Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 18:59

https://www.zamanfrance.fr/article/turquie-suspend-temporairement-cedh-22785.html

La Turquie suspend temporairement la Convention Européenne des Droits de l'Homme (Reuters)

Le vice-premier ministre turc, Numan Kurtulmus, a annoncé Jeudi 21 Juillet 2016 que la Turquie allait temporairement déroger à la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) pendant l'état d'urgence, suivant l'exemple de la France.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé Mercredi 20 Juillet 2016 dans la soirée l'instauration de l'état d'urgence pour une durée de trois mois afin de donner au gouvernement les moyens de mener la lutte contre les auteurs du putsch avorté du Vendredi 15 Juillet 2016.

Jeudi 21 Juillet 2016, le vice-premier ministre Numan Kurtulmus a affirmé que l'état d'urgence pourrait prendre fin dans un mois à un mois et demi. Il a également annoncé que la Turquie allait temporairement déroger à la CEDH pendant l'état d'urgence conformément au quinzième article de la CEDH ainsi rédigé, « en cas de guerre ou en cas d’autre danger public menaçant la vie de la nation, toute haute partie contractante peut prendre des mesures dérogeant aux obligations prévues par la présente convention, dans la stricte mesure où la situation l’exige et à la condition que ces mesures ne soient pas en contradiction avec les autres obligations découlant du droit international. La disposition précédente n’autorise aucune dérogation au deuxième article relatif au droit à la vie, sauf pour le cas de décès résultant d’actes licites de guerre, au troisième article relatif à l'interdiction de la torture et des peines et traitements inhumains ou dégradants, au quatrième article relatif à l'interdiction de l’esclavage et de la servitude et au septième article relatif à l'interdiction des peines sans lois. Toute haute partie contractante qui exerce ce droit de dérogation tient le secrétaire général du conseil de l’Europe pleinement informé des mesures prises et des motifs qui les ont inspirées. Elle doit également informer le secrétaire général du conseil de l’Europe de la date à laquelle ces mesures ont cessé d’être en vigueur et les dispositions de la convention reçoivent de nouveau pleine application ».

En France, l'état d'urgence a été lancé après les attentats du Vendredi 13 Novembre 2015 à Paris. Le sénat et l'assemblée nationale ont voté Mercredi 20 Juillet 2016 son prolongement pour six mois, jusqu'au mois de janvier 2017.

La Turquie promet plus de démocratie malgré l'état d'urgence

L'instauration ces mesures exceptionnelles a pour objectif d'éviter que se produise une nouvelle tentative de coup d'état, a expliqué le ministre de la Justice, Bekir Bozdag, assurant que les citoyens turcs ne ressentiraient aucun changement dans leur vie de tous les jours.

Un député du principal parti d'opposition, le parti républicain du peuple (CHP), a estimé que l'état d'urgence revenait à instaurer « une manière de gouverner qui ouvre la voie à des abus ».

Le parti d’action nationaliste (MHP) a en outre exprimé son soutien à la décision du président, son chef de file, Devlet Bahceli, l'assurant de son soutien « inconditionnel dans cette période sombre et difficile, quoi qu'il en coûte ».

Le vice-premier ministre Mehmet Simsek a quant à lui assuré que la Turquie ne renouerait pas avec la répression qu'elle a subie sous la loi martiale au cours des dernières décennies.

« L'état d'urgence en Turquie n'inclura aucune restriction de mouvement, de réunion et de liberté de la presse. Il ne s'agit pas de la loi martiale des années 1990 », a-t-il écrit sur Twitter. « J'ai confiance, la Turquie en sortira avec une démocratie renforcée, une économie de marché qui fonctionne mieux et un climat plus favorable à l'investissement ».

Mais les marchés financiers, qui apprécient généralement l'ancien banquier qu'est Mehmet Simsek, ne semblaient pas convaincus dans l'immédiat, la livre turque a touché un nouveau plus bas historique face au dollar et la bourse d'Istanbul perdait près de 3,5% à la mi-journée.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 18:37

La loi travail définitivement adoptée (Reuters)

Le projet de loi travail, qui a provoqué plus de trois mois de contestation syndicale parfois émaillée de violences, a été définitivement adopté Jeudi 21 Juillet 2016 par le parlement français, aucune motion de censure n'ayant été déposée dans les dernières vingt quatre heures.

Faute d'une majorité absolue à l'assemblée nationale, le premier ministre Manuel Valls a été contraint Mercredi 20 Juillet 2016 d'utiliser la procédure du quarante neuvième article de la constitution française qui permet de faire adopter un texte sans vote si aucune motion de censure n'est déposée et adoptée.

Comme lors de la première et de la seconde lecture, le premier ministre a été contraint d'utiliser cette procédure contraignante face aux oppositions conjugées d'une partie de la gauche et de la totalité de la droite et du centre.

Le Front De Gauche (FDG), des écologistes proches de Cécile Duflot ainsi que les frondeurs socialistes sont hostiles à cette réforme ainsi que, pour des raisons opposées, le groupe des Républicains et le groupe de l'Union des Démocrates et des Indépendants (UDI).

Pour la première lecture, le groupe des Républicains et le groupe de l'UDI avaient déposé une motion de censure qui avait été rejetée. Ils avaient renoncé ensuite à en déposer une nouvelle.

La gauche de la gauche a tenté en vain de déposer une motion de censure mais n'a pu y parvenir, ne rassemblant que cinquante six signatures alors que cinquante huit signatures étaient nécessaires.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 18:20

Recep Tayyip Erdogan annonce l'instauration de l'état d'urgence en Turquie (Reuters)

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé Mercredi 20 Juillet 2016 l'instauration de l'état d'urgence, qui devrait être en vigueur durant trois mois, afin de prendre des mesures contre les auteurs du coup d'état militaire avorté du Vendredi 15 Juillet 2016.

Selon le numéro un turc, ce régime d'exception ne viole en aucun cas la constitution du pays et ne porte pas atteinte aux libertés fondamentales.

Une fois entré en vigueur, l'état d'urgence permettra à l'exécutif turc de prendre de nouvelles lois sans passer par le parlement et de limiter ou suspendre certains droits et certaines libertés s'il le juge nécessaire.

Recep Tayyip Erdogan a fait cette annonce lors d'une déclaration diffusée en direct à la télévision à l'issue d'un conseil national de sécurité, cinq jours après la tentative de renversement par une partie de l'armée.

Au premier rang des accusés désignés par le pouvoir figure le prédicateur en exil Fethullah Gülen, présenté comme le commanditaire du putsch manqué.

Recep tayyip Erdogan a par ailleurs affirmé que la dégradation de la note de la Turquie par Standard and Poor's ne reflétait en rien la réalité de l'économie turque.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:58

http://www.alencontre.org/moyenorient/syrie/alep-appel-urgent.html

http://www.souriahouria.com/appel-urgent-alep

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article38534

Appel urgent pour Alep

Par Brita Hagi Hasan, président du conseil local de la ville d'Alep

Lundi 11 Juillet 2016

Le conseil local de la ville d’Alep, élu démocratiquement pour représenter plus de quatre cent mille personnes vivant à Alep, tient à informer les partenaires politiques sur la scène internationale, ainsi que les organisations civiles, les Organisations Non Gouvernementales (ONG) et les médias que les civils vivent sous la menace d’une catastrophe. Elle coïncide avec le siège imposé par le régime de Bachar al Assad, fort de l’appui des mercenaires iraniens et des miliciens du Hezbollah, soutenu par l’aviation russe, siège qui se renforce puisque a été coupée l’unique voie de ravitaillement en nourriture et en carburant pour les civils. Ce siège constitue une forme de punition collective.

Actuellement, les civils souffrent d’un manque de nourriture, d'eau et de carburant, à la suite d’une pénurie grave d’alimentation. Il manque aussi bien de l’eau que de la farine pour faire du pain, ainsi que du mazout pour les fours, alors qu'ils font face à un été chaud. A long terme, les femmes, les enfants et les hommes souffriront d’une situation catastrophique conduisant même à une situation pire que celle actuelle et à des conséquences plus désastreuses.

Celui qui assassine enfants et parents actuellement n’hésitera pas à détruire toute la ville sur les têtes de ses habitats qui sont restés. Faut-il rappeler que protéger les civils par toutes les parties impliquées lors des opérations militaires est un devoir consacré dans les pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme et aux conventions ratifiées par le gouvernement syrien.

Le bureau exécutif du conseil local de la ville d'Alep demande l’intervention des organisations internationales, des gouvernements régionaux et internationaux impliqués dans la situation en Syrie ainsi que des ONG pour faire respecter un cessez-le-feu et obliger les forces du régime, ses mercenaires et l’aviation russe, à lever le siège imposé de facto aux civils de la ville, empêcher une catastrophe humanitaire et assurer une vie décente aux citoyens tel que stipulé dans les lois célestes et dans les chartes des droits de l’homme.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:41

La Turquie prépare des mesures d'urgence (Reuters)

La Turquie devait annoncer Mercredi 20 Juillet 2016 une série de mesures d'urgence censées permettre le retour à la stabilité et à prévenir des retombées économiques après la tentative avortée de coup d’état du Vendredi 15 Juillet 2016, qui a conduit Ankara à des purges massives au sein de l'armée, de la police, de l'administration et de l'éducation nationale.

Quelque soixante mille soldats, policiers, juges, fonctionnaires et enseignants ont été suspendus, arrêtés ou mis en examen depuis Vendredi 15 Juillet 2016.

La chaîne de télévision publique TRT a rapporté Mercredi 20 Juillet 2016 que le haut conseil de l'enseignement avait interdit à tous les universitaires du pays de se rendre à l'étranger jusqu'à nouvel ordre, une mesure censée empêcher des complices de la tentative de coup d’état de fuir le pays.

« Les universités ont toujours joué un rôle clé pour les juntes militaires en Turquie et certaines personnes passent pour être en contact avec des cellules au sein de l'armée », a déclaré un responsable turc.

Le président Recep Tayyip Erdogan accuse les réseaux du prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, d'être à l'origine du putsch manqué du Vendredi 15 Juillet 2016, qui a fait plus de deux cent trente morts. Il a promis d'éliminer le virus responsable du coup d’état dans toutes les institutions du pays.

L'ampleur des purges des derniers jours a suscité l'inquiétude chez plusieurs alliés occidentaux d'Ankara, qui craignent que Recep Tayyip Erdogan ne tente d'étouffer toute dissidence potentielle, y compris en visant des opposants sans aucun lien avec le putsch.

Recep Tayyip Erdogan devait présider Mercredi 20 Juillet 2016 un conseil des ministres puis un conseil de sécurité nationale à l'issue desquels une série de mesures d'urgence devait être annoncée.

Les ministres et les principaux responsables concernés n'ont pas été informés à l'avance de la tenue de ces réunions.

Ankara cherche à préserver l’économie

« Le conseil des ministres est classé au plus haut niveau pour des raisons de sécurité nationale. Le palais présidentiel ne donnera un dossier aux ministres que juste avant », a dit un haut responsable à Reuters. « Les ministres ne savent pas encore de quoi il sera question ».

Environ un tiers des trois cent soixante généraux turcs en fonctions ont été arrêtés depuis Vendredi 15 Juillet 2016, a précisé une autre source, précisant que quatre vingt dix neuf généraux avaient été inculpés et que quatorze autres généraux restaient en état d'arrestation.

Le ministère de la défense enquête sur tous les juges et procureurs militaires et a déjà suspendu deux cent soixante deux d'entre eux, a rapporté la chaîne de télévision NTV. On compte parallèlement neuf cent suspensions au sein de la police d'Ankara et la purge vise jusqu'aux fonctionnaires des ministères de l’environnement et des sports.

La menace d'une période prolongée d'instabilité en Turquie, pays membre de l'Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et voisin de la Syrie, ébranle par ailleurs la confiance des investisseurs.

La livre turque est tombée Mercredi 20 Juillet 2016 à son plus bas niveau depuis dix mois et la bourse d'Istanbul a chuté de 9,5% depuis le début de la semaine.

Le vice-premier ministre Mehmet Simsek a déclaré à Reuters que la priorité des mesures examinées Mercredi 20 Juillet 2016 serait d'empêcher une dégradation de la situation économique.

Dans un témoignage publié par le quotidien Hurriyet et corroboré par un responsable turc, un colonel d'infanterie explique que les responsables de la tentative de coup d’état ont tenté de convaincre le chef d'état-major de l'armée, Hulusi Akar, qui était retenu en otage, de se joindre aux putschistes pour renverser Recep Tayyip Erdogan, mais qu'il a refusé.

« Quand il a refusé, ils n'ont pas réussi non plus à convaincre des officiers de haut rang. Le refus d’Hulusi Akar de participer a conduit à l'échec de la tentative de coup d’état », ajoute le procès-verbal publié par le journal.

Plusieurs médias fermés

Le président Recep Tayyip Erdogan, le premier ministre Binali Yildirim, des ministres, des officiers supérieurs et des généraux étaient censés être arrêtés un par un pendant la nuit du coup d’état, précise-t-il.

Si les alliés occidentaux de la Turquie lui ont manifesté leur solidarité et leur soutien, ils ont aussi exprimé leur préoccupation face à l'ampleur et à la sévérité des décisions prises ces derniers jours, rappelant à Ankara la nécessité de respecter les principes démocratiques.

Mardi 19 Juillet 2016, les autorités ont fermé plusieurs médias présentés comme des soutiens de Fethullah Gülen et elles ont annoncé la suspension de quinze mille fonctionnaires de l'éducation et de cent membres des services de renseignement. On compte en outre quatre cent quatre vingt douze suspensions au sein de la direction des affaires religieuses, deux cent cinquante sept suspensions dans les services du premier ministre et trois cent suspensions au ministère de l’énergie.

Ces décisions se sont ajoutées à l'arrestation de plus de six mille membres des forces armées, des simples soldats aux officiers de commandement, et à la suspension de près de trois mille juges et procureurs. Environ huit mille policiers ont aussi été suspendus.

Zeid Raad al Hussein, haut commissaire de l'Organisation des Nations Unies (ONU) aux droits de l'homme, a exprimé sa vive inquiétude Mardi 19 Juillet 2016 et appelé la Turquie à autoriser des observateurs indépendants à rendre visite aux personnes incarcérées.

Le ministère des affaires étrangères a estimé que toute critique des mesures prises par le gouvernement en réaction à la tentative de coup d’état revenait à soutenir celle-ci.

Ankara a par ailleurs communiqué aux autorités américaines des documents censés appuyer une future demande formelle d'extradition de Fethullah Gülen.

Une telle demande se heurterait à de nombreux obstacles juridiques et politiques aux Etats-Unis et même si elle était approuvée par un juge, la décision définitive relèverait du secrétaire d’état, John Kerry, qui peut prendre en considération des facteurs autres que juridiques.

« J'appelle le gouvernement américain à rejeter toute tentative d'abus de la procédure d'extradition à des fins de vengeance politique », a dit Fethullah Gülen Mardi 19 Juillet 2016 dans un communiqué publié par un groupe proche de son mouvement.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:21

http://lelab.europe1.fr/26-deputes-votent-contre-la-prorogation-de-letat-durgence-2803399

Vingt six députés votent contre la prorogation de l'état d'urgence

Les députés ont voté, tôt, Mercredi 20 Juillet 2016, la prorogation de l'état d'urgence pour six mois. Ce régime d'exception, en vigueur en France depuis les attentats du Vendredi 13 Novembre 2015, va ainsi être prolongé jusqu'au mois de janvier 2017.

La prorogation de l'état d'urgence a été largement votée par quatre cent quatre vingt neuf voix pour, vingt six voix contre et quatre abstentions.

Au mois de mai 2016, le régime d'exception avait été prolongé par quarante six voix pour, vingt voix contre et deux abstentions. Surtout, au mois de février 2016, moins de six mois après les attaques terroristes perpétrées à Paris et à Saint-Denis, cent quatre vingt dix neuf députés s'étaient opposés à la prolongation de l'état d'urgence.

Cette fois, les députés des Républicains ont tous voté pour, à l'exception du président du parti chrétien démocrate et candidat à la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson.

Au sein du groupe socialiste, écologiste et républicain, sept élus se sont opposés à cette prolongation, Fanélie Carrey-Conte, Linda Gourjade, Jean-Luc Laurent, Denys Robiliard, Barbara Romagnan, Gérard Sebaoun et Suzanne Tallard.

Du côté du groupe de la gauche démocrate et républicaine, sept députés se sont également prononcés contre, François Asensi, Alain Bocquet, Marie-George Buffet, Jean-Jacques Candelier, Patrice Carvalho, André Chassaigne et Jacqueline Fraysse.

Les deux élus du Front National que sont Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté pour.

Les autres opposants sont à trouver au sein des non-inscrits. Il s'agit de Laurence Abeille, Pouria Amirshahi, Isabelle Attard, Danielle Auroi, Michèle Bonneton, Sergio Coronado, Cécile Duflot, Noël Mamère, Philippe Noguès, Jean-Louis Roumégas et Eva Sas.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:11

https://www.francebleu.fr/infos/politique/la-mairie-de-grenoble-transformee-au-fort-knox-pour-le-conseil-municipal-1468871266

La mairie de Grenoble transformée en Fort Knox pour le conseil municipal

Le conseil municipal de Grenoble a pu se tenir Lundi 18 Juillet 2016, mais il avait été placé sous très haute surveillance. De nombreux policiers municipaux étaient mobilisés pour empêcher les manifestants, opposés au plan d'austérité du maire écologiste Eric Piolle, de pénétrer dans la salle du conseil municipal.

Contrairement au conseil municipal du Lundi 11 Juillet 2016 qui avait dû être annulé, celui du Lundi 18 Juillet 2016 a pu aller à son terme. Mais la mairie de Grenoble avait été transformée en un véritable camp retranché. De nombreux policiers municipaux avaient été mobilisés, dont certains avec des chiens. Le public qui a eu le droit de rentrer dans la salle du conseil municipal a été filtré, puis les portes de la mairie ont été fermées.

À l'intérieur, les élus ont observé une minute de silence, en mémoire des victimes de l'attentat de Nice. Puis l'opposition socialiste et les élus de droite ont pris la parole pour dénoncer ce que le maire a baptisé le plan de sauvegarde des services publics. Ce plan prévoit notamment la fermeture de trois bibliothèques, de deux maisons des habitants, une suppression d'une centaine d'emplois municipaux et des départs à la retraite qui ne seront pas remplacés.

À l'extérieur, les opposants à ce qu'ils appellent le plan d'austérité du maire hurlaient « ouvrez nous les portes ». D'autres avaient des sifflets, d'autres encore martelaient les vitres de leurs poings. Marianne avait déjà manifesté Lundi 11 Juillet 2016, « ils prônent la cogestion et la participation des citoyens quand cela les arrange. Empêcher ainsi des citoyens d'assister à un conseil municipal, c'est antidémocratique au possible ».

L'intersyndicale de la ville de Grenoble est sur la même longueur d'onde.

« Même du temps d’Alain Carignon, nous n’avions jamais vu cela. Regardez, ils ont même fait venir des chiens. Nous sommes abasourdis », lance un syndicaliste de la Confédération Générale du Travail (CGT) Force Ouvrière.

Le collectif contre la fermeture de trois bibliothèques de quartier distribue un tract avec dix propositions pour le maintien de ces lieux de culture, si importants dans les quartiers sensibles. « Beaucoup d'enfants fréquentent ces petites bibliothèques. Quand tout va mal, nous avons besoin de ces lieux de culture », explique la présidente de l’union de quartier Village Olympique.

Pendant ce temps, les élus déroulent l'ordre du jour de leur conseil municipal. Le maire Éric Piolle a redit que s'il était obligé de faire des coupes sombres dans le budgets de la ville, c'était à cause de l’état et de la municipalité précédente, la municipalité du Parti Socialiste de Michel Destot qui lui avait laisser des finances en mauvais état.

Les Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS) sont intervenues

Durant la séance, une vingtaine de CRS sont intervenues devant la mairie de Grenoble et ont bouté les manifestants en bas des marches.

Un jeune homme a été interpellé pour dégradation et place en garde à vue.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:31

Angela Eagle retire sa candidature à la direction du parti travailliste (Reuters)

Angela Eagle a annoncé Mardi 19 Juillet 2016 son retrait de la course à la direction du parti travailliste au profit d'un autre candidat, Owen Smith, afin d'augmenter les chances d'évincer l'actuel chef de file de l'opposition britannique, Jeremy Corbyn.

Les critiques contre le représentant de la frange la plus à gauche du parti travailliste, élu au mois de septembre 2015, ont redoublé depuis le référendum sur une sortie du Royaume Uni, pour lequel il est accusé d'avoir mené une campagne trop molle en faveur du maintien de la Grande Bretagne dans l’Union Européenne.

La députée travailliste a expliqué le retrait de sa candidature par le plus grand nombre de soutiens reçus jusqu'à présent par Owen Smith en vue du scrutin interne à venir, dont le résultat devrait être annoncé le 24 septembre 2016.

« Il est dans l'intérêt du parti travailliste que nous nous unissions afin de présenter un candidat unique », a déclaré Angela Eagle lors d'une conférence de presse.

Les détracteurs de Jeremy Corbyn doutent de ses capacités à remporter les prochaines élections nationales et à faire entendre la voix du parti dans les négociations sur les modalités du Brexit.

Une motion de défiance non contraignante a été adoptée Mardi 28 Juin 2016 à une écrasante majorité par les parlementaires travaillistes et les deux tiers des membres de son cabinet fantôme ont choisi de démissionner.

« Le parti travailliste ne fonctionne pas correctement en ce moment, notre dirigeant n'a pas la confiance de ses parlementaires et ne tend pas la main au pays », a fait valoir Angela Eagle.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:20

https://www.zamanfrance.fr/article/huit-mille-policiers-limoges-en-turquie-22707.html

Huit mille policiers limogés en Turquie (Reuters)

Huit mille policiers ont été mis à pied dans l'ensemble de la Turquie, dont Istanbul et la capitale Ankara, du fait de leurs liens présumés avec le putsch manqué du Vendredi 15 Juillet 2016, a déclaré Lundi 18 Juillet 2016 à Reuters un haut responsable turc.

Près de trois mille militaires et autant de juges et de procureurs ont d'ores et déjà été placés en détention provisoire dans la foulée du putsch avorté.

Certains des officiers supérieurs ont fui à l'étranger

Les forces de sécurité turques recherchent toujours certains des militaires impliqués dans la tentative de putsch, dans plusieurs villes et zones rurales du pays, a déclaré Lundi 18 Juillet 2016 un haut responsable de la sécurité en écartant tout risque de nouveau coup de force.

L'état-major militaire turc a subi un « coup sérieux, en termes d'organisation », du fait du putsch avorté, mais il fonctionne toujours, en coordination avec les services de renseignement, la police et le gouvernement, a dit ce responsable à Reuters.

Selon lui, certains officiers supérieurs de l'armée qui ont pris part à la tentative de putsch ont fui à l'étranger.

Le parti démocratique des peuples (HDP) contre le rétablissement de la peine de mort

Le HDP ne soutiendra pas un éventuel projet de loi visant à rétablir en Turquie la peine de mort, abolie en 2004, a déclaré Lundi 18 Juillet 2016 à Reuters un porte-parole de cette formation, Ayhan Bilgen.

« Non, nous le soutiendrons pas », a dit Ayhan Bilgen.

En réponse à certains de ses partisans qui ont réclamé Dimanche 17 Juillet 2016 l'exécution des auteurs de la tentative de putsch du Vendredi 15 Juillet 2016, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a estimé qu'une telle revendication ne pouvait être ignorée et que le gouvernement en discuterait avec les partis de l'opposition.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:07

https://www.zamanfrance.fr/article/turquie-50-000-suspensions-apres-putsch-manque-22744.html

Cinquante mille suspensions après le putsch manqué

Le pouvoir turc multiplie les suspensions, les radiations et les arrestations après le coup d'état avorté du Vendredi 15 Juillet 2016. Près de cinquante mille personnes ont fait, à ce jour, l'objet d'une mesure administrative ou judiciaire.

Mardi 19 Juillet 2016

Le grand ménage, c'est ainsi que le premier ministre turc Binali Yildirim a qualifié l'ensemble des mesures visant à éradiquer de l'administration les personnes soupçonnées de sympathie pour Fethullah Gülen, présenté par le pouvoir comme l'instigateur de la tentative de putsch du Vendredi 15 Juillet 2016. Près de cinquante mille personnes ont fait l'objet d'une mesure administrative ou judiciaire. Plus de neuf mille trois cent vingt personnes font l'objet d'une procédure pénale pour leur lien avec le putsch, a dit à la presse le vice-premier ministre Numan Kurtulmus.

Huit mille policiers, six mille militaires, cent agents secrets et trente préfets

Le premier ministre a fait état de six mille trente huit interpellations dans les rangs de l'armée. Huit mille policiers ont été mis à pied, trente préfets et quarante sept sous-préfets ont été relevés de leurs fonctions. Au sein du service des renseignements (MIT), cent personnes, dont une majeure partie n'étaient plus en service actif, ont été suspendues.

Deux mille cent hauts fonctionnaires

Deux cent cinquante sept fonctionnaires travaillant au cabinet du premier ministre, mille cinq cent fonctionnaires du ministère des finances et trois cent quatre vingt treize fonctionnaires du ministère des affaires familiales et sociales ont également été mis à pied.

Deux mille sept cent cinquante juges et procureurs, dont quarante membres du conseil d'état et cent quarante membres de la cour de cassation, ainsi que deux des dix sept juges de la cour constitutionnelle ont été arrêtés ou suspendus.

Trente six mille professeurs

Le ministère de l'éducation a annoncé Mardi 19 Juillet 2016 la suspension de quinze mille deux cent membres de son personnel. Il a également annulé l'autorisation d'enseigner de près de vingt et un mille professeurs du privé. Le conseil de l'enseignement supérieur a demandé aux mille cinq cent soixante dix sept doyens d'université de présenter leur démission.

Quatre cent quatre vingt douze imams et personnels religieux

La direction des affaires religieuses (DIYANET) a fait savoir Mardi 19 Juillet 2016 que quatre cent quatre vingt douze de ses employés, dont trois des quatre vingt un muftis provinciaux, avaient été mis à pied. Elle a également décidé de ne pas assurer les services funéraires des putschistes qui sont morts lors des affrontements.

Vingt sites d'informations fermés

Le régulateur national BTK a fait fermer vingt sites d'information indépendants. Le conseil supérieur de l'audiovisuel (RTÜK) a également décidé de fermer toutes les chaînes et radios supposées proches du Hizmet, parmi lesquelles STV, Samanyolu Haber, Can Erzincan Télévision, Bugün Télévision, Mehtap et Yumurcak Télévision. De son côté, le bureau chargé de livrer les cartes de presse a décidé d'annuler celles de trente quatre journalistes accusés de « menaces à la sécurité nationale ».

Binali Yildirim a indiqué que le gouvernement turc prendrait Mercredi 20 Juillet 2016 d'importances décisions visant à extirper le pays des circonstances extraordinaires dans lesquelles l'a plongé la tentative de putsch. Plusieurs organisations et pays occidentaux, alertés par les derniers développements, ont exhorté Ankara à préserver l'état de droit.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens