Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 17:40

 

http://www.fr.news.yahoo.com/plusieurs-centaines-syriens-se-r%C3%A9fugient-en-turquie-212028432.html

 

Plusieurs centaines de syriens se réfugient en Turquie

 

ISTANBUL (Reuters) - Quelque quatre cent quarante huit ressortissants syriens, dont des femmes et des enfants, ont trouvé refuge en Turquie ce mercredi, fuyant les violences qui se déroulent dans le nord-ouest de la Syrie, rapporte l'agence de presse anatolienne.

Les réfugiés ont été installés dans des tentes du Croissant-Rouge dans le district de Yayladagi dans la province frontalière d'Hatay en Turquie. Ils fuyaient la ville de Djisr el Choughour craignant une répression après l'envoi de blindés dans cette localité.

Des Syriens ont affirmé que la plupart des personnes qui ont fui la ville étaient restées dans des villages de Syrie.

Des journalistes de Reuters présents en Turquie ont aperçu des tentes du côté syrien de la frontière. Des villageois turcs ont rapporté qu'ils avaient vu des ambulances et des soldats turcs recueillir des Syriens qui venaient de passer la frontière.

Si l'on ajoute les nouveaux arrivants à des chiffres avancés précédemment par le ministère turc de l'Intérieur, quelque sept cent cinquante Syriens se sont réfugiés en Turquie depuis mars.

Un réfugié syrien de 16 ans a raconté que les soldats étaient entrés vendredi dans Djisr el Choughour. "Ils ont fermé les boulangeries et coupé l'eau dans la ville. Les soldats s'en sont pris sans distinction aux maisons, aux hommes, aux femmes et aux enfants", a dit l'adolescent sous le sceau de l'anonymat.

Au cours des dernières années, la Turquie a renforcé ses liens avec son voisin syrien et exerce des pressions croissantes sur le président Bachar al Assad.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a appelé le chef de l'Etat syrien à des réformes visant à provoquer une "thérapie de choc" pour mettre fin aux violences.

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 20:09

 

DUPLICITÉ ET COMPLICITÉ ?

 

ARRÊT DE LA RÉPRESSION CONTRE LES JEUNES MIGRANTS TUNISIENS

 

ALORS QU’ILS DEMANDAIENT LE DIALOGUE AVEC LE PREMIER MINISTRE, LA POLICE ATTAQUE LE BÂTIMENT TUNISIEN DU 36 RUE BOTZARIS OU SE SONT RÉFUGIÉS LES JEUNES MIGRANTS TUNISIENS, LES EXPULSE, LES ARRÊTE ET LES RELÂCHE.

 

Au moment où les jeunes migrants tunisiens et les associations syndicats et organisations politiques étaient rassemblés au métro Varennes pour demander à  rencontrer le premier ministère afin de débattre de la situation intenable des jeunes migrants, rencontre encore une fois refusée, la police a attaqué le bâtiment vacant appartenant à l’Etat tunisien sis au 36 rue de Botzaris à Paris dans le dix neuvième arrondissement anciennement occupé par la milice de l’ancien dictateur enfui Ben ALI et où s’étaient réfugiés les jeunes migrants partis de Tunisie après la révolution et récemment arrivés de l’ile italienne de Lampedusa sans toit et sans ressources.

 

S’agissant d’un bâtiment appartenant à l’Etat tunisien la F.T.C.R. se demande comment la police a pu entrer dans le bâtiment et à la demande de qui ?

 

La F.T.C.R. rappelle que la force et la brutalité ne peuvent rien résoudre. Ce ne sont pas les solutions que les jeunes migrants de la révolution attendent.

 

La F.T.C.R. appellent les forces démocratiques et humanistes à se mobiliser contre la répression du gouvernement contre les migrants tunisiens dont la majorité possède des documents officiels d’un état européen.

 

Pour la F.T.C.R. le président Tarek BEN HIBA

 

Paris le 7 juin 2011

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 19:59

 

http://www.reelledemocratie.fr/?p=927#more-927

Yes we camp : 10 juin pour une démocratie réelle

Presse Réelle Démocratie Maintenant Paris

Lors de l’Assemblée Générale du 5 juin 2011, le mouvement des Indignés – Démocratie Réelle Maintenant Paris a décidé par consensus d’établir un campement à Paris à partir du vendredi 10 juin à 19 heures. 

Ce campement pacifique, dont le lieu sera dévoilé au dernier moment, aura pour but d’établir un espace de rassemblement citoyens, de réflexion et de partage pour la construction d’une Réelle Démocratie. 

Qu’entendons-nous par Réelle Démocratie?

La société actuelle ne nous permet pas de décider de notre propre avenir. Nous entendons oeuvrer pour la mise en place de conditions de vie optimales permettant à chacun de faire entendre sa voix dans la collectivité. Nous avons tous le droit à une vie décente sur un planète viable ! Nous avons tous le devoir d’agir pour l´obtenir ! 

Nous pensons que les questions fondamentales de notre époque doivent être débattues par tous et non imposées par les institutions. 

Ensemble nous avons tous les compétences pour construire une Démocratie Réelle Maintenant. 

Tous les citoyens qui se sentent concernés sont ainsi invités à nous rejoindre le vendredi 10 juin à 19 heures à Bastille sur le Boulevard Richard Lenoir où nous dévoilerons le lieu du campement. 

Apartisans ! Non violents ! Indignons-nous ! Réveillez-vous ! Rejoignez-nous !

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 19:47

 

http://www.fr.news.yahoo.com/les-élections-en-tunisie-reportées-dune-semaine-au-101642809.html

Les élections en Tunisie reportées au 23 octobre

TUNIS (Reuters) - Les élections en Tunisie pour désigner une Assemblée constituante ont été reportées d'une semaine et fixées au 23 octobre afin de garantir leur "transparence", a annoncé mercredi le Premier ministre tunisien, Bedji Caïd Sebsi.
 
La question de la date de ce scrutin, qui doit désigner une assemblée chargée de rédiger une nouvelle Constitution, demeure un sujet extrêmement sensible.
 
Les grands partis d'opposition souhaiteraient que l'élection se tienne plus tôt, redoutant que le gouvernement ne renonce à sa promesse de mener la Tunisie sur la voie de la démocratie après la chute de l'ancien président Zine ben Ali en janvier dernier, à la suite d'un soulèvement populaire.
 
"Tout bien considéré, nous avons décidé que les élections se tiendraient le 23 octobre", a dit Sebsi à la presse.
 
"Le plus important, c'est la transparence des élections. Certains partis sont en désaccord avec nous (...), cependant notre mission consiste à organiser des élections qui soient libres et transparentes. Nous devons préserver les acquis de la révolution", a-t-il expliqué.
 
Ces élections, qui seront les toutes premières après le soulèvement populaire de décembre et janvier, avaient été fixées à l'origine au 24 juillet.
 
Les responsables électoraux ont fait valoir par la suite des problèmes techniques, et notamment le fait que près de quatre cent mille tunisiens n'ont toujours pas de carte électorale, pour motiver la nécessité d'un report. Ils ont alors proposé le 16 octobre comme nouvelle date.
 
Le projet de reporter ces élections a d'ores et déjà fait descendre dans la rue nombre de manifestants craignant que la révolution ne soit confisquée.
 
La Tunisie s'efforce de retrouver la stabilité et de remettre son économie sur les rails depuis la chute du régime Ben Ali. Le nombre de touristes a chuté et la Banque mondiale ne prévoit pour cette année qu'une croissance de 1,5%.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 19:26

 

http://www.fr.news.yahoo.com/possible-manipulation-autour-lambassadrice-syrie-093112499.html

 

Possible manipulation autour de l’ambassadrice de Syrie


PARIS (Reuters) - France 24 a déclaré mercredi avoir été vraisemblablement victime d'une manipulation ou d'une provocation lors de l'annonce de la démission de l'ambassadrice de Syrie de France, qui a été démentie par la suite.

Une femme disant être la représentante du régime de Damas à Paris, Lamia Chakkour, avait annoncé mercredi sur la chaîne publique internationale qu'elle démissionnait de ses fonctions.

Mais l'ambassadrice de Syrie en France avait démenti par la suite, devant une caméra de BFM-TV et dans les locaux de l'ambassade, avoir démissionné, accusant une femme de s'être fait passer pour elle et menaçant de porter plainte.

"On peut penser que vraisemblablement, nous avons été victimes d'une manipulation", a déclaré sur France Info Renée Kaplan, directrice adjointe de la rédaction de France 24.

"Il faut dire que jusqu'au moment où l'interview face caméra a été diffusée sur BFM, très tard hier soir, il n'y avait aucune raison de remettre en question la crédibilité du témoignage", a-t-elle ajouté.

Renée Kaplan a expliqué que la rédaction avait appelé, pour faire l'enregistrement audio de la présumée ambassadrice, "un numéro qui nous avait été fourni par le service de presse de l'ambassade elle-même."

France 24, affichant à l'écran une photo de l'ambassadrice, avait diffusé une déclaration faite par téléphone, où l'on entendait la voix dire: "Je ne peux soutenir ce cycle de violences, je ne peux ignorer tous les manifestants qui ont trouvé dans la mort dans l'honneur et dont les familles vivent aujourd'hui dans la douleur".

 Un courriel de l'ambassade de Syrie en France avait confirmé en fin de journée ces propos à Reuters.

"Nous confirmons les informations que vous avez pu voir en direct sur France 24. L'ambassade de Syrie en France ne fera pas plus de commentaires pour l'instant", pouvait-on lire dans cette déclaration.

"Ça reste très confus, ça reste très troublant. Nous n'excluons pas la manipulation, ni la provocation et si c'est le cas, France 24 poursuivra en justice toutes les personnes et services officiels qui en seraient à l'origine", a dit Renée Kaplan.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 20:14

 

http://www.europalestine.com/spip.php?article6218

 

BDS : Procès d’Olivia Zémor le vendredi 17 juin à 13 heures à la dix septième Chambre correctionnelle, au premier étage du Palais de Justice de Paris (Métro Cité, Châtelet ou Saint Michel).

 

Sammy Ghozlan, fanatique intégriste, colon négationniste et affabulateur, a demandé au gouvernement français de poursuivre Olivia Zémor, parce qu’elle a publié une vidéo appelant au boycott des produits exportés par Israël. Les juges de la dix septième Chambre correctionnnelle du Palais de Justice de Paris devront dire si refuser d’encourager l’occupation est un crime, une incitation à la haine et à la violence. Rendez-vous le 17 juin prochain.

 

Je suis appelée à comparaître seule devant la dix septième chambre correctionnelle du Palais de Justice de Paris, le vendredi 17 juin prochain, pour avoir publié sur notre site une vidéo d’une action BDS au Carrefour d’Evry, menée par une dizaine d’organisations, et signées par elles.

 

Nous avons manifesté notre solidarité en publiant cette action sur notre site en juillet 2009, bien que nous n’ayons pu y participer, car elle a eu lieu au moment même où la librairie Résistances était saccagée par la LDJ.

 

Les parties civiles (officines israéliennes habituelles) et le gouvernement m’accusent de "délit de provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à la nation israélienne". Comme on le sait, seul le boycott d’Israël constitue une discrimination contre une nation. Le gouvernement français ne demande pas aux juges de condamner les personnes qui appellent au boycott du Mexique, de la Chine, de la Syrie...

 

Le Tribunal laisse par ailleurs entendre à nos avocats que la QPC (question prioritaire de constitutionnalité) ne sera peut-être pas acceptée lors de cette audience.

 

Qu’à cela ne tienne ! Nous sommes prêts à nous défendre, et nous avons d’ailleurs beaucoup de choses à dire et à montrer. Trois avocats du Barreau de Paris assureront ma défense. De nombreuses personnalités, dont Hajo Meyer, 86 ans, survivant d’Auschwitz, viendront également témoigner contre cet odieux chantage à l’antisémitisme et contre l’encouragement du gouvernement français à l’occupation et à la colonisation israélienne.

 

Si les principaux organisateurs de cette action BDS à Evry n’ont pas souhaité s’impliquer, nous remercions les représentants de l’IJAN, de Génération Palestine, du NPA et du Comité Montreuil Palestine, qui ont en revanche accepté de venir témoigner et revendiquer leurs actes.

 

Votre présence à mes côtés est très importante, pour montrer que l’on ne réussit pas à m’isoler, à isoler CAPJPO-EuroPalestine, et à l’empêcher de jouer son rôle à part entière dans la campagne internationale de Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) contre la politique de nettoyage ethnique et d’apartheid de l’occupant israélien. J’invite celles et ceux qui peuvent se libérer, à venir assister à ce procès, et vous donne Rendez Vous vendredi 17 juin à 13 heures à la dix septième Chambre correctionnelle, au premier étage du Palais de Justice de Paris (Métro Cité, Châtelet ou Saint Michel).

 

Olivia Zémor, Présidente de CAPJPO-EuroPalestine

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 19:59

 

http://www.michelcollon.info/Soral-Collon-Bricmont-Investig.html

 

Soral Collon Bricmont : Investig’Action répond à la vidéo de Soral

 

Plusieurs lecteurs d’Investig’Action nous ont demandé notre réaction à la dernière attaque d’Alain Soral. Dans un entretien vidéo, le président d’Egalité et Réconciliation accuse à nouveau Michel Collon et Jean Bricmont d’organiser le boycott de son ouvrage en Belgique. Alain Soral leur reproche également, ainsi qu’à Souhail Chichah et Olivier Mukuna, d’être de faux antisionistes pour ne pas partager ses analyses politiques. Ceci constitue une première réponse aux questions soulevées par Alain Soral. Invertig’Action y reviendra dès que possible et de manière complète.

Concernant le boycott de Comprendre l’Empire, Alain Soral base son accusation sur un ouï-dire : un libraire belge aurait décidé de ne pas vendre l’ouvrage sur les conseils de Michel Collon. Ce dernier a tout au plus, dans une discussion qui a été rapportée à un libraire, donné son avis défavorable sur l’analyse politique de Soral. Rappelons que ni Jean Bricmont ni Michel Collon ne gèrent le catalogue des centaines de librairies francophones de Belgique.  

 

Alain Soral s’indigne ensuite – « faux-cul » dit-il - que son analyse politique ne soit pas critiquée publiquement par Michel Collon. En fait, cela fait déjà un moment qu’Investig’Action projette de dresser la critique de l’idéologie soralienne, mais a toujours manqué de temps. L’égo et/ou la stratégie promotionnelle d’Alain Soral précipitent les choses. Nous y reviendrons. 

Certains s’étonneront peut-être que les militants antisionistes se critiquent mutuellement au lieu de se serrer les coudes dans la résistance. Mais nous pensons que l’analyse d’Alain Soral sur Israël et sur l’Empire dessert en réalité les intérêts de la résistance palestinienne et celle des opprimés qu’il prétend défendre.

 

Comprendre l’empire ou le servir ?
 
Dans l’analyse de Soral, la dimension religieuse prend tant de place qu’elle néglige les aspects économiques et politiques qui sont fondamentaux. Sionisme et judaïsme seraient indissociables. Soral tend ainsi aux défenseurs de l’Etat israélien le bâton pour se faire battre. C’est en effet une vieille technique que d’amalgamer la critique du sionisme à l’antisémitisme pour mieux discréditer les opposants de la politique coloniale israélienne. Les Bernard-Henry Levy, Alain Finkielkraut et autres André Glucksmann sont des maîtres en la matière et peuvent remercier chaleureusement Alain Soral. Mais comme le rappelle Tariq Ramadan dans un chapitre d’ Israël, parlons-en !, la critique du sionisme est une critique d’un projet politique, contrairement à l’antisémitisme, qui est une forme de racisme.
 
Nous ne partageons pas non plus l’analyse d’Alain Soral sur l’impérialisme où pointe encore le déterminisme religieux : mauvais diagnostique donc mauvais remède. En effet, l’impérialisme n’est pas le fruit d’une oligarchie judéo-maçonnique et ne se comprend pas à la lecture de livres religieux tels que l’Ancien Testament ou le Talmud. Alain Soral, si prompt à dénoncer le choc des civilisations islamophobe popularisé par l’administration Bush après le 11 septembre, nous propose une version personnelle où s’affronteraient d’un côté le mondialisme judéo-protestant et de l’autre, une France résistante d’inspiration helléno-chrétienne.
 
Cette analyse tronquée pousse Alain Soral à réconcilier les musulmans français avec les partisans du Front National pour combattre l’oligarchie judéo-maçonnique qui veut gouverner la planète. Courageux mais pas téméraire, Alain Soral n’appellera pas les musulmans à voter FN tant que Marine Le Pen sera « obligée » de jouer la carte islamophobe pour « monter dans les sondages ». En revanche, le nationalisme français reste le meilleur rempart pour combattre l’ennemi mondialiste, et Jean-Marie Le Pen est « un artiste de talent » !
 
Chavez, le Che, Lumumba, Nasser et Le Pen, même combat donc ? Quand on n’a rien compris à l’impérialisme, pourquoi pas… Mais dans les faits, le nationalisme défendu par les pays du Sud contre le colonialisme occidental est différent du nationalisme revendiqué dans une puissance impérialiste comme la France. L’artiste de talent censé nous défendre du mondialisme n’a-t-il pas servi en Indochine ainsi qu’en Algérie où il est accusé d’avoir pratiqué la torture ? Soral voudrait pourtant nous faire croire que les musulmans de France et Jean-Marie Le Pen sont dans la même barque, celle des opprimés. Encore une fois, si on n’a rien compris à l’impérialisme et qu’on fait des obsessions sur les banquiers juifs et franc-maçon, pourquoi pas ? Mais lorsqu’on se base sur une analyse sérieuse de l’impérialisme, on comprend vite que le Front National est du côté de l’oppresseur. Il n’est pas la solution mais fait partie du problème.
 
L’agenda d’Investig’Action étant très chargé mais pas dicté par les sautes d’humeur d’Alain Soral, nous reviendrons dès que possible et en détails sur ces différents points ainsi que sur l’analyse de Comprendre l’Empire. Michel Collon est également disposé à débattre avec Alain Soral dès septembre si l’occasion se présente.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 19:07

 

http://www.solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/article-pour-le-parti-communiste-peruvien-avec-la-victoire-du-candidat-de-gauche-ollanta-humala-aux-preside-75863219.html

Pour le Parti communiste péruvien, avec la victoire du candidat de gauche Ollanta Humala aux présidentielles, « commence une nouvelle étape dans l’histoire de notre pays »

D'après les résultats partiels, après décompte de près de 85% des bulletins et avant le dépouillement dans les zones rurales acquises à la gauche, le candidat de gauche Ollanta Humala est élu président du Pérou avec 51,5% des voix contre 48,5% pour Keiko Fujimori, fille du dictateur Fujimori et candidate du statu quo libéral.

 

Cette nouvelle victoire pour la gauche latino-américaine ne peut qu'être saluée par les communistes et progressistes, après dix ans de dictature fujimoriste et dix ans de libéralisme échevelé, et face à la menace d'un retour au « libéralisme autoritaire » des années 1990. 

  

Reste à savoir si la politique économique menée par le futur président Humala, par ailleurs sans majorité parlementaire, se rapprochera d'une politique de lutte contre le pouvoir du capital, comme en Bolivie, au Vénézuela ou en Equateur, ou alors d'une politique d'accompagnement du capital, comme au Brésil, modèle mis en avant ces dernières semaines par le candidat de gauche. Voici ci-dessous le communiqué du Parti communiste péruvien à l'annonce de la victoire de Ollanta Humala.

 

Une nouvelle étape commence pour le Pérou

 

Ce fut une rude bataille, mais en fin de compte nous avons vaincu la peur, l'immobilisme, la mafia et les manipulateurs acharnés des vrais pouvoirs qui ont mis tous leurs œufs dans le même panier de la candidate fujimoriste pour empêcher le triomphe d'Ollanta Humala.

Avec l'indiscutable triomphe électoral d'Ollanta Humala commence une nouvelle étape dans l'histoire de notre patrie. Nous avons écarté les secteurs néo-libéraux du contrôle du gouvernement, et pour la première fois dans l'histoire de notre patrie, nous avons la grande opportunité de constituer un gouvernement qui défende les intérêts nationaux et devienne un véritable représentant de la majorité, de ceux qui furent écartés par la droite néo-libérale des bénéfices de la croissance économique.

Nous nous trouvons face à une responsabilité historique et nous devons donc être cohérents et conséquents avec le mandat populaire que nous avons reçu. Nous savons que cela ne sera pas facile et que la gouvernabilité du pays dépendra beaucoup de l'attitude qu'adoptera le pouvoir économique, le véritable pouvoir qui a agi lors de ce second tour comme l'axe autour duquel ont convergé les forces conservatrices opposées au changement. Nous espérons que les voix alarmistes qui cherchaient à créer un climat de méfiance sur les questions économiques s'engageront avec sens de la responsabilité pour la patrie et reconnaîtront le mandat populaire légitime sorti des urnes.

Nous ne nous faisons pas beaucoup d'illusions, car nous connaissons la nature réactionnaire de la bourgeoisie péruvienne, et c'est pourquoi nous avons le devoir et la responsabilité politique d'assurer le droit à gouverner obtenu par Ollanta Humala.

Ollanta Humala, considérant de façon responsable les résultats du premier tour, a présenté la nécessité d'avancer vers un gouvernement de concertation nationale, où se pose comme tâche prioritaire d'articuler la croissance économique avec l'intégration sociale. C'est-à-dire qu'il s'agit de donner forme à un gouvernement de concertation nationale pour garantir le changement dans la liberté et la démocratie.

Mais nous sommes aussi fermes en affirmant que la première concertation à rechercher est avec le peuple. Cela doit se refléter dans la composition du cabinet ministériel et dans l'importance que le nouveau gouvernement d'Ollanta Humala émette des signaux clairs qu'il y aura un changement de cap pour ce qui est des priorités gouvernementales.

Nous devons prendre des mesures concrètes dans la mise en œuvre de nos propositions électorales : retraite à 65 ans, augmentation du salaire minimum, lutte frontale contre la corruption, création d'emplois, adoption de la nouvelle loi du Travail, en finir avec la précarité et les contrats temporaires, réforme fiscale, impôts sur les sur-profits des entreprises minières, renforcement de la démocratie, dialogue permanent avec le peuple, etc.

C'est sur cette base que nous constituerons un gouvernement cohérent et conséquent avec la proposition de changement. Et voilà l'engagement des communistes, travailler pour que les promesses électorales, pour lesquelles le peuple péruvien a voté, deviennent réalité.



 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 20:02

 

NI ASSAD NI BHL

 

La Turquie est le seul pays musulman de l’OTAN depuis 1952, il y a en Turquie d’importantes bases militaires étatsuniennes, comme par exemple la base d’Incirlik, c’est un pilier de la politique étatsunienne au Proche Orient longtemps avant la signature du traité de paix entre l’Egypte et Israël en 1979.

 

La Turquie connaît depuis plusieurs années sous la direction de l’AKP d’Erdogan une évolution vers des positions progressistes anti impérialistes et anti sionistes. Cette évolution est partielle, contradictoire et réversible. Je connais très mal la situation politique intérieure turque mais les principales divergences seraient des divergences entre l’AKP et l’armée turque, l’armée turque défend des positions occidentales traditionnelles et il y a des menaces permanentes de coup d’état de l’armée turque contre l’AKP. Les élections législatives du 12 juin 2011 confirmeront certainement la majorité AKP à l'assemblée nationale turque.

 

On me pose des questions relatives à mes positions par rapport à la révolution syrienne. Si mes messages ne sont pas suffisamment clairs et si vous connaissez mes positions par rapport à la Côte d’Ivoire ou bien par rapport à la Libye, vous imaginerez assez facilement mes positions relatives à la Syrie. Je refuse et je dénonce la fausse alternative entre Assad et BHL en Syrie, comme je refuse la fausse alternative entre Kadhafi et Sarkozy en Libye, comme je refusais la fausse alternative entre Ouattara et Gbagbo en Côte d’Ivoire. C’est la position la plus difficile. Pour les défenseurs du régime syrien, je suis un affreux méchant sioniste et pour les sionistes je suis un affreux méchant défenseur du régime syrien. En même temps, chaque situation nationale est absolument unique, aucune situation nationale n’est identique à aucune autre, Assad est Assad et n’est pas ni Kadhafi, ni Gbagbo, ni Nasrallah, ni Ahmadinejad, ni Mechaal. Remarquons au passage la prudence de Nasrallah par rapport à la question syrienne, Nasrallah prend très clairement position pour des réformes en Syrie et je vois beaucoup de convergences entre Nasrallah et Erdogan par rapport à la question syrienne. Comme d'autres, je crois à une opposition syrienne musulmane anti impérialiste, à une théologie de la libération musulmane. L'organisation musulmane traditionnelle, ce sont les Frères musulmans. Le plus important parti dans les pourcentages d’intentions de vote en Tunisie, c’est Ennahda, le plus important parti dans les intentions de vote en Egypte, ce sont les Frères musulmans égyptiens, et le modèle international de Ennahda, c’est clairement le modèle turc.

 

Il y a enfin un problème de médias. La journaliste française Mireille Delamarre part en guerre contre Sarah Leah Whitson, la directrice du bureau de l'organisation humanitaire anglo saxonne Human Rights Watch à Beyrouth, elle la dénonce nominalement comme si elle la connaissait personnellement. Elle la dénonce personnellement, c’est son choix, c’est son droit. Mireille Delamarre a deux accusations capitales contre Sarah Leah Whitson. Whitson serait sioniste, mais ce n’est pas le principal problème de Delamarre. La plus grave accusation de Delamarre contre Whitson, c’est l’accusation selon laquelle Whitson est une juive américaine. Delamarre fait de l’antisémitisme, c’est le problème de Delamarre, ce n’est pas le problème de Whitson. La deuxième accusation capitale de Delamarre contre Whitson est l’accusation selon laquelle Whitson est à Beyrouth et n’est pas à Damas. Delamarre ne comprend même pas le ridicule de sa position. Le gouvernement syrien interdit précisément toute présence et à fortiori tout travail des ONG et des journalistes occidentaux en Syrie. Delamarre organisera dès demain une formidable campagne pour l’obtention de visas et pour l’entrée des journalistes occidentaux en Syrie. Enfin, plus fondamentalement encore, il y a une et certainement une seule exception, il y a une journaliste française à Damas, elle connaît parfaitement bien la situation en Syrie précisément en raison de sa localisation géographique, mais ne le dites à personne, c’est bien sûr Delamarre elle-même.

 

Bernard Fischer

 

 

 

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 19:41

 

http://www.fr.news.yahoo.com/les-insurg%C3%A9s-libyens-entrent-dans-la-ville-yafran-105620077.html

Les insurgés libyens s’emparent de Yafran, dans le djebel

YAFRAN, Libye (Reuters) - Les insurgés libyens sont entrés lundi dans la ville de Yafran, à environ cent vingt kilomètres au sud-ouest de Tripoli, chassant les forces fidèles à Mouammar Kadhafi.

 

Cette localité du djebel Nafoussa était assiégée depuis plus d'un mois par les forces loyalistes et risquait de manquer de vivres, d'eau potable et de médicaments.

 

"Les insurgés disent qu'ils ont pris la ville", a témoigné un photographe de l'agence Reuters. "Nous sommes dans la ville (...) Il n'y a aucun signe de présence des forces de Kadhafi."

 

"Je vois des drapeaux des insurgés (...) Nous avons vu des affiches et des portraits de Kadhafi détruits", a-t-il ajouté.

 

On ignore si des forces fidèles au Guide libyen sont toujours présentes au sud de Yafran.

 

Le 2 juin, des avions de combat de la Royal Air Force y ont détruit deux chars et deux véhicules de transport blindés.

 

Yafran est située dans le djebel Nafoussa, région montagneuse dont la population majoritairement berbère

s'est soulevée contre le régime de Tripoli.

 

Les localités disséminées au long de la chaîne montagneuse qui va jusqu'à la frontière tunisienne ont été prises pour cible par les forces loyales au numéro un libyen.

 

Des habitants ayant fui les combats ont déclaré que Yafran avait été particulièrement exposée aux pénuries. Eau, vivres et médicaments commençaient à manquer.

 

Selon Abdoulrahmane, porte-parole des insurgés, les forces du colonel Kadhafi ont commencé à pilonner lundi matin avec des roquettes Grad la ville de Zintane, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Yafran.

 

"Deux civils sont morts en martyrs et un troisième a été blessé", a indiqué le porte-parole.

 

"Des affrontements entre révolutionnaires et membres des brigades (de Kadhafi) ont éclaté en milieu de journée dans le secteur de Bir Ayyad, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Zintane".

 

Trois véhicules blindés des forces loyalistes ont été détruits et les combats continuent, a ajouté Abdoulrahmane.

 

Les informations concernant Zintane ne peuvent être vérifiées de source indépendante, son accès étant interdit à la presse.

 

AJDABIAH VISÉE

 

Dimanche, des hélicoptères d'attaque de l'Otan sont intervenus dans l'Est de la Libye.

 

Selon le ministère britannique de la Défense, des "Apache" ont détruit une batterie de lance-roquettes sur la côte près de la ville pétrolière de Brega.

 

Une source militaire française a quant à elle indiqué, sans plus de précision, que des avions et des hélicoptères français opéraient tous les soirs depuis vendredi.

 

Lundi, les forces de Kadhafi ont également tiré des roquettes sur Ajdabiah, ville de l'Est tenue par les insurgés. Des affrontements ont éclaté sur le principal axe routier plus à l'ouest, d'après des sources rebelles.

 

Dans l'est de la Libye, les lignes de front ne bougent plus depuis des semaines, les deux camps semblant incapables d'avancer sur une portion de la route reliant Ajdabiah à Brega plus à l'ouest.

 

A Tripoli, le gouvernement libyen a condamné la visite éclair effectuée ce week-end par William Hague à Benghazi, capitale de la Cyrénaïque et place forte de l'insurrection.

 

Le secrétaire au Foreign Office a invité le Conseil national de transition (CNT) à mieux préparer l'après-Kadhafi s'il veut éviter à la Libye un chaos à l'irakienne.

 

La semaine dernière, l'Alliance atlantique a décidé de prolonger de trois mois sa mission en Libye, entamée en mars sous couvert d'un mandat du Conseil de sécurité de l'Onu, pour tenter de pousser le colonel Kadhafi vers la sortie.

 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens