cette journée sera une journée de partage et de soutien pour un peuple qui affronte la mort depuis plus de huit mois avec une audace et une ténacité imbattables.

Soyons Solidaire avec le peuple Syrien, participons au Live Syria Day.

Journée à l’initiative de la commission générale de la révolution Syrienne (Al Haya Al Aama)

Coordination à l’internationale par News Network, SMART, La page de révolution Syrienne 2011 contre Bachar al Assad.

Avec le soutien et la participation en France de SMART-France, Souria Houria, Urgence Syrie, Collectif du 15 Mars, Comité de la déclaration de Damas, Association Pour une Syrie Libre, comités locaux de coordination LCC, comités locaux de coordination à l’étranger LCCabroad, Le Comité de Coordination de Paris pour le Soutien à la Révolution Syrienne, Sortir du colonialisme, Union syndicale Solidaires, Europe Ecologie Les Verts, NPA, PCF …

Entrée libre mais nombre de places limitées, merci de confirmer votre venue par email à : livesyriaday@gmail.com

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 20:16

 

http://www.fr.news.yahoo.com/les-fr%C3%A8res-musulmans-emporteraient-34-si%C3%A8ges-plus-en-152242476.html

 

Les Frères musulmans emporteraient trente quatre sièges de plus en Egypte

 

LE CAIRE (Reuters) - La victoire électorale du parti des Frères musulmans semble se confirmer en Egypte, où le nouveau gouvernement de Kamal al Ganzouri, aux pouvoirs renforcés, a finalement été investi.

 

Le Parti liberté et justice (FJP) a remporté la majorité des duels de second tour de la première phase des élections législatives, qui s'étendront jusqu'au mois de janvier, a annoncé dans la soirée la commission électorale égyptienne.

 

La participation a toutefois fortement reculé, avec seulement 39% de votants contre 52% lors du premier tour, le mois dernier.

 

Le FJP a remporté 24 des 44 sièges attribués, et ses alliés en ont pris quatre autres. Le décompte des bulletins a été suspendu pour huit autres sièges en raison de recours légaux, mais le FJP a indiqué s'attendre à en gagner six.

 

Avec les deux sièges obtenus au premier tour, le FJP détiendrait 36 des 56 sièges en lice dans cette première phase pour ce qui concerne le scrutin majoritaire uninominal.

 

Les islamistes modérés sont également arrivés en tête du scrutin de liste, avec un peu moins de 37% des suffrages exprimés. Les salafistes du parti Al Nour ont créé la surprise en prenant la deuxième place (24%). Les libéraux du Bloc égyptien sont crédités de 13% des suffrages.

 

Les élections législatives, premier scrutin de l'après-Moubarak, sont organisées en trois phases, selon un système complexe de répartition des 498 sièges de la future Assemblée du peuple. Les deux tiers des députés sont élus au scrutin de liste à la proportionnelle; le tiers restant est désigné au scrutin majoritaire à deux tours.

 

Les résultats officiels du deuxième tour ne seront pas connus avant jeudi mais il semble que les partisans de la laïcité aient voté en faveur des Frères musulmans dans les vingt quatre duels de second tour qui les opposaient aux salafistes.

 

ÉCHEC SYMBOLIQUE POUR LES SALAFISTES

 

Un porte-parole du parti salafiste, Abdel Moneim el Shahat, a par exemple été battu à Alexandrie par un candidat du FJP, rapporte la presse. Il avait suscité la polémique en suggérant que la démocratie était "haram" (interdite) et que les statues des pharaons devraient être recouvertes ou détruites car symboles d'idolâtrie.

 

Shahat doit sa défaite au report des voix des jeunes électeurs libéraux et chrétiens vers le candidat indépendant Hosni Deouidar, qui était également soutenu par les Frères musulmans.

 

"Les Frères ne me représentent pas, mais ils valent mieux que les salafistes", a déclaré Beshoy Gerges, étudiant en droit de 23 ans de confession copte. "Je préfère mourir plutôt qu'être représenté par un salafiste au parlement."

 

Le mandat populaire dont jouiront les Frères musulmans après les élections ne pourra être ignoré par le conseil militaire au pouvoir, mais l'armée conservera le pouvoir exécutif jusqu'à l'élection présidentielle prévue en juin.

 

Cette élection doit marquer la fin de la période de transition entamée avec la chute, le 11 février, du président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis près de 30 ans.

 

Le procès de l'ancien "raïs" et de deux de ses fils, poursuivis notamment pour la mort de 850 manifestants, va pouvoir reprendre à la fin du mois. La justice a rejeté la demande de dessaisissement des juges chargés de l'affaire, rapporte mercredi l'agence de presse officielle Mena.

 

Le Conseil supérieur des forces armées (CSFA) a par ailleurs publié un décret donnant au Premier ministre des prérogatives présidentielles, rapporte Mena.

 

La nomination de Ganzouri, 78 ans et Premier ministre d'Hosni Moubarak à la fin des années 1990, n'a pas fait l'unanimité parmi les mouvements révolutionnaires.

 

Le Premier ministre a mis du temps à former un gouvernement susceptible de satisfaire la population. Son cabinet a été investi mercredi par le chef du CSFA, a rapporté la télévision publique.

 

Le ministère de l'Intérieur, un poste-clé, a été confié au responsable de la sécurité de la province de Giza, sur la rive ouest du Nil, rapporte le journal du pouvoir Al Ahram.

 

Le ministre des Finances, Moumtaz al Saïd, a été confirmé dans ses fonctions. D'après des médias d'Etat, la moitié des membres du gouvernement sortant devraient conserver leur poste.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 19:54

 

http://www.fr.news.yahoo.com/la-police-d%C3%A9mant%C3%A8le-le-camp-des-indign%C3%A9s-san-182718892.html

 

La police démantèle le camp des « indignés » de San Francisco

 

SAN FRANCISCO (Reuters) - La police californienne a démantelé mercredi matin un camp de toile du mouvement "Occupy" à San Francisco et procédé à une cinquantaine d'arrestations. Il s'agissait du dernier grand campement de manifestants "anti-Wall Street" sur la côte Ouest.

 

Ces dernières semaines, la ville avait demandé à plusieurs reprises aux manifestants de quitter la place qu'ils occupaient près de la rue piétonnière Market Street, et tenté sans succès de négocier leur installation à un autre endroit.

 

Une centaine de personnes se trouvaient dans le camp lorsqu'un nombre équivalent de policiers sont intervenus peu avant 2 heures du matin, a indiqué Greg Suhr, chef de la police de San Francisco.

 

Une cinquantaine d'entre elles ont été interpellées, dont deux pour agression après avoir frappé un policier au visage avec une chaise. Le reste de l'opération s'est déroulé sans incident notable. Un petit groupe de manifestants a continué de faire face aux forces de l'ordre sur Market Street, mais la plupart s'étaient dispersés vers 5 heures 30.

 

Une opération analogue à Oakland avait entraîné le mois dernier de violents affrontements entre policiers et manifestants, dont plusieurs avaient été grièvement blessés. Les autorités de San Francisco tenaient à éviter le même scénario.

 

A Los Angeles, la police avait mobilisé mille deux cent policiers pour démanteler un camp d'"indignés" à la fin du mois dernier.

 

Les autorités de nombreuses villes américaines ont démonté des camps qui avaient surgi dans la foulée du mouvement "Occupy Wall Street" de New York, dirigé contre les inégalités économiques et les excès imputés au système financier américain.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 21:06

 

http://www.fr.news.yahoo.com/des-sanctions-demand%C3%A9es-apr%C3%A8s-un-d%C3%A9c%C3%A8s-lors-dune-153020107.html

 

Des sanctions demandées après un décès lors d’une interpellation

 

STRASBOURG (Reuters) - Le Défenseur des droits en France, Dominique Baudis, recommande au ministère de l'Intérieur la prise de sanctions à l'encontre de quatre policiers impliqués dans la mort d'un homme qu'ils venaient d'interpeller en 2009 dans le Doubs.

 

Cette affaire fait partie des cinq cas de personnes décédées entre les mains de la police entre 2004 et 2009 qu'Amnesty International a dénoncés dans une lettre ouverte le 30 novembre.

 

Le collège "Déontologie de la sécurité" du Défenseur des droits estime dans une délibération récente qu'en interpellant Mohamed Boukrourou, le 12 novembre 2009 à Valentigney, les policiers "ont fait un recours inadapté et disproportionné à la force" et ont fait subir à la victime un "traitement inhumain et dégradant".

 

Ce Marocain de 41 ans souffrant de troubles psychiatriques s'était énervé contre son pharmacien auquel il avait lui-même demandé d'appeler la police afin de porter plainte.

 

Alors qu'il était allongé dans le fourgon de police, les menottes aux poignets, trois fonctionnaires s'étaient installés sur son corps pour le maîtriser.

 

Le quadragénaire serait décédé d'une défaillance cardiaque.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 18:40

 

http://www.fr.news.yahoo.com/heurts-entre-manifestants-et-forces-lordre-%C3%A0-ath%C3%A8nes-133017911.html

 

Heurts entre manifestants et forces de l’ordre à Athènes

 

ATHENES (Reuters) - La police grecque a fait usage de gaz lacrymogène mardi à Athènes contre des dizaines de manifestants cagoulés qui jetaient des cocktails molotov et des pierres contre les forces de l'ordre en marge d'une manifestation.

 

Des centaines de personnes s'étaient rassemblées dans la capitale jusqu'au parlement pour commémorer la mort d'un jeune lycéen tué par la police en 2008.

 

La mort d'Alexandros Grigoropoulos, 15 ans, avait déclenché les émeutes les plus violentes de l'histoire du pays. Les troubles, qui se nourrissaient également des difficultés économiques, avaient duré deux semaines et joué un rôle dans l'alternance politique aux législatives d'octobre 2009.

 

La crise de la dette grecque a éclaté peu de temps après l'arrivée des socialistes au pouvoir, lorsque les nouveaux gouvernants ont découvert la réalité de la situation macroéconomique du pays.

 

La Grèce est depuis lors le théâtre de manifestations régulières qui dégénèrent souvent en affrontements entre policiers et manifestants devant le parlement.

 

Mardi, dix personnes au moins ont été légèrement blessées. Des groupes de militants radicaux, vêtus de noir, ont brisé des vitrines et incendié des poubelles.

 

Des incidents ont été signalés dans d'autres quartiers d'Athènes ainsi qu'à Salonique, dans le nord du pays.

 

Les cortèges étaient plus maigres que ceux des derniers rassemblements liés à cet événement et des dernières manifestations contre la politique économique.

 

Dans le centre d'Athènes, le cortège principal des manifestants a dénoncé les nouvelles mesures d'austérité. "La révolution sociale maintenant", pouvait-on lire sur une banderole.

 

BUDGET

 

"C'est une colère sourde, comme une tension, et c'est dangereux", a constaté Mary Bossis, professeur de sécurité internationale à l'université du Pirée.

 

Le rassemblement a été dispersé en moins d'une heure, mais une nouvelle manifestation, dirigée contre la politique d'austérité, devait débuter en fin d'après-midi.

 

Les députés doivent se prononcer dans la soirée sur le budget 2012 préparé par le gouvernement d'union de Lucas Papadémos. Le budget contient des hausses d'impôts et des réductions des dépenses de l'Etat, pour parvenir à un déficit de 6,7% du produit intérieur brut en 2012 contre 9% cette année.

 

Il devrait être adopté sans difficulté malgré la colère sociale, en raison de la marge dont dispose le gouvernement de coalition au Parlement.

 

La Grèce a obtenu la semaine dernière le versement d'une nouvelle tranche d'aide internationale de huit milliards d'euros, qui lui permet jusqu'à présent d'éviter la faillite.

 

"Il n'y a pas de solution miracle", a dit le ministre du Travail, George Koutroumanis, aux députés. "Mais en 2012, nous devrons travailler pour ramener la croissance et les investissements qui créeront du travail."

 

"Nous devons résoudre ces problèmes qui sapent la cohésion sociale et frappent des centaines de milliers de jeunes", a insisté le ministre.

 

Le taux de chômage des jeunes a atteint 43% en Grèce après une succession de plans d'austérité qui ont contribué à provoquer une quatrième année consécutive de récession.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 17:41

 

Un mois de campement et appel pour le 10 décembre

 

Mouvement Démocratie Réelle Paris

 

Indignés de la Défense

 

Après l'occupation du temple de la finance et de la spéculation, les Indigné-e-s se tournent à présent vers la question des Droits de l'Homme : diverses actions sont prévues ce 10 décembre.

 

Premier bilan : malgré des conditions climatiques difficiles, le blocus et le harcèlement permanent des forces de l'ordre, cette action dépasse les espérances.

 

Un grand nombre de personnes nous ont apporté un fort soutien logistique et moral ; le campement a permis de considérables échanges avec des habitués du quartier d'affaire et des sympathisants de toute la région parisienne, de France et d'Europe.

 

Il a aussi été un espace au sein duquel beaucoup de personnes, jusqu'alors exclues, ont pu trouver de quoi manger, partager avec les autres et retrouver simplement des raisons d´avoir de l'espoir en l'avenir. Cette expérience artisanale et humaine a été possible grâce à la contribution de milliers d'anonymes solidaires que nous tenons à remercier, notamment par l'intermédiaire des médias.

 

Un mois après le début de ce campement, l'Assemblée des indigné-e-s a décidé d'y maintenir symboliquement une occupation avec un nombre de personnes plus réduit sur place. Des points d'accueil et de participation sont en création dans différents endroits de la capitale.

 

Les Indigné-e-s en appellent désormais à une nouvelle mobilisation le samedi 10 décembre à 14 heures, place de Clichy à Paris.

 

Lors de cet événement mondial des indigné-e-s, à l'occasion du soixante troisième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme nous rappellerons qu'ils n'ont jamais été appliqués à l'échelle planétaire. Et nous réfléchirons tous ensemble à une « Déclaration des Droits de l'Humain applicable à tous ».

 

La marche partira à 14 heures de la place de Clichy pour aller jusqu'à la place de Stalingrad où aura lieu une Assemblée Populaire. Trajet prévu : Place de Clichy, Boulevard de Clichy, Boulevard de Rochechouart, Boulevard de la Chapelle, Boulevard de la Villette, Place de la Bataille de Stalingrad.

 

Nous allons lentement parce que nous allons loin !

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 17:23

 

http://fr.news.yahoo.com/lenquête-philippe-courroye-sur-les-fadettes-jugée-illégale-135858658.html

 

L’enquête de Philippe Courroye sur les « fadettes » jugée illégale

 

PARIS (Reuters) - La plus haute juridiction française a déclaré illégale mardi l'enquête menée en 2010 par le procureur de Nanterre (Hauts-de-Seine), Philippe Courroye, sur le journal Le Monde, un précédent en matière de protection de la presse qui devrait entraîner la mise en examen de ce magistrat.

 

L'arrêt de la Cour de cassation est un nouvel épisode de la saga judiciaire autour de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, qui a déjà embarrassé l'Elysée et la majorité sur plusieurs plans, avec notamment le départ du gouvernement en 2010 du ministre Eric Woerth, mis en cause pour ses liens avec la milliardaire.

 

Cette fois, c'est Philippe Courroye, magistrat qui revendique son amitié personnelle avec Nicolas Sarkozy, qui risque une mise en cause, alors même que l'opposition de gauche l'accuse d'agir sur les ordres de la présidence.

 

La Cour de cassation a confirmé un arrêt rendu en mai dernier par la cour d'appel de Bordeaux, déclarant illégales les réquisitions délivrées en septembre 2010 à la police par le procureur Courroye afin qu'elle examine les factures détaillées de téléphone de deux reporters du Monde, Gérard Davet et Jacques Follorou.

 

Il s'agissait alors de savoir qui avait inspiré un article relatant une perquisition chez Liliane Bettencourt. Philippe Courroye soupçonnait sa rivale, la présidente de chambre correctionnelle Isabelle Prévost-Desprez. Sur sa demande, la police a constitué un dossier de sept cent pages sur les sources des deux journalistes et leurs contacts privés.

 

"L'atteinte portée au secret des sources n'était pas justifiée par l'existence d'un impératif prépondérant d'intérêt public et la mesure n'était pas strictement nécessaire et proportionnée au but légitime poursuivi", dit la Cour dans son arrêt.

 

Philippe Courroye et son adjointe Marie-Christine Daubigney devraient désormais être à nouveau convoqués, peut-être avant Noël, par la juge parisienne Sylvie Zimmermann, saisie d'une plainte du Monde, en vue d'une possible mise en examen.

 

Les deux magistrats avaient déjà été convoqués en septembre en vue de poursuites pour "atteinte au secret des correspondances par personne dépositaire de l'autorité publique et collecte de données personnelles par moyen frauduleux, déloyal et illicite". La procédure avait cependant été renvoyée pour le problème de procédure tranché par la Cour de cassation.

 

Pour ces démêlés avec la presse, le pouvoir est mis en cause dans une seconde affaire de violation présumée du secret des sources du Monde, où le gouvernement a reconnu avoir mandaté en 2010 la Direction centrale du renseignement intérieur. Son patron Bernard Squarcini, autre proche de Nicolas Sarkozy, a été mis en examen en octobre.

 

L'arrêt de la Cour de cassation consacre par ailleurs définitivement un droit que l'actuel gouvernement lui-même a fait inscrire dans la loi en 2010, la protection des sources, qui ne peuvent être recherchées que dans des cas extrêmes d"'impératif prépondérant d'intérêt public".

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 20:08

  

http://www.fr.news.yahoo.com/le-parti-vladimir-poutine-obtiendrait-238-sièges-sur-065338155.html

 

 

Net recul du parti de Vladimir Poutine aux élections législatives russes

 

 

MOSCOU (Reuters) - Russie unie a enregistré un net recul aux élections législatives organisées dimanche en Russie, un scrutin marqué par la lassitude de l'électorat envers Vladimir Poutine, qui briguera un nouveau mandat présidentiel en mars.

 

Le parti du Premier ministre a remporté 49,5% des suffrages - contre 64% il y a quatre ans -, soit 238 des 450 sièges que compte la Douma, selon des résultats quasi définitifs.

 

Le mouvement, qui domine la vie politique russe depuis une décennie, avait obtenu 315 sièges lors de la précédente élection. Il s'agit du plus mauvais résultat électoral de Vladimir Poutine depuis son arrivée au pouvoir en 1999.

 

Le président Dmitri Medvedev a jugé que le scrutin avait été "équitable, honnête et démocratique" mais les observateurs européens ont fait état de bourrage d'urnes et la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a dit nourrir de "sérieuses inquiétudes" quant à la régularité des élections.

 

Si Russie unie a perdu la majorité des deux tiers nécessaires aux réformes constitutionnelles, Vladimir Poutine a souligné lundi que la majorité simple suffisait pour adopter la plupart de lois et Dmitri Medvedev s'est dit prêt à des alliances de circonstances sur certains textes.

 

"Russie unie a joué un rôle significatif dans la fondation de notre stabilité politique ces dernières années, donc son succès aux élections est important, à mes yeux, pas seulement pour le gouvernement mais pour le pays tout entier", a déclaré Vladimir Poutine.

 

Dmitri Medvedev a relevé que les électeurs avaient envoyé "un signal aux autorités" mais que certains mauvais résultats étaient de la responsabilité des dirigeants locaux.

 

"Russie unie n'a pas eu de bons résultats dans plusieurs régions, non parce que les gens n'ont pas confiance dans le parti (...) mais simplement parce que les fonctionnaires locaux les énervent. Ils se disent 'si c'est ça Russie unie, hors de question que je vote pour eux'", a dit le président russe.

 

"UNE ÉLECTION SALE"

 

Le taux de participation a atteint 60,2%, en baisse de 3% par rapport à 2007 et de 5% en comparaison avec 2003.

 

Le Parti communiste, principal bénéficiaire du recul de Russie unie, a obtenu 92 sièges (19,1% des voix) contre 57 en 2007, suivi de Russie juste (13,2%, 64 sièges) et des nationalistes du LDPR (11,7%, 56 sièges).

 

Le Parti communiste doit une partie de sa progression au vote de contestation contre Russie unie, les communistes semblant représenter le seul parti d'opposition crédible.

 

Son dirigeant, Guennadi Ziouganov, a fait état de fraude massive dans plusieurs régions et affirmé que le pays n'avait "jamais connu une élection aussi sale".

 

La campagne électorale a été marquée par "une compétition politique limitée et un manque d'impartialité", ont rapporté les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

 

Le décompte des voix a été caractérisé par des violations fréquentes de la procédure, avec notamment des indications de bourrage d'urnes, écrivent-ils dans leur rapport préliminaire.

 

Le président Medvedev, dont la position pourrait être fragilisée après ce revers électoral, a rejeté les accusations de fraude électorale lancées par l'opposition.

 

AURA

 

Si Vladimir Poutine conserve son statut de grand favori de l'élection présidentielle de mars, les résultats de dimanche sont le signe d'un certain déclin de son aura.

 

De nombreux électeurs critiquent la corruption endémique et s'inquiètent de l'écart grandissant entre les classes aisées et défavorisées en Russie.

 

"De nombreux Russes ont voté contre le système et Poutine est à la tête de ce système", souligne Stanislav Kucher, chroniqueur à la radio Kommersant.

 

"Ces élections sont sans précédent parce qu'elles se sont déroulées sur fond d'effondrement de la confiance dans Poutine, Medvedev et le parti au pouvoir", renchérit Vladimir Rijkov, membre de l'opposition libérale.

 

Il prédit que l'élection présidentielle de mars tournera "à la crise politique de grande ampleur en raison de la déception, de la frustration et du désenchantement, avec un vote de protestation encore plus fort".

 

Vladimir Poutine reste néanmoins, et de loin, la personnalité politique la plus appréciée. L'issue du scrutin présidentiel de mars ne fait guère de doute et le futur chef de l'Etat a fait savoir en septembre qu'il céderait alors la tête du gouvernement au président sortant Dmitri Medvedev.

 

Beaucoup d'électeurs redoutent que le retour programmé de Poutine au Kremlin ne soit synonyme de stagnation économique et politique. "Il a créé un système dans lequel lui seul peut être président, un système où lui seul peut diriger", estime Grigory Yavlinsky, fondateur du parti Yabloko.

 

Selon la police, soixante dix manifestants qui dénonçaient des fraudes électorales ont été interpellées à Saint Petersbourg, la deuxième ville du pays, et des dizaines d'autres à Moscou.

 

La radio indépendante Echo de Moscou a indiqué que son site internet avait été fermé par des pirates informatiques dimanche matin. Cela "fait partie d'une tentative d'éviter la publication d'informations sur les irrégularités (lors du vote)", a déclaré le rédacteur en chef de la radio Alexeï Venediktov sur Twitter.

 

Les sites internet du site d'information Slon.ru et de l'ONG russe Golos, qui traque la fraude électorale, ont également été piratés.

 

Hillary Clinton a demandé une enquête exhaustive concernant toutes les accusations de fraude. Pendant la campagne, Vladimir Poutine a accusé des puissances étrangères de chercher à s'ingérer dans les préparatifs des scrutins législatif et présidentiel en finançant des ONG comme Golos.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 21:17

 

http://www.oclibertaire.free.fr/spip.php?article1087

 

La résistance aux mesures d’austérité et les actes de désobéissances s’étendent comme une traînée de poudre


Déjà, le 12 novembre, au moins dix municipalités de Grèce appelaient à la désobéissance civile


Tandis que le pouvoir se regroupe dans un bloc unique pro-austérité (avec le premier gouvernement de coalition depuis des décennies), la résistance de base en Grèce s’étend comme une traînée de poudre. Nous avions déjà rendu compte des occupations, des grèves sauvages à travers la Grèce, des politiciens pris à partie et des commémorations patriotiques sabotées en réponse aux mesures d’austérité dont « l’impôt d’urgence sur la propriété immobilière » imposé par le gouvernement socialiste de Papandréou et exigible par l’intermédiaire des factures de l’électricité.

 

Maintenant, en suivant l’exemple de la municipalité athénienne de Nea Ionia, au moins dix municipalités à travers le pays ont appelé leurs résidents à ne pas payer l’impôt, dans un appel à la désobéissance civile sans précédent. Les municipalités qui appellent à cette action, sont jusqu’ici celle de Nea Ionia, Elliniko, Argiroupoli, Saronikos, Peristeri, Ilio, Korydallos, Larisa, Ag. Ioannis Renti et Amarousion. Toutes sauf une sont dans la plus grande région d’Athènes.

 

Une vidéo circule sur le Net montrant point par point comment chacun peut rebrancher sa connexion d’électricité après une coupure.

 

Depuis, d’autres municipalités suivent cet exemple, notamment Patras.


Le Conseil Municipal de Patras se solidarise avec ceux qui refusent de payer l’impôt immobilier


[16 novembre] Le Conseil Municipal de la troisième ville la plus peuplée de Grèce, Patras, dans une résolution, déclare s’opposer à l’imposition de la taxe immobilière intégrée aux factures d’électricité. La décision du Conseil Municipal de Patras survient à la suite d’autres décisions semblables prises par plusieurs communes d’Athènes et de Thessalonique, ainsi que de plusieurs petites villes et villages.


Le Conseil Municipal de la ville s’est réuni le mercredi 16 novembre, en présence de membres d’associations étudiantes, d’institutions sociales et politiques et d’assemblées populaires. Avec la décision prise, il appelle les citoyens de la commune à la désobéissance, au refus de payer les impôts, tandis qu’il condamne la politique des gouvernements, précédent (du Pasok) et actuel (des partis Pasok, Nd et Laos). Comme on pouvait s’y attendre, ces informations sont passées inaperçues dans les moyens de désinformation qui soutiennent le Régime.


Résolution du Conseil Municipal sur l’impôt immobilier extraordinaire, 18 novembre 2011 :


Le Conseil Municipal de Patras, lors de sa réunion du mercredi 16 novembre 2011, a débattu en détail au sujet de l’imposition de la taxe immobilière extraordinaire, une taxe que les citoyens sont appelés à verser à travers leurs factures d’électricité, et il en est arrivé à l’unanimité aux conclusions et décisions suivantes.

 

Il considère la mesure injuste et en plus, selon les avis d’avocats, cette action est illégale et inconstitutionnelle. C’est la continuation du pillage que subissent les revenus populaires, avec les successives coupes dans les salaires et les pensions, ainsi qu’avec les évasions fiscales tout au long de l’année passée. Son abrogation est aussi exigée par le million de chômeurs, par ceux-là qui n’ont pas de revenus propres sans même être inscrits comme chômeurs, par les propriétaires de petits commerces qui ont fermés et d’entreprises qui ont une facturation ou des recettes allant du minimum à l’inexistant.

 

La méthode de recouvrement a toutes les caractéristiques de la barbarie sociale qui accompagne la politique du gouvernement dans sa totalité. Ils vont couper l’approvisionnement électrique, un bien de première et vitale nécessité pour la survie des familles avec des personnes malades, des enfants, des personnes âgées. Nous ne pouvons pas accepter ce Keadas moderne.

 

La société de notre ville a déjà reçu des coups implacables depuis deux décennies avec la désintégration complète de sa base productive, et elle subit la crise actuelle avec des taux de chômage et de pauvreté deux fois supérieurs à la moyenne nationale. Déjà beaucoup de familles ne peuvent pas payer leurs factures d’électricité, d’eau et du téléphone. Des dizaines de milliers de personnes cherchent avec désespoir un travail à la journée pour nourrir leurs enfants.


Le Conseil Municipal décide à l’unanimité ce qui suit.

 

Il appelle les citoyens à la désobéissance, au refus de payer les impôts et condamne la politique du gouvernement précédent du Pasok et de l’actuel gouvernement des Pasok, ND, Laos.

 

Il exige l’abrogation immédiate de l’impôt immobilier extraordinaire.

 

Il ordonne l’activation immédiate des services municipaux afin qu’ils procèdent, avec leurs Départements de l’Eclairage public, à la reconnexion de l’électricité pour les foyers à qui on a coupé la fourniture électrique, et la mobilisation des services juridiques pour gérer les cas de sanctions légales, etc.

 

Il soutient toute action collective contre les impôts et les taxes et tous ceux qui refusent de payer. Il appelle tous les agents sociaux à la lutte, et tous les citoyens à se solidariser dans la pratique.

 

La commune va coordonner ses actions avec d’autres communes.

 

Il décide que la décision soit communiquée au Président du gouvernement, aux ministres correspondants et à la Direction de la DEI et qu’elle soit publiée dans tous les moyens de communication.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 20:36

 

http://www.fr.news.yahoo.com/la-d%C3%A9mocratie-est-en-marche-en-egypte-estime-145810974.html

 

La démocratie est en marche en Egypte, estime Amr Moussa

 

LE CAIRE (Reuters) - Les bons résultats des islamistes aux élections législatives en cours montrent que la démocratie est en marche en Egypte près de dix mois après la chute d'Hosni Moubarak, a déclaré dimanche Amr Moussa, ancien secrétaire général de la Ligue arabe et l'un des favoris pour la présidentielle de l'an prochain.

 

Les Frères musulmans, dont le parti Liberté et Justice arrive en tête de la première phase de ce scrutin législatif qui s'étalera jusqu'à début janvier, ont appelé leurs rivaux à "accepter la volonté du peuple".

 

Avec 36,6% des voix, Liberté et Justice devance pour l'instant dans le scrutin de liste les salafistes du parti Al Nour (24,4%), favorables à l'inscription de la "charia" dans la Constitution, et les libéraux du Bloc égyptien, troisièmes avec 13,4% des suffrages, selon les chiffres de la commission électorale et les médias.

 

Ces résultats laissent prévoir que les partis islamistes, même divisés, pourraient contrôler les deux tiers des sièges au Parlement.

 

Les Egyptiens voteront lundi pour élire lors d'un second tour cinquante deux candidats individuels. Aux termes de la loi, un tiers des 498 sièges au Parlement est réservé aux candidats individuels, les deux autres tiers étant attribués à la proportionnelle au scrutin de liste.

 

Le parti libéral Wafd est crédité de 7,1% des voix à l'issue de la première phase du vote, les islamistes modérés du Wasat recueillent 4,3% et l'alliance "La révolution continue" obtient 3,5%.

 

"Je suis heureux de voir s'appliquer ainsi le processus démocratique, de voir le début de la démocratie", a dit à Reuters Amr Moussa. "On ne peut pas prôner la démocratie et ensuite modifier ou rejeter les résultats" issus du scrutin, a-t-il poursuivi.

 

INQUIÉTUDE EN ISRAËL

 

Il a cependant souligné qu'il faudrait attendre la conclusion du vote le mois prochain pour avoir une idée précise de la composition du prochain Parlement.

 

"Face aux résultats des islamistes, (...) il reviendra aux autres forces, aux forces libérales, de se rassembler pour former un front solide au Parlement."

 

"Je crois que le débat constitutionnel s'annonce difficile. Je ne pense pas qu'un seul parti puisse imposer ses vues et ses principes. La Constitution devra être l'expression d'un consensus à l'issue d'un débat général (...) Le camp libéral, lui aussi, est fort", a souligné Amr Moussa.

 

En Israël, le ministre de la Défense Ehud Barak a jugé "très, très préoccupant" le bon score des islamistes en Egypte, le premier pays arabe à avoir signé un traité de paix avec l'Etat juif en mars 1979.

 

"Il est encore trop tôt pour dire comment les choses vont évoluer. A terme, dans un contexte historique, ces changements pourraient être positifs. Dans l'immédiat, ils posent des problèmes", a dit Ehud Barak sur la deuxième chaîne de télévision israélienne.

 

La nouvelle Constitution doit être rédigée par une Assemblée constituante désignée par le Parlement. Elle sera soumise à référendum avant l'élection présidentielle prévue en juin 2012.

 

Le nouveau gouvernement, lui, sera annoncé mercredi par le Premier ministre Kamal al Ganzouri.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens