Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 16:39

 

http://www.survie-paris.org/manifestation-50-ans-d.html

Nous, diaspora africaine engagée pour une Afrique souveraine et démocratique, donnons – nous rendez-vous :.

Samedi 10 juillet 2010 à 14 heures 30 à Paris

Pour marquer tous ensemble notre refus de l’imposture.

par une Grande Marche contre 50 ans de néocolonialisme français en Afrique..

De la place de la Nation au cimetière du Père Lachaise.

où aura lieu une cérémonie d’inhumation de la pieuvre « françafricaine ».

Première manifestation org. par Les Démocrates Africains, La Plateforme Panafricaine et le Mouvement du 4 mars pour la libération du Togo avant celle du 13 juillet..

Cinquante ans « d’indépendance » des pays africains ?….

Qui trompe qui ? Pour qui nous prennent-ils ?.

L’Etat français a de plus en plus de mal à dissimuler la réalité d’avoir usurpé l’indépendance des pays africains et d’y mener des activités prédatrices, en particulier dans les anciennes colonies..

Dans une ultime ruse, il vient d’inventer un évènement insolite pour le 14 juillet 2010 à Paris : la commémoration festive de 50 ans « d’indépendance »..

C’est ainsi que, invités par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, les bras armés africains mis en place localement pour maintenir l’étau sur les peuples vont défiler et festoyer à Paris ce 14 juillet..

Non pas pour les 50 ans d’une prétendue indépendance, mais, bien évidemment, pour 50 ans de services rendus à l’Etat français dans cette politique de prédation et de maintien du continent dans la dépendance et la misère..

Plus qu’une invitation, il s’agit aussi, manifestement, d’une convocation de ces gardiens locaux du néocolonialisme à venir renouveler leur allégeance à l’Etat français pour la reconduite de cette politique les cinquante prochaines années.


Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 16:31

 

Non à la « criminalisation » du mouvement social

Lors des questions d'actualité du 17 juin 2010, Pascale Le Néouannic, Présidente du Groupe Front de Gauche & Alternatifs a tenu à alerter le Président du Conseil Régional d'Ile-de-France sur l'attitude irresponsable de la direction des Hauts-de-Seine de la poste qui a choisit de criminaliser le droit de grève, en engageant des poursuites judiciaires à l'encontre de salariés grévistes et des élus des salariés,

L’attitude de la direction de la Poste est un indice de ce qui se passe partout à propos du droit de grève. Bafouant un droit inaliénable, inscrit dans notre constitution, la direction de la Poste des Hauts-de-Seine veut envoyer un message en direction de celles et ceux qui n’ont pas encore renoncés à lutter pour leurs droits, pour un service public de qualité : elle mène une chasse aux sorcières dans le seul esprit de faire baisser la tête, de mettre à genoux les salariés et abattre leur esprit de résistance.

A nous d’envoyer en retour un message clair à cette direction et tous ceux qui voudraient en faire un modèle : les salariés ne sont pas des serviteurs qui devraient docilement accepter de se faire tondre par des maîtres ou des directions… Au contraire dans les luttes nous serons toujours du côté de celles et ceux qui défendent la dignité des salariés, et revendiquent plus de droits et de meilleures conditions de travail.

Cette grève contre la réorganisation du travail des postiers (« postiers d'avenir ») dure depuis trop longtemps de la seule faute d’une direction départementale barricadée dans ces certitudes dangereuses

Par la voix de son Président, le Conseil Régional a condamné l'attitude de la direction départementale de la Poste des Hauts-de-Seine de dénonciation du « délit de grève »et exigé le retrait des sanctions injustifiées.

Le Groupe Front de Gauche & Alternatifs se réjouit de la position du Conseil Régional et ses élu(e)s apporteront leur total soutien aux salariés.





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 16:23

 

Villiers-le-Bel : l'élu socialiste Ali Soumaré témoigne en faveur de l'un des accusés

LE MONDE | 27 juin 2010 | Marie-Pierre Subtil | 637 mots

En 2007, il était porte-parole des familles des adolescents tués dans l'accident à l'origine des émeutes.

Docteur Jekyll ou Mister Hyde ? Adama Kamara a-t-il tiré sur les policiers, ou au contraire tenté de ramener le calme, lorsque la ZAC de Villiers-le-Bel s'est embrasée les 25 et 26 novembre 2007 ? Des quatre hommes dans le box des accusés, il est celui qui focalise l’attention ce vendredi 25 juin à la cour d’assises de Pontoise (Val d’Oise). Dans un procès pourtant chiche en témoins, les jurés entendent les versions les plus contradictoires.

Les experts, psychiatre et psychologue, dressent le portrait d’un homme, aujourd’hui âgé de vingt neuf ans, à la jeunesse compliquée, qui maîtrise mal ses émotions, et est sujet à « des fragilités narcissiques ». Né dans le Val d’Oise, il a grandi dans la ZAC de Villiers le Bel dans une famille polygame d’origine sénégalaise, et a vécu « comme une ligne de fracture » la séparation des fratries, lorsque l’administration a contraint ses demi frères et sœurs et leur mère à partir. Marié religieusement à l’âge de dix sept ans, il est père de trois enfants.

Très attaché à son image, Adama Kamara se défend d’être un délinquant, se pose en médiateur et fait valoir son désir de changement, assurent les expertes. Il a raté son CAP de cuisinier, a été condamné plusieurs fois à quelques mois d’emprisonnement au début des années 2000, puis a cherché, sans succès, à créer une entreprise de sécurité. Il fut un temps médiateur pour la ville, ce qui, selon lui, a suscité des jalousies dans le quartier.

Le portrait s’assombrit lorsque Maître Laurent Franck Lienard, avocat des policiers blessés, cite l’administration de la prison de Fleury Mérogis, où Adama Kamara est détenu depuis février 2008 : le voilà « insultant, provocateur, leader charismatique négatif, meneur de bagarre entre détenus »

« C’est comme ça que vous le voyez ? », demande l’avocat au témoin alors à la barre. « Non »

« Des noms »

Catégorique et ferme, la réponse vient d’un ami d’enfance de l’accusé. Leurs familles viennent de la même région subsaharienne, ils partagent le même dialecte. Ce témoin, c’est Ali Soumaré, élu conseiller régional d’Ile de France à l’issue d’une campagne électorale malgré lui très médiatisée. En février, ses adversaires de l’UMP l’avaient qualifié à tort de « délinquant multirécidiviste ». Et Ali Soumaré, qui a joué le rôle de porte parole des familles des deux jeunes tués dans l’accident à l’origine des émeutes, assure qu’Adama Kamara était alors à ses côtés en tant que pacificateur.

Lorsque Michèle Alliot Marie, alors ministre de l’intérieur, a invité quelques jeunes de la cité au ministère de l’intérieur, place Beauvau, le vendre di suivant les évènements, Ali Soumaré n’avait pas envie d’y aller. « C’est Adama Kamara qui m’a convaincu », dit il. Tous deux ont fait partie de la délégation, après avoir organisé le concert des « marches citoyennes » dans la cité. « Il a mis beaucoup d’énergie à faire en sorte que la journée se passe bien, je ne vois pas comment il aurait pu se transformer la nuit en délinquant et même en tueur de flics », témoigne Monsieur Soumaré.

Mais la présidente, Sabine Foulon, veut des détails. Dès le début, le ton est agressif. La présidente veut « des noms ». Qui était sur les lieux de l’accident lorsqu’il est arrivé ? Monsieur Soumaré esquive. « Vous n’avez pas à retenir des informations ! » s’indigne Madame Foulon. «Vous avez fait de l’ironie sur ce que j’ai dit », se défend Monsieur Soumaré. Maître Patrick Arapian, avocat de la défense, l’incite à parler de la difficulté d’avoir un pied dans chaque monde, celui de la cité et l’autre. « Les gens se demandent pourquoi on fait ça (une médiation entre autorités et habitants), si on est payés, qui est une taupe, qui est une balance », explique Ali Soumaré.

Manuel Martins, agent de médiation pour la municipalité, est lui aussi venu témoigner en faveur d’Adama Kamara. Comme d’autres, il le décrit comme un bagarreur qui s’est rangé. La présidente s’attarde longuement sur des détails, semble mettre en cause sa parole. « Il n’y a beaucoup de témoins qui viennent de Villiers le Bel, s’insurge alors Maître Arapian, et quand il y en a un, il y a automatiquement une suspicion ».

Marie Pierre Subtil     





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 15:19

 

MESSAGE DE LAURENT LEVY

LES SŒURS ENNEMIES DE L’INTEGRISME LAÏQUE

Deux mouvances se disputent la légitimité de ce que le national-républicanisme a pu produire de pire dans le paysage politique de « la gauche » française. L’Union des Familles Laïques (UFAL), et la feuille électronique ResPublica, d’une part, et d’autre part le groupe Riposte Laïque , sur lequel s’adosse désormais un nouveau groupuscule pompeusement – et significativement – baptisé « Résistance Républicaine ». Cette seconde mouvance, dont l’un des principaux animateurs est Pierre Cassen (ex-chevènementiste qui fut un temps membre de la LCR) est issue d’une scission de la première, dont le représentant emblématique est Bernard Teper (ex-chevènementiste qui fut un temps membre de la direction de Attac). Les excès rhétorique de Riposte Laïque permettent à peu de frais à la mouvance UFAL de se donner des allures de modération : supposons une scission néo-nazie au Front National, et imaginons que Le Pen en profite pour se dire de gauche…
 
Il faut dire que les animateurs de Riposte Laïque poussent le bouchon très loin : assumant l’islamophobie compulsionnelle, que les autres déguisent derrière de prétendues « critiques de l’islamisme », et qui caractérise en réalité les deux mouvances, ils sont allés, lors d’un récent évènement jusqu’à se féliciter de l’alliance réalisée avec des mouvements de droite et d’extrême droite – allant des partisans parisiens de Dupont-Aignan au « Bloc Identitaire », en passant par divers devillieristes – à l’occasion d’une abjecte initiative de provocation raciste dans le quartier de la Goutte d’Or. La reconquête était en marche, la résistance à ce qu’ils n’hésitent pas à qualifier de nouvelle invasion de la France. Une telle franchise était évidemment pain béni pour les intégristes laïques de l’autre camp, et l’UFAL n’a guère eu de mal, ni sans doute d’état d’âme, à dénoncer cette alliance d’un genre nouveau et à s’en désolidariser.
 
Mais c’est là que le bât blesse : entre les deux mouvances, il y a bien des différences de style, comme il y a des conflits d’égos, de préséance et de légitimité. Mais au-delà du spectacle et de questions accessoires, il est difficile de faire passer une feuille de papier à cigarette entre leurs postures respectives. Tout au plus peut-on dire que les dissidents ont le mérite de la clarté et de la cohérence, disant tout haut ce qu’implique la logique même de ce que les autres partagent avec eux : les arguments qu’ils ont durant des années pris l’habitude de développer ensemble, et dans une touchante unité, sont seulement développés sans vergogne jusqu’à leurs ultimes mais naturelles conséquences. Ce n’est pas sur les bases d’un changement d’avis que leur scission s’est faite : les uns ont poursuivi la logique des autres, là où ces autres ont préféré marquer le pas, sans pour autant jeter sur leur parcours commun le moindre regard critique, sans renoncer aux thèses qu’ils développaient ensemble naguère, et que les scissionnaires poursuivent désormais seuls, mais avec un esprit de suite parfaitement cohérent.
 
C’est ainsi bien avant la scission que les joyeux compères, dans une parfaite entente, attribuaient a priori, et contre toute évidence, tel meurtre crapuleux à l’influence de « l’islamisme », au seul prétexte que la victime était une jeune femme pourvue d’un prénom arabe, assimilaient les jeunes musulmans de nos quartiers aux auteurs des sanglants attentats terroristes de Londres, ou voyaient « les caïds de l’Islam politique » à l’origine des révoltes de novembre 2005, auxquelles ils refusaient toute signification politique, n’y voyant que délinquance sommaire, et s’opposant avec vigueur à la revendication d’amnistie pour les jeunes gens impliqués. Sur ces positions là les sœurs ennemies demeurent bien d’accord. Et c’est encore aux temps de leurs combats communs qu’ils avaient élaboré, pour défendre le principe de la loi tendant à déscolariser les lycéennes musulmanes portant le foulard, une batterie d’arguments fleurant bon le racisme islamophobe le plus sommaire – fermant ainsi la porte aux débats sérieux que la question aurait pu susciter.
 
Il est naturel que ResPublica et l’UFAL de Bernard Teper cherchent, en enfonçant d’un mâle coup d’épaule la porte honteusement ouverte par la nouvelle alliance de leurs anciens amis, à se refaire la respectabilité qu’ils ont alors perdue. Mais comme cette homme qui cherchait sous le réverbère son trousseau de clés qu’il avait perdu ailleurs, parce qu’au moins, ici, on y voyait clair, ils cherchent au mauvais endroit. C’est dans la manière dont ils ont combattu – avec un succès certain – quelques adolescentes qu’ils ont perdu leur honneur, et avec lui leur statut de partenaire possible dans quelque combat émancipateur que ce soit. Mais de ce succès, ils préfèrent persévérer à se vanter, quitte à en travestir la portée, présentant une loi d’exclusion comme « libératrice pour des dizaines de milliers de jeunes filles d’origine maghrébine ». Le réverbère minable allumé par Riposte Laïque ne saurait éblouir personne. Encore un effort, messieurs : vous êtes loin, très loin du compte !
 
REPONSE DE ROBERT DUGUET
 
Un ami, militant politique ayant toujours défendu les valeurs de laïcité, m’a fait parvenir votre article « les sœurs ennemies de l’intégrisme laïque » que je trouve très intéressant. J’ai toujours combattu non pas ce que vous appelez « l’intégrisme laïque », mais l’utilisation frauduleux du combat laïque à des fins politiques qui n’ont plus rien à voir avec l’émancipation sociale de la pensée, dont le journal électronique «  Riposte laïque  » exprime l’aboutissement crapuleux ; «Riposte laïque» aujourd’hui c’est pas très loin des chemises brunes après l’affaire de l’apéro géant à la Goutte d’or.
 
Il y a deux ans j’ai écrit un article pour plusieurs revues, dont le journal électronique « Socialisme Maintenant » dont je suis un animateur, sous le titre : « remettre le combat laïque sur les bons rails » ; je vous l’envoie pour information. Mon objectif était alors de démontrer qu’une dérive politique de certains courants du mouvement laïque prenait son origine dans la capitulation honteuse du CNAL et de la FEN en 1984 face aux lois Savary et projets divers de réformes contre l’école publique. Je crois qu’il faudrait affiner aujourd’hui l’analyse et dire qu’à partir de cette capitulation-trahison s’est développé une offensive qui a son origine dans un courant ou des courants de la franc-maçonnerie. Le curseur politique qui partait du contrat sur lequel s’était fondé le CNAL en 1960 contre les lois antilaïques de la Vème république favorisant les écoles catholiques et rétablissant de fait une forme de concordat a été lentement déplacé vers ce que ces messieurs appellent « l’islamisme ». C’est ce qui s’appelle trouver un bouc émissaire. Le ci-nommé Bernard Teper a un rôle central dans cette affaire. Il fait partie de ceux qui se déchaînent en 1986 dans l’affaire des trois gamines voilées de Creil, affaire scandaleusement médiatisée au plus haut niveau de l’Etat. Le principal du collège concerné se retrouve comme par hasard quelques mois plus tard promu à l’investiture du RPR aux élections législatives. Quelques mois plus tard encore, le même Bernard Teper constitue l’éphémère mouvement « Initiative Républicaine », appuyé sur d’importants réseaux du Grand Orient de France et de la confédération Force Ouvrière. Même ligne politique sur la question laïque. Je pense que s’est cristallisée aujourd’hui une idéologie franc-maçonne qui désigne l’islamisme comme le principal ennemi de la république laïque. Riposte laïque est l’aboutissement outrancier de cette dérive, mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Le dénommé Bernard Teper, responsable de l’UFAL, a joué un premier rôle dans cette affaire. Aujourd’hui Bernard Teper est membre du Parti de Gauche.
 
En vous priant de recevoir mes salutations de militant laïque.
 
Robert Duguet 
  
 




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 17:50

 

http://www.cpcml.ca/francais/Lmlq2010/Q40113.htm#1

26 juin, Toronto: la Marche «Les gens d'abord»

Retentissante condamnation des politiques du G8/20 contre les peuples du monde

La semaine d'action pour condamner les politiques anti-peuple du G8/20, la militarisation de Toronto et la criminalisation de la dissidence a culminé avec une marche de plus de 30 000 personnes samedi le 26 juin. Les participants sont venus s'opposer aux mesures antidémocratiques de répression d'État, aux attaques contre les droits et à la fascisation de la société qui accompagnent ces politiques, comme moyen d'écarter les peuples des prises de décisions et de les priver de tout contrôle de leur destinée. Les préoccupations des peuples que les élites dominantes ont voulu écarter ont été exprimées haut et fort : la reconnaissance des droits de tous, en particulier des femmes et des peuples autochtones ; la défense de la Terre Mère ; l'opposition aux gouvernements qui se placent au service des monopoles ; la restriction du droit de monopole ; la paix et la justice ; l'opposition à l'agression, à la guerre, à l'occupation et au terrorisme d'État des impérialistes anglo-américains ; l'opposition à la violence sociale du néolibéralisme ; le contrôle souverain de l'économie et des ressources naturelles et ainsi de suite.

Contre la désinformation concernant les journées d'action de Toronto

Le Marxiste-Léniniste dénonce encore une fois la tactique policière consistant à faire de la prétendue violence des manifestants le thème central des Journées d'action de Toronto contre le G8 et le G20. Cette désinformation est conçue exprès pour bloquer la discussion sur les politiques du G8 et du G20 et sur le pouvoir de ce tout petit regroupement de pays de décider de l'ordre du jour du monde aux dépens des peuples. Elle vise en fin de compte à saboter le regroupement des forces sociales et politiques qui prennent une position prosociale contre cette activité.

Nous condamnons à cet égard le rôle joué par les médias monopolisés et même certains syndicats qui se joignent à la chorale médiatique pour détourner l'attention de cette expression très réussie de l'opposition des peuples au G8 et au G20 en s'en prenant à la prétendue violence des manifestants. Tout est fait pour détourner l'attention du fait que c'est l'État qui est violent et qui possède et contrôle les instruments de violence, pas les manifestants.

Les autorités justifient la militarisation de Toronto en invoquant le besoin d'assurer la « sécurité ». Mais la sécurité de qui ? Nous assistons à la protection du droit de monopole et des intérêts des puissances étrangères au service desquels le Canada s'est placé, pas des peuples et de leurs droits démocratiques. Pourquoi les chefs des pays qu'on dit les plus démocratiques du monde craindraient-ils le peuple au point de devoir se protéger par des kilomètres de clôtures, des corps policiers armés jusqu'aux dents et des lois fascistes ? Comme le déclarait Le Marxiste-Léniniste le 26 juin, le but des mesures fascistes entourant les sommets du G8/20 était d'intimider l'opinion publique, de convaincre tout le monde que les activistes sociaux et politiques sont violents, de créer un prétexte pour criminaliser la dissidence, de préparer l'opinion publique à l'acceptation de la violence des agences de loi et ordre et d'amener la
classe ouvrière canadienne à accepter l'institution d'un État policier.

C'est tout à l'honneur des travailleurs, des femmes et des nombreux jeunes d'avoir persisté à condamner et à rejeter le climat d'anarchie et de violence créé par les autorités. Ils ont persisté à dénoncer les politiques néolibérales et antisociales du G8 et du G20 malgré les nombreux pièges qui leur ont été tendus pour tout réduire à un affrontement avec la police. Malgré les agissements répréhensibles et criminels de la police, les forces populaires ont fait des journées d'action de Toronto contre le G8/20 un retentissant succès ! Félicitations à tous ceux et celles qui y ont participé, sans exception, et en particulier à ceux et celles qui ont courageusement donné le ton en défendant le droit d'aller jusqu'à la clôture pour protester contre le G8 et le G20. Les citoyens ont le droit d'exprimer leur conscience librement et ils ont raison de condamner l'arbitraire des autorités. Celles-ci qui avaient d'abord annoncé que
les manifestants pourraient s'approcher à cinq mètres de la clôture pour ensuite, sans préavis, avancer les lignes policières à plusieurs rues de la clôture. Ce sont les autorités policières qui sont responsables de l'anarchie et de la violence dans les rues de Toronto, pas les manifestants. Honte à ceux qui participent aux efforts pour justifier la violence contre les manifestants au nom de la sécurité.

Le Marxiste-Léniniste réitère son appui inconditionnel à tous ceux et celles qui ont été arrêtés pour avoir exprimer leur opposition à ces instances antidémocratiques et à leurs politiques antisociales.

Tous contre le G8/20 !

Non à la criminalisation de la dissidence !




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 17:31

 

Retrouvons nous tous ensemble, auditeurs-trices et salarié-e-s,
JEUDI 1er juillet 2010 à 18 heures devant les locaux des France Bleu en région, du Mouv’ à Toulouse et devant la Maison de la Radio à Paris. (116 Av du Président Kennedy, 75016 Paris)

Nous, auditeurs-trices et salarié-e-s de Radio France (France INTER, France INFO, France BLEU et ses quarante deux radios locales, France CULTURE, France MUSIQUE, LE MOUV’, FIP) refusons la main mise du pouvoir en place sur les antennes de la radio publique. Les suppressions injustifiées d’émissions, les licenciements sans ménagement de producteurs-trices et de chroniqueurs-euses dont ceux de Didier Porte et Stéphane Guillon sont les plus symboliques, mettent en évidence la mission confiée par Nicolas Sarkozy à la direction de Radio France : transformer les antennes de la Radio Publique en machine de guerre électorale à son profit.

Les antennes de la radio de service public sont celles de tous les citoyen-nes et non pas la propriété d’un clan.

Nous exigeons le respect et la garantie de la liberté d’expression, de l’indépendance des programmes et de l’information sur les radios de service public.

Nous exigeons le respect du travail des rédactions de Radio France, le droit à l’impertinence, à la différence et des propositions professionnelles réelles et sérieuses pour les producteurs-trices écarté-e-s des antennes de Radio France.

Nous demandons le retour sur l’antenne des chroniques de Didier Porte et Stéphane Guillon dans la matinale de France Inter et dans l’émission le fou du roi.

Nous, auditeurs-trices et salarié-es sommes attaché-e-s aux valeurs qui ont bâti la radio de service public.

ARRETEZ DE CASSER NOS ANTENNES

 

Cet appel a le soutien de l'intersyndicale de RadioFrance CFDT CFTC CGT SNJ Radio France SUD Radio France



Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 13:27

 

Fin 2009 les comités du Parti de Gauche des Hauts de Seine sont dissous, début 2010 des exclus du PG fondent Gauche en Mouvement et sortent un quatre pages. Depuis, GEM s'est investi dans tous les combats contre la politique de régression menée par la droite, a pris contact avec d'autres associations, organisations "à gauche de la gauche" avec pour but la constitution d'un Front de Gauche pluraliste et démocratique capable de mener les luttes dans la rue comme dans les urnes et de proposer une véritable alternative au capitalisme.

GEM comme d'autres associations, organisations ou clubs (FASE, MPEP, Alternatifs, Socialisme Maintenant, Gauche Citoyenne 92...) rassemble des militants anticapitalistes qui ne retrouvent plus de convergence entre le discours affiché de partis comme le PC ou le PG et la stratégie mise en place, qui s'interrogent sur les contradictions du NPA ou encore qui ne cautionnent pas le social libéralisme du PS. Ils se sont battus à l'intérieur de leurs partis mais n'ont pas été entendus....

Un autre monde est possible : un monde dans lequel les sénateurs socialistes ne votent pas une loi anti laïque, un monde dans lequel les conseillers régionaux  du PC et  du PG ne cautionnent pas le bilan régional du PS qui subventionne établissements scolaires et entreprises privés, un monde dans lequel Mélenchon n'acceptera pas un ministère si le ou la candidat(e) socialiste est élu(e), un monde où les syndicats unis se battent pour le retrait de la réforme des retraites et proclament la grève générale sans négociation, un monde dans lequel la gauche revenue au pouvoir abrogera toutes les lois scélérates. Un monde dans lequel les citoyens pourront demander des comptes à leurs élus et exiger leur démission s'ils ne respectent pas leurs engagements. Un monde dans lequel l'égalité des droits, la solidarité, la laïcité, la propriété sociale des moyens de production sont les fondements de la liberté et de l'émancipation.

C'est pour cela que tous ces militants et  toutes ces associations qu'on accuse de nuire à la construction d'une "union de la gauche" se battent même si cela doit passer par une critique sans concessions de leur famille politique. Notre ennemi c'est la droite mais si le PS continue de fagociter sa gauche, si le PC continue de pousser à la démission, si le PG continue d'exclure ses militants, si le NPA continue de s'autodétruire et si personne ne réagit, la droite totalitaire et le capitalisme meurtrier ont de beaux jours devant eux.

Ci-dessous "la carte d'identité" de GEM


contact : Gauchemouv@gmail.com

GEM

Signes distinctifs : des principes inaltérables !

Un parti de gauche doit être un outil politique au service des citoyens

Il doit être indépendant de tous les sociaux-libéralismes, qu’ils soient teintés de rose ou de vert

Il doit disposer d’une stratégie de rupture avec le capitalisme

Il doit constituer un modèle démocratique pour toute la gauche

Il doit permettre le rassemblement dans les urnes et dans les luttes, stratégie d’union qui s’incarne aujourd’hui dans le combat du Front de Gauche

Hérédité culturelle : hémiplégie complète du côté droit se traduisant par un refus de tout mouvement à droite, un rejet systématique de toutes les « théories » libérales, de toute stratégie de rassemblement au-delà du côté gauche

NOM: GEM

Prénom: la GAUCHE en Mouvement

Vocation : internationaliste

Parenté : Die Linke (Allemagne) Bloco de Esquerda (Portugal) Syriza (Grèce)






 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 13:03

 

http://www.ouvalacgt.over-blog.com/article-sans-papiers-les-illusions-tombent-52840269.html

Sans-papiers : les illusions tombent !

Malheureusement ce que nous disions il y a une semaine s’est avéré exact.

Contrairement à tous les espoirs fous qui parcouraient leurs rangs depuis la semaine dernière, les grévistes n’auront pas une APS K de 3 mois à compter du 1 juillet. Samedi après-midi, la réunion à Montreuil a fait tomber les illusions entretenues par Chauveau et consort.

Coup dur pour les grévistes qui se rendent compte que finalement bien peu d’entre eux seront concernés par la régularisation, et qu'ils ont été en fait manipulés.

Chauveau s’est appuyé sur une lettre adressée par le Ministère à Francine Blanche pour avancer ce mensonge et faire cesser le mouvement. Or cette lettre (disponible ICI- car nous avons tous les éléments) ne dit rien de tout cela. Quel est son contenu ?

Les dossiers pourront être déposés du 1 juillet au 30 septembre. Ce qui veut dire que le gouvernement accorde moins de temps pour les constituer que l’addendum ne le laissait penser. Puisqu’il était dit valable du 1 juillet au 31 mars 2011.

Les travailleurs qui sont en mesure de poursuivre une activité professionnelle pourront la poursuivre sans être inquiétés : « Ils auront vocation à la poursuivre… et à rester sur le territoire national». Avancée certes, mais uniquement pour les grévistes d'une entreprise donnée, qui ont déjà le dossier complet et le Cerfa. En gros, ça ne mange pas de pain.

Après instruction du dossier ceux qui seront rejetés recevront une OQTF
Samedi, Chauveau s’est évertué pendant des heures à présenter cette lettre comme une garantie, pas encore comme une victoire, mais sans convaincre personne. Un véritable dialogue de sourds et les grévistes ont été contraints de se rendre à l’évidence. Ils ont été trompés par de fausses promesses.  C’est un coup dur pour ces travailleurs, car tous ceux qui travaillent au noir, tous ceux qui sont au chômage, tous ceux qui n’ont pas de cerfa, n’auront rien du tout.

Chauveau a néanmoins demandé de lever tous les piquets, alors que beaucoup ne voulaient pas perdre les derniers points d’appui de lutte qui leur restaient. Plus pour le principe d'ailleurs car ces piquets sont aujourd’hui trop peu nombreux pour peser réellement contre le gouvernement. Il a demandé aux travailleurs d’aller chercher des cerfas, mais contrairement à ce qu’avaient fait les travailleurs de l’intérim par le passé, il faut le faire sans plus occuper les entreprises pour faire pression sur les patrons. Seulement en s’appuyant sur la lettre reçue du ministère ! C'est dire les chances d'avoir aujourd'hui gain de cause s'ils n'ont pas réussi pendant le conflit ! Quand on sait qu'en plus un certain nombre de Cerfas obtenus sous "d'amicales pressions" durant la lutte sont aujourd'hui périmés, on peut être quelque peu inquiet...

La conclusion de cette bataille, qui n’est pas la fin de la lutte, est un coup très dur pour les grévistes, mais c’est aussi un coup porté contre le syndicalisme. De tels « responsables syndicaux » ont discrédité la CGT. Un des enseignements que ne manquent pas de tirer les grévistes, c’est que s’ils doivent lutter, ils ne peuvent pas compter sur les syndicats. D’ailleurs Solidaires présent à Montreuil lors de l'assemblée, ne s’est guère manifesté, se contentant de suivre Chauveau comme ses militants le font depuis le début du mouvement. On voit même sa représentante être bien moins prudente que les responsables CGT en affirmant haut et fort partout qu'il s'agit d'une "victoire"...

Le syndicalisme d’accompagnement discrédite le syndicalisme auprès des travailleurs les plus combatifs, dans la lutte des sans papiers, comme dans les autres luttes. Et quand en plus le fameux "addendum" réserve le droit de déposer les dossiers aux seules organisations syndicales, en excluant ainsi tous les sans-papiers individuels, ou tous ceux regroupés dans les collectifs, on peut être sur que le ressentiment et la division vont, pour un temps au moins, faire des dégâts.

La lutte des sans papiers ne peut que continuer, puisque rien n'est réglé. Elle devrait pouvoir compter sur les syndicalistes de classe.  Cela a-t-il était le cas ? Non, malheureusement, à croire qu'ils se sont laissés endormir par les prétendus discours de lutte Chauveau et consort... La leçon doit être tirée pour l'avenir !

Le bilan n'est pas reluisant.

Au fil des mois, on est passé de la régularisation de "Tous les Sans-papiers", à celle de tous les Travailleurs Sans-Papiers, puis à celle des seuls grévistes parisiens, puis au final seulement  à celle des grévistes qui remplissent les critères de la circulaire Besson (à peine atténuée par le fameux addendum), dont le fameux Cerfa... Huit mois de grève, de dur conflit pour cela, c'est maigre, et c'est bien ainsi que le ressentent nos camarades.

Après la nécessaire digestion de cet échec, le bilan approfondi, la lutte reprendra, inévitablement.

Et une nouvelle fois nous serons aux côtés des camarades, en espérant être rejoints par toutes celles et ceux qui auront compris la véritable nature du syndicalisme d'accompagnement.

Les critères, on n'en veut pas !

Le cas par cas, on n'en veut pas !

Régularisation sans condition de tous les sans-papiers !

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 20:12

 

http://www.pouruneradiopubliqueindependante.net/appel

APPEL A LA MOBILISATION POUR UNE RADIO PUBLIQUE INDEPENDANTE

Nous, auditeurs-trices et salarié-e-s de Radio France (France INTER, France INFO, France BLEU et ses 42 locales, France CULTURE, France MUSIQUE, LE MOUV’, FIP) refusons la main mise du pouvoir en place sur les antennes de la radio publique.

Les suppressions injustifiées d’émissions, les licenciements sans ménagement de producteurs-trices et de chroniqueurs-euses dont ceux de Didier Porte et Stéphane Guillon sont les plus symboliques, mettent en évidence la mission confiée par Nicolas Sarkozy à la direction de Radio France : transformer les antennes de la Radio Publique en machine de guerre électorale à son profit.

Les antennes de la radio de service public sont celles de tous les citoyen-nes et non pas la propriété d’un clan.

Nous exigeons le respect et la garantie de la liberté d’expression, de l’indépendance des programmes et de l’information sur les radios de service public, le respect du travail des rédactions de Radio France, le droit à l’impertinence, à la différence et des propositions professionnelles réelles et sérieuses pour les producteurs-trices écarté-e-s des antennes de Radio France .

Nous demandons le retour sur l’antenne des chroniques de Didier Porte et Stéphane Guillon dans la matinale de France Inter et dans l’émission le fou du roi.

Nous, auditeurs-trices et salarié-es sommes attaché-e-s aux valeurs qui ont bâti la radio de service public.

ARRETEZ DE CASSER NOS ANTENNES !

Cet appel a le soutien de l'intersyndicale de Radio France, CFDT, CFTC, CGT, SNJ Radio France, Sud Radio France

Organisations soutenant l'initative :

ACRIMED, ACU (Association des communistes unitaires), CGT DU CENTRE HOSPITALIER DE HYÈRES, DROIT SOLIDARITÉ, EUROPE ÉCOLOGIE LIMOUSIN, FASE (Fédération pour une alternative sociale et écologique), FÉDÉRATION CGT DU SPECTACLE, LES ALTERNATIFS 44, MJCF 86 (Mouvement des jeunes communistes de la vienne), PARTI DE GAUCHE, ROUGE VIF 13, SNES-FSU (Syndicat national des enseignements de second degré), SYNDICAT CFDT SANTÉ-SOCIAUX DU DOUBS (Liberté, égalité, fraternité), SYNDICAT CGT DE L'OPH DE PARIS

Premiers signataires :

Françoise ALAMARTINE (Membre du collège exécutif des Verts), Gabriel AMARD (Président de la communauté d’agglomération des lacs de l’Essonne, Secrétariat National du Parti de Gauche), Gérard ASCHIERI (Syndicaliste FSU), Guy BEDOS, Mounia BENAILI (Bureau National du Parti de Gauche, adjointe au maire), Jean-luc BENNAHMIAS (Député européen, vice président du Mouvement Démocrate), Martine BILLARD (Députée, porte parole du Parti de Gauche), Marie-george BUFFET (Députée), Claude CALAME (Directeur d'études à l' EHESS), Guy CHAPOUILLIÉ (Ancien directeur de l' Ecole Supérieure d' Audiovisuel), Yves CONTASSOT (Conseiller de Paris, les Verts), Pierre COURS-SALIES (Universitaire. paris 8), Armand CREUS (Conseiller Régional Rhône Alpes (Gauche Unitaire)), Jonathan DENIS (Président de Aujourd'hui Autrement), Annie ERNAUX (Ecrivain), Michèle ERNIS (Conseillère Régionale Gauche Unitaire Haute Normandie), Antoine EVENNOU (Président de l' Union Nationale Lycéenne (unl)), Gérard FILOCHE (Démocratie et Socialisme), Michael GENTILE (Producteur de long metrages), Alain GIRARD (Premier Secrétaire du Syndicat National des Journalistes), Christophe GIRARD (Maire-adjoint Parti de Gauche de Saint Denis), Jérôme GLEIZES (Directeur de publication de ECOREV), Stéphane GUILLON (Humoriste), Jacques GURFINKIEL (Secrétaire Général du syndicat CGT de l' OPHLM de Paris), Charles HOAREAU (Syndicaliste CGT Marseille), Marc HORVAT (Conseiller Régional Europe Ecologie Limousin), Raoul Marc JENNAR (Militant altermondialiste Mosset (66)), Alain KRIVINE, Gilbert LAFFAILLE (Auteur compositeur), Pierre LAURENT (Secrétaire National du PCF, Conseiller Régional ), Virginie LE TORREC (Maire adjointe de Saint Denis), Dominique LEMOINE (Porte Parole National  de CAP 21. elu à Tours), Corinne LEPAGE ( présidente de CAP 21, Députée Européenne), Jacques LERICHOMME (Conseiller Régional Gauche Unitaire Provence Alpes Cote d' Azur), Emily LOIZEAU (Chanteuse), Céline MALAISSÉ (Porte Parole de Gauche Unitaire, Conseillière Régionale Ile De France), Henri MALER (Co-animateur de ACRIMED), Caroline MÉCARY (Présidente de la Fondation Copernic et avocate), Pierre MINNAERT (Président Commission Europe et membre du Conseil Politique des Verts), Claire MONOD (Conseillère Régionale Ile De France Europe Ecologie), Corinne MOREL DARLEUX (Secrétaire Nationale du Parti de Gauche, Conseillère Régionale Rhone Alpes), Richard MOYON (Co fondateur de RESF), Jacques MULLER (Sénateur Maire de wattwiller, les Verts), Christian PICQUET (Porte Parole de la Gauche Unitaire, Conseiller Régional Midi Pyrénées), Didier PORTE (Humoriste), Serge REGOURD (Directeur de l' Institut du Droit de la Communication. Université  de Toulouse 1), Roland WEYL (Droit  et Solidarité), Bernard ROMAN (Député), Guilhem SERIEYS (Conseiller Régional Midi Pyrénées Parti de Gauche), Danielle SIMONNET (Conseillère de Paris Secrétaire Nationale du Parti de Gauche), Stessy SPEISSMANN (Conseiller Régional de Lorraine, Conseiller Municipal de Gérardmer), Nicole TAQUET (Conseillère Régionale Gauche Unitaire Nord Pas de Calais), Eric THOUZEAU (Conseiller Régional Parti Socialiste Pays de la Loire), Jean VOIRIN (Secrétaire Général CGT Spectacle), Bertrand VUAROQUEAUX (Syndicat National des Agents des Douanes CGT), Henriette ZOUGHEBI (Vice Présidente du Conseil Régional Ile De France, chargée des lycées et de la politique éducative)





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 20:09

 

Cent millions de sionistes évangélistes à travers le monde !

Par Chérif BOUDELAL – 27 juin 2010 –immigrationstorys@yahho.fr

Chers lecteurs et lectrices, voici ci-après une étude sérieuse qui nous met sur la trace de G. W. Bush et de sa secte évangéliste au service d’Israël et du sionisme dont les missionnaires sillonnent le monde en quêtes de nouveaux adeptes.

L’Observatoire d'Etudes Géopolitiques (OGP) rapporte dans sa Revue d’Etudes Géopolitiques d’octobre 2005 (reliées par l’article de Charles Saint-Prot publiés par Mondialisation.ca) les informations selon lesquelles la secte des évangélistes aux USA est le soutien inconditionnel d’Israël. Ses membres « s’inscrivent dans le mouvement des Chrétiens sionistes, qui influence considérablement la politique de l’administration Bush. Il est également connu que les membres de cette secte sont les plus fervents soutiens d’Israël et refusent toute concession territoriale aux Palestiniens. »

Cette revue rapporte que « en octobre 2003, une réunion a eu lieu à l’hôtel du roi David de Jérusalem entre extrémistes sionistes et évangélistes US, en présence de Richard Perle –alors président du Conseil pour la politique de défense du Pentagone et conseiller influent de George Bush II - et des ministres du gouvernement Sharon pour célébrer « l’avènement de la Jérusalem Céleste qui suivra l’anéantissement de l’Islam. »

Elle rapporte des informations jamais divulguées par aucun média dans le monde dont voici un extrait :

« Les évangélistes des Etats Unis disposent de plusieurs centaines de milliers de pasteurs propagandistes - Evangelical Union of South America, qui sillonnent l’Amérique latine, notamment le Brésil où la secte aurait plus de 30 millions d’adeptes, mais aussi le Japon, l’Afrique, l’Europe, l’Inde (Indian Missions Association -IMA) et la Chine... La haine professée par cette secte contre l’Islam, mais aussi leur mépris à l’égard des Arabes chrétiens, en fait un instrument privilégié de la politique états unienne visant à briser le monde arabe pour mieux organiser un grand Moyen Orient tout entier soumis à l‘influence de Washington et de ses alliés israéliens. C’est ainsi que les évangélistes sont les premiers à organiser, en liaison avec les néo conservateurs américains dont on connaît les engagements pro israéliens, des campagnes visant à assimiler l’Islam au terrorisme, donc à ‘’l’axe du mal’’.


L’un de leurs objectifs favoris est l’Arabie saoudite contre laquelle ils poursuivent une propagande inlassable tout en encourageant certaines confréries de façon à semer la division religieuse au sein du royaume. L’instrumentalisation des communautés chrétiennes arabes est en action au Liban, en Palestine, en Syrie, en Irak. »

Ces chrétiens ultras sionistes ne représentent pas néanmoins tous les Américains US ; ils sont surtout soutenus pars les capitalistes juifs sioniste qui détiennent un pouvoir important au sein des institutions US tel le Congrès (United States Congress), qui est le pouvoir législatif des USA, réunissant le Sénat (United States Senate) - la chambre haute composé de 100 sénateurs (deux par Etat), et la Chambre des représentants des Etats-Unis (United States House of Representatives), qui est la Cambre basse composée de 435 représentants. Le lobby sioniste a une grande influence sur ces instituions qui sont la clé du pouvoir des USA dont le président ne peut rien faire sans leur consentement.

Merci aux internautes de publier et diffuser ce texte le plus largement possible. Nous ne devons pas compter sur les médias « classiques » pour publier ce genre d’informations, car ils ne sont pas encore libres - la liberté d’expression qu’on chante aux peuples du matin au soir n’est que de la poudre aux yeux. Pour libérer « nos amis journalistes », il faut un travail de longue halène de militants engagés dans la voie de la libération de l’humanité. Ce combat est le devoir de chaque individu qui lutte contre « l’esclavage volontaire » dont souffre la majorité des professionnels de cette corporation journalistique, lesquels assistent « impuissants » à la violation de leur déontologie professionnelle jour après jour en subissant l’humiliation des lobbies sionistes qui les bâillonnent de l’intérieur de leurs rédactions




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens