Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 21:08


http://www.soutien-sabrina.org/phpPetitions/index.php?petition=2

PETITION DE SOUTIEN A SABRINA TROJET ETUDIANTE EN THESE LICENCIEE POUR FAUTE PROFESSIONNELLE SOUS PRETEXTE DU PORT D’UN VOILE

Sabrina est en troisième année de doctorat au laboratoire de microbiologie et de génétique moléculaire (LMGM) à Toulouse. Depuis son Master I elle porte le voile. Elle a passé le concours d'allocataire ministérielle de recherche en septembre 2006 et obtenu une bourse gérée par l’Université Toulouse III qui lui a permis de commencer sa thèse. A aucun moment il n'a été fait allusion au foulard qu'elle portait. Pendant deux ans et demi elle a mené une vie sociale normale.

Le 26 février 2009, à 7 mois de sa soutenance de thèse, Sabrina est licenciée pour faute professionnelle sans préavis ni indemnité, sans convocation préalable devant une commission disciplinaire. Pour port de voile, elle est accusée d'avoir troublé l'ordre public et porté atteinte à la liberté de conscience de ses collègues.

Depuis cette date, Sabrina est une étudiante sans ressources qui non seulement doit rédiger article et thèse avant le mois de septembre mais aussi se démener pour trouver des aides financières. Est il acceptable de faire subir cela à une étudiante à 7 mois de la fin d’un parcours universitaire ayant demandé tant de sacrifices et d’efforts ??

Cette mesure est injuste et sans fondements. Considérant que l'université doit être un lieu d'études ouvert à toutes et tous, quelque soit l'origine sociale ou culturelle, les convictions politiques ou religieuses, et considérant la façon dont Sabrina a été exclue de fait de ses études, nous exigeons de la présidence de l'Université Paul Sabatier l'annulation de cette mesure disciplinaire et qu'il ne soit dorénavant posé aucun obstacle au bon déroulement futur du travail de thèse de Sabrina.

Le Comité de Soutien et Le Collectif Génération Spontanée

contact: 06.66.85.56.38 -
comitesoutiensabrina@gmail.com

Signer la pétition - Voir les signataires






Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 21:05

Monsieur le Président de la République,

Vous aviez annoncé que vous traiteriez tous les cas de citoyens français détenus ou emprisonnés dans d’autres pays. Nous constatons d’ailleurs que vous avez en général tenu cet engagement. A une seule exception que nous n’arrivons pas à comprendre : celle d’un jeune franco-palestinien de 25 ans. Celui-ci est retenu dans une prison israélienne, située en Cisjordanie, donc une colonie, au mépris du droit international.

Il n’a jamais été démontré aucun acte délictueux de la part de ce jeune homme. La loi israélienne l’a obligé à plaider coupable pour être sanctionné de la peine la moins élevée possible, soit sept ans de prison. Mais jamais une procédure policière ou de justice n’a pu démontrer les faits qui lui sont reprochés.

C’est la raison pour laquelle, le journal « l’Humanité » a décidé de mener campagne pour sa libération.

Un comité de soutien très pluraliste, trans-partis français, anime également une campagne pour sa libération. Des élus d’opinions diverses ont décidé de faire de Salah Hamouri, citoyen d’honneur de leur ville.

La maman de Salah Hamouri, Mme Denise Hamouri, une femme remarquable, courageuse, posée, réfléchie, qui réside de temps en temps en France dans la région lyonnaise, participera à l’une de ces cérémonies le 16 mai prochain, initiée par le maire de Grigny, M. Balme. A cette occasion, Mme Denise Hamouri séjournera en France, du 15 au 18 mai.

J’ai l’honneur de vous proposer de la recevoir durant cette période, comme vous l’avez fait pour toutes les autres familles qui ont eu l’un de leur proche emprisonné dans un autre pays.

Certain, Monsieur le Président de la République, que cette requête retiendra toute votre attention,

Avec toute ma gratitude, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes salutations respectueuses.

Patrick Le Hyaric

Directeur de l’Humanité





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 20:55

PALESTINE 1948 - 2009 RESISTANCE JUSQU'A  LA  LIBERATION  NATIONALE

TOUS AU RASSEMBLEMENT SAMEDI 16 MAI 2009 DE 16H A 18H
CHAMPS DE MARS A PARIS METRO : Bir Hakeim L6 ou Ecole Militaire L8

Le 12 juin 1938, Ben Gourion – fondateur de l’entité sioniste Israël et dirigeant du parti travailliste – déclarait devant l’exécutif de l’agence juive : « Je suis pour le transfert (des Palestiniens). Je ne vois rien là d’immoral ».

Avant même le 29 novembre 1947 jour du vote du plan de partage, les groupes terroristes sionistes, occupent par la force la Palestine alors sous mandat britannique et expulsent les Palestiniens qui résistent. C’est le début du nettoyage ethnique de la Palestine.

Lors de la création de l’entité coloniale en 1947/1948, ce sont 531 villages et plus de 300 hameaux qui ont été rasés de la carte et près de 900 000 palestiniens qui ont été expulsés de leur terre et sont devenus des réfugiés répartis dans 61 camps en Palestine occuppée, en Jordanie, en Syrie et au Liban et ailleurs dans le monde. Ils sont aujourd’hui près de 6,5 millions, les deux tiers du peuple palestinien.

C’est la Nakba – la catastrophe. Contre cette agression qui se traduit par le déracinement violent d’un peuple de sa terre, naît la résistance palestinienne qui aujourd’hui encore se soulève contre cette « catastrophe » qui continue.

De fin décembre 2008 à janvier 2009, l’armée d’occupation sioniste a encore fait près de 7000 victimes dans une guerre totale menée contre le peuple palestinien à GAZA, parmi eux des martyrs et des blessés, la destruction de quartiers entiers laissant des milliers de sans abris.

La colonisation, l’occupation militaire, la construction du mur d’annexion et la judaïsation de Jérusalem avec l’expulsion de sa population palestinienne non juive, l’expulsion des Palestiniens de leurs maisons en Galilée dans les villages non reconnus ou dans le désert du Naqab… c’est ça la réalité du sionisme… qu’il soit du parti travailliste ou du Likoud, depuis sa création en 1897 jusqu’à aujourd’hui, le sionisme n’a qu’un seul objectif, expulser le peuple palestinien de sa terre aidé par les puissances impérialistes étatsunienne, anglaise, française et certains pays arabes.

Face à ce système colonial sioniste, la résistance palestinienne s’est développée très tôt. La charte nationale palestinienne a porté l’espoir de la libération nationale, tout le temps renouvelé et transmis de bataille en bataille, de fédayin en fédayin.

Depuis 1993 et les accords d’Oslo, et jusqu’au dernier sommet d’Annapolis, l’obstacle à une véritable paix est l’Etat d’Israël lui-même, cette entité coloniale qui sur le plan politique essaie de nous diviser entre Palestiniens de l’intérieur et ceux en exil à l’extérieur de la Palestine historique dont l’objectif est d’empêcher une résistance organisée et commune contre l’occupation.

En janvier 2006, les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie, seulement, (car les Palestiniens des territoires occupés en 1948 et les réfugiés en exil, n’ont pu voter), ont refusé majoritairement les accords d’Oslo et la perspective des deux Etats et ont voté massivement pour que le Hamas entre au gouvernement.

Mais au delà du Hamas et des autres organisations de résistance, c’est bien la volonté du peuple palestinien et surtout sa volonté de résistance qu’Israël veut anéantir. Les massacres commis par les sionistes de Deir Yassine, Qibya, Kafr Kassem, Sabra et Chatila, Jenine, à Gaza portent toujours la même marque de fabrique, une marque que  Tzipi livni – ministre israélienne des affaires étrangère – au début de la guerre à Gaza a brandi clairement en s’adressant aux Palestiniens, aux pays arabes et aux musulmans en leur disant qu’il « faut accepter ce qu’Israël propose sinon ils subiront le même sort que Gaza ».

La résistance de notre peuple et surtout la résistance armée à Gaza et la défaite de l’ennemi sioniste au Liban en juillet/août 2006 viennent nous confirmer que l’Etat d’Israël n’est pas invincible, qu’il faut soutenir et renforcer la résistance.

Notre peuple continue sa lutte à Um el Fahm, dans le triangle, à A’aka, à Gaza et partout en Palestine occupée : la résistance est notre seule garantie pour la reconnaissance,  le respect de nos droits légitimes et leur application.

Non la charte palestinienne n’est pas CADUQUE, car l’occupation de la Palestine de la mer au Jourdain est toujours bien réelle. Tant que durera l’occupation, la charte nationale palestinienne sera d’actualité et la résistance sera la seule réponse jusqu’à la libération totale de la Palestine, pour en finir avec cet Etat colonial.

Nous vous demandons de nous soutenir pour le droit au retour de tous les réfugiés expulsés depuis 1947/1948 sur leur terre et dans leurs foyers d’origine, le respect du droit à la résistance du peuple palestinien, le droit à l’instauration d’un Etat souverain et indépendant avec Jérusalem pour capitale, le droit à l’autodétermination, le démantèlement de toutes les colonies israéliennes et du mur d’annexion, la fin de la politique d’apartheid contre notre peuple, la libération de tous les prisonniers palestiniens des prisons de l’occupation et le Boycott d’Israël à tous les niveaux

Signataires : Association des Palestiniens en France AL JALIYA, Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS), Abnah Philistine, Comité palestinien pour le droit au retour

Pour tout contact : apf_paris@yahoo.fr / tel : 06 11 67 91 02




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 20:27

La campagne pour les élections européennes, qui se dérouleront le dimanche 7 juin, a commencé. Comme nous l'avions indiqué publiquement, nous avons adressé une demande à tous les partis (sauf à la droite et à l'extrême-droite), leur demandant d'intégrer dans leur campagne le boycott d'Israël, seul moyen de combattre concrètement l'impunité dont bénéficie Israël, face à  la colonisation, le nettoyage ethnique et l'occupation qui se poursuivent et s'aggravent en Palestine.

Ce boycott, réclamé par la société civile palestinienne et par des opposants israéliens de plus en plus réprimés, est la seule arme pacifique citoyenne dont nous disposons, puisque nos gouvernements sont engagés dans la collaboration avec le terrorisme d'Etat israélien. Ce qui est particulièrement grave pour nous tous. Pour les Palestiniens, privés de liberté depuis des décennies, pour les Israéliens transformés en brutes sans conscience et sans perspective, pour l'Europe qui s'abîme dans des relations privilégiées avec des criminels de guerre, pour les contribuables européens qui ne cessent de payer la facture des destructions israéliennes dans les territoires palestiniens, et pour la paix dans le monde, qui ne peut exister en même temps qu'une telle négation des valeurs de liberté et d'égalité. Un seul parti a répondu positivement à cette demande : le NPA, Nouveau Parti Anticapitaliste (animé notamment par Olivier Besancenot).

Ses candidats se prononcent clairement pour le Boycott, le Désinvestissement et des Sanctions contre Israël, tant que cet Etat bafouera le droit international et les droits de l'Homme. La vidéo que voici montre que les candidats du NPA accordent leurs actes à leurs idées : http://www.europalestine.com/spip.php?article4089 , et ceci est de plus en plus rare dans le monde de la politique.

C'est pourquoi EuroPalestine a choisi de les soutenir et de les encourager dans leur campagne, qui dénonce par ailleurs toutes les fomres d'exploitation, de racisme, d'invasion et de pillages, en Europe comme dans le reste du monde.

Le Parlement Européen doit compter davantage d'élus capables de soutenir les droits du peuple palestinien, de ne pas céder aux pressions constantes exercées par le lobby.

En 2004, en l'absence de toute volonté politique de porter cette question cruciale de la Palestine, notre association, EuroPalestine avait présenté une liste de candidats dans la région d'Ile de France, malgré le coût énorme d'une telle opération (plus de 100 000 euros non remboursés, pour une seule des 8 circonscriptions). Une campagne très honorable malgré l'absence de couverture madiatique.

En 2009, nous sommes enfin relayés par un parti qui a plus de poids et de moyens que notre association. C'est bien sûr la conséquence de l'aggravation du massacre du peuple palestinien, en particulier les tueries perpétrées par l'armée israélienne à Gaza,  qui ont révolté une grande partie de la population. C'est aussi parce qu'un nombre croissant d'hommes et de femmes, après les grandes manifestations de janvier, sont restés mobilisés, et participent activement à la campagne de boycott d'Israël dans toute l'Europe. Ils montrent l'exemple à ceux qui prétendent les représenter, mais qui sont le plus souvent absents quand il s'agit de s'opposer dans les faits à Israël et à ses soutiens.

En 2004, Dieudonné faisait partie de la liste EuroPalestine, parce que Dieudonné défendait des principes. Il s'était présenté contre le Front national à Dreux, et il avait eu le courage de monter au créneau contre les colons israéliens.Le lynchage médiatique, dont il fut alors victime, l'a amené à faire des choix que nous condamnons, et qui n'ont rien à voir avec la cause palestinienne. Nous l'avons dit publiquement dès notre rupture avec Dieudionné en septembre 2004. La Palestine ne saurait être un tremplin pour assouvir ses rancoeurs et encore moins un paillasson sur lequel on s'essuie les pieds en compagnie de racistes comme Le Pen.

Comment peut-on s'afficher et faire équipe avec un politicien qui se vante d'avoir torturé en Algérie, qui reconnait aux Noirs le seul mérite de "courir plus vite", qui déteste autant les juifs que les arabes, et qui préconise l'expulsion de tous les immigrés ? Il ne suffit pas de se dire "antisioniste" pour mériter la confiance de ceux qui réclament plus de justice. Les sionistes se frottent au contraire les mains d'avoir un tel "adversaire", grand ami de racistes et négationnistes. Les ennemis de nos ennemis ne sont pas toujours nos amis. Soyons cohérents : nous combattons le sionisme parce que c'est une forme de racisme, qui consiste à exclure tous ceux qui ne sont pas juifs d'une terre conquise par la violence. Ce n'est pas pour encourager d'autres formes de racisme.

Continuons à lutter ensemble, au nom des valeurs antiracistes qui sont les nôtres, en développant la campagne de boycott qui a pris un essor irréversible (voir sur notre site les actions menées à Strasbourg, à Nice, à Lille, à Lyon, à Bordeaux... mais aussi dans le reste de l'Europe) et en refusant que les Lieberman de tous poils décident de notre sort . (Pour voir la manifestation anti-Lieberman de mardi dernier à Paris  : http://www.europalestine.com/article.php3?id_article=4080 )






Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 20:02


Pourquoi je ne voterai pas pour Dieudonné.

Cela faisait longtemps que j’avais envie de donner un avis sur la candidature de Dieudonné aux Européennes qui auront lieu le 07 juin prochain ; même si je vous l’accorde personne ne m’a demandé de le faire. Je pense que lorsqu’on consacre une partie de sa vie à lire et à s’informer cela devient nécessaire d’avoir la possibilité de donner un avis de citoyen et c’est aussi cela l’incroyable privilège d’avoir des sites alternatifs qui donnent la parole à d’autres voix ; merci donc à Alterinfo de me laisser la parole même si je sais très bien que mon positionnement ne correspond pas à celui de son directeur de publication.

Jusque-là, j’attendais de voir comment cette candidature allait aboutir. Les choses étant désormais claires puisqu’on connaît depuis le vendredi 08 mai la plupart de ses colistiers ; je me sens prête à exposer mon point de vue. L’honnêteté voudrait que je dise que les précisions apportées par Dieudonné vendredi dernier n’ont strictement rien changé à un positionnement parfaitement clair depuis déjà fort longtemps, bien avant l’annonce de sa candidature si ce n’est, que les noms de la liste présentés par le PAS n’a fait que le renforcer.

La première des choses que je souhaite faire je crois est de redonner du sens aux mots ; parce que c’est peut-être cette démarche intellectuelle qui manque le plus cruellement dans la société de 2009. Lorsque nous parlons ou nous écrivons nous devons être capables de traduire au plus près - par l’usage de mots appropriés - ce que nous pensons de telle sorte que tout un chacun puisse identifier la nature exacte du message que nous désirons envoyer. C’est de l’ordre du respect pour sa propre pensée mais aussi de l’ordre du vivre ensemble. La réalité aujourd’hui est que ni ceux qui s’expriment ne font l’effort de l’exigence par rapport au choix méticuleux des mots qu’ils utilisent ; ni ceux qui lisent ces messages n’ont le souci  de lire et d’interpréter la nature du message pour ce qu’il est et ce qu’il dit réellement ; c’est un vrai problème parce que cela ne fait que traduire une constante incompréhension des uns et des autres de telle sorte que si, depuis l’avènement d’Internet, on ne s’est jamais autant «  parlé » par voie électronique on ne sait, dans le même temps, jamais autant mal compris. C’est presque à un monologue perpétuel auquel on assiste tant chacun est emprisonné dans les propres barrières de son langage et de ses convictions premières  et, nous assistons au final, à un appauvrissement des idées et de la pensée.

Quand je choisis de m’exprimer, je choisis un mot pour une raison précise parce qu’il évoque au plus près ce que je pense et ce que je veux exprimer ; c’est une exigence que j’ai vis-à-vis de moi-même et ma démarche est la même quand je lis une pensée formulée par quelqu’un d’autre ; j’essaie d’avoir  l’honnêteté de ne pas déformer le message délivré par l’auteur. Il me revient ensuite évidemment le droit d’être d’accord ou non avec ce qui a été dit. Pourquoi faire cette mise au point par rapport au cas Dieudonné ? Parce que je crois qu’on peut soutenir Dieudonné eu égard au fait que sa liberté d’expression en tant qu’artiste est dangereusement bafouée ; on peut dénoncer les méfaits du sionisme et en même temps dire, en toute conscience, qu’on choisira de ne pas voter pour sa liste aux prochaines élections et cela pour des raisons qui elles aussi doivent être audibles.

Je veux remonter un peu dans le temps. Dieudonné fait un sketch chez Fogiel en 2006 et dans la minute qui suit, toute une machine de destruction s’est enclenchée;  ce fut un raz de marée nauséabond rarement égalé dans notre pays. J’oserais employer une sémantique fréquemment employée pour Israël envers les Palestiniens « une réponse disproportionnée » comme seule l’entité sioniste est capable d’en faire vis-à-vis de peuple.  Ravageuse, destructrice, bref une riposte qui sème le chaos là où elle passe. Je rappelle que nous étions dans le cadre d’un artiste qui faisait un sketch sur une scène! Je pense que cela a tout son sens de rappeler ce point … D’où la seule et unique question qui vient à l’esprit : de quelle liberté d’expression parle t-on dans ce pays ? D’une liberté d’expression qui est sans contrainte pour certains et, qui au contraire devient parfaitement intolérable lorsque d’autres osent en user. Tout le côté intolérable, dans cette histoire « dieudonnesque » - en dehors du fait que les procédés mis en place soient par essence totalement intolérables - vient de cet éternel et insupportable deux poids deux mesures, dans l’usage que les citoyens ont la permission ou non,  de faire de leurs droits pourtant pleinement garantis par les lois constitutionnelles de ce pays.

Par analogie, lorsqu’on reprend tout le dossier de presse sur les fameuses caricatures du prophète Mohamed en 2005,  on voit bien comment on est dans une démarche strictement inverse à celle usée vis-à-vis de Dieudonné. Tous les bien-pensants de ce pays sont montés au créneau  et  le mantra national a été dans ce cas précis : « La liberté d’expression est en danger… » ; « Luttons pour défendre la liberté d’expression » ; « Vive la liberté d’expression » etc. etc. Alors que des années après la publication de ces dessins, nous savons fort bien et cela, parce que des articles fort pertinents nous ont éclairés en nous montrant ce qui se cachaient réellement derrière ces caricatures,  rien de moins qu’une vaste opération de propagande visant à promouvoir la « guerre des civilisations… »

La rhétorique du deux poids deux mesures est infiniment bien connue et fort dérangeante (et c’est un euphémisme) pour les consciences éclairées qui ne cessent de voir leur libre expression chaque jour un peu plus menacée par des lois liberticides que les Français semblent pourtant étrangement peu enclins à dénoncer...

Face à ce lynchage en règle, Dieudonné  qui possède un vrai talent artistique a eu du ressort et il n’a pas manqué de le montrer dans les différents spectacles qui ont suivi son bannissement. Le problème est que (du moins c’est ce que je pense) lorsque vous vous retrouvez dans une situation comme la sienne  totalement insensée « d’ennemi public n°1 » vous n’êtes plus tout à fait maître de votre destin et que pour exister vous en venez à agir et à prendre des décisions pour lesquelles vous ne pouvez plus mesurer l’ensemble des conséquences. Et je pense que c’est ce qui s’est produit ; c’est pourquoi je reste convaincue que Dieudonné aurait dû partir sur une île déserte pendant quelques temps pour réfléchir à la situation dans laquelle il se trouvait et à tout ce qu’elle impliquait pour lui, ainsi que pour l’avenir de son art dont il a montré plus d’une fois que c’était du grand art.

Selon moi, il n’a pas eu ce recul nécessaire, d’une part, pour adopter la meilleure des stratégies face à un pareil tsunami médiatique ni d’autre part, pour mettre à profit ce moment singulier pour faire « une salutaire retraite intellectuelle » ; il y a en effet une vraie différence à être un artiste au fait de l’actualité, (de telle sorte que parce que vous êtes quelqu’un d’intelligent et il l’est sans aucun doute, vous savez user de cette même l’actualité pour dénoncer brillamment les rouages d’un système parfaitement corrompu) et être quelqu’un de véritablement cultivé  pour être capable d’apporter un message plus construit à un public, que l’on se doit d’appeler aujourd’hui ses futurs électeurs puisque c’est dans le champ politique que Dieudonné prétend évoluer depuis un mois.

Il ne fait aucun doute pour moi, qu’il fallait un juste recul pour pouvoir adopter la meilleure posture possible eu égard à ce qui est mis en jeu quand on est devenu une telle « cause nationale» sur lequel se cristallise toute « la bien-pensance » autoproclamée de France et de Navarre (l’onde de choc ne s’est en effet pas limitée à l’hexagone ; preuve que la mondialisation n’est pas qu’un mirage…) Pour moi, cette distance bénéfique Dieudonné ne pouvait l’acquérir qu’en se retirant du monde, en prenant le temps d’aborder d’une autre manière, plus érudite, je crois des thèmes qu’il prétend défendre mais pour lesquels il n’a en réalité que des connaissances « basiques » et qui en aucun cas ne se révèlent assez solides pour mener une action de longue haleine qui plus est, une action qu’il entend inscrire désormais dans le champ du politique.

Prenons le cas de la Palestine ; ce n’est pas parce que Dieudonné a fait deux ou trois apparitions   dans certaines manifestations qui dénoncent le nettoyage ethnique en Palestine, que l’homme est un connaisseur de l’histoire palestinienne ; c’est même loin d’être le cas … Pire, je crois que lui-même et ses colistiers par la légèreté de leurs mots sont en train de banaliser les réelles souffrances des Palestiniens. En effet, quand je les entends dire dans leur première conférence de presse que si nous n’y prenons garde « nous allons vivre en France la même chose que les Palestiniens » ; je trouve cela amoral eu égard à l’indicible qui se produit en Palestine depuis plus de soixante ans.  Idem pour l’idéologie sioniste. J’ai été extrêmement déçue de la manière dont Dieudonné et ses compères ont exposé cette idéologie raciste depuis le lancement de sa campagne; tout son argumentaire est de l’ordre de  la causerie, presque parfois de l’ordre du cliché ; celui que tout un chacun qui aurait un minimum de savoir sur la question serait capable d’avancer. Excusez-moi, mais j’attends beaucoup plus de quelqu’un qui est tête de liste aux élections européennes d’un parti ouvertement déclaré « parti anti sioniste. » J’attends pour moi qu’il m’apporte des références, des rappels historiques… bref qu’il construise dans ce pays un véritable argumentaire sur les dégâts causés en Palestine occupée et implantés dans les sociétés contemporaines eu égard à ce soutien jamais démenti des chefs d’Etat occidentaux  envers Israël ; dégâts dont je ne peux que me lamenter que les responsables politiques internationaux aient, sous la pression, refuser de parler à Genève afin de ne pas  mettre en difficulté « l’ami israélien. »

Ayant déclaré officiellement sa candidature aux Européennes, Dieudonné ne peut plus se projeter uniquement  comme le saltimbanque qui fait son numéro sur la scène du théâtre de la Main-d’Or, où deux ou trois mots bien placés suffisent à qualifier un sujet ; non ! Désormais il se doit d’ancrer son discours dans une stratégie politique sinon le fait même de se présenter perd tout son sens. Pour ma part en tant que citoyenne, eu égard à son engagement dans la campagne pour les Européennes, mon exigence vis-à-vis de lui ne saurait être la même que si je me retrouvais spectatrice de l’un de ses sketches ; c’est évident ! Si on prétend être le chantre de la dénonciation de l’inconséquence et des comportements inqualifiables des politiques issus des partis traditionnels on se doit de facto d’être plusieurs étages au-dessus de ces mêmes politiques, sinon on perd toute crédibilité. C’est du moins mon point de vue et je l’assume. Je le répète deux ou trois bons mots bien placés devant un micro ne sauraient constituer un programme politique !...

D’ailleurs, je l’ai cherché ce programme du PAS pour l’analyser mais force est de constater qu’il n’y a pas de programme et qu’il n’y en aura pas et les Français devront faire avec puisqu’Alain Soral a dit toujours dans cette même conférence de presse : « on pourrait s’amuser à faire un programme ; c’est facile. Pour être honnête les élections européennes ne servent à rien, ce n’est pas là que ça se décide, ça ne passe pas par eux. » Moi je trouve renversant d’entendre cela quand on sait que la France, tout comme les autres Etats européens, sont au cœur d’un projet à vocation fédérale et que nos dirigeants politiques  ne sont en fait que les exécutants d’une politique supra-nationale !

Je le redis  sans la moindre ambigüité, j’exècre au plus haut point le harcèlement utilisé à l’encontre de Dieudonné (harcèlement qui est d’ailleurs de mon point de vue surement condamnable sur le plan juridique tant il va loin) ; il suffit de voir quelles sont les méthodes dont usent certains élus pour saborder ses spectacles … Ces méthodes de ceux qui entendent placer le curseur sur ce qui est acceptable ou non en France vis-à-vis de la liberté d’expression sont plus que nauséabondes et relèvent de pratiques largement utilisées dans des régimes dictatoriaux cela ne fait aucun doute; la griffe est parfaitement identique … D’autre part, j’affirme également qu’il n’y a personne aujourd’hui ayant un minimum de capacité à observer la marche du monde qui ne saurait remettre en cause la nécessité de lutter contre le sionisme qui fait non seulement des ravages en Palestine mais aussi dans nos sociétés occidentales. Pourtant malgré ces deux affirmations, je n’arrive pas à suivre la voie empruntée par Dieudonné parce qu’elle ne me semble pas être une démarche  mûrie ; parce que la liste de Dieudonné contient en son sein des personnes qui prétendent lutter contre une idéologie  qui symbolise le mépris, l’humiliation, et la haine de l’autre alors que leur propre idéologie n’est pas moins fascisante et parce qu’en dernier ressort Dieudonné ne présente pas un projet politique abouti. La présentation du nom de ses colistiers et l’absence de programme me conforte encore un peu plus dans cette idée.

Il me semble important de revenir sur deux ou trois choses très symboliques pour ceux qui accordent de l’intérêt au vivre ensemble à l’intérieur des sociétés.

Le coup d’éclat de Dieudonné avec Le Pen reste pour moi une faute majeure.  Je n’ai pas oublié et je ne veux pas oublier les meetings de tous ces nationalistes-populistes du Front National aux cours desquels les portraits de ceux qui constitueront sans aucun doute le gros des spectateurs de Dieudonné étaient montrés sur des écrans géants et honteusement conspués par des frontistes toujours chauffés à blanc dès lors qu’il ont une occasion de mettre en avant l’identité nationale de la France blanche et chrétienne. Est-ce qu’on peut vouloir dénoncer le racisme induit pat l’idéologie sioniste et faire fi de l’idéologie raciste lepéniste ? Cette idéologie qui permet à un Le Pen de déclarer que « la France n’est plus que l’ombre d’elle-même sous l’effet de l’immigration. » Un peu de cohérence voyons Monsieur Dieudonné ! Et j’oserais dire un peu de respect pour vous-même en tant que porte-parole d’un certain nombre d’idées et de valeurs qui ont toutes leur raisons d’être dans ce pays! La présence sur votre liste d’une personne chargée de la jeunesse au sein du FN et d’un autre responsable (j’ai beaucoup de mal à dire ex) du Front National tant les idées nationalistes que ce Monsieur a prônées ces dernières années  semblent faire partie intégrante de sa personne (et je suis sûre de ce que j’avance parce que j’ai lu et relu tous ses écrits datant de ces années qu’il a passées au Front National  et je dois dire que  la sémantique  employée est édifiante !) Le cas Soral, puisque c’est de lui dont il s’agit, (j’ignore d’ailleurs le rang qu’il occupe sur la liste de Dieudonné) mérite quand même qu’on s’y attarde deux secondes, parce que sous couvert d’avoir à faire à un parti antisioniste, je ne peux pas mettre de côté ce qui pour moi, relève du méprisable dans les mêmes proportions. Je m’explique.

Nous savons que jusqu’en février dernier, Soral faisait encore partie du comité central du Front National au côté de Jean-Marie Pen ! Rappelez-vous comment le 18 novembre 2007, il avait été nommé, par le Président  du Front National en personne, au comité central du parti d’extrême- droite ; son grand ami Marc Georges également. Qu’est ce que cela signifie ? Et bien tout simplement qu’il appartenait à l’organe essentiel du parti. Allez, on dira qu’il faisait partie de la crème de la crème du FN… puisque c’est cet organe composé de 120 frontistes qui est chargé notamment de définir les orientations politiques à moyen terme, les campagnes de propagande et les choix stratégique du Front National ; c’est avoir la mémoire un peu courte que d’oublier cela. Non ?

Pour bien se rendre compte vers quelle destination les potentiels électeurs musulmans de Dieudonné vont, je vais prendre un exemple tout récent mais qui sera surement très « parlant » pour cette frange de Français apparemment très enthousiastes à l’idée de donner leurs voix au parti antisioniste (dont je suis convaincue que c’est Soral en particulier qui va tenir « la ligne politique… » Qui serait capable de le faire sur cette liste sinon lui ?) Il faut dire que par rapport à l’électorat musulman,  Dieudonné, Soral et Gouasmi n’ont pas perdu le nord en obtenant des badges VIP pour la réunion inaugurale du Bourget ; là je dois dire que je ne suis pas dans les petits papiers de l’UOIF mais il y en a qui doivent s’en mordre les doigts d’avoir fait une pareille bourde. Si ces derniers voulaient donner un chèque en blanc au PAS et bien on peut dire que c’est gagné. Décidément, il n’y a rien de pire que ces organisations islamiques dans lesquelles un grand nombre de personnes y occupent des postes pour lesquels elles n’ont décidément aucune des qualifications requises ! Comment pouvait-on accorder un badge à ces gens et permettre de facto que les différents représentants musulmans soient mitraillés sous les flashs en leur compagnie et par transitivité naturelle assimilés au PAS ?... C’est un mystère qu’il conviendra d’éclaircir ultérieurement.

J’en reviens à mes lepénistes et leurs stéréotypes racistes dégoulinant de haine pour l’autre ; cet autre qui ne peut-être que blanc et bon chrétien de surcroît (avec tout le respect que j’éprouve pour la foi des chrétiens et des juifs mais là n’est pas le propos.)  C’est cette idéologie qui traduit au mieux la misère des hommes et surement pas un ou deux euros en plus ou en moins sur leur compte en banque à la fin du mois.

Une école musulmane doit être construite a Chelles (77), manifestement ce projet dérange beaucoup les «braves français lepénistes ». Depuis plusieurs semaines, les représentants du Front National se mobilisent dans les rues de la ville de Chelles et des communes environnantes pour dénoncer l’inconséquence des responsables politiques communaux qui ont autorisé qu’un établissement scolaire privé musulman puisse voir le jour. Trahison absolue à la mère patrie ; Au secours, au secours ! la France est en péril ont annoncé à tue tête tous ces bons patriotes. Pour rappel, les établissements catholiques représentent 97 % de l’enseignement privé sous contrat en France, soit 8 847 établissements catholiques. Selon les derniers chiffres disponibles, datant de 2003, on comptait une centaine de groupes scolaires juifs, incorporant au total 256 établissements et tout cela contre 4 établissements musulmans en France qui sont tous hors contrat. Mais non ! C’est encore trop pour ces gens qui luttent de toute leur sainte âme contre « l’islamisation de la France qui désormais se fait au grand jour! » Monsieur le Pen, ami de Dieudonné et de Soral, a bien sûr été le premier à signer la pétition contre cette école. Je rappelle quand même que dans la France de 2009, il y a des jeunes filles musulmanes qui n’ont interdite d’accès à l’école républicaine et cela non pas parce qu’elles sont des délinquantes mais parce qu’elles portent un voile dont elles estiment qu’il fait partie intégrante de leur foi musulmane. Pourquoi tous les parents de France auraient-ils la possibilité d’offrir un enseignement confessionnel à leurs enfants sauf les musulmans ?! Je rappelle que la devise de la patrie est « Liberté, égalité, fraternité » pour tous les Français !

http://www.charles-martel.fr/index.php?option=com_content&view=article&catid=2:interieure&id=18:petition-ecole-musulmane

Alors moi, j’avoue que cela ne manque pas de m’interpeller quand les premiers intéressés par toutes ces questions importantes qui témoignent de la pleine reconnaissance de leur statut de Français dans une société qui se complaît à leur rappeler depuis des lustres qu’ils sont des éternels « originaires de » musulmans de surcroît, prennent le chemin des urnes en ayant l’intention de voter pour des gens qui font ami, ami avec l’idéologie fasciste d’un Le Pen. Mon père avait cette sage habitude de dire ; «  ne donne jamais aux gens le bâton qui leur permettra de te frapper le moment venu …» et je pense que c’est de cela dont on parle. Soit dit en passant, ce vote musulman en faveur de l’extrême-droite n’est plus du domaine de l’utopie, puisque il est bien connu qu’un certain nombre de Français musulmans ont voté pour des représentants du Front National lors de divers scrutins ces dernières années… même pour
les Umpistes - ajouterez-vous surement et à raison - tant il est vrai que sur bon nombre de sujets ces derniers n’ont fait que reprendre les thèses du Front National … Cette incapacité à considérer les choses pour ce qu’elle sont vraiment ne manque évidemment pas d’interpeller les consciences…

Je maintiens et je maintiendrai toujours que l’idéologie du Front National est une idéologie fasciste et qu’il est nécessaire de ne jamais l’oublier. Quand on va faire un petit tour sur le site du Front National ou sur celui de Julien Sanchez un jeune frontiste très prometteur on comprend mieux à quel parti appartenait Soral il y a encore trois mois et ça laisse définitivement pantois. Il y avait un article de presse qui titrait cette semaine « Lieberman pire que Le Pen » ; moi je dirais qu’en réalité les deux se valent !  Je pense indispensable de rappeler également que si Soral a quitté le Front National ce ne sont pas les valeurs du Front ni celles de Mr Le Pen qu’il a reniées ; loin s’en faut son seul problème c’est qu’avec Marine les choses ne collaient pas ; Marine qui selon lui a fait dévier le Front National de sa ligne dure… « Marine qui a tout fait pour (lui) barrer la route et(le) neutraliser depuis deux ans, et ce malgré la confiance et l’amitié que (lui) accordait le Président, le respect et la neutralité courtoise d’un Bruno Gollnisch » … mais en aucun cas c’est avec l’idéologie lepéniste qu’il avait des doutes existentiels. Dans sa lettre intitulée « Marine m’a tuer » il n’a pas manqué de saluer la grandeur de son maître à penser : « Je salue aussi bien respectueusement le Président pour ses 60 ans d’engagement pour la France, pour son talent, sa culture, sa gentillesse. Je salue en lui l’homme facétieux et délicat, et je lui dis, malgré la déception, que je ne lui en veux pas d’avoir, au final, préféré sa fille à un peuple de France qui, c’est vrai, ne s’est pas montré à la hauteur de ses attentes. »

http://www.egaliteetreconciliation.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=3262&Itemid=115

Vous admettrez quand même qu’il est légitime de s’intéresser d’un peu plus près à tout cela. Poursuivons  sur Soral et la question de l’immigration en France. Si cette dernière est très chère aux frontistes, elle ne l’est pas moins pour Soral ;  je voudrais juste pour l’exemple donner la vision du cercle dont Alain Soral est le président «  Egalité & Réconciliation » à propos de l’immigration. Voici l’extrait d’un dialogue qui a eu lieu entre le mouvement Egalité & Réconciliation (E&R) et l’organisation néofasciste « Les Identitaires », publié le 22 octobre 2007 sur le site Internet d’Alain  Soral…

Point de vue d’Egalité & Réconciliation

E&R : « Nous sommes d’abord favorable à l’arrêt total et immédiat de l’immigration, qui passe au minimum par un moratoire sur le regroupement familial, avec ou sans tests ADN… Pour répondre à cette question, il faudrait préciser ce que l’on entend par « immigré ». Si l’on entend « pas blanc », cela n’est pas pour nous un critère. Nous sommes hostiles à toute nouvelle immigration, y compris blanche ! Nous sommes évidemment favorables à l’assimilation - laquelle peut passer par l’intégration- de l’ensemble de nos compatriotes dans leur propre nation. Objectif qui ne concerne d’ailleurs pas que les français d’origine extra-européenne, tant la situation sociale et culturelle des français en général se dégrade. Il va falloir aussi assimiler les petits Dupond illettrés avec casquettes et tenues de rappeurs, qui parlent un improbable sabir. Pour ce qui est des étrangers, il faut favoriser leur retour, par exemple en limitant les droits sociaux de ceux qui ne travaillent pas, ou encore en taxant la main d’œuvre étrangère. Exiger également des étrangers qu’ils soient en mesure de se loger correctement, en dehors du logement social, strictement réservé aux français. Il faut systématiquement expulser les étrangers délinquants. Mais le gros de l’immigration est potentiellement devant nous. Pour s’en préserver, il faut des mesures défensives, comme par exemple des délais de carence incompressibles au plan des prestations sociales : celles-ci ne devraient être ouvertes qu’après cinq ans travaillés minimum et être conditionnées par le travail ; le rétablissement des frontières et des contrôles. Mais il faut avoir conscience que ceci n’est envisageable qu’avec une France qui aurait retrouvé sa pleine souveraineté et qui déciderait de reprendre sa place en Afrique francophone,» Ce n’est pas moi qui l’invente ; c’est écrit noir sur blanc ; l’entretien est consultable sur le site d’Alain  Soral au lien suivant :

http://www.egaliteetreconciliation.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=378&Itemid=171

Autre extrait dans une interview réalisée par Mécanopolis en 2008 et toujours lisible sur le site  au lien suivant :

http://www.mecanopolis.org/?p=2610

« Il faut plus que jamais défendre le modèle citoyen et identitaire français, fondé sur la culture et la nation, contre le modèle anglo-saxon ou allemand, qui privilégie une conception ethnique ou religieuse. (…) Le maintien de ce modèle passe évidemment par une maîtrise de l’immigration, qui doit totalement cesser. Un identitaire conséquent doit donc être d’abord et avant tout un patriote français. Et si nous devons avoir un modèle, c’est plutôt du coté des Russes que des Anglais que nous devons, comme nos amis Serbes, nous tourner. La fédération de Russie, multiethnique et multiconfessionnelle, mais patriote, nous montre la voie. » Multiconfessionnelle !!! On a juste rêvé que la Russie « veut faire la peau » à la Tchétchénie musulmane (1 million de morts tout de même!...) N’est ce pas Monsieur Soral ? Et vous Monsieur Dieudonné ces propos ne vous interpellent pas ?...

En dehors de Soral et des frontistes de son acabit, il y a autre chose qui me pose un problème dans ce parti et même un sérieux problème. Qui pilote le PAS idéologiquement et financièrement ? Je tiens, par goût de la transparence, à ce que les futurs électeurs de ce parti sachent très clairement qui finance le PAS. Le PAS dont je rappelle qu’il est un parti, je cite qui est « l’émanation politique du Centre Zahra »  selon les dires mêmes de son Président Monsieur Gouasmi, également président de la Fédération chiite de France. (Au demeurant je ne savais pas que l’Iran était concerné par les élections européennes…) Je m’explique, à la mi-avril sur son site, le PAS faisait savoir qu’il avait besoin de 300 000 euros pour lancer sa campagne pour les européennes.

(
http://www.partiantisioniste.com/elections)

Dieudonné a fait savoir sans un communiqué qu’il ne s’engagerait pas si l’argent n’était pas sur la table ;
donc si  les gens du PAS ont annoncé leur candidature  aussi à la mi-avril au Congrès du Bourget, cela signifie forcément que cet argent, ils l’avaient déjà trouvé sinon ils ne seraient pas engagés, c’est sûr.

Est-ce qu’en moins de quinze jours ils ont eu assez de sympathisants pour cotiser et réunir cette somme; chapeau les artistes ou bien y a-t-il une autre explication ? Faudrait-il aller chercher un financement du côté de l’Iran ? Si c’est le cas (et qu’ils nous prouvent que ce n’est pas le cas) et bien je dis, que cela fait des années, que les Français musulmans vivant en France luttent contre l’ingérence des pays arabes dans le financement des mosquées entre autres choses (je pense notamment à la Mosquée de Paris qui est le symbole le plus manifeste de cette ingérence d’un pays tiers dans la gestion de l’islam en France) et voilà qu’une fois encore, ces derniers vont être « les dindons de la farce » puisqu’il se pourrait fort bien que ce soit l’Iran qui finance le parti pour lequel ils vont voter! Où est la maturité des Français musulmans pour tomber encore dans un tel piège ? De ce point de vue là, je trouve l’ensemble de la démarche du PAS, pas plus éthique que celle usée par les partis  traditionnels pour obtenir les voix de la communauté musulmane. Je pose une question, n’y a-t-il pas une élite  française musulmane dans ce pays capable de véritablement peser dans le paysage politique pour qu’enfin la nature multiculturelle de la France soit parfaitement visible dans les institutions de la République?

Je terminerai mon propos en disant que, j’ai au même titre je crois que tous les gens épris de vérité et de liberté d’expression, défendue honnêtement l’artiste Dieudonné contre toutes les attaques dont il a fait l’objet et dont il continue à être la cible par des procédés totalement indignes d’une société démocratique comme la France. Je lutte et je lutterai toujours contre le sionisme qui est à la source du nettoyage ethnique des Palestiniens depuis plus de soixante longues années et qui en France conduit à des discriminations évidentes parmi les citoyens. En effet, quand dans une nation chacun d’entre eux ne possède plus les mêmes droits et les mêmes chances  de donner de l’écho à ses idées et à sa parole ;  quand dans une société des milices privées fascistes sont autorisées par les autorités à s’abattre sur ceux qui défendent le maintien en vie du peuple palestinien; quand dans une société mère des droits de l’homme et du citoyen le Président de la République soutien au nom du peuple français l’Etat qui pratique le nettoyage ethnique d’un peuple ; oui ! Sans aucun doute il y a matière légitime à lutter.

Mais mon soutien s’arrête  là !

Et j’en reviens à mon propos premier ;  donner du sens à ses mots et à l’ensemble de son action avec une ligne de conduite exemplaire par sa constance et l’idéologie qu’elle met en avant. Je ne peux pas lutter contre une idéologie méprisable en donnant ma voie à des gens qui ont pour partenaires des colistiers ou des amis qui mettent en avant une autre idéologie tout aussi méprisable que celle véhiculée par la pensée lepéniste. Si je le faisais, je renierai alors des valeurs qui sont essentielles pour moi et parmi ces valeurs se trouve en particulier le regard que je pose sur les autres à travers toutes leurs différences. Je suis fière d’appartenir à une société enrichie de tous les apports humains et je n’ai pas peur de partager mon futur avec des hommes et des femmes qui n’ont pas le même héritage religieux ou culturel que le mien. Mon cœur est assez ouvert pour cela. Je rappellerai ce qu’un homme qui n’avait jamais fait d’études (cela à tout son sens de le préciser) m’a dit, il y a de cela fort longtemps déjà et je ne l’oublierai jamais : « la Terre appartient à tout le monde et ce sont les hommes qui ont tracé des frontières… ; il n’y a pas de races ; il n’y a que la race humaine » Que pourrait-il y avoir à ajouter à cela ?

Dieudonné ne vous égarez pas dans vos amitiés ni dans vos actions, parce que même l’artiste que vous êtes pourrait bien ne plus réussir à me faire rire du tout !...

Un dernier rappel Monsieur Dieudonné.  Est-ce que vous aller prendre l’engagement auprès de vos électeurs, si vous êtes élu le 07 juin, de mettre de côté votre vie d’artiste et d’aller siéger régulièrement au parlement européen? Quand on sollicite le vote des électeurs, il faut être prêt à se consacrer entièrement à cette responsabilité pour laquelle des gens nous ont  fait confiance ; c’est de l’ordre du respect sinon cela signifie qu’on fait juste « l’con ! »

Nelly LEBOUCHER pour le collectif Cheikh Yassine

http://www.alterinfo.net


 

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 20:39

"Les policiers ont fait 'Bingo !' comme s’ils avaient découvert une cache d’armes"

LE MONDE | 11.05.09 | 10h32  •  Mis à jour le 11.05.09 | 19h00

Tessa Polak a "la rage". Interpellée le 28 avril par la police antiterroriste (SDAT), placée en garde à vue 72 heures puis relâchée sans aucune charge, cette femme de 36 ans, photographe de profession, dénonce aujourd'hui une "manœuvre d'intimidation".

Membre active d'un comité de soutien aux neuf personnes mises en examen dans l'affaire des sabotages de voies SNCF, elle en connaît quelques-unes, en a croisé d'autres à Tarnac, en Corrèze, où elle s'est déjà rendue. Mais elle ne s'attendait pas, six mois après l'arrestation des neuf le 11 novembre 2008, a être, à son tour, interpellée de la sorte dans la rue. Depuis lors, elle collecte les témoignages.

Ce 28 avril, en début d'après-midi, Tessa Polak circule en voiture dans le 20e arrondissement à Paris avec Benjamin Rosoux, l'un des mis en examen de Tarnac, à ses côtés. "A l'angle de la rue des Pyrénées et de la rue du Jourdain, alors que je ralentissais, une nuée de types a surgi, dit-elle. Ma vitre était ouverte, je me suis retrouvée avec un pistolet sur la tempe tandis que deux autres me braquaient de face. J'ai cru à un car-jacking." Il s'agit en fait de policiers en civil. Eberluée, elle ne se souvient que de ces mots : "Terroriste ! Terroriste !"

Menottée, elle est embarquée dans une autre voiture, tandis que Benjamin Rosoux est planté sur le trottoir, et emmenée à son propre domicile où a lieu une perquisition. Sur place, la police saisit ses ordinateurs et deux piles de L'insurrection qui vient. Ce livre collectif et anonyme, en vente libre, est perçu par la police, qui l'attribue à Julien Coupat, comme la doctrine du groupe. Il a été versé, dans son intégralité, au dossier d'instruction et vaudra d'ailleurs à son éditeur, Eric Hazan, d'être entendu le 9 avril par la police antiterroriste.

Dans le coffre de la voiture de Tessa Polak, la SDAT en découvre 400 autres exemplaires. "Ils ont fait 'Bingo !', comme s'ils avaient découvert une cache d'armes, ironise-t-elle. Sauf que quand ils m'ont demandé d'où ça venait, je leur ai dit que j'étais passée chez l'éditeur et que je comptais les distribuer dans le cadre du comité de soutien, ce qu'ils savaient déjà."

Tout au long de sa garde à vue, et des "8 à 10 interrogatoires", la jeune femme comprend qu'elle a fait l'objet d'une surveillance. Aux policiers qui lui demandent pourquoi elle a prêté son véhicule, en novembre 2008, à trois des mis en examen, dont Benjamin Rosoux, elle répond : "Ma voiture je l'ai prêtée comme ma maison est ouverte, mon frigo est ouvert…" "Ce qui m'a étonnée, poursuit Tessa Polak, c'est que leurs investigations portaient beaucoup sur le livre. Le type de questions qu'ils m'ont posé, la manière avec laquelle ils le faisaient, c'était pour valider leurs fantasmes. Le mot 'cellule' revenait sans cesse…"

Après 48 heures, elle est brièvement présentée au juge d'instruction Thierry Fragnoli pour une prolongation de sa garde à vue. Tessa Polak jure alors l'avoir entendu dire : "Ce n'est pas ma faute mais vous allez payer pour les autres." "J'étais sonnée", dit-elle.

Avec le recul, la jeune femme analyse son interpellation comme une "manœuvre d'intimidation, une façon de briser les solidarités actives, d'envoyer des signaux, et de banaliser les garde à vue". "Sinon, ajoute-t-elle, pourquoi m'ont-ils convoquée de cette façon ? Quand je leur ai demandé, ils ne m'ont pas répondu." Après cette interpellation, et celle de plusieurs étudiants, soupçonnés d'avoir participé à une manifestation non autorisée en faveur, notamment, de Julien Coupat, dernier des mis en examen à être toujours incarcéré, les comités de soutien – il en existerait une cinquantaine en France –, se sentent sous pression. "Il y a une demande très pressante de “guides” de garde à vue", ironise Frédéric Combarieu, membre du comité parisien.

Alors que le juge des libertés et de la détention doit une nouvelle fois statuer sur la demande de remise en liberté de Julien Coupat, ce dernier lassé des fouilles et de cette "farce", a demandé à ne pas être extrait de sa cellule pour l'occasion. Pour les mêmes raisons, le comité de soutien ne se rassemblera pas non plus ce jour-là. Mais plusieurs initiatives en mai, des concerts notamment, sont à l'ordre du jour






Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 19:08


http://www.indigenes-republique.fr/imprimer.php3?id_article=558

Houria Bouteldja dénonce le rapprochement de Dieudonné avec l’extrême-droite

Nous n’avons pas non plus hésité à discuter avec lui, à le mettre en garde contre les conséquences gravissimes de ses prises de positions pour ce que nous pensions être nos causes communes, l’antiracisme et l’anticolonialisme (dont l’antisionisme est aujourd’hui une composante majeure). Catastrophés, nous l’avons vu, à chaque fois qu’il était l’objet d’une nouvelle campagne médiatique, glisser, déraper, aller toujours plus loin dans l’aberration politique.

Piégé par ses propres délires, par les encouragements de ses « conseillers », pseudo-antisionistes, et par l’hostilité que lui ont manifesté la plupart des forces politiques en France, Dieudonné a franchi un cap décisif, peut-être irrémédiable, en s’alliant dans le cadre d’une liste dite antisioniste avec des personnalités douteuses dont certaines sont directement issues de l’extrême-droite raciste.

Nous nous en serions probablement moins souciés si Dieudonné ne bénéficiait d’une surexposition médiatique, entretenue à dessein par nos adversaires pour stigmatiser à travers lui l’ensemble des communautés noires, arabes et musulmanes. Mais le plus grave est que le débat nécessaire sur le sionisme et la politique européenne (et française) vis-à-vis de l’Etat d’Israël a été ainsi occulté par une polémique sur la personnalité et le rôle de Dieudonné.

Qu’on ne nous dise pas que Dieudonné est un humoriste ou qu’il subvertit la politique en transgressant les lignes rouges. Le message qu’il communique aux nôtres à travers ses prises de position politiques est extrêmement dangeureux : l’extrême-droite est une « victime » du système politique, l’extrême-droite est antisioniste, l’extrême-droite est nationaliste tout comme nous, l’extrême-droite est donc notre alliée « naturelle ». Rien n’est plus faux ! L’extrême-droite n’est pas une « victime » du système politique, elle en est le produit ; elle constitue la tendance la plus dure du racisme français ; l’extrême droite n’est pas antisioniste (certains de ses courants sont pro-sionistes par haine des Arabes, d’autres se déclarent solidaires du peuple palestinien par haine des juifs en tant que juifs) ; quant au nationalisme de l’extrême-droite, c’est un nationalisme parfaitement impérialiste, colonialiste
et raciste qui n’a rien à voir avec notre lutte pour la libération nationale des peuples opprimés.

En s’alliant avec l’extrême-droite, quel que soit le visage qu’elle se donne, Dieudonné et ses semblables ("la banlieue s’exprime", Kemi Seba, Centre Zahra, etc....) effacent sans scrupules plus de quarante ans de lutte de l’immigration contre l’extrême-droite ; ils insultent la mémoire de tous ceux qui se sont battus contre le colonialisme. Que Dieudonné en soit conscient ou non, il fait ainsi le jeu du sionisme qu’il prétend combattre.

Ça, nous ne pouvons le tolérer. C’est ce qu’a exprimé de la manière la plus claire la porte-parole du MIR, Houria Bouteldja, dans le discours qu’elle a prononcé le 8 mai dernier, à l’occasion de la Marche des indigènes : « Nous ne pouvons pas, nous n’avons pas le droit de nous allier à des forces racistes, colonialistes et prétendument antisionistes ! Les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis ! Le combat antisioniste, le combat de Azzedine Elqassam, de Arafat, de Georges Habbache, de cheikh Yassine (Allah yarhamhom !), le combat anticolonialiste et antiraciste de Mandela, Fanon, Césaire, Malcolm X, Angela Davis, Sankara, Lumumba et bien d’autres est beaucoup trop précieux pour le corrompre aujourd’hui avec une extrême droite française toujours fière d’avoir torturé en Algérie ; une extrême droite qui a organisé des ratonnades contre les arabes et les noirs ; une extrême droite qui dénonce l’islamisation de la France, qui exige toujours plus de répression contre l’immigration et dans nos quartiers, qui justifie la chasse aux sans papiers. Une extrême droite qui, au nom du patriotisme, rêve de faire de nous les nouveaux tirailleurs de l’impérialisme bleu/blanc/rouge. Nous n’avons aucun intérêt commun avec ces gens-là !!! Une alliance, même tactique, avec eux, est d’abord une grave erreur politique et un piège que nous tendent nos adversaires : elle nous détourne de nos vrais combats ; elle nous engage dans des polémiques médiatiques qui ne sont pas les nôtres ; elle contribue à semer la confusion, à obscurcir les vrais enjeux de nos luttes, à nous faire dévier de nos véritables objectifs ! Mais une telle alliance, c’est plus qu’une erreur, c’est une faute ! Oui, c’est une faute ! Une faute morale, un non sens historique. Nos seuls guides sont nos martyrs, nos valeurs, notre foi et notre profond anticolonialisme. Nos seuls alliés sont ceux qui les défendent. »






Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 11:11

www.liberation.fr

Grand Angle 11/05/2009 à 06h53

Sur la piste des crochets allemands

Rencontre avec les activistes allemands qui ont revendiqué les actions reprochées à Julien Coupat et ses amis de Tarnac. Ces groupes ont fait des trains «Castor», qui transportent des déchets nucléaires, leur cible privilégiée.

KARL LASKE

«In Erinnerung an Sébastian» («A la mémoire de Sébastian») : C’est par ces quelques mots d’allemand qu’un groupe anonyme revendiquait, le 10 novembre 2008, neuf sabotages sur les lignes TGV et le réseau ferré allemand.

Dans l’«affaire Coupat», c’est la piste oubliée. Celle que la justice a remisée à l’arrière-plan de ses préoccupations, après l’annonce par Michèle Alliot-Marie du «coup de filet» de la sous-direction antiterroriste (SDAT) chez les jeunes de Tarnac. «Sébastian», c’est Sébastien Briat, un Français de 24 ans, mort en 2004 lors d’une action de blocage d’un train «Castor» qui achemine chaque année des déchets nucléaires de La Hague jusqu’à Gorleben, en Allemagne du Nord. «Par des engins incendiaires et des crochets nous avons marqué notre résistance cette nuit», écrivent les Allemands. «Parce que nous en avons marre», expliquent-ils. Marre des discours «des élus et des responsables de l’industrie et de l’administration» sur la «sécurité des déchets nucléaires, et du site de stockage de Gorleben».

Ce communiqué allemand est au dossier d’instruction. Mais en six mois, le juge antiterroriste Thierry Fragnoli n’a posé qu’une seule question à son sujet à Julien Coupat, toujours incarcéré. «Plusieurs groupes ayant des liens entre eux» seraient-ils à l’origine des actions ? «Il faut demander ça à ceux qui les ont revendiquées…», a répondu Coupat. Pas d’autre question. Les sabotages commis en Allemagne sont d’ailleurs passés sous silence lors de l’annonce des arrestations de Tarnac.

La piste antinucléaire suit le trajet du train Castor. Ce train spécial d’acheminement des déchets - acronyme de "Cask for storage and transport of radioactive material", nom du conteneur des déchets - soulève l’opposition des antinucléaires depuis quinze ans. Il circulait précisément entre le 7 et le 10 novembre 2008. Désignée en 1977 comme zone d’enfouissement, la région du Wendland, entre Hanovre et Hambourg, s’est transformée à force de mobilisations en Larzac local. Les crochets comme ceux qu’on a découverts sur les lieux des sabotages des lignes TGV, on en trouve sur le réseau ferré allemand depuis 1994. Les hackenkralle - littéralement le crochet qui s’agrippe - qui mettent hors d’état les caténaires au passage des trains, sont apparus, cette année-là, en marge de la résistance contre l’acheminement des déchets vers Gorleben. Libération a pu rencontrer des militants antinucléaires allemands qui soutiennent ces actions.

«Chaussures de rail»

«C’est normal de prendre pour cible les TGV ou les ICE [le train à grande vitesse allemand, ndlr]», s’amuse Nicklas, militant antinucléaire, dans un local de la banlieue de Hanovre (1). Ce sont des actions qui font mal. Ici ça a toujours beaucoup de succès. Et personne n’a jamais été pris.» «Pour moi, c’est légitime», approuve sèchement une jeune militante. «Les crochets sont nés de cette lutte du Wendland, poursuit Nicklas. Auparavant, nous réalisions des sabotages contre les rails, dans la région de Gorleben. Notamment les démontages de voies ferrées. L’une des deux voies ferrées vers Dannenberg a été entièrement démontée de nuit. Des groupes pouvaient engager cent personnes. Ceux qui s’occupaient du matériel, ceux qui sciaient les poteaux, ceux qui piquaient le ballast.»

Le hackenkralle est devenu symbole de "résistance" des plus radicaux, même si la ligne empruntée par le train de déchets nucléaires n’est pas directement visée. «De toute façon, on ne pourrait pas mettre des crochets au Castor, sa locomotive est au diesel, signale un militant allemand. Le but, c’est de déstabiliser le réseau.»Le transport est considéré comme «le talon d’Achille du nucléaire», l’un des rares moyens de ralentir sa marche. Dans la dernière portion du trajet du Castor, sur une voie où sa vitesse est limitée à 20 km/h, les antinucléaires soulèvent les rails à l’aide de crics. Ils posent aussi des «chaussures de rail», un boîtier indémontable qui oblige les agents à changer purement et simplement le rail.

Pur produit anarchiste

En France, les crochets ramassés sur les voies TGV en novembre n’ont livré aucun secret. Aucune empreinte, ni trace d’ADN. Seule certitude technique : le hackenkralle est un objet pensé et fabriqué pour le seul sabotage. Un pur produit anarchiste. La mise en cause de Julien Coupat, seul mis en examen encore détenu, se heurte toujours à l’absence d’éléments matériels, et la présence du Français et de son amie à proximité du lieu d’un des sabotages reste une énigme.

A Valognes, d’où part le fameux train ce 7 novembre 2008, les militants de Greenpeace mesurant la radioactivité du train signalent que «le dernier wagon crache plus que tous les Castor observés auparavant». Le train est composé de trois locomotives, de deux wagons de voyageurs - des CRS embarqués - et de onze wagons de conteneurs. Dès le 8 novembre, les policiers antiterroristes français relèvent que trois proches de Coupat ont dormi dans une voiture à quatre kilomètres du trajet du train de déchets, et que «de nombreux sites Internet ont appelé à des actions» sur le «passage du train Castor».

Les policiers relèvent que «le tracé du train avec les heures et les jours de passage» étaient mis en ligne par le réseau Sortir du nucléaire. Au sein du réseau, c’est Jean-Yvon qui s’est chargé de ce «suivi en temps réel».«J’ai dû faire quarante-deux heures de veille sans dormir, dont dix heures pour mon boulot», raconte-t-il. Sa méthode : des copains sur les voies, la liste des gares traversées, des calculs de vitesse, et un réajustement permanent des horaires. Ces indications sont livrées aux groupes préparant des actions de désobéissance civile sur les voies. «Les actes de sabotage, il y en a un peu partout en Allemagne, explique Jean-Yvon. La pose de crochets, je suis contre, mais en aucun cas, ça ne peut faire de blessés. Le but du réseau n’est pas de faire des actions qui fassent des dégâts. Ni d’inciter à en faire.»

Les blocages pacifiques du train sont codifiés. Chaque action mobilise des guetteurs, des stoppeurs, qui annoncent l’action au conducteur du train, les bloqueurs, qui investissent la voie, et enfin, ceux qui s’y enchaînent, une fois le train arrêté. Le 7 novembre 2004, Sébastien Briat ne s’était pas enchaîné à la voie, mais son groupe a été surpris par l’arrivée rapide du train, que les stoppeurs et les bloqueurs n’étaient pas parvenus à arrêter. «En Allemagne, les réactions à sa mort ont été très vives, dit un militant. On se demandait s’il fallait arrêter les protestations en signe de deuil ou faire tout flamber.» L’anniversaire des quatre ans de la mort de Sébastien a été annoncé en France - par Sortir du nucléaire - et dans les différents lieux de manifestation en Allemagne.

En 2008, le train Castor est bloqué à la frontière franco-allemande par trois antinucléaires enchaînés aux voies. Il faut douze heures aux policiers pour dégager les tubes collés dans le béton, dans lesquels les non-violents ont glissé leurs bras. Plus loin, Cécile Lecomte, une militante française surnommée «l’écureuille» pour ses actions d’escalade (Libération du 6 mai), est interpellée et gardée à vue préventivement à Brunswick, pendant trois jours et demi. A Gorleben, quarante tracteurs bloquent les derniers kilomètres de route. Et les policiers doivent encore casser deux pyramides en béton auxquelles des agriculteurs se sont enchaînés. En Allemagne, 16 000 personnes ont manifesté cette année contre l’arrivée du Castor.

Anonymes

Les sabotages ont été simultanés en France et en Allemagne. Dans la matinée du 8, quatre lignes TGV - Paris-Lille, Est et Sud Est - sont touchées par des ruptures de caténaires. Et les premiers incendies de câbles sont signalés en Allemagne, dans l’après midi du 8. Entre Hambourg et Berlin, à Brandenburg. Et dans les environs de Wiesbaden et de Kassel. Le communiqué des anonymes «à la mémoire de Sébastian» en donne la liste. Des interrogations entourent néanmoins cette revendication. «C’est un papier sans date, on n’y trouve aucun logo du groupe. N’importe qui peut revendiquer, objecte Jean-Yvon. Et la police a été informée en un temps record.» La SDAT dit l’avoir récupéré auprès du quotidien Berliner Zeitung. Or celui-ci certifie ne l’avoir jamais reçu… «Sébastian avec un "a", c’est une faute allemande. S’il y avait eu un Français dans le groupe, il aurait corrigé, analyse un antinucléaire allemand. Le style est 100 % allemand.» La principale revue antinucléaire, Anti Atom Aktuel, a finalement validé cette revendication, en la publiant, dans son numéro spécial sur les actions contre le train Castor.

Des notes de synthèse de la police fédérale allemande (BKA) communiquées aux Français présentent les modes d’action au "hackenkralle" en 1996 et 1998. Les «dégâts matériels importants» et «la mise en danger» des voyageurs sont soulignés. Le BKA signale que les attaques se sont multipliées depuis 1994, ciblant particulièrement «les nœuds ferroviaires».«Les ponts, les passerelles, les entrées de tunnels» sont prisés par les saboteurs, comme les forêts et les zones isolées. Sont détaillées les précautions d’usage pour récupérer des traces d’ADN sur les crochets : utiliser des gants, et placer les preuves dans des sacs en papier. Parce que les preuves, même en Allemagne font défaut. «C’est un moyen très simple d’attaquer le réseau, raconte Nicklas, le militant de Hanovre. Des modes d’emploi techniques ont circulé. Un simple matériel de soudure permet d’en fabriquer. Le fer à béton se trouve sur tous les chantiers. La pose se fait sur les lignes électriques au moyen de perches en plastique. Des tuyaux qui s’emboîtent. Il n’y a aucun danger, sauf en cas de pluie.» Selon les militants, l’utilisation des crochets n’aurait fait aucun blessé chez les usagers des transports. En 1997 néanmoins, la vitre d’un train avait été brisée par la rupture d’un caténaire. «Ça a posé des questions dans le mouvement, assure Nicklas. Il était exclu que ces actions fassent des victimes.»

En 1999, une vaste opération policière a été déclenchée contre un groupe antinucléaire de Hambourg. «Les policiers l’ont désignée sous le nom de "Golden Hackenkralle" - le crochet doré - parce qu’ils avaient entendu deux militants sur écoutes qui parlaient d’offrir un crochet doré à un ami pour son anniversaire. Ce n’était qu’une blague.» La procédure, elle aussi antiterroriste, s’est conclue par un non-lieu général en 2005. Depuis, un crochet doré géant est parfois brandi dans les manifestations des opposants à l’atome. Et le capitaine Crochet court toujours.

(1) Son prénom a été changé.




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 21:52

ACTION BOYCOTT ISRAEL A MONTIGNY, REGION PARISIENNE :

Publié le 11-05-2009

Une action animée par le NPA et notamment sa tête de liste en Ile de France, Omar Slaouti, ainsi que par la sénatrice Alima Boumediene-Thiery (Verts), de façon claire, pédagogique, avec la participation de nombreux élus locaux. Le NPA joint ainsi le geste à la parole, montrant que l’appel au boycott d’Israël, lancé par la société civile palestinienne et par des opposants israéliens, fait partie intégrante de sa campagne pour le respect du droit et de la justice dans le monde, notamment au Proche-Orient.

C’est pourquoi EuroPalestine appelle à voter pour le NPA aux prochaines élections européennes, et à soutenir, dans leur campagne, les candidats, comme Omar Slaouti, tête du liste du NPA en région parisienne, qui ont le courage de mettre en accord leurs paroles et leurs actes.

Voir la vidéo ci-dessous.

http://www.europalestine.com/spip.php?article4089



Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 17:45

Le présent message est mon dernier message à ma liste de diffusion restreinte en clair.
 
Je ne suis pas psychiâtre et même si je l'étais je ne ferais pas de consultations gratuites par internet.

Je reçois depuis plusieurs jours des messages de menaces par internet et par téléphone. Je garde précieusement la copie de ces messages et je me réserve le droit de poursuite en justice contre ces messages.

Je ferais un peu d'histoire médiatique.

Ma liste de diffusion restreinte en clair datait d'avant le mois d'août 2007. C'était mon principal moyen de communication par internet avant la création de mon blog personnel dont le nom de domaine est            www.fischer02003.over-blog.com  

Depuis le mois d'août 2007, depuis la création de mon blog personnel, en même temps cette liste de diffusion restreinte en clair existait et fonctionnait toujours, en même temps la totalité des messages de cette liste de diffusion dont j'étais l'expéditeur étaient disponibles si vous consultiez mon blog personnel.
 
Je vous annonce par le présent message la fermeture de ce service. Vous recevrez toujours mes messages, mais la liste de diffusion de ces messages n'apparaîtra plus en clair, et même si vous ne recevez plus mes messages, ils sont de toute manière disponibles si vous consultez mon blog personnel.

C'est la fin d'une aventure et le début d'une autre.

Recevez, chers destinataires, mes plus profondes et mes plus sincères salutations militantes.
 
Bernard Fischer   


Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens