Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 19:22

https://www.entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2016/07/20/deces-de-charlie-najman

Décès de Charlie Najman

Par Sylvain Silberstein

Je viens d’apprendre le décès de Charles Najman, Charlie Najman comme nous l’appelions alors, Lundi 18 Juillet 2016, et c’est une grande partie de mon adolescence qui part avec lui. Il avait un an de moins que moi.

Nous nous sommes connus dans les combats lycéens des années 1971, 1972 et 1973, avec d’autres amis ou ennemis politiques. Nous avions adhéré à la même organisation politique, l’Alliance Marxiste Révolutionnaire (AMR). Il était le frère de Maurice Najman, je suis le frère de Patrick Silberstein. Nous n’étions qu’une poignée de lycéens dans cette organisation, peut-être nous deux, au début de l'année 1972, quelques autres que nous fîmes adhérer arrivèrent ensuite.

Nous avions milité ensemble dans l'affaire du lycéen Gilles Guiot, en 1971, une coordination lycéenne s’était tenue dans mon lycée, Turgot, et, délégué de ce lycée, je devais prendre la parole au lycée Buffon pour appeler à une manifestation. La coordination lycéenne reprend la proposition de Charlie Najman, d’un sit-in au quartier latin au moment où Gilles Guiot passe devant la cour d’appel. Charlie Najman était un orateur convainquant qui soulevait l’enthousiasme.

A l’été 1972, il se joignit au groupe que je formais avec deux copains, après notre participation à un stage de l’AMR à Gourgas, en partance pour la Scandinavie via Avignon. Il lui fallu très vite acheter une « carte inter-rail » pour pouvoir voyager. Nous étions donc quatre dans une petite tente canadienne déjà prévue pour deux, belles vacances, en attente de nouveaux combats.

En 1973, c’est la longue grève contre la loi de Michel Debré pour la réforme des sursis militaires et nous courons les réunions et les manifestations. A la fin de cette année, je suis exclu du lycée Turgot et, comme je suis dans ma seizième année, je suis orienté vers la voie active, fini le lycée, au boulot.

En 1974, je réussirai mon bac B en candidat libre tout en continuant à militer, mais loin des lycées et de leurs camarades.

Bien sûr, je connaissais sa mère à l’époque qu’il rendit célèbre dans son film, « la mémoire est-elle soluble dans l’eau », mais c’est surtout sa grand-mère qui me revient en mémoire maintenant car, régulièrement, lorsque je téléphonais à Charlie Najman chez lui, souvent c’est elle qui répondait et disait quand je demandais à lui parler, « er iz geshtarbn, Charlie », « il est mort, Charlie », et elle raccrochait. Il fallait rappeler en espérant tomber sur quelqu’un d’autre.

Ce n’est plus la peine de rappeler.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 19:04

Nouveaux incidents dans le Val-d'Oise après la mort d'un jeune (Reuters)

Cinq personnes ont été interpellées dans la nuit du Jeudi 21 Juillet au Vendredi 22 Juillet 2016 après de nouveaux incidents dans le Val-d'Oise liés à la mort Mardi 19 Juillet 2016 d'un jeune homme de vingt quatre ans, Adama Traoré, peu après son interpellation, rapporte la gendarmerie.

Six véhicules ont été incendiés dans le département et des feux de poubelles ont été constatés.

A Beaumont-sur-Oise, une station service a été dégradée, à la suite d'un départ d'incendie.

Cette troisième nuit de violences a toutefois été plus calme que les précédentes, avec une cinquantaine de personnes impliquées, contre deux cent personnes la veille, souligne la gendarmerie.

L'autopsie d'Adama Traoré n'a pas révélé Jeudi 21 Juillet 2016 de traces de violences significatives, d'après une source proche du dossier. Il semblerait que le jeune homme souffrait d'une infection très grave.

Des proches affirment qu'il a été frappé par des gendarmes, laissant entendre qu'une bavure a été commise.

Adama Traoré a été arrêté Mardi 19 Juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise pour rébellion après s'être opposé à l'interpellation de son frère, visé par une enquête pour extorsion de fonds, d'après le parquet de Pontoise. Il est décédé alors qu'il se trouvait dans le fourgon qui le conduisait à la gendarmerie de Persan.

Une enquête sur les causes de sa mort a été confiée par le parquet de Pontoise à la section de recherches de Versailles et à l'Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale (IGGN).

Le défenseur des droits a également ouvert sa propre enquête, Jeudi 21 Juillet 2016.

La mort accidentelle en 2005 à Clichy-sous-Bois de deux adolescents qui s'étaient réfugiés dans un transformateur après avoir été poursuivis par la police avait déclenché trois semaines d'émeutes dans les banlieues.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 18:54

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-plus-d-un-milliers-de-migrants-evacues-du-camp-de-la-villette-22-07-2016-5986595.php

Evacuation sous tension de deux mille cinq cent migrants du camp de la Villette

Ils étaient près de deux mille cinq cent à dormir sous des tentes ou sur des matelas, au milieu des détritus. Leur évacuation du camp du boulevard de La Villette, dans le nord de Paris a débuté Vendredi 22 Juillet 2016 vers 6 heures 30 du matin. Peu après le début de l'opération, les importantes forces de l'ordre ont dû contenir des mouvements de foule, les réfugiés se pressant pour monter dans les bus qui arrivaient au compte-goutte. Les gendarmes, équipés de tenues et de boucliers anti-émeutes, les ont repoussés en utilisant à certains moments des bombes lacrymogènes.

Dans la nuit du Jeudi 21 Juillet au Vendredi 22 Juillet 2016, des centaines de réfugiés supplémentaires avaient rejoint le camp, dans l'attente de cette évacuation. Installés sous le métro aérien entre la station Jaurès, dans le dixième arrondissement, et la station Colonel-Fabien, dans le dix neuvième arrondissement, la plupart sont des hommes de vingt à quarante ans originaires de Syrie, d'Ethiopie, du Soudan, d'Erythrée, de Somalie ou d'Afghanistan.

Il s'agit de la vingt sixième évacuation du genre en un an, mais surtout de la plus importante en nombre. Pierre Henry, directeur de France Terre d'Asile (FTA), confiait avant l'opération de police son sentiment d'épuisement, « nous avons tous le même regard sur le problème, il faut dans toutes les capitales régionales des centres pour accueillir et orienter les migrants et pour arrêter d'attirer les gens à Paris et à Calais. Si ce n'est pas fait, c'est que la décision politique n'est pas prise ».

Vendredi 22 Juillet 2016 à 15 heures 30, plus de deux mille migrants, dont une centaine de personnes vulnérables, des femmes et des enfants, avaient été dirigés en bus vers des centres d'hébergement en Ile-de-France et dans les régions, des gymnases ainsi qu'une maison de retraite désaffectée de Sarcelles réquisitionnée pour accueillir près de trois cent personnes, a indiqué la préfecture de la région Ile de France. Mais plusieurs centaines d'entre eux attendaient toujours sous le soleil d'être pris en charge.

Pour cette opération, quelque mille cinq cent places d'hébergement ont été dégagées, dont environ huit cent dans des gymnases. « Sur le plan humain, sanitaire et sécuritaire, la situation est désastreuse », s'alarmait de son côté François Dagnaud, maire du Parti Socialiste du dix neuvième de Paris il y a trois jours. Des incidents entre migrants avaient eu lieu lors d'une distribution de nourriture il y a deux jours. Lui et Rémi Féraud, son homologue du dixième arrondissement, avaient demandé une mise à l'abri d'urgence, Lundi 11 Juillet 2016, dans un courrier à la ministre du logement, Emmanuelle Cosse, et au ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve.

La Coordination Française pour le Droit d'Asile (CFDA), qui regroupe des associations d'assistance aux migrants, a déploré Jeudi 21 Juillet 2016 le « harcèlement policier et administratif dont sont victimes les personnes exilées, alors que la France a l'obligation d'accueillir dignement et d'héberger l'ensemble des personnes qui demandent une protection sur son territoire. Cet accueil doit en principe se faire dans des Centres d'Accueil pour Demandeurs d'Asile (CADA) où elles doivent être suivies et accompagnées tout au long de leurs démarches », rappelle la CFDA.

« Mais en dépit de créations importantes de places d'hébergement, vingt mille places supplémentaires en deux ans, les capacités demeurent insuffisantes ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 19:22

http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/07/19/le-nucleaire-militaire-divise-le-labour_4971737_3214.html

Le nucléaire militaire divise le parti travailliste

Par Philippe Bernard, correspondant permanent du Monde à Londres

Posée par un député écossais, face à Theresa May, la question était faite pour choquer l’audience de la chambre des communes, Lundi 18 Juillet 2016, « la première ministre est-elle prête à autoriser une frappe nucléaire pouvant tuer cent mille hommes, femmes et enfants innocents ». La réponse de l’intéressée a claqué sans la moindre hésitation, « yes ». Pour souligner son effet, la nouvelle locataire de Downing Street a laissé passer quelques secondes d’un pesant silence avant de poursuivre, « je me dois de dire à l’honorable gentleman que le principe même de la dissuasion est que nos ennemis savent que nous sommes prêts à y recourir ».

Plutôt surréaliste alors que le pays est sous le choc du Brexit, le débat sur le renouvellement du programme de dissuasion nucléaire avait été programmé par David Cameron pour le mois de juillet 2016 avec un double dessein entièrement politique, sceller la réconciliation au sein du parti conservateur, à couteaux tirés sur l’Europe mais unanime sur la force de frappe, et exacerber les divisions parmi l’opposition travailliste entre pro-nucléaires et partisans du désarmement unilatéral. Emporté par son échec au référendum, David Cameron n’est plus aux commandes et c’est depuis les bancs des simples députés qu’il a assisté au spectacle produit par sa haute stratégie. Theresa May, qui a déjà recollé les morceaux des tories en panachant son gouvernement de « brexiters » et de « remainers », en a profité pour remuer le couteau dans les plaies du parti travailliste en proie à une guerre civile interne depuis le référendum perdu sur l’Europe.

Son « yes » au nucléaire se voulait la réplique du « no », jugé irresponsable, que Jeremy Corbyn, le chef du parti travailliste, avait lancé en répondant à la même question voici quelques mois. Le programme nucléaire est « l’assurance ultime » pour la sécurité du pays, a asséné Theresa May.

« Nous devons envoyer le message sans équivoque à tout adversaire que le coût d’une attaque contre le Royaume-Uni ou nos alliés sera toujours beaucoup plus grand que tout ce qu’il pourrait espérer gagner d’une telle attaque ». Le vote, dénué de volet financier, était de pure forme et certains élus de l’opposition l’ont qualifié de mascarade.

Le piège s’est donc refermé sur le parti travailliste. Pur prétexte, le texte gouvernemental, qui dispose que la dissuasion nucléaire « reste centrale pour la sécurité du Royaume-Uni » et reconnaît « l’importance des sous-marins Successor pour l’industrie de défense et des milliers d’emplois qualifiés », a été adopté par quatre cent soixante douze voix contre cent dix sept voix après cinq heures de débat. Vieillissants, les quatre sous-marins nucléaires Vanguard porteurs de missiles Trident, basés à Faslane, en Ecosse, doivent être remplacés par des Successor à l’horizon 2030.

Sur deux cent trente députés travaillistes, cent quarante et un ont voté pour et quarante huit ont voté contre, comme Jeremy Corbyn et comme les cinquante quatre députés indépendantistes écossais du Scottish National Party (SNP) qui ne veulent pas des sous-marins sur leur sol, tandis que quarante et un se sont abstenus. Mission accomplie, les fractures du parti travailliste sont apparues au grand jour. A la démonstration de force de Theresa May, Jeremy Corbyn, qui milite depuis des décennies pour le désarmement unilatéral contrairement aux positions officielles du parti qu’il dirige désormais, a répliqué que « je ne prendrais pas une décision qui tuerait des millions d’innocents. Je ne crois pas que la menace de meurtres de masse soit un moyen légitime de conduire les relations internationales ».

Il a souligné que la bombe atomique n’avait arrêté ni Saddam Hussein ni l’organisation Etat Islamique. Les syndicats, qui défendent les emplois liés aux sous-marins, avaient obligé Jeremy Corbyn à laisser les députés libres de leur vote. Le résultat a confirmé le faible soutien dont le chef du parti travailliste jouit parmi les députés, qui cherchent précisément à le renverser.

Les deux challengers de Jeremy Corbyn, Angela Eagle et Owen Smith, ont lancé leur campagne Lundi 18 Juillet 2016. Tous deux ont voté en faveur des nouveaux sous-marins nucléaires. Soutenu par l’extrême gauche et de nombreux jeunes adhérents, Jeremy Corbyn, lui, a promis de mettre le désarmement au cœur de sa campagne. « Une position irresponsable, narcissique et puérile », a tonné un député du parti travailliste. Le jeu de massacre doit durer tout l’été.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 18:59

https://www.zamanfrance.fr/article/turquie-suspend-temporairement-cedh-22785.html

La Turquie suspend temporairement la Convention Européenne des Droits de l'Homme (Reuters)

Le vice-premier ministre turc, Numan Kurtulmus, a annoncé Jeudi 21 Juillet 2016 que la Turquie allait temporairement déroger à la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) pendant l'état d'urgence, suivant l'exemple de la France.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé Mercredi 20 Juillet 2016 dans la soirée l'instauration de l'état d'urgence pour une durée de trois mois afin de donner au gouvernement les moyens de mener la lutte contre les auteurs du putsch avorté du Vendredi 15 Juillet 2016.

Jeudi 21 Juillet 2016, le vice-premier ministre Numan Kurtulmus a affirmé que l'état d'urgence pourrait prendre fin dans un mois à un mois et demi. Il a également annoncé que la Turquie allait temporairement déroger à la CEDH pendant l'état d'urgence conformément au quinzième article de la CEDH ainsi rédigé, « en cas de guerre ou en cas d’autre danger public menaçant la vie de la nation, toute haute partie contractante peut prendre des mesures dérogeant aux obligations prévues par la présente convention, dans la stricte mesure où la situation l’exige et à la condition que ces mesures ne soient pas en contradiction avec les autres obligations découlant du droit international. La disposition précédente n’autorise aucune dérogation au deuxième article relatif au droit à la vie, sauf pour le cas de décès résultant d’actes licites de guerre, au troisième article relatif à l'interdiction de la torture et des peines et traitements inhumains ou dégradants, au quatrième article relatif à l'interdiction de l’esclavage et de la servitude et au septième article relatif à l'interdiction des peines sans lois. Toute haute partie contractante qui exerce ce droit de dérogation tient le secrétaire général du conseil de l’Europe pleinement informé des mesures prises et des motifs qui les ont inspirées. Elle doit également informer le secrétaire général du conseil de l’Europe de la date à laquelle ces mesures ont cessé d’être en vigueur et les dispositions de la convention reçoivent de nouveau pleine application ».

En France, l'état d'urgence a été lancé après les attentats du Vendredi 13 Novembre 2015 à Paris. Le sénat et l'assemblée nationale ont voté Mercredi 20 Juillet 2016 son prolongement pour six mois, jusqu'au mois de janvier 2017.

La Turquie promet plus de démocratie malgré l'état d'urgence

L'instauration ces mesures exceptionnelles a pour objectif d'éviter que se produise une nouvelle tentative de coup d'état, a expliqué le ministre de la Justice, Bekir Bozdag, assurant que les citoyens turcs ne ressentiraient aucun changement dans leur vie de tous les jours.

Un député du principal parti d'opposition, le parti républicain du peuple (CHP), a estimé que l'état d'urgence revenait à instaurer « une manière de gouverner qui ouvre la voie à des abus ».

Le parti d’action nationaliste (MHP) a en outre exprimé son soutien à la décision du président, son chef de file, Devlet Bahceli, l'assurant de son soutien « inconditionnel dans cette période sombre et difficile, quoi qu'il en coûte ».

Le vice-premier ministre Mehmet Simsek a quant à lui assuré que la Turquie ne renouerait pas avec la répression qu'elle a subie sous la loi martiale au cours des dernières décennies.

« L'état d'urgence en Turquie n'inclura aucune restriction de mouvement, de réunion et de liberté de la presse. Il ne s'agit pas de la loi martiale des années 1990 », a-t-il écrit sur Twitter. « J'ai confiance, la Turquie en sortira avec une démocratie renforcée, une économie de marché qui fonctionne mieux et un climat plus favorable à l'investissement ».

Mais les marchés financiers, qui apprécient généralement l'ancien banquier qu'est Mehmet Simsek, ne semblaient pas convaincus dans l'immédiat, la livre turque a touché un nouveau plus bas historique face au dollar et la bourse d'Istanbul perdait près de 3,5% à la mi-journée.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 18:37

La loi travail définitivement adoptée (Reuters)

Le projet de loi travail, qui a provoqué plus de trois mois de contestation syndicale parfois émaillée de violences, a été définitivement adopté Jeudi 21 Juillet 2016 par le parlement français, aucune motion de censure n'ayant été déposée dans les dernières vingt quatre heures.

Faute d'une majorité absolue à l'assemblée nationale, le premier ministre Manuel Valls a été contraint Mercredi 20 Juillet 2016 d'utiliser la procédure du quarante neuvième article de la constitution française qui permet de faire adopter un texte sans vote si aucune motion de censure n'est déposée et adoptée.

Comme lors de la première et de la seconde lecture, le premier ministre a été contraint d'utiliser cette procédure contraignante face aux oppositions conjugées d'une partie de la gauche et de la totalité de la droite et du centre.

Le Front De Gauche (FDG), des écologistes proches de Cécile Duflot ainsi que les frondeurs socialistes sont hostiles à cette réforme ainsi que, pour des raisons opposées, le groupe des Républicains et le groupe de l'Union des Démocrates et des Indépendants (UDI).

Pour la première lecture, le groupe des Républicains et le groupe de l'UDI avaient déposé une motion de censure qui avait été rejetée. Ils avaient renoncé ensuite à en déposer une nouvelle.

La gauche de la gauche a tenté en vain de déposer une motion de censure mais n'a pu y parvenir, ne rassemblant que cinquante six signatures alors que cinquante huit signatures étaient nécessaires.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 18:20

Recep Tayyip Erdogan annonce l'instauration de l'état d'urgence en Turquie (Reuters)

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé Mercredi 20 Juillet 2016 l'instauration de l'état d'urgence, qui devrait être en vigueur durant trois mois, afin de prendre des mesures contre les auteurs du coup d'état militaire avorté du Vendredi 15 Juillet 2016.

Selon le numéro un turc, ce régime d'exception ne viole en aucun cas la constitution du pays et ne porte pas atteinte aux libertés fondamentales.

Une fois entré en vigueur, l'état d'urgence permettra à l'exécutif turc de prendre de nouvelles lois sans passer par le parlement et de limiter ou suspendre certains droits et certaines libertés s'il le juge nécessaire.

Recep Tayyip Erdogan a fait cette annonce lors d'une déclaration diffusée en direct à la télévision à l'issue d'un conseil national de sécurité, cinq jours après la tentative de renversement par une partie de l'armée.

Au premier rang des accusés désignés par le pouvoir figure le prédicateur en exil Fethullah Gülen, présenté comme le commanditaire du putsch manqué.

Recep tayyip Erdogan a par ailleurs affirmé que la dégradation de la note de la Turquie par Standard and Poor's ne reflétait en rien la réalité de l'économie turque.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:58

http://www.alencontre.org/moyenorient/syrie/alep-appel-urgent.html

http://www.souriahouria.com/appel-urgent-alep

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article38534

Appel urgent pour Alep

Par Brita Hagi Hasan, président du conseil local de la ville d'Alep

Lundi 11 Juillet 2016

Le conseil local de la ville d’Alep, élu démocratiquement pour représenter plus de quatre cent mille personnes vivant à Alep, tient à informer les partenaires politiques sur la scène internationale, ainsi que les organisations civiles, les Organisations Non Gouvernementales (ONG) et les médias que les civils vivent sous la menace d’une catastrophe. Elle coïncide avec le siège imposé par le régime de Bachar al Assad, fort de l’appui des mercenaires iraniens et des miliciens du Hezbollah, soutenu par l’aviation russe, siège qui se renforce puisque a été coupée l’unique voie de ravitaillement en nourriture et en carburant pour les civils. Ce siège constitue une forme de punition collective.

Actuellement, les civils souffrent d’un manque de nourriture, d'eau et de carburant, à la suite d’une pénurie grave d’alimentation. Il manque aussi bien de l’eau que de la farine pour faire du pain, ainsi que du mazout pour les fours, alors qu'ils font face à un été chaud. A long terme, les femmes, les enfants et les hommes souffriront d’une situation catastrophique conduisant même à une situation pire que celle actuelle et à des conséquences plus désastreuses.

Celui qui assassine enfants et parents actuellement n’hésitera pas à détruire toute la ville sur les têtes de ses habitats qui sont restés. Faut-il rappeler que protéger les civils par toutes les parties impliquées lors des opérations militaires est un devoir consacré dans les pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme et aux conventions ratifiées par le gouvernement syrien.

Le bureau exécutif du conseil local de la ville d'Alep demande l’intervention des organisations internationales, des gouvernements régionaux et internationaux impliqués dans la situation en Syrie ainsi que des ONG pour faire respecter un cessez-le-feu et obliger les forces du régime, ses mercenaires et l’aviation russe, à lever le siège imposé de facto aux civils de la ville, empêcher une catastrophe humanitaire et assurer une vie décente aux citoyens tel que stipulé dans les lois célestes et dans les chartes des droits de l’homme.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:41

La Turquie prépare des mesures d'urgence (Reuters)

La Turquie devait annoncer Mercredi 20 Juillet 2016 une série de mesures d'urgence censées permettre le retour à la stabilité et à prévenir des retombées économiques après la tentative avortée de coup d’état du Vendredi 15 Juillet 2016, qui a conduit Ankara à des purges massives au sein de l'armée, de la police, de l'administration et de l'éducation nationale.

Quelque soixante mille soldats, policiers, juges, fonctionnaires et enseignants ont été suspendus, arrêtés ou mis en examen depuis Vendredi 15 Juillet 2016.

La chaîne de télévision publique TRT a rapporté Mercredi 20 Juillet 2016 que le haut conseil de l'enseignement avait interdit à tous les universitaires du pays de se rendre à l'étranger jusqu'à nouvel ordre, une mesure censée empêcher des complices de la tentative de coup d’état de fuir le pays.

« Les universités ont toujours joué un rôle clé pour les juntes militaires en Turquie et certaines personnes passent pour être en contact avec des cellules au sein de l'armée », a déclaré un responsable turc.

Le président Recep Tayyip Erdogan accuse les réseaux du prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, d'être à l'origine du putsch manqué du Vendredi 15 Juillet 2016, qui a fait plus de deux cent trente morts. Il a promis d'éliminer le virus responsable du coup d’état dans toutes les institutions du pays.

L'ampleur des purges des derniers jours a suscité l'inquiétude chez plusieurs alliés occidentaux d'Ankara, qui craignent que Recep Tayyip Erdogan ne tente d'étouffer toute dissidence potentielle, y compris en visant des opposants sans aucun lien avec le putsch.

Recep Tayyip Erdogan devait présider Mercredi 20 Juillet 2016 un conseil des ministres puis un conseil de sécurité nationale à l'issue desquels une série de mesures d'urgence devait être annoncée.

Les ministres et les principaux responsables concernés n'ont pas été informés à l'avance de la tenue de ces réunions.

Ankara cherche à préserver l’économie

« Le conseil des ministres est classé au plus haut niveau pour des raisons de sécurité nationale. Le palais présidentiel ne donnera un dossier aux ministres que juste avant », a dit un haut responsable à Reuters. « Les ministres ne savent pas encore de quoi il sera question ».

Environ un tiers des trois cent soixante généraux turcs en fonctions ont été arrêtés depuis Vendredi 15 Juillet 2016, a précisé une autre source, précisant que quatre vingt dix neuf généraux avaient été inculpés et que quatorze autres généraux restaient en état d'arrestation.

Le ministère de la défense enquête sur tous les juges et procureurs militaires et a déjà suspendu deux cent soixante deux d'entre eux, a rapporté la chaîne de télévision NTV. On compte parallèlement neuf cent suspensions au sein de la police d'Ankara et la purge vise jusqu'aux fonctionnaires des ministères de l’environnement et des sports.

La menace d'une période prolongée d'instabilité en Turquie, pays membre de l'Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et voisin de la Syrie, ébranle par ailleurs la confiance des investisseurs.

La livre turque est tombée Mercredi 20 Juillet 2016 à son plus bas niveau depuis dix mois et la bourse d'Istanbul a chuté de 9,5% depuis le début de la semaine.

Le vice-premier ministre Mehmet Simsek a déclaré à Reuters que la priorité des mesures examinées Mercredi 20 Juillet 2016 serait d'empêcher une dégradation de la situation économique.

Dans un témoignage publié par le quotidien Hurriyet et corroboré par un responsable turc, un colonel d'infanterie explique que les responsables de la tentative de coup d’état ont tenté de convaincre le chef d'état-major de l'armée, Hulusi Akar, qui était retenu en otage, de se joindre aux putschistes pour renverser Recep Tayyip Erdogan, mais qu'il a refusé.

« Quand il a refusé, ils n'ont pas réussi non plus à convaincre des officiers de haut rang. Le refus d’Hulusi Akar de participer a conduit à l'échec de la tentative de coup d’état », ajoute le procès-verbal publié par le journal.

Plusieurs médias fermés

Le président Recep Tayyip Erdogan, le premier ministre Binali Yildirim, des ministres, des officiers supérieurs et des généraux étaient censés être arrêtés un par un pendant la nuit du coup d’état, précise-t-il.

Si les alliés occidentaux de la Turquie lui ont manifesté leur solidarité et leur soutien, ils ont aussi exprimé leur préoccupation face à l'ampleur et à la sévérité des décisions prises ces derniers jours, rappelant à Ankara la nécessité de respecter les principes démocratiques.

Mardi 19 Juillet 2016, les autorités ont fermé plusieurs médias présentés comme des soutiens de Fethullah Gülen et elles ont annoncé la suspension de quinze mille fonctionnaires de l'éducation et de cent membres des services de renseignement. On compte en outre quatre cent quatre vingt douze suspensions au sein de la direction des affaires religieuses, deux cent cinquante sept suspensions dans les services du premier ministre et trois cent suspensions au ministère de l’énergie.

Ces décisions se sont ajoutées à l'arrestation de plus de six mille membres des forces armées, des simples soldats aux officiers de commandement, et à la suspension de près de trois mille juges et procureurs. Environ huit mille policiers ont aussi été suspendus.

Zeid Raad al Hussein, haut commissaire de l'Organisation des Nations Unies (ONU) aux droits de l'homme, a exprimé sa vive inquiétude Mardi 19 Juillet 2016 et appelé la Turquie à autoriser des observateurs indépendants à rendre visite aux personnes incarcérées.

Le ministère des affaires étrangères a estimé que toute critique des mesures prises par le gouvernement en réaction à la tentative de coup d’état revenait à soutenir celle-ci.

Ankara a par ailleurs communiqué aux autorités américaines des documents censés appuyer une future demande formelle d'extradition de Fethullah Gülen.

Une telle demande se heurterait à de nombreux obstacles juridiques et politiques aux Etats-Unis et même si elle était approuvée par un juge, la décision définitive relèverait du secrétaire d’état, John Kerry, qui peut prendre en considération des facteurs autres que juridiques.

« J'appelle le gouvernement américain à rejeter toute tentative d'abus de la procédure d'extradition à des fins de vengeance politique », a dit Fethullah Gülen Mardi 19 Juillet 2016 dans un communiqué publié par un groupe proche de son mouvement.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 19:21

http://lelab.europe1.fr/26-deputes-votent-contre-la-prorogation-de-letat-durgence-2803399

Vingt six députés votent contre la prorogation de l'état d'urgence

Les députés ont voté, tôt, Mercredi 20 Juillet 2016, la prorogation de l'état d'urgence pour six mois. Ce régime d'exception, en vigueur en France depuis les attentats du Vendredi 13 Novembre 2015, va ainsi être prolongé jusqu'au mois de janvier 2017.

La prorogation de l'état d'urgence a été largement votée par quatre cent quatre vingt neuf voix pour, vingt six voix contre et quatre abstentions.

Au mois de mai 2016, le régime d'exception avait été prolongé par quarante six voix pour, vingt voix contre et deux abstentions. Surtout, au mois de février 2016, moins de six mois après les attaques terroristes perpétrées à Paris et à Saint-Denis, cent quatre vingt dix neuf députés s'étaient opposés à la prolongation de l'état d'urgence.

Cette fois, les députés des Républicains ont tous voté pour, à l'exception du président du parti chrétien démocrate et candidat à la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson.

Au sein du groupe socialiste, écologiste et républicain, sept élus se sont opposés à cette prolongation, Fanélie Carrey-Conte, Linda Gourjade, Jean-Luc Laurent, Denys Robiliard, Barbara Romagnan, Gérard Sebaoun et Suzanne Tallard.

Du côté du groupe de la gauche démocrate et républicaine, sept députés se sont également prononcés contre, François Asensi, Alain Bocquet, Marie-George Buffet, Jean-Jacques Candelier, Patrice Carvalho, André Chassaigne et Jacqueline Fraysse.

Les deux élus du Front National que sont Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté pour.

Les autres opposants sont à trouver au sein des non-inscrits. Il s'agit de Laurence Abeille, Pouria Amirshahi, Isabelle Attard, Danielle Auroi, Michèle Bonneton, Sergio Coronado, Cécile Duflot, Noël Mamère, Philippe Noguès, Jean-Louis Roumégas et Eva Sas.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens