Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 17:48

 

http://www.fr.news.yahoo.com/le-mar%C3%A9chal-tantaoui-t%C3%A9moigne-%C3%A0-huis-clos-au-160127812.html

 

Le maréchal Tantaoui témoigne à huis clos au procès Moubarak

 

LE CAIRE (Reuters) - Le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, chef du conseil militaire assurant l'intérim à la tête de l'Egypte, a témoigné samedi à huis clos au procès de l'ancien président Hosni Moubarak, poursuivi pour la mort de manifestants lors du soulèvement ayant abouti à son renversement en février.

 

Ce témoignage pourrait s'avérer crucial pour le sort réservé à l'ancien "raïs" et les avocats de familles des quelque huit cent cinquante victimes se sont plaints de ne pas avoir pu interroger le président du Conseil suprême des forces armées (CSFA) en raison de l'heure inhabituellement matinale, selon eux, de sa déposition et de son départ du tribunal.

 

"Il s'agit de mesures inhabituelles (...) L'audience a débuté très tôt", a déclaré l'un d'eux, Wael Zekri.

 

"Lorsque les avocats sont arrivés, le témoignage était terminé."

 

L'audience a débuté vers 8 heures 45, avant l'heure prévue par les avocats, et les portes du tribunal ont été fermées après l'arrivée de Mohamed Tantaoui.

 

Un avocat a déposé une requête pour contester la composition du tribunal, ce qui pourrait suspendre le procès jusqu'au 30 octobre.

 

"Le tribunal n'a pas été neutre dans ses auditions des témoins, y compris lors de l'audience d'aujourd'hui", a dit Mahmoud Ismaïl, l'un des avocats des familles de victimes.

 

"Par conséquent, les avocats des plaignants n'ont pas été en mesure de soumettre leurs questions aux témoins", a-t-il ajouté.

 

SAMI ENAN ATTENDU

 

Une partie des manifestants ayant obtenu le 11 février le départ d'Hosni Moubarak soupçonnent l'armée de chercher à épargner l'ancien président, premier chef d'Etat arabe jugé en personne depuis le début des soulèvements populaires dans la région.

 

Hosni Moubarak, qui dément les accusations à son encontre, son ancien ministre de l'Intérieur Habib al Adli et certains responsables de la police sont accusés de complot en vue de tuer des manifestants.

 

Evoquant des motifs de sécurité nationale, le juge Ahmed Refaat a ordonné que le témoignage de Mohamed Tantaoui, ministre de la Défense d'Hosni Moubarak pendant vingt ans, se déroule à huis clos et en l'absence de tout journaliste.

 

Le maréchal Tantaoui devait initialement témoigner le 11 septembre mais il ne s'était pas présenté en arguant de la crise diplomatique avec Israël en raison de l'attaque de l'ambassade israélienne au Caire.

 

Il a confirmé vendredi qu'il témoignerait bien ce dimanche, pour "affirmer la primauté du droit, ce qui doit être la ligne directrice de l'Etat égyptien après la révolution du 25 janvier".

 

Sami Enan, chef d'état-major de l'armée égyptienne et numéro deux du CSFA, devait aussi témoigner ce dimanche, également à huis clos mais son audition pourrait être repoussée.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 17:28

 

 

UN STYLE LITTERAIRE CARACTERISTIQUE

 

 

Le site www.paris.indymedia.org publiait le samedi 17 septembre 2011 un violent message de diffamation contre le mouvement des indignés parisiens.

 

Ce message est un mauvais montage. Il commence par une critique des formes du mouvement des indignés, il critique le fétichisme d’un certain nombre de formes d’action du mouvement des indignés, en particulier la critique de son pacifisme.

 

Comme si le rédacteur faisait la distinction entre la stratégie et la tactique du mouvement des indignés, comme s’il soutenait la stratégie du mouvement, comme si sa critique était une critique de l’intérieur du mouvement et comme s’il exprimait un certain nombre de divergences relatives à la tactique du mouvement.

 

Rien n’est plus faux, les trois plus importants paragraphes du message le prouvent, du point de vue du rédacteur anonyme du message, les indignés seraient tout simplement des fascistes et des nazis. Il exprime une divergence fondamentale par rapport aux messages des indignés contre le capitalisme financier.

 

Le ou les rédacteurs du message ont un style littéraire, une forme d’expression et une rhétorique philosophique caractéristiques, c’est la double négation.

 

Les rédacteurs du message ne sont jamais pour rien, ils ne prennent jamais position en positif pour rien, ils sont toujours contre des contradicteurs réels ou imaginaires, de préférence quand ceux-ci prennent position eux-mêmes en négatif par rapport à un certain nombre d’idées politiques.

 

Par exemple, les rédacteurs du message ne soutiendraient pas Sarkozy, ils critiquent seulement en permanence les antisarkozystes. Ils ne seraient pas pour le capitalisme, ils insultent seulement en permanence les anticapitalistes. Ils ne soutiendraient pas les banques, ils critiquent les indignés si et quand les indignés critiquent le capitalisme financier. Ils ne seraient pas pour la casse des vitrines des banques, de préférence quand une manifestation pacifiste passe devant celles-ci, ils dénoncent les indignés quand les indignés dénoncent les casseurs des vitrines des banques.

 

Les messages anonymes du site Indymedia Paris apparaissent toujours à des dates et dans des circonstances particulières. Il y a six mois, des militants organisaient un cortège antisarkozyste dans la manifestation syndicale du premier mai et le site Indymedia Paris diffusait un message anonyme par lequel ses rédacteurs appelaient à l’utilisation de la violence physique contre les animateurs du cortège antisarkozyste de la manifestation parisienne du premier mai.

 

La définition et la critique du capitalisme financier ne sont absolument pas particulières au mouvement des indignés ici et maintenant, c’est la position classique de toute la gauche mondiale depuis un siècle.

 

Du point de vue des rédacteurs des messages anonymes du site Indymedia Paris, le mouvement des indignés ne serait pas anticapitaliste, comme s’ils ne participaient jamais à aucune réunion des indignés, comme s’ils ne lisaient jamais aucun message des indignés.

 

Les rédacteurs de ces messages introduisent eux-mêmes le vieux fantasme antisémite. Qui dans le mouvement des indignés pose des questions religieuses et ethniques ? Le mouvement des indignés est par définition un mouvement universel, il défend par définition des valeurs humanistes universelles. Il y a un pays dont le nom est Israël où il y a un important mouvement des indignés israéliens et où des centaines de milliers de citoyens israéliens participent aux manifestations du mouvement des indignés israéliens. Si on comprend bien les rédacteurs des messages de dénonciation anonyme, il y aurait des centaines de milliers d’antisémites en Israël.

 

Quant à la dernière phrase du message anonyme, elle est vraiment le résultat d’un collage, elle dit exactement le contraire par rapport aux trois principaux paragraphes du message.

 

Le mouvement des indignés est critiquable, mais il est critiquable de l’intérieur, d’un point de vue de gauche et d’extrême gauche. Il est aussi critiquable du point de vue de Sarkozy et de l’extrême droite, mais pour des raisons exactement inverses.

 

Il y avait en même temps la répression policière contre le mouvement des indignés dans les rues de Paris et en même temps le message diffamatoire du site Indymedia Paris. La répression policière et les messages diffamatoires vont exactement dans le même sens.

 

Bernard Fischer

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 14:56

 

http://www.blog.lefigaro.fr/malbrunot/2011/09/ou-est-passe-khaled-meshaal-le.html

 

Ou est passé Khaled Meshaal, le chef du Hamas à Damas ?

 

Vendredi 23 Septembre 2011

 

Par Georges Malbrunot

 

Embarrassée par la crise syrienne, la direction politique du Hamas en exil à Damas ne séjournerait plus beaucoup en Syrie.


Son chef, « Khaled Meshaal a passé le plus clair de son temps ces derniers mois à Doha au Qatar », nous affirme une source française de retour de l’émirat, connu pour sa proximité avec les dirigeants du Mouvement de la résistance islamique.

Certes, le Hamas, officiellement, n’a pas quitté Damas. Mais dans la réalité, les relations entre la principale formation islamiste palestinienne et ses hôtes syriens ne sont plus ce qu’elles étaient. Sollicité par le pouvoir baasiste en difficulté face à la rue, le Hamas a refusé de mobiliser certains de ses militants pour écraser la révolte des milliers de Syriens qui exigent le départ du président Bashar el-Assad, depuis six mois. Le Hezbollah libanais et d’autres factions palestiniennes du Front du refus à la paix avec Israël n’ont pas, eux, dit non aux requêtes syriennes.

Les dirigeants du Hamas – des sunnites, membres de la Confrérie des Frères musulmans – ne veulent pas envoyer leurs militants combattre d’autres sunnites, parfois proches de la mouvance islamiste à laquelle ils appartiennent eux-mêmes.

Entre le Hamas et la Syrie, dirigée par la minorité alaouite, issue du chiisme, c’est plus un mariage d’intérêt que d’amour, qui les unissait jusqu’à présent. Dans sa confrontation avec Israël, le Hamas a besoin du parapluie syrien et de l’appui de l’Iran derrière, qui le finance largement tout en approvisionnant en armes ses activistes de la bande de Gaza. Mais, pragmatiques, les islamistes palestiniens ne tiennent pas à se priver d’une couverture arabe, au moment où le régime de Bashar el-Assad est isolé sur la scène régionale et internationale.

Gênés aux entournures, les dirigeants du Hamas à Damas sont donc là sans être là…en attendant prudemment de voir comment la situation va évoluer.

Khaled Meshaal est un ami personnel de l'émir du Qatar, Cheikh Hamad al-Thani, et l'émirat est soupçonné de financer le Hamas.

 

 

 

  

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 14:39

 

http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/70625/date/2011-09-22/article/letape-parisienne-mouvementee-des-marcheurs-indignes

 

L’étape parisienne mouvementée des marcheurs indignés

Jeudi 22 Septembre 2011

Les marcheurs indignés sont à Paris depuis le 17 septembre. Ils ont souvent trouvé les forces de l’ordre sur leur chemin. Un retour sur quatre jours plutôt animés.

Une cinquantaine de marcheurs a quitté fin juillet la capitale des indignés, Madrid, avec pour objectif de rallier Bruxelles en octobre. Des membres européens du mouvement se sont depuis agrégés au cortège, qui avoisinait les quatre vingt personnes à son arrivée à Paris ce samedi 17 septembre.

Samedi soir, l’entrée en matière

Dès le premier soir, un rassemblement est organisé à Bastille, au pied des marches de l’opéra. "On essaie d’être le plus transparent possible donc on l'avait déclaré à la préfecture, mais vers minuit, la police est quand même venue nous déloger", raconte Fredéric, un indigné parisien.

Les services de la préfecture sont intervenus quand ils ont compris que les marcheurs et leurs soutiens prévoyaient de camper à Bastille. Les indignés l’avaient bien mis noir sur blanc dans la déclaration, mais du côté de la préfecture, on insiste : "la déclaration ne vaut pas autorisation, il n’est pas possible de camper dans Paris."

Les forces de l’ordre ont donc procédé à la "dispersion" du rassemblement sous une pluie battante, malgré les résistances pacifiques des indignés.

Les marcheurs se sont ensuite dirigés en RER vers Champigny-sur-Marne, seule municipalité à leur avoir ouvert les portes d’un gymnase pour la nuit.

Toutes les démarches entreprises au début du mois de septembre auprès de la mairie de Paris ont échoué, se désole Sophie, elle-aussi indignée parisienne. Mais là encore, la police (nationale et la BAC, selon un témoin présent sur place) se trouve sur le chemin des marcheurs harassés et trempés.

"Ils nous ont empêché d’accéder au gymnase alors qu’on avait les clés", rapporte Jean-Baptiste, un autre indigné. Avant d’ajouter :

"Ils étaient particulièrement provoquants et agressifs, portant ostensiblement matraque et flashballs, et se moquant de certains d’entre nous, sous-entendant qu’on avait pu voler les clés."

La situation ne sera finalement débloquée qu’après l’intervention d’une ancienne élue de la ville, les forces de l’ordre justifiant leur action par d’énigmatiques "instructions venues d’en haut". A la préfecture de police, aucune trace de cet incident.

Lundi soir, le dérapage

Lundi, en fin d’après-midi, quatre-vingt personnes sont sur les marches de Bercy. Bien que non déclaré, "le rassemblement ne produisait aucune gène, donc n’avait donc aucune raison d’être embêté", explique la préfecture.

Aux alentours de 19 heures, le groupe se met en branle, avec un important dispositif policier au train. Après plusieurs tergiversations, les marcheurs s’engagent sur le Boulevard Saint Germain.

"Le but était de chercher un parc qui puisse accueillir un campement pour se reposer et dormir," précise Fredéric.

"L’une de nos revendications est la réappropriation par les citoyens de l’espace public, ajoute-t-il, et jusque là l’ambiance était bon enfant." Plus pour longtemps.

Les services de police décident de stopper la centaine de marcheurs au niveau du 140 Boulevard Saint Germain, plutôt par la manière forte, à grand renfort de bombes lacrymogène. Si la préfecture n’a relevé qu’un seul tir de gaz lacrymogène et aucun incident, les témoins présents décrivent en revanche des forces de police "sur les dents", et "énervés d’avoir été baladés" depuis Bercy.

Bilan des opérations : près de cent vingt interpellations pour "vérifications d’identité", dispatchées entre divers commissariats parisiens (cinquième, sixième, onzième et dix huitième arrondissements). Trois personnes ont par ailleurs dû passer par la case hopital : une jeune fille évanouie et un jeune marcheur espagnol à la suite d’une crise d’asthme, conséquences des gaz lacrymogènes, ainsi qu’un indigné dont l’épaule était déboitée.

Maître Breham, l’un des deux avocats du mouvement, s’insurge contre une manoeuvre "illicite" :

"Quand vous avez vos papiers en règles, les agents de police ne peuvent pas vous forcer à venir les vérifier au poste."

Aux environs de 23 heures, l’immense majorité des personnes embarquées est relachée, cinq d’entre elles avec une convocation pour « dégradations de véhicules publics » (les bus de la police).

Mardi soir, l’accalmie

Les marcheurs souhaitaient passer la nuit de mardi à Bercy. Les membres de l’assemblée générale organisée dans la soirée vont être témoins d’une scène étrange : un policier en civil, qui dit appartenir à la DCRI, tente d’intervenir dans les débats afin de faire valoir le point de vue de la préfecture.

L’homme explique que les marcheurs ont l’autorisation d’établir leur campement dans le parc de Bercy, derrière le Palais Omnisports, ce que refusent ces derniers, de peur d’ "être délogés dans la nuit".

Un accord sera finalement trouvé et le campement toléré devant Bercy, à la vue de tous. Interrogée à ce sujet, la préfecture explique sobrement que la négociation a été conduite par "les services compétents", et l’autorisation "tout à fait informelle et exceptionnelle."

Ce changement de ton de la préfecture peut surprendre en l’espace de 24 heures. Dans les rangs des indignés, le bruit circule que l’ambassade espagnole serait intervenue auprès de la préfecture afin que la question des marcheurs indignés, espagnols pour la plupart, soit abordée avec plus de délicatesse.

Si la préfecture reconnaît des "contacts" avec l’ambassade ibère, ses services sont formels : aucune instruction ou mise en garde n’a été transmise par cette dernière. Contactés par Les Inrocks, les services de la chancellerie espagnole confirment "suivre l’affaire de près", mais le ministère des Affaires Etrangères ibère ne confirme pas être intervenu auprès de Paris.

La reprise de la marche vers Bruxelles différée

Les marcheurs devaient continuer leur périple dès ce jeudi matin. Mais l’assemblée générale initialement prévue mercredi soir devant la cathédrale de Notre-Dame, s'est tenue au dernier moment sur la Place de la Bourse.

"Le but était de contourner le dispositif policier qui nous attendait à Notre-Dame, et puis la Bourse c’est aussi un des lieux symboliques des dérives financières", justifie Sophie.

A quelques mètres de l’immeuble de l’AFP, dont des journalistes étaient présents, les services de police entreprennent de déloger les indignés qui s’ "enchaînent" et font des "tortues". De l’aveu d’une indignée présente lors de l’intervention policière du Boulevard Saint Germain quelques jours plus tôt, l’atmosphère est "sans commune mesure".

Un des indignés parisiens interpellés affirme qu’il y a eu malgré tout des "violences", et plusieurs autres évoquent un cameraman du mouvement qui s’est fait plaquer violemment au sol, et qui a mis plusieurs minutes à s’en remettre, avant d’être embarqué à son tour.

Près de cinquante personnes seront une nouvelle fois embarquées vers plusieurs commissariats du Nord parisien et onze étaient encore en garde-à-vue ce jeudi en fin de journée pour "dégradation de véhicule public", une vitre du bus qui les transportait ayant été cassée.

Problème : les onze personnes en garde-à-vues ne seraient pas celles qui étaient dans le camion dégradé, selon Maître Bréham, qui y voit "la marque de l’impréparation, et de la volonté manifeste de forcer le droit qui ont accompagné cette dernière opération".

Le départ des marcheurs vers la Belgique a donc été décalé et le prochain rassemblement est prévu pour ce samedi.

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 11:31

  

http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/la-guerre-en-libye-relance-les-delires-complotistes-03-09-2011-1369515_47.php

La guerre en Libye relance les délires complotistes

Samedi 3 Septembre 2011

Animé par un homme à la personnalité controversée, le site suisse Mecanopolis voit la main d’al Qaïda dans l’intervention de l’OTAN

Jean Lalande, correspondant à Genève

 

Thierry Meyssan, auteur de L'effroyable imposture, ouvrage prétendant que les attentats du 11 Septembre seraient un acte de terrorisme intérieur, a fui discrètement la Libye le 29 août par la mer pour se réfugier à Malte. Quelques jours auparavant, il écrivait encore sur son site, Le Réseau Voltaire : "Je ne pense pas que Tripoli puisse tomber, de même que je ne m'imagine pas que le colonel Kadhafi soit menacé." Farouche défenseur du dictateur libyen, Thierry Meyssan n'a jamais cessé d'accuser les journalistes de mentir et d'être, en fait, des espions, voire carrément des barbouzes.

 

Des élucubrations relayées par Mecanopolis, un curieux site suisse se définissant comme un "axe contre-mondialiste" et sur lequel on pouvait, par exemple, lire il y a peu qu'en Libye un bateau de l'Otan débarquait "des djihadistes d'al-Qaida, encadrés par des officiers de l'Alliance"... Selon un chiffre donné par le site lui-même, Mecanopolis attirerait quatre millions de visiteurs par an.

"L'espion de la mosquée"

 

C'est surtout la personnalité du principal animateur du site qui interpelle. Le Genevois Claude Covassi, 41 ans, avait déclenché une saga médiatique en 2006 et 2007 en affirmant que les services secrets suisses l'auraient chargé de compromettre Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève (CIG) et frère du prédicateur Tariq Ramadan, en l'impliquant dans le recrutement de combattants pour l'Irak. L'accusation, particulièrement grave, était reprise dans la presse internationale, notamment dans les pays musulmans. Après ses révélations, Claude Covassi s'était enfui aux îles Canaries, puis en Égypte.

Surnommé "l'espion de la mosquée", il passe alors plusieurs mois au Caire, multipliant les interviews. Il affirme notamment qu'il aurait déjoué une tentative d'attentat contre un avion de la compagnie d'aviation israélienne El Al à Genève. Très embarrassé par ces accusations, Berne demandait à une commission parlementaire d'enquêter sur cette affaire. Le rapport, publié le 15 mai 2007, est particulièrement accablant pour Claude Covassi.

Talent de manipulateur

 

Claude Covassi n'a jamais pu apporter le moindre indice étayant ses dires. Mêlé à de multiples trafics, notamment d'anabolisants, il est présenté dans ce rapport comme "sympathique", "doté d'une grande intelligence", mais comme une "personne habituée à vivre d'expédients et présentant un certain talent à manipuler les autres". Depuis, le faux espion n'avait plus fait parler de lui. Jusqu'à la Libye. 

 

Mais avec la chute de Kadhafi, Mecanopolis devra se trouver d'autres "combats". Peut-être l'Iran. Claude Covassi et Thierry Meyssan ont déjà été invités cette année à Téhéran...

 

 

 

 

 

  

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 11:04

  

http://www.humanite.fr/fil-rouge/serge-guichard-relaxe-pcf-91

  

Serge Guichard relaxé

 

La Fédération de l’Essonne du Parti communiste français, les communistes, se félicitent de la large mobilisation citoyenne, associative et politique qui accompagnait notre camarade et ami, Serge Guichard, au tribunal d’Evry.

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a délivré un message de soutien par la voix d’Isabelle Lorand, responsable nationale aux libertés et aux droits de la personne.

 

Assigné en qualité de Président de l’Association de Solidarité en Essonne avec les Familles Roumaines et Roms pour dépôt illégal d’ordures, il a pu faire la démonstration qu’en vérité il l’était pour « délit de solidarité » en faveur des plus démunis.

 

Nous saluons la relaxe prononcée par le juge après que le Ministère Public ait été contraint de requérir l’abandon des poursuites.

 

L’exposé des faits par Serge Guichard, étayé par la dénonciation de son avocate d’une procédure viciée, prouve que la justice, la vraie, ne pouvait être que la relaxe.

 

Nous reprenons à notre compte la conclusion de Serge : « La solidarité et l’humanisme ont encore un sens dans notre société ».

 

Cependant ce n’est qu’une étape de franchie. Comme nous l’exigeons avec d’autres, il est impératif et urgent que le Préfet convoque une table ronde associant les Roms, les associations qui les soutiennent, les élus locaux, départementaux et régionaux, afin de trouver une solution humaine et digne pour le logement de ces citoyens européens. 

 

Communiqué de la Fédération de l'Essonne du PCF

 

le 22 septembre 2011

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 19:44

 

http://www.m-pep.org/spip.php?article2402

 

Le MPEP va rencontrer le PCF et le PG

 

La Fête de l’Humanité est décidément un lieu d’intense activité politique que rien ne peut remplacer. C’est ainsi que les relations entre le M’PEP et les deux principaux partis du Front de gauche se sont réchauffées au point que, pour la première fois, le principe de rencontres officielles a été décidé d’une part entre le M’PEP et le Parti de gauche, et d’autre part entre le M’PEP et le Parti communiste français.

 

Avant de revenir sur les épisodes de ces rencontres, nous tenons à vous informer que le M’PEP a été contacté jeudi 22 septembre par le PG. Le Comité de liaison du Front de gauche qui devait se réunir vendredi 23 septembre devait traiter de l’entrée du M’PEP au Front de gauche. Une très prochaine rencontre entre le M’PEP et le Front de gauche devrait avoir lieu.

 

Toujours à la Fête de l’Humanité, une rencontre a eu lieu au stand du Venezuela entre Jacques Nikonoff, porte-parole du M’PEP, et Jean-Luc Mélenchon, coprésident du PG et candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle. Jacques Nikonoff a demandé à Jean-Luc Mélenchon si ce dernier était d’accord pour qu’une réunion soit organisée entre des représentants du M’PEP et du PG afin d’étudier la possibilité que le M’PEP entre dans le Front de gauche. Jean-Luc Mélenchon s’est déclaré favorable à une telle réunion et a demandé que le M’PEP contacte Martine Billard, l’autre coprésidente du PG, pour la préparer.

 

Une autre rencontre a eu lieu au stand de l’Agora de l’Humanité entre Jacques Nikonoff, porte-parole du M’PEP, et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. Comme avec Jean-Luc Mélenchon, Jacques Nikonoff a demandé à Pierre Laurent s’il était d’accord pour qu’une réunion soit organisée entre des représentants du M’PEP et du PCF afin d’étudier la possibilité que le M’PEP entre dans le Front de gauche. Pierre Laurent, qui n’a pas dit non (mais qui n’a pas dit oui non plus), a conclu cet entretien par « on se rappelle ! ».

 

La troisième rencontre de la Fête de l’Humanité s’est tenue au stand de la Manche du PCF. Un débat y était organisé sur le Front de gauche en présence de Eric Coquerel (secrétaire national du PG), Olivier Dartigolles (membre du comité exécutif du PCF), Michèle Dessenne (porte-parole du M’PEP), Christian Picquet (GU), un représentant d’une tendance minoritaire du NPA et une représentante de CA. Michèle Dessenne a renouvelé la demande faite par le M’PEP d’entrer au Front de gauche au titre de la diversité et du respect du pluralisme. Eric Coquerel, du PG, a déclaré publiquement qu’il y était favorable. Olivier Dartigolles (PCF) et Christian Picquet (GU) ne s’y sont pas opposés, même s’ils sont restés silencieux... Mais qui ne dit mot consent ! Non ?

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 15:23

 

http://www.nantes.indymedia.org/article/23455

Les sionistes d’Indymedia Paris ont coulé leur propre site

Vendredi 8 avril 2011

 

Libye : à force de descendre, Indymedia Paris a enfin trouvé BHL

 

Il fallait s'y attendre les sionistes d'indymedia paris ont coulé leur propre site, et sans prévenir personne le site n'est plus accessible depuis trois jours , inutile de se demander pourquoi

Mais que pouvait-on attendre d’autre d’un site qui est exactement le contraire de ce que peut représenter le projet Indymedia ?

On ne s’étonnera donc pas que les articles dénonçant la sale guerre de Sarkozy et BHL en Libye soient refusés sous les prétextes les plus divers, tout comme le sont les articles dénonçant le sionisme et l’occupation de la Palestine.

Quand on voit toutes les sources qui sont mises à l’Index par nos nouveaux inquisiteurs, qui vont du Bulletin Palestine au Grand Soir, en passant par Palestine Info, Europalestine, Collon, Jean Bricmont, Paul Eric Blanrue ,Ilan Pappé, allègrement traités de fascistes, antisémites, négationnistes, extrême droite, sans que jamais la moindre contre-information ne puisse être donnée, en effet on se demande sur quel site on est et s’il est possible à n’importe quel groupe avide de pouvoir médiatique de s’appeler Indymedia.

Vous avez déjà vu un commentaire de critique ? Quelle différence avec le courrier des lecteurs du Figaro ?

A l’inverse, on peut y trouver, sans qu’aucune justification ne leur soit demandée, tous les partisans du politiquement correct et de la pensée unique, pour peu qu’ils se camouflent derrière un discours « révolutionnaire » ou « antifasciste » d’individus qui ont une tribune permanente et ont fait d’IMP une annexe de leurs sites. Comme quoi on peut tenir des discours niant le colonialisme, l’occupation, l’apartheid et l’épuration ethnique et être publié sans contradicteurs.

On a là toute la brochette des amis des anarcho-staliniens d’« Hapoel », qui nous donnent la liste des « fréquentables » :

« Hapoel et l’Action Antifasciste évidemment, les marxistes-léninistes-maoïstes du PCMLM, les anarcho-syndicalistes de la CNT-AIT, la revue Ni Patries Ni Frontières, le blog Luftmenschen, et la revue Non Fides qui n’existe plus. Mais aussi l’association Mémorial 98 (qui n’est malheureusement pas d’extrême-gauche), et des individus par ci par là, souvent des anarchistes. »

A quand la publication de l’édito du Monde libertaire sur la Libye ?

(éditorial du numéro1628)

« Ça y est, les «démocraties» de notre bas monde se sont enfin décidées à intervenir en Libye. Jeudi 17, l’Onu a donné son feu vert pour l'organisation de frappes militaires contre les troupes de Khadafi. Les grands chefs de ce monde n'auront donc pas tout à fait rejoué le scénario de 1936 et abandonner un peuple en révolte contre un régime sanguinaire. Bien qu'antimilitaristes forcenés, nous ne pouvons que nous satisfaire, dans l'immédiat, de cette décision de la communauté internationale. Le contraire relèverait d'un purisme idéologique assurément bourgeois, complètement déconnecté des réalités quotidiennes.

Quand un peuple se fait trucider tous les jours, une intervention militaire qu’il requiert contre son assassin lui sera toujours plus salutaire qu'une brochure ou un discours antimilitariste. Mais, évidemment, ne nous privons pas d'alerter le peuple libyen et de le mettre en garde – si besoin – contre la récupération et la confiscation de sa révolution politique par ces mêmes «démocraties» qui l'auront éventuellement libéré, en quelques frappes aériennes, des troupes de son tyran. Cette intervention ne saurait conférer en aucun cas aux gouvernements occidentaux un droit d'ingérence dans les affaires libyennes. Et elle ne doit pas non plus pousser les révolutionnaires libyens à adopter le régime politique et économique portés par les pays responsables de cette intervention.

Espérons donc que la révolution suivra son cours et qu'elle saura s’opposer aux velléités interventionnistes des démocraties occidentales qui, ne nous leurrons pas, envisagent déjà de façonner à leur manière la nouvelle Libye pour la rendre conforme à leurs intérêts. De notre côté, vous pouvez compter sur nous autres, pauvres bougres que nous sommes, pour que les puissants qui nous dominent n’aillent pas jusqu’au bout de leurs ambitions «
néo-coloniales». Salut à vous, force et courage ! »




 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 18:14

 

http://www.fr.news.yahoo.com/lid%C3%A9e-dun-d%C3%A9faut-grec-gagne-du-terrain-le-150559871.html

 

L’idée d’un défaut grec gagne du terrain, le G20 déçoit

 

ATHENES/WASHINGTON (Reuters) - La possibilité d'un défaut de la Grèce sur sa dette a pris de l'ampleur vendredi, et même l'engagement du G20 à faire le nécessaire pour empêcher que la crise en zone euro ne sape les banques et l'activité économique n'est pas parvenu à apaiser les marchés financiers mondiaux.

 

Athènes a démenti des informations de la presse grecque affirmant que l'un des scénarios envisagés pour sortir de la crise était un défaut ordonné avec une décote de cinquante pour cent pour les détenteurs d'emprunts souverains.

 

Le Premier ministre George Papandréou a dit que la Grèce avait pour seul souci la mise en oeuvre d'un second plan de sauvetage convenu avec l'Union européenne en juillet.

 

"Parce qu'on dit et écrit beaucoup de choses, concernant les scénarios, je souligne une fois de plus que nous avons choisi de mettre en vigueur l'accord du 21 juillet", lit-on dans un communiqué publié par ses services.

 

Le ministère grec des Finances a lui réagi à ces articles en assurant que le pays était déterminé à mettre en oeuvre le deuxième plan d'aide international, de cent neuf milliards d'euros, défini le 21 juillet. "Toutes les autres discussions, les rumeurs, les commentaires, les scénarios détournent notre attention de cet objectif central", a dit le ministre Evangelos Venizelos dans un communiqué.

 

De son côté, Klaas Knot, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a estimé que le scénario d'un défaut grec ne pouvait plus être écarté, devenant ainsi le premier banquier central de la zone euro à admettre la perspective d'une telle issue, longtemps exclue par les dirigeants européens.

 

"C'est l'un des scénarios", a-t-il dit au quotidien néerlandais Het Financieele Dagblad. "Tous les efforts visent à prévenir cela, mais je suis désormais moins certain d'exclure une faillite qu'il y a encore quelques mois", a-t-il ajouté, se demandant "si les Grecs se rendent compte de la gravité de la situation".

 

LES BANCAIRES GRECQUES À LA PEINE

 

L'aversion au risque s'est encore accentuée après que Deutsche Bank a déclaré que la décote que les investisseurs privés ont accepté de passer sur les titres de dette souveraine grecs dans le cadre du deuxième plan de sauvetage d'Athènes pourrait être supérieure aux vingt et un pour cent retenus lors de la définition du programme.

 

Les Bourses européennes effaçaient leurs pertes en fin d'après-midi mais dans un marché toujours très nerveux, les investisseurs étant de plus en plus sceptiques quant à la capacité des gouvernements à sortir de la crise de la dette souveraine et du marasme économique.

 

L'euro restait sous pression, tout en regagnant du terrain au-dessus de 1,35 dollar après son plus bas de huit mois touché la veille contre la devise américaine.

 

En particulier, les investisseurs semblent déçus par le fait qu'aucune mesure précise n'accompagne l'engagement des ministres des Finances et banquiers centraux du G20 à agir pour endiguer la crise.

 

Dans un marché toujours très volatil, les valeurs bancaires se sont retournées à la hausse dans l'après-midi, semble-t-il après des propos d'Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, jugeant qu'il serait peut-être souhaitable de réintroduire les appels d'offres à un an.

 

Mais les banques grecques chutait de huit pour cent après l'abaissement par l'agence de notation Moody's des notes de huit établissements du pays.

 

LA RECAPITALISATION AU CENTRE DES DÉBATS

 

Dans ce contexte, la question d'une recapitalisation des banques européennes les plus vulnérables paraît de plus en plus pressante aux yeux des investisseurs.

 

Les banques grecques n'ont pas besoin d'être nationalisées mais devraient recevoir un soutien direct du fonds de sauvetage de la zone euro, a préconisé le chef d'une délégation de l'Union européenne chargée d'aider Athènes à mettre au point son programme de réformes.

 

Selon le président de l'Autorité française des marchés financiers (AMF), entre quinze et vingt banques européennes ont besoin d'une recapitalisation. Jean-Pierre Jouyet a en outre appelé à "retrouver des investisseurs privés qui viennent augmenter le capital de ces banques".

 

Mais la Commission européenne a assuré qu'il n'y avait aucun plan de recapitalisation des banques prévu au niveau européen, jugeant les établissements du continent bien plus solides qu'il y a trois ans.

 

Quelque quatre cent vingt milliards d'euros de capital ont été injectés dans les banques européennes depuis la crise financière de 2008 et cette recapitalisation se poursuit, a souligné lors d'une conférence de presse Olivier Bailly, porte-parole de l'exécutif européen.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 15:25

 

http://www.solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/article-apres-l-annonce-des-nouvelles-mesures-d-austerite-manifestation-massive-a-athenes-organisee-par-les-84957374.html

 

Après l’annonce des nouvelles mesures d’austérité, manifestation massive à Athènes organisée par les communistes grecs qui appellent à ne pas payer la dette du capital

 

Communiqué du Parti communiste grec (KKE)

 

 « Nous pouvons les arrêter ! Nous ne leur devons rien, nous ne paierons pas leur capitation ! »

[capitation: impôt prélevé sur chaque individu mâle, particulièrement en France de1695 à la Révolution de 1789]

Les travailleurs d'Athènes ont envoyé ce message le mercredi 21 septembre, tout le monde du travail des quartiers d'Athènes et du Pirée, travailleurs, femmes, indépendants, retraités, chômeurs et étudiants ont envahi la place Syntagma par milliers. Des rassemblements ont été organisés en conséquence dans des dizaines de villes de toute la Grèce. Dans une grande manifestation animée, le peuple a crié haut et fort sa décision claire et inébranlable : « Nous ne leur devons rien, Nous ne paierons pas ! »La manifestation était un message fort de désobéissance face aux injonctions de paiement du fisc envoyées massivement à chaque famille ouvrière et populaire, tandis qu'une nouvelle offensive fiscale a été adoptée hier au Parlement par un gouvernement qui exige de chaque propriétaire, même de la plus petite propriété, de payer une taxe permanente et onéreuse via les factures d'électricité.

 

Si nous ajoutons à ces lourdes taxes, une nouvelle série de mesures qui prévoient des taxes supplémentaires, une nouvelle diminution dramatique des salaires, une réduction du montant des retraites allant jusqu'à cinquante pour cent ainsi que le licenciement de trente mille fonctionnaires avec comme perspective immédiate d'atteindre le chiffre des deux cent mille. Les familles ouvrières et populaires seront traînées dans la misère et menées à la faillite.

 

Le PAME, le syndicat de classe, avec une action organisée dans la période est en train de recueillir les injonctions de paiement envoyés aux travailleurs et crie haut et fort qu'ils ne paieront pas en dépit des intimidations du gouvernement, qui joue sur la menace de saisies et d'arrestations, alors que dans le même temps le grand capital se voit accorder des exonérations fiscales choquantes et bénéficie de nouveaux privilèges.

 

Désormais, la seule voie est le refus organisé et massif de payer, le PAME appelle à de nouvelles actions contre ces lourdes taxes le 28 septembre, après la manifestation de masse du 21 septembre, débouchant sur la grève dans le secteur public et les anciennes entreprises publiques le 5 octobre et une grève nationale le 19 octobre. 

 

Il convient de noter qu'une importante délégation du Comité central du KKE était présente au rassemblement, avec à sa tête la secrétaire-générale du KKE, Aleka Papariga, qui a rendu la déclaration suivante aux médias : « Pas un pas en arrière. L'immense majorité du peuple doit faire ce qu'il pense devoir faire, ne pas payer ces taxes énormes, refuser d'être acculé dos au mur. Nous devons faire de leurs vies un enfer. Cet affrontement commence, il existe déjà et il va continuer dans la période à venir. »

 

Il convient de noter aussi que lors de la manifestation du PAME, une résolution de solidarité avec le peuple Palestinien a été adoptée avec comme revendication que la Palestine devienne un Etat-membre de l'ONU, reconnu dans les frontières de 1967 et avec Jérusalem-Est comme capitale.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens