Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 18:41

Une assemblée générale du Centre d'Etudes et de Recherches sur les Mouvements Trotskystes et Révolutionnaires Internationaux (CERMTRI) très particulière

Par Jean Jacques Marie

Samedi 2 Juillet 2016

Pour la première fois depuis que le CERMTRI existe, l'assemblée générale du Samedi 25 Juin 2016 a éliminé dix membres sortants dont le président François de Massot, la trésorière Hélène Stern, deux des plus anciens membres du CERMTRI, Jacqueline Bois et Adrien Lévy, par ailleurs l’un de ses principaux donateurs, donateur du fonds André Prudhommeaux, et des collaborateurs réguliers du CERMTRI comme Michel Barbe, Katia Dorey, Jean-Pierre Cassard et Dominique Gros. Dix nouveaux membres ont été élus à la place des dix éliminés.

Nous pourrions voir là l’expression d’une volonté de renouvellement de membres du CERMTRI insatisfaits de son fonctionnement et désireux de l’améliorer. Mais deux faits, que nul présent à l'assemblée générale ne peut contester, invalident cette hypothèse.

Au cours des débats, aucune critique n’a été portée contre le bilan du président et de la trésorière, ni aucune remarque, même anodine, n’a été faite sur leur gestion.

Ensuite, la grande majorité des nouveaux candidats et des nouveaux élus n’avaient jamais participé à aucune activité du CERMTRI au cours des vingt dernières années malgré l’âge avancé de la plupart d’entre eux.

Certains d’entre eux ont même découvert ses locaux à cette occasion.

Aucun d’eux n’a pris la parole au cours de l'assemblée générale, aucun d’eux n’a dit le moindre mot pour motiver sa candidature, aucun deux n’a avancé la moindre proposition qu’il se serait engagé à défendre. C’est sans doute le premier exemple d’une élection où les candidats n’ont jamais ouvert la bouche pour avancer des raisons, réelles ou fabriquées, de leur candidature.

Ceux d’entre eux qui ont été élus au conseil d'administration sont restés aussi muets lors de sa réunion qui a suivi l'assemblée générale et n’ont alors non plus avancé la plus petite suggestion ou proposition. Seul Serge Sebban a pris la parole pour annoncer sa candidature à la trésorerie sans la motiver en aucune manière, sinon par la nécessité de remplir un poste devenu vacant par l’élimination non motivée de sa titulaire.

Par quel miracle des candidats qui n’ont jamais eu la moindre activité au CERMTRI, qui sont restés totalement muets et dont personne ne pouvait savoir pourquoi ils se présentaient ont-ils pu recevoir trois fois, voire trois fois et demi plus de voix que les sortants éliminés sans la moindre explication ?

L'explication du miracle est très simple. Alors que le nouveau président Michel Sérac avait déclaré que le CERMTRI ne devait surtout pas être le lieu où devraient se régler des différends politiques, tous ces nouveaux candidats muets élus sont tous membres d’une même organisation politique, le Courant Communiste Internationaliste (CCI).

Jusqu’en 2015, les candidats ne se bousculaient pas au portillon, car un candidat devait représenter une continuité de l’histoire du trotkysme ou s’engager plus ou moins fermement à travailler au CERMTRI ou pour lui, rédaction d’études, traduction de textes en langue étrangère pour les cahiers du mouvement ouvrier ou du CERMTRI ou pour les conférences.

Toutes activités auxquelles la grande majorité des présents à l'assemblée générale du Samedi 25 Juin 2016 et des nouveaux élus ont jusqu’à ce jour été parfaitement étrangers. Enfin, loin de vouloir écarter un candidat pour son appartenance politique, les divers responsables du CERMTRI depuis Louis Eemans et Pierre Levasseur ont tenté d’associer à son travail des militants étrangers à leur organisation politique.

L'opération menée Samedi 25 Juin 2016 est donc contraire aux traditions qui ont permis au CERMTRI de fonctionner, fût-ce imparfaitement depuis quarante ans. Elle menace donc sa continuité et son avenir. La première mesure prise après l’élection du nouveau conseil d'administration, à savoir le changement brusque de la serrure du CERMTRI, que le conseil d'administration réuni juste après l'assemblée générale, Samedi 25 Juin 2016 en fin d’après-midi, n’a jamais évoqué, en est un signe patent.

La serrure du CERMTRI

Comme le savent plusieurs camarades qui travaillent depuis longtemps au CERMTRI, j’ai entreposé dans ses locaux une douzaine de dictionnaires de langues étrangères diverses que j’utilise, entre autres, dans mon travail pour les cahiers du mouvement ouvrier.

Ayant besoin de deux de ces dictionnaires pour un document destiné au prochain numéro de la revue, consacré à l’histoire des provocations contre le mouvement ouvrier, en particulier en Russie et ayant oublié de les prendre Samedi 25 Juin 2016 au soir après la fin de l'assemblée générale, je me suis rendu au siège du CERMTRI, dont j’ai la clé depuis vingt ans, Dimanche 26 Juin 2016 à 9 heures 30 du matin pour les récupérer. Quelle n’a pas été ma surprise de constater qu’entre la fin de l'assemblée générale et cette heure dominicale matinale, la serrure avait été changée et que je ne pouvais donc ouvrir la porte du local du CERMTRI, où sont entreposés les cahiers du mouvement ouvrier, dont je suis, je le rappelle, le co-fondateur avec Vadim Rogovine et le directeur.

Le nouveau conseil d’administration élu à la fin de l'assemblée générale n’ayant pas décidé ce changement de serrure, je me suis rendu à la réunion du bureau élu par le nouveau conseil d'administration, en particulier pour savoir quand ce changement avait été décidé, qui l’avait décidé, à quels motifs et mobiles répondait cette décision sans exemple dans les quarante ans d’histoire du CERMTRI et qui avait changé la serrure.

Les réponses qui m’ont été fournies par le nouveau président Michel Sérac méritent d’être connues. Après la « déclaration menaçante » que, d’après lui, j’avais faite après la proclamation des résultats des votes au conseil d’administration, dont je joins la brève analyse que j’en donne, « on pouvait tout craindre », d’autant, a-t-il précisé, qu’une « importante somme en liquide » était entreposée dans le bureau. Devant la menace vague mais manifestement redoutable que je faisais ainsi peser sur les locaux du CERMTRI, voire sa trésorerie, il fallait d’urgence opérer un changement de serrure, effectué, m’a-t-il précisé, par un « serrurier polonais », manifestation touchante d’internationalisme.

L'explication est surprenante. Lors de cette réunion du conseil d'administration nouvellement élu, Michel Sérac a proposé que je sois, comme je l’étais jusqu’alors, l’un des deux vice-présidents du CERMTRI.

J’ai décliné cet honneur, qui m’aurait fait valider un vote aux considérants manifestement extérieurs au CERMTRI lui-même. Ainsi vers 18 heures 30, la « déclaration menaçante » que j’avais prononcée n’empêchait pas mon maintien comme vice-président du CERMTRI et donc la possibilité pour moi d’entrer dans ses locaux pour les besoins de mon activité concernant les cahiers du mouvement ouvrier. Quelques instants plus tard je représentais un danger si grave qu’il fallait d’urgence remplacer la serrure du local où je travaille depuis vingt ans. Que s’est-il passé dans l’intervalle ?

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 19:57

https://www.zamanfrance.fr/article/degradations-appels-a-delation-en-france-apres-putsch-manque-en-turquie-22711.html

Dégradations et appels à la délation en France après le putsch manqué en Turquie

L'imputation du putsch avorté au Hizmet, le mouvement de Fethullah Gülen, par le pouvoir turc a eu de nombreuses répercussions en France. Les appels à la dénonciation et les dégradations de structures proches ou supposées proches du Hizmet se sont multipliés.

Par Sami Kilic

Lundi 18 Juillet 2016

La rhétorique incendiaire employée par le président de la république turque Recep Tayyip Erdogan et tous les membres du gouvernement turc à l'encontre de Fethullah Gülen s'est traduite en France par l'essor des dégradations et des appels à la délation contre les établissements et les personnes proches ou supposées proches du Hizmet.

Les sympathisants de ce mouvement civil d'inspiration religieuse lancé dans les années 1960 étaient déjà habitués aux insultes et aux menaces depuis le mois de décembre 2013, date à laquelle Recep Tayyip Erdogan a lancé une véritable guerre d'indépendance contre ce qu'il a appelé la structure parallèle requalifiée récemment en « organisation terroriste armée au même titre que le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ». Mais c'est la première fois que leur intégrité physique est directement menacée.

Incendies, insultes et menaces

A Sens, le centre culturel Rûmî a été incendié dès le lendemain du coup d'état manqué du Vendredi 15 Juillet 2016.

Un certain Kemal Mutlu s'enorgueillissait sur Facebook d'avoir « commencé par Sens ».

A Lyon, un hôtel a été saccagé par un groupe de quarante personnes, les voitures stationnées sur le parking ont été détériorées.

Les caméras de surveillance montrent que l'assaut n'a pas abouti grâce à l'intervention de la gendarmerie.

A Mulhouse, le centre Horizon a été la cible d'une attaque, les forces de police se sont immédiatement rendues sur place.

A Béziers, un responsable de la mosquée va jusqu'à appeler le directeur d'un centre de soutien scolaire pour lui dire qu'il a du mal à contenir la foule. Une dizaine de personnes y feront une descente avant d'être repoussées par la police.

Les vandales, gonflés à bloc par des musiques à la gloire de Recep Tayyip Erdogan, lancent alors « on va vous pendre » et « les chiens savent qu'ils ne sont pas les bienvenus ». Tout cela débité dans un langage parsemé d'insultes. La vidéo a même été publiée sur Facebook.

A Villeneuve-Saint-Georges, le mur du collège Educactive a été tagué du mot « traître ».

Sur Facebook encore une fois, une personne va jusqu'à proposer d'y mettre le feu.

A Annecy et à Grenoble, des scènes semblables ont été rapportées. Des appels à boycotter les commerces proches du Hizmet ont également été répertoriés.

En outre, plusieurs messages circulent sur Facebook demandant aux franco turcs de dénoncer les personnes proches du Hizmet aux autorités turques en fournissant les mails de la police nationale et les numéros de téléphone de la présidence de la république.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 19:37

https://blogs.mediapart.fr/albertdaix/blog/160716/lappel-du-mouvement-en-marche-pour-la-democratie

Appel du mouvement en marche pour la démocratie

Par Albert Daix

Samedi 16 Juillet 2016

Samedi 18 Juin 2016, des personnes ont entrepris depuis Marseille une marche à destination de Paris. Avec elles, quatre revendications, l'abrogation de la loi travail, l'arrêt des négociations des traités de libre-échange, la démission du gouvernement et un processus citoyen pour une nouvelle constitution, voici leur appel.

Appel à une nouvelle révolution française pour une constitution citoyenne

Citoyens et citoyennes de tous horizons, de France, d’Europe et du monde, ceci est un appel au ralliement autour des principes humanistes et universels que sont la démocratie, la république et les droits de l'homme et de la femme. La défense et le développement de ces principes fondamentaux qui devraient être ceux régissant les sociétés dans lesquels nous vivons est l’affaire de tous. Le moment est venu de nous rassembler sur ce qui nous unit plutôt que de nous cristalliser sur nos différences. Cette division provoquée et entretenue permet à un ordre établi de mieux régner et de nous distraire de la problématique fondamentale de nos sociétés, le contrôle et la prédation frénétique des grandes puissances de la finance et du commerce international contre nos démocraties. La démocratie appartient de droit mais pas encore de fait à chacun et chacune d’entre nous. Insistons sur ce droit fondamental pour toutes et tous dans toutes les nations qui se réclament d’un fonctionnement démocratique. Et aspirons à ce que le principe de démocratie réelle s’installe également dans les nations qui ne s’en réclament pas encore.

Aujourd’hui, partout dans le monde, la démocratie n’est exercée que sous sa forme représentative. À l’heure où beaucoup d’élus qui devraient nous représenter ont tant de fois démontré leurs connivences avec les pouvoirs de la finance et des multinationales ainsi que leur potentiel de corruptibilité, il n’est plus de confiance possible. Or la confiance est la condition essentielle du fonctionnement de la version représentative de nos démocraties. Il nous appartient donc d’initier une transition vers la démocratie dans sa version la plus fondamentale et finale, la démocratie directe, qui s’exerce par le peuple et pour le peuple.

La nouvelle révolution française que nous allons effectuer sera une lutte pacifique pour mettre un point final à ce mauvais rêve dans lequel la vie démocratique de chaque nation est conditionnée par la spéculation boursière et les aléas du commerce international. Nous allons nous réveiller et mettre fin au règne de la compétition, de l’égoïsme et de la confrontation pour rétablir les valeurs fondamentales que sont la paix, la coopération, la solidarité et la synergie.

Nous allons ainsi mettre fin aux agressions constantes contre les individus, les salariés et les entreprises. Nous allons redevenir plus des citoyens et des citoyennes exerçant un pouvoir constant sur la société dans laquelle nous vivons et moins des consommateurs se sentant impuissants face à l’ordre établi. Nous allons mettre en place, développer et sécuriser le bon sens qui permettra de faire face aux enjeux du vingt et unième siècle, le bon sens humaniste, démocratique, social et écologique.

C’est dans cet objectif crucial et universel que nous faisons appel à nous tous citoyens et citoyennes de France, d’Europe et du monde à nous unir dans une grande marche démocratique qui partira de Marseille Samedi 18 Juin 2016 et se rendra à Paris pour occuper en masse le Champ de Mars jusqu’à ce que quatre exigences soient entièrement satisfaites, abrogation de la loi travail, rupture formelle et définitive avec les négociations du TTIP ou de tout traité de libre-échange avec les Etats-Unis, démission de tous les ministres du gouvernement actuel, premier ministre compris, et initiation d’un processus de constitution citoyenne. Un engagement officiel et par écrit du nouveau gouvernement de transition de favoriser tout le processus constitutionnel, rédaction citoyenne, référendum national puis application de la nouvelle constitution si celle-ci est approuvée par la majorité des votes exprimés.

Nous invitons les citoyens et citoyennes de toutes nations, qui ne sont plus représentés par leur gouvernement et non protégés par leur constitution, à entamer également une grande marche démocratique dans leurs pays.

Nous serons tous solidaires de toutes les marches démocratiques de tous les pays. Tous ensembles, nous allons procéder à un progrès fondamental dans la démocratie et dans l’épanouissement de chacun et de chacune. Et comme un chemin de mille pas commence par un premier pas, nous vous invitons toutes et tous à cette grande marche pour notre démocratie.

Nous vous remercions pour votre attention.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 19:22

http://fr.hdpeurope.com/?p=3473

Communiqué du parti démocratique des peuples (HDP) concernant la tentative de coup d'état

Par Figen Yüksekdag et Selahattin Demirtas, coprésidents du HDP

Samedi 16 Juillet 2016

En ces jours difficiles et critiques que la Turquie est en train de traverser, personne ne devrait se mettre à la place de la volonté du peuple, sous aucun motif.

Le HDP est, par principe, opposé à toute forme de coup d'état, quelles que soient les circonstances.

La Turquie doit immédiatement adopter une démocratie pluraliste et libérale, la paix intérieure et extérieure et des valeurs et des conventions démocratiques universelles.

Il n’y a pas d’autre alternative que de revendiquer la démocratie politique.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 19:13

Trois policiers tués à Baton Rouge, un tireur abattu (Reuters)

Trois policiers ont été tués et trois autres blessés à Baton Rouge, en Louisiane, Dimanche 17 Juillet 2016, par un tireur qui a ensuite été abattu, selon les autorités de cette ville déjà sous le choc de la mort récente d'un noir, tombé sous les balles des forces de l'ordre.

La fusillade a éclaté Dimanche 17 Juillet 2016 vers 9 heures du matin alors que les agents intervenaient après le signalement d'un homme armé, à moins d'un kilomètre du quartier général des forces de l'ordre. D'après Kip Holden, maire de la ville, il s'agissait d'un guet-apens.

Le tireur semble avoir agi seul, a précisé un responsable de la police de Louisiane, lors d'une conférence de presse.

Selon un membre de l'administration interrogé par Reuters, il s'agit d'un afro-américain nommé Gavin Long, qui habitait Kansas City, dans le Missouri. Il fêtait Dimanche 17 Juillet 2016 son vingt neuvième anniversaire, précise le Kansas City Star. Le Wall Street Journal indique qu'il appartenait au New Freedom Group, un mouvement anti gouvernemental.

Du mois d’août 2005 au mois d’août 2010, Gavin Long a été membre du corps des marines, où il a atteint le grade de sergent, et a servi en Irak du mois de juin 2008 au mois de janvier 2009, selon un officier chargé des relations publiques.

A Kansas City, un cordon de sécurité a été déployé autour de la maison où il vivait, qui se trouve dans un quartier populaire et majoritairement noir. Il était inconnu des services de police du Missouri.

Des messages envoyés en son nom sur les réseaux sociaux laissent entendre qu'il ne supportait plus les violences policières à l'encontre des noirs. Dans une vidéo mise en ligne sur Youtube, Gavin Long se félicite de la mort des cinq policiers tués le Vendredi 8 Juillet 2016 à Dallas par un réserviste noir à l'issue d'une des manifestations contre ces violences auxquelles il dit avoir participé. « Justice est faite », affirme-t-il.

Dans une autre vidéo datée du Vendredi 8 Juillet 2016, il dit qu'après avoir été chrétien puis membre de la Nation of Islam, il n'appartient plus à aucun mouvement. « Il vont essayer de te faire passer pour un membre de l'Etat Islamique ou d'un autre groupe terroriste. Non, j’appartiens à l'esprit de justice et à rien d'autre », dit-il.

L’œuvre de lâches qui ne représentent personne

De source gouvernementale, on indique que ces documents sont en cours d'examen et qu'il serait prématuré de les attribuer formellement au tireur.

Les enquêteurs n'ont pour l'heure rien dit au sujet des motivations qui ont pu le conduire à ouvrir le feu sur les forces de l'ordre à Baton Rouge, mais c'est là qu'Alton Sterling, un noir de trente sept ans, a été tué par deux policiers blancs au début du mois de juillet 2016.

Sa mort et celle d'un autre noir, également tué par un policier dans la banlieue de Minneapolis, dans le Minnesota, au cours d'un contrôle routier, ont soulevé une vague d'indignation et des manifestations ont été organisées dans plusieurs villes, comme à Dallas, pour dénoncer les violences policières.

Barack Obama a condamné la fusillade du Dimanche 17 Juillet 2016 et il a promis que justice serait faite.

« Nous ne savons peut-être pas encore ce qui a motivé cette fusillade, mais je veux être clair, il ne peut y avoir aucune justification à la violence contre les forces de l'ordre. Ces attaques sont l'oeuvre de lâches qui ne représentent personne », a déclaré le président américain.

John Bel Edwards, gouverneur de Louisiane, a quant à lui dénoncé un acte haineux et indescriptible qui n'apporte rien à personne. « Cela n'améliore pas le dialogue et cela ne règle aucune injustice, supposée ou réelle. Il s'agit seulement d'une injustice en soi », a-t-il ajouté.

Donald Trump, qui sera investi cette semaine à Cleveland par le parti républicain en vue des élections présidentielles du mois de novembre 2016, a demandé sur sa page Facebook « que l'ordre soit respecté ».

Sa rivale démocrate Hillary Clinton, invite quant à elle dans un communiqué les américains à « se rassembler pour rejeter la violence et renforcer les liens entre les communautés ».

Un syndicat de la police de l'Ohio a invité le gouverneur John Kasich à décréter l'état d'urgence et à suspendre les lois qui autorisent à porter des armes en public à l'occasion de la convention républicaine, qui aura lieu à Cleveland du Lundi 18 Juillet au Jeudi 21 Juillet 2016. L'intéressé a fait savoir qu'il n'en avait pas le pouvoir.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 18:25

https://www.latribunedestravailleurs.fr/2016/07/15/une-declaration-de-g-schivardi-j-markun-d-gluckstein

Une déclaration de Gérard Schivardi, Jean Markun et Daniel Gluckstein

Vendredi 8 Juillet 2016

Nous avons assumé nos responsabilités. Nous les assumerons, quelles qu’en soient les conséquences.

Dans les prochains jours, nous répondrons à une convocation du procureur de la république.

Cette convocation, dont nous ne pouvons savoir par avance quelles suites judiciaires elle pourrait avoir, est la conséquence d’une décision prise par les dirigeants du Parti Ouvrier Indépendant (POI).

Ceux-ci ont en effet rejeté l’accord de répartition à l’amiable des fonds détenus par le POI avant sa coupure en deux entités de taille sensiblement égale. Avertis par les commissaires aux comptes qu’en l’absence d’un tel accord avant le Jeudi 30 Juin 2016, le dossier serait transféré au procureur de la république, les dirigeants du POI ont persisté dans leur refus, conscients de prendre ainsi la décision de nous traîner devant la justice.

Depuis dix mois, nous avons, pour notre part, sur mandat du bureau national du Parti Ouvrier Indépendant et Démocratique (POID) réuni le 6 septembre 2015, confirmé par le vote des délégués au congrès de fondation du POID du 22 novembre 2015 et réaffirmé dans les réunions du bureau national du POID qui ont suivi, pris les mesures nécessaires à la préservation de ce qui était le patrimoine commun de tous les adhérents du POI avant l’éclatement. Nous avons tout tenté, jusqu’à la dernière minute, pour éviter l’irréparable. Jusqu’au dernier moment, jusqu’à l’envoi d’un chèque de cinquante six mille huit cent euros représentant la moitié des sommes en litige, chèque qui nous fut renvoyé à la demande du POI.

Chacun le sait, car les faits sont publics, pas un centime n’a été prélevé sur ces fonds procédant d’une quelconque décision de notre part, les seules dépenses effectuées ont été celles décidées avant la scission du parti.

Chacun le sait car les faits sont établis, nous n’avons cessé de proposer que cette question soit réglée à l’amiable, dans une répartition égale.

Chacun doit le savoir, car les faits l’établissent, cette situation a été délibérément créée par les dirigeants du POI.

Nous répondrons à la convocation du procureur de la république avec la conscience nette de ceux qui ont agi conformément au mandat, dans le respect des traditions du mouvement ouvrier et de son indépendance vis-à-vis de l'état. Nous répondrons à cette convocation et nous établirons, à partir des faits, qu’aucune règle n’a été enfreinte.

Que ceux qui ont pris la responsabilité d’en appeler à la justice de l'état contre nous s’arrangent avec leur conscience.

Nous avons assumé nos responsabilités jusqu’à présent. Nous les assumerons quelles qu’en soient les conséquences.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 18:04

La piste d'un acte prémédité à Nice semble se préciser (Reuters)

Repérage des lieux et compte en banque vidé quelques jours avant de passer à l'acte, la piste d'un acte prémédité se précise après l'attentat du Jeudi 14 Juillet 2016 à Nice perpétré par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, dont le profil suscite toujours des interrogations chez les enquêteurs.

Inconnu des services de renseignement, ce tunisien de trente et un ans a été tué Jeudi 14 Juillet 2016 à l'issue de sa course meurtrière au volant d'un camion sur la promenade des Anglais qui a fait quatre vingt quatre morts et plus de trois cent blessés.

Décrit comme un homme violent, qui buvait de l'alcool, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel se serait, selon le premier ministre Manuel Valls, radicalisé très rapidement, un élément qui expliquerait le fait qu'il soit resté hors des radars des services de renseignement.

Les témoignages de son entourage, sept personnes sont placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête, commencent à esquisser le profil de l'assaillant dont les motivations restent floues.

La garde à vue de sa femme, dont il était séparé, a pris fin Dimanche 17 Juillet 2016 et aucune charge n'a été retenue contre elle, dit-on de source judiciaire.

Selon les premiers éléments de l'enquête, il se serait rendu sur la promenade des Anglais le Mardi 12 Juillet et le Mercredi 13 Juillet 2016 pour faire des repérages au volant de son camion, rapporte Europe Un, se fondant sur des images des caméras de vidéo-surveillance.

En une semaine, il aurait également vidé son compte en banque et vendu sa voiture, Mercredi 13 Juillet 2016, rapporte une source policière au Journal Du Dimanche (JDD). Il aurait également à cette occasion annoncé à son entourage sa radicalisation.

Quelques heures seulement avant de lancer son camion dans la foule, le jeune homme a téléphoné à ses proches et envoyé une photo de lui, sur laquelle il semble très heureux, a dit à Reuters son frère.

Le chauffeur-livreur aurait également envoyé un SMS à l'une des personnes actuellement en garde à vue, pour la remercier de lui avoir fourni une arme, dit-on de source proche de l'enquête.

Radicalisation rapide

Si l'Etat Islamique a revendiqué l'attaque, l'enquête n'a officiellement pas permis pour l'heure de découvrir d'éléments faisant état d'une allégeance à l'organisation djihadiste.

Dans une interview au JDD, Manuel Valls estime que le caractère islamiste de la tuerie de Nice ne fait aucun doute.

« La revendication de l’Etat Islamique et la radicalisation rapide du tueur viennent confirmer le caractère islamiste de cette attaque », estime-t-il.

« L’Etat Islamique fournit à des individus déséquilibrés un kit idéologique donnant sens à leurs actes. L’enquête devra le démontrer mais c’est sans doute le cas de l’attentat de Nice ».

Capitale de la French Riviera, la ville de Nice est depuis quelques années un vivier de candidats au djihad au sein d'un département où les réseaux islamistes sont particulièrement actifs.

Dix pour cent des français ou de résidents en France, identifiés comme étant en relation avec des filières djihadistes, étaient originaires des Alpes-Maritimes, selon les autorités locales.

« La ville de Nice est la ville qui est la plus touchée par le phénomène djihadiste en France », souligne David Thomson, journaliste à Radio France Internationale (RFI), spécialiste du djihadisme en France.

« C'est la ville qui a vu partir le plus de ses administrés en Syrie et en Irak en nombre », ajoute-t-il. « Cela s'explique pour une seule raison, depuis 2010, il y a une figure charismatique du djihad français, Omar Diaby, alias Omar Omsen, considéré comme le principal recruteur de djihadistes français, qui a fait un travail de prédication dans les quartiers populaires de Nice très important ».

Comportement agressif

Dans la ville tunisienne de Msaken d'où était originaire Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'heure est à la stupeur. Sa dernière apparition dans cette ville de cent mille habitants située à cent vingt kilomètres au sud de la capitale Tunis remonte à 2012.

Quatre ans plus tard, ses anciens voisins et des membres de sa famille se souviennent d'un homme sportif, distant et peu intéressé par la religion.

« C’était un type très normal », dit son cousin Hamadi Bouhlel. « Il faisait régulièrement de l'exercice et de l'entraînement physique et il était très arrogant. Il ne parlait pas avec les autres jeunes du quartier ».

Sa soeur, Rabeb Bouhlel, raconte qu'il avait des problèmes psychologiques tout en précisant n'avoir pas décelé de signe de radicalisation chez son frère.

Un psychiatre qu'il avait consulté en août 2014 le décrit comme un homme ayant des problèmes de comportement avec ses parents à l'époque.

« Il était très agressif à leur encontre », a dit Chemceddine Hamouda à Reuters. « Il avait essayé à plusieurs reprises d'enfermer ses parents dans une pièce de leur maison. Il avait des problèmes avec son corps », poursuit le psychiatre. « Il demandait pourquoi il était si maigre et il disait qu’il n’était pas heureux avec son corps ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 17:44

Le président turc reprend la main, les purges commencent (Reuters)

Les autorités turques ont repris le contrôle du pays, après l'échec d'un coup d’état militaire dans lequel deux cent soixante cinq personnes, dont cent quatre partisans des putschistes, ont perdu la vie.

Le président Recep Tayyip Erdogan a accusé les instigateurs du coup de force d'avoir essayé de le tuer et il a dit que l'armée serait purgée des éléments séditieux. « Ils paieront le prix fort », a promis le chef de l’état, voyant dans ce soulèvement « un don de dieu parce qu'il nous offre l'occasion de nettoyer l'armée ».

Samedi 16 Juillet 2016, le chef de l’état s'est adressé à ses partisans à Istanbul, assurant que la tentative de putsch avait été le fait d'une minorité au sein de l'armée. Répondant à ceux qui, dans la foule, scandaient « peine de mort », il a dit que cette question pourrait faire l'objet d'un débat au parlement.

Selon le gouvernement, qui assure que la situation est maîtrisée, près de trois mille militaires ont été arrêtés, du simple soldat à l'officier, notamment ceux qui formaient la colonne vertébrale du coup d’état. Parmi les officiers supérieurs arrêtés figurent le commandant en chef de la deuxième armée, Adem Huduti, l'un des plus hauts gradés du pays, et le commandant du troisième corps d'armée, basé à Istanbul, le général Erdal Öztürk, qui sera jugé pour trahison.

Un certain nombre de conjurés ne se sont pas rendus, à Istanbul notamment, a dit Dimanche 17 Juillet 2016 un haut responsable. Quelques militaires de haut rang sont en fuite mais ils seront capturés, a-t-il assuré.

Au total, environ six mille personnes ont été arrêtées pour leurs liens avec la tentative de putsch, rapporte la chaîne de télévision NTV citant le ministre de la justice. Le pouvoir a ordonné l'arrestation de deux mille sept cent quarante cinq juges et procureurs, selon NTV. La police a appréhendé en outre l'un des membres de la cour constitutionnelle, Alparslan Altan.

Au parlement, le premier ministre, Binali Yildirim, a jugé que les putschistes n'étaient « pas des soldats mais des terroristes » et il a invité toutes les formations politiques qui n'étaient pas impliquées dans le coup de force à coopérer pour donner le coup d'envoi d'un nouveau départ.

Fethullah Gülen mis en cause

Dans un communiqué commun lu au parlement, les quatre principaux partis politiques, dont le parti démocratique des peuples (HDP), ont condamné la tentative de coup d’état. Kemal Kilicdaroglu, chef de file du parti républicain du peuple (CHP), a dénoncé la tentative de coup d’état et il a déclaré que cet événement allait favoriser le rapprochement entre les différentes composantes de la vie politique turque et l'affermissement de la démocratie.

Samedi 16 Juillet 2016, la chaîne CNN Türk rapportait que les forces de sécurité avaient achevé une opération menée contre les putschistes au quartier général de l'état-major de l'armée. Des sources sécuritaires ont par ailleurs déclaré qu'une centaine de militaires avaient été arrêtés sur une base aérienne du sud-est du pays.

Les putschistes auraient, selon Recep Tayyip Erdogan, essayé d'attaquer la station balnéaire de Marmaris où il se reposait. « Ils ont bombardé des cibles juste après mon départ. Sans doute, pensaient-ils que nos étions encore là ».

Le parti de la justice et du développement (AKP), dont Recep Tayyip Erdogan est issu, entretient des relations compliquées avec l'armée dont un certain nombre de cadres défendent une vision laïque de l’état turc.

Si Recep Tayyip Erdogan est adulé par ses partisans, il est également honni par de nombreux turcs qui le taxent d'autoritarisme et lui reprochent, entre autres, d'avoir brutalement réprimé des manifestations en 2013.

Le président turc a mis en cause l'opposant Fethullah Gülen, qu'il accuse de longue date de noyauter les instances judiciaires et militaires pour le renverser. Le prédicateur réfugié aux Etats-Unis a toutefois condamné Samedi 16 Juillet 2016 la tentative de coup d’état et il s'est dit étranger à cette dernière.

Les événements de Turquie ont des retombées sur la lutte contre le groupe Etat Islamique en Syrie et en Irak car l'espace aérien turc est fermé aux appareils militaires pour le moment. Washington a dit oeuvrer de concert avec les autorités turques à la reprise dès que possible des opérations aériennes à partir de la base d'Incirlik.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 17:05

http://www.enmarchepourlademocratie.fr

Vers une sixième république

Par Manu Ho, de Nuit Debout Mâcon

Mercredi 13 Juillet 2016 à 19 heures, je reçois un coup de file de mon collègue du mouvement des Nuits Debout, il y a une marche de plus de cent personnes qui déboule à Mâcon et nous sommes invités à aller les accueillir.

Bon, en fait ils ne sont pas vraiment cent, ils sont dix, mais ils font beaucoup bruit, quand nous décidons de prendre une photographie, tout le monde se met à hurler « Mâcon soulève toi » en direction de là où se déroule la cérémonie officielle de la fête nationale, avec défilé militaire, tribune présidentielle et garde à vous.

Cela se passe environ deux cent mètres plus bas, je ne pense pas que nous puissions représenter quelque danger que ce soit, mais quand nous nous rapprochons de la foule, voilà que la police se radine, on nous demande de nous ranger sur le côté et ensuite on ne nous lâche plus d’une semelle.

Le pays est en état d’urgence, nous sommes bien d’accord. Sauf que le danger, ce n’est pas nous. Le danger est de ne rien changer à la façon dont le système fonctionne. Le danger, selon nous, c’est la dictature financière et le consumérisme biocide qui va avec.

Après quelques parlementations, la police se rend bien compte que nous ne sommes pas là pour commettre un attentat et nous nous en allons boire un coup un peu plus loin sur l’esplanade. Nous installons notre banderole Nuit Debout sur le garde corps et nous interviewons Floris d’Aix-en-Provence. Son plan est de marcher jusqu’à Paris, occuper la place du Champ de Mars et écrire la constitution de la sixième république, un peu à l’instar de l’Islande ya déjà quelques années.

Alors évidemment faudra être hyper nombreux si nous voulons que cette nouvelle constitution remplace effectivement l’ancienne. Et donc tout un chacun est invité à rejoindre la marche, ou du moins à les rejoindre là-haut à Paris, Jeudi 4 Août 2016. Au pire, nous aurons seulement un peu plus parler de la sixième république.

En tout cas, il n'y a jamais eu autant de monde à cette Nuit Debout-là. Je dirais vingt cinq mille personnes, peut-être aussi à cause du feu d’artifice.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 17:52

POPULISME DE GAUCHE

Par Bernard Fischer

Samedi 16 Juillet 2016

Le dernier mois du mouvement social français contre la loi travail confirme totalement mon dernier message du début du mois de juin 2016 relatif à la situation sociale et politique française. Plus exactement, elle confirme une nouvelle aggravation importante de la crise sociale et politique française.

Il y avait d’abord la tragi comédie du passage en deuxième lecture à l’assemblée nationale de la loi travail par l’utilisation du quarante-neuvième article de la constitution de la cinquième république française. C’était vraiment la répétition de l’histoire en farce.

Résumons. En première lecture à l’assemblée nationale, au mois de mai 2016, il y avait une motion de censure de droite et les frondeurs du Parti Socialiste tournaient un film dans lequel ils manifestaient de très faibles connaissances et compétences arithmétiques. Il leur fallait cinquante huit voix pour le dépôt d’une motion de censure de gauche, ils réunissaient seulement cinquante six voix et il leur manquait deux voix.

Deux mois plus tard, en deuxième lecture à l’assemblée nationale, il n’y a plus de motion de censure de droite et les frondeurs du Parti Socialiste tournent le même film, il leur manque à nouveau deux voix pour le dépôt d’une motion de censure de gauche. L’absence de motion de censure de droite est un aveu. La loi travail est bien une loi d’union nationale commune à la fausse gauche et à la vraie droite en application des directives de l’Union Européenne.

L’absence de motion de censure de gauche n’est pas non plus ni technique ni arithmétique, elle est totalement politique. Elle participe de l’idée selon laquelle il y aurait encore dans ce pays une droite et une gauche, le clivage entre la droite et la gauche existerait encore et serait encore pertinent, la gauche serait bien évidemment le Parti Socialiste et cette gauche serait non moins évidemment progressiste. Il n’y a plus depuis longtemps de distinction entre un gouvernement réactionnaire de droite et un gouvernement réactionnaire de gauche, mais il y aurait encore une distinction qualitative entre une opposition de droite et une opposition de gauche, entre une motion de censure de droite et une motion de censure de gauche.

La dénonciation du populisme est le sport national favori des médias et de l’extrême gauche française et le populisme serait forcément de droite, sinon d’extrême droite. Il y a des millions de populistes de gauche en Italie, en Grande Bretagne et en Espagne. Il y a des dizaines de milliers de messages populistes de gauche en italien, en anglais et en espagnol. Faisons du populisme de gauche en France, écrivons le en français.

La deuxième question centrale du bilan du mouvement social français contre la loi travail, c’est la question de la violence, de la répression, de l’encadrement et du contrôle policier des manifestations.

Soyons clairs. L’obsession sécuritaire ne date pas du tout du début du mouvement social contre la loi travail au mois de février 2016. Elle date de la proclamation de l’état d’urgence au mois de novembre 2015 et le dernier attentat de Nice est et sera la cause d’une nouvelle dérive sécuritaire.

Je l’écrivais précédemment et les dernières tentatives de manifestations en sont autant de confirmations et de démonstrations caricaturales supplémentaires. L’actuel gouvernement social démocrate est bien le gouvernement le plus réactionnaire depuis la guerre d’Algérie, sinon depuis le régime de Vichy. Bernard Cazeneuve est le digne successeur de ses illustres prédécesseurs.

La dénonciation et la guérilla urbaine des autonomes contre les policiers de base n’est pas du tout une solution, c’est un problème supplémentaire, mais c’est un problème secondaire. Les deux acteurs principaux des manifestations contre la loi travail sont bien d’une part les organisateurs syndicaux et d’autre part les fonctionnaires de police en uniforme.

Le problème le plus important est le suivant. Nous sommes dans un pays dans lequel il n’y a plus d’opposition politique et cette situation transforme immédiatement le secrétaire général de la Confédération Générale du Travail (CGT) en leader de l’opposition politique anti gouvernementale.

L’acceptation par les organisations syndicales d’un encadrement policier des manifestations digne des pays totalitaires va dans le sens de la transformation des syndicats en des agents de l’état. Il n’y a pas beaucoup de place entre, d’une part, la transformation des syndicats en des agents de l’état ou bien, d’autre part, l’interdiction des manifestations et des syndicats et l’arrestation de leurs militants.

La troisième leçon du bilan du mouvement social contre la loi travail est la suivante. Les vieilles formes de mobilisation, les grèves et les manifestations, sont des impasses. Il faut et il y a de nouvelles formes de mobilisation. Il faut et il y aura une nouvelle opposition politique.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens