Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 20:11

http://www.politis.fr/Des-policiers-de-l-UMP-ont-fouille,9717.html


Trente huit policiers liés à l’UMP ont fouillé les fichiers informatiques de la police pour tenter de discréditer Ali Soumaré et d’autres candidats

par Claude-Marie Vadrot

Le filet informatique se resserre autour de chacun de nous et menace nos libertés au nom de la sécurité prônée par Hortefeux et Sarkozy. Après...réflexion la CNIL a demandé des "explications". L’IGS déclenche une enquête et la hiérachie policière est...embarassée

Au delà de la condamnation des méthodes nauséabondes de l’UMP et des petits soldats de Valérie Pécresse pour faire campagne contre Ali Soumaré en Ile de France, se pose la question de l’utilisation illégale des fichiers de police et de justice. Avec deux remarques complémentaires : qui les utilise et que contiennent-ils ? Une enquête rapide, plus rapide que celle de la Commission Nationale Informatique et libertés étrangement silencieuse sur cette affaire, permet de comprendre que seuls des policiers peuvent avoir accès à ces fichiers et en tirer des informations plus que douteuses. Il aura suffit d’une interrogation du STIC pour obtenir des informations non vérifiées et n’ayant aucun sens.

Car la CNIL l’a expliqué à plusieurs reprises, ce gigantesque fourre-tout qui détient des informations sur une vingtaine de millions de personne mélange allégrement, les noms ou faits et gestes des gardés à vue (relâchés et non poursuivis), des victimes et des témoins entendus dans toutes les affaires. Il suffit d’avoir été victime d’un vol ou d’une agression pour y faire définitivement son entrée, j’en ai fait l’expérience après un banal détournement de chéquier dans les circuits postaux (pour laquelle j’ai logiquement été entendu comme témoin et victime) pour que la moindre interrogation du STIC renvoie la mention « impliqué dans une affaire d’escroquerie » ; ou, au choix, dans une « affaire de moeurs », une affaire de « voies de fait » ou une affaire de « rébellion à agents ». Non seulement il n’existe aucune hiérarchisation dans les informations enregistrées mais en plus la CNIL a expliqué également que plus du quart des informations sont fausses ou sans objet. Ce qui est dangereux pour les libertés publiques et individuelles puisque ces informations sont conservées au minimum pendant, c’est la loi, 20 ans. Le STIC ne tient aucun compte des jugements de relaxe ou d’acquittement. Tout comme le fichier Judex géré par la gendarmerie. Et tout le monde puise allègrement dans ce tissu d’âneries. Ainsi les centaines de milliers de gardés à vue chaque année sont définitivement stigmatisés par le STIC même si les gardes à vue n’ont débouché sur aucune mise en examen.

Pour se procurer une information sur un citoyen il suffit pour un policier complaisant de rentrer son identifiant d’habilitation dans le cadre d’une procédure en cours pour obtenir des informations qui n’ont rien à voir avec la procédure qu’il mène. Les consultations de STIC et de Judex sont si nombreuses, des milliers chaque jour, qu’aucun contrôle n’est possible.

Soit par la hiérarchie policière soit par les juges d’instruction ou les magistrats des Parquets. Ces interrogations servent évidemment pendant les périodes électorales mais elles génèrent également un trafic fructueux : ces informations confidentielles sont demandées par des officines de recherche privée qui les payent généreusement. Plusieurs affaires en cours, impliquant des policiers malhonnêtes, dans la région parisienne comme dans la région Paca sont en attente (très longues...) de jugement, voire d’instruction.

Pour ce qui est de l’Ile de France, une vingtaine de policiers appartenant à l’UMP ont reçu mission de fouiller illégalement les fichiers, le STIC et d’autres, pour tous les candidats de gauche et du Modem. Il est probable que les mêmes procédés ont été utilisés en province mais je n’ai pas d’informations précises sur les autres Régions.

Les fichiers des banques et des assurances sont également illégalement consultés et utilisés. Des intrusions ont aussi été constatées dans les dossiers médicaux conservés par les hôpitaux, les services sociaux et la Sécurité sociale : il est facile de se procurer la liste des médicaments et des maladies pour n’importe quel citoyen. Elles permettent de mettre en cause des personnalités politiques, de jeter plus ou discrètement le doute. Pas seulement au niveau national mais au niveau plus discret des municipalités et des conseils généraux et régionaux. Un moyen de pression efficace. En outre des officines spécialisées scrutent les sites, les blogs pour y relever des informations qui peuvent être en apparence compromettantes. A tel point que comme aux Etats Unis, des femmes et des hommes politiques, doivent conseiller ou ordonner à leurs enfants de cesser de raconter leur vie sur des « réseaux sociaux » parce que les détails de leur vie privée peuvent être utilisés contre les activités de leurs parents. Sans oublier les « révélations » sur le train de vie ou sur les maladies passées. Il existe d’ailleurs des sites américains (payant et cher) qui permettent à des spécialistes de recueillir des profils de vie privée et professionnelles utilisables contre des citoyens alors qu’ils ne sont en aucun cas infamant mais peuvent gêner ou ruiner une vie politique ou professionnelle. Il suffit, par exemple, qu’un article de journal mette en cause (faussement) un individu pour qu’il soit quasiment éternellement accessible sur Internet sans que les victimes puissent intervenir.

L’affaire –qui n’en est pas une, d’ailleurs- Ali Soumaré fait apparaître à la fois les dangers de l’accumulation d’informations douteuses sur chacun d’entre nous dans des centaines de fichiers et les confusions sur le passé d’un individu. Au moyen de recherches qui ne sont théoriquement et légalement réservés qu’aux magistrats, aux administrations et aux personnes concernées.

Il est donc largement temps que tous ces fichiers, dont certains utilisent illégalement les numéros de Sécurité Sociale, désormais et par anticipation appelé numéros d’identification nationale ou numéro d’identification INSEE soient, soit interdits, soit rapidement expurgés de toutes les informations inutiles ; ou fausses ou prescrite comme la condamnation, dans sa jeunesse, d’Ali Soumaré qu’une réhabilitation (d’ailleurs automatique pour les délits mineurs) fait qu’elle « n’existe plus » aux yeux de la justice et de la police.

Il est donc largement temps aussi que tous les fichiers contenant des renseignements personnels, y compris syndicaux et politiques, soient débarrassés des éléments qui n’ont rien à voir avec la justice ou le fonctionnement de la police. Eléments qui peuvent servir éventuellement à édicter, sans la moindre justification, des « interdictions professionnelles » lorsque des hommes et des femmes postulent à un emploi dans une administration ou dans un secteur sensible. Les exemples abondent, notamment dans le domaine du nucléaire civil ou du fonctionnement des aéroports.

Il est donc largement temps que soit remis en cause l’appétit des gouvernements, de gauche comme de droite, pour les détails de notre vie privée. Pour que chacun d’entre nous puisse jouir d’un légitime droit à l’oubli. Il faut prendre garde au développement d’une société de surveillance qui fait de chacun d’entre nous un « coupable » en puissance et pour que ne disparaisse pas un principe fondamental : la présomption d’innocence. Qu’elle concerne les puissants ou les misérables.

Les politiques devraient plus prêter attention, lorsqu’ils légifèrent à tour de bras pour la sacro-sainte sécurité, au retour des boomerangs qu’ils lancent dans la société pour donner l’illusion que plus on est fiché plus on est certain de supprimer les délinquances. Et ce n’est pas en organisant le fichage des Français depuis la plus petite enfance qu’ils y parviendront car, un jour, des citoyens se verront reprocher des bagarres de cour d’école ou des chapardages de sucettes ou de malabars...

Et sur « l’affaire Soumaré », il ne subsiste aucun doute : elle est le fruit d’une interrogation policière menée illégalement et sans la moindre vérification.




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 15:56

La prochaine réunion du Club"Socialisme maintenant" aura lieu le
Samedi 13 mars de 14 heures 30 à 17 heures 30
Librairie, 8 Impasse Crozatier 75 012 Paris
Derrière l'Hôpital ST Antoine:
Angle Rue Crozatier/ Rue des Citeaux
Métro Faidherbe Chaligny ou Gare de Lyon.

Le philosophe militant Pierre Dardot introduira la discussion de notre prochaine réunion:

Pierre Dardot et Christian Laval animent depuis quelques années un séminaire qui s’appelle « Questions Marx ».

Ils ont participé activement en février dernier au Colloque « Puissances du Communisme » avec d’autres philosophes, à l’ Université de Saint Denis, où nous les avons rencontrés. Pour préparer ces débats ils ont publié deux textes dans le revue « Contre temps » No:4 :

«Réinventer le communisme, instituer les communs » par Christian Laval et «Le « Communisme scientifique » pouvait il être politique ?» par Pierre Dardot. Vous trouverez ces deux textes sur ce site.

Ils sont les auteurs, début 2009, du livre « La Nouvelle Raison du monde » Ed. La Découverte, sur le Néo libéralisme, dont nous avons noté tout l’ intérêt, lors de notre réunion mensuelle de septembre 2009.

Nous leur avons communiqué le compte rendu de notre réunion de septembre.

Ils ont accepté l’ invitation que nous leur avons faite de contribuer à ces débats.

Nous vous invitons à participer nombreux à cette réunion où nous examinerons aussi le point de la situation et de nos interventions.





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 15:42

http://www.demosphere.eu/node/16245


Manifestation pour l'arrêt des expulsions, la baisse des loyers et la création de logements sociaux

Manifestation samedi 13 mars. Départ à 15 h de la Place de la République à Paris

Le 15 mars, qui marque la fin de la trêve hivernale et le retour des expulsions, risque cette année d'être dramatique pour un nombre croissant de personnes. Avec la crise, la montée du chômage et les effets de la loi Boutin - qui a réduit par trois les délais d'expulsion - davantage de locataires sont menacés, alors que les loyers et les charges ont partout atteint des niveaux historiques. Demain l'huissier peut frapper à n'importe quelle porte, locataire, accédant, occupant précaire …

La flambée des loyers, de l'immobilier, et des charges, y compris en HLM, conjuguées à la baisse des revenus, a rendu difficile voire impossible l'accès à un logement stable pour les familles populaires, les salariés modestes, les jeunes, les précaires, les personnes vulnérables.

La cherté du logement réduit le pouvoir d'achat des ménages, voire les précarise. L'offre de logements à loyer abordable est très nettement insuffisante. Les formes d'habitat précaire se développent, les marchands de sommeil s'enrichissent, la crise du logement s'étend.

En 2010, le budget de l'Etat en faveur du logement social est en baisse. Le gouvernement ne tient pas ses engagements. De nombreuses familles sont expulsées sur autorisation de certaines Préfectures, alors qu'elles doivent les reloger en vertu de la loi DALO (droit au logement opposable de 2007). La loi Boutin a encore restreint les droits des locataires (entorses au droit au maintien dans les lieux), tandis que les nouvelles « Conventions d'utilité sociale » organisent la marchandisation du parc HLM.

La nouvelle « Garantie des risques locatifs », vantée par le gouvernement, ne s'accompagne d'aucune mesure en faveur d'un encadrement des loyers et ne s'attaque donc pas au cœur du problème. Rien n'est fait pour encadrer le marché, décourager la spéculation et la vacance des logements, et faire reculer la crise du logement.

Dans ce contexte, nous exigeons un moratoire sur les expulsions locatives, le droit à un logement stable, au lieu de la précarisation des locataires, l'encadrement des loyers et des charges, la taxation de la spéculation immobilière, pour rendre le logement accessible à tous, la réalisation massive de vrais logements sociaux et l'application de la loi de réquisition.

Signataires : CNL, CSF, DAL, AC !, ACDL, ADVOCACY, AIH, AITEC, ANECR, APEIS, ATTAC, Bagagérue, CAL, FSU, Jeudi Noir, HIC, LDH, Union Syndicale Solidaires, SNES, Stop Précarité, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la Magistrature…

Avec le soutien de : Les Alternatifs, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti communiste Français, Parti de Gauche, Parti Socialiste, Les Verts…






Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 21:18

http://www.fr.news.yahoo.com/76/20100309/twl-l-algrie-s-insurge-contre-l-affiche-1a8f422.html


http://www.liberation.fr/monde/0101623481-l-algerie-s-insurge-contre-l-affiche-anti-islamiste-du-front-national

L'Algérie s'insurge contre l'affiche «anti-islamiste» du Front National

Le ministre algérien des Affaires étrangères annonce avoir protesté «officiellement» auprès de la France.

L'Algérie a protesté «officiellement» auprès de la France contre une affiche qui met «à genou» ses symboles placardés par le Front national dans le cadre de sa campagne pour les élections régionales, a annoncé lundi le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci.

«Nous avons protesté officiellement et c'est à l'Etat français de prendre les dispositions qui s'imposent lorsque des symboles de pays étrangers sont mis à genoux», a déclaré Mourad Medelci en marge d'une cérémonie présidée par le président Abdelaziz Bouteflika, à l'occasion de la Journée internationale de la femme, selon l'agence APS.

L'affiche du Front national (extrême droite) représente une femme intégralement voilée à côté d'une carte de France recouverte du drapeau algérien sur laquelle se dressent des minarets en forme de missiles, avec en titre «non à l'islamisme».

«Je n'ai pas besoin de dire aujourd'hui que des comportements de ce type sont condamnables, qu'il s'agisse de la France ou d'autres pays. Nous devons respecter les symboles des uns et des autres. C'est la position de notre pays et nous ferons en sorte qu'elle soit respectée chez nous», a ajouté Mourad Medelci.

La diffusion par le FN d'affiches dénonçant l'islamisme, avec une carte de France couverte du drapeau algérien et de minarets, est à nouveau attaquée en justice par deux associations antiracistes, le MRAP et SOS-Racisme, après le rejet d'une demande d'interdiction formulée par la Licra.
Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 21:04

Le No Sarkozy Day s'organise et sort d’internet.

Conférence de presse jeudi 11 mars 2010, 43 quai Seine 75019 PARIS dans les locaux de la FIDL, à partir de  14 heures, où les organisateurs seront à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Un dossier de presse pourra vous être remis.

Contacts presse, Benjamin Ball 06 01 99 20 10, Pierre Maréchal 06 62 15 94 69, Laurent Cougnoux 06 58 26 21 39

No Sarkozy Day : http://www.no-sarkozy-day.fr/

Face aux dérives d’un système financier devenu incontrôlable,  constatant la pensée unique politique qui s’est imposée et  l’incapacité des partis européens au pouvoir ou dans l’opposition à   être force proposition et les garants des droits des peuples,  face à l’aphasie des syndicats, le No Sarkozy Day appelle les citoyens à descendre dans la rue le 27 mars, pour dire NON à ces dérives.

Ces manifestations qui se dérouleront dans tous les départements de France débuteront à 14 heures, seront citoyennes, sans représentation ni des partis politiques, ni des syndicats. Ce mouvement citoyen, non violent et festif, se terminera par des rassemblements. De nombreuses animations culturelles, des concerts, des spectacles de rue sont programmés durant cette journée de manifestation.

Parce que l’éveil des consciences citoyennes est aujourd’hui devenu urgent pour pousser nos représentants politiques et syndicaux à prendre leurs responsabilités, le No Sarkozy Day marquera le début d’un mouvement qui n’aura de cesse tant que les valeurs de la démocratie seront bafouées.

L'association L'Onde Violette est aujourd'hui en marche ;  elle organisera, à la suite du 27 mars des comités de réflexions, des forums citoyens, des actions et manifestations populaires partout en France.

Parce que demain se construit aujourd'hui, pour défendre ces valeurs, ces droits pour les générations futures, pour arrêter de dire « On ne peut rien y faire », le 27 mars participez au No Sarkozy Day et rejoignez l’Onde Violette.

Dans toute la France le samedi 27 mars à 14 heures, les citoyens Français sont appelés à se réunir dans les Chefs lieu de départements (préfectures et sous préfectures), à manifester leur mécontentement, à exprimer leurs doléances, tous unis en dehors de tout clivage politique ou syndical





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 20:43

http://www.drapeaurouge.over-blog.com/article-total-et-ses-soutiens-se-mobilisent-46292203.html



Nous étions cet après-midi lundi 8 mars 2010 à la manifestation de soutien aux ouvriers de chez Total.

Le cortège a réussi à rentrer dans la tour Total malgré les portes fermées. Mais une fois à l'intérieur, les CRS et Gardes Mobiles ont chargés. Les Camarades ont fait preuve de leur combativité en résistant aux forces de l'ordre. Après avoir été gazés, un face à face tendu s'est installé, certains allant jusqu'à déchausser les pavés.

Finalement, le cortège s'est rendu devant la deuxième tour Total. Là, un Camarade a fait un compte rendu partiel de la réunion du CCE (deux motions avaient été votées pour que la décision de fermeture de l'usine et la mise au chômage des salariés passent devant les tribunaux).

Il y a eu d'autres interventions qui disaient globalement la même chose : il faut l'unité avec les autres boîtes en lutte et il faut avancer ensemble ! Un intervenant a dit qu'on pouvait même enlever nos autocollants et faire tomber nos drapeaux et avancer dans l'unité, avec fierté. Xavier Mathieu, des Contis, est intervenu dans le même sens.

Ce n'est pas différent de ce que nous disons : il faut relever la tête, prendre nos affaires en main, rendre coup pour coup et construire l'unité à la base !

Lorsque nous sommes retournés dans la bonne humeur devant la première tour Total, les flics ont encore gazé les manifestants. Pas d'hésitation, la police est bien le bras armée de l'Etat. Les réponses étaient unanimes de la part des manifestants : c'est une honte qu'ils répriment les ouvriers qui luttent pour conserver leur emploi... C'est certain ! Et pourtant, en tant que bras armée de l'Etat, la police est prête à faire bien pire pour que l'ordre établi ne bouge pas d'un poil.

Maintenant c'est : OSER LUTTER, OSER VAINCRE ! CONTRE LE CAPITALISME ET LES CONCILIATEURS, RENDONS COUP POUR COUP ! UNITE A LA BASE !


Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 21:07

http://www.palestine-solidarite.org/dossier.Irak.Gilles_Munier.040310.htm


http://www.france-irak-actualite.com/article-ahmad-chalabi-l-homme-de-soufre-46003788.html

Ahmed Chalabi, l'homme de soufre

Gilles Munier

Le nom de Chalabi est associé aux mensonges qui ont alimenté la machine de propagande américaine pour justifier la Seconde guerre du Golfe et renverser Saddam Hussein, les plus connus étant l’existence d’armes de destruction massive en Irak et les liens entre Saddam Hussein et Ben Laden. Moins médiatisés sont l’étendue de ses relations avec Israël, l’Iran, et son rôle dans le déclenchement de la « purge anti-baasiste » qui perturbe actuellement l’organisation des prochaines élections législatives.

Etablir des relations diplomatiques et commerciales avec Israël

Les premiers contacts d’Ahmed Chalabi avec le Mossad sont anciens. Ils datent de l’époque où il dirigeait la Banque Petra en Jordanie. En effet, dans les années 70, Israël l’autorisa à ouvrir des succursales dans les territoires occupés de Cisjordanie. Son premier voyage secret à Tel-Aviv, connu, eut lieu en 1985 pour rencontrer Albert Wohlstetter, un de ses professeurs à l’université de Chicago, considéré comme le « parrain des néo-conservateurs américains », dont la personnalité a inspiré le personnage psychopathe de Docteur Frolamour, le film de Stanley Kubrick. Wohlstetter lui présenta Richard Perle - surnommé « le prince des ténèbres », ou Dark Vador ! -, alors sous-secrétaire à la Défense de Ronald Reagan, et, plus tard, Paul Wolfowitz, qui propageait dans les années 70 une soi-disant menace irakienne sur l’Arabie Saoudite.

Malgré les accusations d’escroquerie portées contre Chalabi après la faillite frauduleuse de la Banque Petra - plus de 200 millions de dollars envolés –, Wohlstetter l’introduisit dans le cercle restreint des amis de Dick Cheney et de Donald Rumsfeld. Leur poulain s’étant engagé à établir des relations diplomatiques et commerciales avec Israël et à reconstruire l’oléoduc reliant Kirkouk à Haïfa *, ils en firent le pivot des opérations de déstabilisation de l’Irak et le président éventuel du pays après le renversement de Saddam Hussein. A ses alliés arabes qui craignaient que ses liens avec l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le lobby sioniste américain, le desservent, Chalabi répondait qu’il « avait besoin des Juifs pour obtenir ce qu’il voulait de Washington, et qu’après il les laisserait tomber » !

Qui manipule qui ?

Ni les néo-conservateurs, ni la CIA ne se doutaient que Chalabi était en relation d’affaires avec le Vevak, le service secret iranien. Scott Ritter, ancien chef des inspecteurs des Nations unies, s’en était inquiété lorsque Chalabi, cherchant à le manipuler, lui avait proposé de rencontrer le chef de poste du Vevak à Bagdad. Personne ne se rappelait que la Banque Petra n’avait pas seulement couvert des opérations du Mossad, mais géré des comptes du mouvement  pro-iranien Amal au Liban, dans les années 80.

Sur les conseils de Téhéran – seul à préparer sérieusement l’après-Saddam -Chalabi avait convaincu David Wurmser, un des maîtres à penser néo-conservateur, que le remplacement du régime baasiste par son opposition chiite « terrifierait » les mollahs khomeynistes ! En 1999, il lui fit écrire dans « Tiranny’s Ally », que la concurrence des chiites irakiens contrebalancerait l’influence de l’Iran au Proche-Orient, et, qu’ainsi, naîtraient des coalitions proaméricaines dans toute la région… Ce scénario défendu par Wurmser, co-auteur d’« Un changement radical pour sécuriser le royaume » (… d’Israël, bien sûr), rapport expliquant à Benjamin Netanyahou comment redessiner la carte du Proche-Orient, remonta aux plus hauts niveaux de l’administration Bush. On connaît la suite : une coalition chiite s’empara du gouvernement à Bagdad, aucune des prédictions de Chalabi ne se réalisa et l’Irak sombra dans un chaos sanglant sur lequel surfent des groupuscules manipulés par l’Iran.

Mortifié par le refus de George Bush de le laisser créer un « gouvernement provisoire de la république irakienne », marche pied permettant d’accéder à la présidence du pays, Chalabi en déduisit que sa seule chance d’arriver un jour au pouvoir était Mahmoud Ahmadinejad, car ce dernier n’acceptera jamais un retour du parti Baas à Bagdad, surtout orchestré par les Occidentaux. En avril 2004, la DIA (Service secret de la Défense) découvrit le pot aux roses en écoutant les conversations téléphoniques entre l’ambassade d’Iran en Irak et Téhéran. Comme Scott Ritter l’avait subodoré, Chalabi trahissait les Etats-Unis. Il avait informé le Vevak que les services secrets américains avaient cassé le code cryptant ses messages. Celui que les néo-conservateurs appelaient "Notre homme à Bagdad" était un sous-marin iranien.






Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 21:00

http://www.claude-ribbe.com/dotclear/index.php?2010/03/03/170-karam-vraiment-tres-mal-place-pour-attaquer-soumare


Karam vraiment très mal placé pour attaquer Soumaré

Par Claude Ribbe, mercredi 3 mars 2010 à 11:16

Au moment où l’on pensait que l’UMP avait enfin compris qu’il n’était pas payant d’attaquer un homme sur son passé, surtout si ce passé est inventé par des racistes, voici que ressort de sa boîte Patrick Karam, le braque dressé à verser de l’huile sur le feu et dont le principal mérite est de se dire «protégé» par Nicolas Sarkozy. Le seul rôle de Karam depuis qu’il a surgi du néant en 2004 a été de tenter de faire battre les Français originaires d’Afrique contre les Français originaires des Antilles en exacerbant chez ces derniers un ignoble sentiment de xénophobie, d’autre part de saboter la loi Taubira en empêchant la célébration du 10 mai. C’est pour diviser et semer la zizanie – la seule chose dont il soit capable – que ce personnage notoirement incontrôlable a été choisi pour occuper un poste fantôme dont il se sert à des fins uniquement personnelles depuis plus de deux ans. Patrick Karam se dit guadeloupéen.

Mais il n’est, hélas, à la Guadeloupe que ce que Depardieu est à Alexandre Dumas. Même s’il a tenté de s’en servir, Patrick Karam n’a absolument rien à voir avec une histoire marquée par l’esclavage et la déportation des Africains. Aucun Guadeloupéen, même dans la communauté libanaise de Guadeloupe dont il est issu, ne le considère comme représentatif. Si tel était le cas, il se serait présenté aux élections régionales en Guadeloupe et non pas à Paris. Mais en Guadeloupe il est honni. Et en Ile de France, c’est encore pire : aucun Guadeloupéen, aucun Martiniquais, à moins d’être fou, ne peut se reconnaître en Karam. Présenter cet homme-là, dont la violence verbale est digne des pires moments de notre histoire politique, comme représentant de la diversité, c’est, plus qu’une imposture grossière, une provocation qui risque de coûter très cher à la liste tout entière. Patrick Karam attaque Ali Soumaré pour deux raisons: parce qu’il est d’origine africaine et qu’il habite une banlieue dont les jeunes, à juste titre, se sont révoltés. Le mai 2006, Karam s’était distingué en déclarant publiquement sur Canal Plus (émission Le vrai journal de Karl Zéro) : "Est-ce qu'il y a un point commun entre un Antillais, un Guadeloupéen qui a tété aux mamelles de la République et qui est catholique, et un sans-papiers qui serait musulman, polygame, et dont certains pratiquent l'excision?" Cette déclaration révoltante, indigne d’un futur conseiller régional, à moins qu’il ne siège avec le Front national, résume à peu près la pensée de celui dont tout le monde s’est étonné qu’il se retrouve numéro 2 de la liste UMP de Paris. Voici ce que Karam écrivait à Nicolas Sarkozy le 14 janvier 2006 dans une lettre de dénonciation visant Rama Yade : « Êtes-vous certain que Yama Radé (sic) a réellement mobilisé en votre faveur après les émeutes urbaines et votre mot sur les racailles ? ». Il était a reproché à Rama Yade d’avoir soutenu les émeutiers. Karam, lui, voulait une répression exemplaire.

Voici ce que, de son côté, Rama Yade écrivait en mai 2006 à Jean-Claude Beaujour, militant UMP à l’époque proche de Karam, à propos des déclarations de ce dernier qu’elle jugeait xénophobes :

« Chez vous, on pense donc que les Africains et les Français d’origine africaine sont tous des marabouts polygames et exciseurs ? Curieuse offensive, que l’on n’a même jamais entendue de la part de l’extrême-droite. Faut-il donc croire que vous n’avez rien retenu du passé? En voulant « laver plus blanc que blanc », vous reprenez à votre compte les attitudes des racistes blancs, ce qui ne fait pas honneur aux descendants de la période esclavagiste, que vous êtes, produit de tels préjugés. Une question : à ton avis, cette technique qui consiste à diviser pour mieux régner, à qui profite t-elle ? »

Oui, à qui profite réellement Patrick Karam ? Faut-il se le demander, au moment où le Front National progresse de plus de deux points grâce à l'affaire Soumaré ?

Pour Karam, comme pour le FN, son vrai parti, Soumaré n’est qu’un sans papiers musulman, soupçonné d’être polygame et de pratiquer l’excision. Pour essayer de leur faire croire qu’il serait leur représentant, Karam tente d’exciter les Antillais à la haine de l’Africain, à la haine des hommes et des femmes à la peau noire, à la haine d’eux mêmes.

Tout le monde sait que Karam a été imposé par un conseiller de l’Élysée qui, après l’avoir protégé et utilisé, a voulu se débarrasser de sa créature en l'embarquant sur le radeau de la Méduse. Tout le monde sait que Valérie Pécresse a vainement bataillé pour ne pas avoir de crypto-fascistes sur ses listes. Tout le monde sait que la liste UMP en Ile de France est considérée comme perdante par Nicolas Sarkozy lui-même au point qu’il a demandé début décembre à Roger Karoutchi de reprendre les rênes de l‘opposition au conseil régional après la Bérézina annoncée. Ce n’était pas une raison pour envoyer au conseil régional un quidam qui fait honte à l’outre mer.

Karam a systématiquement intenté, en utilisant abusivement les moyens de l’État, des procès aux Antillais de l’Ile de France. Il les a calomniés en instrumentalisant de petits nervis à sa solde qu’on n’entend plus parce qu'ils se trouvent tous aujourd’hui en examen pour diffamation. Il évoque à propos de Soumaré un passé judiciaire. Avant d’accuser un homme qui demain pourrait être le vice-président du conseil régional de l’Ile de France, que Karam commence par regarder autour de lui et qu’il prenne bien garde, en ce qui le concerne, à ne pas avoir d’avenir.




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 20:07

http://www.midilibre.com/articles/2010/03/06/A-LA-UNE-1-300-opposants-a-la-venue-d-Agrexco-sur-le-port-1137803.php5


http://www.palestine-solidarite.org/boycott.Agrexco.060310.htm

http://www.europalestine.com/spip.php?article4824

Sète : mille trois cent opposants à la venue d'Agrexco sur le port

Sète a été le point d’orgue, hier, d’une journée d’action nationale contre cette société israélienne accusée d’exploiter les paysans palestiniens.

« Agrexco, casse-toi, le port de Sète n’est pas à toi ! ». C’était l’un des slogans les plus entendus hier après-midi dans les rues de Sète. L’Ile Singulière était le point d’orgue d’une journée d’action nationale (et même européenne) contre l’implantation de cette société israélienne sur le futur terminal fruitier à 45 M€.

Une décision de Georges Frêche qui en a aussi pris pour son grade hier. Car cette entreprise d’Etat est accusée d’exporter 70 % de ses produits (fruits, légumes, fleurs) des colonies israéliennes, et donc « de voler l’eau et les terres des paysans palestiniens qui sont obligés d’y travailler ». Et ce en violant la 4e convention de Genève qui interdit l’exploitation économique des territoires occupés. Quant aux 150 à 200 emplois promis par le président de la Région, « c’est un mensonge ! ».

Il était 16 h lorsque les participants à la marche, partie dans la matinée de Montpellier, sont arrivés, via Frontignan, sur l’esplanade (la place Aristide-Briand) dont le kiosque était enrubanné de banderoles. Selon les organisateurs issus des quatre vingt treize (!) associations et mouvements divers regroupés dans la coalition anti-Agrexco, la mobilisation était trois fois supérieure à celle espérée puisqu’elle aurait rassemblé mille cinq cent personnes (mille cent, selon la police) dont sept cent marcheurs.

Après les interventions d’un paysan palestinien, d’un cinéaste israélien ou encore de Nicolas Duntze de la Confédération paysanne, un cortège s’est formé pour défiler jusqu’à l’entrée de la gare maritime, en passant devant la mairie, par le quai Lemaresquier et la rue Euzet. Le port, dont l’accès était barré, était placé sous haute surveillance, entre les gendarmes mobiles et maritimes, les policiers et même un hélicoptère. La manifestation s’est dispersée sans incident.





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 18:44

http://www.cmpcc.org/2010/01/06/85


Considérant que le changement climatique est une menace réelle pour l’existence de l’humanité, des êtres vivants et de notre Terre Mère telle que nous la connaissons aujourd’hui,Constatant le grave péril existant pour les îles, les zones côtières, les glaciers de l’Himalaya, des Andes et des montagnes du monde, les pôles de la Terre, les régions chaudes comme l’Afrique, les sources d’eau, les populations touchées par les desastres naturels croissants, les plantes et les animaux, et pour l’écosystème en général;

Soulignant que les personnes les plus touchées par le changement climatique seront les plus pauvres de la planète, qu’elles verront leurs foyers et leurs sources de vie détruits et qu’elles seront obligés d’émigrer et de chercher un refuge;

Confirmant que 75% des émissions historiques de gaz à effet de serre sont apparus dans les pays irrationnellement industrialisés du nord;

Constatant que le changement climatique est le produit du système capitaliste;

Regrettant l’échec de la Conférence de Copenhague à cause des pays dit “développés” qui ne veulent pas reconnaître la dette climatique qu’ils ont envers les pays en voie de développement, les futures générations et la Terre Mère;

Affirmant que pour garantir le plein respect des Droits de l’Homme au XXI siècle, il faut reconnaître et respecter les Droits de la Mère Terre;

Réaffirmant le besoin de lutter pour la justice climatique;

Reconnaissant le besoin d’assumer des actions urgentes afin éviter des dommages plus importants et des souffrances à l’humanité et à la Terre Mère, et de rétablir l’harmonie avec la nature;

Certains que les peuples du monde, guidés par les principes de solidarité, justice et respect de la vie, seront capables de sauver l’humanité et la Terre Mère; et

Conmémorant le jour international de la Terre Mère,

Le Gouvernement de l’Etat Plurinational de la Bolivie convoque les peuples, les mouvements sociaux et les défenseurs de la Terre Mère du monde entier, et invite les scientifiques, les chercheurs, les juristes et les gouvernements qui veulent travailler avec leurs peuples, à la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Terre Mère, qui aura lieu du 20 au 22 avril 2010 à Cochabamba, Bolivie.

Les objectifs de la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Terre Mère sont :

Analyser les causes structurelles et systémiques qui provoquent le changement climatique et proposer les mesures de fond qui permettent le bien-être de l’humanité toute entière en harmonie avec la nature.

Discuter et s’accorder sur le projet de la Déclaration Universelle  des Droits de la Terre Mère.

Convenir des propositions des nouveaux engagements pour le Protocole de Kyoto et pour les projets de Décisions de la Convention des Nations Unies sur le Changement Climatique qui guideront les actions des gouvernements défenseurs de la vie lors des négociations sur le changement climatique et dans toutes les instances des Nations Unies, sur les points suivants, la dette climatique, les migrants-réfugiés du changement climatique, la réduction des émissions, l'adaptation, le transfert de technologie, le financement, les forêts et le changement climatique, la vision partagée, les peuples indigènes et d'autres points.

Travailler sur l’organisation du Référendum Mondial des Peuples sur le Changement Climatique.

Analyser et établir un Plan d’Action pour avancer dans l’établissement d’un Tribunal de Justice Climatique;

Définir les stratégies d’action et de mobilisation pour la défense de la vie face au changement climatique et pour les Droits de la Terre Mère.

Bolivie, le 5 janvier 2010

Evo Morales Ayma, Président de l’Etat Plurinational de la Bolivie




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens