Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 20:41

Hezbollah et Hamas ennemis communs d’Israël et du régime égyptien !

(Par Chérif BOUDELAL – 15 avril 2009)


Israël a au moins un allié sûr, qui est le régime égyptien, pour combattre le « terrorisme » du Hamas en Palestine et de Hezbollah au Liban ! Oui, aujourd’hui les choses sont encore plus claires qu’avant, Israël n'est pas seul face au « terrorisme » des Résistances libanaise et palestinienne. Il a à ses côtés quelques sionistes arabes comme Hosni Moubarak et ses caniches qui répriment et essaient de bâillonner, mais en vain, le peuple égyptien.

Hezbollah et Hamas ne sont pas seuls non plus. Contrairement aux premiers, qui ne sont qu’une poignée de corrompus, achetés comme du bétail avec quelques millions de dollars, Hezbollah et Hamas ont des centaines de millions, voire de milliards de sympathisants à travers le monde.

La résistance est désormais un délit !

Quel est le « crime » de Hezbollah ? C’est celui d’avoir organisé une logistique pour soutenir le peuple palestinien de Gaza, enfermé par la coalition des régimes israélien et égyptien, avec la complicité internationale. Le régime égyptien, de concert avec Israël, veut que le blocus sur Gaza continue pour obliger la Résistance à déposer les armes ; et donc l’aide humanitaire de Hezbollah aux habitants de Gaza est considérée par le régime de Hosni Moubarak comme du terrorisme.

Par respect au peuple égyptien, dont des millions de personnes sont descendus dans les rues pour manifester leur soutien à Hezbollah en 2006 et à Hamas en 2009, et ce malgré que les manifestations aient été interdites par les autorités. Lors de ces manifestations le pouvoir a fait réprimer les manifestants par ses sbires et emprisonner des centaines d’entre eux pour avoir osé soutenir les peuples palestinien et libanais.

Donc, le vaillant peuple d’Égypte n’est pas responsable de la trahison de ses dirigeants et mérite l’estime de tous les êtres humains qui refusent l’humiliation des pouvoirs corrompus qui les répriment, en exécutant les ordres de leurs maîtres impérialistes qui les entretiennent et protègent. Nous sommes persuadé que le peuple égyptien finira par se libérer de ses tortionnaires et reprendra la place qu’il mérite au sein du monde libre.

Le cynisme d’un régime en désarroi et la sagesse de l’homme de la Résistance et de la foi

Nous avons assisté à un déchaînement du régime égyptien et de ses caniches de médias contre Hassan Nasr Allah et le Hezbollah, les accusant de préparer un coup d’Etat en Égypte et les traitant de terroristes, avec un cynisme sans précédent. De l’autre côté, nous avons observé la sagesse de « Saïad As-Sadats », Hassan Nasr Allah, qui a refusé de tomber aussi bas que ce régime dont les dirigeants ont perdu tout honneur et toute dignité humaine.

Pourtant c’est bien le Hezbollah de Hassan Nasr Allah qui a fait honneur au monde arabe et aux musulmans (déshonorés par leurs régimes), et attiré la sympathie de milliards d’être humains à travers le monde en mettant à genou Israël en 21006.

Jour après jour le régime égyptien se démasque un peu plus. Aujourd’hui, pour le régime égyptiens et quelques autres hypocrites parmi les régimes arabes, La résistance contre l’impérialisme israélo-USA est devenue du « terrorisme », et ceux qui les soutiennent des hors la loi ! Maintenant la balle est dans le camp du peuple égyptien lui-même. C’est à lui de faire en sorte que son Histoire ne soit pas éternellement souillée par une bande de traîtres qui dirige le pays et plonge le peuple égyptien dans la misère, et l’humiliation en plus.

Tout être humain honorable considère que l’aide aux populations de Gaza fait plutôt honneur à Hezbollah et à son chef qui essaient de secourir les habitants de cette enclave, qu’Israël et le régime égyptien punissent collectivement en les affamant, et ce pour avoir résisté à l’occupant. Que la honte soit la récompense de ce régime corrompu de Hosni Moubarak et ses alliés qui ont perdu toute dignité, et dont la soumission a dépassé toutes les limites de la lâcheté.

Quiconque peut constater qu’il y a un grand écart de comportement, entre le cynisme du monarque égyptien en désarroi, et la sagesse, voire la grandeur du chef de la Résistance libanaise, Hassan Nasr Allah, le combattant de la liberté et l’homme de la foi.

Au lieu de répondre par le même langage en rappelant la trahison du régime égyptien, le sage Nasr Allah s’est contenté de démentir les accusations du régime égyptien et préciser que la présence des membres de son mouvement dans ce pays se limitait à l’aide logistique pour acheminer les aides humanitaires aux habitant de Gaza.

Il a rappelé que le Hezbollah n’entreprend aucune action hostile ni contre le régime égyptien, ni contre d’autres régimes arabes, sans oublier de saluer le peuple égyptien combattant qui a manifesté son soutien aux peuples arabes en lutte dans les circonstances difficiles. Et c’est là qu’on peut percevoir la grandeur de l’homme qui croit en la fraternité entre les peuples arabes et musulmans et aspire en leur unité.





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 20:18

Nous vous invitons à participer à la journée internationale de solidarité avec les prisonniers politiques

Vendredi 17 Avril 2009 à 19 heures
Bourse du Travail de Saint Denis
2, rue Bobby Sands 93200 Saint Denis
Métro Porte de Paris.

L’escalade répressive des gouvernements contre les peuples en lutte pour leurs droits, économiques, politiques, sociaux, maintient encore en 2009 de milliers de prisonniers/ères politiques dans le monde. Palestine, Pérou, Corse, Pays Basque, Colombie, Tamouls, la Forteresse européenne, États-Unis, les prisonniers maintenus illégalement à Guantánamo, partie de Cuba non restituée, etc... Les prisonniers politiques continuent de montrer depuis leurs prisons le chemin de la lutte et de l’engagement, pris auparavant pour combattre l’oppression, l’injustice...

Des conflits sociaux, politiques, des nations opprimées, la logique dominante de l’argent et de l’accumulation, la spéculation, l’asservissement, la destruction, se trouvent à l’origine du combat de millions d’êtres humains à travers le monde. Combattre pour un monde où la logique du capitalisme ne soit pas celle qui dirige la société. Combattre pour un monde où la diversité de milliers de peuples qui le forment puisse subsister.

En Europe, spécialement en France et en Espagne, des centaines de prisonniers et prisonnières politiques basques se trouvent dispersés sur tous les territoires de ces deux États. Il y a aussi des Camarades Communistes, des Corses, des Galiciens, des Catalans, des Bretons et des Anarchistes. En Italie la persécution des mouvements d’opposition augmente et les mouvements indépendantistes en Sardaigne sont réprimés. En Allemagne des débats sont intervenus sur la possibilité d’élargir encore plus les peines des prisonniers politiques… et dans tous les pays de l’Europe de l’Ouest, des syndicalistes, des travailleurs qui luttent contre l’Europe du capital, vont en prison.

Les prisons d’isolement en France, en Espagne, en Belgique et en Allemagne, nous montrent le prix si élevé que les États veulent faire payer à ceux et celles qui les combattent.

Nous devons parler aussi des cinq prisonniers de l’Empire, qui se trouvent en prison pour combattre le terrorisme que les États-Unis exercent contre Cuba, des prisonniers portoricains, des prisonniers colombiens aux Etats-Unis, des prisonniers politiques péruviens, certains mêmes incarcérés dans des prisons militaires, des mapuches, des sahraouis, des Kurdes, des colombiens emprisonnés par le gouvernement génocidaire d’Alvaro Uribe, des prisonniers politiques palestiniens qui se trouvent en première ligne dans la lutte contre le pillage sioniste et impérialiste dans les pays du Moyen-Orient, du courageux peuple iraquien qui continue à combattre contre la brutale agression impérialiste, des prisonniers politiques en Turquie.

Pour tout cela, nous voulons que ce 17 avril 2009 soit une journée pour revendiquer d’abord le statut de prisonnier politique et surtout pour leur libération, pour les militants qui aujourd’hui se trouvent en prison en train d’accomplir une peine imposée par les juges serviteurs du capital, par les juges médaillés… Et pour réclamer, également, des conditions démocratiques pour les peuples en lutte, des conditions pour que ceux qui n’ont rien, pour que les opprimés puissent avoir des instruments de lutte similaires à ceux dont disposent les oppresseurs.


Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 21:50

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article228

Tribune libre, Humanité du 6 avril 2009

Sarkozy, mythologie coloniale et anciens de l’OAS

Par Olivier Le Cour Grandmaison, enseignant en sciences politiques à l’université d’Évry-Val-d’Essonne.

Les manipulations historiques, un des fils rouges du sarkozysme.

Le président de la République, lit-on souvent, aime l’histoire, en use, voire en abuse, dès qu’il a la possibilité d’honorer sa promesse faite avant sa victoire à l’élection présidentielle : « Si je suis élu, je ne cesserai d’affirmer notre fierté d’être français. »

De là, un discours de réhabilitation du passé colonial, notamment, qui ne relève pas de l’histoire en tant que discipline, mais de la restauration politiquement intéressée d’une mythologie nationale de la grandeur, mobilisée à des fins démagogiques et électoralistes. À preuve, le discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Toulon le 7 février 2007, dans lequel il rappelait que le « rêve de Bonaparte en Égypte, de Napoléon III en Algérie, de Lyautey au Maroc » ne fut pas « tant un rêve de conquête, qu’un rêve de civilisation ». Inspiré par son conseiller Henri Guaino, ce « crayon qui se prend pour une plume » selon le bon mot d’un député de la majorité, le même ajoutait : « Faire une politique de civilisation comme le voulaient les philosophes des Lumières, comme essayaient de le faire les républicains au temps de Jules Ferry. Faire une politique de civilisation pour répondre à la crise d’identité, à la crise morale, au désarroi face à la mondialisation (…), voilà ce à quoi nous incite la Méditerranée. » Eu égard à la personnalité de l’orateur et aux responsabilités qui sont aujourd’hui les siennes, de telles déclarations sont sans précédent depuis la fin de la guerre d’Algérie, en 1962. Jamais le candidat de la principale formation politique de la droite parlementaire n’avait entrepris de restaurer ce passé en de semblables termes. Stupéfiante régression qui, sous couvert de lutte contre « la pensée unique » et la « tyrannie de la repentance », réhabilite un discours impérial républicain convenu et forgé au temps de l’Empire triomphant. Grossière écholalie et véritable réaction.

À cela s’ajoutent certaines promesses électorales de N. Sarkozy, bien faites elles aussi, pour parvenir au but qu’il s’est fixé : « Aller chercher les électeurs du Front national un par un », puis les maintenir dans le giron électoral de l’UMP en multipliant les signes politiques indispensables à la réalisation de cet objectif. Faisant droit aux revendications du comité de liaison des associations nationales de rapatriés, auquel participe l’ADIMAD - association d’anciens activistes de l’OAS dont les membres saluent chaque année la mémoire de Jean Bastien-Thiry, l’organisateur de l’attentat du Petit-Clamart perpétré contre le général de Gaule, le 22 août 1962 -, N. Sarkozy a promis, dans une lettre adressée au président de ce comité, le 6 avril 2007, d’associer à la journée des « morts pour la France » en Afrique du Nord, les « victimes civiles et les familles de disparus ». Derrière cette phrase sibylline se cache, notamment, la réhabilitation des partisans de l’Algérie française tués lors de la manifestation organisée par l’OAS, rue d’Isly à Alger, le 26 mars 1962. Là encore, il s’agit d’une revendication ancienne de l’ADIMAD, entre autres, qui a coutume de faire célébrer des messes « pour les victimes » en l’église intégriste de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. Dans la même missive et pour être bien entendu de ses interlocuteurs, l’actuel président écrivait aussi : « Notre passé outre-mer fait partie du patrimoine culturel des Français. Ce patrimoine doit être transmis dans son intégralité aux futures générations. »

Dans ce contexte, la loi du 23 février 2005, qui sanctionne une interprétation officielle, apologétique et mensongère du passé colonial de la France - seul son article 4 a été retiré, à la suite de protestations de nombreux universitaires et historiens -, offre de multiples avantages. Outre qu’elle manifeste « la reconnaissance par la nation de l’oeuvre matérielle et culturelle accomplie par nos compatriotes en outre-mer, en Indochine comme en Afrique du Nord », comme le soutenait l’ex-ministre délégué aux Anciens Combattants, M. Hamlaoui Mekachera, elle contient aussi une disposition fort précise mais trop souvent ignorée. En effet, l’article 13 de cette loi, toujours en vigueur, prévoit l’octroi d’une « indemnité forfaitaire » et non imposable - délicate attention - aux « personnes (…) ayant fait l’objet, en relation directe avec les événements d’Algérie (…), de condamnations ou de sanctions amnistiées ».

Apparemment technique et anodine, cette disposition a été votée pour satisfaire une revendication défendue depuis longtemps par d’anciens partisans de l’Algérie française condamnés à des peines de prison en raison de leurs activités. Et, comme deux précautions valent mieux qu’une, on découvre que l’arrêté du premier ministre, en date du 29 décembre 2005, « relatif à la composition de la commission de l’indemnité forfaitaire », établie en application de l’article de la loi précitée, inclut dans la liste des membres appelés à siéger un certain Athanase Georgopoulos. Ancien membre de l’OAS et créateur, début 1961, de la zone 3 de cette organisation à Oran, il s’est par la suite exilé en Espagne, avant de rentrer en France en 1969.

Pour les amateurs d’exceptions françaises, en voilà plusieurs remarquables, mais sinistres au regard des principes politiques supposés limiter les pouvoirs de la puissance publique. À ce jour, la France est le seul État démocratique et la seule ancienne puissance impériale européenne où des dispositions législatives qualifient de façon positive l’histoire coloniale. Sans précédent, mais pas sans conséquences, car l’existence même de la loi du 23 février 2005, qui est l’aboutissement d’une offensive d’ampleur menée sur le terrain mémoriel par la droite parlementaire et gouvernementale, a contribué à libérer comme jamais des discours et des écrits apologétiques du passé impérial du pays. Quant aux anciens activistes de l’organisation terroriste - OAS, responsable de l’assassinat de 2 300 personnes, parmi lesquelles une majorité d’Algériens -, ils sont « de facto et de jure » réhabilités par les dispositions législatives mentionnées et par les engagements plus récents du président de la République. Le 26 mars 2008, encouragés par cette nouvelle conjoncture et par les promesses du chef de l’État, ces militants et quelques autres ont pour la première fois osé organiser un rassemblement devant l’Arc de triomphe à la mémoire de « leurs victimes » tombées à Alger, lors de la manifestation du 26 mars 1962. De même cette année, avec l’accord de la préfecture et du pouvoir politique. Drôle d’époque.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 21:41

Fidel Castro salue les mesures d'Obama, en attend d'autres (Reuters)

Fidel Castro a salué la levée de restrictions touchant les Cubano-Américains décidée par les Etats-Unis mais dit attendre davantage de changements de la part du président Barack Obama.

Le président Barack Obama a ouvert une brèche lundi dans l'embargo imposé au régime communiste depuis 1962, en levant notamment les restrictions sur les voyages et transferts d'argent des membres de la communauté cubaine vers leur pays d'origine.

"La mesure d'assouplissement des restrictions sur les voyages est positive mais minimale. Il en faut beaucoup d'autres", estime l'ancien chef d'Etat cubain dans une tribune publiée sur le site internet du gouvernement.

Fidel Castro, qui a transmis le flambeau l'année dernière à son frère cadet Raul en raisons de problèmes de santé, a notamment fustigé l'obtention quasi automatique de l'asile pour les émigrés cubains qui entrent aux Etats-Unis parce qu'elle encourage leur fuite.

L'ancien chef d'Etat a signé sur le site gouvernemental sa seconde tribune de la journée, après l'éditorial publié par la presse officielle, dans lequel il déplorait que Washington n'ait rien fait pour lever l'embargo.

"Nous n'avons pas le moindre désir de faire du tort à Obama. Il ne porte pas la responsabilité de ce qui s'est passé et je suis certain qu'il ne commettra pas les atrocités de (l'ancien président George) Bush", écrit-il sur le site du gouvernement.

"CUBA RÉSISTERA"

Dans l'éditorial destiné à la presse, il avait affirmé ne pas tenir Barack Obama responsable de la politique menée par ses prédécesseurs.

Il lui avait lancé un appel, soulignant que "les conditions sont réunies pour qu'Obama utilise son talent à mener une politique constructive afin de mettre un terme à ce qui échoue depuis un demi-siècle".

Bien que retiré officiellement du pouvoir, Fidel Castro demeure très influent à Cuba et ses deux textes constituent pour l'heure les seules réactions officielles aux décisions américaines.

Dans son premier éditorial, il prévenait que Cuba n'entendait pas mendier la levée de l'embargo et déplorait que l'administration Obama ne l'ait pas envisagé.

"Pas un seul mot n'a été dit à propos du blocus qui est la plus cruelle des mesures", y disait Fidel Castro.

Pour le 'comandante', l'embargo américain est une forme de "génocide" qui a frappé l'économie cubaine et a semé la mort et la souffrance dans le pays en le privant de médicaments et d'équipements de santé.

Mais, affirmait-il "Cuba résiste et résistera".

"Il ne tendra jamais la main pour mendier. Il avancera la tête haute, coopérant avec ses frères latino-américains et caribéens", ajoutait-il.

Outre les mesures en faveur de la communauté cubaine, Barack Obama a décidé d'autoriser les entreprises de télécommunications américaines à fournir des services aux Cubains.

L'annonce de ces assouplissements intervient à quelques jours du sommet des Amériques qui se tiendra à partir de vendredi à Trinité-et-Tobago.

La Maison blanche a expliqué que les mesures d'Obama visaient à aider les familles cubaines et à promouvoir la démocratie et les droits de l'homme, domaines dans lesquels le président américain attend des progrès avant d'envisager la levée de l'embargo.




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 21:22

Campagne De Boycott D'Israël En IDF: Le Lobby Macarthyste Sioniste Attaque En Justice

Une campagne de boycott contre Israël connaît en Ile de France un succés croissant avec notamment des interventions dans les supermarchés pour expliquer aux consommateurs pourquoi il faut boycotter les produits estampillés "made in Israël", et demandant aux grandes surfaces de respecter la loi sur l'origine des produits. Le Lobby Macarthyste Sioniste avec à sa tête un ami des colons Sionistes de Cisjordanie occupée, Sammy Gozlan - montage photo ci dessous tiré de la page d'accueil du site des colons Arouts 7, où Gozlan tient des "chroniques" - lâche ses chiens en robe noire dans le prétoir.

Un groupe qui comprend le Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme (BNVCA), le Conseil des communautés juives de Seine Saint Denis (CCJ 93) a déposé une plainte vendredi dernier auprès du procureur de Bobigny contre " les organisateurs, instigateurs, auteurs, complices de ces appels à boycott des produits israéliens devant les magasins CARREFOUR".

En fait la campagne de boycott a été lancée 1) pour appeler les consommateurs à boycotter les produits israéliens suite aux crimes de guerre commis contre les Palestiniens mais aussi contre le régime d'Apartheid instauré en Palestine à l'instar du boycott contre l'Afrique du Sud, et 2) pour exiger des supermarchés, dont Carrefour, qu'ils affichent la véritable provenance des produits estampillés "made in Israël". Un certain nombre de ces produits viennent en fait des colonies illégales Sionistes de Cisjordanie occupée et les supermarchés sont donc en infraction sur ce point puisqu'ils dissimulent la véritable provenance de ces produits.

La plainte porte sur " l'invasion des supermarchés situés en banlieue parisienne par des boycotteurs anti Israël". Ceux qui ont porté plainte affirme que la langage de la campagne - qui vise les supermarchés Carrefour autour de Paris- comprend " une incitation à la haine d'Israël" et "incite à des actes anti juifs dans le pays". Toujours selon le Lobby Sioniste Macarthyste " cette campagne de boycott devrait être considérée comme une discrimination et un crime punissable, car un grand nombre des produits visés servent aux besoins diététiques casher des citoyens juifs". A l'appui de ses accusations ce groupe a fourni des prospectus, autocollants et une liste de produits ciblés.

Ce n'est pas la première fois que ces officines communautaristes Sionistes essaient d'empêcher toute manifestation publique de soutien aux Palestiniens, la campagne de boycott en faisant partie. En effet, alors qu'Israël commettait ses crimes de guerre - désormais bien documentés et qui font l'objet d'une plainte déposée par plus de 300 ONG auprés de la CPI - le CCJ 93 et le Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme avaient déjà tenté de faire interdire un rassemblement le 8 janvier devant la mairie de Saint Denis pour protester contre les massacres des Gazaouites. Là aussi, le prétexte avancé par Sammy Gozlan, l'ami des colons de Cisjordanie en France ( voir sa petite bio plus bas) c'était qu'une telle initiative "risque de provoquer des dérapages, inciter à la haine et au passage à l’acte anti-juif ".

Qui sont ces officines Macarthystes Sionistes qui veulent imposer la dictature du Sionisme dans la République, Qui est derrière tout cela ?

Le Conseil des communautés juives de Seine St Denis (CCJ 93), présidé par Mr Sammy Gozlan, délégué du CRIF, est une organisation communautariste. Son activité fébrile de défense des intérêts Sionistes s'explique, selon ce qu'on lit dans un article publié sur le site Guysen International News du 22/06/08 commantant la publication aux éditions L’Harmattan d'un livre de Marc Hecker intitulé : " La défense des intérêts de l’Etat d’Israël en France", car : "...les Conseils des communautés juives..., en Ile-de-France, visent notamment à promouvoir les intérêts d’Israël par leur vigilance à l’égard de manifestations pro-palestiniennes diffamant cet Etat..."

Le Bureau National de Vigilance Contre l'Anntisémitisme, (BNVCA) dont le président est... Mr Sammy Gozlan, est une officine qui s'est auto proclamée responsable de la surveillance des actes antisémites commis sur le territoire de la République laïque, faisant souvent l'amalgame entre antisémitisme et antisionisme, ce qui rend les statistiques émises par ce bureau pour le moins douteuses. Il n'a aucun caractère institutionnel bien qu'il essaie par tous les moyens de le faire croire et d'imposer ses statistiques sur les actes de discrimination à l'égard des français de confession israélite comme étant les seules valables. ll s'en vante d'ailleurs sur son site dans sa rubrique présentation :

"Il est intéressant d'observer que les médias nationaux (Le Parisien, le Figaro, le Nouvel Observateur, M6, France 5…) et internationaux (BBC World, NBC, Aroutz 2, Yedioth Aharonoth, Vanity Fair…) ainsi que les médias communautaires (Actu J, Tribune Juive, l'Observatoire du Monde juif…) se réfèrent eux-mêmes aux sources d'information de ce Bureau de Vigilance pour tout ce qui concerne les actes hostiles à la communauté juive...."

Ce bureau a été crée, comme indiqué dans cette présentation ::

"En avril 2002 par les CCJ de la région parisienne. Dirigé par Sammy Ghozlan, président du CCJ 93 et commissaire de police honoraire, ce Bureau continue sous une forme beaucoup plus structurée le combat qui avait été commencé par les CCJ dès le début de la seconde Intifada pour faire face à toutes les formes d’agression et d’hostilité antijuives et anti-israéliennes dont les départements de la région parisienne ont été les premières à souffrir. Son action s’inscrit dans la continuité de la Cellule de Crise constituée par Roger Pinto et Sammy Ghozlan au plus fort des événements d’octobre 2000.

Nous estimons à plus de 500 le nombre d’interventions des CCJ en région parisienne depuis octobre 2000. Du 1er avril au 31 décembre 2002, ce sont 232 déclarations (82% écrites et 18% verbales), référencées, archivées et informatisées (voir liste jointe), qui ont été enregistrées par le BVCA, auxquelles il faut ajouter une soixantaine d’actions de prévention, de protestation et même de lobbying effectuées spontanément à l’initiative des CCJ auprès des pouvoirs publics, des élus, des médias et d’institutions diverses...."

En ce qui concerne son soutien indéfectible à Israël, on peut lire toujours dans sa rubrique présentation :

"...Israël : communication et «public relation» tous azimuts auprès des élus, des instances et des médias locaux et départementaux pour défendre l'image d'Israël – qui est la cible directe de nos adversaires...."

"...Il ne faut pas oublier également que les CCJ ont la possibilité de prendre un certain nombre d'initiatives (par exemple le «lobbying» en faveur d'Israël) sur le terrain desquelles les institutions centrales ne peuvent se risquer sans dommage..."

Ce qui vient confirmer ce qui était écrit dans l'article de Guysen International News cité plus haut. Il ne faut pas s'étonner ensuite que certains déséquilibrés confondent Sionisme et Judaïsme et s'en prennent stupidement à des édifices, écoles et centres religieux. A qui la faute ? Qui pousse au passage à l'acte ? Qui incite pour reprendre le vocabulaire favori de Gozlan ?

La plainte déposée semble donc le fait d'une initiative de Sammy Gozlan, derrière la vitrine d'officines Sionistes qu'il dirige et manipule. Pour le compte de qui ?

Qui est Sammy Gozlan ?

Ancien commissaire de police - il a donc ses entrées au ministère de l'intérieur où il peut faire "son lobbying" sous étiquette CCJ 93, ou BNVCA - Sammy Gozlan fait partie de la cellule opérationnelle du BNVCA. C'est le flic en chef du Lobby Macarthyste Sioniste qui sème la terreur à Paris et en région parisienne en agitant le spectre d'un procès contre quiconque ose critiquer les crimes de guerre commis par Israël, et soutenir les victimes palestiniennes, et en brandissant bien sûr, l'arme fatale de l'antisémitisme. Gozlan est en fait un ami et l'un des porte parole informels des colons Sionistes installés en Cisjordanie occupée, qui diffuse leur propagande coloniale raciste sur un groupe de médias basé en Cisjordanie occupée, dont un site internet Arouts 7 en français devenu Actu.Co.II -ww.actu.co.il Un rapide coup d'oeil sur ce site donne un aperçu de la "tendance" en matière d'information.

Sammy Gozlan tient une rubrique intitulée " les chroniques de Sammy Gozlan" sur ce site web des colons de Cisjordanie Arouts 7/Actu.Co.Il.

Accepter de tenir des chroniques sur ce site c'est bien sûr être d'accord avec sa ligne éditoriale, et les positions de ceux qui gèrent ce groupe de médias. Qui plus est, étant donné que ce groupe est basé en Cisjordanie occupée, Sammy Gozlan affiche donc ainsi publiquement son soutien pour les colons Sionistes qui occupent illégalement les terres palestiniennes. Les colonies sont considérées en droit international comme illégales et le fait de transférer sa population pour une puissance occupante dans les territoires qu'elle occupe, est qualifié de crime de guerre. Donc Mr Gozlan soutient et participe indirectement à ce crime de guerre d'Israël.

On comprend mieux maintenant pourquoi les actions de boycott contre les produits israéliens estampillés "made in Israël" et vendus comme tels en grandes surfaces alors qu'ils proviennent pour certains des colonies sionistes de Cisjordanie occupée rendent Sammy Gozlan furieux au point qu'il use et abuse de son autorité à la tête du CCJ 93 et du BNVCA pour porter plainte en manipulant l'accusation d'antisémitisme ( "inciter à des actes anti juifs dans le pays")

Quels intérêts défend t-il en portant plainte ?

Celui de ses amis colons d'Arouts 7 ?

Il serait intéréssant d'enquêter pour savoir si ces "chroniques" publiées sur un média appartenant à des colons Sionistes de Cisjordanie occupée, le sont à titre gracieux, ou si elles sont rémunérées ?

Pour plus d'informations sur les actions pour le boycott en IDF voir le Site d'Europalestine

Actualisation 30/03/09

Selon un article du Jpost du 30/03/09, l'Association des Producteurs d'Israel se plaint d'avoir perdu des marchés et clients étrangers à la fois à cause de la récession économique mondiale mais aussi à cause de la campagne de boycott réactivée après l'Opération Plomb Durci contre Gaza. C'est surtout en Grande Bretagne et dans les pays scandinaves qu'ils rencontrent les plus grandes difficultés à vendre leurs produits "Fabriqué en Israël". 21% des producteurs israéliens avouent rencontrer des difficultés à vendre leurs produits à cause du boycott.

Le boycott ça marche, donc renforçons le !

Mardi 24 Mars 2009
Myriam Abraham

Source :
http://www.planetenonviolence.org

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 21:13

COMMUNIQUÉ DE LA LIGUE DES DROITS DE L HOMME

Le 9 avril 2009
 
« Double peine » pour Patrick Mohr

Le TGI d’Avignon vient de condamner Patrick Mohr à une amende de cinq cents euros avec sursis et un euro de dommages et intérêts pour chacun des CRS interpellateur pour « préjudice moral ».

Même s’il s’agit d’une peine de principe, assortie d’une relaxe partielle concernant les délits « d’outrage et d’incitation à l’émeute », il est difficilement compréhensible que celui qui a déjà subi, moralement et physiquement, devant dix-neuf témoins, le 21 juillet 2008, une interpellation abusive et marquée par des violences policières que rien ne justifiait, subisse en plus une condamnation que la Ligue des droits de l’Homme estime profondément injuste.

Cette affaire vient confirmer l’inquiétude de la LDH face à la multiplication des procédures de délit d’outrages et rébellion le plus souvent sans fondement. Elle ne peut manquer de rapprocher cette décision du dernier rapport d’Amnesty International faisant état de l’aggravation des faits de violences policières et de la relative impunité des auteurs de celles-ci.






Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 21:03

Affaire Coupat : nouvelle atteinte à la liberté d'expression, un éditeur entendu par l'antiterrorisme.

Eric Hazan, patron des éditions La Fabrique, a été entendu ce jeudi matin pendant trois heures trente par la sous-direction de l'antiterrorisme (SDAT) de la Police judiciaire. Il est l'éditeur d'un livre signé d'un mystérieux « comité invisible » et intitulé « L'insurrection qui vient ».

Les enquêteurs, qui soupçonnent Julien Coupat d'en être l'auteur, espèrent en apporter la preuve, ce qui permettrait selon eux d'étayer les accusations pesant sur le présumé terroriste.

Eric Hazan a été convoqué hier par un coup de téléphone, à la suite, semble-t-il, d'une commission rogatoire.

Il s'est présenté ce jeudi matin à la sous direction antiterroriste, où les enquêteurs l'auraient questionné sur deux points : les liens qu'ils soupçonnent entre « L'insurrection qui vient » et Julien Coupat, et ceux entre le jeune militant, ce livre et la fameuse affaire des caténaires.

Le livre est cité trois fois dans un rapport de l'antiterrorisme.

La police a très vite confié aux médias une très forte présomption de paternité de Coupat pour cet écrit, qui semble faire office de pièce à conviction. Mais à l'époque, aucun élément de preuve n'a filtré pour étayer ces accusations.

On les trouve dans la retranscription d'un rapport de synthèse de la SDAT destiné au procureur de la République de Paris. Le document faisait le point sur l'état d'avancement de l'enquête, en rappelant les faits et en détaillant le profil des différentes personnes soupçonnées.

« L'insurrection qui vient » est cité à trois reprises sur quatorze pages. A chaque fois, les policiers sont catégoriques : Julien Coupat en est le principal auteur, et les autres suspects sont aussi membres du « comité invisible ». Les enquêteurs n'étayaient pas leurs affirmations, écrivant simplement que leur enquête a « établi » que les suspects ont écrit l'ouvrage, sous la direction de Coupat.

Selon la police, l'ouvrage a « été rédigé sous l'égide de Julien Coupat »

La première mention intervient dès le deuxième paragraphe de la première page :

« Ce groupe constitué autour de son leader charismatique et idéologue, le nommé Julien Coupat, […] obéit à une doctrine philosophico-insurrectionnaliste qui ayant fait le constat que la société actuelle est “ un cadavre putride ” (tel qu'il est mentionné au sein du pamphlet intitulé “L'Insurrection qui vient” signé du Comité invisible, nom du groupe constitué autour de Julien Coupat) a décidé d'user des moyens nécessaires pour se “ débarrasser du cadavre ” et provoquer la chute de l'Etat.

Les cibles désignées dans cet ouvrage dont il a été établi dans la présente enquête qu'il avait été rédigé sous l'égide de Julien Coupat étant, de manière récurrente, tout ce qui peut être, par analogie, défini comme un « flux » permettant la survie de l'Etat et la société de consommation qu'il protège.

Sont ainsi cités dans cet opuscule, avec insistance, le réseau TGV et les lignes électriques comme autant de points névralgiques par le sabotage desquels, les activistes peuvent, à peu de frais, arrêter plus ou moins durablement les échanges de biens et de personnes et ainsi porter un coup au système économique qu'ils combattent. »

La seconde mention, sur la quatrième page, reprend les mêmes arguments que dans ce dernier paragraphe.

Un témoin l'affirme : le comité invisible, c'est Coupat et les autres.

La troisième et dernière, à la fin du document, est la plus intéressante, puisqu'elle figure dans la conclusion du rapport :

« L'ensemble des investigations menées depuis le 16 avril 2007 sur le nommé Julien Coupat ont donc permis de mettre au jour les agissements d'un groupe d'activistes reliés à la mouvance anarchoautonome et désirant se livrer par différentes formes d'actions violentes à la déstabilisation de l'Etat.

Ces conclusions sont largement confirmées par les déclarations formées par un témoin désigné sous le numéro (…) qui, entendu sous X… durant le temps de la garde à vue, confirmait l'existence d'un groupe formé à partir de 2002 autour d'un leader charismatique, le nommé Julien Coupat avec pour principale implantation la ferme « Le Goutailloux » et ayant pris la dénomination de « Comité invisible, sous-section du parti imaginaire ».

Ce groupe se présentant comme « le plus apte à détruire le monde et à en reconstruire un neuf » étant le rédacteur final d'un pamphlet principalement rédigé par Julien Coupat et intitulé L'Insurrection qui vient. »

Ces lignes montrent bien à quel point le fait que Coupat et les autres soient les auteurs du texte était, à l'époque, primordial pour les enquêteurs antiterroristes. On ne sait pas si, depuis, ils ont recueilli d'autres éléments dans ce sens.

Eric Hazan assure que pendant son interrogatoire, les enquêteurs n'ont évoqué « aucune preuve » sur la paternité du livre. Contactés, le parquet de Paris et le ministère de l'Intérieur n'ont pas voulu faire de commentaires sur l'audition de l'éditeur.

Me Antoine Comte : « Du jamais vu depuis la guerre d'Algérie »

Dans un communiqué, La Fabrique s'insurge contre « cette tentative d'impliquer un livre et un éditeur dans une association de malfaiteurs terroristes [qui] constitue une grave atteinte à la liberté d'expression », et précise :

« N'étant pas témoin des faits instruits dans cette affaire, Eric Hazan a répondu qu'il n'était pas dans son rôle de combler le vide du dossier.

S'il existe des éléments dans « L'Insurrection qui vient » enfreignant les lois sur la presse, Eric Hazan est prêt à en répondre devant les tribunaux compétents. »

Avocat d'Eric Hazan, Me Antoine Comte trouve dangereux que « ce livre, qui n'a fait l'objet d'aucune procédure en matière de presse, soit inclus dans une instruction pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. On n'a pas vu ça depuis la guerre d'Algérie ».





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 20:55

www.humanite.fr

Article paru le 18 février 2009

Renault condamné pour discrimination syndicale

Justice . La Cour de cassation a donné raison à Roger Silvain, ancien délégué syndical CGT, en condamnant l’entreprise à lui verser 210 681 euros.

« Je suis de la race de ceux qui vivent debout, pas à genoux », prévient d’emblée Roger Silvain. Entré à l’âge de quinze ans chez Renault comme apprenti ajusteur au lendemain de la guerre, il y a travaillé jusqu’à son départ à la retraite, en 1987. Durant ses quarante ans de carrière, marquée par un très fort engagement syndical et politique - il fut délégué syndical CGT, puis secrétaire du comité central d’entreprise, puis élu membre du conseil d’administration de Renault -, il a vu ses camarades de promotion gravir les échelons professionnels, tandis que lui, n’ayant jamais reçu aucune proposition d’avancement, terminait sa carrière au poste où il l’avait commencée : ouvrier ajusteur, catégorie P3. « C’était difficile, mais on savait que quand on était militant syndical, on était brimé. C’était le prix de la lutte. Si c’était à recommencer, je ferais pareil, et même plus ! »

En 2001, le vote de la loi du 16 novembre contre les discriminations et la signature d’un accord de méthode - décident Roger Silvain, alors âgé de soixante-dix ans, à demander réparation du blocage d’évolution professionnelle dont il avait été victime. Devant le mépris dont fait preuve la direction de Renault, qui refuse de reconnaître la discrimination et lui propose 2 200 euros, il saisit le conseil des prud’hommes, qui le déboute, puis la cour d’appel de Versailles, dont la Cour de cassation valide définitivement le jugement, ce 9 février : Renault devra verser à Roger Silvain 210 681 euros de réparation, correspondant au manque à gagner par rapport au salaire et à la retraite qu’il aurait dû toucher en ayant une progression professionnelle normale.

« Je suis allé au tribunal parce que je ne voulais pas faire ce plaisir à la direction, d’aller mendier quelques euros. Plutôt mourir que de me coucher devant eux », explique Roger Silvain, de sa voix claire et déterminée. Est-il satisfait de la décision ? « Je savais que ce serait long, je m’attendais à au moins dix ans de procédure. Heureusement que le syndicat (CGT des retraités) m’a aidé pour les frais de justice ; d’ailleurs, je leur ai donné 10 % de ce que j’ai obtenu. Le plus intéressant, dans cette affaire, c’est que la cour a pris pour la première fois en compte les pertes sur la retraite. »

Une belle avancée dans le long combat des salariés contre les discriminations dont ils sont trop souvent l’objet, et qui, espérons-le, ne manquera pas d’inspirer la HALDE (Haute autorité pour la lutte contre les discriminations), présidée par Louis Schweitzer ; celui-là même qui en 2002, lorsque Roger Silvain a engagé son combat, était président— directeur général de Renault France.

Victoire Tuaillon




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 19:44

Conférence-débat de David Ray Griffin

 

www.reopen911.info

Le vendredi 17 avril 2009 - 19h30, à Saint-Ouen

Programme de cette soirée exceptionnelle :

19h30: début de la présentation de M. Griffin, (traduite en français de l´anglais)

20h40- 21h: questions du public - réponses de M. Griffin

21h30 - 23h45 : projection en avant-première du film Loose Change Final Cut (version française, durée: 2h10)

À l´Espace 1789 Saint-Ouen - 2/4 rue Alexandre Bachelet - 93400 SAINT-OUEN

 

Métro : ligne 13 - Stations Garibaldi ou Mairie de Saint-Ouen
RER : ligne C - Station Saint-Ouen puis Bus 173 ou 174 - Station Mairie de Saint-Ouen

David Ray Griffin (*) : « De nombreuses personnes (y compris les politiciens et les journalistes) se sont fait une opinion sur le 11-Septembre et sur le mouvement pour la vérité sur le 11/9, il y a déjà longtemps, quand il leur paraissait y avoir peu de raisons de douter de l'honnêteté de l'administration Bush et que ce mouvement contestataire pouvait être caricaturé, sans trop d'exagération, comme une bande de gosses sur Internet... »

« Pourtant, nous disposons maintenant de preuves abondantes que l'administration Bush-Cheney a enfreint la loi à plusieurs reprises et formulé des mensonges ayant entraîné la mort d'au moins un million de personnes. Le mouvement pour une nouvelle enquête indépendante est maintenant mené par des scientifiques et de nombreux professionnels de la société civile, comme le montre l'apparition de diverses organisations ; citons par exemple : les Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11/9 , les Pompiers pour la vérité sur le 11/9, les Juristes pour la vérité sur le 11/9 , les Professionnels de la Santé pour la vérité sur le 11/9, les Pilotes pour la vérité sur le 11/9, les Dirigeants politiques pour la vérité sur le 11/9 , les Responsables religieux pour la vérité sur le 11/9, les universitaires (comme "Scholars for 9/11 Truth and Justice" qui comprend un grand nombre de scientifiques) et des Anciens militaires ou
vétérans de guerre pour la vérité sur le 11/9. Le mouvement comprend également plusieurs anciens officiers du renseignement. »

« Grâce à ces professionnels, les éléments de preuve sont accablants : la version officielle du complot est fausse. La seule difficulté est d'amener les gens à s'intéresser à ces éléments de preuve. Car une fois qu'ils sont disposés à le faire, ils s'aperçoivent vite que l'histoire officielle ne tient tout simplement pas la route. »

« Enfin, le remplacement de l'administration Bush par celle d´Obama est important à trois égards. Tout d'abord, les éventuels "whistleblowers" (dénonciateurs d'abus) pourraient avoir moins peur de se faire connaître. Deuxièmement, les médias pourraient devenir plus enclins à dévoiler les dizaines de contradictions et autres problèmes que recèle le mythe officiel.. Et troisièmement, il reste, à minima, la possibilité d'une véritable enquête. Les deux pétitions des associations Responsables religieux pour la vérité sur le 11/9 et Dirigeants politiques pour la vérité sur le 11/9, par exemple, se terminent en demandant au Président Obama d'autoriser la création d´une nouvelle enquête, véritablement indépendante. . »

(*) Professeur émérite de philosophie des religions et de théologie, co-directeur du Centre pour les études de la Méthode à l'école de théologie de Claremont, David Ray Griffin a publié 34 livres, principalement sur le problème du mal et sur la relation entre la science et la religion. Sept de ses ouvrages concernent le 11-Septembre, dont 3 sont traduits en français. Quatre de ces ouvrages ont fait l´objet d´une reconnaissance spéciale : Le Nouveau Pearl Harbor et Omissions & manipulations ont reçu le Prix de la Fondation Hélios en 2006. 11-Septembre, La faillite des médias a obtenu la médaille de bronze dans la catégorie Actualités du Independent Publisher Book Awards 2008.

The New Pearl Harbor Revisited fut sélectionné comme l´un des 50 meilleurs livres de l´année 2008 par Publishers Weekly et comme le « choix de la semaine » en novembre de cette année.



Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 19:32


Victor Hugo et l'Afrique, terre de "légende vaste et obscure"

LE MONDE | 09.04.09 | 14h05

Victor Hugo a-t-il inspiré Henri Guaino, la "plume" du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy ? C'est ce que se demandait l'historien et écrivain congolais Elikia M'Bokolo dans la préface du Petit précis de remise à niveau sur l'histoire africaine à l'usage du président Sarkozy (La Découverte, 2008). Le souffle littéraire en moins, "les mêmes thèmes s'y retrouvent", écrit M. M'Bokolo. Sauf que, soulignait-il, les deux discours ont été prononcés en des temps qui n'ont pas grand-chose à voir l'un avec l'autre. Ainsi, le 18 mai 1879, Victor Hugo prenait la parole à un banquet commémoratif de l'abolition de l'esclavage, trente et un ans plus tôt :

"Quelle terre que cette Afrique ! L'Asie a son histoire, l'Amérique a son histoire, l'Australie elle-même a son histoire qui date de son commencement dans la mémoire humaine ; l'Afrique n'a pas d'histoire ; une sorte de légende vaste et obscure l'enveloppe. Rome l'a touchée pour la supprimer ; et quand elle s'est crue délivrée de l'Afrique, Rome a jeté sur cette morte immense une de ces épithètes qui ne se traduisent pas : Africa portentosa. (qui tient du prodige, merveilleuse). (...) Les hardis pionniers se sont risqués et, dès leurs premiers pas, ce sol étrange est apparu réel. (...) Cette Afrique farouche n'a que deux aspects : peuplée, c'est la barbarie, déserte, c'est la sauvagerie, mais elle ne se dérobe plus. (...)

Au dix-neuvième siècle, le Blanc a fait du Noir un homme ; au vingtième siècle l'Europe fera de l'Afrique un monde. Refaire une Afrique nouvelle, rendre la vieille Afrique maniable à la civilisation, tel est le problème. L'Europe le résoudra. Allez, Peuples ! Emparez-vous de cette terre. Prenez-la. A qui ? A personne. Prenez cette terre à Dieu. Dieu donne la terre aux hommes. Dieu donne l'Afrique à l'Europe. Prenez-la."

Article paru dans l'édition du 10.04.09



 



Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens