Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 18:43


http://lariposte.com/L-Union-europeenne-par-et-pour-les-capitalistes-1202.html

L’Union européenne : par et pour les capitalistes   

L’Union européenne a été vendue à l’opinion publique, depuis des décennies, comme un moyen de garantir la croissance économique, la prospérité et la stabilité. Mais la réalité de l’Europe ne correspond en rien à cette propagande réactionnaire. L’Union européenne est en récession. Dans tous les pays membres, la production industrielle s’effondre. Même avant la récession, la précarité de l’emploi, le chômage et la « grande misère » existaient et s’aggravaient. La croissance du PIB, dans tous les pays de l’Union, se réalisait au prix d’une pression constante sur le niveau de vie de la masse de la population. Mais en même temps, conformément aux lois de l’économie capitaliste, cette croissance préparait inéluctablement la récession que nous sommes en train de subir. La récession accélère à l’extrême la baisse du niveau de vie des populations.

Selon les prévisions de l’Union européenne, le produit intérieur brut de la zone euro baissera de 1,9% au premier trimestre 2009, après un recul de 1,6% au quatrième trimestre de 2008. La chute de la production industrielle est particulièrement sévère. Après un recul de 5,3% au quatrième trimestre 2008, elle devrait encore chuter de 7,0% sur les trois premiers mois de 2009. Les capitalistes investissent de moins en moins dans l’économie européenne. L’investissement dans l’UE a baissé de 5%, au premier trimestre de cette année. Pour préserver leurs profits, leur pouvoir et leurs privilèges, les capitalistes détruisent des capacités productives, démantèlent des industries entières et jettent des millions de travailleurs sur le pavé.

Rivalités impérialistes

En quoi consiste l’Union européenne ? S’agit-il – comme le prétend par exemple André Gerin, un dirigeant oppositionnel du PCF –, d’une « puissance impérialiste » qui aurait assujetti toutes les nations qui la composent ? Pas du tout. Cette vision des choses ne correspond à aucune réalité. Si nous l’acceptions, nous serions incapables de comprendre aussi bien ce qui se passe en Europe, actuellement, que les perspectives sociales, économiques et politiques qui en découlent. Non, l’UE n’est pas une seule puissance impérialiste, mais un ensemble d’accords entre plusieurs puissances impérialistes rivales, qui déterminent ensemble la politique de l’Union européenne suivant leurs propres intérêts, au détriment des travailleurs de tous les pays concernés.

La politique de l’Union européenne est taillée sur mesure dans l’intérêt des groupes capitalistes les plus puissants – que ce soit des secteurs financier, industriel ou de la distribution. L’introduction de la monnaie unique visait à éliminer les risques que représentaient les fluctuations monétaires, du point de vue des grands investisseurs internationaux. Au niveau des Etats membres, la politique de l’UE répond avant tout aux intérêts des classes dirigeantes des pays impérialistes les plus importants, à savoir l’Allemagne, la France, l’Italie, la Grande-Bretagne et l’Espagne. Ni la Grèce, ni la Hongrie ou le Portugal ne peuvent résister à la volonté des grandes puissances. Et quand ces dernières ne sont pas d’accord entre elles, c’est la volonté de la plus grande – l’Allemagne – qui prévaut. L’Union européenne, ce n’est pas la « coopération », mais la loi du plus fort. Quant à l’idée que la Commission européenne impose aux « nations » des politiques et des mesures dont elles ne veulent pas – elle est tout simplement ridicule. La politique de la Commission européenne est dictée par les capitalistes européens, et surtout par les plus puissants d’entre eux.

Des tensions et désaccords ont toujours existé entre les pays membres de l’UE. La récession actuelle ne fait que les attiser. Tels des brigands qui s’entendent plus ou moins bien tant qu’il y a assez de butin pour tous, mais qui s’égorgent quand ce n’est plus le cas, les pays membres essaient de se décharger des conséquences de la récession sur leurs voisins. Là encore, ce sont les pays les plus faibles qui subiront le plus. Et si les « grands » acceptent de les aider, c’est surtout pour éviter que, par effet de contagion, l’effondrement qui frappe la Lettonie ou la Hongrie n’entraîne la chute du système bancaire en France ou en Allemagne, qui ont engagé des centaines de milliards en crédits douteux dans ces mêmes pays.

Par exemple, les engagements des banques autrichiennes en Europe de l’Est sont de l’ordre de 300 milliards d’euros, soit environ 80% du PIB de l’Autriche ! Aux travailleurs des pays qui ont récemment rejoint l’Union, les propagandistes du capitalisme avaient promis un avenir radieux, avec une augmentation régulière de leur niveau de vie. Or le PIB de la Hongrie a chuté de 10,5% en l’espace d’un mois. En sept mois, la monnaie polonaise a perdu 50% de sa valeur par rapport à l’euro, celle de la Hongrie a chuté de 30% et celle de la République tchèque de 23%.

Sortir de l’UE ?

André Gerin et autres « souverainistes » (au PCF et ailleurs) se déclarent favorables à une « sortie de l’UE » – afin de retrouver, disent-ils, l’indépendance nationale de la France. Ce programme est un leurre réactionnaire. Sortir de l’Union Européenne sur la base du capitalisme ne résoudrait strictement rien. Au contraire, cela entraînerait une aggravation extrême de la crise économique, en France comme dans l’ensemble de l’UE. Cela voudrait dire quoi, exactement ? Eriger des barrières douanières contre les autres pays membres ? Rétablir le franc à la place de l’euro ?

Des mesures protectionnistes françaises contre le reste de l’Europe entraîneraient immédiatement des contre-mesures du même type, contre la France. Et dans les conditions actuelles, avec un déficit public de 1200 milliards d’euros et un déficit du commerce extérieur de quelque 60 milliards d’euros par an, le rétablissement du franc signifierait le rétablissement d’une monnaie nationale en plein effondrement. Le franc serait d’emblée très fortement dévalué, réduisant de façon draconienne le pouvoir d’achat des travailleurs de France, et renchérissant massivement le prix de tous les produits importés.

L’idée que le fait de quitter l’UE « libèrerait » la France des décisions réactionnaires des instances européennes est un leurre. Ces décisions ne sont que la traduction, dans la législation européenne, des intérêts des capitalistes « nationaux » de chaque pays, dont ceux de la France. Nous sommes contre Maastricht, contre Lisbonne et contre tous les traités capitalistes. Mais avec ou sans ces traités, c’est le capitalisme qui est en cause. Les pays qui ne sont pas sous la coupe de ces traités n’en sont pas moins affectés par les conséquences sociales du système capitaliste.

La question n’est pas de savoir si la nation française est « souveraine » ou pas, mais de savoir quelle classe est souveraine, au sein de la nation. Le devenir de l’Europe est une question de classe. Pour poser le problème brutalement : soit, dans les années à venir, les travailleurs de l’Europe – d’abord dans un pays, puis, par extension, dans les autres – parviennent à mettre fin à la propriété capitaliste des moyens de production ; soit l’ensemble du continent sombrera dans une dépression économique comparable à celle des années 1930, plongeant la vaste majorité de sa population dans une précarité absolue. L’Europe capitaliste « sociale » à laquelle croient – ou feignent de croire – les politiciens réformistes ne verra jamais le jour. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une France socialiste et d’une Europe socialiste.

Greg Oxley, PCF Paris

Publication : jeudi 16 avril 2009







Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 18:30


Contribution adressée à Raymond Debord, par Robert Duguet (Club Socialisme Maintenant)
   
PCF, PG, NPA … ou le bal des faux-culs !

http://www.socialisme-maintenant.org/

Sollicité par un lecteur de la revue « Militant » qui l’invite à donner sont point de vue sur le Parti de Gauche, le NPA et les positionnements réciproques de ces partis au regard des élections européennes du 7 juin 2009, Raymond Debord dans sa réponse ouvre une discussion intéressante. Il précise toutefois : « Je ne suis pas au Parti de Gauche (PG) et je n’ai pas l’intention de devenir son avocat. »

Pour ma part, j’ai exercé quelques responsabilités politiques, au sein de la majorité mitterrandiste du PS dans les années 1978-1984, puis au sein du courant gauche qui se dégageait dans la fédération socialiste de l’Essonne.

Menant la bataille pour le non au TCE, j’ai appartenu récemment au réseau de Marc Dolez, Forces Militantes, ainsi qu’à PRS. Dès le 29 novembre 2008, date de présentation publique du Parti de Gauche, j’ai adhéré je dois dire avec enthousiasme à cette nouvelle formation, comme beaucoup de militants de la gauche de la gauche. Vivant les problèmes de l’intérieur et connaissant quelque peu l’histoire des gauches du mouvement socialiste, j’aimerais apporter quelques réflexion, à la fois à Raymond Debord et aux réponses diverses que son article a suscité.

Raymond écrit : « Si le PG s’est tourné en premier lieu vers le PCF c’est parce que son projet stratégique – réaffirmé à maintes reprises – est la constitution d’un « Die Linke » à la française, c’est à dire d’un nouveau parti dont l’armature serait constituée par la jonction du parti communiste et d’une fraction « gauche » de la social-démocratie. »

Lorsque le Linke allemand s’est formé, je me souviens d’avoir écrit des articles dans une revue électronique qui s’appelait à l’époque RAG (Rassembler à Gauche). J’y expliquais que ce nouveau parti naissait d’un accord qu’il faut bien qualifier de bureaucratique entre un courant gauche de la social-démocratie allemande qui avait directement exercé le pouvoir autour d’Oskar Lafontaine et les ex-gestionnaires de l’Etat stalinien d’Allemagne de l’Est. J’exprimais une réserve à cet égard en disant que cette naissance, même si elle rencontrait un écho sur le plan de l’électorat ouvrier, n’était pas à la mesure de la profondeur de la crise de la social-démocratie allemande, cœur de la deuxième internationale et du réformisme ouvrier. C’était un article adressé aux militants de la gauche du Parti Socialiste, en particulier à mes amis de Forces Militantes et de PRS. C’était une mise en garde sur l’avenir en France : une construction politique nouvelle, réformiste de gauche, oui mais pas sans la démocratie…

Concernant la nature du Parti de Gauche, c’est une évidence de dire, comme le souligne Raymond, qu’il s’agit d’une organisation réformiste ; notre propos n’est donc pas de polémiquer à l’encontre de cette réalité, ou d’essayer de transformer ce parti en autre chose qu’il n’est. Y aurait-il une différence de nature entre le Parti de Gauche et le NPA ? Formellement l’un rejette toute alliance avec le PS et cherche à regrouper la gauche radicale, anticapitaliste, l’autre veut s’appuyer sur une radicalisation à gauche et peser sur le PS pour constituer une nouvelle majorité de la gauche tout entière. Cela ce sont les intentions déclarées. Je ne vois pas une différence de nature entre les deux organisations, elles s’adressent à des clientèles différentes, le PG est plutôt ancré dans un tissu électif local qui a rompu avec les dérives du PS, l’autre s’adresse à une fraction de la jeunesse et du salariat radicalisé. A la tribune des meetings, Besançenot tient un langage disons très à g auche, un tantinet populiste ou guévariste, en se gardant bien dans la situation actuelle de poser la question de la responsabilité des appareils syndicaux dans la lutte pour approfondir la crise du régime bonapartiste dégénéré de Sarkozy. Quant à la LCR canal historique qui dirige le NPA, elle co-gère avec les organisations du vieux mouvement ouvrier un certain nombre de relais syndicaux, notamment l’appareil de la FSU ; Je suis d’accord avec ce qu’écrit le camarade Gastaud qui a répondu à Raymond : « …concernant les états-majors syndicaux, de plus en plus vomis par les militants syndicaux combatifs, je prétends que Besancenot MENAGE ses dirigeants et notamment que ses amis "opposants" de la FSU ont plus d'une fois sauvé la mise d'Aschiéri mis en minorité. »

Concernant les journées d’action du 29 janvier et du 19 mars, à aucun moment la direction du NPA n’a posé la question du « dialogue social », c'est-à-dire de la politique sociale globale imposée par le président Sarkozy et acceptée comme telle par les Etats majors syndicaux. Sur le parti d’Olivier Besançenot pour moi ma religion est faite, sur les tribunes un peu d’agitation, dans les faits on co-gère, c'est-à-dire on fait du réformisme.

J’étais dans le réseau Forces Militantes et dans PRS dans l’année qui a précédé la rupture de Mélenchon-Dolez avec la Parti Socialiste : mon sentiment après quelques mois est le suivant. Une scission massive était non seulement possible mais nécessaire après la victoire du non contre le TCE en 2005. Il y avait dans la société française et dans les profondeurs du salariat une attente et une incubation qui avait été préparée par le travail des collectifs, comités divers qui avaient mobilisé pour la victoire du non.

L’émergence d’un mouvement politique dans la gauche du mouvement socialiste aurait permis la construction d’un parti de type nouveau. Au congrès du Mans les Fabius Emmanuelli Mélenchon ont cassé cette possibilité historique pour une raison de fond qui tient à leur propre identité et itinéraire politique : ils ne voulaient pas aller à la rencontre d’un mouvement profond anticapitaliste au sein de la société et du salariat; une construction alternative au PS, dans ces conditions, aurait pris un caractère forcément démocratique dans l’afflux de couches nouvelles sur la scène politique et anticapitaliste dans son contenu. Ce n’est qu’au congrès de Reims que la scission s’est fait de manière parfaitement bureaucratique, à froid c'est-à-dire sans s’appuyer sur le mouvement social, en donnant l’illusion jusqu’au bout que le courant Trait d’Union, projection de PRS au sein du PS, joue le jeu du rassemblement des gauches avec Hamon. Je dois avouer avoir manqué de discernement politique dans cette affaire et avoir centré mon effort sur la sortie des Dolez-Mélenchon au lieu de militer pour poser la question, un processus constituant de parti comment et pour quoi faire.

J’en viens maintenant à l’argument central de Raymond Debord dans sa contribution : « Alors oui, le PG est un parti réformiste, ou tout au moins un parti parlementariste. C’est clair et il ne véhicule lui même aucune ambiguïté sur ce point. C’est pour cette raison aussi qu’une organisation autonome des révolutionnaires (y compris au sein du PG) est nécessaire. Est-ce à dire qu’il ne faille pas le prendre en compte ni s’y intéresser ? Ce parti sera-t-il quand même utile au rassemblement de l’avant-garde ouvrière en donnant une perspective « partidaire » aux déçus du PS sans les isoler de la majorité du « peuple de gauche » ? C’est possible. Et, même si on peut demeurer sceptique quant au pronostic, on ne peut pas souhaiter son échec. »

N’étant pas membre de ce parti, je comprends que, comme militant révolutionnaire, Raymond tienne ce propos… C’est pour un révolutionnaire une qualité que de chercher la confrontation positive avec des militants qui n’ont pas sa propre culture politique. La réalité du PG ne permet pas hélas de faire ce travail.

L’accord exclusif passé entre le PG et la direction Marie Georges Buffet, baptisé Front de Gauche, timidement élargi au courant de Christian Picquet (une trentaine de camarades venant de l’aile droite du NPA) a un contenu. Quel est-il ? Il faut réfléchir à cette question.

On peut sans doute regretter qu’un large front de gauche, sans préalable programmatique, ne se constitue pas, pour infliger une défaite historique à la fois au régime haï de Sarkosy et au social-libéralisme. La journée du 19 mars, appelée par tous les appareils syndicaux (Raymond Debord a oublié la CFTC…) sur la ligne du « dialogue social », s’est réalisée en fait sur une mobilisation éminemment politique contre le régime de Sarkozy ayant peu de choses à voir avec la plate-forme intersyndical, et dont le mot d’ordre « casse toi, pov’con ! » ne rend que très partiellement compte. Aujourd’hui je ne suis pas sûr que les salariés soient sensibles à la nécessité de se saisir du cadre des élections européennes pour s’opposer, même par la voie électorale, à Sarkozy. Les masses cherchent aujourd’hui une voie pour l’action indépendante et pour se débarrasser de ce régime.

Où Marie Georges Buffet (ex-ministre des sports) et Jean Luc Mélenchon (ex-ministre de l’enseignement professionnel du gouvernement Jospin) veulent-ils nous conduire ? Un gouvernement de la gauche plurielle-bis, éventuellement élargi au NPA ? Où le Parti de Gauche a-t-il tiré le bilan d’un gouvernement de cohabitation avec Chirac, qui a privatisé plus que la droite, qui a mis par exemple toute la profession enseignante et la jeunesse lycéenne dans la rue ? Face à la crise actuelle peut-on se féliciter d’un programme économique, qui n’a d’ailleurs pas été discuté par les sections constituées du nouveau parti de gauche, fondé sur le concept fumeux d’alter développement et où il n’est question nulle part de socialisme. Qui disait à l’opinion : « mon programme n’est pas socialiste ! » Jospin, je crois ! La salariat a lourdement sanctionné par les urnes cette orientation en donnant 10% de l’électorat au «trotskysme». Par ailleurs pour qu’il soit possible d’intervenir dans une organisation réformiste pour des révolutionnaires, la condition indispensable est que la démocratie interne soit possible et garantie.

Pour discuter la validité d’un programme, il faut un parti totalement ouvert sur le mouvement social, et qui permette en son sein la libre confrontation des points de vue : par exemple la question du « partage des richesse » et du néo-keynésianisme. Un néo-réformisme est-il possible et réalisable pour sortir de la crise ? Ou faut-il aller vers des mesures anticapitalistes, qui portent atteinte à l’appropriation privée des grands moyens de production et d’échange ? Ne faut-il pas produire selon une démarche décidée par les producteurs associés pour satisfaire les besoins sociaux des hommes ?

Après quatre mois d’expérience, je considère que la condition qui assure la libre confrontation des idées n’y est pas présente. Un parti, c’est d’abord un espace qui permet la compréhension des événements et donc des tâches qui en découlent. Le parti de gauche est un parti autoproclamé, une scission préparée avec les méthodes de l’OCI de la bonne époque, et qui connaîtra le sort de toutes les formations construites sur ce modèle. De ce point de vue, Mélenchon vient de faire mieux que … Pierre Lambert. Je ne dirai pas comme le camarade Baumgarten répondant à Debord que « Mélenchon a eu tort (de ne pas se rapprocher du NPA) : j’espère qu’il le comprendra suffisamment tôt. » Mélenchon a fait le choix d’un passé qu’il assume de concert avec Marie Georges Buffet, celui de la continuité de la politique de la gauche plurielle. Son attitude à l’égard du NPA se modifiera, oui, s’il parvient à entraîner le NPA tout entier comme caution gauche d’une alternative plurielle de ce type…

Pour conclure, je ne chercherai pas à établir comme Raymond, l’échec de l’alliance aux européennes sur le seul NPA. Ce qui reviendrait à dédouaner les deux autres compères, qui seraient aux yeux de Raymond les représentants d’organisations plus sérieuses dans le mouvement ouvrier…

Le PCF et la direction Buffet, est pour des raisons de survie d’un appareil, totalement dépendant matériellement depuis longtemps du… PS ; on peut s’interroger sérieusement sur ce que fera ce parti dans la cadre d’une gauche plurielle bis, où le PS pèsera comme la force électorale principale ?

Dans ce bal des faux-culs pour les européennes organisé par le PCF, le PG et le NPA, dont les salariés et les militants du non sont globalement absents, ils ont tous leur responsabilité. Ce qui a permis l’unité du LKP dans la grève générale de Guadeloupe, c’est une intervention indépendante des masses, bien sûr sur des revendications précises, mais au-delà contre « la profitation », c'est-à-dire contre le capitalisme. En dehors d’une intervention de ce type qui permette de faire bouger les lignes, je ne vois pas d’autres possibilités actuelles d’avancer vers l’ébauche d’une alternative anticapitaliste. C'est à ce travail d'inventaire et de reconstruction d'une pensée de l'émancipation sociale que nous devons nous consacrer.





Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 20:38

Le discours d'Ahmadinejad provoque le départ des Européens (Reuters)

Le discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, au début de la conférence de l'Onu sur le racisme lundi à Genève, a provoqué l'indignation des Etats de l'Union européenne qui ont quitté la réunion.

Dans son allocution, attendue - et redoutée par certains - comme l'un des moments forts de ce sommet, Ahmadinejad a dénoncé la création d'un "gouvernement raciste" au Proche-Orient en faisant clairement référence à Israël, sans toutefois citer ouvertement le nom de l'Etat hébreu.

Le chef de l'Etat iranien, qui par le passé avait souhaité qu'Israël soit "rayé de la carte", a affirmé que "la souffrance des Juifs" avait servi, après la Seconde Guerre mondiale, de prétexte "à des agressions militaires qui ont créé une nation de sans-abri".

"Les Etats-Unis et d'autres régions du monde ont envoyé des immigrants venant d'Europe pour établir un gouvernement totalement raciste dans la Palestine occupée", a-t-il poursuivi. "Cela s'est fait en compensation des affreuses conséquences du racisme en Europe."

Avant même la fin du discours, les représentants de l'Union européenne ont quitté la conférence, comme la France avait menacé de le faire si le président iranien se livrait à des dérapages ou des provocations.

Le président français Nicolas Sarkozy a dénoncé ce qu'il a qualifié d'"appel intolérable à la haine raciste", justifiant le départ de la délégation française.

DISCOURS DÉPLACÉ

Le discours du président iranien "bafoue les idéaux et les valeurs inscrites dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme", déclare le chef de l'Etat français dans un communiqué.

La France était représentée à la conférence de "Durban II" par son ambassadeur auprès des Nations unies à Genève, Jean-Baptiste Mattei qui a été un des premiers à quitter la salle.

"Il est dommage que M. Ahmadinejad tente de prendre cette conférence en otage", a-t-il déclaré à sa sortie. "Nous sommes prêts à des discussions sérieuses mais ce qui vient de se passer dépasse ce que nous redoutions."

"De telles remarques insultantes et antisémites n'ont pas leur place dans un forum de l'Onu consacré à la lutte contre le racisme", a déclaré l'ambassadeur britannique à Genève, Peter Gooderham.

"Nous déplorons vivement le langage employé par le président de l'Iran", a renchéri Rupert Colville, porte-parole du haut commissariat aux droits de l'Homme. "De notre point de vue, ce discours est totalement déplacé dans une conférence destinée à promouvoir la diversité et la tolérance."

Le ministre norvégien des Affaires étrangères Jonas Gahr Store a dit que son pays ne pouvait pas accepter qu'un des intervenants détourne de la sorte les efforts collectifs consentis par de nombreux autres Etats.

Malgré le départ des délégués de huit pays occidentaux, d'autres délégations ont écouté le discours dans son intégralité et l'ont applaudi.

LE VATICAN SE DÉFEND

L'Australie, l'Allemagne, la Pologne, l'Italie et les Pays-Bas avaient rejoint les Etats-Unis et Israël dans leur refus de participer à un sommet qualifié, avant le début de ses travaux, "d'hypocrite et de contre-productif" par le président Barack Obama.

Américains et Israéliens faisaient valoir que la conférence de Genève, baptisée Durban II, risquait de se transformer en un prétoire visant à faire le procès de l'Etat hébreu comme cela avait été le cas en 2001 en Afrique du Sud.

A l'époque, Américains et Israéliens avaient quitté la conférence après que le sionisme eut été assimilé au racisme par des Etats arabes.

Plusieurs pays, qui avaient finalement accepté de se rendre à cette conférence, ont dépêché des délégations de second rang, à l'instar de la Grande-Bretagne et de la République tchèque, qui assure la présidence tournante de l'Union européenne.

Ce discours d'Ahmadinejad a donc sapé les efforts du secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, qui a tenté, un temps, de sauver ce qui pouvait l'être, affirmant que le texte servant de base aux discussions avait été "soigneusement élaboré".

La présence de délégués du Vatican a été mal accueillie par les associations juives qui y ont vu "une nouvelle mesure imprudente" du pape Benoît XVI après la levée de l'excommunication de l'évêque britannique, Mgr Richard Williamson, accusé de négationnisme.

"Par sa participation, le Saint-Siège entérine ce qui se trame (à Genève) contre Israël", a déclaré à La Stampa le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni.

Le porte-parole du pape, le père Federico Lombardi, a quant à lui défendu la présence du Vatican à "Durban II" et affirmé que l'avant-projet de déclaration avait été amélioré ces dernières semaines.




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:00

www.democratie-socialisme.org

35 495 signatures à ce jour en solidarité avec Gérard Filoche contre son injuste mise en examen dans le cadre de ses fonctions

Le Directeur Général du Travail refuse toujours la “protection fonctionnelle” et donc la prise en charge de ses frais judiciaires

Une souscription a été ouverte,

Si vous en avez été informé, si vous avez souscris, merci, merci mille fois, de tout coeur (militant) ne lisez pas plus loin ce message

Si vous ne l’avez pas été, vous pouvez toujours envoyer un chèque de soutien, les petits ruisseaux faisant les grandes rivières...

Renseignez vous et signez sur le site spécialement ouvert à cet effet :  www.solidarite-filoche.net et chèques de soutien à l’ordre de “solidarité Gérard Filoche” C/O 85 rue Rambuteau 75 001 Paris

A toutes et tous les signataires de la pétition en solidarité avec Gérard Filoche contre sa mise en examen dans l’exercice de ses fonctions :

De l’argent est devenu nécessaire pour les frais de justice de Gérard Filoche

C’est incroyable mais vrai. Le directeur général du travail (DGT) refuse d’accorder la « protection fonctionnelle » à Gérard Filoche à l’occasion de sa mise en examen dans l’exercice de ses missions.

La « protection fonctionnelle », c’est un principe, un fonctionnaire mis en cause dans l’exercice de ses fonctions, dans le cadre de sa défense juridique, est normalement pris en charge par l’administration.

Sauf dans le cas d’une « faute détachable du service ». En l’occurrence, ce n’est évidemment pas le cas, c’est totalement dans le cadre de son action comme inspecteur si le patron de l’entreprise Guinot essaie de le mettre en cause.

D’ailleurs, le directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle le sait. Il a donné ordre de ne pas répondre à la première demande de « protection fonctionnelle » en mars 2007 lorsque Gérard Filoche fut entendu comme « témoin assisté ». Il n’a pas davantage répondu à la seconde demande après le 21 Novembre 2008 lorsque le juge a opté pour une « mise en examen ».

Le délai administratif pour répondre à la demande de Gérard Filoche était de deux mois. Au-delà, c’est ce qu’on appelle un « rejet implicite ».  Un tel rejet non motivé n’est pas glorieux, ni courageux.

Sans doute est-ce que Jean-Denis Combrexelle redoutait car, juste avant la fin du délai, le 23 janvier à 00 h 12, il a donné l’ordre de rédiger une réponse en terme de « rejet explicite » donc motivé. La copie de cet ordre, donné par mel, nous est parvenue, car, par mégarde, Combrexelle n’a pas enlevé la liste des destinataires à l’origine de la demande (elle avait été re-faite par la CGT le 22 janvier à 16 h 20) :  Combrexelle écrit : « La réponse explicite, qui est opportune, devrait à mon sens se fonder sur le fait qu’il s’agit d’une faute personnelle (car volontaire) détachable du service et donc non couverte par la protection fonctionnelle. JDC » (envoyé à Luc Allaire, de son cabinet, qui répond le lendemain matin 23 janvier à 09 h 27 : « je fais préparer et fais viser par tes soins avant signature. Merci à toi. L »)

Mais deux mois se sont écoulés et…. la réponse explicite n’est toujours pas rédigée… ils ont du avoir du mal à trouver les termes juridiques adéquats… ce qui est un aveu évident qu’il n’y a pas de motif : ils l’ont cherché et ne l’ont pas trouvé…

D’où le recours re-fait par Gérard Filoche le 18 mars avant un nouveau délai de 2 mois :

Expéditeur : Gérard Filoche  Inspecteur du travail, section 2 A Paris

A : Jean Denis Combrexelle, Luc Allaire, S/C DDTEFP Paris

Objet : recours sur décision implicite protection fonctionnelle

Sauf mauvaise transmission de l’information, il m’apparaît que vous avez rejeté « implicitement » ma demande de “protection fonctionnelle” alors que je suis mis en cause  dans l’exercice de mes fonctions par un employeur en situation délictuelle. Il s’agit de la plainte pour “chantage” (sic) déposé par le PDG de Guinot. Rien de ce qui s’est passé ce jour-là, 23 juillet 2003 n’est détachable de mon service. Et non seulement je n’ai commis aucune sorte de faute, mais je défendais l’ordre public social violé par l’employeur.

Je vous rappelle que le célèbre préfet Bonnet a bénéficié de la protection fonctionnelle bien qu’il ait fait brûler une paillote en Corse. Je n’ai fait brûler aucune paillote au 1 rue de la Paix, j’ai fais seulement mon devoir, en toute indépendance selon la convention 81 de l’OIT, mais conformément à la loi.

Je fais donc un recours auprès de vous pour que vous me donniez les raisons qui, selon vous, feraient de mon action légale, dans le cadre de mes missions, une “faute détachable”. Vous devez, comme vous le savez, expliciter votre décision avant un mois sinon elle devient illégale pour défaut de motivation.

Gérard Filoche, le 18 mars 2009   

Merci d’accuser réception, ce courrier passe également par voie interne hiérarchique

En attendant, la procédure se poursuit, des conclusions ont été déposées par l’avocat de Gérard Filoche auprès du juge d’instruction.  Un premier acompte de 2300 euros doit être versé, mais il faut compter bien davantage à l’occasion de l’ensemble de la procédure. Ce sera très cher au total.

Beaucoup de ceux qui ont signé parmi les 34 000 signatures de soutien, ont proposé spontanément leur aide financière.

Celle-ci est donc devenue nécessaire. 

Nous faisons donc appel à vous.

Tous chèques de soutien doivent être envoyés à l’ordre « Solidarité Gérard Filoche » adressés à : Gérard Filoche 85 rue Rambuteau 75 001 Paris, merci




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 16:44

http://www.facebook.com/note.php?note_id=74240331590

Compte rendu de notre dernière tournée du 2 avril au 15 avril 2009 inclus

Départ de notre bureau des Landes vers Bayonne au passage , l'ami Patrice est embarqué, nous avons rejoint a Bayonne les 2 membres d'A.D.R. Greg et Sophie, ainsi que un membre de mouvement ami qui se rendaient à Strasbourg au contre sommet de l'OTAN, (dans la même période trois autres membres participaient aux manifestations du G20 à Londres, sans parler des membres qui sillonnent en permanence les routes de l'Europe pour permettre les liens en tous les groupes A.D.R. Europe) la logistique devient assez compliqué en ce moment (finances en baisse), d'où certains retards hélas dans nos comptes rendus.

Après avoir déposé nos trois compagnons de voyage, à Toulouse, d'où un bus les prenait en charge pour Strasbourg ,( voir le compte rendu de Sophie et celui de Greg sur le contre sommet) Nous avons Patrice et moi continué notre chemin pour Clamecy première vraie étape de notre tournée, aprés une circulation désastreuse pluie et bouchons nous sommes arrivés très tardivement chez notre amie Ghislaine, un des tout premiers membres de notre mouvement qui avec ses faibles moyens fait un travail colossal, bien que sortie du lit a 4 heures du matin, elle a su nous recevoir prendre les consignes, les directives et nous permettre de prendre un peu de repos et une collation avant de reprendre la route pour la banlieue parisienne qui était pour cette tournée un des principaux objectifs.

Arrivé en milieu d'après midi a Stains , qui fut notre QG de campagne, pendant notre séjour en région parisienne nous fumes accueillis par notre ami Hmida le soir même de notre arrivée nous avions déjà un certain nombre de contacts avec la population locale.

La banlieue que nous avons rencontré est bien loin des cliches que l'on peut lire ou voir dans la presse, personne ne nous a agressé, notre voiture était dans le même état au départ que quand nous étions arrivés, donc grâce a la générosité de l'accueil de notre Ami, et a son colocataire notre ami Rachid, nous avons pu rencontrer tout ceux que nous voulions rencontrer. L'ami Hmida est le fondateur du mouvement tous SDF solidaires dignes et forts, ce mouvement est avant tout une chaine de solidarité de gens au grand cœur, qui font le choix de s'investir pour ceux qui souffrent encore davantage qu'eux même, dés le premier soir de notre séjour, nous avions un QG de campagne au café de la poste de Stains tenu par trois frères SUPER SYMPATHIQUES qui nous ont laissé un droit d'expressions et qui ont tout fait pour nous aider dans notre lutte. Leur gentillesse et leur dévouement resteront un grand moment de notre séjour, cet endroit fut pour nous, un grand service lors de mes sorties matinales pour aller a la rencontre de la population, j'avais pris pour habitude d'y faire une halte pour pouvoir faire le point. Nous remercions aussi la tribu de Stains qui fut un second point de rencontres ce petit restaurant est un petit paradis ou il fait bon venir se détendre l'amie Sylvie et son mari Olivier sont des gens formidables qui ont su s'entourer d'un chef de grande qualité (dont j'ai malheureusement oublié le prénom) et de la ravissante serveuse Victoria, aucun de ces quatre personnages ne vous laisse indifférent tant l'ambiance en ce lieu est propice aux échanges et au partage, il n'est en entrant qu'à se plonger dans les 3 expositions d'art liens avec l'Afrique ou bien encore l'expo sur les biffins pour comprendre que ce lieu à quelque chose qui va bien au delà de l'activité commerciale du lieu. Cela sans parler de la scène ouverte au jeunes talents, scène ou nous avons eut le plaisir d'entendre et d'apprécier la jeune et talentueuse Luciole qui vient de sortir son premier album (que je ne saurai trop vous recommander chez tout les bons disquaires). Voilà le décor étant planté je vais vous narrer le compte rendu de notre passage en banlieue, le premier constat que nous avons pu faire est le prix prohibitif des denrées alimentaires, pour une ville de banlieue, même si ceux ci sont sous l'étiquette leader price, un exemple qui parle tout seul des blancs de poulets de la marque à 28,80 le kilo, quand ont sait ce que sont ces blancs de poulets, je vous laisse imaginer le reste, comment ne pas créer de tensions quand le minimum vital devient inaccessible , aprés ce premier constat nous avons constaté bien des disparités inquiétantes exemples les discriminations à l'embauche un CV envoyé du 94 a droit à une réponse le même CV identique envoyé du 93 lui n'en a pas, de même pour le renouvellement des cartes vitales , ainsi que des cartes prioritaires le délai passe de 1 mois dans le 94 à près de trois ans dans le 93?? , autre problème incompréhensible comment un organisme publique peut faire deux poids deux mesures au sein de ses effectifs, en effet l'office HLM du93 pour ne pas le nommer se permet d'offrir des avantages nature considérables à une catégorie de personnels avantages refusés à d'autre dont de surcroit le travail est beaucoup plus pénible? Logement et défraiments pour les personnes qui sont chargés de l'entretien intérieur, refus de ces avantages pour les employés chargés des extérieurs.

Autre incompréhension les employés des postes du 93 ont reçu une lettre de remerciement pour l'acceptation du gel de leurs salaires pour les trois années a venir, le plus drôle c'est que ces employés n'étaient même pas informés de ce gel, ce qui a amené une manifestation certes peu suivi puisque seulement deux employés du bureau principal de Stains y ont participé, là encore on est en droit de se poser des questions.

Autre problème constaté, le cout de la vie nous ne parlerons plus ici de l'alimentaire mais il faut savoir que le cout moyen des charges obligatoires en banlieue rend toute vie normale impossible, en effet a plusieurs reprises nous avons étudié le budget de différentes personnes rencontrées, quand on prend leur revenu net et que l'on retire les charges obligatoires loyers, assurances, edf, gaz, eau, cartes oranges, charges, téléphone, le budget est déjà épuisé, il ne reste plus rien quand le revenu permet de payer ces frais, donc plus de budget pour l'alimentaire, le tabac, les vêtements, et nous ne parlons même plus de voiture ou de loisirs, est ce bien normal?

De plus pour ceux qui ont un travail nous avons constaté que nombreux étaient ceux qui passaient presque autant de temps de transport que de temps de travail, car l'emploi a proximité n'existe plus ou presque.

Autre constat l'individualisme, pesant mais compréhensible si bien des personnes se sont confiées à nous il ne le font plus entre eux , le collectif disparaît, sous les galères .

Nous avions au programme de notre séjour trois réunions

la première une réunion de convergences des luttes, dont notre ami ADR Patrice Hénin fera le compte rendu en ligne, sur 89 groupes ou mouvements invités 39 avaient promis une participation à cette réunion nous ne fumes que 7 à participer en effet 32 personnes qui se devaient d'être présentes se sont vu recevoir une désinformation de la part de 2 personnes mal intentionnées qui leur ont signifié la dissolution de la convergences des luttes et ce sans concertation préalable, cependant la convergence existe toujours et se fera sans ces deux personnes qui ne la souhaite pas , toutefois cette réunion si elle n'a pas connu l'affluence souhaitée a le mérite d'avoir eut lieue et d'être constructive, de plus elle nous a permis de nouer de nouveaux contacts, et de travailler sur de nouveaux projets.

La deuxième réunion était la rencontre avec les politiques les instances du front de gauche, la réunion a eut lieu dans les locaux du PCF de la Courneuve le 08,04,09

en présence de madame Danielle Haenn première adjointe au maire de la Courneuve celui ci ne pouvant être présent a cause du emploi du temps surchargé,lié à la campagne électorale étaient présents aussi, monsieur Ben Hamida Omar responsable exécutif de la section, Monsieur Patrice Chalard membre fondateur du mouvement ADR et moi même fondateur de ce même mouvement le PG ne comptant que 4 membres inscrits dans le 93 n'a pas pu être représenté.

A l'ordre du jour de cette réunion, il y avait le positionnement de chaque participants dans la campagne la présentation des doléances locales ainsi que la présentation de notre projet de centre d'hébergement dans la banlieue,

Quelle est la position exacte du PCF dans le front de gauche, est il normal que la base est le sentiment d'une main mise par le PCF sur cette campagne et ou en sont les tentatives de discutions pour une alliance élargie aux verts et aux membres du NPA et des mouvements de luttes de base?

Il ressort que le PCF s'implique énormément dans cette campagne que la faiblesse du PG dans les banlieues laisse un vide que le PCF tente de combler sans pour cela faire appel aux mouvements de terrain, il nous est répondu que le PCF laisse encore la porte ouverte a ceux qui veulent s'investir et que toutes les forces de gauche peuvent encore rejoindre le front(a aucun moment on ne nous parle d'initiatives en ce sens) la date de clôture définitive des listes étant le 21 mai, il appartient à tous de faire un effort

Quel programme pour cette campagne et pour l'avenir ?

Trois mesures phare, changer d'Europe, pour la paix, pour nos droits sociaux depuis bercy 7 autres mesures seraient entrées au programme, pour l'avenir du front de gauche il est envisagé de poursuivre l'aventure au delà des européennes

Possibilité de rencontre avec M G Buffet

Bien qu'avec un planning surchargé ce RV reste a l'ordre du jour
( avant notre départ de Paris la rencontre n'a pas eut lieu)

Positionnement du PCF par rapport aux conditions de vie exécrables des SDF et des Sans Papiers particulièrement à Strasbourg liés au sommet de l'OTAN

Le PCF soutient ADR dans sa démarche et son engagement pour cette cause, mais n'intervient pas

Position du PCF dans la prévision d'éventuelles émeutes prévisible dans les banlieues suite au recadrage de la campagne de l'ump sur l'insécurité

ADR travaille en ce sens sur le terrain, le PCF quand à lui n'a a ce jour rien envisagé dans ce sens bien que nous affirmant être conscient du risque

Positionnement du PCF face au problème des sans papiers

Le PCF dénonce une campagne de désinformation et précise avoir été fier de fêter la régularisation de 20 d'entre eux, cependant des jeunes communistes s'étant joint au débat sur le sujet nous ont affirmé qu'il en restait a régulariser et qu'il ni avait pas a crier victoire

La deuxième partie de la réunion était ciblée sur les problèmes que nous avions constaté sur le terrain et recensés

Pourquoi depuis que nous sommes sur le terrain ici on ne croise personne du front de gauche?

Sur Stains on ne sait pas mais ici à la Courneuve, nous y sommes ???

Allez vous intervenir sur la disparité dans les rémunérations des agents de l'office HLM

Sur ce sujet on nous renvoie vers l'organisme concerné

Les délais d'attribution des cartes vitales et prioritaires

Nous sommes conscient de ce problème qui nous empoisonne mais hélas nous n'avons aucune explication pour ces lacunes et force est de reconnaître que nous sommes impuissants face à cela. Nous avons présenté une demande de relogement pour un cas qui nous avait touché et mis en relation les personnes concernées

Nous avons ensuite présenté notre projet de centre d'hébergement pour les plus démunis et nous avons conclu cette réunion sur ce point en invitant nos hôtes à notre débat public programmé le vendredi suivant ( nous ne les avons pas vu) mais cependant nous notons que les débats bien que directs et dérangeants parfois sont restés courtois et le contact est bien établi entre les politiques du front de gauche et ADR même si il est évident que nous sommes en politique encore quelque peu marginalisé dans les banlieues.

Les deux jours suivant ont été consacrés a concrétiser les contacts établis a répondre a une invitation a la tribu ou nous avons déjeuné avec nos hôtes de tous SDF solidaires dignes et forts et à préparer notre réunion au café de la poste ainsi qu'a des rencontres au lavomatique (hé oui les tournées ont leurs contraintes elles aussi)

Les invitations au café de la poste ont bien été lancée de nombreuses promesses de participation mais hélas le 10 04,09 les représentants ADR ainsi que les patrons du café de la poste qui pour l'occasion avaient fait de gros efforts mobilisé un personne de plus pour le service avaient préparé des petits fours amuses gueules et compagnie une trentaine de personnes s'étaient proposé de venir mais nous ont fait faux bonds, il ni eut personne la déception partagée par nos hôtes et nous même resta longtemps dans les esprits mais nous a démontré une fois de plus combien l'union des forces sera difficile a mettre en place, l'individualisme perturbera longtemps encore les avancées dans les luttes sociales le plus désagréable restera sans doute l'absence des personnes que nous avons directement aidé quand celles ci l'avaient sollicité même celles pour qui nous avons obtenue des résultats au delà de nos espérances et qui n'ont pas fait l'effort de se déplacer

Cependant pour ce qui est des gérants de ce café les liens d'amitiés sont forts et sincères et ce contact restera un moment fort de notre présence en banlieue.

L'après midi nous avons rencontré un certain nombre de ces absents qui nous ont donné a peu de chose prés la même réponse la peur d'être vu et de représailles, nous n'avons pas pu savoir de ou ou de qui auraient pu venir ces représailles, dommage!

Le 11 04 09, dernier jour en banlieue, quelque part ouf et d'un autre dommage, mais bon nous y reviendrons, plus fort plus actifs encore je l'espère, donc journée de prise de rendez vous d'analyse de critiques, le soir nous avons terminé notre séjour a la tribu de Stains, pour le repas de départ et le concert de Luciole que j'ai déjà cité plus haut l'accueil parfait de Sylvie et d'Olivier le service incomparable de l'amie Victoria l'interprétation des feuilles mortes par Luciole restera sans doute la plus belle que je connaisse et son accompagnateur à la guitare bourré de talent , c'est donc sur cette soirée festive que c'est terminée notre soirée en banlieue le bien être de cette soirée quelque peu terni par les adieux toujours aussi délicats nous sommes partis direction Reims courte étape prévu au programme, en attendant le rendez vous j'en ai profité pour faire découvrir cette jolie ville à mon ami Pat, et pris contact avec nos amis de Strasbourg suite programmée de notre tournée des informations erronées sur le but de notre voyage et le week end de Pâques nous ont obligé à annuler notre visite et a la reconduire a la semaine prochaine, donc a Reims nous avons pu tenir une mini réunion ADR informelle et nous reposer un peu avant de continuer la tournée ce week-end end de Pâques bouleversant notre programme ce qui nous a fait arriver avec un jour d'avance a Istres ou nous avons tenu une réunion avec Jacques, Sandrine, tous deux membres du CNR du PG donc du front de gauche réunion continuée le lendemain matin avec Jacques et Sylvain, nous n'avons pas pu tenir tous les rendez vous prévu le week-end end de Pâques et le décalage dans nos dates mais les contacts sont quand même de bonne nature et nous encourage à poursuivre l'alliance , la poursuite de la tournée nous a conduit dans Hérault ou nous avons rencontré successivement Michelle et ensuite Geneviève toutes deux fortement investies dans l'appel au boycott des élections Européennes , mais si ce point de divergence reste à ce jour important, il ne reste pas si négatif qu'il y paraît, nous avons cependant énormément de points de convergences, Qu'il nous appartiendra de développer lors de la prochaine réunion de convergences des luttes, suite a cette rencontre nous sommes allés a la rencontre d'amis d'ADR, une soirée arrosée en lot et Garonne, a conclue notre tournée de retour dans les Landes j'ai posé mes bagages avant de retrouvé a Bayonne nos amis partis en même temps que nous pour Strasbourg, de très bon contacts aussi avec les damnés de la terre , nous permettent de conclure que cette tournée a été plus positive que les précédentes, loin de faire du triomphalisme je reste optimiste sur les possibilités a venir

Daniel Ferret




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 16:18

Je recevais bien vos réponses au message de Raymond Debord relatif à la campagne pour les élections européennes et je vous en remercie.

J'écrivais et je vous envoyais précédemment mon point de vue personnel relatif à cette question et il est disponible si vous consultez mon blog personnel aux adresses ci dessous

http://fischer02003.over-blog.com/article-28365375.html et

http://fischer02003.over-blog.com/article-28636154.html


J'écrivais aussi une réponse particulière à Georges Gastaud. D'autre part, ma liste de diffusion restreinte en clair n'avait pas pour objectif l'ouverture d'une discussion politique de fond entre nous, ce n'est pas une liste de diffusion officielle. L'utilisation de cette liste de diffusion pour cette discussion politique ne me pose absolument aucun problème, bien au contraire. Elle répond de mon point de vue à la situation dramatique de la gauche et de l'extrême gauche française et internationale, à la nécessité de cette discussion et, en même temps, à l'absence d'espace et de lieu dans lequel des militants socialistes, communistes et trotskystes discuteraient aujourd'hui de leurs divergences politiques de fond, dans une situation dans laquelle la crise économique mondiale de l'impérialisme provoque de plus en plus de répression contre les libertés démocratiques.

J'ai simplement une proposition technique. Après des années d'échanges de messages de solidarité anti impérialiste, Roger Romain, vous le connaissez, c'est un militant belge du PTB, décidait en septembre 2008 la création d'une liste de diffusion officielle, c'est la liste de diffusion romain@yahoogroupes.fr . Pour la suite de la discussion, je vous propose votre inscription et l’envoi des messages à cette liste de diffusion.

Bernard Fischer 


MESSAGE DE JEAN BAUMGARTEN

dimanche j'ai reçu un texte provenant du PG et signé de Raymond Debord ; je voudrais faire remarquer aux lecteurs de ce texte un premier point important : la France n'a pas le même système législatif que l'Allemagne et n'a pas non plus le même passé ( l'Allemagne de l'Est avec un PC encore fort ...)

Les scores recueillis aux présidentielles par le PCF depuis les présiodentielles de 2002 sont ridicules ( voir le score de Marie Georges Buffet en 2007 = 1, 50 %!)

Je viens d'adhérer au NPA et je suis loin d'être un novice en politique . Olivier Besançenot a eu raison de ne pas vouloir avant tout d'une alliance avec le PCF (qui avait de toutes manières préparé ses bases et ses candidats avant son alliance avec le PG.

Je prédis aux européennes que le NPA fera au moins deux fois plus de voix que le front de gauche.

A la suite de ces résultats le PG, contraint et forcé ( ou sinon c'est la pillule assurée) sera amené à se rapprocher du NPA et à préparer ensemble les  élections présidentielles ...

Mélenchon a eu tort : j'espère qu'il le comprendra suffisamment tôt .

MESSAGE DE GEORGES GASTAUD

Puisque tu m'honores de tes réflexions et que ta liste de diffusion semble fonctionner comme un forum, je te fais part succinctement de mes analyses.

La question majeure n'est pas PRINCIPALEMENT pour un communiste de savoir si un parti ou un candidat est un bon cheval, un bon rapport des forces, etc. La question est d'abord de savoir si la LIGNE d'un parti est juste, et secondairement, quand elle est juste, on se demande comment la faire triompher. Bref, tu mets la charrue avant les boeufs. Car la ligne de Besancenot, malgré son verbiage anti-PS, est catastrophique.

1) En pleine offensive de criminalisation du communisme (l'UE ira, si elle le peut, jusqu'à l'interdiction de la faucille et du marteau), que signifie le renoncement de la LCR, à la dictature du prolétariat,  aux mots "communiste" et "révolutionnaire" (les rats quittent le navire, mais le moment venu on se retrouvera dans les mêmes cellules... à barreaux) et l'incapacité du facteur à mi-temps d'évoquer l'URSS sans ajouter "caricature sanglante". Bref, où est la différence avec Buffet et Hue
   
2) concernant les états-majors syndicaux, de plus en plus vomis par les militants syndicaux combatifs, je prétends que Besancenot MENAGE ces dirigeants et notamment que ses amis "opposants" de la FSU ont plus d'une fois sauvé la mise d'Aschiéri mis en minorité;
   
3) surtout, le NPA est, comme les autres, partisan d'une impossible réorientation progressiste de l'UE. Toute idée de RETRAIT de cette alliance impérialiste, qui constitue un véritable MONSTRE politique de l'Atlantique à l'Oural, est immédiatement qualifié de réactionnaire par cet euro-révolutionnaire. Bref, défendre l'indépendance nationale CONTRE la classe bourgeoise française, c'est du nationalisme. Mais défendre l'Union européenne rénovée (utopie que partage TOUTE la gauche bien-pensante alors que 70% des ouvriers SAVENT d'expérience que la construction européenne est 100% pourrie), c'est de l'internationalisme. Moi je répète le proverbe favori de Lénine: "la souris ne connaît pas d'animal plus dangereux que le chat" et je dis: l'EUROPEISME est un SOCIAL-IMPERIALISME encore plus dangereux que le social-patriotisme des années 14/18.

4) Par ailleurs est-il exact que le NPA accueillera sur ses listes des séparatistes corses ou bretons? Est-il possible que des "marxistes" en soient là?

5) Bref pas étonnant que la classe dominante française et européenne ouvre grandes ses ondes à un révolutionnaire aussi antisoviétique, anticommuniste et anti jacobin! Cela dit, le couple Mélenchon-Buffet ne vaut pas plus cher avec sa "souveraineté européenne"!

6)Et bien entendu je ne confonds pas la direction de ces deux groupes euro formatés avec les militants de base qui sont subjectivement et quelquefois objectivement révolutionnaires.

C'est pourquoi lors des européennes, dont le seul intérêt pour la classe dominante est de faire valider par un maximum de suffrages populaires le cadre supranational de l'Etat impérialiste continental en construction, j'appelle à l'abstention citoyenne et à la construction du "tous ensemble en même temps" comme en Guadeloupe. Moins il y aura de gogos pour valider ce cadre supranational, dont ne peut sortir que la casse sociale et la fascisation, plus les travailleurs, les anticapitalistes et les vrais républicains seront forts à la sortie.

MESSAGE DE BRUNO DRWESKI

Tout cela, les eurolistes, tourne autour de ce qui n'est même plus du crétinisme parlementaire, et de bureaucrates de salons qui ne sont même plus des aristocrates ouvriers.

Ils n'ont plus rien de commun avec le peuple, tout simplement, ce sont des notables pur sang, tout au plus style rad-soc fin de IIIe république. Le peuple réellement existant il est bigarré et eux sont monocolores.

Au prochaines élections parlementaires, le PG n'ira pas avec le NPA, quelque soient les résultats aux euro et en euros de ce parti. Car ce qui compte pour être député dans le système actuel, est la base dans les communes et là, le NPA n'a rien, alors que le PCF a des restes de bases, d'encartés, de souvenirs, de liens personnels, voire cliéntélistes, etc ...qui s'effritent certes, puisqu'il n'a pas su prendre en compte ce qu'on appelle pudiquement la "diversité". Ce qui explique les montées de listes "bizarres" comme europalestine, Dieudonné, motivés, etc. Mais là, NPA, PCF ou PG ou LO ont encore du chemin à faire en direction d'un anti-impérialisme conséquent qui soit au moins semblable à celui du PCF pendant les précédentes guerres coloniales. On en est loin !

Donc, en l'état pour des petits partis, les présidentielles ne comptent pas, seules quelques places de notables comme députés, maires ou sénateurs entrent en ligne de compte. Ca ne gêne d'ailleurs pas le système. Au contraire.

Le NPA n'a pas cette implantation, car lui aussi est un parti plutôt petit-bourgeois, soyons lucides ! Et il n'a pas non plus d'appareil comme le PCF, ses moyens matériels et ses dizaines de milliers de militants et associés ou nostalgiques.

Donc toute cette tempête dans un verre d'eau ne sert à rien a moins d'être un vrai parti qui agit avant tout, entre les élections, sur le terrain, dans les entreprises et lieux d'injustices (ANPE, prisons comme base d'éducation politique et de recrutement, cellules d'entreprises et de quartier, hopitaux, centres sociaux, etc par conscientisation politique, entraide sociale, lutte contre les expulsions et les injustices sociales, raciales, sexuelles, culturelles, scolaires, etc, occupations, soutiens aux grévistes, lutte contre le démantèlement des services et des commerces dans les quartiers, soutien à la promotion culturelle, soutien aux enseignants populaires, universités populaires, secours rouge, ou vert (les deux verts!), solidarité anti-impériale, création de comités d'autogestion, de comités de blocages, de commissions de contrôles populaires des implantations commerciales, des services publics, etc. ). Et qui traite les élections pièges à cons, uniquement comme un moment parmi d'autres de bilan et de propagande, et les assemblées élues uniquement comme une tribune pour faire entendre le cri du peuple et des peuples.

Vous n'avez pas remarqué que depuis qu'il n'y a plus de démocratie réelle, on n'a jamais eu autant d'élections : parlementaires nationales, municipales, régionales, parlementaires européennes, présidentielles, référendum décidés au sommet, cantonales, ...on n'en sort jamais, c'est fait pour. Et le peuple tourne en rond tandis que tout change pour que rien ne change.

Si on avait réussi à renverser un pouvoir oppressif et/ou exploiteur par des élections, ça se saurait. Pour le moment, jamais aucun système plus populaire que le précédent n'a été créé sans pression populaire et rapport de forces ...ce qui commence non par les élections-piège, ni même les mouvements de masse (jacqueries), mais par la conquête de "l'hégémonie culturelle", comme l'avait déjà indiqué Gramsci. Si on a cela, le reste suit automatiquement ou presque.

D'abord la tête, puis les muscles, et en finale les postes de contrôle (à contrôler avec la tête et les muscles !)

Alors l'imagination au pouvoir sur une base de classe !

Et pour penser, il faut prendre son temps, et ne pas courir après les hochets électoraux et les foires à l'américaine.




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 15:51

Dalil Boubakeur contesté devant la mosquée de Paris

LE MONDE | 18.04.09 | 14h15  •  Mis à jour le 18.04.09 | 14h15

L'opération orchestrée par le Collectif Cheikh Yassine (du nom du chef du Hamas, tué en 2004 par l'armée israélienne à Gaza) aurait pu passer inaperçue. Elle a pris, vendredi 17 avril, un tour spectaculaire.

Le responsable de cette association antisioniste radicale, Abdelhakim Sefrioui, avait promis une manifestation à l'issue de la grande prière, pour dénoncer, devant la Mosquée de Paris, les propos jugés "inacceptables" du recteur Dalil Boubakeur sur Israël et le conflit israélo-palestinien, et son dialogue constant avec la communauté juive ; cette proximité lui est aujourd'hui reprochée, alors que la communauté musulmane en France demeure marquée par l'offensive israélienne à Gaza en janvier (Le Monde du 14 avril).

Arrivé sur place avec une petite trentaine de (très) jeunes militants, cheveux ras et keffiehs autour du cou, M. Sefrioui a eu droit à une tribune politique inespérée. Bloqués à l'extérieur de l'édifice par les services de sécurité de la mosquée, qui en avaient fermé les portes quarante minutes avant le début du prêche, de peur de "débordements", plusieurs centaines de fidèles ont dû improviser leur grande prière du vendredi sur la chaussée, sous la surveillance d'un impressionnant dispositif de sécurité. Du jamais-vu.

Visiblement rompu à l'exercice médiatico-politique, le responsable du collectif s'est alors imposé comme l'imam providentiel, entonnant en guise de prêche religieux une attaque en règle contre Dalil Boubakeur. "Il s'est mis du côté des criminels de guerre ; c'est cela que nous sommes venus condamner", a-t-il lancé devant une foule impassible. Il y a ajouté une charge antisioniste d'une violence inédite sous le minaret de cette mosquée historique, symbole d'un "islam de France modéré". Une fois sa diatribe achevée, il a conduit, comme si de rien n'était, la prière des centaines d'hommes massés dans la rue.

"ON NE LE VOIT QU'À LA TÉLÉ"

L'immense majorité des fidèles ne savait pas pourquoi l'accès à la mosquée leur avait été refusé. Amin, un étudiant parisien était "juste venu prier", mais il a trouvé que M. Sefrioui "avait bien parlé." "Boubakeur est censé nous représenter ; mais, depuis quelque temps, on ne sait plus de quel côté il est", reconnaît aussi un vieux fidèle, apparemment déstabilisé. "Moi, je n'appartiens à aucun mouvement, jure Yazid, venu manifester, mais là, je me suis dit : "enfin quelqu'un qui ose contester Boubakeur". Il a été placé là par Sarkozy et l'Algérie ; dans la communauté, il fait l'unanimité contre lui." Un autre fidèle confie : "J'aurais aimé qu'il vienne s'expliquer, mais Boubakeur, on ne le voit qu'à la télé."

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris devrait être reçu par la ministre de l'intérieur, Michèle Alliot-Marie, déterminée, selon son entourage, "à soutenir M. Boubakeur contre les attaques de l'islam radical

Stéphanie Le Bars

Article paru dans l'édition du 19.04.09

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 20:28


http://www.ism-france.org/news/imprimer_article.php?id=11661&type=communique

Un espoir pour Gaza : un convoi de plus de 100 camions de médicaments et de nourriture bientôt à Gaza

Par Campagne Européenne pour Briser le Siège de Gaza

Il est temps de bouger : la Campagne européenne pour mettre fin au siège de Gaza (ECESG) va envoyer un gros convoi de plus de 100 camions.
Le convoi partira début mai, depuis de nombreux pays européens comme la Grande-Bretagne, la France, l’Irlande, l’Ecosse, le Danemark, les Pays-Bas, la Suède, l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et la Norvège.

Cela fait maintenant trois ans qu’Israël impose un siège drastique et mortel sur Gaza. Ce siège brutal dévaste tous les aspects de la vie à Gaza. Des milliers de familles souffrent, alors que beaucoup d’autres meurent par manque de traitement et d’équipement médical.

La dévastation des infrastructures de base de fourniture d’eau, d’électricité et sanitaire rend la vie des 1,5 millions d’habitants insupportable et aggrave encore la misère des gens. La guerre a totalement détruit ce que le siège avait laissé. Des milliers ont été tués, blessés et mutilés.

Il est temps de bouger : la Campagne européenne pour mettre fin au siège de Gaza (ECESG) va envoyer un gros convoi de plus de 100 camions. Nous emmenons des fauteuils roulants, de l’équipement médical, des médicaments qui manquent actuellement et des jouets pour les gens de Gaza.

Le convoi partira début mai, depuis de nombreux pays européens comme la Grande-Bretagne, la France, l’Irlande, l’Ecosse, le Danemark, les Pays-Bas, la Suède, l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et la Norvège.

Oui, nous pouvons ! Que les actions se fassent plus entendre que les mots ! Sauvons plus de vies ! Soignons la souffrance des Gazaouis blessés !

Si vous avez une camionnette, un autobus ou n’importe quel véhicule, et si vous voulez aller à Gaza, c’est le moment ! Saisissez cette opportunité et rejoignez-nous.

Le convoi devrait quitter Milan aussitôt après la 7ème Conférence des Palestiniens vivant en Europe. Un nombre considérable de militants, de responsables et de députés européens y participeront.

Ceux qui veulent nous rejoindre devront venir avec leur véhicule à Milan. Le convoi quittera Milan le 3 mai et prendra la mer à Gênes pour se rendre à Alexandrie, en Egypte.

Les camions débarqueront à Alexandrie 3 jours plus tard d’où ils partiront directement pour Gaza.

Dans la phase de coordination, il faudra vérifier les camions pour s’assurer qu’ils sont correctement préparés au trajet depuis l’Egypte.

Si vous pouvez aider les Gazaouis, si vous voulez donner le sourire aux enfants traumatisés, n’hésitez pas à prendre contact avec notre équipe de coordination.

www.savegaza.eu




Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 20:20


Européennes 2009 : quelle politique pour le NPA ?

www.promcomm.wordpress.com 

Contribution du groupe Prométhée à la discussion pour l’élaboration de la profession de foi des listes du NPA aux élections européennes du 7 juin 2009

Les élections européennes auront lieu dans une situation de crise capitaliste et de poursuite de la politique de destruction sociale de Sarkozy et du MEDEF. Pour le monde du Travail, licenciements et remise en cause des acquis sont à l’ordre du jour. Le vote anticapitaliste sera d’abord l’occasion d’exprimer notre rejet du gouvernement Sarkozy, de sa politique.

Mais au-delà, on sait que capitalistes et nantis ont largement profité du système jusqu’au déclenchement de la crise. C’est pourquoi nous disons : ce n’est pas aux travailleurs de payer la crise capitaliste !

Et nous serons porteurs des revendications du monde du travail, notamment interdiction des licenciements, rattrapage du pouvoir d’achat perdu, échelle mobile des salaires, retrait des « réformes » Sarkozy (Enseignement, Santé, etc., défense des services publics

Les manifestations massives (29 janvier, 19 mars), les grèves, comme en Guadeloupe, ne laissent aucun doute : les travailleurs n’acceptent pas de laisser Sarkozy sévir jusqu’en 2012, de voir nos acquis saccagés. A l’opposé du « dialogue social » avec Sarkozy et le MEDEF, nous militons pour l’unité pour chasser Sarkozy et l’UMP, pour un gouvernement des travailleurs, pour une politique anticapitaliste, socialiste, en s’organisant pour imposer aux directions syndicales, à la gauche officielle (PS, PCF, PG…), qui n’en veulent ni les uns ni les autres, de rompre avec Sarkozy et le MEDEF, d’appeler à la grève Générale

En 2005, l’électorat populaire rejeta un projet constitutionnel, le TCE, pourtant défendu par la quasi-totalité des partis politiques. Il rejetait ainsi une Union européenne (UE) au service des capitalistes. Mais Sarkozy s’est assis sur ce vote et a imposé le contenu du TCE par le traité de Lisbonne. Voilà pourquoi nous affirmons : A bas le Traité de Lisbonne !

Au-delà, nul ne peut le contester : l’UE sert depuis sa création à renforcer les capitalistes de chaque pays dans leur politique anti-sociale.

Le traité de Maastricht a été un puissant encouragement à la «discipline » budgétaire, à la mise en œuvre de coupes sombres, drastiques contre les acquis populaires, le niveau de vie. De même, la « stratégie de Lisbonne » a aidé à mettre en œuvre des politiques de remise en cause du droit à l’Enseignement - comme la LRU en ce qui concerne les universités françaises.   

La mise en concurrence des travailleurs de chaque pays de l’UE est systématique. La dérèglementation du marché du travail organise un dumping social rythmé par des délocalisations vers des pays où les travailleurs disposent de peu ou pas d’acquis.   

Concernant les libertés, le rôle de l’UE n’est pas moins nocif. Les grandes puissances impérialistes sont responsables de la situation de pays comme ceux du Maghreb ou d’Afrique - ça n’a pas empêché l’UE d’organiser « l’harmonisation » des mesures de police visant à endiguer les vagues d’immigration que crée cette situation.
   
L’UE est un pilier essentiel dans la conduite des guerres impérialistes, comme l’atteste le dernier sommet de l’OTAN et l’engagement de celle-ci dans des interventions militaires (Afghanistan…).

Par contre l’UE n’a eu aucune action réelle pour la préservation des ressources naturelles. Les intérêts capitalistes qu’elle sert sont incompatibles avec la sauvegarde de ces ressources !

Libérale, antisociale, antidémocratique, belliciste : voilà le vrai visage de l’UE. Pour toutes ces raisons, nous affirmons qu’aucune politique anticapitaliste ne peut exister sans remettre en cause une « Union » construite par les possédants pour leurs propres intérêts, exclusivement . Il n’y a pas de politique favorable aux travailleurs sans rupture avec l’Union Européenne

Il faut enfin le répéter : l’UE n’est pas l’Europe. Depuis 50 ans, les possédants et leurs gouvernements ont montré leur incapacité à progresser réellement dans la voie de l’unité européenne. Leurs seules réalisations sont ce qu’ils ont pu réaliser contre leurs populations laborieuses respectives.

Les intérêts capitalistes de chaque pays les empêchent de s’unir, et la crise économique actuelle montre même encore plus nettement leurs tendances à se diviser. Seuls les travailleurs uniront l’Europe, permettront que se construisent des États-Unis Socialistes d’Europe

Mais pour cela, la première condition est de défaire Sarkozy, Merkel etc., de mettre en place des gouvernements qui s’attaquent aux causes de la crise actuelle : l’économie de profit, le capitalisme.

Le 7 juin, un seul vote utile pour le monde du travail : le vote anticapitaliste !



Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 20:07


Europalestine veut rayer Israël des rayons Carrefour

Habillés de t-shirts verts Boycott Israël, des militants pro-Palestinien viennent mettre à sac les rayons de Carrefour commercialisant des produits israéliens ou même d'entreprises commerçant avec Israël. Les vidéos buzzent sur les sites radicaux et l'enseigne joue la neutralité.

Une trentaine de quidam, habillés du même t-shirt vert Boycott Israël se regroupent en sifflant dans les rayons du Carrefour d'Aulnay puis remplissent leurs caddies de fruits et légumes : «des fruits cultivés sur la terre des Palestiniens avec l'eau des Palestieniens», répète à la caméra un militant surexcité.

Un mouvement vigoureusement soutenu par Europalestine

Depuis quelques semaines, les rassemblements de ce type se multiplient, notamment dans le Nord de la banlieue parisienne (Drancy, Saint-Denis, Gennevilliers...) et principalement dans des supermarchés Carrefour. Le tout avec la bénédiction d'Europalestine, groupement politique ...qui relait toutes les vidéos, et une mise en scène à la violence sourde mais évidente.

Sur le blog de Campagne BDS France, ouvert le 13 janvier, les militants se revendiquent de Boycott Divestment Sanctions, collectif international créé en juillet 2005 suite à l'appel de l'autorité palestinienne de boycotter l'Etat hébreu. Les activistes en appellent à l'exemple de l'Afrique du Sud qui avait mis fin à l'Apartheid. A la différence notable que, plutôt que de se réclamer d'un Nelson Mandela, les résistants modèles de Boycott Israël sont les islamistes du Hamas.

Jus de fruit et Carrefour collabos

Le collectif invite à cibler les produits dont le code barre commence par 729, code se référant à Israël, (jus de fruit, poivrons, avocats, clémentines...) mais aussi les entreprises qui font commerce avec Israël : Veolia, qui a décroché le contrat pour un tramway à Jérusalem, Caterpillar et autres. L'argument : «grâce aux taxes que touche Israël sur ces produits», explique un militant, Israël entretient le blocus de Gaza. «L'Oréal se vante d'avoir ses meilleurs consommateurs en Israël, harangue une jeune femme. C'est sûr, les Palestiniennes elles se soucient pas de leur beauté, elles ont autre chose à faire, survivre et nourrir leurs enfants !» Pour stimuler les foules, quelques raccourcis ne font pas de mal !

Face à ces actions, Carrefour veut affirmer sa «neutralité de commerçant» : «nous veillons à la sécurité de nos équipes et des clients de nos magasins, explique-t-on en interne. Il est hors de question de modifier l'origine de nos achats : Carrefour souhaite offrir la plus grande variété de choix.» Même si le groupe reconnaît «faire la différence» entre ces mobilisations et les «piques-niques» du collectif alternatif La Pelle et la Pioche, c'est le laisser-faire qui s'impose : les manifestants sont repartis de chaque magasins avec leurs caddies, parfois sans rien régler.

Un buzz politiquement incorrect

Selon nos informations et contrairement à ce que soutiennent les militants sur certaines vidéos, Boycott Israël n'aurait pas eu d'entretien avec l'organisation. Mais histoire d'exploiter la neutralité de l'entreprise, Europalestine et d'autres invitent à écrire aux services clients de la grande distribution pour se plaindre de la vente de produits israéliens. Pour avoir porté plainte à la police contre un client suite à une lettre de ce type, une enseigne Cora se voit taxée de «méthodes mafieuses»...

Mais ces militants en costume vert au sifflement angoissant savent se montrer habiles : comment dire du mal de ceux qui brandissent les images des enfants tués dans l'offensive Plomb durci ? Comme avec le buzz de l'agression dans un bus, les médias ont fait le choix des gentilles et des méchantes victimes, laissant l'initiative aux sites laïques et à certains blogs d'extrême droite. Un signe de plus du vent mauvais de communautarisme qui parcourt nos villes et nos médias.

http://www.marianne2.fr

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens