Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 20:03

http://europalestine.com/spip.php?article4370


Nouvelles menaces de mort envoyées à la Librairie Résistances

Un individu nommé Jérôme Drahi (ou Drahy) a comparu jeudi devant la 23ème Chambre correctionnelle du tribunal de Paris, pour des menaces de mort, à caractère raciste, proférées quelques jours plus tôt à l’encontre de la Librairie Résistances (Paris XVIIème) et de ses animateurs.

Voici le message envoyé par Drahi, :

From : jerome ffeg To : info@librairie-resistances.com Sent : Sunday, September 13, 2009 2:26 PM

MES POTES DE LA LDJ VOUS ONT BIEN NIKER VOTRE LIBRAIRIE RESISTANCEEE HEINN GREGORY ET JASON MES FRERES VOUS ONT BIEN BAISER VOS MERES ET VOS LIVRES A LA CON ET VOUS INKIETTEZ PAS PSKE POUR L INSTANT CE N ETAIT ENCORE KE DES AVERTISSEMENTS...

vous allez gouter a la douleur bande denfoirrer dvos meres les putes ! a mort tout les palestiniens faut les chasser de notre terre et ceux kil veule pa partir : une balle dans la tete par nos soldats de tsahal !

jvous é tous enculer en france et ca va continuer bcq plus ,violement encore et bientot jvé partir en israel construire des belles et grande colonies en territoire ocupé ptite salope on vous nike vos mere koi ki spasse PTITE MERDE

BIENTOT LIBERMANN AU POUVOIR ET DOMAGE KE TONTON RAV MEIR KAHANA NE SOIT PLUS LA POUR ETRE ELU A L HEURE ACTUEL PSK IL AURAI FAIT L MENAGE C UN BON LUI ! »

On ne commentera pas plus avant la prose du sieur Drahi.

Rappelons seulement que lorsqu’il évoque ses « potes » Gregory et Jason, il fait référence à deux nervis notoires, à savoir Grégory Chelly, condamné en juillet pour le saccage de la Librairie Résistances, et Jason T., mis en examen dans au moins une autre affaire de violences.

Nicolas Shahshahani, gérant de la librairie, a déposé plainte lundi 14 septembre. Jeudi à 12h30, il reçoit un appel téléphonique du Parquet de Paris, l’informant que l’auteur des menaces a été arrêté, et qu’il va être jugé, séance tenante.

A l’audience, Drahi, qui se présente comme « auxiliaire d’éducation à temps partiel » dans un établissement secondaire privé a confirmé qu’il avait avoué les faits au cours de sa garde à vue, puis il a demandé le renvoi, comme cela est de droit, pour préparer sa défense. Le procès aura lieu le 22 octobre prochain, devant la même Chambre.

A la différence de la plupart des personnes qui ont comparu jeudi devant la 23ème Chambre correctionnelle, Drahi a quitté le tribunal en homme libre, à l’issue d’une journée où des condamnations à des peines de prison ferme ont été prononcées en série, pour des infractions d’une gravité relative : trois jeunes d’à peine 18 ans ont par exemple pris 8 mois ferme pour une bagarre ayant fait un blessé léger dans le groupe adverse.

Le tribunal a en effet estimé qu’une mesure de contrôle judiciaire (un pointage hebdomadaire au commissariat le plus proche du domicile de l’intéressé, en Seine-et-Marne) suffisait à garantir la présence de Drahi à son procès le mois prochain, et qu’il n’y avait donc pas lieu de placer le prévenu en détention préventive.

L’avocate de la libraririe, partie civile, a quand même fait observer que l’impunité des voyous de l’extrême-droite pro-israélienne a jusqu’à présent été sans limites en France.

Y compris dans les rares cas où des condamnations sont prononcées, les peines, carcérales ou pécuniaires, n’ont en effet jamais le début du commencement d’une application, l’appareil judiciaire se refusant à prendre les diverses mesures pratiques permettant l’exécution des jugements (communication de l’adresse des condamnés pour obtenir les dommages et intérêts, mandats de dépôt pour les peines de prison ferme, signalements aux frontières pour les contrôles judiciaires, etc.)

Rien n’empêche donc Drahi, qui a avoué au cours de sa garde à vue sa volonté de partir en Israël –pour participer au génocide du peuple palestinien, comme il en bave d’envie dans son email- de prendre, quand il le veut, son billet d’avion. A suivre.



Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 17:28

LE DANEMARK ABANDONNE LA LOI CONTRE LA BURQA

Le débat est clos... Après avoir envisagé d´adopter une loi contre le port de la burqa, le Danemark a finalement jeté l´éponge. Voter une loi contre le port de la burqa remettrait en cause les textes juridiques de la Convention européenne des droits de l´Homme et de la Constitution. Une mission que le ministre de la justice et le parti conservateur se refusent d´assumer. Mais la bataille contre le port de la burqa n´est pas pour autant terminée. Un groupe de travail planche toujours pour trouver d´autres moyens de lutter contre la propagation de la burqa dans l´espace public. En France, une mission parlementaire a été mandatée pour réfléchir à la création d´une éventuelle loi. Elle remettra son rapport à la fin de l´année 2010.

http://www.elle.fr/elle/societe/news/le-danemark-abandonne-la-loi-contre-la-burqa/



Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 17:20

Brzezinski : si Israël attaque l´Iran, il faudra intercepter ses bombardiers   

Le bras de fer entre Washington et Tel-Aviv se durcit. Interrogé par le journaliste « anti-conspirationni ste » Gerald Posner pour le site Internet Daily Beast, Zbigniew Brzezinski a appelé à la fermeté si Israël passait outre les injonctions US et attaquait l´Iran.

Daily Beast est un site people qui compte Tony Blair et Condoleezza Rice parmi ses contributeurs réguliers.

M. Brzezinski, qui fut conseiller de sécurité nationale du président Carter et forma le jeune Barack Obama aux relations internationales, est toujours le secrétaire général de la Commission trilatérale.

Selon lui, si les bombardiers israéliens venaient à traverser l´espace aérien irakien pour attaquer l´Iran, les États-Unis ne devraient pas hésiter à les intercepter, voire à les détruire comme Israël tira sans hésiter sur l´USS Liberty durant la guerre des Six jours.

http://www.voltairenet.org/article162188.html


Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 16:10

http://fr.news.yahoo.com/4/20090923/tts-france-sans-papiers-paris-ca02f96.html


Une cinquantaine de sans-papiers évacués à Paris (Reuters)

Une cinquantaine de sans-papiers ont été évacués mercredi des trottoirs proches de la Bourse du Travail, dans le IIIe arrondissement de Paris, qu'ils occupaient depuis juin dernier.

Au total, 55 personnes (50 hommes, 3 femmes et deux enfants) ont été expulsés sans incident vers 07h00, a précisé un porte-parole de la préfecture de police.

Les autorités, qui ont invoqué les "conditions sanitaires" déplorables dans lesquelles vivait le groupe, ont reçu une délégation de cinq personnes après l'évacuation de ce campement de fortune, dans le centre de la capitale.

Le groupe avait décidé de rester sur le trottoir après l'évacuation musclée par le service d'ordre de la CGT, en juin dernier, des locaux du syndicat à la Bourse du Travail, occupée par près de 800 sans-papiers depuis plus d'un an.

Plusieurs centaines d'autres immigrés se sont installés dans un bâtiment désaffecté de la Caisse primaire d'assurance-maladie (CPAM) dans le XVIIIe arrondissement de Paris mais une décision de justice leur a récemment ordonné de quitter les lieux.

Leur collectif réclame 1.200 régularisations, alors que les autorités s'étaient engagées à examiner "avec bienveillance" 300 dossiers s'ils quittaient les parages de la Bourse du Travail.


Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 16:02


http://fr.news.yahoo.com/4/20090923/tts-france-immigration-calais-ca02f96.html

 

A Calais, bulldozers et migrants sont de retour (Reuters)

Au lendemain du démantèlement du plus grand camp de migrants de Calais, bon nombre d'entre étaient de retour dans la ville mercredi alors que les bulldozers effacent les dernières traces de la "jungle".

Des associations d'aide aux migrants rapportent que des dizaines d'entre eux, interpellés mardi ou partis dans les semaines qui ont précédé l'opération, cherchaient mercredi de nouveaux lieux où passer leurs nuits.

Certains ont trouvé refuge dans d'autres petits camps de fortune ou dans des tentes plantées dans les dunes.

Plusieurs dizaines sont venus à midi à la distribution de repas, organisée par l'association La belle étoile.

L'intervention de police mardi matin dans la "jungle", une zone de campements de fortune, s'est soldée par l'interpellation de 276 migrants en situation irrégulière.

La préfecture du Pas-de-Calais a annoncé que 21 migrants avaient été libérés mardi soir, sans en préciser les raisons, et que 130 majeurs étaient en cours de transfert vers des centres de rétention. Les 125 mineurs interpellés ont, eux, été dirigés vers des centres d'accueil.

Il n'a fallu que quelques minutes pour détruire les abris faits de carton et de tôle - des matériaux évacués mercredi, sous l'oeil des habitants.

"Après tant d'années, c'est un soulagement. La nuit, nous serons plus en sécurité, il n'y aura plus de problèmes, on ne les entendra plus se battre entre eux", estime Jean-Louis Tieusset, propriétaire du Café des dunes voisin. "Je pense que nous allons pouvoir mieux dormir maintenant."

DÉBOUSSOLÉS

L'installation des migrants dans d'autres quartiers de Calais n'est plus son problème. "Je ne dis pas que tout le monde doit s'y coller mais pendant cinq ans, j'ai eu ma part", explique le cafetier.

"Il faut une solution rapide. Il y a beaucoup d'enfants dans ces camps. Ils ne devraient pas être là", ajoute-t-il.

Une animatrice du Secours catholique de la ville raconte que les candidats à l'immigration au Royaume-Uni ont changé d'attitude depuis l'intervention policière.

"J'ai vu des migrants interpellés hier qui sont revenus sur Calais, ils sont déboussolés, ne savent pas où dormir. Avec les autres, ils cherchent des endroits, des refuges de fortune, il y en a beaucoup dans les parcs et squares", dit Mariam Rachih.

"Ils nous ont montré le papier que la police leur a donné. Ils sont revenus sans lacets, sans ceinture, sans argent, tout est resté à Lille car ils ne savaient pas qu'ils pouvaient les récupérer.

"On sent que les migrants sont craintifs, ils viennent moins facilement vers nous", remarque Mariam Rachih, qui a distribué thé et gâteaux mercredi en fin de matinée.

La "jungle" s'était constituée progressivement après la fermeture du centre de la Croix-Rouge de Sangatte en décembre 2002. Jusqu'à 800 migrants s'y étaient regroupés, des Afghans mais aussi des Irakiens et des Erythréens.

Depuis l'annonce du projet de fermeture début 2009 par le ministre de l'Immigration, Eric Besson, la zone s'était vidée peu à peu jusqu'à ne compter qu'une centaine d'occupants.

Mardi, Eric Besson, présent sur place, s'est félicité d'avoir "cassé l'outil des passeurs" et précisé que les opérations de démolition dureraient jusqu'à la fin de la semaine pour éviter toute réinstallation des migrants.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 20:23

http://www.rue89.com/2009/09/16/les-algeriens-des-militaires-analphabetes-freche-reprend-la-tete


Les Algériens, "des militaires analphabètes": Frêche reprend la tête

Pour se dédouaner après sa sortie de Seignosse sur les Arabes [1], Brice Hortefeux évoquait hier à l'Assemblée les turpitudes de George Frêche [2], exclu du PS après ses déclarations sur les Harkis.

Histoire de rendre à César ce qui appartient au président de région, les Verts du Languedoc-Roussillon diffusent ce mercredi 16 septembre un communiqué rappelant l'incontestable domination de George Frêche sur la sortie à caractère raciste.

Au mois de mai, dans une déclaration alors passée largement inaperçue, il déclarait :

« Les Algériens c'est des militaires qui prennent de l'argent du pétrole qu'on leur a fourni à Tamanrasset et qui le foutent dans des banques suisses. La plupart sont analphabètes et n'ont jamais lu le Coran et ne comptez pas sur eux pour se guider sur Mahomet. »

George Frêche prend donc un large avantage. En attendant une riposte de Brice Hortefeux ?




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 20:08

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/09/22/des-emeutes-eclatent-au-honduras_1243760_3222.html#ens_id=1211761&xtor=AL-32280151


Le Honduras sous tension, Zelaya "assiégé" à l'ambassade du Brésil

LEMONDE.FR avec AFP | 22.09.09 | 16h00  •  Mis à jour le 22.09.09 | 19h14

Au lendemain de son retour surprise sur le sol hondurien, le président déchu Manuel Zelaya était "assiégé" dans l'ambassade du Brésil, mardi 22 septembre. Dans la matinée, l'armée et la police ont encerclé le bâtiment où s'était installé M. Zelaya et ont chassé plusieurs milliers de ses partisans qui avaient passé la nuit devant l'immeuble.

Le gouvernement de Roberto Micheletti, l'ex-président du Congrès qui a pris la place de M. Zelaya à la tête de l'Etat, a réagi autoritairement en apprenant son retour, qui l'avait manifestement pris de court : il a fermé tous les aéroports du pays, instauré un couvre-feu national jusqu'à mardi soir, et fait donner la troupe à l'aube pour chasser les quelque 4 000 partisans du président renversé qui avaient passé la nuit devant l'ambassade. La police a toutefois affirmé ne pas avoir l'intention d'entrer dans les locaux.

"Le pays est en état de siège, l'aéroport est fermé", a indiqué, depuis New York, le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva. M. Lula a demandé aux militaires, au pouvoir de facto selon lui, d'accepter une solution "négociée et démocratique" qui permette le retour de M. Zelaya, tandis que celui-ci affirmait à Tegucigalpa avoir entamé "des conversations" avec les militaires pour une sortie de crise.

"SONS STRIDENTS"

A grand renfort de gaz lacrymogènes et de coups de matraque, militaires et policiers en tenue anti-émeute ont vidé mardi matin les abords de l'ambassade, et branché des haut-parleurs crachant à pleine intensité l'hymne national du Honduras – "des sons stridents pour tenter de rendre fous ceux qui se trouvent à l'intérieur", a expliqué M. Zelaya depuis l'ambassade.

Le bâtiment est privé d'eau, d'électricité et du téléphone, le tout coupé par les autorités de fait, selon le ministère des affaires étrangères brésilien. "Ici, ce sont des coups de feu, des grenades lacrymogènes, il s'instaure une dictature répressive et criminelle au Honduras, et il faut l'arrêter immédiatement", a déclaré M. Zelaya lui-même depuis l'intérieur de l'ambassade à la chaîne de télévision américaine CNN

UNE CHANCE DE RÉSOUDRE LA CRISE

L'Organisation des Etats américains (OEA) a appelé le gouvernement de M. Micheletti à garantir la sécurité de M. Zelaya, et demandé à toutes les parties d'éviter la violence. Le secrétaire général de l'OEA, José Miguel Insulza, avait prévu de se rendre "au plus tôt" à Tegucigalpa, mais a dû y renoncer en raison de la fermeture des aéroports, a-t-il expliqué, estimant que "la négociation est la seule solution".

L'ensemble de la communauté internationale, qui soutient M. Zelaya depuis le coup d'Etat, appelle au "calme" et au "dialogue". L'Union européenne a toutefois implicitement rappelé à l'ordre M. Zelaya qui, dès son retour, avait appelé l'armée à "retourner ses fusils contre les ennemis du peuple", tandis que M. Arias et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton estimaient lundi soir que son retour surprise offrait une chance de résoudre la crise.

M. Zelaya avait été renversé le 28 juin par un coup d'Etat condamné par la communauté internationale, alors qu'il voulait organiser contre l'avis de la Cour suprême une consultation populaire pour permettre la réélection du chef de l'Etat, actuellement interdite par la Constitution hondurienne.






Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 11:03

http://fr.news.yahoo.com/3/20090921/tfr-justice-clearstream-villepin-encadre-342d366.html


La déclaration de Dominique de Villepin avant le procès Clearstream (Associated Press)

Voici l'intégralité de la déclaration faite lundi par Dominique de Villepin avant l'ouverture du procès Clearstream devant le tribunal correctionnel de Paris

"Nous sommes aujourd'hui le 21 septembre. C'est le jour anniversaire de la République française. C'est aussi le jour dédié par les Nations unies pour la paix dans le monde. J'espère que l'exigence de justice sera au rendez-vous.

Je suis ici par la volonté d'un homme, je suis ici par l'acharnement d'un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française. J'en sortirai libre et blanchi au nom du peuple français. Certains voudraient croire qu'il n'y a pas dans notre pays de procès politique, je veux le croire aussi et pourtant nous sommes ici en 2009 et nous sommes en France.

Je veux redire que mon combat n'est pas un combat personnel, c'est le combat de toutes celles et tous ceux qui se battent contre l'injustice, c'est le combat de toutes celles et tous ceux qui sont victimes de l'abus de pouvoir. La justice est un bien précieux mais c'est aussi un bien fragile qui demande l'engagement de tous. Je sais que la vérité triomphera. Je vous remercie". AP



Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 18:58

Compte-rendu de la manifestation du 17 Septembre

Le 17 Septembre les branches métallurgie et chimie de la CGT étaient appelées par leurs fédérations à une manifestation devant le palais Brongnart , siège de la Bourse capitaliste française. Journée d'action bien entendu, d'un ou deux secteurs directement et violemment touchés par la crise industrielle et de surcroît limitée à la seule CGT et à SUD qui avait rallié la manifestation par un appel unitaire et était présente .

Dès 10h30 une petite troupe attendait la manifestation qui devait arriver par le boulevard. Des militants NPA difusant des tracts, Arlette Laguiillier pour LO, Mélenchon passant d'une interview à l'autre, Besancenot descendant à toute allure la manif , suivi de caméramans essouflés, le député PCF Gremetz moins sollicité et même un Georges Sarre et un Montebourg (PS) au milieu de quelques élus écharpés de tricolore .

Tous interessés à recupérer à l'occasion un interview télévisé. Quelques autres groupes poltiques ou syndicaux diffusant leur presse parmi des jeunes cadres dynamiques (des traders ?) pressés d'entrer dans le temple.

Ambiance feutrée d'habitués jusqu'à que le bruit grandissant annonce l'arrivée d'une manifestation bruyante, combattive, ouvrière, bariolée de drapeaux, de banderoles aux mots d'ordre clairs et nets : "aucun licenciement, stop aux licenciements" etc ..

Sur les 4 à 5000 manifestants, les Goodyear, Continental, Renault Cléon, Valeo, Freescale, Mac Cormick, Dunlop Montluçon, Wagon, GM, Michelin, New Fabris, Ford, Philips…, et surtout la  métallurgie CGT du Nord-Pas, avec les USTM CGT 91 et Nord faisaient le gros sionon l'essentiel du cortège.  A noter un cortège CFDT sous le mot d'ordre "aucun licenciement"

Deux voitures sono menaient le bal : la première animée par un permanent de la fédération et la deuxième mise à disposition par les syndicats et l'USTM du Nord .

D'un côté les mots d'ordre confédéraux habituels de la demande de ré industrialisation et de négociation adressées au pouvoir en place, de l'autre un discours combattif où revenaient sans cesse les mots d'ordre : "Tout est à nous, rien n'est à eux . Tout ce qu'ils ont ils l'ont volé " et "Tous ensemble, grève générale".Mais tous mettront en avant la lutte pour la libération et l'arrêt des poursuites contre les 6 de Conti.

A l'arrivée sur la place , la voiture sono confédérale se gare devant les grilles de la Bourse. La voiture de la région Nord continue un peu et avance sur le côté de la Bourse . Là deux meetings se tiennent , sur des positions complètement différentes. La masse de la manif oscille de l'un à l'autre, des ouvriers essayant d'entendre et de comparer les deux discours. (lire plus bas le discours de JP Delannoy responsable de la Région CGT Métallurgie)

A un moment, un mouvement de foule s'opère , une partie de la manif s'engouffre dans l'enceinte protégée de la bourse . Bientôt ce seront plusieurs centaine de militants qui se retrouveront sur les marches, déployant leurs banderoles face à la voiture sono de la fédération qui essaye désespérément de couvrir les slogans "Tout est à nous, rien n'est à eux . Tout ce qu'ils ont ils l'ont volé " et "Tous ensemble, grève générale".

Devant le discours fleuve du permanent fédéral de la CGT qui poursuit imperturbablement , des interrogations fusent : "Où est Thibault ?" Les Contis , Goodyar , Mac Cormick sont  restés en bas, auprès de la voiture de la fédération et attendent une occasion de prendre la parole.

La masse des manifestants , indécise, regarde ce face à face étrange , prémonitoire de mouvements futurs, les éléments les plus avancés occupant les marches de la Bourse face à la voiture sono de la fédération.. Au bout de quelque temps le permanent de la Fédération , sans doute fatigué de se faire huer, céde la place .

Le représentant des Continental, puis celui de Goodyear montent sur la voiture sono, pour des discours bien plus offensifs, ciblant la responsabilité des patrons et du gouvernement, n'offrant malheureusement aucune autre perspective que de mener les luttes à un niveau plus élevé, dans le cadre d'une "riposte globale". Sans dire laquelle
Entre temps plusieurs cars sont arrivés et lâchent leurs cohortes de policiers et de CRS comme à la manœuvre . La bourse s'évacue lentement.

Massive, combative manifestation qui a commencé à poser la question du combat du : Tous Ensemble , Grève générale ! Et Tous Ensemble, cela ne veut pas dire ceux de l'automobile uniquement, ceux de la CGT uniquement, cela veut dire Tous Ensemble !

Correspondant Tous Ensemble et CL-CGT de Lyon

INTERVENTION DE JEAN PIERRE DELANNOY, RESPONSABLE REGION CGT METALLURGIE Du Nord/Pas de Calais 

"C’est votre action, à vous les organisations d’entreprises qui a permis aujourd’hui d’imposer cette journée nationale d’action !

Ce 17 septembre marque une étape importante, celle d’avoir réussi à créer les premières convergences d’une mobilisation qui doit s’amplifier dans les semaines et les mois à venir.

Plus aucune suppression d’emplois, plus aucun licenciement, avec le maintien de tous les sites.

Voilà notre premier objectif.

La retraite pleine et entière à 55 ans pour tous les ouvriers de la Chimie, de la Métallurgie, du verre et de la céramique, avec la revalorisation des salaires pour tous de 200 €.

Voilà notre second objectif.

C’est parce que des militants de syndicats d’entreprises, avec leurs salariés, osent s’opposer frontalement aux plans de restructurations du Patronat que la Justice au service du Capital et du Gouvernement condamne des camarades comme les 6 de CONTINENTAL et veut criminaliser l’action syndicale en général.

Le message du pouvoir économique, de sa Justice et de son Gouvernement est clair !

Aux actionnaires le fric et la jouissance obtenus sur le dos des salariés

Aux travailleurs la souffrance et la misère !

Nous sommes ici aujourd’hui pour dire « NON, CELA SUFFIT !»

C’est pourquoi nous exigeons la relaxe des « Continental ». Cela doit devenir une revendication nationale de toutes les organisations syndicales.

Nous ne sommes pas des citrons que l’on jette après en avoir épuisé toute la force de travail.

Mais face à cette volonté démoniaque et aux enjeux, notamment pour l’avenir de toutes nos filières industrielles, l’on ne peut pas jouer « petit bras » avec des mobilisations épisodiques, mais par la construction d’un rapport de force durable et puissant.

Oui il est nécessaire que nous puissions construire un rapport de force qui bloque l’outil de production.

Certes la grève générale ne se décrète pas en appuyant sur le bouton. Mais encore faut-il que l’on ait la volonté de la construire en y donnant l’impulsion et la conviction nécessaires !

Aujourd’hui, ce 17 septembre est une étape importante. Le message délivré aujourd’hui par vous tous est clair. Il nous faut changer de stratégie de lutte si nous voulons gagner !

Mesurons bien ce qui est en train de grandir.

Mesurons bien les enjeux face aux batailles à venir.

La réussite de cette journée d’aujourd’hui, à l’initiative de certaines organisations syndicales à la base, démontre notre capacité d’action que nous pouvons avoir si l’impulsion nationale est donnée !"

www.tousensemblelyon.over-blog.com




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 18:45

http://fr.groups.yahoo.com/group/romain/message/16717


Le parlement brésilien recommande le gel de l’accès d’Israël au troisième marché d’exportation mondial

La Commission parlementaire brésilienne des affaires étrangères et de la défense nationale a recommandé que le Parlement ne ratifie pas l’accord de libre-échange entre Mercosur et l’État d’Israël jusqu’à ce que « Israël accepte la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967 ».

Cette décision est une pression explicite sur le gouvernement israélien pour qu’il se conforme au droit international. Elle fait pièce aux années de constantes pressions israéliennes poussant à la ratification de l’accord par le Parlement.

La Palestinian Grassroots Anti-Apartheid Wall Campaign (Campagne palestinienne de la base contre le mur de l’apartheid) et le Palestinian Boycott Divestment and Sanctions National Committee (BNC)* (Comité national palestinien pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions), ont fait une déclaration commune aujourd’hui dans laquelle ils présentent l’appel par le parlement brésilien en faveur du gel de l’accord de libre échange entre Israël et Mercosur.

Cette décision porte un coup énorme à l’économie et aux relations extérieures israéliennes. La décision est une pierre d’achoppement de taille empêchant l’établissement de l’accord qui, depuis sa signature en 2007, a été bloqué faute de sa ratification par les pays membres de Mercosur. Mercosur est un des marchés qui se développe le plus rapidement dans le monde où son économie occupe la cinquième place. Les exportations israéliennes vers Mercosur se sont chiffrées à près de 600 millions de dollars en 2006.

Israël s’est investi fortement pour faire approuver l’accord, et a concentré ses efforts particulièrement sur le Brésil, principale économie de Mercosur dont il est le plus puissant acteur politique. À lui seul le Brésil, même sans l’accord de libre-échange (ALE), est le troisième marché d’exportation israélien. En 2005, Ehud Olmert, à l’époque ministre du commerce, s’est rendu au Brésil pour obtenir l’appui du Président Lula en faveur de l’accord. Il y a un peu plus d’un mois, le ministre israélien des affaires étrangères, Avigdor Lieberman, s’est rendu au Brésil pour demander instamment la ratification de l’accord.

Depuis le début des négociations de l’ALE, les sommets de la société civile de Mercosur ont rejeté le marché commercial. Au nom du Comité BDS national palestinien (BNC), la Campagne palestinienne de la base contre le mur d’apartheid a travaillé avec des intellectuels, des mouvements sociaux, des partis et des hommes politiques brésiliens afin de bloquer la ratification de l’ALE. Le front pour la défense du peuple palestinien et le front parlementaire contre la ratification de l’ALE ont été formés pour appuyer l’appel palestinien contre l’ALE. En janvier, le BNC a remis une lettre au président Lula.

À la suite de cette lettre, la commission a accepté de tenir une audience publique avant de passer au vote hier.

Oscar Daniel Jadue, vice-président de la fédération palestinienne du Chili, a appelé au rejet de la loi. Il a argué que la ratification de l’accord viole le droit international et profite à un pays qui ne respecte pas les droits humains des Palestiniens.

« Je vous invite à réfléchir sur cette mesure qui récompenserait le gouvernement israélien et ouvrirait le marché latino-américain à un pays qui anéantit le peuple palestinien » a dit Jadue.

Arlene Clemesha, professeure d’histoire arabe à l’université de Sao Paulo et membre du réseau de coordination des Nations unies pour la Palestine, a plaidé contre le geste symbolique que représente la ratification de l’accord qui exclurait la production des colonies. Celle-ci, a-t-elle prévenu, est impossible à identifier puisque par le passé, Israël a commercialisé les produits des colonies comme étant des produits israéliens. Au lieu de cela, a-t-elle dit, pour que l’on s’achemine vers la paix, il faut que des forces internationales obligent Israël à mettre fin à l’occupation militaire des territoires palestiniens.

Les membres de la Commission parlementaire se sont dits d’accord avec Clemesha et Jadue et ont recommandé le gel de l’accord comme moyen de pression politique.

« Ce sera une modeste contribution, mais elle est spécifique. L’accord ne sera valable que s’ il est approuvé par les pays membres de Mercosur. Comme l’Uruguay l’a déjà approuvé, nous collaborerons avec l’Argentine et le Paraguay. Le gouvernement Lula a été courageux et il a dit publiquement que l’accord est gelé jusqu’à la reprise des négociations de paix » a déclaré M. Nilson Mourão (PT-AC).

Jamal Juma’, coordinateur de la Campagne palestinienne contre le mur d’apartheid a ajouté :

« Après des années de campagne, nous sommes extrêmement heureux de cette décision. C’est une victoire majeure qui n’a été possible que grâce à l’appui important et déterminé de la société civile au Brésil ».

Il a poursuivi : « cette décision a montré que les gouvernements démocratiques d’Amérique latine sont des alliés de la justice et sont prêts à prendre une position intègre au sujet de la Palestine en dépit des pressions de la part des Israéliens. La délégation Liebermann a essayé de faire croire au Brésil qu’il pourrait devenir un « médiateur » dans la région s’il se montrait « impartial » et soutenait les intérêts israéliens auprès de l’ALE. Toutefois les hommes politiques brésiliens ne sont pas tombés dans ce piège.

Juma’ a ajouté « nous demandons maintenant à l’OLP et à l’Autorité nationale palestinienne de faire en sorte que le « non » à l’ALE soit une priorité dans leur politique étrangère régionale ».

La lutte contre l’ALE n’est pas finie ; le projet sera encore analysé par les Commissions du développement économique et du Commerce et de l’industrie ainsi que par le Parlement. Le projet sera ensuite envoyé au Sénat. Toutefois il est peu probable que la décision d’hier soir soit renversée et le processus de ratification de l’ALE par le Brésil et d’autres pays du Mercosur est devenu un instrument de pression efficace sur Israël.

*les membres actuels du BNC sont : Palestinian Non-Governmental Organizations Network (PNGO), Occupied Palestine and Golan Heights Advocacy Initiative (OPGAI), Grassroots Palestinian Anti-Apartheid Wall Campaign (Stop the Wall), Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI), Council of National and Islamic Forces in Palestine, Palestinian General Federation of Trade Unions (PGFTU), General Union of Palestinian Workers, Global Palestine Right of Return Coalition, Federation of Unions of Palestinian Universities’ Professors and Employees, General Union of Palestinian Women (GUPW), Charitable Organizations Union, Independent Federation of Unions - Palestine (IFU), Palestinian Farmers Union (PFU), National Committee for the Commemoration of the Nakba, Civil Coalition for Defending the Palestinians’ Rights in Jerusalem, Coalition for Jerusalem, Union of Palestinian Charitable Organizations, Palestinian Economic Monitor, Union of Youth Activity Centers - Palestinian Refugee Camps (UYAC)




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens